Avertir le modérateur

17/08/2019

Démocratie et structure du marché des médias >Les médias ont-ils renoncé à l’information ? Sur les travaux de Julia Cagé

Les «péchés capitaux» duG7

Les médias entre vieux modèles et nouvelles réalités

Les médias ont-ils renoncé à l’information ? Sur les travaux de Julia Cagé

« Journalopes », « merdias », « Lügenpresse », « oligarchie médiatique », « fake news » : pour critiquer un média, force est de constater que le vocabulaire ne manque pas de nos jours. Tout utilisateur de réseaux sociaux y aura été confronté à la lecture des commentaires d’un article ; toute personne vivant en société aura entendu l’un de ces termes fleuris lors d’une discussion.

Les accusations viennent de tous les bords. La gauche et l’extrême-gauche revendiquent une longue tradition de critique des médias. Mais la droite et l’extrême-droite ne sont pas en reste : le terme de « Lügenpresse » (que l’on pourrait traduire par « presse faite de mensonges »), aujourd’hui utilisé par le mouvement de la droite radicale PEGIDA ainsi que par l’AfD allemande, appartient à la novlangue hitlérienne. De nombreux sites de « réinformation » penchant dangereusement à droite fleurissent – on peut citer Breitbart, Égalité & Réconciliation et fdesouche.

Le contenu de ces critiques, on le connaît également : inféodée aux intérêts de la finance cosmopolite, la presse ne serait que le porte-voix d’une classe parasite ; manipulatrice, elle laverait les cerveaux de ses consommateurs ; partielle, elle donnerait de la réalité une image trop radieuse ou trop sombre, trop centrée sur certains sujets. Ces critiques sont aussi anciennes que la presse elle-même ; de nos jours, ces critiques prennent des formes nouvelles – elles insistent sur les méthodes de certaines chaînes d’information en continu, comme BFMTV – mais rejouent également de grands classiques, comme la presse “au service de l’oligarchie néolibérale”.

Ces critiques sont insuffisantes. Elles sont trop souvent un paravent à la mise en pièce de la liberté d’expression. Elles remettent profondément en question le travail et les capacités professionnelles des journalistes qui seraient, au choix, membres même du Grand Complot ou trop intelligents pour s’en rendre compte. Elles sont si vagues qu’elles suffisent à tout : bienheureux celui qui pourrait montrer que « la » presse est néolibérale, « ultralibérale » ou « immigrationniste » !

Faut-il, pour autant, se priver de toute critique des médias ? Non : il y a une manière intelligente et pertinente de penser les médias et d’en faire un portrait critique. C’est la difficile tâche que l’économiste Julia Cagé a entrepris dans ses deux récents ouvrages, Sauver les médias. Capitalisme, financement participatif et démocratie (2015), ainsi que L’information à tout prix (2017), écrit avec deux informaticiens, Nicolas Hervé et Marie-Luce Viaud. Docteure en économie, Julia Cagé travaille essentiellement sur les questions à l’interface des théories de l’information, du développement et de la croissance.

cagé

Source  : MeltingBook

Les médias entre vieux modèles et nouvelles réalités

L’omniprésence des médias est un fait avéré : en France, on compte plus de 4 000 titres de presse, une bonne centaine de radios, plusieurs centaines de chaînes de télévision, sans compter les innombrables blogs et sites web d’information. Et pourtant, les médias sont faibles : leur chiffre d’affaire est bien faible si on le compare à celui d’autres géants de l’information comme Google ; leur portée critique et informative est réduite compte tenu de leur propension à relayer des bribes d’information simplistes et copiées sur d’autres médias (nous reviendrons sur ce point plus tard). Leur crise, illustrée par la fermeture en chaîne de journaux, est patente.

Cette crise trouve ses racines, selon Julia Cagé, dans le statut juridique et la définition même d’un média. En France, depuis la Libération, aucun effort n’a été entrepris pour définir un statut innovant et adapté aux médias. Le statut d’un journal est, aujourd’hui, celui d’une société privée. Cela signifie qu’un média est soumis aux phénomènes de concurrence et peut être acheté – ce qui n’est pas mauvais en soi. Cependant, comme souvent, on se trouve ici dans le cas d’un marché aux caractéristiques bien spécifiques, pour lequel le modèle normatif d’un marché en concurrence pure et parfaite n’est pas adapté.

Pourquoi? Les raisons sont multiples. L’information est un « bien public », c’est à dire non-rival et non-exclusif : une personne qui en consomme ne diminue pas la quantité disponible pour d’autres (non-rivalité) ; il n’est pas possible d’empêcher une personne d’en consommer si elle ne « paye » pas (on parle ici de l’information au sens vaste de la connaissance). De ce fait, il est plus difficile d’inciter un agent à en produire, car il ne peut pas tarifer la consommation de sa production. Elle ne peut être produite exclusivement par l’Etat pour des raisons évidentes, alors que c’est la solution qui est généralement préférée pour des biens de ce type (sécurité, défense nationale, éclairage des rues). Il faut donc trouver des formes intermédiaires, qui transforment inéluctablement la structure du marché (subventions, abonnements, etc.).

L’industrie de la presse présente également des « coûts fixes » très élevés. Deux journaux employant 50 journalistes ne fournissent pas la même information qu’un journal de 100 journalistes : comme chaque journal doit couvrir certains sujets d’actualité générale, on aura, dans le premier cas, des journalistes affectés à cette tâche dans les deux journaux ; l’information est dédoublée, et il reste moins de personnes disponibles pour produire une information originale.

Elle est prise dans une multitude de liens de financement, d’alimentation et de dépendance : les médias ont des statuts divers (fondation, etc.), tirent leurs informations de sources différentes (enquêtes, articles scientifiques, recherche, interviews) et touchent des publics différents (journaux généraux, spécialistes, mensuels, annuels, etc.). En somme, le marché de l’information est trop riche et atypique pour laisser la concurrence agir dans sa forme la plus pure ; l’industrie médiatique est un exemple, parmi d’autres, d’un marché imparfait qui appelle une régulation spécifique. Définir les médias comme des entreprises privées, c’est donc les placer dans un cadre d’exercice qui ne leur convient pas et qui a bien des effets pervers. C’est s’accrocher à un modèle ancien qui ne correspond plus à la réalité contemporaine du travail des médias.

Ainsi, les contraintes financières, qui se sont renforcées avec l’accentuation de la concurrence entre les médias, ont amené les journaux à délaisser le journalisme d’investigation. Le passage au web des journaux s’est souvent fait à ressources égales. D’après le journaliste Eric Scherer, cité par Julia Cagé, les huit mois d’enquête nécessaires au Boston Globe en 2002 pour révéler au grand jour le scandale des abus sexuels du clergé catholique américain ont coûté au journal un million de dollars, sans compter des dizaines de milliers de dollars de frais judiciaires. Difficile de penser qu’aujourd’hui, un média serait prêt à engager de telles sommes pour couvrir une enquête d’investigation, alors qu’il lui est possible de simplement couvrir l’actualité « chaude » et d’y adjoindre quelques petits contenus originaux…

Les médias ont-ils renoncé à l’information ? Sur les travaux de Julia Cagé

« Journalopes », « merdias », « Lügenpresse », « oligarchie médiatique », « fake news » : pour critiquer un média, force est de constater que le vocabulaire ne manque pas de nos jours. Tout utilisateur de réseaux sociaux y aura été confronté à la lecture des commentaires d’un article ; toute personne vivant en société aura entendu l’un de ces termes fleuris lors d’une discussion.

Les accusations viennent de tous les bords. La gauche et l’extrême-gauche revendiquent une longue tradition de critique des médias. Mais la droite et l’extrême-droite ne sont pas en reste : le terme de « Lügenpresse » (que l’on pourrait traduire par « presse faite de mensonges »), aujourd’hui utilisé par le mouvement de la droite radicale PEGIDA ainsi que par l’AfD allemande, appartient à la novlangue hitlérienne. De nombreux sites de « réinformation » penchant dangereusement à droite fleurissent – on peut citer Breitbart, Égalité & Réconciliation et fdesouche.

 

Le contenu de ces critiques, on le connaît également : inféodée aux intérêts de la finance cosmopolite, la presse ne serait que le porte-voix d’une classe parasite ; manipulatrice, elle laverait les cerveaux de ses consommateurs ; partielle, elle donnerait de la réalité une image trop radieuse ou trop sombre, trop centrée sur certains sujets. Ces critiques sont aussi anciennes que la presse elle-même ; de nos jours, ces critiques prennent des formes nouvelles – elles insistent sur les méthodes de certaines chaînes d’information en continu, comme BFMTV – mais rejouent également de grands classiques, comme la presse “au service de l’oligarchie néolibérale”.

Ces critiques sont insuffisantes. Elles sont trop souvent un paravent à la mise en pièce de la liberté d’expression. Elles remettent profondément en question le travail et les capacités professionnelles des journalistes qui seraient, au choix, membres même du Grand Complot ou trop intelligents pour s’en rendre compte. Elles sont si vagues qu’elles suffisent à tout : bienheureux celui qui pourrait montrer que « la » presse est néolibérale, « ultralibérale » ou « immigrationniste » !

Faut-il, pour autant, se priver de toute critique des médias ? Non : il y a une manière intelligente et pertinente de penser les médias et d’en faire un portrait critique. C’est la difficile tâche que l’économiste Julia Cagé a entrepris dans ses deux récents ouvrages, Sauver les médias. Capitalisme, financement participatif et démocratie (2015), ainsi que L’information à tout prix (2017), écrit avec deux informaticiens, Nicolas Hervé et Marie-Luce Viaud. Docteure en économie, Julia Cagé travaille essentiellement sur les questions à l’interface des théories de l’information, du développement et de la croissance.

cagé

Source  : MeltingBook

 

Les médias entre vieux modèles et nouvelles réalités

L’omniprésence des médias est un fait avéré : en France, on compte plus de 4 000 titres de presse, une bonne centaine de radios, plusieurs centaines de chaînes de télévision, sans compter les innombrables blogs et sites web d’information. Et pourtant, les médias sont faibles : leur chiffre d’affaire est bien faible si on le compare à celui d’autres géants de l’information comme Google ; leur portée critique et informative est réduite compte tenu de leur propension à relayer des bribes d’information simplistes et copiées sur d’autres médias (nous reviendrons sur ce point plus tard). Leur crise, illustrée par la fermeture en chaîne de journaux, est patente.

Cette crise trouve ses racines, selon Julia Cagé, dans le statut juridique et la définition même d’un média. En France, depuis la Libération, aucun effort n’a été entrepris pour définir un statut innovant et adapté aux médias. Le statut d’un journal est, aujourd’hui, celui d’une société privée. Cela signifie qu’un média est soumis aux phénomènes de concurrence et peut être acheté – ce qui n’est pas mauvais en soi. Cependant, comme souvent, on se trouve ici dans le cas d’un marché aux caractéristiques bien spécifiques, pour lequel le modèle normatif d’un marché en concurrence pure et parfaite n’est pas adapté.

sauver les médias

Source : Acrimed 

 

Pourquoi? Les raisons sont multiples. L’information est un « bien public », c’est à dire non-rival et non-exclusif : une personne qui en consomme ne diminue pas la quantité disponible pour d’autres (non-rivalité) ; il n’est pas possible d’empêcher une personne d’en consommer si elle ne « paye » pas (on parle ici de l’information au sens vaste de la connaissance). De ce fait, il est plus difficile d’inciter un agent à en produire, car il ne peut pas tarifer la consommation de sa production. Elle ne peut être produite exclusivement par l’Etat pour des raisons évidentes, alors que c’est la solution qui est généralement préférée pour des biens de ce type (sécurité, défense nationale, éclairage des rues). Il faut donc trouver des formes intermédiaires, qui transforment inéluctablement la structure du marché (subventions, abonnements, etc.).

L’industrie de la presse présente également des « coûts fixes » très élevés. Deux journaux employant 50 journalistes ne fournissent pas la même information qu’un journal de 100 journalistes : comme chaque journal doit couvrir certains sujets d’actualité générale, on aura, dans le premier cas, des journalistes affectés à cette tâche dans les deux journaux ; l’information est dédoublée, et il reste moins de personnes disponibles pour produire une information originale.

Elle est prise dans une multitude de liens de financement, d’alimentation et de dépendance : les médias ont des statuts divers (fondation, etc.), tirent leurs informations de sources différentes (enquêtes, articles scientifiques, recherche, interviews) et touchent des publics différents (journaux généraux, spécialistes, mensuels, annuels, etc.). En somme, le marché de l’information est trop riche et atypique pour laisser la concurrence agir dans sa forme la plus pure ; l’industrie médiatique est un exemple, parmi d’autres, d’un marché imparfait qui appelle une régulation spécifique. Définir les médias comme des entreprises privées, c’est donc les placer dans un cadre d’exercice qui ne leur convient pas et qui a bien des effets pervers. C’est s’accrocher à un modèle ancien qui ne correspond plus à la réalité contemporaine du travail des médias.

Ainsi, les contraintes financières, qui se sont renforcées avec l’accentuation de la concurrence entre les médias, ont amené les journaux à délaisser le journalisme d’investigation. Le passage au web des journaux s’est souvent fait à ressources égales. D’après le journaliste Eric Scherer, cité par Julia Cagé, les huit mois d’enquête nécessaires au Boston Globe en 2002 pour révéler au grand jour le scandale des abus sexuels du clergé catholique américain ont coûté au journal un million de dollars, sans compter des dizaines de milliers de dollars de frais judiciaires. Difficile de penser qu’aujourd’hui, un média serait prêt à engager de telles sommes pour couvrir une enquête d’investigation, alors qu’il lui est possible de simplement couvrir l’actualité « chaude » et d’y adjoindre quelques petits contenus originaux…

spotlight.jpg

Les journalistes du film Spotlight, drame sur l’enquête du Boston Globe (2015) 

Source : BlueOcean

 

Et derrière cette baisse de la qualité de l’information se cache bien la baisse massive du nombre de journalistes : il y en a de moins en moins par journal. En raison du problème des coûts fixes énoncé plus haut, on assiste à une surproduction d’information sur l’actualité « chaude » au détriment du journalisme original. Quelques chiffres, cités par Cagé : en 2012, El País licencie 129 de ses 440 journalistes ; en 2013, The Plain Dealer en supprime 50 à Cleveland, The Oregonian 35 à Portland ; plus récemment, Itélé a supprimé 50 postes et La Voix du Nord a annoncé vouloir en supprimer 178. Au niveau agrégé, le nombre de journalistes dans la presse quotidienne aux Etats-Unis est passé de près de 56 000 (2001) à 38 000 (2013) ; en France, le pourcentage de journalistes parmi les cadres et professions intellectuelles supérieures est passé de 1,2% (début des années 1960) à 0,7% (2013). Et ce malgré l’augmentation totale du nombre de journaux.

Comment mesurer la baisse de la qualité de l’information ?

On pourrait cependant voir, dans cette réduction massive des effectifs, un progrès significatif. Moins de journalistes, cela signifie aussi qu’il y a sûrement eu des gains de productivité : chaque journaliste se débrouille pour produire plus d’information de meilleure qualité. Comment montrer, en effet, que la qualité de l’information s’est détériorée ?

Dans son livre L’Information à tout prix, écrit en collaboration avec Nicolas Hervé et Marie-Luce Viaud, Julia Cagé utilise des techniques très fines d’analyse des données pour dresser un portrait de la presse française. Pendant une année entière, les trois chercheurs ont collecté tout le contenu produit par des médias d’information politique et général. Dans l’échantillon, figurent 86 médias d’actualité (59 journaux, 9 télévisions, 7 radios et 10 pure players). Au total, l’analyse porte sur 2 548 634 documents, soit 7000 documents en moyenne par jour. Ils ont ensuite conçu un « détecteur d’événement » : un algorithme utilise le texte, le chapeau et la date de publication de l’article pour grouper les articles similaires.

Pour chaque événement, il a été possible d’identifier le premier média ayant publié un article sur l’événement, le news breaker, et de suivre précisément la diffusion de l’information. Le résultat est net et le constat triple : « les médias vont vite. Ils copient beaucoup. Et ils ne créditent que très peu » (Cagé, Hervé & Viaud).

En découpant la durée de l’événement en 25 intervalles égaux, on constate que 20% des documents relatifs à l’événement sont publiés dans le premier intervalle (soit la première heure, s’il ne dure qu’une journée) : la logique du buzz est ici à l’oeuvre. Cette propagation dépend aussi du média news breaker, les journalistes étant souvent confrontés à un arbitrage entre réactivité et véracité.

L’information se diffuse donc très vite ; de surcroît, elle est peu originale. Le numérique a ici introduit une rupture profonde. Au XIXe siècle, les journaux se battaient pour couvrir une information en premier : ils étaient alors les seuls à la diffuser pendant la journée, et réalisaient un chiffre d’affaire exceptionnel. Aujourd’hui, le copier-coller est devenu la norme. Cagé et ses co-auteurs ont inclus dans leur enquête un algorithme de détection de copie. 73% des documents analysés présentent de la copie externe. Lorsque c’est le news breaker qui est copié, le taux de copie atteint 82% en moyenne (dépêches AFP comprises) : les médias reproduisent dans ce cas quatre cinquièmes de l’article ! La distribution du taux de copie est en fait bimodale : 19% des documents publiés atteignent un taux de copie de près de 100% ; 20% d’entre eux sont entièrement originaux et correspondent aux articles d’investigation.

On assiste donc à une homogénéisation massive des contenus publiés par les médias. Et celle-ci pose des problèmes manifestes de droit : à l’exception du cas spécifique des agences de presse (AFP, Reuters, AP), qui autorise la reproduction intégrale de leurs dépêches par leurs abonnés, la copie est problématique sur le plan légal (sans parler du plan éthique). Cette homogénéisation, couplée à l’augmentation de la vitesse de diffusion de l’information, tue également, comme le souligne Cagé, toute incitation pour les journaux à produire de l’information originale : pourquoi supporter les coûts importants qui y sont associés lorsqu’on peut simplement piller les articles de ses voisins ou copier des dépêches d’une agence de presse ?  

Le point essentiel de la démonstration de Cagé, Hervé et Viaud repose sur une estimation économétrique qui permet de lier tous ces éléments de critique : plus un média a de journalistes, plus il produit d’information originale et moins il copie. C’est donc bien la baisse du nombre de journalistes, liée à la pression budgétaire qui s’exerce sur les médias, qui provoque l’homogénéisation croissante de la production des médias.  

Cette structure de marché est déroutante et offre de nombreux paradoxes à l’économiste attentif. Alors que l’analyse de données par Cagé et ses co-auteurs montre clairement que plus un journal produit de contenu original, plus il attire de lecteurs, peu de journaux choisissent cette ligne stratégique. Bien que les médias soit détenus, in fine, par un nombre réduits de groupes et d’actionnaires, le nombre de publications, de chaînes d’informations est énorme : pourquoi n’y a-t-il pas de concentration sur ce marché ? L’état actuel du marché est-il stable ?     

Démocratie et structure du marché des médias  

Ces évolutions posent des problèmes manifestes en termes de démocratie et de participation politique. Les journaux contribuent ordinairement au développement de l’autonomie politique, en apportant de l’information sur diverses situations ; ils permettent la confrontation de nombreux points de vue ; ils structurent la vie politique de nombreuses régions et pays.

Historiquement, les médias ont fortement contribué à faire émerger une conscience politique. Aussi Julia Cagé et sa co-autrice Valeria Rueda, économiste à Oxford, ont montré que la mise en place de presses par les missionnaires protestants en Afrique subsaharienne ont grandement affecté la vie politique et économique contemporaine des différentes régions. En arrivant, ces colons installent souvent immédiatement des presses pour imprimer des bibles et formalisent les langues locales. Rapidement, ces presses ont aussi servi à imprimer des journaux en langue locale. Grâce à des techniques d’identification, les deux économistes montrent que l’installation d’une pression à proximité d’un endroit lors de la phase de colonisation augmente la taille du lectorat contemporain et favorise le développement économique ainsi que la participation politique de ces régions.

Mais les évolutions de la presse décrites ci-dessus ne favorisent plus le développement de la démocratie. Un autre article de Cagé, basé sur l’étude de la participation politique en France entre 1944 et 2014, suggère ainsi que l’augmentation de la concurrence locale entre médias nuit à la participation politique, car elle amène une baisse de la taille des équipes et donc une baisse de la qualité de l’information diffusée. Un marché local ne semble pouvoir supporter qu’un nombre limité de médias, sans quoi il sature et amène une dégradation de l’information.

Ainsi, c’est paradoxalement l’augmentation du nombre de médias qui renforce leur uniformité. La « pensée unique » – comprise au sens d’uniformisation de l’information diffusée – souvent dénoncée ne vient pas de l’insuffisance du nombre de médias, mais bien de leur surnombre.

Quel avenir pour nos médias ?

Résumons ces critiques en comparant deux archétypes : le travail de deux employés de presse, aujourd’hui et avant la révolution numérique.

Il y a une centaine d’années, un journaliste travaille dans une grande équipe, au sein d’une vaste rédaction. Les concurrents de son journal existent, mais ils sont peu nombreux. Ils se livrent une concurrence acharnée sur le terrain pour couvrir l’information en premier ; notre journaliste est d’ailleurs en lien permanent avec un vaste réseau de correspondants, postés un peu partout sur la planète.  

Aujourd’hui, un journaliste travaille quasiment toujours pour un journal ayant un support internet. Son journal ne se soucie que peu du travail d’investigation ; son travail consiste davantage en la copie d’articles publiés par les news breaker et en la surveillance de Google News. Il est présent et vigilant sur les réseaux sociaux, qui lui permettent de réagir rapidement lorsqu’un nouvel événement se déclenche. Son journal est soumis à une vive pression budgétaire ; son poste est potentiellement menacé. Il travaille en petite équipe.

Des solutions à tous ces problèmes existent déjà. En plus des modifications du statut des journaux longuement suggérées et développées par Julia Cagé dans Sauver les médias, certains journaux mutualisent la production d’information et le travail d’investigation, comme dans le cas de l’enquête des Panama Papers, menée par l’International Consortium for Investigative Journalism. Dans certains pays, des formes alternatives de financement et d’organisation se développent. D’autres médias, comme l’excellent Les Jours, délaissent l’actualité « chaude » pour ne produire que des enquêtes complètement originales sur des sujets d’actualité. On observe aussi au sein de grands journaux un certain “retour à la qualité” à travers des formules d’abonnement, des reportages plus longs et des formats alternatifs.

La situation actuelle du marché de l’information amène naturellement à penser son avenir. Plusieurs pistes se dessinent. Celle, tout d’abord, d’un marché polarisé, pris entre des médias recentrés sur le travail d’enquête et d’investigation qui délaissent l’actualité chaude d’une part, et des médias “on the spot” (chaînes en direct, sites d’info-minute) d’autre part. La nature même d’un média est sûrement appelée à être repensée. De plus en plus de groupes de sociétés intègrent un média au sein de leur stratégie globale de production : au lieu d’être considéré comme une entreprise qui doit maximiser son profit et produire de l’information pour survivre, le média d’un groupe devient un élément du tout produisant une externalité positive sous forme de réputation. Le groupe peut ainsi utiliser la réputation du média par après pour appuyer la diffusion de ses propres produits. Ainsi en va-t-il du groupe Les Echos : si le journal lui-même est en déficit, le groupe a réalisé un excédent. La réputation du journal – sérieux, centré sur les questions économiques et financières, business friendly – est utilisée pour promouvoir d’autres produits et entreprises du groupe. Le récent rachat du dénicheur de start-ups Netexplo par le groupe porte la marque de cette stratégie :  quoi de mieux que la réputation des Échos pour valoriser une entreprise parfaitement en phase avec les modes et narratives actuelles de certains milieux économiques (disruption, entreprenariat, autonomie, innovation) ?   

Ce qu’implique cette dernière transformation reste encore mystérieux. Permettra-t-elle de libérer les médias voulant produire du contenu de qualité de certaines contraintes économiques ? Risque-t-elle, au contraire, de leur nuire en forçant la mise en place d’une ligne éditoriale axée sur les intérêts du groupe ?     

Il reste que des solutions existent donc à la crise actuelle des médias. Elles sont récentes. Et elles sont nécessaires.

Note: la question des médias est éminemment complexe. Nous n’avons pas pu traiter l’ensemble des problématiques liées au sujet, par exemple : la publicité dans les journaux, les paywalls, la propriété des journaux et leur rachat par des actionnaires, la précarisation du métier de journaliste, la question de l’influence des médias sur les choix politiques ou encore les formes alternatives d’organisation des journaux comme les sociétés coopératives. Nous ne cherchons pas à occulter leur existence et encourageons les lecteurs curieux à lire notamment Sauver les Médias et L’Information à tout prix, qui prolongent de nombreuses pistes initiées ici.  

Linus Bleistein, pour Economens

Sources

Julia Cagé, Sauver les médias. Capitalisme, financement participatif et démocratie, éd. Seuil, 2015

Julia Cagé, Nicolas Hervé et Marie-Luce Viaud, L’information à tout prix, éd. INA, 2017

Julia Cagé, « Media Competition, Information Provision and Political Participation : Evidence from French Local Newspapers, 1944 – 2014 », CEPR Discussion Paper, 2017

Julia Cagé & Valeria Rueda, « The Long Terme Effects of the Printing Press in sub-saharian Africa », AEJ : Applied Economics, 2016

Julia Cagé & Valeria Rueda, « The Devil is the Detail : Christian Missions’ Heterogeneous Effects on Development in sub-Saharan Africa », voxeu.org, 2017

Dominique Pinsolle, « Critique des médias : une histoire impétueuse », Le Monde Diplomatique, avril 2016

Eric Scherer, A-t-on encore besoin de journalistes ? Manifeste pour un « journalisme augmenté », PUF, 2011  

Moi Dipl.Ing.StefanV.Raducanu >AU SERVICE DE VOTRE INNOVATION >Regard d'avenir> J'offre, J'évalue, Je raconte, Je stimule, Je choisis, Je parle, Je me préocupe,Communication, Exposants, Partenaires,“Savoir, penser, rêver. Tout est là.”

20150119_111932.jpgUne traversée des « disciplines »

Parcours, au pluriel

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu Regard d'avenir

La lecture traversière de Stefan introduit une nouvelle rupture, en fragmentant le fragment, et cette fois le chemin débouche sur le problème du passage et du lieu « par où l’on passe » comme sur une sorte d’emblème de la lecture. Ce présent détour par cette pensée, à la suite de celui que propose Marin, permet d’approcher de ce qui se joue pour lui dans cette activité qu’est la lecture, et d’apercevoir également les raisons pour lesquelles sa postérité se trouve chez ceux qui s’appliquent à développer, à sa suite, des arts de lire d’un genre nouveau. Ni « reconnaissance », ni « inquiétude de légitimation », « pratiquer la traversée » demande de la légèreté : rapidité sans souci, vivacité de pas-de-côté qui ne laissent pas de traces, un art des moyens sans autorité ni autorisation, sans profondeur ni constance, quelque peu imprudent souvent, et désinvolte ; et pourtant commencement d’une écriture, d’une réecriture multiple à la mesure de la virtualité des sens : tenter de jouer, de rejouer. 

FranceWebAsso c'est Vous !>Communication, Exposants, Partenaires,

Exploiter les atouts de chaque portail FranceWebAsso

"Ce que j'entreprends doit me survivre."

“Savoir, penser, rêver. Tout est là.”

La planète est mon village !

PoissyWebCitoyen

PoissySmartCity-SocSav21

StefanV.Raducanu,Président FranceWeb

Profitez de notre innovation

FRANCEWEB,E-GLOBALNETWORK , un puissant portail d'entreprises, LA SOLUTION GLOBALE A VOS BESOINS D'INFORMATION

Le bon message au bon moment au bon endroit, la solution de communication la plus efficace

PPF,Dipl.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous: économie,technologie, sociétal,Je pense que je peux donner de l'énergie aux gens grâce à ce que je fais.,UNE VAGUE D'INSPIRATION

J'évalue, Je raconte, Je stimule, Je choisis, Je parle, Je me préocupe, Je surveille, Je recense, J'annonce, J'apporte, Je fais référence, J'invite, J'interroge, J'explique, J'ouvre en grand, Je confronte, J'offre.."J'ai besoin de toute l'aide possible . Je prends tout."

0GR3TXHD_400x400SR.jpgStefan V.Raducanu, bâtisseur FranceWeb,

le Génie des lieux, ou l'esprit des lieux (le Tayory japonais) ...configuration du site, son exposition aux vents et à la lumière, son orientation.

Le Génie humain s'exerce par une activation de l'imaginaire dont les élans de créativité conduisent aux prouesses de la pensée, aux exploits de la raison, aux performances technologiques, aux subversions positives de l'art. Le génie humain prend toute sa dimension dans l'exercice du "projet". Le niveau de conscience du génie des lieux par le génie humain détermine la force et la portée du projet.

Le rapport entre l'Homme et son habitat et ce qui relie ces deux "génies" en faisant apparaître tantôt  le désir de fusion, tantôt la volonté de séparation. Ces deux génies fonctionnent ensemble, on ne peut pas séparer la condition humaine du contexte dans lequel elle trouve son existence.

A cela il faut ajouter un autre génie : celui du vivant non humain. Le Génie Naturel se tient en marge des deux précédents. Il existe par les conditions mêmes du vivant : nécessaire résistance aux aléas du temps, mise au point des stratégies de résilience au cours de l'évolution.

Nous vivons dans une époque où l'humanité découvre qu'en appartenant à l'écosystème planétaire elle dépend du Génie Naturel et qu'elle ne peut s'exclure de la nature sans prendre le risque du suicide par ignorance. Elle vient juste d'arriver sur la planète, les plantes et les animaux étaient là avant, ils ont des choses à dire.

Ici on est heureux... Là-bas non...Quand on sera heureux ensemble , ce sera le paradis..

Influenceur autoproclamé, véritable expert et ambassadeur

 son expertise, sa passion, son dévouement à sa communauté et sa faculté à produire des contenus intéressants et partagés…

...si tu as une idée, que j'ai une idée et que l'on échange nos idées, nous aurons chacun deux idées...

Dans le monde avec ''MyNewsCenterNavigator''

Je suis pisciacais, français,  citoyen du monde

NEWS CENTER in 3 clicks

Global4.gifmegaphone-clip-art-9cp4KXRcE.jpegRegardez avec moi

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble

FRANCEWEB group

FranceWeb Planète

FranceWebSelection

La où l'émotion rencontre l'inspiration.

Créateur des espaces de travail collaboratif , assurant la communication des exposants et partenaires, FranceWeb illustre la volonté du Réseau.

Batisseurs du Web>FranceWeb c'est à Vous !>Communication, Exposants, Partenaires,

Produire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative et impulser les changement nécessaires par l’évolution de notre société.

Region, Country, Firm, Department,..,You !

Entrepreneurial energy at the service of companies. "Our esential mission: to be at the service of companies, every day, in everything we do. Encouraging, Educating, Acting, Maintaining, Enhancing

Le blog pour Réussir.

Ensemble, développons l'énergie d'entreprendre

Toute réussite commence par un premier pas

 POUR VOUS ET AVEC VOUS ! Parlez-nous de vous! Créer et partager... La méthode FranceWebAsso, La nouvelle société du Savoir comme le support des connaissances humaines et des communications dans les domaines techniques, économiques et sociaux ».

Si l'on vous dit que cette journée va favoriser les rencontres de toutes sortes vous seriez satisfait ? Et si en plus on vous dit qu'une ambiance particulièrement joyeuse, presque magique, émanera des groupes, qu'est-ce que vous diriez ? Cette journée va vous plaire cher ! Alors n'hésitez pas aujourd'hui à être le meneur, vous ne serez pas déçu...

Pour innover, puisez dans les connaissances

« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

FRANCE WEB MEDIA DIGITAL

 C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

La méthode FranceWebAsso consiste à faire découvrir et acquérir à une personne la compréhension des enjeux, des opportunités et des solutions à travers une attentive observation des faits au lieu de l’abreuver de concepts savants ou de théories préconçues.

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

Ensemble créons de la valeur 

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

FranceWeb en un clic de souris,

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

Any Time, Any Where, Any Content, Any Device,  You...

Osho sur la Créativité

Qu’est ce que la Créativité? – La Créativité est une qualité

Osho,
Je croyais que j’étais non créatif. Quoi d’autre peut être créativité à part la dance et la peinture et comment découvrir ce qu’est ma créativité?

"La Créativité n’a rien à voir avec une activité en particulier – avec la peinture, la poésie, la danse, le chant. Elle n’a rien à voir avec quoi que ce soit de particulier.

"Tout peut être créatif – tu amènes cette qualité dans l’activité. L’activité elle-même n’est ni créative ni non créative. Tu peux peindre de manière non-créative. Tu peux chanter de manière non-créative. Tu peux nettoyer le sol de façon créative. Tu peux cuisiner de façon créative.

"La créativité est la qualité que tu amènes dans l’activité que tu fais. C’est une attitude, une approche intérieure – comment tu vois les choses.

"Alors la première chose à se rappeler: ne limite pas la créativité à quoi que ce soit de particulier. Un homme est créatif – et s’il est créatif, peu importe ce qu’il fait, même s’il marche, tu peux voir dans sa démarche qu’il y a de la créativité. Même s’il reste assis en silence et ne fait rien, même ne rien faire sera une action créative. Bouddha assis sous l'arbre de Bodhi sans rien faire est le plus grand créateur que le monde ait jamais connu. Une fois que tu as compris - que c'est toi, la personne, qui est créative ou non créative - alors ce problème disparaît.

Argent et homme, 30 citations courtes et proverbes - Citation du jour
https://citations.ouest-france.fr/theme/argent-homme-996/
La valeur d'un homme ne se mesure pas à son argent, son statut ou ses ... La valeur d'un homme réside dans sa personnalité, sa sagesse, sa créativité, ... Tout le monde apprécie d'avoir un peu d'argent, mais en avoir autant que moi, c'est un ...

La valeur d'un homme ne se mesure pas à son argent, son statut ou..

 
steve-jobs-creative-connection-quote.jpg
voltaire-famous-quote-imitation.jpg
 
 

31/07/2019

NEWS CENTER,produit de luxe pour votre chalet,villa,appartement,bateau,I wrote an app for that.Your instant Connection to Local,Regional,National and World News 1 clic.AnyContent,Anytime,Anywhere,AnyDevice.Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,FranceWebAsso,

NEWS CENTER ,produit de luxe pour votre chalet,villa,appartement,bateau...

Le luxe n’est pas qu’une question de budget. En immobilier comme en toute matière, c’est une quête qui nous tire sans cesse vers le haut. La maison ou l’appartement dans lesquels nous allons vivre ou nous ressourcer, travailler à nos projets personnels, écouter nos musiques préférées et recevoir notre famille ou nos amis n’est pas un lieu neutre. C’est même l’endroit où nous devons être le plus exigeant, avec nous-même et avec celui qui nous conseille.

“ La notion de service est plus que jamais au cœur du luxe sous toutes ses formes.”

Un service global pour une clientèle internationale

La nécessité du sur mésure

Immo : Pourquoi il faut monter une SCI,Immobilier de luxe.LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DES CLIENTS.ULTRA HIGH-NET-WORTH INDIVIDUALS : UNE CROISSANCE CONTINUE. BARNES CITY INDEX 2017

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,FranceWebAsso,SRU-Electronics,MyNewsCenterNavigator,AnyContent,Anytime,Anywhere,AnyDevice,Four aces in a winning strategy for media and entertainment enterprise,TotalAV,Mobile Advertising,LOCAL,REGIONAL,NATIONAL,INTERNATIONAL

Chaque jour, nous pensons à vous ! FW-pour-vous-et-avec-vous.jpg

Informer, Diffuser vos Communiqués. Sensibiliser, partager, promouvoir..Projet collaboratif. FranceWeb vous inspire.. MySelTab. SocSav21,SRU-Electronics,MyNewsCenterNavigator. FranceWeb, 3 portails à decouvrir. Le monde vous va si bien.

Informer, promouvoir..

Un projet collaboratif

...si tu as une idée, que j'ai une idée et que l'on échange nos idées, nous aurons chacun deux idées...

Collaborer  Anticiper  Innover

0GR3TXHD_400x400SR.jpgMon esprit est partout, mais mon bonheur est ici

News Center.jpg

I wrote an app for that

Your instant Connection to Local, Regional, National and World News 1 clic

Any Content, Anytime, Anywhere, Any Device Four aces in a winning strategy for media and entertainment enterprise

All global sources in one app!  Newspapers, Radio, Tv, in local, regional, national , international . A quick way to browse and read Global News.

LOCAL -  REGIONAL -  NATIONAL -INTERNATIONAL

WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH, MARKETS, LEADERSHIP, LIFE, LIVING, MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS, TECHNOLOGY, TECH, WORLD, WHEATHER,  POLITICS,  PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

Contact : Stefan Raducanu : +33 (0)1 39 65 50 34   +33 (0)6 85 36 20 75

Global Knowledge. World Class Advice. Local Expertise.  Global Network.

Founder of FranceWebAsso, draws on his own experience in advocating the win-win partnerships that can come from big and small companies working together.

It’s the new way of working that evertually every large company will embrace,’ says David Butler, Coca-Cola’s Vice President of Innovation, when speaking about collaboration between big and small businesses. In the past two years, giant corporations such as Coca-Cola, MetLife, General Electric, IBM, Mondelez International, Cisco and Tyco International have started taking cues from the start-up and venture capital world (Fortune, 2015). GE, for example, has enlisted 500 coaches to train executives to embrace concepts like risk taking and learning from failure. It seems that the saying ‘innovation belongs to the small and nimble’ no longer holds true in an economy where large and small businesses are combining forces to create a smarter ecosystem surrounded by fast and disrupted strategies.

Business Problem

Database marketing, Cross-selling, Up-selling, Profit Optimization, Assignment Problems, Constrained Optimization. Response Models.

The database marketing community has changed significantly over the last several years. In the past, database marketers applied business rules to target customers directly. Examples include; targeting customers solely on their product gaps or on marketers’ business intuition. Marketers have also applied RFM type analysis where general recency, frequency, and monetary measurements as well as product gaps are used to target customers for specific offers. The current approach, which has widespread use, relies on predictive response models to target customers for offers. These models accurately estimate the probability that a customer will respond to a specific offer and can significantly increase the response rate to a product offering. However, simply knowing a customer’s probability of responding to a particular offer is not enough when a company has several products to promote and other business constraints   to consider in its marketing planning.

Marketing departments also face the problem of knowing which product to offer to a customer, not just which customer to offer a product. In practice, many ad hoc rules are used. Prioritization rules based on response rates or estimated expected profitability measures have been used; business rules to prioritize products that can be marketed are sometimes used; and product response models to select customers for a particular campaign are also used. One approach that is easily implemented but, for reasons outlined later, may not produce optimal customer contact plans relies on a measure of expected offer profitability (the estimated probability of response multiplied by the profit given customer response less direct costs) to choose which products to offer customers. However, a shortcoming of this approach is its inability to effectively handle complex constraints on the customer contact plan.

Business Constraints

Database marketing departments face several types of business constraints. Typically, there are

  • restrictions on the minimum and maximum number of product offers that can be made in a campaign,
  • requirements   on   minimum   expected   profit   from product offers,
  • limits on channel capacity,
  • limits on funding available for the campaign, and
  • campaign return-on-investment hurdle rates that must be met.

These are a sample of the constraints that marketing departments must meet when executing a campaign. Ad hoc approaches are also typically used in an attempt to meet these constraints.

The opportunity costs of the business constraints are generally not known. Constraints are usually negotiated between marketing, product lines and delivery channel management. If the cost of a constraint was known, then the company could choose to tighten or to relax the constraint by removing or adding more resources. For example, channel capacity could be increased if it were known that there was a significant return on the investment by doing so. Knowledge of the opportunity costs could help evaluate these management decisions. Applications of this will be discussed in the “STRATEGIC USAGES” section of this article.

Ultimately, the database marketer needs a concrete framework to effectively act on “the right product to the right customer at the right time” mantra. The approach we take is to transform the database-marketing problem into an optimization problem that is designed to generate the maximum incremental profit from a limited amount of resources subject to the necessary business constraints. This paper will describe an actionable framework that will satisfy this business problem.

Shaun Doylenews center,produit de luxe pour votre chalet,villa,appartement,bateau...

Shaun Doyle is President & CEO of Cognitive Box – a global team of business and technical consultants who advise organizations on how to gain sustainable and competitive advantage through the exploitation of their customer information.

He has extensive experience in the design, development and implementation of customer-focused database marketing systems across various industries and has built more then 200 marketing solutions for blue chip enterprises in the financial services, retail, mail order, utilities, charity, media, gaming and telecommunications sectors. His global client list spans the US, Europe, Asia and Australia.

Prior to founding Cognitive Box in 2002, Shaun was the VP of Intelligent Marketing Solutions at SAS responsible for developing business-oriented marketing solutions throughout the SAS organization. Areas of concentration included SAS Marketing Automation Solution and SAS industry specific solutions for Telco and Retail Banking. Before joining SAS, Doyle was Founder & Chairman of Intrinsic, a campaign management vendor acquired by SAS in March 2001. Earlier in his career, he co-founded Berry Consulting, a firm specializing in database marketing.

Nous avons servi des clients dans plus de 32 pays

 

Images correspondant à barnes luxury homes

En Normandie, le château de Boutemont cherche son prince charmant

Ce château normand du 16e siècle recherche son nouveau châtelain

Que peut-on acheter dans les grandes villes du monde avec un million de dollars ?

BARNES International

Présent dans les villes internationales de référence (Paris, Bruxelles, Genève, Londres, New York, Madrid, Barcelone, Lisbonne, Los Angeles, Budapest, Athènes ou encore Miami), les grandes villes françaises (Bordeaux, Lyon, Lille, Nantes, Marseille, Annecy, Aix..) ainsi que dans les plus beaux lieux de villégiatures (Deauville, Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Ile de Ré, Bassin d’Arcachon, Cannes, Saint-Tropez, Sanary la Corse, Méribel, Courchevel, Megève, Chamonix, Monaco, Marrakech, Porto Cervo, l’île Maurice, St Barth,...

Dans un monde en mutation, l'immobilier de prestige épouse les codes du luxe

Pour les personnes fortunées, investir dans l’immobilier de prestige, c’est pénétrer l’univers du luxe pour le vivre au quotidien. En choisissant un lieu de vie exceptionnel dans les plus belles villes et lieux de villégiature du monde pour y établir leur résidence principale ou secondaire, les UHNWI veulent vivre une expérience unique.

“ Là où le luxe devrait être le plus fort, c’est justement au cœur des résidences privées, car l’immobilier est le point de rencontre entre une personne unique et un logement, lui aussi unique.” STANISLAS DE QUERCIZE, ANCIEN PDG DE CARTIER

DES EXPÉRIENCES TOUJOURS PLUS PERSONNELLES

En Europe et en Amérique du Nord, le luxe s’est d’ailleurs déplacé de la consommation de biens matériels vers quelque chose de plus expérientiel. Même si cela peut encore consister en l’achat d’un yacht ou d’un jet privé, l’intérêt des plus fortunés se reporte de plus en plus vers des expériences plus personnelles. Ce qui prend la forme de découvertes culinaires, culturelles et artistiques réalisées à domicile par des professionnels renommés. La décoration intérieure, souvent réalisée par des designers de renom, participe aussi de ce phénomène. Une forme de luxe venant de l’extérieur pour s’insérer au cœur d’un luxe très intime. Chez soi.

Les HNWI et UHNWI sont habitués à bénéficier de services sur-mesure à chaque instant de leur vie. Le temps étant souvent leur bien le plus précieux, dans le cadre de leurs recherches immobilières ils souhaitent une solution personnalisée qui leur permettra d’atteindre leurs objectifs en un temps record.

“ Notre priorité est de nous adapter au profil de notre client. En intégrant tous les critères qui l’amèneront à préférer tel ou tel type de bien. Cela inclut son origine culturelle, sa profession, ses études, ses hobbies. Les UHNWI ne forment pas un groupe homogène, ils se divisent par âge, par pays et par branche d’activité, autant d’éléments qui auront une influence directe sur leurs attentes immobilières.” JEAN-CHRISTOPHE THOUAIT, DIRECTEUR DE BARNES INVESTMENT CONSULTING

Réseau Sotheby's

Avec plus de 950 agences à travers le monde, Sotheby’s International Realty est le leader mondial de l’immobilier haut de gamme. Les 22.000 agents immobiliers proposent un important fichier de plus de 40.000 mandats.

Sotheby’s International Realty France - Monaco, met à votre disposition une expertise locale tout en alliant les avantages d’un réseau international et performant pour la vente de propriétés de luxe avec plus 40 agences en France. Allant des châteaux historiques aux villas en bord de mer, des grands domaines aux charmants pied-à-terre, des appartements de luxe aux demeures d’exception, nous vous offrons un choix exceptionnel de propriétés de prestige, à la vente ou à la location, à travers le monde.

Paris Ouest Sotheby's Realty est l'acteur incontournable de l'immobilier haut de gamme de l'Ouest Parisien, nos agents immobiliers sont à votre disposition dans nos agences immobilières situées dans le 16ème et le 17ème arrondissements de Paris ainsi qu’à Neuilly-sur-Seine.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu