Avertir le modérateur

05/11/2016

Adevărul e departe de a fi absolut... Cunoaşterea lui poate fi şi intuitivă. Iar a pretinde că-l „posezi” e un posibil indiciu de fanatism.FranceWebSharing & MyCenterNavigator> C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous..What Everyone Needs to Know

Trump, Clinton şi criza democraţiei

Ce poate depăşi oroarea unui preşedinte cu accese de intoleranţă? O preşedintă răsplătind o nouă elită rinocerizată, care, spre a-l evita pe liderul populist, nu se rezumă s-o voteze, ci vrea să desfiinţeze democraţia.

US TV Debatte Trump vs Clinton (picture alliance/AP Photo/J. Locher)

 

Una din glumele cele mai amare făcând haz de campania electorală americană priveşte nu doar SUA, ci însuşi sistemul democratic. Înverşunaţi la culme, Hillary Clinton şi Donald Trump se confruntă cu năbădăi, în timpul uneia din dezbaterile lor tv. O poză larg vehiculată îi înfăţişează oţărându-se unul la altul, furioşi.  În dreptul fotografiei importalizându-le schimonoselile o legendă le recomandă evreilor de peste ocean să ţină cont de aceste „două motive în plus pentru o emigrare în Ţara Sfântă”. Comentată recent în „Jerusalem Post”, de un gânditor israelian, acest haz de necaz trimite la „tragedia celei mai bizare campanii electorale americane, care a şifonat dramatic imaginea SUA”.

Si nu doar imaginea ei. Ci pe a democraţiei însăşi. Nu puţini alegători de peste ocean îi resping categoric pe ambii candidaţi. Pe Trump, fiindcă nu pare să aibă nici maturitatea intelectuală, nici pe cea emoţională, necesare exercitării responsabile a funcţiei înzestrate cu puterea cea mai mare din lume. Unii văd în el un risc „fascist”, posibila reeditare a unui Arturo Ui. Sau, dacă preferăm plăsmuirilor lui Brecht pe cele ale lui Thomas Mann, Trump ar putea trece drept actualizarea înspăimântătoare a ideei de hipnotizator politic, de genul lui Cipolla.

La rândul ei, Hillary Clinton e ineligibilă nu doar din pricina ipocriziei ei mascate îndărătul etichetei de pragmatism şi a propensiunii ei pentru minciuna oportună. O descalifică mai cu seamă bilanţul faptelor ei ca senator, ca nevastă de preşedinte şi, last but not least, ca şefă a diplomaţiei. Acest bilanţ, detaliat în varii alte instanţe e, pur şi simplu, devastator şi alimentează masiv nu doar suspiciunea de incompetenţă, ci, mai grav, pe cea de corupţie.

Întrucât s-a aflat mult timp la putere, a o alege pe Clinton contravine flagrant practicilor democratice, de vreme ce ele reclamă, ades, un vot „retrospectiv”. Căci, la urne, penalii gen Dragnea sau Ponta, ori dregătorii care au greşit, trebuie trimişi la plimbare, iar nu într-o nouă funcţie. Altfel, moare cu zile democraţia, „această cea mai rea formă de guvernământ din toate, în afară de toate celelalte forme încercate din timp în timp, după cum o definea Churchill.

Calitatea execrabilă a celor doi candidaţi principali la şefia statului american redeschide larg, aşadar, dosarul democraţiei. În fond, a selectat şi propulsat în prim plan nedemni şi neaveniţi. Şi nu e la prima ei aberaţie. A făcut-o, de altfel, şi avansând alte oferte stranii, populiste, de felul unui Obama, ori Bernie Sanders. Or, dacă democraţia se bazează pe votul unor ignoranţi analfabeţi, precum cei pregătiţi să-l plebisciteze pe Trump, n-ar fi oare preferabilă o „epistocraţie”, după cum a numit politologul american David Estlund o revenire la elitismul politic platonician?

N-ar fi util, să spunem, un test de alfabetizare, de inteligenţă şi de informaţie politică în baza căruia să eliberăm autorizaţii de alegător, astfel încât să se elimine riscul sufragiului indezirabil al proştilor şi al neinformaţilor? N-a regretat H.R. Patapievici, în anii 90, votul cenzitar? Nu s-a plâns "reacţionar" Jose Ortega y Gasset de "Revolta maselor"?

Discuţia pe acest subiect a reluat-o recent americanul Caleb Crain, cu informaţii excelente şi competenţă indubitabilă, în New Yorker, într-un articol intitulat „The Case Against Democracy”.  Atât „Rechizitoriul în contra democraţiei”, cât şi apărarea ei sunt problematice şi contestabile. După cum s-a evidenţiat persuasiv de-a lungul timpului, Platon însuşi a alunecat în derizoriu cu propunerea recluziunii filosofilor, astfel încât să li se păstreze mintea la adăpost de distracţii. Crain reia şi sugestiile mai practicabile ale unui J.S. Mill, recomandând să li se ofere „cetăţenilor avizaţi” (cu diplome universitare, bunăoară) sufragii în plus. În baza lor, practica restrângerii dreptului la vot în temeiul unor teste de alfabetizare s-a perpetuat în SUA pe-alocuri până în anii 70 ai veacului trecut.

La evrei a existat, în vechime, o „epistocraţie”, deciziile fiind adoptate prin votul majoritar al unei aristocraţii a spiritului, în speţă al experţilor de vârf, demonstrabil versaţi în exegeza textului biblic şi în interpretarea voinţei divine. Or, pare clar că democraţia e altceva decât „epistocraţia”. Iar prezumtiva adecvare cognitivă e un criteriu politic foarte discutabil.

Căci adevărul e departe de a fi absolut. Cunoaşterea lui poate fi şi intuitivă. Iar a pretinde că-l „posezi” e un posibil indiciu de fanatism. Crain o citează în context pe Hannah Arendt, potrivit căreia nu „adevărul, reclamând, peremptoriu, să fie recunoscut”, ci „dezbaterea este însăşi esenţa vieţii politice”. 

Avantajul epistemic, logic, intelectual, nu mi se pare suficient spre a garanta un bun practicant al treburilor publice. În ce mă priveşte, consider lipsa de empatie un defect politicianist net mai grav decât naivitatea. Crain recapitulează şi alte motive de neîncredere în epistocraţie”. În fond, cine-i oferă „mai ştiutorului”, spre a împrumuta termenul lui Mihai Şora, autoritate politică? Şi de ce? Dar una morală? Sau de cea din urmă nu mai e nevoie? 

Din acelaşi dosar mai face parte şi o recentă carte, semnată de Jason Brennan sub titlul „În contra democraţiei”. Ea argumentează locvace dar neconvingător în favoarea limitării puterii politice deţinute de ceea ce autorul numeşte „ignoranţi”.

Aici se închide cercul. Capcana e vădită. America, farul democraţiei, se pregăteşte să escaladeze culmea antidemocraţiei. O parte a ei invocă apărarea democraţiei spre a justifica desfiinţarea ei. Altfel spus, de frica desfiinţării democraţiei de către votul prezumtiv „fascist” al prea puţin şcoliţilor adepţi ai unui Trump, unii sunt gata, în numele progresului, să suprime democraţia însăşi. Ca şi cum a opri ascensiunea „evitabilă” a unui nou „Arturo Ui” ar presupune lichidarea votului liber, secret şi universal.

Ca şi cum Hitler şi crimele sale în masă ar fi fost mai degrabă produsul scrutinului democratic ce l-a adus la putere, decât al dictaturii, punând capăt Republicii de la Weimar şi oricărui vot, dictatură pe care liderul nazist s-a grăbit s-o introducă el însuşi, după ce a parvenit la cârmă. Ca şi cum articulatul şi carismaticul criminal şi adulatorii săi intelectuali din elita României interbelice n-ar fi fost ei înşişi proba că sursa primordială a totalitarismului e elitistul însuşi, expresie a urii de sine şi, implicit de democraţie, a unui segment substanţial al burghezei.

Autor: Petre M. Iancu

Mai mult pe aceeaşi temă

default

De la Bosch la Cioloş 10.08.2016

Mă pregăteam să abordez grozăvii insuportabile. De pildă actualitatea unui Hieronymus Bosch, la fix o jumătate de mileniu de la decesul pictorului flamand, mare expert în chinurile iadului şi păcate capitale omeneşti

Know why, Know who, Know where, Know what. The know how to succeed. Join Now!

 All the News from Arround the Web, all theTime

20150119_111932.jpg

 

20150119_111841.jpg 

 

 

1agld1r.gifTIME FOR NEWS

What Everyone Needs to Know

Connecting You Through News Center

MyNewsCenterNavigator ©

n'a pas de limites...pour comprendre plus en détail l'actualité économique, sociale, politique et culturelle internationale.

Restez connectés avec Ma tablette Magique,

"MyNewsCenterNavigator",

Un ODP (On-Device-Portal ) révolutionnaire pour toute la famille,...

 If you love news so much that you even love hearing news about news sources, then this particular news is on an "Extra! Extra! Read all about it!"

Contact : Tél.:+33 (0)1 39 65 50 34    mailto:franceweb@gmail.com

Mobile: +33(0)6 21 97 47 99 

THE NEW GLOBAL VILLAGE.Network of cooperating companies which complete each other seamless on the complete spectrum of Internet and communication.People, Regions, Countries, Firms, Departments, Knowledge, You !

LOCAL - REGIONAL - NATIONAL - INTERNATIONAL

To stay in the game, your presence is critical.THE NEW GLOBAL VILLAGE.Network of cooperating companies which complete each other seamless on the complete spectrum of Internet and communication.People, Regions, Countries, Firms, Departments, Knowledge, You

WE PROVIDE COLLABORATION SOLUTION TO THE WORLD.

 The ability to reach the world. The capacity to change it.

 

It's what happens when the most advanced network on earth meets the world's richest content to take your business anywhere on the planet. A fast, secure, seamless global network. A full range of  services that meld network and applications to enable an array of rich content. One Planet. One Network. Infinite possibilities.

 

THE NEW GLOBAL VILLAGE.

E-GlobalNetwork's unique infrastructure, applications and Web hosting for Micro, Small and Medium-sized  Enterprises (SMEs) at Global, European, national or local level.

FWmultilingue.jpg

 

The e-Global are a Network of cooperating companies which complete each other seamless on the complete spectrum of Internet and communication.

In this very vast Internet site we describe of course who we are, what we do, how we work and where you can find us.
Moreover you find a lot of interactive examples under applications. In ours port folio our projects have been placed. In the chapter news you, find articles which we have published in the past five years.

The Global Evolution

 globalpartnersnetwork - Copie.jpg

Look to the Future, and what do you see? New life, new technology.

This is our vision of the future: inventing a better world in which you grow up.

 

Our Mission : Building Global Communication Networks.

 

People, Regions, Countries, Firms, Departments, Knowledge, Business Network,..., You !

searchable-info.png

 

The World is our WorkplaceLet's work togheter.

Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

The Infinite Archive. Storing bits for 100 years.

To preserve our knowledge base and cultures, we must find a way to save digital content for future generation.

E-GLOBALNETWORK drives our ambition of "prosperity for all" by working to create the best environment for business success in the World. We help people and companies become more productive by promoting enterprise, innovation and creativity. We champion French business at home and abroad. We invest heavily in world-class science and technology. We protect the rights of working people and consumers. And we stand up for fair and open markets in France, Europe and the World.

Reach the right prospects at the right time with E-GLOBALNETWORK

The benefits

It is no exaggeration to describe E-GLOBALNETWORK as a revolution for the marketing industry. For the first time, it gives businesses of any size access to the mass market at an affordable price and, unlike TV or print advertising, it allows truly personalized marketing. Specific benefits include: global reach, lower cost, 24-hour marketing, shorter lead times, a level playing field, personalisation, one-to-one marketing

Become our Partner

 

We believe in long-term, fair cooperations, built on mutual benefit, competence, responsibility and trust. We believe in partner networks where every partner contributes his know-how and professional competence to the realisation of successful business projects. We offer you a partnership where you keep your individuality and profit from our solutions and technology for ther realisation of  your own independent projects. Are you interested? Please contact  us!

We have dedicated our knowledge and experience, time and effort to provide our customers and business partners with state-of-the-art solutions and services that exceed their expectation of quality. We are determined to build successful long-term cooperations where our partners keep complete independence and rely on our professional services to stay highly competitive in a dynamic,  ever changing business environment.

Our highly-skilled partners provide know how to "retain good, identify and improve the weak points to ensure independence and the implication of future applications." We focus only our costumers, their aims, their conditions, their visions to develop their special solution.

 

E-GLOBALNETWORK is the most cost-effective way to promote your site on the Web.

To stay in the game, your presence is critical.

Registration offer great benefits.

For more information call us at  +33 (0)1 39 65 50 34 ,

or contact Business Development Representative, Stefan Raducanu

E-GLOBALNETWORK

+33 (0)6 21 97 47 99

 

04/11/2016

A lire aussi, S'ils avaient tenus leurs promesses, on serait peut-être moins nombreux sur ce plateau. C'est historique, on est d'accord ! Un débat en trois partie, un panorama de candidats pas nés de la dernière pluie,Je souhaite être un président...

Primaires 'républicaine' un panorama de candidats pas nés de la dernière pluie

Juppé fait toujours la course en tête. Selon une enquête Elabe pour L'Opinion et BFMTV, diffusée jeudi matin, Alain Juppé est crédité, au premier tour, de 39% des intentions de vote devant Nicolas Sarkozy (27%). Au second tour, l'ancien Premier ministre l'emporterait largement sur l'ancien chef de l'Etat, avec 61% des voix.

Un débat en trois partie. Jeudi soir, les échanges étaient arbitrés par Ruth Elkrief et Apolline de Malherbe (BFMTV), et Laurence Ferrari et Michaël Darmon (i-Télé) en présence d'un public de 300 personnes invitées par les candidats et les chaînes. Au menu entre autres : l'Europe, l'éducation et la sécurité, avec un débat de plus de deux heures divisé en trois parties.

Forte audience attendue. Plus d'un Français sur trois (37%) avait l'intention de regarder au moins partiellement ce deuxième débat, selon un sondage Odoxa pour franceinfo diffusé jeudi matin. D'après cette même enquête, 72% des Français estimaient cependant que ce débat ne permettrait pas à Nicolas Sarkozy de rattraper son retard sur Alain Juppé.

les 35 piques que les candidats se sont envoyées à la figure pendant le deuxième débat

Je souhaite être un président de la République honnête, qui respecte ceux qui ont voté pour lui. (...) Honnête, ça veut dire que je ne suis pas candidat pour prendre une revanche sur qui que ce soit.

Bruno Le Maire à propos de Nicolas Sarkozy

[A propos de Calais] D'abord ce ne sont pas les accords du Touquet, c'est les accords de Canterbury. Mais peu importe, tout le monde n'est pas obligé de connaître exactement le dossier.

Nicolas Sarkozy à Jean-François Copé

Ça fait quelque temps que nos lignes politiques ont divergé.

Nathalie Kosciusko-Morizet à Nicolas Sarkozy

Certains sur ce plateau avaient promis de ne pas se représenter s'ils avaient été battus, ou de se concentrer à leur ville. S'ils avaient tenus leurs promesses, on serait peut-être moins nombreux sur ce plateau.

Bruno Le Maire à ses concurrents

Tu avais dit avant 2012 que tu ne te représenterais pas si tu perdais. Les mots ont un sens.

Bruno Le Maire à Nicolas Sarkozy

Commence d'abord par essayer d'être élu ! Tu verras que c'est très difficile.

Nicolas Sarkozy à Bruno Le Maire

C'est la défaite qui fait apprendre des choses, comprendre des choses, et faire évoluer une personnalité. Je souhaite d'ailleurs que ça t'arrive.

Nicolas Sarkozy à Bruno Le Maire

Si quand on est battu on n'a plus le droit de se présenter, je te rappelle que tu as été battu à la présidence de l'UMP ! J'en suis heureux pour moi, et désolé pour toi.

Nicolas Sarkozy à Bruno Le Maire

Ils ont le droit d'être candidats. De même qu'ils avaient le droit d'accepter les responsabilités que je leur ai confiées. Aucun ne m'a supplié de quitter le gouvernement…

Nicolas Sarkozy à propos de ses concurrents

Les Français reprochent aux présidents successifs une certaine forme d'inconstance, de versatilité. La France ne peut plus avoir un président versatile.

Jean-François Copé à propos de Nicolas Sarkozy

J'ai trouvé un peu bizarre de faire l'ouverture à gauche il y a une dizaine d'années.

Jean-François Copé à Nicolas Sarkozy

On a été battus en 2012. On a certainement fait des réformes formidables, mais elles n'ont pas suffi à permettre les résultats qui nous auraient permis d'être réélus.

Jean-François Copé à Nicolas Sarkozy

Je regrette qu'aujourd'hui, tu dénigres de cette manière le Grenelle de l'Environnement.

Nathalie Kosciusko-Morizet à Nicolas Sarkozy

Je t'ai vu de près, et justement maintenant, je suis candidate contre toi.

Nathalie Kosciusko-Morizet à Nicolas Sarkozy

Si j'avais été réélu en 2012, je pense que Nathalie se serait fait violence pour m'accompagner encore. (...) Je ne regrette pas ta nomination, Nathalie. Je ne suis pas sûr de le refaire, mais je ne regrette pas ta nomination.

Nicolas Sarkozy à Nathalie Kosciusko-Morizet

Si aujourd'hui, les policiers et les gendarmes sont dans cet état de colère, c'est parce qu'une erreur folle a été commise il y a une dizaine d'années que de réduire de manière drastique les effectifs de police alors que la droite était au pouvoir. Nous avons diminué de 13 000 les effectifs de police et de gendarmerie entre 2007 et 2012, c'est un fait.

Jean-François Copé à Nicolas Sarkozy

Pardon mais moi, j'ai fait un service militaire et je ne balayais pas la cour de la caserne.

Nathalie Kosciusko-Morizet à Nicolas Sarkozy

Nous sommes intervenus en Libye par la voie aérienne, pas au sol. C'est une assez mauvaise connaissance du dossier. Ne mélangeons pas tout. Sur ces questions, il faut être absolument sérieux.

Alain Juppé à Bruno Le Maire

Il y a des sujets très sérieux, qui demandent une connaissance approfondie des dossiers, et qui ne supportent pas les postures.

Nicolas Sarkozy à ses concurrents

Il n'y a pas d'un côté ceux qui savent, et de l'autre ceux qui sont juste là pour prendre des cours.

Jean-François Copé à Nicolas Sarkozy

François Fillon fait semblant de pas comprendre. Il s'agit de faire pour la communauté musulmane ce qui existe pour la communauté juive, avec une redevance sur le halal.

Nathalie Kosciusko-Morizet à François Fillon

Dans toutes les récentes élections locales, nous avons été bien heureux de s'allier avec le MoDem, le MoDem de François Bayrou. Cette attitude de partir en guerre comme ça contre une tête de Turc est suicidaire.

Alain Juppé à Nicolas Sarkozy

Tout ça, c'est de l'ancienne politique. Alain, François, Nicolas… Vous étiez avec François Bayrou au gouvernement en 1993. Une dream team ministérielle ! Mais enfin, on n'est plus en 1993 !

Bruno Le Maire à Alain Juppé, François Fillon et Nicolas Sarkozy

On ne peut pas en fonction des besoins avoir un discours et ensuite le contraire. Je rappelle qu'aux régionales, je m'opposais à Nicolas Sarkozy, qui exigeait qu'on réserve 30% de sièges à l'UDI et au MoDem, ce qui nous a mis en difficulté avec les Républicains

Jean-François Copé à Nicolas Sarkozy

Je n'ai pas envie de continuer sur ce thème [François Bayrou] qui n'est pas à la hauteur des enjeux.

Alain Juppé à Nicolas Sarkozy

La droite des résultats, c'est la droite qui, lorsqu'elle dit au moment de son élection qu'elle va baisser les impôts, ne laisse pas, comme Nicolas et François vous l'avez fait, 22 milliards d'euros d'impôts supplémentaires aux Français. Qui lorsqu'elle dit qu'elle va baisser la dette, ne laisse pas des centaines de milliards d'euros de dette supplémentaire.

Bruno Le Maire à Nicolas Sarkozy et François Fillon

Moi je suis d'accord avec ce que tu dis Nicolas [sur François Bayrou], mais ce serait plus crédible si tu n'avais pas fait l'ouverture à des ministres de gauche en 2007 !

Bruno Le Maire à Nicolas Sarkozy

Annoncer la couleur avant l'élection, ça me parait plus loyal que d'attendre le lendemain de l'élection pour faire rentrer au gouvernement des ministres qui appartiennent au Parti socialiste, sans que les électeurs en aient été prévenus.

Alain Juppé à Nicolas Sarkozy

Je ne reproche pas à Mme Kosciusko-Morizet d'avoir sollicité le parrainage de M. Ménard pour être candidate à la primaire !

Jean-Frédéric Poisson à Nathalie Kosciusko-Morizet

Jean-Frédéric Poisson navigue entre toutes les ambiguïtés. Il va très loin et puis il rectifie un peu, et puis il retourne très loin, et puis...

Nathalie Kosciusko-Morizet à Jean-Frédéric Poisson

Je suis reconnaissante à Nicolas Sarkozy d'avoir contredit ces derniers jours la thèse qu'il défendait ardemment [sur le ni-ni] et qui l'avait conduit à m'écarter de la direction du parti.

Nathalie Kosciusko-Morizet à Sarkozy

Quand on veut être exemplaire, il faut l'être complètement. (...) Tu sais, parfois, c'est pas mal d'écouter ce que disent les autres.

Nicolas Sarkozy à Nathalie Kosciusko-Morizet

C'est historique, on est d'accord !

Jean-François Copé à François Fillon

Je ne crois pas que notre identité soit heureuse, je n'ai pas envie d'une alternance de compromis ou d'une alternance molle.

Nicolas Sarkozy à Alain Juppé

On a eu le burkini, on a eu les Gaulois, et maintenant, on nous fait le coup de l'invasion centriste : c'est à la fois mensonger et stupide !

Nathalie Kosciusko-Morizet à Nicolas Sarkozy
logo
Bastien HuguesIlan CaroFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Vous aviez trouvé le premier débat un rien ennuyeux ? La deuxième joute télévisée entre les sept candidats de la primaire à droite, jeudi 3 novembre, a été le théâtre de nombreuses invectives entre les prétendants. Franceinfo en a enregistré pas moins de 35 attaques, compilées ci-dessous.

[A propos de Calais] D'abord ce ne sont pas les accords du Touquet, c'est les accords de Canterbury. Mais peu importe, tout le monde n'est pas obligé de connaître exactement le dossier.

Nicolas Sarkozy à Jean-François Copé

Ça fait quelque temps que nos lignes politiques ont divergé.

Nathalie Kosciusko-Morizet à Nicolas Sarkozy   
Nathalie Kosciusko-Morizet lors du deuxième débat télévisé entre les candidats à la primaire à droite, le 3 novembre 2016.
Nathalie Kosciusko-Morizet lors du deuxième débat télévisé entre les candidats à la primaire à droite, le 3 novembre 2016. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Je souhaite être un président de la République honnête, qui respecte ceux qui ont voté pour lui. (...) Honnête, ça veut dire que je ne suis pas candidat pour prendre une revanche sur qui que ce soit.

Bruno Le Maire à propos de Nicolas Sarkozy

 Certains sur ce plateau avaient promis de ne pas se représenter s'ils avaient été battus, ou de se concentrer à leur ville. S'ils avaient tenus leurs promesses, on serait peut-être moins nombreux sur ce plateau.

Bruno Le Maire à ses concurrents

 Tu avais dit avant 2012 que tu ne te représenterais pas si tu perdais. Les mots ont un sens.

Bruno Le Maire à Nicolas Sarkozy

 Commence d'abord par essayer d'être élu ! Tu verras que c'est très difficile.

Nicolas Sarkozy à Bruno Le Maire

 C'est la défaite qui fait apprendre des choses, comprendre des choses, et faire évoluer une personnalité. Je souhaite d'ailleurs que ça t'arrive.

Nicolas Sarkozy à Bruno Le Maire

 Si quand on est battu on n'a plus le droit de se présenter, je te rappelle que tu as été battu à la présidence de l'UMP ! J'en suis heureux pour moi, et désolé pour toi.

Nicolas Sarkozy à Bruno Le Maire

   Bruno Le Maire lors du deuxième débat télévisé entre les candidats à la primaire à droite, le 3 novembre 2016.Bruno Le Maire lors du deuxième débat télévisé entre les candidats à la primaire à droite, le 3 novembre 2016. (ERIC FEFERBERG / AFP)

  Ils ont le droit d'être candidats. De même qu'ils avaient le droit d'accepter les responsabilités que je leur ai confiées. Aucun ne m'a supplié de quitter le gouvernement…

Nicolas Sarkozy à propos de ses concurrents

 Les Français reprochent aux présidents successifs une certaine forme d'inconstance, de versatilité. La France ne peut plus avoir un président versatile.

Jean-François Copé à propos de Nicolas Sarkozy

 J'ai trouvé un peu bizarre de faire l'ouverture à gauche il y a une dizaine d'années.

Jean-François Copé à Nicolas Sarkozy

 On a été battus en 2012. On a certainement fait des réformes formidables, mais elles n'ont pas suffi à permettre les résultats qui nous auraient permis d'être réélus.

Jean-François Copé à Nicolas Sarkozy

  Jean-François Copé lors du deuxième débat télévisé entre les candidats à la primaire à droite, le 3 novembre 2016.Jean-François Copé lors du deuxième débat télévisé entre les candidats à la primaire à droite, le 3 novembre 2016. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Je regrette qu'aujourd'hui, tu dénigres de cette manière le Grenelle de l'Environnement.
Nathalie Kosciusko-Morizet à Nicolas Sarkozy

 Je t'ai vu de près, et justement maintenant, je suis candidate contre toi.

 Nathalie Kosciusko-Morizet à Nicolas Sarkozy

  Si j'avais été réélu en 2012, je pense que Nathalie se serait fait violence pour m'accompagner encore. (...) Je ne regrette pas ta nomination, Nathalie. Je ne suis pas sûr de le refaire, mais je ne regrette pas ta nomination.

 Nicolas Sarkozy à Nathalie Kosciusko-Morizet

  Si aujourd'hui, les policiers et les gendarmes sont dans cet état de colère, c'est parce qu'une erreur folle a été commise il y a une dizaine d'années que de réduire de manière drastique les effectifs de police alors que la droite était au pouvoir. Nous avons diminué de 13 000 les effectifs de police et de gendarmerie entre 2007 et 2012, c'est un fait.

Jean-François Copé à Nicolas Sarkozy

   Nathalie Kosciusko-Morizet, Nicolas Sarkozy et Jean-Frédéric Poisson, le 3 novembre 2016 à Paris, lors du deuxième débat de la primaire à droite.Nathalie Kosciusko-Morizet, Nicolas Sarkozy et Jean-Frédéric Poisson, le 3 novembre 2016 à Paris, lors du deuxième débat de la primaire à droite. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Pardon mais moi, j'ai fait un service militaire et je ne balayais pas la cour de la caserne.

Nathalie Kosciusko-Morizet à Nicolas Sarkozy

 Nous sommes intervenus en Libye par la voie aérienne, pas au sol. C'est une assez mauvaise connaissance du dossier. Ne mélangeons pas tout. Sur ces questions, il faut être absolument sérieux.

Alain Juppé à Bruno Le Maire

 Il y a des sujets très sérieux, qui demandent une connaissance approfondie des dossiers, et qui ne supportent pas les postures.

Nicolas Sarkozy à ses concurrents

 Il n'y a pas d'un côté ceux qui savent, et de l'autre ceux qui sont juste là pour prendre des cours.

Jean-François Copé à Nicolas Sarkozy

 François Fillon fait semblant de pas comprendre. Il s'agit de faire pour la communauté musulmane ce qui existe pour la communauté juive, avec une redevance sur le halal.

Nathalie Kosciusko-Morizet à François Fillon

 Dans toutes les récentes élections locales, nous avons été bien heureux de s'allier avec le MoDem, le MoDem de François Bayrou. Cette attitude de partir en guerre comme ça contre une tête de Turc est suicidaire.

Alain Juppé à Nicolas Sarkozy

   Alain Juppé lors du deuxième débat télévisé entre les candidats à la primaire à droite, le 3 novembre 2016.Alain Juppé lors du deuxième débat télévisé entre les candidats à la primaire à droite, le 3 novembre 2016. (ERIC FEFERBERG / AFP)

  Tout ça, c'est de l'ancienne politique. Alain, François, Nicolas… Vous étiez avec François Bayrou au gouvernement en 1993. Une dream team ministérielle ! Mais enfin, on n'est plus en 1993 !

Bruno Le Maire à Alain Juppé, François Fillon et Nicolas Sarkozy

 On ne peut pas en fonction des besoins avoir un discours et ensuite le contraire. Je rappelle qu'aux régionales, je m'opposais à Nicolas Sarkozy, qui exigeait qu'on réserve 30% de sièges à l'UDI et au MoDem, ce qui nous a mis en difficulté avec les Républicains.

Jean-François Copé à Nicolas Sarkozy

 Je n'ai pas envie de continuer sur ce thème [François Bayrou] qui n'est pas à la hauteur des enjeux.

Alain Juppé à Nicolas Sarkozy

 La droite des résultats, c'est la droite qui, lorsqu'elle dit au moment de son élection qu'elle va baisser les impôts, ne laisse pas, comme Nicolas et François vous l'avez fait, 22 milliards d'euros d'impôts supplémentaires aux Français. Qui lorsqu'elle dit qu'elle va baisser la dette, ne laisse pas des centaines de milliards d'euros de dette supplémentaire.

Bruno Le Maire à Nicolas Sarkozy et François Fillon

 Moi je suis d'accord avec ce que tu dis Nicolas [sur François Bayrou], mais ce serait plus crédible si tu n'avais pas fait l'ouverture à des ministres de gauche en 2007 !

Bruno Le Maire à Nicolas Sarkozy

  

Alain Juppé, François Fillon et Bruno Le Maire lors du deuxième débat télévisé 
Alain Juppé, François Fillon et Bruno Le Maire lors du deuxième débat télévisé  (ERIC FEFERBERG / AFP)

 Annoncer la couleur avant l'élection, ça me parait plus loyal que d'attendre le lendemain de l'élection pour faire rentrer au gouvernement des ministres qui appartiennent au Parti socialiste, sans que les électeurs en aient été prévenus.

Alain Juppé à Nicolas Sarkozy

 Je ne reproche pas à Mme Kosciusko-Morizet d'avoir sollicité le parrainage de M. Ménard pour être candidate à la primaire !

Jean-Frédéric Poisson à Nathalie Kosciusko-Morizet

 Jean-Frédéric Poisson navigue entre toutes les ambiguïtés. Il va très loin et puis il rectifie un peu, et puis il retourne très loin, et puis...

Nathalie Kosciusko-Morizet à Jean-Frédéric Poisson

 Je suis reconnaissante à Nicolas Sarkozy d'avoir contredit ces derniers jours la thèse qu'il défendait ardemment [sur le ni-ni] et qui l'avait conduit à m'écarter de la direction du parti.

Nathalie Kosciusko-Morizet à Sarkozy

 Quand on veut être exemplaire, il faut l'être complètement. (...) Tu sais, parfois, c'est pas mal d'écouter ce que disent les autres.

Nicolas Sarkozy à Nathalie Kosciusko-Morizet

 C'est historique, on est d'accord !

Jean-François Copé à François Fillon

 Je ne crois pas que notre identité soit heureuse, je n'ai pas envie d'une alternance de compromis ou d'une alternance molle.

Nicolas Sarkozy à Alain Juppé

 On a eu le burkini, on a eu les Gaulois, et maintenant, on nous fait le coup de l'invasion centriste : c'est à la fois mensonger et stupide !

Nathalie Kosciusko-Morizet à Nicolas Sarkozy

 A lire aussi

 

03/11/2016

MyNewsCenterNavigator & FranceWebSharing, AGENA3000 a organisé mi-octobre au CNIT de Paris La Défense la première édition de "Connect2day".

La démat' au coeur de Connect2day

AGENA3000 a organisé mi-octobre au CNIT de Paris La Défense la première édition de "Connect2day". Un évènement qui a réuni plus de 300 professionnels de la distribution sur le thème: "La distribution tournée vers le progrès et les solutions innovantes".

Après une conférence des distributeurs mettant en avant leur forte demande de déploiement des catalogues électroniques, des appels d'offres et des images pour l'année 2017, les invités ont participé à une vingtaine d'ateliers censés répondre aux problématiques et aux attentes des acteurs de la distribution. Plus de la moitié de ces ateliers, construits autour de témoignages utilisateurs, avaient pour point commun la dématérialisation : 
  • la dématérialisation des catalogues électroniques, à travers les offres GENFI PIM, avec notamment la participation et le témoignage de Cédric Lecolley, de GS1 France, du Groupe Bonduelle concernant leur déploiement à l'international et de France Frais.
  • la dématérialisation des documents liés à la Supply Chain, à travers les offres GENEDI Hub et GENEDI Invoice Management, avec un retour d'expérience du Groupe Pasquier sur la gestion des flux fournisseurs et des multiples gains obtenus, la vision du cabinet Bensoussan (concernant le cadre règlementaire lié à la dématérialisation des factures fiscales), un retour d'expérience de la société Sodebo à propos des gains obtenus après la mise en œuvre de GENEDI Hub et le fonctionnement du nouveau module d'AGENA3000 qui intègre les spécificités B2C et B2G (portail Chorus).
  • la dématérialisation des conditions commerciales hors factures, à travers l'offre Market Management, avec notamment les témoignages de Biscuits Saint Michel concernant la mise en œuvre de leur gestion commerciale avec la distribution automatique des flux avec leur multiples WMS, de Cacolac qui a su remettre le Supply Chain au sein de son système d'informations et de FIMAR qui a intégré le module Market Management pour gérer toutes ses opérations commerciales hors factures dans les DOM-TOM.
Les invités ont également particulièrement apprécié la conférence d’Olivier Dauvers à propos de la distribution de demain, sans oublier l’intervention de Joël de Rosnay qui a clôturé cette magnifique journée en apportant sa vision du commerce pour 2030.
 

Contactez cette société ou un revendeur de ces produits.

Know why, Know who, Know where, Know what. The know how to succeed. Join Now!

 All the News from Around the Web, all theTime

20150119_111932.jpg

 

20150119_111841.jpg 

 

 

1agld1r.gifTIME FOR NEWS

Connecting You Through News Center

MyNewsCenterNavigator ©

n'a pas de limites...pour comprendre plus en détail l'actualité économique, sociale, politique et culturelle internationale.

Restez connectés avec Ma tablette Magique,

"MyNewsCenterNavigator",

Un ODP (On-Device-Portal ) révolutionnaire pour toute la famille,...

 If you love news so much that you even love hearing news about news sources, then this particular news is on an "Extra! Extra! Read all about it!"

Contact : Tél.:+33 (0)1 39 65 50 34    mailto:franceweb@gmail.com

Mobile: +33(0)6 21 97 47 99 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu