Avertir le modérateur

13/05/2017

Pourquoi il ne faut pas laisser l’Afrique devenir une gigantesque ferme alimentaire..

L’Afrique abrite 1,2 milliard de personnes, mais en 2050, ce nombre devrait doubler, et peut-être doubler encore d’ici la fin du siècle pour atteindre plus de 4 milliards de personnes.

Globalement, nous pouvons dépasser 11 milliards d’âmes sur terre. C’est bien sûr un résultat des énormes progrès que nous avons faits en matière de santé publique.

Une autre cause de confiance, est l’énergie et l’esprit d’entreprise dans de nombreuses régions du continent africain - un esprit inégalé partout dans le monde. Il est facile de voir que nous sommes à la pointe d’un grand changement positif.

La contrepartie évidente est le désastre environnemental qui attend le continent.


 
Les éléphants ont de gros problèmes. Même si nous avons combattu le braconnage et le commerce illégal de l’ivoire, le potentiel de durée de vie de l’espèce a été scellé dans les projections pour la croissance de la population et de la façon dont nous prévoyons de nous nourrir dans le siècle - en cherchant que l’Afrique soit le prochain grenier à grains.
 

L’Afrique abrite 1,2 milliard de personnes, mais en 2050, ce nombre devrait doubler, et peut-être doubler encore d’ici la fin du siècle pour atteindre plus de 4 milliards de personnes. Globalement, nous pouvons dépasser 11 milliards d’âmes sur terre. C’est bien sûr un résultat des énormes progrès que nous avons faits en matière de santé publique.

Une autre cause de confiance, est l’énergie et l’esprit d’entreprise dans de nombreuses régions du continent africain - un esprit inégalé partout dans le monde. Il est facile de voir que nous sommes à la pointe d’un grand changement positif.

La contrepartie évidente est le désastre environnemental qui attend le continent. Cela a été aggravé par des joueurs numériques qui laissent l’avenir des écosystèmes fragiles de notre planète hors de l’équation alors qu’ils tentent de trouver des réponses sur la façon de combler des milliards de ventres. Plusieurs scénarios pour l’expansion des terres cultivées - dont beaucoup se concentrent sur les soi-disant « terres partielles » en Afrique - ont déjà efficacement éliminé un avenir à l’état sauvage de leurs éléphants.

Ces projections ont réservé pour l’agriculture une énorme étendue de terres allant du Nigeria au Soudan du Sud, ou des parties de l’Afrique de l’Ouest pour la conversion aux plantations d’huile de palme. Les économies sont déjà structurées pour l’avenir et nous bloquent dans un chemin insoutenable à l’air de Feed the World - mais avec l’Afrique fournissant la nourriture.

Certains modèles suggèrent que 29% des éléphants existants sont affectés par le développement de l’infrastructure, la croissance de la population humaine et l’expansion rapide des zones urbaines et agricoles ; Ce chiffre pourrait atteindre 63% d’ici 2050. Si nous continuons comme cela, les éléphants verront leurs itinéraires migratoires devenir des couloirs étroits avant d’être coupés. Inévitablement, en tant que concurrents pour l’espace, les éléphants se disputeront avec nous. Mais étant l’espèce dominante sur cette planète, nous gagnerons. Et l’Afrique deviendra une ferme géante.

Mais nous pouvons changer cette trajectoire si nous agissons maintenant sur trois solutions claires - et même créer un scénario gagnant-gagnant dans lequel les générations futures de l’Afrique sont en tête grâce à des écosystèmes sains.

La première est une meilleure planification de l’utilisation des terres ; Établissant des limites claires et des limites au développement urbain et à l’agriculture. Le bénéfice ici est que lorsque nous sommes contraints, nous innovons. L’utilisation des terres devient plus considérée et plus efficace.

Le deuxième est le rendement agricole - en regardant la production alimentaire dans la région subsaharienne et en la comparant à, par exemple, l’Union européenne, on peut clairement voir des gains énormes. Avec le bon investissement, les rendements pourraient doubler. Les meilleurs choix et la technologie élimineront la tentation simplement de labourer davantage de terres.

Nous devons considérer la conservation non comme un coût ou un fardeau, mais plutôt comme un investissement dans notre propre survie

Troisièmement, nous avons besoin de zones de conservation qui génèrent des avantages tangibles pour les personnes qui vivent aux côtés de la vie sauvage, créant des économies vertes et locales qui peuvent sécuriser l’achat local. La Namibie a fait de grands progrès dans la fourniture de terres appartenant à la collectivité en dehors des parcs nationaux, alors que la loi de conservation conservatrice du Kenya crée un cadre plus solide pour que les communautés protègent et profitent.

Surtout, nous devons considérer la conservation non comme un coût ou un fardeau, mais plutôt comme une opportunité d’affaires et un investissement dans notre propre survie. C’est un argument que j’ai (ndlr Erik Solheim, executive director of UN Environment Programme) porté avec moi dans les négociations sur le climat, où, depuis des années, nous sommes en désaccord sur qui devrait payer le projet de loi. Enfin, nous commençons à voir une économie verte inclusive et un changement vers des technologies comme les énergies renouvelables comme une générosité. Ces changements peuvent être les moteurs d’une meilleure qualité de vie, des emplois mieux rémunérés et un potentiel de croissance de plusieurs décennies.

Le bien-être humain et la survie de nos écosystèmes sont inextricablement liés. La santé des éléphants d’Afrique - une espèce clé qui sert de baromètre non seulement à l’état de l’environnement, mais aussi à nos perspectives d’espèce. Autrement dit, nous devons sécuriser l’espace pour les deux.

Dans le cadre de notre série sur la conservation des éléphants, nous étudions l’impact du développement humain sur l’habitat faunique en Afrique.

Le journalisme d’investigation indépendant du Gardian dont vient cet article prend beaucoup de temps, d’argent et de travail acharné à produire. Mais nous le faisons parce que nous croyons que notre point de vue est important, car cela pourrait aussi être votre point de vue.

Pour soutenir financièrement The Guardian

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu