Avertir le modérateur

18/10/2017

FranceWebAsso,PoissySmartCityVilleConnectée,SRU-Electronics,Des communautés d'entraide aux allures d'experts,Attirance réciproque. Non, le blogging n’est pas mort. Il se porte à merveille. Et voici pourquoi…À tous nos lecteurs en France

francewebeglobal-avec-vous3.jpg

Un univers de possibilités

 

« Confiance et croissance, l’avenir c’est la France ! »

 

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances. Ceci est notre engagement.

 

Global4.gifPassionné par tous les sujets et problématiques de communication, ainsi que les questions relatives à la stratégie et à la gestion de marques, je dédie ce blog à tous ceux que ces disciplines et que l'actualité des marques intéressent. Retrouvez le fruit de ma veille perso #communication - #marketing - #branding - #réputation ainsi que mon profil sur les plateformes suivantes :

 

 C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

C'est notre capital !

Entrez votre adresse e-mail pour être notifié(e) des prochaines publications...

Rejoignez d'autres abonnés. C'est grâce à vos abonnements que vous construirez votre fil d'actualité. Construire un bon fil est au cœur du fonctionnement de FranceWeb. En construisant un fil qui vous reflète ainsi que vos intérêts, vous verrez avec quelle rapidité FranceWeb devient une partie inestimable de votre vie.

 

À tous nos lecteurs en France, J'irai droit au but : aujourd'hui, je vous demande d'aider Wikipédia. Afin de préserver notre indépendance, nous ne diffuserons jamais de publicité. Notre existence dépend de vos dons. Ils sont en moyenne de 10 €, mais seule une faible part de nos lecteurs fait un don. Si chaque personne qui lit ce message donnait 2 €, cela permettrait à Wikipédia de continuer à prospérer de nombreuses années. Le prix d’un café, c’est tout ce dont nous avons besoin. Lorsque j'ai décidé que Wikipédia serait un projet sans but lucratif, on m’a prévenu que j’allais le regretter. Plus de dix ans se sont écoulés et aujourd’hui Wikipédia est toujours, parmi les dix sites web les plus visités au monde, le seul à être géré par une organisation à but non lucratif et une communauté de bénévoles. Est-ce que je n'ai jamais pensé à l'argent qu'on aurait pu gagner si le site avait eu recours à la publicité ? Si, bien sûr. Mais ce ne serait pas pareil. Les gens ne lui feraient pas confiance. J’espère que vous considérez l’importance d’un accès illimité à des informations fiables et neutres. Aidez-nous à garder Wikipédia accessible en ligne et lui permettre de croître. Merci. — Jimmy Wales, Fondateur de Wikipédia

Non, le blogging n’est pas mort. Il se porte à merveille. Et voici pourquoi…

Cette semaine, j’ai eu la chance d’assister à la nouvelle édition du HubForum, invitépar les organisateurs en tant qu’influenceur (Découvrir l’impact des principaux influenceurs selon LinkFluence et MakeMeStats). Merci à Emmanuel Vivier, Vincent Ducrey, Mathieu Flaig pour l’invitation et à Alix Bourgeois de l’agence presse HopScotch pour sa disponibilité. Cette nouvelle édition de l’événement phare du Hub Institute avait pour thématique l’accélération de la transformation digitale en 2018. Une centaine d’intervenants de haut vol, experts en marketing et en innovation, se sont succédés sur la scène de la Maison de la Mutualité à Paris. Des représentants de grandes entreprises comme TF1, Orange, LaRedoute, Carrefour, Crédit Mutuelle, SNCF, La Poste, Air France KLM, AccorHotels, ainsi que des grands acteurs du digital et du Social Media comme Google, Facebook, Twitter étaient sur place… L’occasion d’échanger sur les best practices et tendances marketing pour les mois et années à venir. (#hubforum sur Twitter)

  • Accélérer : la solution !

Emmanuel Vivier, co-fondateur du Hub Institute, a d’abord présenté les 8 tendances qui marqueront la transformation digitale des entreprises et il a notamment mis en avant le rôle de l’Intelligence Artificielle (IA ou AI en anglais) en 2018. Une thématique qui m’intéresse particulièrement, vous le savez. « La transformation numérique continue sa progression, les entreprises encore à la traine n’ont désormais plus beaucoup de temps pour rattraper leur retard. Cette transformation amène dans son sillon l’intelligence artificielle : 2017 aura été l’année de l’IA ! Les envies de se transformer sont énormes mais très peu d’entreprises sont capables de connecter leur data à l’IA. Toutes les entreprises ne sont malheureusement pas prêtes à l’adopter. Une seule solution pour ne pas rester scotcher : accélérer ! ». Vous souhaitez découvrir dès maintenant les 7 autres tendances identifiées par Emmanuel Vivier et ses explications, je vous invite à télécharger son support de présentation en remplissant ce petit formulaire. Si vous préférez directement voir la vidéo de son intervention, rendez-vous sur YouTube. Et si vous souhaitez en savoir plus sur la tendance liée à l’IA, lisez la suite.

Le Club XXIème siècle soutient ViensVoirMonTaf !

logo_club21emeDepuis 12 ans, ce réseau promeut la diversité comme une opportunité pour le pays.
Le club soutient des dizaines de milliers de jeunes partout en France et en Europe.
 
Quelques uns de leurs programmes les plus connus : Financités, Talentcités, Les Entretiens de l’excellence, des dîners-débats avec des personnalités politiques (Najat Vallaud-Belkacem, Alain Juppé en octobre)…
 
Le Club a désigné un référent ViensVoirMonTaf pour guider ses adhérents dans l’accueil d’un stagiaire !
Pour en savoir plus : http://club21siecle.org/

Les médias sociaux mènent la danse

Relation client

09/10/2016 -

Sur les réseaux sociaux, les clients attendent plus de réactivité et de transparence de la part des marques. Cette nouvelle relation offre des opportunités de vente et de communication.

 

© ANNE-GAELLE AMIOT/LEZILUS POUR STRATÉGIES

 

C’était en 2013, autant dire la haute antiquité, compte tenu de la vitesse à laquelle évolue internet. L’acheteuse d’un ordinateur à la Fnac qu’elle découvre abîmé au déballage peine à en obtenir l’échange auprès d’un vendeur qui la reçoit fraîchement. Mécontente, elle publie sur la page Facebook du distributeur son histoire, qui récolte quelque 12 000 «likes» en un temps record. Embarrassé par l’ampleur que prend l’incident, l'«agitateur culturel» lui adresse un message d’excuse et lui fait livrer un nouvel ordinateur, assorti d’un chèque-cadeau. Morale de l’histoire? «Sur les médias sociaux, une mauvaise expérience peut vite se transformer en mauvais buzz pour la marque. Le client est devenu plus exigeant parce que les médias sociaux lui donnent les moyens de le devenir», résume Laure Frémicourt, directrice du planning stratégique de l'agence digitale Disko.

De fait, l’influence et l’audience des médias sociaux ne cessent de croître, comme l’atteste un sondage réalisé en 2016 par l’institut Harris Interactive: 71% des internautes de 15 ans et plus y sont actifs, et ils ne se limitent pas à Facebook. Snapchat, qui permet le partage éphémère de photos cartonne sur la cible jeune; Pinterest, pour les recettes et tutoriels, attire un public féminin. La prolifération des plateformes oblige déjà les marques à faire des choix. Mieux vaut bétonner sa présence sur un réseau social qui colle à sa cible que de se disperser. «Une marque de mode trouvera intérêt à aller sur Snapchat, pas forcément un constructeur automobile, dont les clients ont plus de 50 ans», pointe Jérémie Mani, président de l’agence Netino, spécialisée dans la relation client digitale.

Attirance réciproque

Quelles que soient leurs caractéristiques, les médias sociaux offrent déjà de belles opportunités pour mieux gérer la relation client: 53% des sondés déclarent suivre les marques via ces plateformes, les bons plans et l’actualité constituant les principales attentes (49% et 43% de souhaits), 62% les utilisent pour se renseigner en amont, 49% pour réaliser un achat et 42% pour contacter le service client.

Certes, le téléphone et l'e-mail devancent encore les médias sociaux dans les usages, mais ces chiffres sont suffisamment élevés pour que les entreprises investissent massivement dans le social CRM, qui permet aux consommateurs d’échanger entre eux et avec la marque. Ainsi, Air France a investi treize plateformes, certaines mondiales (Facebook, Twitter, Instagram…) et d’autres locales (Sina Weibo en Chine, Kakao Talk en Corée du Sud…). La compagnie mobilise pour ce faire une «équipe de 60 personnes répartie dans cinq centres de contacts dans le monde, qui dialoguent en neuf langues 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7», précise-t-on au service presse d'Air France. Et même avec une présence plus modeste, les médias sociaux se révèlent utiles «pour écouter les clients, se nourrir des conversations, améliorer et enrichir l’offre de services», explique Thomas Valeau, directeur de la relation client chez JC Decaux pour l’activité vélo en libre-service, qui s’affiche sur Twitter et Facebook.

Résolus à monétiser leur audience, les médias sociaux ne ménagent pas non plus leurs efforts pour attirer les entreprises. Dès 2015, Instagram a lancé Self-Serve une plateforme d’édition publicitaire qui permet aux particuliers de contacter directement l'entreprise grâce à un bouton donnant accès à son numéro d'appel, courrier électronique et site web. De son côté, Twitter a inauguré un bouton d’envoi de message privé que les entreprises peuvent intégrer à leur site pour dialoguer plus facilement avec leurs clients.

Mais c’est sans conteste Mark Zuckenberg qui mène la danse dans ce domaine avec Facebook (1,7 milliard d’utilisateurs actifs par mois) et la messagerie instantanée Messenger (700 millions d’utilisateurs actifs mensuels), tous deux solidement implantés sur mobile (près de 90% des utilisateurs sont des mobinautes). Jouant la synergie, Facebook propose aux commerçants d’intégrer gratuitement un plug-in Messenger à leur page Facebook et à leur site pour nouer plus facilement le dialogue. Tout récemment, le réseau social a annoncé qu’il allait permettre le paiement direct sur l'application Messenger via les chatbots, réduisant encore le nombre de clics menant à l’achat.

Des communautés d'entraide aux allures d'experts

Pour l’agence digitale The Social Client, qui a publié un livre blanc sur la relation client avec Messenger, cette nouvelle fonctionnalité constitue une révolution, car les marques présentes sur Facebook peuvent désormais répondre directement au client par message privé. «Outre le gain de temps, cette nouveauté permet de montrer leur réactivité et d’engager un échange beaucoup plus efficace», pointe Vanessa Boudin-Lestienne, cofondatrice et directrice générale adjointe de The Social Client. Messenger va ainsi générer des échanges qui enrichiront les bases de données client des entreprises utilisatrices et amélioreront d’autant la pertinence des futures actions marketing.

Les entreprises peuvent aussi créer leur propre média social, qui prend alors la forme d’une communauté d’entraide entre consommateurs, à l’instar de L’Oréal, Darty, Kiabi ou Amazon, permettant à leurs clients de poser des questions en ligne sur l'usage et les caractéristiques de chaque produit, avant la vente comme après. Sur le site de vente en ligne de L’Oréal, par exemple, la présentation détaillée de chaque produit s’accompagne d’une fenêtre baptisée «entraide visiteur», où l’on peut solliciter les autres internautes et/ou l’équipe L’Oréal Paris.

Sachant que les vendeurs ne peuvent connaître parfaitement toutes les références et que les utilisateurs au quotidien d’un modèle particulier de machine à laver ou de rouge à lèvres sont les mieux placés pour en parler, ces communautés d’entraide se révèlent précieuses pour bonifier la relation client. Répondant gratuitement 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 aux questions posées, certains consommateurs se positionnent alors comme des experts. Ce faisant, non seulement ils allègent les coûts de commercialisation ou de service après-vente, mais ils contribuent à doper les ventes. «Darty, qui a mené sur son site un test avec ou sans bouton d’accès à sa communauté, a constaté que ces conversations généraient jusqu'à 30% de ventes supplémentaires», affirme Marion Nougier, directrice marketing du prestataire Wibilong, qui gère quarante-cinq communautés de marques, des milliers de communautés produits, le tout rassemblant plus de dix millions de consommateurs.

Parcours sans coutures

Ces communautés d’entraide présentent enfin l’avantage de mesurer leur retour sur investissement puisque les fonctions sociales et achat sont imbriquées. C’est aussi le cas de We Chat en Chine: cette application de communication tout-en-un (SMS, MMS, messagerie instantanée, appels vocaux et vidéo, partage de moments, photos, jeux…) qui revendique 600 millions d’utilisateurs incorpore une fonction achat et paiement en ligne. D’autres devraient suivre, estime Davy Tessier, fondateur et CEO de l'agence digitale Disko, qui s’attend à ce que les médias sociaux «intègrent davantage de fonctionnalités achat pour simplifier et fluidifier le parcours des utilisateurs». Ainsi irait-on vers le «parcours sans coutures» de l’internaute guidé vers l’acte d’achat en un minimum de clics et d’efforts. Mais de là à ce que Facebook devienne un concurrent direct d’Amazon, il y a un pas que Davy Tessier se refuse de franchir. «L’ADN de Facebook, c’est l’interaction entre les gens, pas la transaction. A trop verser dans le mercantilisme, le réseau perdrait sa capacité de rétention d’une audience de 1,7 milliard d’utilisateurs.»

Frédéric Brillet
Cet article fait partie du dossier publié le 06/10/2016 dans le Stratégies n°1874
Information traitée dans Stratégies Magazine n°1874
 
 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu