Avertir le modérateur

15/03/2018

Mobilisation des retraités : Dans le contexte de la hausse de la CSG, les retraités descendront dans le rue ce jeudi 15 mars, le monde des retraités deviendra-t-il un lobby pour faire pression sur la politique ?2022?

Atlantico : Dans le contexte de la hausse de la CSG, les retraités descendront dans le rue ce jeudi 15 mars, à l’appel de 9 syndicats, une situation qui avait provoqué une réaction d’Emmanuel Macron qui déclarait : « Je sais que je demande un effort aux plus âgés, que parfois certains râlent, ça ne rend pas forcement populaire mais je l’assume ». En quoi le destin connu par les retraités peut-il être qualifié d’exceptionnel au cours de ces dernières décennies ? Des Trente Glorieuses au plein emploi, de la moindre concurrence connue par les diplômés, aux effets de l'inflation sur le capital immobilier, quels ont été les moteurs principaux qui pourraient venir justifier l’idée de la nécessité d'une plus grande solidarité générationnelle ?

Quels sont ces arguments qui pourraient justifier la politique mise en place ?

Michel Ruimy : Dans l’imaginaire collectif, les « Trente Glorieuses » ont été d’une prospérité imperturbable. Les populations nées jusqu’à la fin des années 1940 bénéficiaient d’un net progrès générationnel : d’une génération à la suivante, les conditions d’emploi étaient plus favorables à l’entrée sur le marché du travail, le niveau de vie augmentait régulièrement, l’accès était plus fréquent à l’éducation et à la propriété d’un logement. Mais, c’est aussi une période où l’on travaillait plus longtemps et plus durement : 44 h en moyenne par semaine, la moyenne de l’espérance de vie était de 67 ans. Et au mieux, on partait à la retraite à 65 ans... À l’époque, la retraite était vécue, en quelque sorte, comme la fin de l’histoire. Elle n’était pas considérée comme une tranche de vie à part entière. Elle était perçue comme un « bonus » de temps à vivre. La vie, c’était le travail, la carrière.

Ce progrès social s’est fortement ralenti, voire interrompu à plusieurs égards, pour les générations des années 1950 et 1960 qui ont été confrontées, assez tôt dans leurs parcours de vie, à la crise économique, plus particulièrement aux deux chocs pétroliers et aux périodes de conjoncture difficile du début des années 1980 et du milieu des années 1990. En même temps, la retraite a été intégrée à la carrière au milieu des années 1970 - époque de la « pré-retraite » à 55 ans - et François Mitterrand faisait passer la loi sociale incluant la retraite à 60 ans au début des années 1980. Cela faisait consensus. Le message essentiel était de « laisser la place aux jeunes ». Les patrons, les syndicats..., presque tout le monde s’accordait à dire que c’était formidable.

Les générations les plus récentes, quant à elles, vivent une situation plus contrastée. Si plusieurs années de bonne conjoncture au tournant des années 2000 ont contribué à leur redonner un niveau de vie plus élevé que les générations précédentes au même âge - le faible niveau de taux d’intérêt leur a facilité l’accès à la propriété malgré la hausse des prix de l’immobilier -, les inégalités entre générations s’accompagnent d’inégalités intra-générationnelles.

En effet, la pauvreté a changé de camp. Alors qu’hier, elle frappait d’abord les plus âgés, la pauvreté est devenue le problème de la jeunesse. Les courbes par âge de la pauvreté se sont renversées. Au début des années 1970, le taux de pauvreté des plus de 60 ans dépassait la barre des 30%. Ces générations, nées avant 1925, frappées de plein fouet par la guerre n’avaient guère pu épargner, ni accumuler des droits sociaux. Quarante ans plus tard, le taux de pauvreté des seniors a fortement diminué grâce notamment à la généralisation des systèmes de retraite.

Désormais, ce sont chez les jeunes que la proportion de pauvres est la plus élevée. En 2008, le taux de pauvreté des 18-29 ans atteignait 15% contre environ 10 % pour les plus de 60 ans.

La fragilité du progrès générationnel et l’importance accrue des transferts intergénérationnels de patrimoine laissent envisager une augmentation des inégalités selon la catégorie et/ou l’origine sociale. Les générations nées dans les années 1940 apparaissent comme ayant surfé sur une vague montante qui se brise derrière eux.

En quelques décennies, on observe un très net déplacement de la richesse vers les retraités. La prise en compte de la propriété du logement dans la mesure du niveau de vie améliore sensiblement la situation relative des personnes les plus âgées. L’augmentation de leur niveau de vie relatif est encore plus nette, si on y intègre l’ensemble des revenus du patrimoine financier. En 2010, la cohorte la plus riche, celle des 60-69 ans pratiquement tous retraités, nés entre 1941 et 1950, possédaient un patrimoine 1,5 fois plus important que celui du reste de la population tandis que les actifs de 40-49 ans, nés entre 1961 et 1970, avaient un patrimoine supérieur de 1,24 fois seulement au niveau médian de la population.

On voit bien que l’initiative présidentielle trouve sa justification dans cette situation. Malgré tout, au-delà des efforts demandés, le chef de l’Etat ne pourra pas faire, à terme, l’économie d’un vaste débat public sur la question de la répartition des richesses entre générations.

Si l’économie n’est pas un jeu à somme nulle, et que l’ensemble des retraités ne disposent pas d’un capital leur permettant de répondre à leurs dépenses, en quoi le fait de faire financer, en partie, la baisse des cotisations pesant sur les salariés, peut « philosophiquement » se justifier ? Quelles sont les limites de cette logique ?

Emmanuel Macron a décidé de baisser les cotisations salariales en échange d’une hausse de la CSG. Avec cette réforme, il compte accroître le pouvoir d’achat des salariés, quitte à faire payer un peu plus les retraités ou les bénéficiaires de revenus du capital.

Or, aujourd’hui, la perspective de la retraite est un sujet de profonde inquiétude pour la plupart des seniors. Selon une enquête Ifop-UFF menée, en 2017, pour le compte de la MACSF, plus des 3/4 des personnes âgées de 50 à 65 ans et encore actives considèrent que leur pension de retraite ne leur permettra pas de vivre dans des conditions satisfaisantes. Ensuite, 2/3 des seniors n’ont pas l’impression d’avoir accumulé un patrimoine suffisant ou pris des dispositions financières adéquates pour vivre sereinement leur retraite. Ils ont une approche traditionnelle de la constitution d’un patrimoine. Pour eux, « avoir du patrimoine » signifie, pour 70% d’entre eux, posséder un bien immobilier, qu’il soit une résidence principale, un immobilier locatif ou une résidence secondaire. Les autres placements privilégiés cités sont traditionnels et historiques : livret d’épargne, assurance-vie en euros…

En moyenne, les seniors actifs estiment qu’ils auront besoin de 1 846 euros par mois pour vivre une retraite confortable, un montant loin du seuil établi par le gouvernement (1 200 euros) au-delà duquel les retraités verront leur CSG augmenter en 2018. Or, l’arrivée à l’âge de la retraite des générations affectées par le chômage, est susceptible d’engendrer des pensions plus faibles, entraînant ainsi une croissance du nombre de personnes considérées comme pauvres chez les seniors.

Au final, même si cette mesure peut effectivement améliorer le salaire net d’une partie des salariés, en refusant d’exonérer les plus âgés des efforts de « transformation » et en appliquant une hausse de la CSG jugée « injuste et spoliatrice par les intéressés », le chef de l’Etat prend un risque. En effet, dans l’imaginaire français, le retraité est plutôt modeste, et mérite de profiter des biens acquis au cours d’une vie de labeur. On pense beaucoup moins aux retraités comme des « nantis ». Ainsi, si M.Macron a gagné bien des batailles d’opinion, il n’a pas encore réussi à installer celle de la redistribution des retraités vers les actifs.

Avec la manifestation d’aujourd’hui, plusieurs questions se posent : le monde des retraités deviendra-t-il un lobby pour faire pression sur la politique ? Va-t-on davantage valoriser leur rôle social et économique ?

En quoi les circonstances actuelles sont-elles différentes pour les jeunes gens arrivant en emploi, aussi bien sur le marché du travail que sur la capacité à construire un capital, immobilier par exemple ?

Les changements sociaux massifs qui affectent la structure sociale (élévation du pourcentage de cadres supérieurs, croissance de la scolarité, des revenus, etc.) concernent moins la société dans son ensemble que certaines cohortes.

Aujourd’hui, l’accès à l’emploi continue d’être étroitement lié au niveau de diplôme. Ce dernier met davantage à l’abri du chômage et garantit plus souvent un emploi stable, mais de plus en plus au prix d’un déclassement en matière de salaire et de statut d’emploi. En 1970, les titulaires du baccalauréat avaient 60% de chance d’accéder à la catégorie de cadre ou profession intermédiaire. Quelques décennies plus tard, le taux n’est plus que de 20%. Quant aux non-diplômés, ils apparaissent plus dépendants de la conjoncture, non seulement à la sortie des études mais aussi durant le début de leur carrière.

Quant au revenu disponible des jeunes actifs, son évolution, dans une perspective historique, montre que, quel que soit le genre, ceux-ci ont des revenus moindres que leurs aînés de vingt ans. Cependant, depuis le début des années 2000, on observe un retour des jeunes générations vers la propriété, mais l’écart de taux de propriété a tendance à augmenter entre les catégories socioprofessionnelles. Les banques l’ont bien compris puisque certaines d’entre elles proposent des prêts immobiliers sur 35 ans…

Read more

Pourquoi FranceWebAsso.ppt

FRANCE WEB : POUR VOUS ET AVEC VOUS !

Un univers de possibilités

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances. Ceci est notre engagement.

 

FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

C'est notre capital !

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Stefan et Lucy.jpgStefan Raducanu et son temps -> " Initiative " est le mot-clé de cette journée

son nouveau monde du travail qui consistera à digérer une information devenue nourriture émotionnelle et cognitive, à traiter en permanence une somme de données toujours plus pléthorique, à gérer le simultanéité et tisser des liens en permanence, à mobiliser dans le cadre de son travail ses amis et les amis de ses amis... Bref, un nouvel état des lieux où l’environnement physique, social et juridique du travail aura totalement transmuté sous l’effet des nouvelles technologies.

L’information et les données ne connaissent pas de barrage, les smartphones traversent les murs, et les réseaux infiltrent les organisations. La transparence devient un dogme et une forme de maelström qui emporte tout sur son passage.

C'est grâce à vos abonnements que vous construirez votre fil d'actualité. Construire un bon fil est au cœur du fonctionnement de FranceWeb. En construisant un fil qui vous reflète ainsi que vos intérêts, vous verrez avec quelle rapidité FranceWeb devient une partie inestimable de votre vie.

La planète est mon village !

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

Plutôt que de s'offrir une rétrospective pour son dixième anniversaire, FranceWeb a demandé à certains de ses membres quelles étaient leurs aspirations pour le futur.

Leurs réponses est un rappel du pouvoir que détiennent 225 millions de personnes réunies pour changer le monde.

Partagez ce qui vous inspire :

Avec son projet stratégique, PoissySmartCity vision 2021, FranceWeb se donne pour mission d’être toujours présent pour connecter chacun à son essentiel et lui faire vivre une expérience unique au quotidien en concevant les services numériques qui lui permettent de profiter, en toute confiance de ce qui lui importe le plus.

organisation-intelligence-collective.jpgFranceWebAsso-> réseau d’intelligence collective -> Nouvelle société du savoir, un instrument d’intelligence collective ! projet architectural majeur du 21ème siècle, Making a better Internet

Au lieu de partir de nous, des technologies, de nos offres, de nos blogs nous allons désormais partir du citoyen, de ses attentes et des aspirations. Il s’agit d’écouter puis d’agir pour fabriquer ensemble des solutions « sur mesure » qui répondent véritablement aux besoins de nos lecteurs.

Nous réaliserons notre ambition grâce à cinq leviers d’actions et une dynamique, celle d’une entreprise digitale efficace et responsable.

Offrir une connectivité enrichie
Réinventer la relation citoyen
Construire un modèle d’employeur digital et humain
Accompagner la transformation du client entreprise
La dynamique d’une entreprise digitale efficace et responsable

L'essentiel à savoir dans la Tech de ce matin,A Day in the World of FranceWebAsso,Agregator,Ailleurs sur le web,ArchiveWeb21,Citoyen,Dipl.Ing.Stefan V.RaducanuCollaboratif,FranceWeb, e-GlobalNetWork,FranceWebNews,Links,Liens,International,Ma tablette,SRU

FranceWebSharing> MyNewsCenterNavigator> Stefan V.Raducanu et son temps -> «Google a perdu sa capacité à innover»> DO YOU SPEAK MILLENIAL « nous voulons conquérir le marché américain » les deux Français sont convaincus qu'ils doivent penser « global »

Votre rôle change.> Favorisez, dans vos recrutements, ceux qui regorgent d’intelligence émotionnelle,ceux qui savent, selon la définition du Dr. Daniel Goleman

Vous envisagez de vous faire accompagner ? > Le Management des compétences en disruption,> Le blog d'Alain Goetzmann,> Abonnez-vous et recevez mon livre gratuit

DIGIDAY UK

"Because we're dealing with more intentional viewers, [YouTube] serves as a better test bed than Facebook for launching teasers for longer-form programming:" Here's why media companies are shifting their attention from Facebook to YouTube.

Publishers are trying to move to a consultative approach to selling ads, but some sellers are still wedded to old ways.

Despite industry initiatives to address it, ad fraud is still a massive issue. Here are four charts on how fraud is being tackled.

This article is a free preview of the new issue of Digiday magazine: In this Q&A, John Martin, CEO of Turner, talks about turning the company's legacy TV institutions into multiplatform media businesses.

Shadow organizations are putting the pressure on everyone, from big corporate brands to advertising agencies, with one message: Time's up.

This Friday is your final chance to enter the Digiday Media Awards Europe, which recognize the companies modernizing European media. Enter your best work in publishing, video and platforms by midnight before submissions close for good. Start your entries now.

 
 

Why media companies are shifting their attention from Facebook to YouTube

Tim Peterson

Unlike Facebook, YouTube offers publishers a video-specific audience and an established path to revenue.

'Three-dimensional chess': The messy modernization of the media seller

Lucia Moses

Publishers are trying to move to a consultative approach to selling ads, but some sellers are still wedded to old ways.

Advertisement

 

The 5-minute guide to buying sponsored content from publishers

Sponsored Content Pressboard

Sponsored content is on the rise among publishers, ad agencies, and PR teams alike -- but it can be tricky to nail the perfect piece to promote. Fortunately, these five quick tips can help. Sponsored by Pressboard.

Fighting the man: How shadow organizations are creating change in marketing

Shareen Pathak

Shadow organizations are putting the pressure on everyone, from big corporate brands to advertising agencies, with one message: Time's up.

The fight against ad fraud in 4 charts

Lucinda Southern

Despite industry initiatives to address it, ad fraud is still a massive issue.

Three ways GDPR will make us all smarter

Sponsored Content Braze

For those who work in data, GDPR compliance is nothing new. But if you’re not familiar with this European digital privacy code, now is the perfect time to get GDPR smart. Sponsored by Braze.

Le Management des compétences en disruption

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu