Avertir le modérateur

10/09/2017

ForumSmartCity sur PoissyVilleConnectée :La ville pour tous, l’enjeu de notre avenir urbain.Participez au Forum Smart City Poissy et construisons ensemble la ville innovante et attractive.Retrouvons – nous nombreux pour échanger, débattre, participer.

PoissyNumériqueSmartCity, La ville de demain s’invente aujourd’hui, et nous la rêvons tous, plus intelligente, plus efficace, plus fluide, l’innovation de brassage, d’inclusion et de partage,ville intelligente, humaine, vivante, accueillante

Forum PoissySmartCity :La ville pour tous, l’enjeu de notre avenir urbain "Sérénité et confiance, la ville heureuse"

Faire vivre l'esprit de la ville pour faire naître des rencontres à haute valeur ajoutée entre votre marque et vos consommateurs.

« L'interactivité au service des villes et des citoyens »

« Des lieux premium remarquables »

« La performance, la puissance et le ciblage au service des marques »

L’offre publicitaire de FranceWebAsso conjugue des formes d’expression et des supports digitaux à la pointe des nouvelles technologies.

L'Offre Digitale: NewsCenterNavigator

foule.jpg

Au XXIème siècle, la convergence d’un monde majoritairement urbanisé avec l’hyper-connectivité est venue bouleverser la manière de vivre dans nos villes. Elles sont aujourd’hui au cœur de notre devenir.

L’urbanisation croissante, l’augmentation des besoins à satisfaire en lien avec l’explosion démographique, le climat, la diminution des ressources, les enjeux d’habitat, la mobilité et l’énergie, mais également les fractures socio-économiques visibles dans le tissu social, font apparaître partout dans le monde d’aujourd’hui une très grande vulnérabilité urbaine. L’exclusion sociale est l’expression humaine de la fragilité de nos territoires, et c’est notre défi.

Nous voyons s’ouvrir devant nous une infinité de possibles urbains. La ville de demain s’invente aujourd’hui, et nous la rêvons tous, plus intelligente, plus efficace, plus fluide… Mais plus que jamais l’innovation, sous toutes ses formes, doit être l’innovation de brassage, d’inclusion et de partage. La ville intelligente, elle est d’abord humaine, vivante, accueillante.

Bienvenue à Poissy, au Sommet mondial des Villes pour Tous. Il résume les combats extraordinaires que nous avons à mener tous ensemble : construire des villes inclusives, résilientes, innovantes, avec la puissance de la technologie au service de la qualité de vie de citoyens !

Partout sur la planète, les évolutions de la ville intelligente ambitionnent aujourd’hui la ville heureuse, la Happy City , l’une de ses vertus principales. Retrouver la joie de vivre, travailler en confiance, vivre semble, parcourir en sérénité la ville, co-créer de nouveaux services avec les citoyens, développer une logique de convergence apaisée de tous ceux qui participent à la vie de la métropole pour aborder l’ensemble des défis urbains.
A l’heure de la Smart City, n’est-il pas temps, dans la voie de la Happy City, de faire le point sur ces questions :
Comment concilier bien-être, bien-vivre ensemble, identité et fierté citoyenne avec l’usage massif de nouvelles technologies dans les infrastructures et notre environnement de vie ?

Cette édition aura pour thème transversal "Sérénité et confiance, la ville heureuse" et abordera des sujets tels que le numérique, l'énergie, la mobilité et le logement.

Nous mettrons en exergue les contributions locales, en zoomant plus particulièrement sur des applications autour de la mobilité, du logement et de la confiance numérique. Car la ville intelligente est l’intelligence de ses citoyens et citoyennes, alors PoissyWeb vous donne la parole.

Participez au  Forum Smart City Poissy et construisons ensemble la ville innovante et attractive.

Retrouvons – nous nombreux pour échanger, débattre, participer.

Stefan Raducanu et Madeleine Housset, Fondateurs de FranceWebAsso.Groupe d'intérêts.jpg

SmartCity sur PoissyVilleConnectée, organisation-intelligence-collective.jpg

L'Actualité FranceWebAsso

Le Blog de Stefan Raducanu

Lire la suite

09/09/2017

Le n°1 de la collaboration en ligne->Gagnez du temps, partagez mieux-> Leader de l’affichage, JCDecaux livre son attachement à Neuilly->Dix écrans digitaux premium sont désormais implantés à Neuilly et font partie de notre offre Urban Digital.

1agld1r.gifJean-Charles Decaux.

Leader de l’affichage, Jean-Charles Decaux livre son attachement à Neuilly.

JCDecaux, numéro un mondial de la communication extérieure, a établi son siège social à Neuilly dans les années 1980. Jean-Charles Decaux, Président du Directoire et Co-Directeur Général, revient sur ce choix et sur l’attachement de l’entreprise à notre ville.

N.J.I. : Depuis quelle époque JCDecaux est-il implanté à Neuilly ?

Jean-Charles Decaux. Je voudrais en préambule retracer brièvement l’historique de JCDecaux depuis ses origines. Tout commence à Beauvais, puis à Boulogne dans les années 1960 et à Plaisir Sainte-Apolline dans les Yvelines en 1967. C’est au milieu des années 1980 que mon père rachète ce terrain à Neuilly sur lequel nous nous établissons en 1991. Mais à l’époque nous n’occupions que deux étages sur la totalité du bâtiment. Enfin, en 2002, le siège social de JCDecaux SA investit l’intégralité de l’immeuble pour ses fonctions support, soit 400 collaborateurs sur six plateaux. Précisons que JCDecaux Holding est également basé à Neuilly, rue Madeleine Michelis.

C’est votre père qui fît ce choix, quelles en sont les raisons ?

Ce fut à la fois un choix de cœur, mais aussi un choix pratique. De cœur car mon père habitait lui-même à Neuilly et deux de ses trois fils y sont nés, dont moi-même. Je suis parti à 17 ans pour faire mes études puis débuter ma carrière aux Etats-Unis et en Espagne, et y suis revenu à 30 ans. Je ne l’ai plus jamais quittée. Ce fût également un choix pratique car la géographie de la ville de Neuilly est déterminante : connectée aux aéroports, située à trois minutes des stations de RER et de la ligne 1, l’accès à notre siège est aisé pour nos collaborateurs parisiens ou des Hauts-de-Seine. C’est aussi un site dynamique qui accueille des entreprises de premier plan, dont de nombreuses sociétés de média, en phase avec notre activité. De plus, il était important pour notre père d’être proche de notre site de Plaisir Sainte-Apolline, qui accueille près de 1 000 collaborateurs. Nous avons toujours capitalisé sur ces sites et sommes restés fidèles à l’Ouest parisien.

Que pouvez-vous nous dire sur le bâtiment ?

Il fait partie des bâtiments emblématiques de notre Groupe, à l’instar de nos sièges de Londres ou de Madrid. Avec près de 6 400 m2 de surface, il se présente comme un ensemble multifonctionnel avec des zones de bureaux mais aussi un espace réceptif qui accueille des conventions, des projections, des présentations ou des séminaires pour nos annonceurs et nos clients comme pour nos collaborateurs. C’est un immeuble de grande qualité, dessiné et conçu par l’architecte Ricardo Bofill qui, malgré ses trente ans, semble flambant neuf et reste élégant, à l’image de nos produits. Lumineux, il dispose d’une double exposition, d’un jardin et d’une cour intérieure très agréable en été. À sa construction, il devait s’inscrire dans un cadre résidentiel d’où le choix marqué de la pierre et de surfaces vitrées amples, ce qui le distingue d’un immeuble d’activité classique. Tout comme à Plaisir Sainte-Apolline, on peut y voir la volonté de JCDecaux d’offrir à ses collaborateurs et à ses clients un univers de qualité avec une touche architecturale qui apporte un supplément d’âme.

Neuilly accueille depuis le mois d’octobre vos nouveaux écrans digitaux. Pourquoi avoir choisi notre ville ?

Neuilly est une ville dynamique, et le mérite en revient à son maire, Jean-Christophe Fromantin qui a été l’un des premiers en France à ouvrir une consultation pour implanter ce type de mobiliers. Dix écrans digitaux premium sont désormais implantés à Neuilly et font partie de notre offre Urban Digital. Ces nouveaux mobiliers permettent une communication en temps réel, contextualisée et géolocalisée grâce à des contenus dynamiques et une créativité sans limite. Il devient, par exemple, possible de communiquer en direct avec les citoyens sur l’actualité de la ville comme les visites de quartier du Maire, l’exposition Mermoz, Neuilly Actualités, la Saison culturelle 2016/2017 ou le Marché de Noël. Nous pouvons croiser ces mobiliers digitaux à divers endroits stratégiques comme devant le théâtre des Sablons, la place de Madrid, Place du Général Gouraud, la sortie du Monoprix ou encore à l’entrée de Levallois.

Avez-vous d’autres projets pour votre siège neuilléen ?

Nous avons des projets d’agrandissement et espérons pouvoir les mener à bien à Neuilly car nous nous y plaisons. Notre groupe souhaite également participer activement à la vie économique et sociale de la commune. C’est pourquoi, en tant que membre depuis l’origine de Neuilly Nouveaux Médias devenu Neuilly Tech, nous nous engageons à héberger et accompagner gracieusement pendant 23 mois l’une des startups lauréates de ces concours annuels. Nous en sommes ainsi à notre 3e startup hébergée successivement et après Playtouch et Pennyread, nous hébergeons désormais la startup Likibu, spécialisée dans la comparaison des solutions d’hébergement.

Vous êtes Neuilléen, qu’est-ce qui vous rattache à cette ville ?

J’habite tout près du siège et j’apprécie cette proximité. Je suis heureux de pouvoir aller à pied aussi bien travailler que profiter de toutes mes activités familiales avec ma femme et mes enfants. Je fais mes courses dans le quartier, j’achète mon pain et mes pâtisseries chez Lepareur et déjeune ou dine souvent chez Livio ou Chez Thaï. J’aime ma ville et son cadre de vie agréable.

FranceWebAsso, Le n°1 de la collaboration en ligne - Data.gouv

Une nouvelle ...Sociéte du Savoir...

Bâtir l'excellence, Label FranceWebAsso,

le n°1 de la collaboration en ligne : Pour Vous et avec Vous...

FRANCE WEB : L'offre culturelle, ville à ville, offre nationale. Accompagnementet efficacité de vos campagnes. Des solutions de communication digitales, interactives et connectée.

PoissySmartCity, LIEU DE RENCONTRES D'EXCEPTION,

« Des lieux premium remarquables »

« L'interactivité au service des citoyens »

bienvenue-en-incertitude-intro.pdf

 

02/09/2017

FranceWebSharing: l’avenir de l’Union Européenne et la possibilité de son implosion,URSS / UE : mêmes causes, mêmes effets ?la classe des apparatchiks et la bureaucratie.

Parmi les causes de l’effondrement de l’URSS et sa disparition en tant qu’état du paysage géopolitique, les historiens s’entendent généralement sur les points suivants :

La stagnation économique : L'Union Soviétique avait atteint un stade de développement économique d’un tel niveau qu’il devenait problématique d’en assurer la gestion par une planification d'Etat. L'absence d’innovation, de maintenance et d’adaptation aux situations nouvelles bloquaient un appareil de production vieillissant. Le phénomène s’est aggravé par la manipulation des statistiques par une bureaucratie dont la carrière était liée à la réalisation des objectifs.

L’aventure Afghane : le soutien de l’URSS à un régime ami, transformé en occupation de villes et villages, avait embourbé les Soviétiques dans une guerre face à un mouvement de résistance afghan dont l’importance et l’efficacité ne cessaient d’augmenter. Au moment du retrait soviétique en 1987-89, rien de concret n'avait été acquis, et l'URSS, humiliée, en sortait avec une image ternie.

La décentralisation : quand l'Union soviétique a donné aux républiques plus d'autonomie, ces dernières ont commencé par garder pour elles la totalité des recettes fiscales.

La catastrophe de Tcherynobyl : l’accident nucléaire de la centrale Ukrainienne a été initialement dissimulé par le gouvernement soviétique. Les mesures à prendre pour la santé de la population s’en sont trouvées insuffisantes. La méfiance de la population s’en est trouvée amplifiée quand l'ampleur de la catastrophe a été révélée.

Les inégalités ethniques : l'URSS utilisait le slogan "Grandeur de la Nation Slave" pour justifier la création d'un Etat slave unifié. Dans les faits, la Russie était clairement l'état privilégié et dominant, tandis que d'autres étaient écartés ou opprimés. En conséquence, les non-Russes ont été prompts à se séparer de l'Union soviétique dès que la situation le leur a permis.

Le nationalisme local : avec la baisse de popularité du gouvernement soviétique due à ses maladresses politiques, le nationalisme a augmenté dans chacune des républiques, créant des ambitions d'indépendance dans les républiques comme l'Ukraine, la Biélorussie, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie.

Une concentration militaire excessive : l'escalade militaire avec les Etats-Unis tout au long de la guerre froide avait amené l’URSS à hypertrophier son appareil militaire, en sous-estimant les troubles intérieurs qui ont joué un rôle majeur dans l’implosion de l'URSS.

La Glasnost : pour montrer sa volonté de rompre avec une politique du secret, Gorbatchev a opéré l'ouverture et la transparence avec les médias. Mais ce geste s’est retourné contre lui, car cette initiative a contribué à rendre publics des faits répréhensibles passés et récents, des erreurs de stratégie, des problèmes sociaux et sanitaires et l'ampleur réelle des problèmes économiques nationaux. Au lieu d’étayer les bases du régime, cette politique a aggravé son érosion.

La Perestroika : les réformes économiques adoptées par Gorbatchev en 1987, pour tenter la dérive de l’économie n’ont pas fonctionné. L’introduction de la libre concurrence a même entraîné des faillites d’entreprises non préparées à ce tsunami, et les pénuries sont devenues la règle alors que le contrôle des prix était toujours en place. Avec des prix plafonds limitant les bénéfices, l'incitation à produire des quantités suffisantes n’existait pas.

Bien sûr, l’Union Européenne n’est pas une fédération, ni une confédération, bien sûr l’UE n’a pas d’armée et encore moins de concentration militaire, bien sûr les phénomènes « glasnost » et « perestroïka » n’ont aucune sens dans l’histoire récente de l’Europe, et toute comparaison est hasardeuse. L’UE ne peut pas imploser puisqu’elle n’est même pas un ensemble cohérent, ni un état.

Mais justement, les autres éléments qui ont fait voler en éclats un bloc dont la solidité paraissait indiscutable aux yeux des observateurs se retrouvent dans ce bricolage opportuniste qu’est l’UE :

  • L’école de Washington ne parait pas plus performante que la planification pour assurer un développement (et non pas une « croissance ») de l’économie.
  • Les errements de ses membres (France et Grande-Bretagne en particulier) dans des guerres improbables en Syrie, en Libye et en Afrique ne sont pas plus glorieux que ceux de Moscou à Kaboul.
  • L’affaiblissement des états au profit de régions et métropoles plus ou moins autonomes (qui ressemble à une décentralisation) n’est pas compensé par le renforcement d’un outil fédéralisé
  • Les mensonges de plus en plus fréquents et importants des dirigeants européens actuels n’ont rien à envier à ceux des apparatchiks à propos de Tchernobyl
  • L’absence de politique sociale au sein de l’Europe oppose pays riches et pays pauvres comme les différentes républiques soviétiques subissaient la domination russe.
  • Les incohérences et les contradictions des politiques migratoires contribuent à l’émergence de régimes dits « populistes » par soucis d’euphémisme en Pologne, en Hongrie et à la montée en puissance des partis xénophobes dans les autres pays.

Ces quelques similitudes entre l’ancien « bloc de l’est » et l’actuelle union de plusieurs pays européens ne sont peut-être que des aspects insignifiants pour permettre de fonder une hypothèse quelconque quant à l’avenir de l’Union Européenne et la possibilité de son implosion, mais les coïncidences m’ont intrigué, et j’ai eu envie de faire partager cette curiosité avec d’autres fouineurs de l’histoire. 

Sur le même thème

Un ex-soviétique parle de l'UE: "J'ai vécu votre avenir et ça n'a pas marché"
Zbigniew Brzezinski, faucon démocrate de l’anticommunisme
Cette glasnost qui ne devait servir qu’à enfoncer l’URSS dans les limbes de l’Histoire
L'Azerbaïdjan un pays musulman laïque
La fable de Tchernobyl, premier triomphe de la glasnost

De Gaulle disait « On ne fait pas d’omelette avec des œufs durs ». Il était vent debout contre l’intégration européenne : discours de Mai 1962 . Il n’a signé aucun Traité européen, même pas celui de Rome, signé par Guy Mollet.

C’est Boukovsky qui a tenté un parallèle entre l’organisation de l’ URSS et celle de l’ UE :
« J’ai vécu dans votre futur et ça n’a pas marché »

M de Sourcessure 15 mars 2016 08:56

@Fifi Brind_acier

En relisant cet article, je m’aperçois que j’ai oublié de mentionner l’élément le plus important parmi les similitudes entre les deux « institutions » : la classe des apparatchiks et la bureaucratie.
 
Dans les deux cas, la fonction politique est venue une classe sociale fermée, et la notion de « démocratie » a été vidée de son sens pour maintenir en place un appareil qui est devenu de plus en plus rigide au fur et à mesure que ses actions étaient impopulaires. A Bruxelles, les dirigeants de la commission européenne sont nommés comme ils l’étaient au Kremlin, et non pas élus. En France, toute la classe politique sort du même moule (ENA + young-leaders) tout comme la nomenklatur formait ses tchniciens de la politique. 
 
Dans les deux cas, les vrais enjeux économiques ne sont plus entre les mains des représentants plus ou moins légitimes de la population, mais dans celles de mafias transnationales et les consommateurs sont livrés à l’appétit des parrains anonymes qui contrôlent les trafics.
 
Dans les deux cas, la léthargie dans laquelle semblent être tombés les citoyens n’est que l’aspect superficiel d’une grande lassitude. Le véritable sentiment dans lequel se trouve cette masse silencieuse est en fait la conviction d’être bernés, spoliés, et la colère pourrait bien prendre d’autres formes que la résignation, tout comme l’orage est souvent précédé d’une atmosphère étouffante.
 
En France, ce n’est pas la prolongation indéfinie de l’état d’urgence qui va régler le problème.
 

Lire la suite ▼

Clocel 13 mars 2016 10:30

... et toujours les US qui savonnent bien la planche à toutes les initiatives contraires à leurs intérêts quand ils ne peuvent en prendre directement le contrôle via des traîtres téléguidés...
- Que serait devenue la Russie sans Poutine ?

https://www.youtube.com/watch?v=MsGh8hv_vpE

@Clocel
Ils savonnent ce qu’ils peuvent, les USA sont sur le déclin, mais c’est comme le fut du canon, ça peut prendre un certain temps...
Il n’empêche que dans toute l’ UE, ça commence à remuer un peu partout...

** La Finlande en a ras le bol de l’ euro, une pétition circule pour en sortir.
Des 5 pays scandinaves, c’est la seule qui ait adopté l’euro.
La Finlande était un pays très prospère, on lui applique maintenant un plan d’austérité, et le chômage est plus haut qu’il y a 15 ans.

 ** Referendum au Royaume Uni sur le Brexit

** Pétition en Autriche pour sortir de l’ UE, referendum refusé par le Parlement

**La Suisse retire sa demande d’adhésion à l’ UE.

** L’Islande y renonce aussi

** En Tchéquie, en cas de Brexit, elle pourrait envisager de sortir aussi

@M de Sourcessure
Ben, les USA tiennent beaucoup à ce que l’ OTAN ait le même périmètre que l’ UE...
Surtout s’il s’agit de pays frontaliers avec la Russie...

@M de Sourcessure
Je ne suis pas persuadé que ce soit uniquement la Turquie qui veuille adhérer à la Communauté Européenne ! Les USA sont copains comme cochons ( mot peut-être inapproprié ) avec la Turquie, et la base aérienne d’Incirlik est là pour le prouver !
Tout ce qui peut contribuer à transformer l’Europe en un vaste foutoir, est bon à prendre pour Washington, car les USA l’ont toujours considérée comme un protectorat américain, et cette Europe avec la Turquie se trouverait des deux côtés de la Méditerranée, à la botte de l’oncle Sam !
C’est la raison pour laquelle la Russie est le bouc émissaire, responsable de tous les maux !
Imaginez un instant un bloc économique unissant la Communauté Européenne et la Fédération de Russie ! S’en serait fini de l’hégémonie des USA en Europe ( souhait du général de Gaulle ).
Alors, sus à la Russie en Ukraine ( là où les nazis sont au gouvernement ), sus à la Syrie ( gazoduc du Qatar oblige ), et aveuglement du Pentagone sur les bombardements des kurdes syriens par la Turquie.
Alors que si notre partenaire était la Fédération de Russie, jamais la Turquie ne deviendrait européenne ( les russes ont beaucoup de mémoire, contrairement à nous ).

Imaginez un instant un bloc économique unissant la Communauté Européenne et la Fédération de Russie ! S’en serait fini de l’hégémonie des USA en Europe ( souhait du général de Gaulle ).
Alors, sus à la Russie en Ukraine ( là où les nazis sont au gouvernement ), sus à la Syrie ( gazoduc du Qatar oblige ), et aveuglement du Pentagone sur les bombardements des kurdes syriens par la Turquie.
Alors que si notre partenaire était la Fédération de Russie, jamais la Turquie ne deviendrait européenne ( les russes ont beaucoup de mémoire, contrairement à nous ).

Un oubli de taille dans cet article : l’attraction artificiellement cultivée, y compris en URSS, de la supériorité du niveau de vie occidental, que les soviétiques, bien moins politisés que ce qu’on pensait généralement en Occident, attribuaient au système capitaliste plutôt qu’à l’efficacité du prolétariat occidental, plus ancien et mieux formé. Ajouté à cela le déficit chronique du secteur 2 (produit manufacturés), toujours évoqué et jamais réglé, et vous avez tous les ingrédients pour une contre révolution victorieuse pour peu que des moyens suffisants soient investis dans la corruption de la « nomenclature » !

Parmi les « oublis » (mais le sujet mériterait plus qu’un article pour être traité d’une manière plus complète et argumentée), on pourrait évoquer aussi les erreurs objectives de certains imposteurs comme Lyssenko et ses théories pseudo-scientifiques à l’origine de catastrophes agronomiques et environnementales irrémédiables qui ont pesé lourdement dans les échecs du développement économique de l’URSS..

’Un oubli de taille dans cet article : l’attraction artificiellement cultivée, y compris en URSS, de la supériorité du niveau de vie occidental’’

Tout à fait exact.

Ce complexe d’infériorité n’était pas seulement devant le niveau de vie, mais portait aussi sur le prestige culturel de l’Europe de l’Ouest et des USA. Cela portait sur les réalisations culturelles, le cinéma par exemple, même s’il était diffusé au compte-goutte, mais aussi la vitalité de la science, des produits de haute technicité. J’ai eu la possibilité de le vérifier en avril 1968, en Tchécoslovaquie, auprès d’étudiants, pendant la brève ère Dubcek qui avait libéré la parole des gens.

Aujourd’hui, les citoyens de l’UE, un peu informés, savent bien qu’il n’existe aucun pays de grande taille dans le monde où l’on vit mieux qu’en Europe de l’Ouest. À la différence des Russes et surtout des sujets de leur empire, nous n’avons plus de modèle. Seuls les naïfs (soyons polis) bayent encore devant l’image qu’ils se font des USA.

@Alren
Aujourd’hui, les citoyens de l’UE, un peu informés, savent bien qu’il n’existe aucun pays de grande taille dans le monde où l’on vit mieux qu’en Europe de l’Ouest. : vous croyez qu’au Japon, on vit moins bien qu’en Europe ? Et le Canada ? Vous êtes un rigolo vous !

13 mars 2016 11:37

Qui veut sortir de l’Union Européenne ?

Pour répondre à cette question, il faut consulter les 28 peuples, en organisant 28 référendums.

- Référendum au Royaume-Uni : il aura lieu jeudi 23 juin 2016.

- Référendum en France : 53 % des Français le veulent. François Hollande va peut-être accepter de consulter le peuple.

- Référendum en Finlande : les députés finlandais vont peut-être accepter de consulter le peuple. Ce référendum porterait sur le maintien ou la sortie de la zone euro.

Récapitulons.

Jeudi 23 juin 2016, il y aura un référendum au Royaume-Uni. Ce jour-là, le peuple décidera de rester ou de sortir de l’Union Européenne.

Mais il y aura peut-être deux autres référendums.

En France :

Une majorité de Français souhaite un référendum sur la sortie de la France de l’UE.

Une majorité de Français (53 %) souhaite un référendum sur le maintien ou non de la France dans l’Union européenne (UE), à l’instar de celui prévu au Royaume-Uni le..

@PRCF C’est à dire que question référendum on a vu où ils se le mettent non ? Et qu’ils te transforment les NON en OUI... Maintenant, les USA brament aux 4 coins du monde qu’ils sont La Nation Indispensable et nous considère donc comme Superflus... Voyez-donc comment les Dyncorp viennent de débarquer au Yémen en soutien de l’Arabie Saoudite ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/03/13/terminator-2... Et donc, ce n’est pas aussi simple que cela à présent, non ?

Annoncer la chute de l’UE à partir de la chute de l’URSS relève de l’enfantillage de la politique. 

 Pour que l’UE disparaisse il faudrait que les bourgeoisies européennes puissent espérer un accroissement substantiel des profits dans cette disparition. Or, désormais, la plupart des principales entreprises capitalistes européenne réalisent l’essentiel de leurs profits dans des contrées extérieures à celle qui les abrite actuellement. Dès que l’état nation a pris le dessus sur les ex-provinces aucun retour en arrière n’a sérieusement été envisagé, tout au plus, pour moins de nation, promet-on plus d’UE (Ex Catalogne).

Quand la rue sera vraiment en chaleur, les bourgeoisies auront des préoccupations plus prégnantes que le soucis d’accroître leur pelote...
C’est précisément parce que l’Europe est bâtie sur le modèle capitaliste et rien d’autre, qu’elle va se casser la gueule, avec lui...
Tant qu’il reste du grain pour engraisser les putois qui entretiennent le système, l’illusion peut être entretenue, mais après...

Lorsque les réacteurs de Fukushima commencèrent à rugir, les rats d’Areva étaient dans les premiers avions, sans soucis de leur destination...

Les prolos de ma contrée fabriquent 4 jours sur 6 de la confiture pour l’Europe extra-française. Si un jour, ils chauffent les orteils de leur patron ce sera pour de meilleurs salaires ou conditions de travail, pas pour demander l’instauration de nouveaux droits de douanes...
 
 Ensuite, je maintiens que le principal, sinon le seul, moteur du capital est le profit, le plus immédiat que possible....

Aujourd’hui, à quelques exceptions près qui sont propres à l’hétérogénéité de ces groupes sociaux, leur situation est beaucoup moins glorieuse et les idées d’une refonte sociale commence à traverser l’esprit de beaucoup d’entre eux.

Les commerçants ont subi l’apparition des grandes surfaces, combinées à la banalisation de l’automobile, des réfrigérateurs et congélateurs. Malgré les spasmes pilotés par des Poujade et des Nicoud, se sont multipliées les fermetures d’épicerie générale. Aujourd’hui, les magasins de ’’dépannage’’ sont tenus par des immigrés qui acceptent les horaires à rallonge pour un revenu annuel guère supérieur au salaire médian. Beaucoup de petits magasins de vêtements ne procurent guère que l’équivalent d’un salaire moyen à leur propriétaire-vendeuse (dont un bon nombre ne sont que locataires des murs).

Les agriculteurs connaissent la crise que l’on sait, qui va durer.

En refusant de vivre et travailler à la campagne, beaucoup de femmes médecins se retrouvent en excès dans les grandes villes et, en concurrence sévère avec leurs confrères, vivent comme des cadres, sans plus. Même les médecins d’hôpitaux se trouvent désemparés face aux restrictions imposées à l’hôpital public.

Les avocats se voient de plus en plus commis d’office et pour quelques vedettes du barreau, combien sont à la peine dans une concurrence exacerbée avec l’arrivée massive d’avocates ?

Les notaires ont jusqu’à présent résisté à une modification profonde de leur statut malgré les progrès de l’informatique. Mais ce changement est inévitable, à terme.

Devant leurs carnets de commandes vides, les retards de paiement de leurs dus et l’absence d’aide des banques, beaucoup de petits entrepreneurs sont à la peine, voire font faillite.

Au final, la ligne rouge qui sépare exploités et profiteurs du système monte toujours dans la pyramide sociale et le pouvoir d’influence de ces derniers sur les autres diminue, d’autant que la religion, naturellement conservatrice, ne concerne plus qu’une très petite minorité de citoyens dans un pays comme la France.

Leurs journaux, leurs médias sont de plus en plus rejetés. Les bulles spéculatives menacent d’imploser avec des conséquences sociales imprévisibles (les catégories ci-dessus préparent l’essentiel de leurs retraites par capitalisation !). Le chômage ne va pas arrêter de croître avec l’austérité voulue par l’UE.

Bref, tout se conjugue pour qu’un changement profond se mette en route.

Votre analyse sur les causes du déclin de la (petite) bourgeoisie est assez exact. Maintenant, pour que cette classe rejoigne les « sans dents » pour bousculer le système, même si elle y aurait intérêt, c’est une autre histoire. Une histoire plus culturelle qu’économique. Je viens encore d’entendre, ce matin chez moi, le discours d’un travailleur indépendant sur les salariés. Ce n’est pas encore demain qu’il quittera son « camp », même s’il en est une victime, c’est comme ça…

A part ça, vous avez quelque chose contre la présence des femmes dans le monde du travail ?

otre analyse de l’URSS me semble sortie toute droite de la propagande de l’Ouest contre le communisme. Bref issue de la Guerre Froide.
Quelques pistes : Aprés la mort de Staline, Mao a critiqué l’URSS d’avoir trahi le communisme aprés la déstalinisation....
On voit ou se trouve la Chine maintenant : Première puissance économique mondiale ! Ou est passé la « démaoisation » ?
Que je sache le portrait de Mao se trouve toujours sur le Yuan chinois....Et il reste beaucoup de statues de Mao en Chine....
Donc l’analyse sur l’effondrement politique de l’URSS est encore trés loin d’etre résolue...
On a toujours la diabolisation continuelle de Staline et Mao....
Faudrait que les gens acceptent de réflechir un peu au lieu de raconter les conneries des néocons..

Comme l’ex URSS, la Russie actuelle est menacée par le « syndrome hollandais » (accro à l’exportation de matières premières).
 Par contre la Chine, depuis Deng Xiao Ping, exporte des produits manufacturé, fabriqués par un prolétariat dont la compétence s’accroît sans cesse. En clair la Chine se prolétarise rapidement devenant, chaque jour, plus capable de fabriquer n’importe quoi avec un niveau de vie qui ne cesse de monter, contrairement à ce qui était constaté avant la chute de l’URSS.
Si vous considérez la Chine comme le parangon de la société communiste, alors, en effet je dois être dans l’autre camp !
Pourtant c’est loin d’être le cas, et je considère, moi, que l’Union Soviétique et la République Populaire de Chine ont mis en place des systèmes économiques et sociaux dans lesquels la lutte des classes a pris d’autres formes que bourgeoisie/prolétariat, à savoir, respectivement, bureaucratie/société civile et oligarchie financière/salariés.
On est loin d’une société communiste ! Ce n’est pas de la propagande de la guerre froide ni de l’idéologie néocons mais de l’honnêteté intellectuelle.

@M de Sourcessure
Sur la comparaison Chine URSS, un livre : « La récidive »

Commentaire sur ce livre du site STRATPOL.

 La société communiste, « à chacun selon ses besoins », est une utopie, dont on peut s’approcher sans jamais l’atteindre vraiment. La Chine, de son coté, est en train d’achever l’accumulation primitive du capital qui, en Occident est terminée depuis quasiment un siècle. Elle va devoir, sur cette base, si sa direction est vraiment communiste, s’atteler à la mise en place d’un régime socialiste, « à chacun selon son travail », capable de satisfaire, matériellement et politiquement, l’essentiel de son énorme prolétariat 

Michel Maugis 14 mars 2016 01:57

@M de Sourcessure

Ou avez vous vu que l ’URSS , la Chine etc... se vantaient d’ être une société communiste ?
 
Il n’ y a que ceux qui sont fondamentalement contre l’idée de changer l’ état des choses qui parlent d’ une prétendue société communiste.
 
Comme d’ habitude, VOLONTAIREMENT, vous confondez la lutte pour une société nouvelle, communiste., c’ est à dire sans classe sociale antagoniste et donc sans état, en passant pas une société SOCIALISTE, c’est à dire dans laquelle les Grands moyens de production, d’ échange et de financement sont dans les mains de l’ état SOCIALISTE., avec le mode de production communiste qui n’ existe pa encore sous sa forme moderne.
 
 
Ce sociétés LUTTAIENT contre l’adversité du monde capitaliste, terroriste, médiatique et spéculaient sur des valeurs inexistantes dans ce monde capitaliste ( comme la liberté d’ expression et les supposés droits de l’ homme) EN SE BASANT SUR LE MOUVEMENT POLITIQUE COMMUNISTE.
@Michel Maugis
L’avis de Poutine sur les bolchéviques et la création artificielle de l’ Ukraine.
« Poutine vs Lénine »

@Michel Maugis

Puisque vous me mettez en cause directement, permettez deux précisions à propos de votre (longue) phrase :
 
« Comme d’ habitude, VOLONTAIREMENT, vous confondez la lutte pour une société nouvelle, communiste... :/... avec le mode de production communiste qui n’ existe pas encore sous sa forme moderne. »
 
1. « comme d’habitude » ? : je ne me souviens pas avoir déjà évoqué ce sujet précédemment.
 
2. je ne confonds rien du tout et je connais bien la différence entre un projet et une gestion. 
 
3. la question est de savoir si les derniers dirigeants soviétiques et les dirigeants chinois actuels ont toujours le « projet » d’instaurer une société sans classes. Rien n’est moins sûr et les évidences montrent plutôt :
- a) l’impasse dans laquelle était arrivée l’URSS qui avait depuis longtemps renoncé à la maîtrise de l’économie en laissant s’installer un marché noir généralisé, pour que la classe dominante, la bureaucratie, garde le pouvoir politique fondé sur le clientélism
 Bien sûr que c’est un mouvement politique et d’un mode de production. 
 C’est aussi une idéologie de partage de tout et de rien.
 Vous savez ce qui était dit entre les Soviétiques de l’époque : « On fait semblant de me payer, je fais semblant de travailler ».
 Ca vous ne dites pas ;
 Vous avez toujours à l’esprit comme ce fut le cas à Cuba, à croire que les gens peuvent vivre dans un esprit de révolution perpétuel.
 Prendre une chaise et se reposer, vous l’envisager quand ?
 Six pieds sous terre ?
 Les kolkhozes, vous en trouvez beaucoup dans le monde ? 
..Le socialisme a un énorme défaut, c’est qu’il modélise les gens, comme si tout le monde était construit en sortant du même cocon.
 Singulariser, personnaliser, on ne veut pas connaitre et pourtant cela existe.
 Mais vous avez bonne conscience de tout écraser sous un seul mouvement.
 Si vous ne le savez pas encore, ce n’est plus de la démocratie représentative qui a la cote, mais la démocratie participative et évolutive.

POUTINE EST TOUJOURS UN MARXISTE ET UN COMMUNISTE !


Mais c’est un homme politique, qui sait très bien que la Russie existe grâce à STALINE.
 
Mais de toute façon, vous ne comprendrez jamais l’ essentiel.
Je vais vous répondre comme Marx au sujet d’ un certain marxisme que revendiquaient des soi disant marxistes.
 
Je ne suis pas communiste ( sous entendu vôtre communisme)
 
Un peu comme Fidel, communiste de naissance s’ il en est, qui disait qu’ il n´était pas communiste, parce qu’ effectivement il n´était pas membre du Parti communiste Cubain de l’ époque, et que surtout il n’était pas le communiste que décrivaient les ennemis de la nécessité de changer le monde.

Vous y croyez a vos salades communistes sorties de la tombe cramoisie ?


N’avez vous pas l’impression d’être un diplodocus au rayon chaussettes de chez AUCHAN qui ne comprend pas le monde qui l’entoure. 
Vous avez pas l’impression d’être hass been ? Un vestige, un musée ? 

La « propriété des moyens de production ».....Tiens vous voulez être propriétaire ?

 
Et cet artisan clé minutes, vous voulez lui piquer son touret ? Ca va vous donner quoi ?

Et donc UBER qui ne possède aucun moyen de production ? vous voulez lui piquer son ordinateur ? C’est même pas à lui il le loue. Il y a 2 ans vous saviez même pas que ça existait.
Et donc Facebook qui ne possède aucun moyen de production ? Vous voulez lui piquer son fichier ? 
Et Nike qui ne possède aucune usine en propre ? Vous voulez lui piquer sa virgule qui fait sa marque ? Mais sans la virgule, c’est la production divisée par 10.
Et Youtube qui ne possède rien ? Vous voulez tuer les chanteurs ?
Et ces traders qui ne possèdent même pas le téléphone qu’ils utilisent ? Vous voulez leur prendre quoi ?
Et ces sites Internet qui vendent un stock dropshipping qu’ils n’ont pas ? Vous leur piquez quoi ?
 
Aujourd’hui posséder les moyens de production c’est archaïque. C’est totalement con !. C’est s’emmerder avec de la masse salariale, un lieu fixe et des masses. 
Si c’était le rêve des capitalistes du 19eme siècle qui faisait la hantise des communistes du 19eme siècle. 
Aujourd’hui les capitalistes vous les laissent les « moyens de production »
Plus vous en avez, plus vous vous faites chier.
La Fédération de Russie exporte maintenant, et pas uniquement des matières premières !
Depuis les sanctions américaines prises après le putsch nazi de Kiev organisé par Washington, et l’embargo russe sur les produits agricoles et agro-alimentaires européens qui a suivi, la Russie s’est trouvée avec un gros besoin de viande de porc et de lait, importés notamment de France.
Elle a donc relancé son agriculture, et actuellement, elle exporte... de la viande de porc et du lait !
Depuis la fin de l’URSS et des fermes d’état, les terres agricoles étaient pratiquement à l’abandon, mais maintenant, des centaines d’exploitation agricoles ont vu le jour et le métier d’agriculteur a de nouveau la cote ! Et cerise sur le gâteau : s’agissant de terres végétales, pas besoin d’engrais !
Et ce ne sont pas les clients qui manquent !
Dans d’autres domaines ( aviation civile et militaire ), la Russie a de nombreux clients dans le monde entier, et elle est en second rang derrière les USA pour ce qui concerne l’industrie de l’armement ( en quantité, mais première en qualité aux dires des experts ).
Les fusées qui approvisionnent la station spatiale internationale sont toujours russes, aux dernières nouvelles.
Actuellement, la politique suivie par Poutine est justement d’éviter le piège des exportations de matières premières, et de privilégier celles de produits finis !
On parle de Vladimir Poutine, pas de François Hollande !
Le communisme date de milliers d’années et n’ a rien à voir avec vos affirmations à l’ emporte pièce.
 
en attendant, vous vantez vos meutres, vos assassinats, vos invasions etc... pour lesquels vous semblez d’une indifférence suspecte.
 
vous vantez votre LIBERTÉ de pouvoir vivre mieux en écrasant les autres.
 
Vous haïssez l’ idée de se défendre contre ce monde de rapine. Voilà la vérité que vous camouflée sous des « arguments » qui ne sont que des interprétations du communisme qui vous croyez vous donner bonne conscience.
 
Vous êtes d’une lâcheté incommensurable, et NUL en philosophie.
 
 

 

 

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu