Avertir le modérateur

01/05/2015

Le capital au XXIème siècle, citoyen actif..

Tous les 600 ans environ : « Un temps de retour, c’est une fourchette »

La ville de Patan après le tremblement de terre de 1924 (Consulat du N&eacute ; pal) Car la situation géographique et géologique de la vallée de Katmandou (seule superficie de terre molle de la région) rend la ville particulièrement sensible aux secousses. D’autant que ces dernières décennies, sous le coup d’un exode rural conséquent, la ville a grandi sans grande précaution.



Le capital au XXIème siècle

 

S'il n'y avait pas eu le séisme au Népal, un violent tremblement de terre a détruit nombre de bâtiments à Katmandou, capitale du Népal, faisant plus de 1 000 morts s Le tremblement de magnitude 7,9 sur l'échelle de Richter est le plus grave depuis celui de 1934 qui avait fait 8500 Certains responsables n'excluent pas qu'au total, la catastrophe ait fait plus de 10.000 morts ,  les médias économiques américains auraient tourné en boucle tout le week-end dernier sur les nouveaux records absolus de clôture inscrits par le S&P 500 et le Nasdaq Composite.

 

Comme l’expliquait l’an dernier en détail un article de Cosmos, le Népal est fréquemment sujet aux tremblements de terre. L’Inde y pénètre sous l’Asie à la vitesse de 4 centimètres par an, exerçant une pression qui se manifeste régulièrement par des tremblements de terre. Chaque année, on dénombre une dizaine de secousses entre 4 et 5 degrés de magnitude. L’Himalaya est le résultat de ce phénomène. La plaque indienne pénétrant sous la plaque asiaitique (Capture d’écran de Cosmos)

 

Tous les 600 ans environ : « Un temps de retour, c’est une fourchette »

 

La ville de Patan après le tremblement de terre de 1924 (Consulat du N&eacute ; pal) Car la situation géographique et géologique de la vallée de Katmandou (seule superficie de terre molle de la région) rend la ville particulièrement sensible aux secousses. D’autant que ces dernières décennies, sous le coup d’un exode rural conséquent, la ville a grandi sans grande précaution.

 

Le Monde :  « Des hameaux et des villages ont été rayés de la carte en quelques minutes. A Barpak, il ne resterait que 4 maisons debout sur 200, et à Dhiska et Muchhok, toutes les maisons, soit environ une quarantaine, auraient été détruites. Le bétail aurait été décimé. Les survivants n’ont pas encore reçu de tentes ou de couvertures, encore moins de la nourriture. « Tous les jeunes du village ont émigré au Moyen-Orient pour travailler sur les chantiers de construction. Il ne reste ici que des personnes âgées, vulnérables, qui peuvent à peine se déplacer », moigne Purushu Ram, un paysan dont la grand-mère est morte sous les décombres. Le séisme a aussi transformé la topographie des lieux. « On ne sait plus qui est propriétaire de quelles terres, car elles ont changé de taille et de relief », poursuit Purushu Ram ».

 

Lire : En cartes, le séisme et ses cinquante répliques

 

Et encore : le sinistre décompte des milliers morts ensevelis à Katmandou et dans sa région a été en partie éclipsé par le décès de Dan Fredinburg, un ingénieur américain -- montagnard chevronné -- responsable de programmes de premier plan chez Google... décédé des suites d'une avalanche au pied de l'Everest.

 

Le télescopage des Unes du week-end ne s'arrête pas à la mise en équivalence de la mort d'un Occidental  ( click sur le lien)   (et de quelques autres moins "prestigieux") et de milliers de Népalais anonymes. L'actualité des affaires -- qui se confond également avec l'actualité internationale -- était largement dominée par le lancement de l'Apple Watch dans une dizaine de grands pays développés.

 

L'occasion de rappeler que le modèle "boîtier inoxydable" commercialisé en France coûte 649 euros, (environ 700 $)... soit le salaire moyen d'un Népalais en 2015.

 

La ville de Baltimore est sous haute tension depuis la mort d´un jeune détenu noir dans une prison, blessé lors de son arrestation. Une affaire de plus qui rappelle que les tensions et inégalités persistent entre Blancs et Noirs aux Etats-Unis. lire la suite 

 

Je ne sais pas s'il existe meilleure illustration de l'échelle des inégalités -- pas seulement entre l'Occident et l'Asie mais également au sein de l'Asie elle-même, puisque les habitants des grandes métropoles chinoises s'arrachent déjà l'Apple Watch... ou l'une de ses concurrentes moins chères, et parfois plus performantes, produites à Shenzhen.

 

Selon les échos Jamie Dimon pourrait toucher un bonus en stock-options estimé à 37 millions de dollars En savoir plus sur La rémunération du PDG est un sujet sensible. Certes, JP Morgan est devenu le plus grand organisme de crédit des Etats-Unis après le rachat de Bear Stearns et de Washington Mutual au plus fort de la crise.
C'est le creusement des inégalités par le haut de l'échelle sociale qui a inspiré à Thomas Piketty Le capital au XXIème siècle. - extrait .. Un ouvrage  qui a au moins le mérite d'ouvrir le débat concernant l'enrichissement sans cause des plus riches et des ultra-riches (d'après une enquête du Sunday Times, la fortune des 1 000 étrangers les plus riches installés à Londres a tout simplement doublé depuis 2009 pour atteindre 765 milliards d'euros).

 

Un creusement abyssal, économiquement a. ,La question qui est importante, et pas seulement pour des raisons historiques. Depuis les années 1970, les inégalités se sont fortement repartis à la hausse dans les pays riches, notamment aux Etats-Unis. Certes la très forte  croissance des pays émergents et notamment de la Chine, est potentiellement une puissance forte des inégalités au niveau mondial, de même que la croissance dans les pays développer pendant les 30 glorieuses. Cependant les profonds déséquilibres observés sur les marchés financiers, pétroliers et immobiliers peuvent naturellement susciter  quand au caractère inéducable de la croissance. Cependant . le Fonds monétaire international prévient que la croissance ne reviendra pas car la population vieillit et les INVESTISSEMENTS productifs diminuent.

 

Le Monde de 2050 sera-t-il détenu par les super trader, « les super-cadres » et détenteurs de patrimoine important ou bien par les pays pétroliers, la banque de Chine, à moins que cela ne soit dans les paradis fiscaux abritant l’ensemble de ces acteurs  

 

 Les politiques de la Fed (comme il y a deux ans) ou la BCE (depuis mi-janvier). amplifient, qui va s'investir dans des actifs n'existant qu'à l'état de traces numériques et qui s'inflatent comme les pseudos-bénéfices d'un gigantesque schéma de Ponzi.les actifs immatériels (actions, obligations, ETF...) vont continuer de grimper inexorablement.sous  l'effet des QE   

 

En effet les achats de T-Bonds ou d'Eurobonds permettent juste d'éviter une faillite des Etats et d'un système bancaire gorgé de bons du Trésor émis par des emprunteurs insolvables.

 

e la BCE va porter la taille de son QE à 100 milliards d'euros par mois et que la Bundesbank approuve la création de masses d'argent fictif à seule fin de permettre aux fonds de retraite -- et surtout aux hedge funds qui prennent des leviers de folie à la hausse -- de spéculer en bourse ( extrait effet levier) sur des titres ou des paniers de valeur (ETF) dont la valorisation bat déjà des records historiques.. L’expansion du crédit à COMMENCÉ avec Eisenhower Elle se poursuit aujourd’hui, à un niveau plus de 50 fois supérieur à ce qu’elle était à l’époque ( effet levier) . Et désormais, la finance et l’industrie — sans parler des prix des actifs — y sont totalement accro. Supprimez le crédit et toute l’économie sombre dans la morosité

 

L ’ampleur des montants échangés sous forme de dérivés reflète le niveau important de risque que les acteurs du marché sont prêts à prendre, s’éloignant toujours plus de leur rôle de sécurisation des échanges et de maîtrise du risque. Même en cette seconde moitié de 2011, où la crise des marchés financiers a accru l’aversion au risque, le montant des positions ouvertes est encore très élevé et pourrait très bien être la source de quelques nouvelles crises… encore plus effrayantes que les précédentes

 

Les dérivés représente 708 milliards d'eurosQuand on compare le montant nominal des produits dérivés OTC (over-the-counter) de 708 000 milliards de dollars (583 000 milliards en juin 2007) avec le PIB mondial d’environ 62 000 milliards, on comprend très vite l’énorme risque que représente ce secteur pour les marchés financiers et l'économie réelle.

 

En dépit de la crise financière de 2007 - 2008, ce secteur de la finance continue de croître de façon exponentielle par rapport à l’économie réelle. Le plus grand problème posé par les produits dérivés est le manque de liquidité de la plupart d’entre eux. On peut maintenant se poser la question de savoir quand sera atteint le million de milliards ?

 

Graphique des montants global du marché des dérivés

 

L’ampleur des montants échangés sous forme de dérivés reflète le niveau important de risque que les acteurs du marché sont prêts à prendre.  Malgré la crise des marchés financiers, au second semestre 2011, qui a accru l’aversion au risque, le montant des positions ouvertes reste encore très élevé et pourrait très bien être la source de quelques nouvelles crises, encore plus mauvaises que les précédentes

 

Christine Lagarde avertir que "le shadow banking représente un risque de catastrophe pouvant influencer l'environnement économique". Quant à Jamie Dimon, de JP Morgan, il redoute désormais une crise plus sévère que 2007/2008, de type "hyper-systémique".

 

Ils n'accordent aucune attention aux propos de la Banque mondiale qui évoque "l'imminence d'une prochaine crise du fait des risques d'instabilité portés par les marchés". Bill Gross, de PIMCO, évoque le "short du siècle" s'agissant du Bund allemand -- pourtant l'actif le plus solide en terme de notation et de solvabilité de l'emprunteur.

 

Ils ne voient pas de quoi la BRI se mêle en avertissant régulièrement la communauté financière des risques de renversement brutal de la tendance sur les marchés mondiaux (elle est la seule à connaître l'ampleur exacte des encours de dérivés qui tournent au-dessus de nos têtes et qui tendent vers le million de milliards de dollars... ce qui signifie qu'il n'existe aucune contrepartie pour des montants de cet ordre).

 

  Et il y a dans le monde 200 000 milliards de dollars de dettes, en réalité beaucoup plus de dettes que d'ÉPARGNE . Une partie de cette dette est garantie par l'argent, l'épargne. L'autre partie de cette dette est garantie par des contribuables, .. Cette dette est garantie par les contribuables, c'est ce que signifie l'expression 'figurer au bilan des Banques centrales',

 

“La Fed sait que le crédit doit se développer, sans quoi nous avons une dépression. Or aujourd’hui, les niveaux de dette sont si élevés qu’une dépression serait catastrophique. Le désastre serait mondial, il ne se limiterait pas aux Etats-Unis. . Parce qu’une dépression aux Etats-Unis signifierait que des dizaines de millions… voire des centaines de millions… de personnes en Chine et en Asie du sud-est perdraient leur EMPLOI. .Voilà pourquoi la Fed ne permettra pas une véritable contraction du crédit”.

 

 

Séisme à Katmandou : une vieille et terrible histoire NÉPAL  -25/04/2015 Xavier de La Porte | Rédacteur en chef

10:36 Publié dans 21CenturyWebArchive, Annonceurs, ArchiveWeb21,RetroNews, Articles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu