Avertir le modérateur

02/06/2017

Trump rejects pleas of world leaders, Pope Francis and CEOs . France, Germany and Italy say agreement can’t be renegotiated.FranceWebSharing & MyNewsCenterNavigator

SRU-International Researech.gif

Trump to Exit Climate Pact as Allies Deride Call for Do-Over

Trump’s announcement spurns pleas from corporate executives, world leaders and even Pope Francis who warned the move imperils a global fight against climate change. His decision also drew an immediate condemnation from the leaders of France, Germany and Italy, who issued a statement insisting that the agreement was “irreversible” and “cannot be renegotiated.” The Japanese government described the U.S. move as “regrettable.”

Trump is kicking off a withdrawal process that will take years to unfold -- creating an opening for him to reverse course and injecting it as an issue in the next presidential election. Under the terms of the deal, the earliest the U.S. can formally extricate itself from the accord is Nov. 4, 2020 -- the day after the next presidential election. And Trump would have wide latitude to change his mind up until that point.

“The Paris accord would undermine our economy, hamstring our workers, weaken our sovereignty, impose unacceptable legal risk and put us at a permanent disadvantage to the other countries of the world,” Trump said. “China will be allowed to build hundreds of additional coal plants. We can’t build new coal plants, but China, India can.”

“I was elected to represent the citizens of Pittsburgh -- not Paris,” he said.

What Did Trump Just Do? The Paris Climate Withdrawal Explained

Trump, who has called climate change a “hoax,” campaigned on the pledge to exit the 2015 pact. White House legal advisers had warned that staying in the accord could undercut Trump’s efforts to rescind rules on power-plant emissions and fuel efficiency.

The agreement allows nations to adjust their individual emissions targets, with a goal of strengthening them over time. But there is no established mechanism that would prompt countries to renegotiate the entire accord. Negotiators built flexibility into the deal from the start, structuring the agreement so that individual countries could determine their own commitments -- without any punishment for failing to fulfill them.

“Apparently the White House has no idea how a treaty works,” Christiana Figueres, the former executive secretary of the United Nations Framework Convention on Climate Change, told reporters in a conference call. She described Trump’s announcement as a “vacuous political melodrama.” 

 

Withdrawal would put the U.S. in league with just two other nations -- Syria and Nicaragua -- that are not participating in the agreement.

What Comes of Paris Climate Accord Without U.S.: QuickTake Q&A

Countries’ individual pledges vary widely. For instance, where the U.S. promised to cut greenhouse gas emissions by at least 26 percent from 2005 levels by 2025, China said it would only begin reducing its emissions by about 2030. And India said it would only reduce the carbon intensity of its economy, meaning the nation’s emissions could continue to rise.

For the best of our coverage on climate science and the future of energy, sign up for Bloomberg's new weekly Climate Changed newsletter.

The Paris accord was a signature achievement for Barack Obama’s efforts to combat climate change while president. Obama released a statement after Trump’s announcement saying the pact “opened the floodgates for businesses, scientists, and engineers to unleash high-tech, low-carbon investment and innovation on an unprecedented scale.”

“Even in the absence of American leadership -- even as this administration joins a small handful of nations that reject the future -- I’m confident that our states, cities, and businesses will step up and do even more to lead the way,” Obama said.

As if to underscore that point, Bill Peduto, the mayor of Pittsburgh, tweeted that his city “will follow the guidelines of the Paris Agreement for our people, our economy & future.”

Pope Francis Wrestles With Curia, Climate and Trump: QuickTake

Conservative groups and fossil fuel advocates quickly applauded Trump’s move.

“By not succumbing to pressure from special interests and cosmopolitan elites, the president demonstrated he is truly committed to putting America’s economy first,” Michael Needham, the chief executive officer of Heritage Action, said in a statement.

Coal executive Robert Murray praised Trump for “supporting America’s uncompromising values, saving coal jobs and promoting low-cost, reliable electricity for Americans and the rest of the world.”

As the richest nation and the second-largest emitter of carbon dioxide, the U.S. is central to efforts to address global warming. The Vatican, European leaders and companies as diverse as Exxon Mobil Corp. and Microsoft Corp. had urged the president to remain in the pact, with last-minute appeals by Tesla Inc.’s Elon Musk and Apple Inc.’s Tim Cook.

Both Musk and Walt Disney Co. Chief Executive Officer Bob Iger said they would resign from a presidential jobs panel as a result of Trump’s decision.

As World Edges Away From Coal, Trump Pledges Revival: QuickTake

Corporate leaders have warned of long-term economic consequences, arguing that a withdrawal would put the U.S. at a disadvantage in the global race to develop and deploy clean-energy technology. They argued a U.S. exit also risks a backlash against American products, raising the specter of consumer boycotts or carbon tariffs from the European Union, China and other nations.

Jeff Immelt, the chairman of General Electric Co., tweeted that he was “disappointed” with the decision, adding that "climate change is real," and the onus now falls on industry to lead.

Goldman Sachs Group Inc. chief executive Lloyd Blankfein, in his first tweet, said, “Today’s decision is a setback for the environment and for the U.S.’s leadership position in the world.” JPMorgan Chase & Co.’s Jamie Dimon said in a statement that he “absolutely” disagreed with the withdrawal, but added, “we have a responsibility to engage our elected officials to work constructively and advocate for policies that improve people’s lives and protect our environment.”

Congressional Reaction

Congressional Democrats quickly condemned the decision on the Paris accord. 

Senator Chris Murphy, a Democrat from Connecticut, tweeted "Dear planet, we’re sorry. Please just hang on for three and a half more years and we’ll fix this. We promise."

Some Republicans also criticized the action. Senator Susan Collins, a Republican from Maine, tweeted that she was “disappointed in the president’s decision,” because "climate change requires a global approach."

The debate whether to exit the agreement played out for months in the White House. Environmental Protection Agency Administrator Scott Pruitt and chief strategist Stephen Bannon pushed for a exit. Those arguing to stay included Trump’s daughter, Ivanka Trump, senior adviser Jared Kushner and Secretary of State Rex Tillerson. Energy Secretary Rick Perry endorsed a renegotiation.

Ivanka Trump and Kushner, her husband, did not attend Trump’s Rose Garden speech.

The Paris accord is broader than any previous climate agreement. It calls for reducing carbon dioxide emissions in hopes of limiting global warming to 2 degrees Celsius (3.6 degrees Fahrenheit) above temperatures at the outset of the Industrial Revolution. That’s the upper limit scientists have set to keep climate change from hitting an irreversible tipping point, unleashing catastrophic floods, droughts and storms.

Dismantle Regulations

Trump has already moved to dismantle regulations and government programs to fight global warming. He ordered a review of fuel-economy standards for cars and light trucks, which along with other vehicles are the U.S.’s largest source of greenhouse gases. And he set in motion a process to scrap the Clean Power Plan, which would have required utilities to slash their carbon-dioxide emissions. The EPA is also moving to rescind rules to prevent methane leaks.

U.S. climate efforts won’t completely cease just because Trump is walking away from Paris.

01/06/2017

Harald Welzer : Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle. On sait bien que qui contrôle le passé contrôle le présent et l’avenir».Grâce au 11 septembre 2001, la classe dirigeante étatsunienne s’est lancée dans la « guerre contre le terrorisme

fast-thinker>je suis un webpiculteur, je contribue plus que tout autre avec MyBookmarks>Les informations diffusées par les médias sont très souvent des informations produites par d’autres médias. « circulation circulaire de l’information »

20150119_111633.jpg

1agld1r.gifCirculation circulaire et transnationale de l’information

par Roger Raemy,

Les informations diffusées par les médias sont très souvent des informations produites par d’autres médias. Cette « circulation circulaire de l’information » - pour reprendre, l’expression de Pierre Bourdieu [1] - est l’un des mécanismes qui contribuent à l’uniformisation de l’information elle-même. Cette circulation est de plus en plus transnationale. Présentation d’un exemple qui invite à poursuivre l’observation des médias de manière transnationale elle aussi.

Le phénomène de republication d’articles déjà parus dans un autre quotidien prend de l’ampleur. Le Temps (Suisse) republie Le Monde (France), le Guardian (Grande-Bretagne) recopie La Tribune (Belgique) ...

Et parmi les effets de la concentration des médias, celui-ci mérite une attention particulière : la nécessité pour certains petits journaux d’user de stratégies pour tenir dans cet univers hautement concurrentiel.

La Liberté, quotidien suisse qui n’appartient à aucun des deux principaux groupes du pays (Edipresse et Ringier) s’est associé à d’autres quotidiens régionaux suisses de même statut pour republier des articles sur des sujets régionaux. Ces accords régionaux ou internationaux pose le problème de la raréfaction des sources pour le lecteur et son corollaire : l’homogénéisation de l’information destine aux lecteurs. Bien entendu, la réduction des coûts invoquée tant par les entreprises privées et publiques que par les Etats donne à penser que ce phénomène ira encore en s’amplifiant.

Le vendredi 30 avril 2004, La Liberté, quotidien de langue française édité en Suisse à Fribourg, publie une interview de Colin Powell. La signature placée au début précise que l’entretien a été réalisé par Véronique Soulé à Berlin. Il faut porter son attention à la fin de l’entretien pour apprendre que ce dernier émane en fait du quotidien français Libération.

Cet entretien de Powell avec Soulé met en lumière un autre aspect du phénomène de circulation circulaire de l’information : les hommes d’influence n’ont plus qu’à s’adresser à une seule source pour obtenir une diffusion large, voire très large, de leurs propos. L’introduction de l’entretien est éclairante : « Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell, (...), est revenu sur la situation en Irak lors d’une rencontre avec six journaux européens (Libération, Frankfurter Allgeneine, La Stampa, ABC, The Times et Interfax).  » Un journaliste par langue d’écriture suffit pour relayer le message de Powell.

Quant aux questions, il suffit de les citer dans l’ordre pour comprendre qu’elles n’ont pas d’autre fonction que de favoriser la communication sans risques du puissant interlocuteur :

- « Dans la nouvelle phase qui s’ouvre en Irak avec la mise en place d’un gouvernement souverain le 30 juin, qu’attendez vous de pays comme la France ? »
- « Le futur Gouvernement irakien aura-t-il la pleine responsabilité ou devra-t-il partager avec vous ? »
- « Pourquoi avoir tant attendu pour revenir à l’ONU et mettre en place une solution politique ? »
- « Voyez-vous un rôle aujourd’hui pour l’OTAN ? »
- « Attendez-vous des renforts britanniques ? »
- « Combien de temps encore les Américains vont-ils supporter les images des cercueils rentrant d’Irak ? »
- « Avez-vous des regrets sur votre présentation sur les ADM en Irak devant l’ONU en février 2003 ? »

Si les réponses vous intéressent, elles se trouvent dans Liberté. Liberté : exactement le mot qui manque dans les questions de la journaliste. Circulez gens de l’information. Circulez, il en restera sûrement quelque chose.

Roger Raemy

1agld1r.gifJournalisme En Marche arrière

Quiconque a suivi une fois dans sa vie grands et un peu moins grands de ce monde savent que l’essentiel de ces déplacements sont rarement d’un intérêt éditorial himalayen. Normal puisque le propos est surtout de resserrer la focale sur des candidats qui, même lorsqu’ils prennent l’avion, cherchent systématiquement à vous mener en bateau.

Soyons honnêtes : une prise de conscience, même tardive, vaut mieux qu’un aveuglement éternel. Bienvenue donc à ces nouveaux membres du club des grincheux qui semblent conclure à l’impossibilité d’un terrain d’entente entre journalisme et communication.

Un bon conseil la prochaine fois à ces confrères : restez à la maison ou au bureau. Et parlez-nous des programmes élaborés par ces responsables politiques, des lois qu’ils font voter, pointez du doigt leurs contradictions, leurs silences sur des sujets pourtant graves et « concernants » comme disent les apôtres de la comm’, dénoncez les atteintes à la démocratie qu’entraînent leurs actes.

Non seulement vous n’aurez plus à subir les effets négatifs des voyages de presse : décalage horaire, promiscuité avec des confrères dont la grosse tête ne pourrait même plus entrer dans un écran 16/9 de télévision... Ne vous faites pas les vecteurs de ce populisme dont on ne cessera de répéter le but visé : établir un contact direct avec le bon peuple. Autrement dit, en passant outre ces intermédiaires superflus que sont les journalistes. Les quoi ?

William Irigoyen

1agld1r.gifPluralisme : de quoi parle-t-on ?

par Henri Maler,

En d‘autres termes, pour peu qu’on ne confonde pas le pluralisme avec la multiplicité toujours souhaitable des médias et de leurs opérateurs, le pluralisme dans les médias, entendu de façon élargie et dans toutes ses dimensions, englobe ou devrait englober, en prenant soin de les distinguer, la pluralité des opinions, la diversité des informations, la variété des goûts et des cultures.

Lire : Pour une socioanalyse du journalisme, d’Alain Accardo

« Du journalisme considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle. »

Cadeau; ACRIMED MEDIACRITIQUE Misère du journalisme politique!!!

Citation du jour

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht

Lire la suite

31/05/2017

FranceWebSharing. Un avertissement du Saker original...Demain, un monde sans l’Amérique.C’est là où cet article est utile : il pourrait montrer à ceux qui aux États-Unis pensent sérieusement qu’ils peuvent battre la Russie

Guerre nucléaire : les Etats-Unis pourraient disparaître totalement, la Russie non


Par Konstantin Sivkov – Le 29 avril 2015 – Source thesaker.is

Un avertissement du Saker original: C’est avec beaucoup d’hésitations que je publie cet article. Mais je pense que son contenu doit être porté à la connaissance des Occidentaux. Je dois vous dire tout de suite mon dégoût à l’idée que la Russie pourrait tout simplement détruire la totalité des États-Unis, que ce soit par des frappes nucléaires classiques, par une frappe sur le super-volcan de Yellowstone ou par le déclenchement d’un tsunami.

Pendant mes années d’étude aux États-Unis (à Washington DC), j’ai réalisé un grand nombre de simulations d’échanges nucléaires lors d’un cours de planification des forces stratégiques. En mon for intérieur, j’ai toujours pensé que si j’étais le Secrétaire général du PCUS [Parti Communiste d’Union soviétique, NdT] (c’était l’époque de la Guerre Froide), je n’exercerais pas de représailles semblables à la suite d’une frappe américaine. La Russie disparaîtrait, mais elle laisserait ce cadeau à l’humanité toute entière : la vie. La Russie choisirait de se sacrifier et accepterait d’être détruite, comme les Saints Boris et Gleb [les fils de Vladimir, le premier tsar baptisé de la Rus’ de Kiev], au début de l’Histoire russe, comme les Nouveaux Martyrs de la Russie [persécutés sous l’Union soviétique], récemment. Sans esprit de représailles, comme le Christ à Gethsemani. Mais j’ai préféré me taire, sachant bien que cette idée n’était guère compatible avec le cours de planification des forces stratégiques…

J’en ai parlé avec Eugenia, qui a traduit cet article. Elle m’a répondu : «Je pense pareil. Mais j’imagine que les armes nucléaires ne seront bientôt plus dissuasives… » Elle a tout à fait raison. Les armes nucléaires n’effraient plus suffisamment. N’est-ce pas terrible? Il semble bien que les Anglo-sionistes ont besoin d’être encore plus effrayés, avec des perspectives encore plus horribles. C’est vrai, je préfère montrer des visions cauchemardesques plutôt que de laisser notre civilisation s’embourber dans une guerre nucléaire.

C’est là où cet article est utile : il pourrait montrer à ceux qui aux États-Unis pensent sérieusement qu’ils peuvent battre la Russie que la Russie peut tout simplement effacer les États-Unis de la carte du monde, littéralement. N’oubliez pas que les plans résumés ici sont déjà anciens; il n’y a rien de nouveau dans ces lignes. Ils ont été étudiés par le GQG soviétique durant la Guerre Froide et, autant que je sache, refusés parce que trop épouvantables.

Que fera la Russie, en cas de guerre? Je ne sais pas. Comme vous l’avez sans doute deviné, je suis profondément pacifiste. C’est l’étude de la guerre qui m’a convaincu. Je ne veux pas que la Russie riposte de cette manière. Mais comme j’ai voulu vous faire réfléchir, en publiant cet article, laissez-moi vous le dire : je ne suis pas du tout certain que les gars du Kremlin, du GQG et des Forces stratégiques partagent mon pacifisme. En fait, ils n’ont pas seulement été choisis parce que c’étaient des durs, ils ont en plus régulièrement appuyé sur le bouton rouge (on ne dit jamais aux hommes de permanence si l’alerte nucléaire en cours est un exercice, ou si elle est réelle, donc ils ont réellement tourné la clé un grand nombre de fois!)

Alors, maintenant, plongez-vous dans votre cauchemar!

Le Saker original 

La Russie pourrait avoir une méga-arme asymétrique à l’horizon 2015. Cela exclurait toute possibilité d’une guerre totale contre ce pays, même si l’adversaire jouissait de la supériorité absolue dans tous les systèmes d’armes conventionnels.

Une nouvelle Guerre Froide a été lancée contre la Russie. Pour être précis, cela ne s’est jamais arrêté. L’Occident tente de consolider ses acquis des précédentes étapes du conflit et veut maintenant conclure.

Une solution asymétrique

Comme au milieu du XXe siècle, l’Occident construit un rideau de fer et conduit une politique d’alliances militaires, augmentant la taille des forces de l’Otan et les rapprochant encore des frontières de la Russie. Mais, cette fois, pour les Russes la situation est bien plus mauvaise qu’il y a cinquante ans. La base industrielle a été considérablement réduite; la dépendance envers les hautes technologies occidentales, nuisible pour la sécurité nationale, s’est développée; nous avons perdu la force morale – autrefois, l’idéologie communiste; nous n’avons plus une forte communauté d’alliés en Europe, comme du temps du Pacte de Varsovie; les oligarques pro-occidentaux, alliés à la haute administration, dominent l’industrie et la finance. La Russie ne peut tout simplement pas se mesurer avec l’Otan et ses alliés en termes de technologie militaire.

Il faut donc absolument trouver une approche originale pour nous assurer une sécurité militaire, spécialement dans la zone d’encerclement stratégique. La tâche prioritaire est de maintenir le niveau des forces nucléaires. Il y a cependant des inconvénients à cela. En dépit de leur taille modeste (comparée à celle de nos autres forces militaires), les armes nucléaires exigent d’importantes ressources. En raison de la dégradation de l’économie, due aux sanctions et à la baisse des cours du pétrole, le pays pourrait tout simplement manquer des ressources nécessaires pour maintenir ses forces nucléaires au niveau souhaité. Les Forces stratégiques (les missiles intercontinentaux, les sous-marins lanceurs d’engins, les bombardiers à long rayon d’action), qui comptent plus de 100 000 hommes, pourraient être partiellement neutralisées par des actions de guerre informationnelle : propagande et guerre psychologique. Dans un futur proche, le système américain d’attaque globale préemptive pourrait être capable de neutraliser tout ou partie des forces nucléaires russes, en combinant des frappes de décapitation (visant les centres de commandement) et des frappes incapacitantes (visant les vecteurs des armes nucléaires). Il est essentiel pour notre pays de trouver des moyens asymétriques pour contenir ces menaces. C’est ce qu’a voulu dire M. Poutine quand il a dit que nous ne nous engagerions pas dans une course aux armements, mais que nous adopterions des mesures asymétriques. Clairement, cela suppose de nouvelles armes, basées sur des idées radicalement différentes de celles qui existent aujourd’hui.

Les conditions techniques pour la méga-arme

A partir de cette analyse de la situation concernant les forces nucléaires stratégiques, ces nouvelles armes doivent remplir certaines conditions. Tout d’abord, elles doivent garantir la défaite de l’ennemi. Le système doit pouvoir frapper l’adversaire avec une certitude de 100%, et la puissance de l’attaque doit être suffisante pour le mettre hors de combat. De plus, le système doit posséder les capacités d’attaque qui le mettront à l’abri de sa neutralisation, par quelque moyen que ce soit, non seulement ceux qui existent aujourd’hui mais aussi les armes de contre-mesures les plus sophistiquées qui pourront être développées demain.

La caractéristique la plus importante est la capacité d’emploi assurée, quand le pouvoir politique du pays le décidera et quand les conditions objectives d’emploi seront réunies. Ceci est particulièrement important, quand on sait que les positions des partisans pro-occidentaux en Russie sont toujours très fortes, particulièrement aux plus hauts niveaux du gouvernement, y compris au sein du haut commandement militaire. En cas de pression informationnelle et psychologique intense, on ne peut affirmer qu’ils obéiront à l’ordre de lancer les armes stratégiques. Bien plus, le nombre d’hommes servant dans les Forces stratégiques est trop élevé pour qu’on puisse être absolument certain qu’ils soient à leur poste, surtout si la société se divise.

Ces considérations nous poussent à réduire au minimum le nombre d’hommes servant ce système d’arme asymétrique et défensive. Ce nombre doit être suffisamment petit pour qu’on puisse être sûr, d’une manière absolue ou presque, de la loyauté de ces hommes envers le pouvoir politique et de leur degré de préparation à exécuter l’ordre d’employer ce système, quel que soient l’état de la société et leur état d’esprit personnel. Cela signifie que le personnel servant ce système d’arme asymétrique ne peut dépasser quelques milliers d’hommes.

Si nous comparons la puissance que la science et la technologie actuelles peuvent délivrer avec les dégâts que nous souhaitons provoquer, nous en arrivons à la conclusion que nous ne pouvons obtenir ce résultat sans l’aide de forces de destruction d’appoint. Ce qui vient en premier à l’esprit sont les catastrophes géologiques. Dépassant plusieurs fois en puissance les ogives nucléaires les plus fortes, les catastrophes géologiques peuvent être délibérément déclenchées par des forces relativement faibles. C’est pourquoi nous basons notre arme de riposte asymétrique sur l’idée de provoquer les processus géologiques les plus destructeurs.

Une dernière condition est le caractère asymétrique de la menace. Un tel système devrait ravager la partie qui l’emploie incomparablement moins que l’ennemi. Et c’est possible, quand on regarde la géographie de la Russie et celle des États-Unis.

Demain, un monde sans l’Amérique

Constat important, la Russie est située sur le continent eurasien, et la majorité de sa population est concentrée loin des côtes. En outre, le niveau moyen du territoire au-dessus de la mer met les Russes à l’abri des flots, même dans le d’une énorme catastrophe et d’un méga-tsunami.

La situation des États-Unis est différente. Plus de 80% de la population vit près des océans, dans des zones faiblement élevées. Le gros de l’industrie est également installé dans ces régions. Même un tsunami relativement faible – une vague de plusieurs douzaines de mètres de haut – pourrait entraîner des conséquences catastrophiques pour les États-Unis. L’ouragan Katrina sur la Nouvelle-Orléans est là pour le rappeler.

 

La nouvelle-Orléans, inondée à la suite de l’ouragan Katrina. Photo: wikimedia.org

 

Une autre caractéristique de la Russie est que la majeure partie de son territoire sibérien repose sur une couche épaisse (plusieurs kilomètres) de basalte. On pense que cette plateforme basaltique s’est formée lors de l’éruption d’un super-volcan, survenue il y a 250 millions d’années. C’est pourquoi les frappes, même les plus puissantes, ne pourront pas entraîner de catastrophes géologiques majeures.

Qu’en est-il des États-Unis? Ce qui d’emblée attire notre attention est le Parc national du Yellowstone, situé dans la caldera d’un super-volcan. Ce dernier, selon les géologues, approche de sa période d’activation, qui arrive tous les 600 000 ans. Sa dernière éruption a eu lieu à peu près à cette distance temporelle. La puissance de ce volcan ne représente qu’une fraction seulement de celle de son homologue sibérien. Ce qui explique que son éruption n’a pas entraîné l’extinction de la vie sur Terre, mais a dû avoir des conséquences catastrophiques pour le continent américain. Les géologues craignent que le volcan du Yellowstone puisse entrer en éruption à tout moment; il y a d’ailleurs des signes clairs d’une montée de son activité. Aussi, même une petite impulsion, l’explosion d’une ogive mégatonique, pourrait être suffisante pour démarrer l’éruption. Cela pourrait être cataclysmique pour les États-Unis – ils pourraient carrément cesser d’exister. Leur territoire pourrait être entièrement recouvert d’une épaisse couche de cendres (plusieurs mètres et même des douzaines de mètres).

San-Andreas est une autre zone vulnérable des États-Unis. C’est une faille de 1 300 kilomètres de long, située entre les plaques pacifique et nord-américaine. Elle court le long de la côte californienne, tantôt dans les terres, tantôt sous l’eau. Les failles San-Gabriel et San-Jacinto, elles, lui sont parallèles. Cette région très instable connaît des séismes pouvant aller jusqu’à une magnitude de 8,5 sur l’échelle de Richter. Une très forte explosion nucléaire pourrait entraîner une catastrophe, provoquant de formidables tsunamis qui emporteraient l’infrastructure de toute la Côte Ouest.

Pour finir, n’oublions pas les failles transformantes de l’Atlantique et du Pacifique. Parallèles aux côtes Est et Ouest, elles pourraient être la source d’énormes tsunamis qui causeraient des ravages jusque loin à l’intérieur des terres.

Le détonateur d’une catastrophe

Les États-Unis sont donc un pays vulnérable, géologiquement parlant. Ce qui reste à faire est de déterminer comment provoquer de tels processus géologiques sur une telle échelle. Revenons dans le passé. En 1961, la plus grosse bombe thermonucléaire a été testée à 5 000 mètres au-dessus de l’extrémité nord de la Nouvelle-Zemble, dans l’Arctique. D’après les estimations connues, elle faisait 58 mégatonnes. Et pourtant, les experts occidentaux en sont venus à la conclusion que toute l’énergie n’avait pas été dépensée, parce que l’ogive ne semblait pas avoir d’enveloppe en uranium-238, enveloppe capable d’augmenter la puissance d’une explosion de 50% à 100%. C’est-à-dire que cette bombe aurait pu dépasser les 100 mégatonnes. Cette ogive tenait dans une bombe de 16 tonnes et avait été larguée d’un bombardier Tu-95 Ours. Selon les scientifiques du Centre de Sarov et l’expert russe le plus connu dans le domaine, le professeur Igor Ostretsov, une ogive actuelle de même puissance peut tenir dans une bombe de 5 à 7 tonnes. Autrement dit, elle peut être facilement embarquée, en termes de taille et de poids, sur un missile intercontinental (le Satan peut emporter 8 tonnes environ). Des satellites peuvent également l’emporter.

Les accords actuels sur la parité des arsenaux nucléaires n’imposent aucune limite sur la puissance des ogives elles-mêmes. Ils en contrôlent seulement le nombre. Or, notre méga-arme n’en exigera pas trop.

Le jour d’après

L’option la plus efficace pour déclencher à coup sûr une catastrophe géologique serait une frappe sur le super-volcan du Yellowstone. Même une seule explosion d’une ogive de 5 à 7 tonnes, en surface, provoquerait une très violente éruption. Résultat, les États-Unis cesseraient d’exister, mais les conséquences seraient également catastrophiques pour le reste du monde. La Russie serait l’un des pays qui souffriraient le moins – à cause de la distance, de la taille de son territoire et de sa situation géographique. De même, les dommages causés aux pays situés aux antipodes des États-Unis seraient limités. Néanmoins, il faut le rappeler : cette explosion serait un désastre pour l’humanité tout entière. C’est d’ailleurs la raison d’être d’une telle arme. La possibilité très réelle de son emploi devrait mettre un point final à toute idée d’agresser la Russie.

Une version alternative de cette super-frappe serait d’amorcer des tsunamis géants, une idée qui nous vient d’Andréi Sakharov. Il s’agirait de faire exploser une série de charges nucléaires sur des points bien définis le long des failles transformantes atlantique et pacifique (environ 3 à 4 pour chacune) à une profondeur de 1,5 à 2 kilomètres. D’après les calculs de Sakharov et d’autres scientifiques, cela produirait une vague qui s’élèverait à 400-500 mètres, ou plus, près des côtes américaines. En s’écrasant sur le rivage, cette vague balaierait tout jusqu’à une distance de 500 kilomètres à l’intérieur des terres. Si les explosions avaient lieu plus profondément, là où l’écorce terrestre, à la jointure des plaques, est la plus mince, alors l’écorce elle-même pourrait fondre, et le magma arrivant au contact de l’eau amplifierait et multiplierait l’intensité de l’explosion. La hauteur du tsunami pourrait alors dépasser 1 500 mètres, et la zone totalement détruite pourrait atteindre plus de 1 500 kilomètres à partir du rivage.

Ce serait une arme très propre : pas d’hiver nucléaire, pas de gigantesque nuages de poussières, par contre la vapeur d’eau retomberait très vite sur la terre déjà ravagée, sous forme de terrifiantes douches radioactives. Une telle frappe déstabiliserait la tectonique de la région, provoquant vraisemblablement l’éruption du super-volcan du Yellowstone. La vague opposée, elle, balaierait l’Europe. En d’autres termes, ce seraient tous les pays de l’Otan qui disparaîtraient. Ce cataclysme serait d’une horreur sans nom. Mais il s’agit de la menace asymétrique du dernier ressort. Une partie de la Russie serait aussi détruite, mais il ne resterait rien de toute la civilisation occidentale. Même l’explosion d’une seule forte charge près des failles de San-Andreas, San-Gabriel, ou San-Jacinto, déclencherait des cataclysmes géologiques.

Apocalypses – faciles à obtenir et avec peu de moyens

Les scénarios discutés ici démontrent que le nombre de super-charges nucléaires nécessaires pour cette arme asymétrique est plutôt limité – environ dix. Ce qui permet de rendre son emploi crédible, si les conditions exposées plus haut sont remplies.

Amener ces charges à leur destination pourrait se faire de nombreuses manières. En premier lieu : plusieurs missiles balistiques monobloc qui, lancés en même temps que de nombreuses fusées-leurres, submergeraient toute défense anti-missile, même celles développées dans un futur lointain. Un petit nombre de systèmes de lancement spéciaux, protégés dans des puits, pourrait être dissimulé, aussi bien par des forces militaires que par un secret rigoureux. On pourrait développer un tel missile pour les sous-marins lanceurs d’engins de la classe Typhon (projet 941). Leurs tubes de lancement sont conçus pour le P39 de 96 tonnes, qui pourrait facilement accueillir les fusées intercontinentales avec la charge utile exigée. Un seul de ces sous-marins serait suffisant pour cette mission.

Les super-charges pourraient être intégrées dans les futurs missiles hypersoniques pour former l’équivalent terrestre des sous-marins lanceurs d’engins. Elles pourraient aussi être secrètement positionnées à l’avance, aux points fixés et à la profondeur requise, à partir de navires de la Flotte camouflés en navires civils. Au moment voulu, un système de transmission très complexe et très sûr pourrait activer ces charges. Si la tension internationale redescend, ces charges pourraient être récupérées par des navires spécialisés.

Il faut entre 5 ou 6 et 10 à 12 ans, selon les experts, pour concevoir et produire des charges de la taille requise. Il faut autant de temps pour développer et produire un nombre suffisant de moyens de transports. Cela veut dire que la Russie peut posséder cette arme asymétrique dans les dix prochaines années. L’arrivée d’une telle arme rendra caduque toute menace d’une guerre majeure contre notre pays, même si l’ennemi jouit d’une supériorité écrasante en termes d’armes conventionnelles.

Konstantin Sivkov Président de l’Académie de géopolitique, Dr ès Sc.

Article original en russe 

Texte traduit du russe à l’anglais par Eugenia

Traduit de l’anglais par Ludovic, relu par Diane pour le Saker Francophone

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu