Avertir le modérateur

23/11/2016

Inégalités : pourquoi le modèle social français marche mal, Analyse Les inégalités sont un mythe et l’égalitarisme est une injustice, L’étatisme partout ?

Denis Kessler, ancien vice-président du MEDEF, écrit dans l'éditorial du magazine Challenges en octobre 2007 :

« Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s'y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d'importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme... A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance10 ! »

Les inégalités sont un mythe et l’égalitarisme est une injustice

Publié le dans Économie générale

Inégalités : pourquoi le modèle social français marche mal

26 avril 2016 - Ecartelé entre le modèle libéral anglo-saxon et le modèle social-démocrate scandinave, le modèle social français fonctionne mal. Une situation qui mécontente tout le monde, mais n’est pas prête de changer. Le point de vue de Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques.

Selon les chiffres de l’OCDE, la France se caractérise par un niveau d’inégalités de revenus relativement limité et stable dans un contexte où celles-ci s’accroissent rapidement ailleurs. Pourtant, loin de considérer cet état de fait comme un atout, la plupart des Français sont mécontents du système de redistribution qui permet d’atteindre ce résultat. Pourquoi en est-il ainsi ?

Il existe deux types de modèles sociaux qui, bien que très différents, possèdent une cohérence interne suffisante pour permettre aux sociétés qui les ont adoptés de trouver leur place dans une mondialisation et une Europe mal régulées : d’une part le modèle anglo-saxon et d’autre part le modèle scandinave.

Dans le modèle anglo-saxon, les revenus dits primaires, ceux qui résultent directement de l’activité économique, sont caractérisés par des inégalités élevées. Là-dessus se branche un Etat qui fait la police sans hésiter, consacre aussi des efforts non négligeables pour la défense nationale et n’hésite pas non plus à intervenir activement sur le plan budgétaire pour soutenir l’activité quand celle-ci flanche. Mais il n’essaie pas vraiment de corriger les inégalités à travers un système social et fiscal de grande ampleur. Il se contente à ce niveau d’offrir un filet de sécurité minimale pour éviter que les pauvres ne tombent dans la misère. Dans ces sociétés, la vie des moins qualifiés est très difficile et la flexibilité du marché du travail entraîne des cycles économiques marqués mais, globalement, il est vrai que ce mode de fonctionnement donne à ces économies une certaine agilité. Les pays anglo-saxons ont su depuis quarante ans tirer leur épingle du jeu de la mondialisation. Si on considère la crise amorcée en 2008, ils ont réussi à se redresser plus rapidement que les autres.

De l’autre côté, on trouve les pays scandinaves. La situation y est quasiment symétrique. Les inégalités de revenus primaires sont relativement limitées. Ceux qui ont déjà fait l’expérience traumatisante d’aller boire une bière à Stockholm ou à Copenhague le savent : cela coûte très cher, parce que la TVA y est de 25 % afin que les importations financent le système social. Aussi parce que le niveau de salaire d’un barman n’est pas très différent de celui d’un enseignant ou d’un cadre du secteur privé.

Sur cet éventail de revenus primaires limité, s’ajoutent des dépenses publiques très élevées. Avec notamment davantage d’emploi public qu’en France. Mais comme ces dépenses se greffent sur des revenus primaires peu inégaux, elles ont davantage un caractère de mutualisation, entre chômeurs et employés, malades et bien portants, jeunes et retraités, que de redistribution à proprement parler. Ce qui contribue à rendre ces prélèvements relativement consensuels : même quand la droite est au pouvoir, ils ne sont pas fondamentalement remis en cause.

Et malgré un coût du travail très élevé, plus élevé qu’en France en particulier, ces pays parviennent à trouver leur place dans la mondialisation. Comme les pauvres de ces sociétés ont quand même des revenus significatifs et sont plus qualifiés, ils adoptent aussi très rapidement les innovations et forment eux-mêmes un réservoir large d’entrepreneurs potentiels. Comme les inégalités de revenu sont faibles à la base, la volonté et la capacité à coopérer loyalement est relativement forte dans la société, et notamment dans les entreprises. Ce qui constitue un avantage compétitif malgré un coût du travail élevé. Même si la crise des migrants secoue particulièrement plusieurs de ces pays et remet en cause la stabilité de ces modèles sociaux, ils ont jusqu’ici résisté aux crises qui ont marqué les quarante dernières années et servent fréquemment de modèles dans le débat public français, qu’il s’agisse de l’école finlandaise ou de la flexisécurité [1] danoise.

La France écartelée

La spécificité et la faiblesse du modèle social français est d’être écartelé entre ces deux modèles. La France est un pays beaucoup moins égalitaire qu’elle n’a tendance à le croire. Il n’y a guère que dans l’Hexagone par exemple qu’existe la notion de « cadre » pour distinguer les salariés du haut du panier du reste des prolétaires. Nous sommes aussi les seuls à nous être dotés d’un système de grandes écoles qui structure aussi fortement les hiérarchies sociales et les devenirs professionnels. Une caractéristique renforcée par le poids d’un appareil d’Etat qui, bien que républicain, a été créé par les rois pour mater leurs nobles puis consolidé et étendu par des généraux, et notamment sous la dictature de Napoléon Bonaparte, dans une logique très verticale et autoritaire et fort peu participative et égalitaire. Ce fonds inégalitaire n’est pas cependant une spécificité française : c’est une caractéristique commune à tous les pays d’Europe du Sud. Les inégalités sont même plus fortes encore en Italie, en Espagne, au Portugal ou encore en Grèce mais nous sommes sur ce plan beaucoup plus latins que nous ne voulons bien l’admettre.

Sur ce fonds inégalitaire, les Français ont branché un système social et fiscal de taille scandinave. Celui-ci parvient bien d’ailleurs in fine à corriger les inégalités importantes de revenu et à faire de la France un des pays développés où ces inégalités restent les plus limitées, même si elles ont eu tendance à s’accroître comme partout. Mais du coup, ce système social et fiscal s’avère très redistributif, déclenchant un fort mécontentement parmi les couches les plus aisées de la population qui ont le sentiment qu’on leur prend beaucoup d’argent pour le donner aux pauvres. Du côté des pauvres en question, la satisfaction n’est pas non plus au rendez-vous : malgré leur ampleur, ces transferts ne parviennent pas à corriger les inégalités qui se forment à la base, dans l’activité économique réelle. Les politiques du logement et de la ville, quoique coûteuses, se sont révélées incapables de limiter la ghettoïsation de nombreux quartiers et la ségrégation urbaine. Le pire est probablement atteint avec le système éducatif français, l’un de ceux qui, au sein des pays de l’OCDE, reproduit le plus les inégalités sociales de départ…

Bref, malgré l’ampleur indéniable de la redistribution, les pauvres sont eux aussi mécontents parce que la République n’est manifestement pas à la hauteur de sa devise d’égalité et de fraternité. L’efficacité économique n’est pas non plus au rendez-vous : l’élitisme des couches supérieures gêne la coopération au sein des entreprises. La mauvaise qualité de la formation donnée au plus grand nombre freine l’innovation et limite le réservoir d’entrepreneurs potentiels. Les tensions sociales récurrentes et l’instabilité politique effraient les investisseurs… Malgré des niveaux de dépenses publiques et d’inégalités de revenus après redistribution relativement proches, on est donc très loin du modèle scandinave.

Que faire ?

Face à un tel constat, que faire ? On peut être tenté tout d’abord de se rapprocher du modèle anglo-saxon en diminuant drastiquement les dépenses publiques, et particulièrement celles de la protection sociale. On acterait ainsi notre fond inégalitaire en renonçant à faire semblant de chercher à le corriger. C’est ce que la droite dit régulièrement vouloir faire mais, quand elle est au pouvoir elle ne le fait que finalement très peu. Notamment parce que le niveau élevé des dépenses publiques français a aussi un rôle déterminant pour limiter les inégalités territoriales et maintenir la cohésion d’un pays marqué par de profonds déséquilibres géographiques résultant de plusieurs siècles de centralisation.

On peut aussi vouloir évoluer plutôt dans la direction du modèle scandinave en cherchant à devenir plus égalitaire à la base, avant redistribution. C’est plutôt le discours de la gauche politique. Mais elle non plus n’essaie guère de le mettre réellement en œuvre quand elle est aux affaires. Pour une raison simple : les grands perdants d’une telle évolution seraient d’abord sa base sociale. La gauche politique et syndicale est aujourd’hui dominée par les couches moyennes salariées de la fonction publique et des grandes entreprises. Or, si on limitait l’écart qui les sépare aujourd’hui des salariés les moins favorisés comme c’est le cas en Scandinavie, cela impliquerait que les électeurs socialistes perdent du pouvoir d’achat en payant plus cher leur femme de ménage, les gens qui entretiennent leur pavillon de banlieue, leurs repas au restaurant… De quoi refroidir les enthousiasmes. Bref, le malaise français sur les questions d’inégalités et de redistribution a encore de beaux jours devant lui.

Par Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives Economiques et auteur de « La France ne sera plus jamais une grande puissance ? Tant mieux ! » éditions La Découverte, 2015.

Photo / DR

Notes

[1Mélange de flexibilité de licenciement mais aussi d’indemnités plus grandes pour ceux qui sont licenciés.

Date de rédaction le 26 avril 2016

 © Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

 
 

Sur le même sujet

Les inégalités dans les pays de l’OCDE : l’écart entre riches et pauvres se creuse

25 octobre 2016
Depuis les années 1980, les inégalités de revenu ont augmenté dans la plupart des pays de l’OCDE. L’analyse des principales causes par Michael Förster, Odile Rouhban et Céline Thévenot de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), extrait de la revue Après-demain.

« Que faire contre les inégalités ? » : des images et des actes

14 octobre 2016
Mettre en image les inégalités, c’est notre objectif avec la réalisation de deux visuels animés. A découvrir et à partager autour de vous.

Faut-il s’inquiéter des inégalités et de la pauvreté dans les pays riches ?

26 décembre 2014
Doit-on s’inquiéter de la pauvreté et des inégalités sociales dans un pays riche comme la France, quand on connaît la misère des conditions de vie des habitants des pays les plus pauvres du monde ? Une analyse de Cédric Rio et Louis Maurin, de l’Observatoire des inégalités.

L’accès à l’éducation progresse dans le monde, mais les inégalités persistent

4 novembre 2014
En dix ans, les taux de scolarisation ont progressé dans le monde pour tous les niveaux d’éducation. Mais l’accès à l’école ne dit rien des conditions d’enseignement. De plus, les données globales cachent des écarts persistants entre régions du monde et au sein des pays eux-mêmes. Par Nina Schmidt, de l’Observatoire des (...)

« Il est urgent et possible de tendre vers un monde moins inégalitaire. » Entretien avec Marie Duru-Bellat, sociologue.

27 février 2014
Cinq millions d’enfants meurent de faim chaque année dans le monde. 48 ans d’espérance de vie en Sierra Leone, contre 84 au Japon. Comment penser l’injustice hors de nos frontières ? Entretien avec Marie Duru-Bellat, professeure de sociologie à Sciences Po-Paris, auteure de « Pour une planète équitable. L’urgence d’une justice globale (...)

Les inégalités de conditions de vie dans le monde

25 février 2014
89 % de la population mondiale a accès à l’eau potable. L’espérance de vie a progressé de 21 ans depuis les années 1950. 89 % des enfants sont scolarisés au primaire. Les conditions de vie se sont améliorées dans le monde. Les pays les plus pauvres restent néanmoins très en retard.

Des images contre les stéréotypes : le prix « Jeunesse pour l’égalité » est lancé

30 septembre 2013
Un garçon, ça aime décider. Par contre les filles sont dociles par nature. Etre handicapé et sportif de haut niveau, c’est impossible. Les étrangers réussissent moins bien que les autres à l’école. Quand on est fille ou fils d’ouvriers, on n’est pas fait pour être ingénieur…Vous en avez assez des clichés ?

« Les inégalités de revenus augmentent dans les pays de l’OCDE », entretien avec Maxime Ladaique de l’OCDE

23 juillet 2013
L’OCDE vient de publier une étude qui montre l’impact des premières années de la crise économique (de 2007 à 2010) sur la distribution des revenus des personnes dans les pays de l’OCDE.

« Les inégalités de revenus entre les populations du monde diminuent depuis le début des années 2000 », entretien avec Branko Milanovic, économiste à la Banque mondiale

28 février 2012
Les inégalités de revenus dans le monde diminuent depuis le début des années 2000, mais restent à un niveau très élevé. Branko Milanovic, chef-économiste à la Banque mondiale, est l’un des spécialistes de la question des inégalités de revenus dans le monde.

Les inégalités augmentent en Chine

10 février 2012
Le rapide développement économique de la Chine s’est accompagné d’un accroissement des inégalités de revenus. La concentration des richesses y est plus forte qu’aux États-Unis.

Pourquoi les sondages électoraux sont de moins en moins fiables ?

Or, il semble que le monde occidental soit parcouru par une vague de pression moralisatrice sans précédent. Puisque la classe politico-médiatique ne cesse d’intervenir pour orienter les électeurs vers le camp du Bien, les erreurs des sondages n’ont elles pas toutes les chances de se reproduire ?

Il est difficile de répondre à cette question pour le moment. Car, en réalité, deux forces contraires risquent de s’affronter dans les années à venir :

la transparence éthique des sondeurs : les méthodologies en sciences sociales permettent de parvenir à une très bonne fiabilité. Mais elles coûtent cher et ne seront pas forcément du goût des commanditaires…

l’escalade dans la manipulation des foules : les peuples en font encore et toujours à leur tête. Hommes politiques et journalistes ne seront-ils pas tentés d’accroître leur pression normative ?

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu