Avertir le modérateur

19/07/2018

De Ford à Facebook,FranceWeb3B(Beau,Bon,Bien),Placidité, pacifisme et prospérité, « La disruption, obsession stérile des grandes entreprises »“Soyez insatiables. Soyez fous. ”.

Notre vision de la société ->FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous ! C'est notre capital ! N'attendez pas votre place, créez-la! “Soyez insatiables. Soyez fous. ”.>Open Collective

Stefan V.Raducanu, Spyder -> créateur du nouveau monde..

Stefan V.Raducanu, President FRANCE WEB ASSOCIATION

Expert des réseaux sociaux, avec plus de 25 ans d’expérience, j’aime explorer avec curiosité les nouveaux territoires offerts par le domaine du digital

Contact: Tel : +33(0)1 39 65 50 34 mailto : franceweb@gmail.com

La planète est mon village !

Making a better Internet > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in

Create, Listen,Publish...

A la rencontre d'initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique..avec le n°1 de la collaboration en ligne. Rencontrer, découvrir, dialoguer, échanger, entreprendre, éduquer, administrer, préparer l'avenir...

C'est l'inspiration qui nous fait grandir!

FranceWebAsso, Beau, Bon, Bien...Que c'est beau !!!

 DES EXEMPLES POSITIVES

MyNewsCenterNavigator

FranceWebAsso> Choisissez l'Excellence

21CenturyWebArchive

Oser franchir des portes pour ouvrir son champs de vision

Les intelligences multiples: tous intelligents !

Univers Parallèles et Révolution Quantique

Is there life before death? Pierre Rabhi

Devenir pleinement soi-même

Qu'importe l'âge, il faut écrire sa propre histoire

Les voyages dans le temps sont-ils possibles ?

Einstein ou l’art de dépasser les limites du monde observable

L'univers inévident

Ballade dans l’univers

Bonheur : mode d'emploi

La Ville Ingénieuse, intelligente et durable....l'ouverture sur le Monde

“Les maîtres d'école sont des jardiniers en intelligences humaines.”

Pour innover, puisez dans les connaissances

Et si votre rêve devenait possible...

“Rêver, c'est le bonheur ; attendre, c'est la vie.”

Une discussion avec des amis pourra vous apporter des informations de premier ordre ! A l'occasion d'une réunion, où des sujets de toutes natures seront abordés, vous récolterez de quoi mieux gérer l'un de vos projets personnels. Mais attention aussi à ne pas trop vous laisser influencer ensuite par tous ces avis qui finalement ne sont bons à prendre qu'en partie... Piochez ce qu'il y a d'intéressant, et faites clairement le tri.

House of Fans

Osons être qui nous sommes....

"Un Réseau conçu dans la Logique du Partenariat "

IMG_20180710_094550.jpgSocSav21, "Nouvelle société du savoir, société du 21 siècle"

->Défi fou ! Images for MySelTab

0GR3TXHD_400x400SR.jpgUn visionnaire>Un homme nommé Stefan>Le Pisciacais>L'homme de la nature >L'homme de l'hommeIMG_20180717_150652.jpg

C'est MOI Qui L'AI fait ! Welcome To My World Groupe d'intérêts.jpg2021.jpg

Simple e-citoyen

Stefan Raducanu. Président . Tél : +33 1 39 65 50 34.    Contact : stefanraducanu@yahoo.fr

”Informer, Diffuser vos Communiqués:  créativité collaborative" au service d'une meilleure qualité de vie sur notre planète.

L'association FRANCE WEB est à l'affût de toutes les innovations aux quatre coins du monde. Pour l'humain, l'organisation et la Vie !

" La terre est notre communauté virtuelle"

A la rencontre d'initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique..

SocSav21> numérique des lumières, un monde auquel chacun souhaite appartenir>Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance: notre projet, changer le monde>L'homme de la nature >L'homme de l'homme: > C'est notre capital !

Nouvelle société du savoir,société du 21 siècle",Groupe d'intérêts,..la perfectibilité..

Un travail sur "la puissance humaine"d’excellence...Il faut obtenir le maximum de diversité si l'on veut produire de l'énergie humaine innovante. On le fait bien dans les circuits électriques, + et - entre les bornes, alors pourquoi pas dans les pays. En s'assurant bien sur d'éviter les courts-circuits, c'est-à-dire les attitudes où la rivalité et le besoin de s'imposer annuleraient  la performance de chacun. Cela donnerait 1+1=0. Le but est d'obtenir 1+1=3, autrement dit la combinaison des compétences de l'un et de l'autre pour développer un résultat supérieur à la somme de chacun des deux. Quand on y parvient, il n'y a plus de concurrence possible, puisque chacun ne peut exceller qu'en foction des expériences complémentaires offertes par l'autre. Dans un groupe , la communication doit donc devenir un partage d'expériences, à ne pas confondre avec l'information, qui est un partage d'idées. Pour y arriver , il faut valoriser les divergences, chercher la solution dans ce chacun peut apprendre de l'autre, plutôt que dans ce chacun veut prouver à l'autre. Le collègue de travail qui pense autrement, loin d'une menace, est notre seule façon d'apprendre quelque chose de nouveau. Nous avons donc tous besoin d'utiliser l'inconnu plutôt que le certitudes pour progresser dans la vie. Et pour un ingénieur comme moi, l'inconnu s'appelle émotion, subjectivité, incertitude, doute, intuition, et j'en passe. Nous terminons avec un résumé à afficher bien en vue dans les bureaux :

La créativité, c'est quand 1+1=3

Pour cela:

Demandons pourquoi plutôt que quoi ?

Provoquons la diversité.

Comparons les expériences plutôt qu'echanger des idées.

Voyons le bénéfice à tirer des désaccords.

Comprenons la valeur de l'autre.

 Apprenons de l'inconnu au lieu de se référer à des certitudes.

Comprenons qu'il y a toujours un contexte plus grand.

Donnons à chacun le droit d'exprimer ses émotions.

Rapelons-nous que communiquer, c'est davantage que transmettre des informations.

Si l'on veut tenter l'impossible, on sera rejoint par des gens que cela stimule.

Si l'on veut faire quelque chose de facile, on attirera des gens très conventionnels. Ce qui veut dire que l'équipe que vous méritez se constitue toute seule en fonction du but que vous afficherez.

La créativité s’exprime par des histoires racontées à travers des productions de films, des développements web, des photographes, des graphistes … autant de professionnels passionnés qui créent tous les jours avec Adobe Creative Cloud.

Mais la créativité n’est pas une histoire de lieu. C’est une idée, un moment, des partages. Ses artisans ont besoin d’accéder en tout temps à leurs outils pour produire dans une temporalité nouvelle et des modes de travail toujours plus collaboratifs.

"L'homme de la nature" et "l'homme de l'homme": une discontinuité radicale, qui naît du devenir social. Or le devenir humain sa perfectibilité ne se produisent que dans le rapports avec les autres...

Notre vision de la société s'en trouve renouvelée, dans le sens d'une remise en question de nos perceptions, de nos attitudes et de nos valeurs..une réflexion pénétrante sur le devenir démocratique... un regard sur le corps social conçu comme un ensemble dont les parties doivent être liées en un tout cohérent et esquisse une sociologie de la connaissance par son analyse de l'utilitarisme pragmatique, cartésien et conformiste de la mentalité démocratique. Car si la forme parfaite d’association est à découvrir, c’est que la réalité n’en offre pas le modèle... Si certains de nos politiciens, de nos avocats, de nos syndicalistes ou de nos nouveaux gourous ont lu L’Art de la Guerre, d’autres connaissent très certainement l’œuvre de Le Bon !

Depuis 16 ans notre vocation d’éditeur est de révéler les talents littéraires de demain. Nous étudions chaque projet et sélectionnons les textes que nous souhaitons défendre sur le terrain. Vous avez un manuscrit à publier ? Nous recherchons de nouveaux auteurs, débutants ou confirmés. Envoyez-nous vos textes, nous les lirons avec intérêt.

Qu’est-ce que l’homme ? C’est la vie, physique, intellectuelle et morale. Mais la vie ne se soutient pas d’elle-même, dit Bastiat, il faut l’entretenir pour survivre. Notre vie physique et morale a besoin d’un perfectionnement, elle a besoin d’assimilation et d’appropriation : on transforme la nature pour l’adapter à nos besoins. Il conclut avec ces trois éléments qui résument l’homme entier :

Personnalité : c’est l’individu, doué de son corps et de ses facultés

Liberté : c’est la capacité de faire usage de ses facultés pour agir et travailler à sa conservation

Propriété : c’est le résultat du travail.

La propriété commence d’abord par le droit à la vie et la propriété de son corps. La personne s’appartient à elle-même, elle est propriétaire d’elle-même, de sa vie, de ses facultés. Ensuite la propriété est le droit pour l’individu de jouir du fruit de son activité, des richesses qu’il crée, et d’en disposer à sa guise, y compris en excluant autrui de leur usage. Les droits de sûreté et de résistance à l’oppression, de libre expression, d’association, de culte, etc., sont des conséquences du principe de propriété.

La propriété est donc d’abord un phénomène humain, naturel et non politique. Elle est antérieure et supérieure à la politique et à la loi. Par suite, la loi n’a pour tâche que de protéger et de garantir la Personnalité, la Liberté et la Propriété. Bastiat affirme ainsi la primauté de l’ordre naturel sur l’ordre construit, ainsi que la primauté de la moralité sur la légalité.

Stefan V.Raducanu et son temps -> mon modèle "Nouvelle société du savoir, société du 21 siècle",Groupe d'intérêts,Appel à Projets Innovants,>Réseau conçu dans la Logique du Partenariat>La politique autrement : et si on changeait tout ? 

Groupe d'intérêts.jpg

Cet ouvrage montre une société en mutation, en rennaisance, encore en conflit avec les anciens systèmes. Il propose une analyse impressionnante et originale des impacts du numérique sur le monde du travail, sans s'abstraire du contexte économique, social et politique des temps à venir.

Bringing People Closer Together.SocSav21

Sensibiliser, informer, promouvoir...3poles reduite.jpg

2021.jpgPour Vous et avec Vous!

Un projet ambitieux, humain, imaginatif, hors normes, réunit 3 pôles est sera tourné vers une approche de bien-être collectif et individuel, grâce à son architecture, à l'intégration de la nature et aux services proposés. Laisser les groupements d'opérateurs faire preuve d'imagination. Même s'il s'agit d'un exercice difficile, nous invitons les groupements à laisser libre cours à leur imagination tout en leur demandant d'intégrer ce modèle de société.

PoissySmartCity,WebCitoyen, est publié par FranceWebAsso, un group indépendant à vocation internationale, spécialisé dans l'information à forte valeur ajoutée, éditeur de trois blogs en français. PoissySmartCity dépend uniquement des abonnements de ses lecteurs; il ne fait pas appel à la publicité, n'a aucune activité de consulting et est indépendant de tout gouvernement ou organisation politique. Nos lecteurs exigent des information de grande qualité. Ils sont certains de trouver les informations exclusives qui leur sont utiles au plan opérationnel. Si vous explorez Bonheur, vous serez très rapidement désorienté. Il ne s’agit pas de votre média classique. Ici, le contenu est au centre, le lecteur n’est pas là pour chercher une information précise, il évolue dans un univers étrange qui lui offre les articles du moment de façon à la fois naturelle et floue. C’est particulier, certains n’apprécieront pas, mais une chose est sûre : les éditeurs ont eu la possibilité de faire les choses de façon différente, comme ils le souhaitaient, de par l’absence de publicités classiques dans le design. Se libérer des « chaines » de la publicité en ligne permet à la rédaction de se concentrer sur ce qui importe, informer de façon respectable et honnête. Le but est d’interpeller le lecteur au quotidien avec des histoires qui nourrissent la curiosité. Un focus évident est fait sur la qualité du contenu et cela se ressent dès les premières minutes de lecture.

Ma vision des choses

PoissySmartCity, c’est un exemple parmi d’autres. Une démonstration de ce qu’il peut être possible de faire quand la rédaction peut se concentrer sur ce qui est important, l’information. D’autres médias actuellement viables fonctionnent de la sorte (ou presque), les traditionnels Le Figaro, Le Monde et consorts, Mediapart, Next Inpact et GameKult sont également de beaux exemples, pour ne citer qu’eux.

Mais si je vous parle de cela aujourd’hui c’est aussi car j’ai une idée bien concrète de comment les choses pourraient idéalement se dérouler pour un média afin que celui-ci se retrouve indépendant de toute pression publicitaire, ou presque.

Vous me trouverez soit rétrograde soit trop optimiste, au choix, mais j’ai tendance à penser que dans un univers web où la quantité ainsi que la facilité de digestion du contenu prime face à la qualité de celui-ci, il existe tout de même un paquet de monde très intéressé par une approche qui va complètement à l’inverse de la tendance. Oui, il ne s’agira pas des 13-18 (quoique), oui le volume sera probablement bien plus faible, mais en fait, sur mon principe, on s’en tamponne du volume, et c’est ça qui est génial. Bien sûr, un tel média sera majoritairement visité par des lecteurs qui ne débourseront pas un centime, c’est le principe du « tout gratuit » sur Internet. Mais pourquoi ne pas intégrer de façon complètement transparente un système d’affiliation bien identifié, ce qui permettrait aux lecteurs « fans » n’ayant pas le souhait de s’abonner de contribuer tout de même, d’une autre manière (affiliation = l’éditeur touche un pourcentage des ventes réalisées depuis son lien/code promo). En affiliation, l’aspect qualifié des visiteurs est bien plus important que son volume, la problématique de la génération de vues ne se poserait ainsi pas.

Un paquet d’avantages…

Les avantages d’un concept de ce genre sont nombreux (ne vous inquiétez pas je passe aux risques après) :

  • Un site qui charge vite : pas de scripts publicitaires à faire charger, juste le contenu du site et l’interface, point barre, l’impact est massif niveau performances, ce qui est positif pour le lecteur, pour le référencement naturel (et encore, on s’en tape presque au final !), le taux de rebond…
  • Une interface propre : l’éditeur peut penser son interface autour du contenu (l’exemple de The Outline est intéressant), former son interface en fonction du contenu présenté, sortir des sentiers battus et proposer une expérience unique
  • Une indépendance totale vis-à-vis des marques : ne pas afficher de publicité ne signifie pas se faire blacklister des constructeurs/marques au niveau des Relations Presse, j’ai même tendance à penser que l’image de fiabilité qui serait dégagée par un tel média attirerait les entreprises qui voudraient voir leur produit se faire tester par l’équipe. Cela étant dit, il n’y aurait pas de confusion possible, l’avis donné serait le plus objectif possible, c’est ce que le média doit au lecteur
  • Ceci n’est pas une liste exhaustive, les avantages liés à ce type de pratique sont nombreux. Vous l’aurez compris, il s’agit donc de séduire par l’expérience utilisateur et fidéliser par le contenu, avec derrière la création d’un lien à la fois rationnel (je lis ce média car je sais que les infos sont bonnes) et émotionnel (je lis ce média car j’approuve leur approche et je veux contribuer).
  • … et un risque

    Un média tech 100% financé par ses lecteurs

    Restons dans le monde du tech/jeu vidéo, qui me parle plus. Imaginez un média (ensemble site Internet, Youtube et réseaux sociaux) 100% financé par ses lecteurs. Pas de publicité, les contenus sont accessibles librement et bien entendu les lecteurs « premium » ont accès à quelques bonus, avec un système de « niveaux ». Des contenus exclusifs, la participation à des jeux concours, l’accès à des événements physiques organisés, etc. Là-dessus il s’agit simplement de faire preuve d’imagination.

    Je vous arrête tout de suite,

    “Soyez insatiables. Soyez fous. ”.

    Tout ce qui est autour de vous, tout ce que vous appelez la vie a été fait par des gens qui ne sont pas plus intelligents que vous et vous pouvez changer ça, vous pouvez l’influencer et élaborer vos propres inventions, vos propres modes de vie que les autres pourront à leur tour utiliser.

    Non, je n’ai pas prévu de lancer un tel média. Cela serait un énorme projet et j’estime avoir pris suffisamment de risques ces dernières années, investi suffisamment de temps et d’argent dans le monde de l’édition pour réaliser cela, c’est simplement ma façon de voir les choses. Si j’avais les ressources pour monter un média tech innovant, c’est comme cela que j’aimerais faire les choses, et j’espère ne pas être le seul à penser cela.

20130720_160042.jpgExplorer le futur !!!

Des Hommes - Des Entreprises -Des Technologies.Les entrepreneurs du Web

Un projet pour changer d'époque !!!!!

"Agis de telle sorte que tu traites l'humanité toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen."

N'attendez pas votre place, créez-la!

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

Veuillez envoyer vos manifestations d’intérêt à Stefan Raducanu  - Président-Fondateur FRANCE WEB

& CIO SRU-Electronics


L’accélération du monde est une illusion

Le 17/07/2018

Aujourd’hui est-il plus incertain qu’hier ?

Tout va plus vite ? Comme vous l’avez certainement constaté, beaucoup d’articles de management, d’innombrables discours de dirigeants et quasiment tous les rapports de consultants ont à peu près la même phrase d’introduction, du type : « Alors que des vagues d’innovations bouleversent les positions concurrentielles, l’incertain est devenu la norme et les entreprises doivent constamment se réinventer. » Par opposition à un passé supposé stable et prévisible, notre époque serait soumise à la volatilité, à l’incertitude, à la complexité et à l’ambiguïté, pour reprendre le célèbre acronyme VUCA (« Volatility », « Uncertainty », « Complexity », « Ambiguity »), créé au U.S. Army War College à la fin des années 1980. Dans un contexte devenu imprévisible, les solutions du passé seraient désormais obsolètes : à l’avantage concurrentiel – longtemps présenté comme le Graal de la stratégie – il faudrait préférer l’avantage temporaire, seul adapté à un monde intrinsèquement turbulent (lire aussi la chronique : « Vos dirigeants changent souvent de stratégie ? C’est bon signe ! »). Plus rien n’étant durable, l’innovation et l’agilité devraient se substituer à la construction d’une stratégie pérenne. Bref, notre époque, comme aucune autre auparavant, serait plongée dans l’incertitude et le changement permanent. Ce postulat de l’accélération du monde résiste-t-il à l’analyse ? Et si le VUCA n’était qu’une illusion ?

De Ford à Facebook

Bien sûr, les déboires de Kodak, de Nokia ou de BlackBerry soulignent que, de nos jours, même les succès les plus éclatants ne sont pas définitifs. Cependant, l’histoire montre que de tels effondrements ont déjà eu lieu dans le passé. Les compagnies aériennes Pan Am et TWA, après avoir dominé leur industrie des années 1930 aux années 1970, ont ainsi brutalement disparu dans les années 1990. Bien sûr, Google, Facebook ou Airbnb illustrent la vitesse à laquelle les start-up peuvent désormais accéder au rang de géants mondiaux. Cependant, c’est oublier que Ford a fait de même dans les années 1910, sa part de marché aux Etats-Unis ayant bondi de moins de 10% à plus de 60%. Avec l’invention de la chaîne d’assemblage, le temps de fabrication d’une Model T était passé de plusieurs jours à seulement 90 minutes.

Au passage, entre 1900 et 1910, au-delà de l’automobile, une incroyable série d’innovations a secoué le monde, aux premiers rangs desquelles l’usage domestique de l’électricité, le téléphone, la radio, l’avion, le cinéma ou la chimie fine (dont les vaccins et l’aspirine). De quelles technologies aussi incontestablement disruptives disposons-nous aujourd’hui (lire aussi : « La disruption, obsession stérile des grandes entreprises ») ? Dans une large mesure, la voiture autonome ou le smartphone ne sont d’ailleurs que des évolutions ou des combinaisons de celles qu’ont connues nos arrière-arrière-grands-parents. De même, l’immédiateté des communications n’a rien de récent : dès 1794, grâce au réseau de sémaphores des frères Chappe, neuf minutes suffisaient pour transmettre un message entre Paris et Lille. En 1834, des escrocs sont d’ailleurs parvenus à pirater ce réseau pour spéculer en Bourse, préfigurant les hackers d’aujourd’hui. Quant à la première communication transcontinentale instantanée entre Washington et San Francisco, elle a été établie, par télégraphe, en 1861.

Placidité, pacifisme et prospérité

Que dit la recherche académique sur cette prétendue accélération du monde ? En 2003, alors que des auteurs tels que Richard D’Aveni proclamaient que nous avions basculé dans l’hypercompétition (au passage, Alvin Toffler l’avait déclaré dès 1965), Gerry McNamara, Paul Vaaler et Cynthia Devers ont analysé la performance de 5 700 entreprises sur vingt ans, notamment en termes de stabilité, d’intensité concurrentielle ou de dynamisme sectoriel. A partir de 114 191 observations dans de multiples industries de biens et de services depuis la fin des années 1970, ils ont conclu que les marchés ne sont pas plus dynamiques aujourd’hui que par le passé, et qu’il n’est pas plus difficile de construire un avantage concurrentiel durable.

Par bien des aspects, notre époque est même plus placide que celles qui l’ont précédée. Nous devrions célébrer plus souvent le fait que l’Europe de l’Ouest n’a pas connu de guerre depuis plus de soixante ans, ce qui est totalement inédit dans l’histoire, et rappeler par comparaison que 80% des hommes soviétiques nés en 1920 n’ont pas survécu à 1945. De même, si l’on ne peut qu’être glacé d’horreur devant les attentats qui ont frappé le monde depuis 2000, il faut rappeler qu’ils ont fait moins de victimes en presque vingt ans qu’un seul jour de combat de la Seconde Guerre mondiale (et elle a duré 2 194 jours). Sur le plan économique, l’évolution du cours de l’euro nous semble erratique, au point que certains doutent de sa pérennité, mais c’est oublier qu’entre 1919 et 1923, le taux de change du mark est passé de 4 marks pour 1 dollar à 4 200 milliards de marks pour 1 dollar. On pourrait ajouter qu’entre 1915 et 2015 l’espérance de vie dans le monde a gagné trente ans (de 51 ans à 81 ans) et le taux d’alphabétisme a crû de 53 points (de 32% à 85%). Comme l’a dit Bill Gates : « Même si cela semble fou, c’est vrai : nous vivons la période la plus pacifique de toute l’histoire de l’humanité. » Ajoutons que c’est aussi la plus prospère : il suffit de regarder l’extraordinaire progression du niveau de vie des Chinois, des Indonésiens ou des Vietnamiens pour s’en convaincre. Entre 1990 et 2013, plus de 1,1 milliard d’êtres humains sont sortis de l’extrême pauvreté.

Notre époque est bien incertaine, mais elle ne l’est pas plus que toutes celles qui l’ont précédée. Savez-vous qui a déclaré : « Avant, les événements qui se déroulaient dans le monde n’étaient pas liés entre eux. Depuis, ils sont tous dépendants les uns des autres » ? Ce n’est ni Elon Musk, ni Mark Zuckerberg, mais l’historien grec Polybe… il y a 2 200 ans. S’intéresser à l’histoire, à l’économie et à la stratégie, c’est comprendre que l’incertitude est consubstantielle de l’évolution du monde. Postuler qu’aujourd’hui est plus incertain qu’hier, c’est être au mieux myope, au pire amnésique.

 
Plus de chroniques de : Frédéric Fréry

Frédéric Fréry

Professeur à ESCP Europe où il est directeur académique du European Executive MBA. Ses recherches portent sur l’innovation stratégique et il est notamment co-auteur de Stratégique, le manuel de stratégie le plus utilisé dans le monde francophone. Il est également professeur à l’École Centrale Paris et expert auprès de l’Association […]
Voir tous les billets >
 
 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu