Avertir le modérateur

03/03/2018

DO YOU SPEAK MILLENIAL> Désordre Mondial >Quelle issue pour les tensions russo-américaines? >Réseaux sociaux et élection américaine: militarisation de l’information?«Fake News, la grande peur»FranceWebSharing « nous voulons conquérir le marché américain »

DO YOU SPEAK MILLENIAL

« nous voulons conquérir le marché américain »

les deux  Français sont convaincus qu'ils doivent penser « global »

"Nous avons tout intérêt à garder la technologie en France"

 1500x500.jpegStefan et Lucy.jpg3smartphones.jpeg

BUSINESS STORY / CULTURE / STYLE / ... ET MOI

C'est la vie !

C'est un véritable workshop sous forme de livre..

Je partage donc j’existe

Des connaissances partagées sur le Web ouvert

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances.

                          Ceci est notre engagement.

FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

C'est notre capital !

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

20160312_135457.jpgGroupe d'intérêts.jpgDO YOU SPEAK MILLENIAL 20160420_171905.jpg

La génération des 15-35 ans sera bientôt plus nombreuse que celle des baby-boomers. La séduire est un enjeu vital.

Aux Etats-Unis, où ils sont en passe de dépasser les baby-boomers, on les appelle  les "millenials". En France, gération Y où Z, son existance entière a baigné dans le numérique. Pour le moment, discerner ce que cette caractéristique aura comme influence sur leur comportement de citoyens, de travailleurs ou de consommateurs relève plus du pari que de la prévision.

Réseaux sociaux et élection américaine: militarisation de l’information?
Rachel Marsden

Les services de renseignement américains n’ont de cesse de pointer du doigt l’influence de la Russie dans l’élection présidentielle américaine de 2016, via les réseaux sociaux. Quelle est l’importance véritable de ces réseaux? François-Bernard Huyghe, spécialiste en intelligence économique à l’IRIS était l’invité du Désordre Mondial.

Le service canadien de renseignement de sécurité (SCRS) a publié un rapport sur la désinformation et ses défis, où notamment, l'influence des réseaux sociaux est largement évoquée. L'occasion pour le Désordre Mondial de revenir sur le rôle supposé de ces nouveaux réseaux de communication dans l'élection présidentielle américaine, mais aussi dans le Brexit.

Retrouvez l'intégralité de l'émission en vidéo sur notre chaîne YouTube Radio Sputnik

 

Pour François-Bernard Huyghe, spécialiste en intelligence économique à l'IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques) et auteur de «Fake News, la grande peur», paru en 2018 chez VA Press, la doctrine des intellectuels de défense nord-américains est à mettre en cause. Selon le chercheur, il s'agirait ainsi de l'idée selon laquelle «le monde et la civilisation sont menacés par une action sournoise qui serait menée en particulier sur les réseaux sociaux, le principal accusé étant la Russie, et dans une moindre mesure, la Chine». Une stratégie d'influence interprétée par ces intellectuels comme du «sharp power» voire de la «weaponization of information» (ou militarisation de l'information).

 

Fake news, désinformation, rumeurs, François-Bernard Huyghe distingue ces notions et décrypte leur utilisation par les élites: «de plus en plus de médias, des think tanks américains, des élites, la ruling class, celle qui a voté Clinton, essaient d'expliquer des phénomènes incompréhensibles à leurs yeux comme le Brexit, l'élection de Trump […] explication n° 1, c'est la faute des méchants donc il y aurait des services secrets […] la deuxième explication […] le peuple est bête […] troisième explication à la mode, c'est la faute des réseaux sociaux».

Lire aussi:

Rex Tillerson face aux pressions sur la «lutte contre la propagande russe»
Conflit d’intérêts? Eurodéputée, Sylvie Goulard émargeait à un think tank US
Les grands médias ont-ils influencé l’élection présidentielle française ?
Tags:
réseaux sociaux, élections, États-Unis

 20141225_164000.jpg

Un Manager génial ! Une équipe soudée

Contact: Ing.Stefan Raducanu, Data Scientist
Tél: 0139655034
Mail: franceweb@gmail.com
 

Warning ! Pas de Millennials sans intelligence émotionelle

Parmi les quelques traits de caractère qui font un bon leader, l’empathie – la capacité de comprendre et de réagir avec pertinence à ce que les autres ressentent – en est certainement l’un des plus importants. De nombreux salariés, en réponse aux multiples enquêtes réalisées sur ce sujet, estiment d’ailleurs qu’une communication impersonnelle est probablement le frein le plus puissant à la capacité d’un chef à démontrer un vrai leadership. C’est particulièrement vrai pour les Millennials, ces jeunes personnes de la génération Y, nées entre 1980 et 2000, dont les caractéristiques sociologiques et comportementales propres, s’accommodent mal de la hiérarchie à l’ancienne. Ils veulent tout simplement être traités différemment. Alors, si vos équipes sont jeunes, tenez-en compte dans votre façon de faire et faites reposer votre leadership sur ces quelques attitudes :

Vous envisagez de vous faire accompagner ? > Le Management des compétences en disruption,> Le blog d'Alain Goetzmann,> Abonnez-vous et recevez mon livre gratuit

Le Management des compétences en disruption

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu