Avertir le modérateur

28/09/2016

Let being small be your thing. Specialize in doing a few things extremely well, and forget the rest.

5 Things We've Learned Competing Against 800-pound Gorillas

In 2009, my husband and I were contemplating whether to launch another startup. We'd sold our first company to Intuit and taken a few years off to enjoy family and life. But, as entrepreneurs, we were restless with all the down time and eager to jump back in. We didn’t mind the risk or the hard work, but we faced a fundamental dilemma: With all the 800-pound gorillas in our market, should we even try?

Related: 7 Steps to Defining Your Niche Market

Some friends told us we were crazy to get back into our service field of legal filing. Even Intuit had since abandoned the market, but there were still some very major players in the space. You've probably heard their commercials on national radio and television spots.

Fortunately, we decided to put our doubts aside and march full-steam ahead, with confidence that we could differentiate ourselves from other players. 

Most entrepreneurs and small-business owners face a similar challenge these days. You'll always have a Wal-Mart, Amazon, Salesforce, Home Depot or other giant looming over some part of your market. I can tell you from experience that competing against the deep pockets of a major player isn't easy -- but it is possible. Here are five tactics we've used to help build our company. 

1. Find your niche.

When you have limited resources, the first lesson is to realize you can’t do it all. Large companies can juggle countless products, services, divisions and business units. But a small company that tries to be all things to all people will surely fail.

Your best bet is to find a narrow niche and dominate it. Heap a ton of love and attention on a few select products, services or market segments. You’ll be able to provide a product in this segment that's superior to anything a big, distracted company ever could. And once you establish yourself as the leader in your particular niche, you can begin to expand outward.

2. Offer personalized service.

Big companies typically push for scalability. This generally means a one-size-fits-all approach to customer service, not to mention lots of automation. At best, this results in relatively bland service that isn't very personal. And at worst, customers end up in a nightmare of automated voice recordings and offshore help. 

Customer service is a key aspect that can easily differentiate you from the big guys. Don’t worry about doing things that won’t scale. Any investments you make in customer service will pay dividends, in the form of recurring business and word-of-mouth recommendations. Have a personality, and set yourself apart by showing how pleasant and likable everyone is. Throw in freebies or offer free tools and resources whenever possible to show customers you understand their challenges and can provide ways to help.

Related: How to Create an Amazing Customer Experience

3. Embrace word-of-mouth marketing.

A few years after launching our business, I got a wakeup call. I'd been trying to keep up with other companies' big marketing budgets, matching their spending on Google AdWords. It was bleeding us dry. 

We changed course. Instead of competing directly in expensive ad markets, we focused elsewhere. For example, one of our primary efforts focuses on providing customers with exceptional experiences that drive positive reviews. After all, 92 percent of customers trust recommendations from friends and family more than other types of advertising. 

In addition, we make the most of social media by engaging with customers on a regular basis. We communicate through humor, offers, contests and information. I try to leverage social media to give other small-business owners the helpful information and tools they need to run their own companies. We go beyond topics related only to the services we provide.

The bottom line? Don’t feel pressure to keep up with everyone else, particularly with pay-for-play advertising. It won’t work. Do your own thing based on 

4. Don’t obsess over your competitors.

I used to lie awake worrying what all my competitors were doing. It took some time to realize just how unproductive this behavior truly is. It’s important to keep tabs on what’s happening in your industry, but your competitors shouldn’t guide your strategy. If you're simply reacting to what others are doing, you'll always be a few steps behind. 

Here's a key lesson: You are not in business to compete against other companies. You are in business to help your customers and offer something great. Focus on what your customers and employees need, and things will take care of themselves. 

5. Be the underdog.

Whether it’s in business or sports, people love to love the underdog. Don’t try to hide the fact that you’re a small business -- embrace it. Your B2B customers probably face many of the same issues you're up against, as small companies -- like yours! -- competing with the big guys. Being small is a great way to get people to relate to you and build customer loyalty.   

Harvard Business School professor Anat Keinan explained why “underdog” brands resonate so well in the marketplace: “Underdogs show perseverance in the face of adversity and are resilient even when they fail, staying focused on their end goal," she said. "Their determination forces them to pick themselves up after they lose to try to win again. They defy others' expectations that they will fail.

"They are more passionate than others about their goals, which serve a central role in defining the meaning of their lives; and they remain hopeful about achieving them, even when faced with obstacles.”

Related: How to Curate Content and Grow Your Online Following

Keinan's words sum up the philosophy behind many of the great entrepreneurs and small-business owners I know. Break away from the traditional corporate-marketing playbook and focus on telling your unique story as an entrepreneur. Let people hear why you started your business and learn how you grew it. Never shy away from sharing the bumps and challenges you’ve encountered along the way. Your customers will love you -- and your business -- for it.

Pour sortir du confort, de la paresse, de la vie au jour le jour,Connectée aux établissements scolaires partenaires qui utilisent la météorologie et les sciences du climat comme thématique pour construire des enseignements pratiques interdisciplinaires.

Stations météorologiques et objets connectés, une formation de l'IFÉ très connectée ! — Site de l'Institut Français de l'Education - ifé
http://ife.ens-lyon.fr/ife/actualites/stations-meteorolog...

Concepts:

objets connectés, stations météorologiques, collèges, Lyon, enseignement, station météo, établissements, éducation, enseignement des sciences, climat, métropole, technologies, investissement, IFÉ, capteurs.

Énoncés:

Ce projet a pour objectif d'explorer des pistes innovantes pour la sensibilisation, l'éducation et l'enseignement des sciences et des technologies.

Porté par l'IFÉ (ENS de Lyon) ce projet en partenariat avec Météofrance et le laboratoire Réact de l'EPFL a abordé la construction de stations météorologiques dans les établissements scolaires à partir de microcapteurs et de nano-ordinateurs ou d'objets connectés.

Ainsi la station météo peut entrer dans l'internet des objets (IoT Internet of Things) et peut contribuer aux données ouvertes (opendata) dans le domaine de la météorologie.

Connectée aux établissements scolaires partenaires qui utilisent la météorologie et les sciences du climat comme thématique pour construire des enseignements pratiques interdisciplinaires.

Connectée avec 9 collèges, grâce à l'investissement de la métropole lyonnaise, particulièrement active dans le domaine de l'open data.

Il est organisé en lien avec la convention entre la Direction du Numérique pour l'Éducation (DNE) et l'Institut français de l'éducation sur la coopération Ministère/Collectivités locales.


Résumé par Copernic Summarizer

 

10:39 Publié dans Actualités, Agregator, AlertInfo, Annonces, Annonceurs, Archive | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Pour vivre comme un être humain, il faut avoir de l’esprit. D’un point de vue philosophique, le mot esprit est cette capacité que nous avons de comprendre et de nous libérer du monde.

La finalité de la vie est pour chacun le bonheur. La vie sert à exprimer un pouvoir sur soi-même qui affranchit vers la liberté.La récompense, c'est le Voyage avec MyNewsCenterNavigator, carrefour de rencontres,un « Internet universel »

1agld1r.gifLa récompense, c'est le Voyage ! Espace de mutualisation des connaissances, carrefour de rencontres,un « Internet universel » se diffusant par innovations successives dans toutes les activités humaines.

À quoi sert la vie ?
Fernand Schwarz
À quoi sert la vie ? Qu’est-ce que vivre ? Est-ce vivre en dépendant des circonstances, dans le confort, la satisfaction des pulsions et désirs ou est-ce agir en toute liberté, avec discernement et intelligence pour atteindre la sérénité et le bonheur ?

À qui sert la vie ?

La vie a la valeur que nous lui donnons, en fonction de ce que nous sommes. Pour une pierre, la vie sert à résister. Pour une plante, la vie sert à croître et à pousser. Pour un animal, la vie sert à sentir et à se faire plaisir. L’homme possède en lui des éléments minéraux, végétaux et animaux. Ce qui le différencie des trois règnes est la faculté qui lui permet de se poser la question : à quoi sert la vie ?

Pour Pierre Hadot, philosophe spécialiste de l’Antiquité, la philosophie n’est pas un système théorique mais une expérience vécue, une confrontation au réel, de ses idées, rêves et décisions et une remise en question, sans lesquelles il n’y a pas de vie. 

La vie est un mouvement

Qu’est-ce que vivre ? Est-ce vivre en fonction de l’inertie des choses et de la facilité, ou vivre en se réalisant avec détermination, décision, responsabilité et intelligence ?

Vivre est un mouvement. Les choses sont vivantes parce qu’il y a mouvement. Mais si ce mouvement devient inertie, mécanicité, artificialité, répétition, dépendance, résistance et routine, la vie s’échappe et meurt. L’inertie est une force qui naît d’une autre : au billard, quand une boule en touche une autre, elle lui transmet sa force ; l’autre boule bouge par inertie et non par elle-même.

Pour sortir du confort, de la paresse, de la vie au jour le jour, de l’instinct de conservation qui nous protège, il faut prendre des risques, donner des finalités à nos mouvements. Plus ces finalités et ces rêves sont ambitieux, plus ils sont capables de nous mettre en mouvement.  

Vivre en autonomie

La vie et le vivant se caractérisent par l’autonomie.

Le vivant se répare lui-même, panse ses plaies. Un objet ne peut pas le faire. Il faut une intervention humaine.

La vie s’auto-reproduit. Quand on se programme soi-même, on peut diriger son existence vers quelque chose d’autre. On peut se reproduire biologiquement ou par les idées et les sentiments. Un objet ne peut le faire.

La vie s’auto-régule et s’équilibre. C’est la base de l’écologie. Si notre corps  n’arrivait pas à s’autoréguler, il serait tout le temps malade !

La vie sert à être en mouvement et à comprendre les lois du mouvement. Certains passent devant ces lois, en n’étant simplement qu’un effet de mouvement, comme la boule de billard. Ils courent derrière la vie mais ne vivent pas. Ils vivent de façon inconsciente et sont mus par les instincts et les pulsions D’autres s’interrogent : «Où vais-je, qui suis-je ? À quoi sert la vie ?» Ils cherchent une finalité, un sens. Ils s’émerveillent devant la vie, l’univers et tout ce qui les inspire et leur permet d’apprendre avec intelligence. 

L’expression de la conscience

Le mouvement se trouve dans le mot «exprimer» qui veut dire faire sortir ce qu’on a de potentiel en soi pour le faire devenir.

Mais qu’exprime-t-on ? Ici intervient la notion de conscience. Nous pouvons exprimer ce que nous avons de bon et de bien en nous, notre besoin de reconnaissance sociale, notre désir de réalisation, notre quête du Bon, du Vrai, du Beau et du Bien et nous pouvons également exprimer le côté faux, artificiel et le laisser-aller. En résumé, exprimer l’être ou le paraître.

Socrate a inventé, en Occident, le concept de la conscience. Il dit : «J’ai en moi-même une petite voix, un daïmon, (pas un démon mais un génie, une conscience) qui me dit parfois ce qu’il ne faut pas faire mais pas ce qu’il faut faire.» Il y a une conscience en chacun de nous. Et parfois cette conscience fait souffrir et est refoulée dans l’inconscient, où elle continue encore à agir, même sans y penser, sur le corps ou les sentiments. 

L’expression d’une destinée

L’expression implique l’acceptation de se confronter aux autres et d’expérimenter pour pouvoir améliorer ce que nous pensons être ou devenir. Vivre c’est exprimer ce qui est positif, créatif, harmonieux, simple mais beau et bon. Ce n’est pas s’exprimer sous l’effet de la pulsion ou du désir, c’est-à-dire se défouler et engendrer la violence pour soi et les autres. Exprimer une destinée n’est pas exprimer l’avenir ni l’horoscope. D’un point de vue philosophique, les auteurs classiques antiques expliquent que dans le théâtre des mystères, le genre de la tragédie grecque exprime l’histoire d’un personnage qui a le choix entre vivre tranquille et accomplir un exploit, qui le transcende, le transforme, parfois au prix de sa vie. Nous avons tous en potentiel une destinée. Celle-ci s’exprimera à condition de choisir de ne pas faire comme tout le monde, d’assumer sa propre vie, d’être ce que nous voulons devenir et non devenir ce que les autres attendent de nous. La vie, c’est affronter l’inconnu, accepter le mystère, vivre avec.

 Le pouvoir de vie et de liberté

Un mouvement pour exprimer une destinée rappelle la maïeutique de Socrate ou l’art d’accoucher les âmes, c’est-à-dire se faire naître soi-même, vivre, chercher en soi-même un potentiel, un rêve, et le devenir. C’est ce que prône la philosophie pratique, expérimentale, art de vivre au quotidien et non la philosophie spéculative et académique.

Comme le dit Hegel, la vraie conscience n’est pas une faculté théorique mais un pouvoir de vie et liberté. La vie sert à exprimer un pouvoir sur soi-même qui affranchit vers la liberté. Pour qu’un être humain devienne libre, il ne doit être conditionné ni par les circonstances ni par ses passions. Il doit décider et agir avec intelligence.

On peut vivre comme un animal, une pierre ou un arbre.

. Pour vivre comme un être humain, il faut avoir de l’esprit. D’un point de vue philosophique, le mot esprit est cette capacité que nous avons de comprendre et de nous libérer du monde. Cette faculté peut être associée à l’intelligence (intellegere : pouvoir entrer). L’esprit permet à l’humain de comprendre le réel, d’agir sur lui en devenant indépendant des circonstances et non en étant submergé par elles. On garde notre esprit clair malgré les situations. La spiritualité est un combat pour garder l’intelligence, le discernement et la possibilité de voir les choses dans leur unité et non dans leur partialité. La raison nous permet de couper les choses, l’intelligence permet de les réunir. Vivre intelligemment n’est pas seulement vivre raisonnablement.

 La finalité de la vie est pour chacun le bonheur. Non pas un bonheur immédiat, éphémère, satisfait par la pulsion, mais ce que Socrate appelle eudemonia, un état intérieur de sérénité, de sagesse et de calme, un état d’être sans attachement, tout en gardant sa faculté de discernement.

foule.jpg Deauvullemars2012 (33).jpglacroix.png   Une opportunité pour chacun d’être h

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu