Avertir le modérateur

30/04/2016

Joseph Schumpeter et le rôle de l´entrepreneur, Schumpeter estime, que l´apparition de monopoles est un moyen de prolonger la dynamique de l´entrepreneur, Selon lui, l´entrepreneur ne peut enrichir la société que s´il évolue dans un environnement social .

Joseph Schumpeter et le rôle de l´entrepreneur

article de Jean-Marc Daniel ( professeur à l´ESCP-EAP).
Le Monde daté du mardi 31 octobre 2000
 

Le courageux qui, armé de crédits bancaires, fonde une entreprise et contribue ainsi à la croissance économique a trouvé son défenseur le plus illustre au milieu du XXe siècle en la personne de Joseph Schumpeter, à un moment où le capitalisme et la libre entreprise doutaient d´eux-mêmes. Le nom de cet économiste autrichien est tellement associé à la réflexion sur le créateur d´entreprise que l´on parle souvent d´« entrepreneur schumpétérien ». Pourtant sa contribution à la science économique ne se limite pas à la défense de l´audace entrepreneuriale et compte parmi les plus originales et les  plus importantes qui soient;  Joseph Schumpeter naît en 1883, à Triesch, une ville austro-hongroise aujourd´hui tchèque. Sa famille de culture germanique y est propriétaire d´importantes usines textiles. Il se consacre à l´étude du droit, puis attiré par les mathématiques et fasciné par les cours de Böhm-Bawerk, un des économistes les plus en vue de l´université de Vienne, il s´oriente vers l´enseignement de l´économie. 

Auteur prolixe, bon pédagogue, il ne se contente pas d´être un théoricien. L´effondrement de l´empire des Habsbourg le pousse à s´investir dans la lutte pour la survie d´une Autriche réduite à sa plus sim ple expression géographique. En 1919, il est ministre des finances d ans un gouvernement dominé par les socialistes, bien qu´il se méfie de leurs idées.

Après avoir vainement tenté de créer une monnaie stable et d´endiguer l´inflation, il démissionne pour présider la Biedermannbank. La faillite de celle-ci en 1928 et le climat de violence politique qui règne en Autriche l´incitent à partir pour occuper une chaire à Bonn. La montée du nazisme l´oblige à quitter l´Allemagne en 1932 pour Boston, où il finira ses jours, après plusieurs années d´enseignement à Harvard.

Ses cours portent à la fois sur l´histoire de la pensée économique à laquelle il consacre un énorme livre, véritable somme qui aujourd´hui encore n´a guère d´équivalent, et sur ses propres théories, dont l´originalité s´affirme autour de trois idées.

La première concerne la notion d´équilibre, sur laquelle a été centrée la science économique depuis ses origines. Celle-ci s´est construite comme une recherche du mode d´organisation de la production et de l´échange qui garantisse la meilleure répartition des richesses. Les réflexions favorables ; ou critiques ; au marché ont reposé sur une approche statique, dans laquelle la croissance est liée à l´évolution de la population et à une intégration régulière et continue du progrès technique.

Schumpeter se démarque de cette démarche en soutenant que l´économie obéit à un processus dynamique entretenu par quelques individus, les entrepreneurs, qui combinent esprit de décision et capacité à découvrir, dans la masse des innovations scientifiques, celles qui permettront l´augmentation de la productivité et celles qui satisferont une demande non encore révélée. La croissance économique résulte d´un mécanisme de création;destruction, où des entreprises obsolètes font faillite et cèdent la place à celles dont les fondateurs ont conçu des produits nouveaux correspondant à l´attente des consommateurs.

Ses travaux l'incitent également à s´intéresser à la notion de concurrence et au fait qu´elle a tendance à s´autodétruire. Alors que les libéraux jugent cette évolution néfaste, considérant que seule la concurrence conduit à l´équilibre économique, et que les marxistes y voient l´annonce de la disparition du capitalisme, Schumpeter estime, au contraire, que l´apparition de monopoles est un moyen de prolonger la dynamique de l´entrepreneur. Pour se sauver en situation de concurrence, une entreprise doit sans cesse réduire ses prix, donc laminer ses profits et se priver, par conséquent, du financement de ses investissements.  Le monopole, libéré de cette contrainte, peut dégager, en augmentant ses prix, des moyens qui lui permettent d´investir et de financer la recherche scientifique indispensable à l´émergence de nouveaux produits. Schumpeter explique évidemment qu´il y a des limites à ce raisonnement et qu´un monopole ne pourra abuser de la situation sous peine de voir les consommateurs boycotter ses produits si les hausses de prix devenaient intolérables.

Son troisième apport porte sur l´évolution à long terme de la société. Rendu profondément pessimiste par l´histoire européenne des années 30, il publie en 1942 Capitalisme, socialisme et démocratie, où il prédit l´avènement de l´économie planifiée. Selon lui, l´entrepreneur ne peut enrichir la société que s´il évolue dans un environnement social et culturel favorable. Or il est en butte à l´envie suscitée et entretenue par les mouvements totalitaires, fasciste et bolchevique. Progressivement écœuré, l´entrepreneur finira par abandonner la partie, précipitant l´économie vers le déclin et livrant la société aux extrémistes de tout bord. Aux yeux de l´économiste autrichien, l´entrepreneur est donc appelé à être supplanté comme élément moteur de la société par le planificateur.

Schumpeter meurt en 1950, désabusé à la fin d´une vie heurtée ; il a dû fuir à plusieurs reprises et s´est marié trois fois ; et las d´un monde où le stalinisme semble irrésistible. Il laisse, outre une oeuvre considérable, une multitude d´anciens élèves. Beaucoup d´entre eux, pourtant, s´emploieront à diffuser les idées de Keynes, alors qu´à la mort de ce dernier Schumpeter avait émis des réserves sur ses théories, pronostiquant que les politiques de déficit budgétaire finiraient davantage par l´explosion de l´inflation que par la réduction du chômage.  Perspicace sur les défauts du keynésianisme, Schumpeter s´est néanmoins laissé aveugler, comme beaucoup, par les prétendus succès de l´URSS. Le triomphe du planificateur qu´il avait cru définitif fut de courte durée. Ce dernier a quitté la scène historique, avec pour tout bilan une pathétique faillite économique et morale. Aujourd´hui, l´économie mondiale connaît de nouveau une forte croissance grâce au dynamisme de quelques jeunes gens férus de nouvelles technologies que les professeurs d´économie qualifient doctement d´« entrepreneurs schumpétériens », redonnant toute leur actualité à ses premières intuitions.

 

Webmaster : P.Déchamps (envoyez vos textes au format Word)
Copyright © 1999 management et entreprise INSA de Lyon     Dernière modification : 10 juillet 2001

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu