Avertir le modérateur

29/06/2012

Zone Euro, Accord surprise à Bruxelles, LE MONDE EST A VOUS, WorldNewsCenter,FranceWeb,e-GlobalNetWork®, Cliquer ici

Sûrement. Il est logique que l'Allemagne refuse de mutualiser les dettes des États s'il n'y a pas, en contrepartie, des mécanismes de surveillance pour éviter d'autres dérapages. Personne ne risque ses économies pour aider un voisin dépensier et surendetté. Le problème, c'est que les dirigeants français (droite et gauche) attisent l'anti-germanisme en expliquant les exigences allemandes par une volonté de domination ou de puissance. Quand Jean-Luc Mélenchonparle de "capitulation" de François Hollande devant Angela Merkel ou que Jérôme Cahuzac parle d'"hégémonisme", le vocabulaire n'est pas innocent. La vérité, c'est que, si la France était dans la même situation que l'Allemagne, nous en ferions autant. L'incompréhension vient de ce que nous rêvons d'être à leur place, mais qu'on ne s'y met pas assez...

ZONE EURO - Le président de l'UE, Herman Van Rompuy, a annoncé la mise en place d'ici la fin de l'année d'un mécanisme permettant de recapitaliser directement les banques, sous certaines conditions, via les fonds de secours FESF et MES...

Accord in extremis des Européens sur l'Espagne et l'Italie

Libération -
Un nouveau système permettra d'aider directement les banques, un sujet particulièrement pressant dans le cas de l'Espagne. Les dirigeants de la zone euro ont conclu un accord surprise dans la nuit de jeudi à vendredi pour tenter d'aider l'Italie et ...
120 milliards pour relancer la croissance en Europe
Accord surprise à Bruxelles pour donner un ballon d'oxygène à ...

«Quand ce sera prêt, le Mécanisme européen de stabilité (MES) pourra avoir la possibilité de recapitaliser directement les banques», a déclaré Van Rompuy lors d’une conférence de presse.

Un mécanisme unique de supervision financière sera établi, dans lequel «la Banque centrale européenne jouera pleinement son rôle», a expliqué le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Objectif commun pour Hollande et Merkel

Sommet UE : les recommandations acceptées, malgré les réserves belges

Le Vif -
Les chefs d'Etat et de gouvernement des 27 ont entériné jeudi soir les recommandations de la Commission européenne aux Etats membres, malgré les réserves formulées par plusieurs d'entre eux, dont le Premier ministre belge Elio Di Rupo.
 

Sûrement. Il est logique que l'Allemagne refuse de mutualiser les dettes des États s'il n'y a pas, en contrepartie, des mécanismes de surveillance pour éviter d'autres dérapages. Personne ne risque ses économies pour aider un voisin dépensier et surendetté. Le problème, c'est que les dirigeants français (droite et gauche) attisent l'anti-germanisme en expliquant les exigences allemandes par une volonté de domination ou de puissance. Quand Jean-Luc Mélenchonparle de "capitulation" de François Hollande devant Angela Merkel ou que Jérôme Cahuzac parle d'"hégémonisme", le vocabulaire n'est pas innocent. La vérité, c'est que, si la France était dans la même situation que l'Allemagne, nous en ferions autant. L'incompréhension vient de ce que nous rêvons d'être à leur place, mais qu'on ne s'y met pas assez...

News You Can Use At Your Fingertips. Is Just A Click Away !

10:37 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu