Avertir le modérateur

09/09/2015

Obsolence programmée: la chance de l'industrie française, Voici quelques notes prises lors de la diffusion du reportage "prêt à jeter"

1agld1r.gifObsolence programmée: la chance de l'industrie française

L'obsolence programmée est un concept inventée dans les années 20 aux Etats Unis, qui consiste à réduire volontairement la durée de vie des objets afin que les consommateurs soient obligés de les remplacer plus rapidement, ce qui permet aux industriels d'augmenter leur chiffre d'affaires. Longtemps considéré comme un carburant économique, l'obsolescence programmée s'avère être un facteur de diminution de l'efficacité économique des nations. Les premières nations qui le réaliseront pourraient prendre une longueur d'avance dans la course aux premières places de la nouvelle économie mondialisée.

Voici quelques notes prises lors de la diffusion du reportage "prêt à jeter"

Il s'agit d'un gachis de ressources naturelles, mais aussi d'une attaque sur le pouvoir d'achat des

Conséquences: nous devons travailler d'avantage pour avoir le même niveau de vie

Exemple n°1: les ampoules

Dans les années 20, un cartel des fabricants d'ampoules a été fondé qui a décidé que la durée de vie maximale des ampoules ne devait pas dépasser 1000 heures alors que les ampoules de l'époque durée 2500 euros. Les prix n'ont pas baissé. Impact sur le pouvoir d'achat: -60% sur le poste 'Ampoules'.

Exemple n°2: les imprimantes Epspon

Les cartouches à encre pour imprimante Epson s'arrêtent de fonctionner même s'il reste de l'encre, à cause d'une puce intégrée dedans. Epson a d'ailleurs été condamné dans plusieurs pays pour ces pratiques.

Voir article de 24pm écologie:

Mais les imprimantes à jet d'encre Epson possèdent également une puce qui est programmée pour faire tomber en panne l'imprimante une fois que l'imprimante a dépassé un certain nombre d'impressions. Cette puce appartient à la famille des Eprom. Objectif principal: obliger le consommateur à changer d'imprimante.

Conséquence: diminution du pouvoir d'achat.

Déchêts inutiles. Energie grise nécessaire pour fabriquer la nouvelle imprimante. CO2 dégagé durant le transport de la nouvelle imprimante.

Il existe un logiciel libre russe pour remettre les compteurs de l'imprimante à zéro.

Voir article de Madame Cartouche d'encre

Débloquer une imprimante Epson en panne

Exemple n°3: les réfrigérateurs

Nous avons tous observés que les réfrigérateurs tombaient désormais en panne au bout de 10 ans, alors qu'ils duraient 20 à 30 ans auparavant. Ce n'est pas une fatalité. Le paradoxe est que ce sont les produits des industries qui ont disparus qui durent encore aujourd'hui le plus longtemps. Ainsi, comme en Allemagne de l'est, les réfrigérateurs et machines à laver devaient durer 25 ans, ceux qui ont eu la chance de les acheter juste avant la fin des lignes de production au début des années 90 ont des réfrigérateurs qui fonctionnent toujours, alors que les réfrigérateurs derniers cris (c'est a dire sans aucune innovation), fabriqués par des marques occidentales qui sous traitent en Chine, ont du mal à dépasser le cap des 10 - 15 ans.

L'obsolence programmée: un moteur économique à double tranchant

En théorie, l'obsolescence programmée augmente les performances économiques d'un pays. En réduisant la durée de vie des objets,

Prenons un exemple concret.

Dans quelques mois, vous allez renouveler votre téléphone mobile et vous allez peut-être opter pour un smartphone. Imaginons que vous ayez le choix entre un iphone à 300 euros qui aura une espérance de vie de 3 ans et un autre smartphone à 500 euros avec une garantie constructeur de 10 ans. Conditionnez que vous êtes à renouveler votre téléphone les plus fréquement possibles, vous allez peut être être effrayé par la perspective de devoir supporter votre téléphone durant 10 ans (qui conserve son téléphone dix ans de nos jours, à part les technophobes ?). Mais faites le calcul: vous allez devoir dépenser 300 euros dans 3 ans pour acheter un nouveau smartphone et encore 300 euros dans 6 ans. Au final, vous aurez déboursez 900 euros pour avoir un téléphone en permanence.

Si vous optez pour le téléphone à 500 euros, vous économisez 400 euros que vous pouvez consacrer à autre chose: une tablette ipad à 400 euros, par exemple. Au final, vous êtes gagnants sur tous les plans: non seulement, vous avez augmenté votre pouvoir d'achat, mais même du point de vue du standing social, vous vous placez devant ceux qui se laissent avoir par les marques à obsolescence programmée.

Du point de vue économique, l'impact est neutre: vous avez tout de même dépensé 900 euros et la machine économique a tourné aussi vite.

Du point de vue écologique, nous sommes tous gagnants car avec la même quantité de matières premières, en rejetant les mêmes volumes de CO2 et en générant le même volume de déchets, nous sommes parvenus à créer plus de richesses.

Du point de vue social, nous résolvons également le problème de la crise du pouvoir d'achat et aidons les ménages les plus démunis à finir leur fin de mois de façon

Du point de vue énergétique, la lutte contre l'obsolence programmée présente également des bénéfices substantiels.

Il n'y a pas de recette miracles: fabriquer des appareils qui durent deux fois plus longtemps ne coûte pas de deux fois plus cher, mais peut-être 10% à 30% plus cher. Au contraire, programmer l'obsolescence d'un objet complexifie sa conception et peut le rendre plus coûteux à produire.

L'obsolescence programmée: un atout pour l'industrie française

On voit donc que l'obsolescence programmée permet d'augmenter le chiffre d'affaire des fabricants mais au final, ne profite pas au global à l'économie d'un pays car elle renchérit le coût réel des produits. A cause de l'obsolescence programmée, une entreprise doit acheter deux ou trois fois plus souvent des imprimantes que cela serait nécessaire dans une économie bien organisée.

Les consommateurs doivent travailler plus longtemps pour consommer autant.

Les entreprises doivent accumuler plus de bénéfices pour réaliser les mêmes investissements.

L'économie de l'obsolescence programmée est donc intrinséquement inefficace bien qu'elle permette à une minorité d'acteur d'augmenter leur CA et leurs profits.

L'économie en général, a donc intérêt à fabriquer des objets qui durent le plus longtemps possible.

Pourquoi alors, les fabricants ne fabriquent-ils pas des objetfs qui durent ?

Parce que la loi ne les y obligent pas.

Parce que leur CA diminuerait si elles renonçaient à l'obsolescence programmée.

Imaginons qu'un pays qui ne fabrique plus de téléviseurs, de machine à laver, de téléphones portables depuis longtemps, commercialise sur le marché des téléviseurs, machines à laver et téléphones offrant une garantie de 10 ans, pour un surcout de 100%.

Ce pays pourrait relancer son industrie et reprendre des parts de marchés à la Chine, tout en respectant les accords de l'OMC et en supportant des couûts salariaux beaucoup plus importants que la Chine.

Et la vague de relocalisation tant attendue pourrait enfin déferler sur notre pays.

11:17 Publié dans 21CenturyWebArchive, ArchiveWeb21,RetroNews, Articles, France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Reflexions sur les journalistes politiques, Les journalistes parisiens étant enfermés dans leur petit monde et internet permettant de leur rappeler la réalité des citoyens ordinaires

1agld1r.gifReflexions sur les journalistes politiques

Les chroniqueurs qui se targuent d'être journalistes, ont largement participé à l'abaissement du niveau des interviews de personnalités politiques. Voici quelques réflexions sur la réaction, à mon avis saine, à un piège tendu à une personnalité politique "ordinaire" (Nathalie Kosucko Morizet) à un chroniqueur du Nouvel Obs, plus intéressé par l'audience que par la chose publique.

Tout tourne autour de la réaction de Nathalie Kosucko Morizet à la question d'un chroniqueur amateur des "4 vérités", une rubrique qui a toujours été de mauvaise qualité dans une émission pourtant sympathique.

Voici le résumé: Gilles Bornstein, un chroniqueur, pose une question sans aucun intérêt politique, destiné à faire buzzer: "N'etes vous pas trop bourgeoise pour vous présenter à la tête de l'UMP". NKM répond comme une personne qui a de la personnalité: en mouchant le journaliste et en lui faisant comprendre que cette question est nulle. Les autres journalistes s'émoient de ce qu'un de leur collègue ait été attaqué.

Les journalistes parisiens étant enfermés dans leur petit monde et internet permettant de leur rappeler la réalité des citoyens ordinaires, j'ai sauté sur l'occasion pour mettre mon grain de sel dans l'affaire.

Voici le texte intégral de ma réponse, en partie coupée sur le site du Nouvel Obs.

Bruno Roger-Petit, je vous trouve un peu complaisant avec le journaliste des 4 verites.
Precision utile: mes convictions sont éloignées de celle de NKM. Je ne milite pas. Je n'adhère a aucun parti.

En revanche, je me permets d'avoir des avis sur le monde de l'information.

Tout d'abord, 'émission "Les 4 vérites" est une synthèse ce que l'interview politique ne devrait pas être.

La personne qui pose des questions n'est pas du tout un journaliste contrairement à ce qu'indique votre article.

Elle échoue à 3 tests basiques:
1°)  Il ne connait pas ses sujets,
2°) Il pose des questions mais n'écoute jamais les réponses si bien que la personnalité politique peut répondre ce qu'elle souhaite en étant certain que l'on insistera pas pour avoir une vraie réponse à la question posée,
3°) Pour préparer ses interviews, il effectue une revue de presse pour voir sous quel angle sont traités les sujets liés à ses invités et recycle 4 ou 5 questions déjà posées partout ailleurs, sans comprendre si elles ont de l'importance.

Cette clownerie remplit 10 minutes de temps d'antenne en faisant converger les intérêts de deux groupes différents: une chaine qui souhaite produire du programme pour pas cher et une personnalité qui déroule son plan de communication.

Peut être serait-il plus utile de s'intéresser à la qualité des questions qu'a la vigueur des réponses.

Aucun des journalistes des "4 vérites" ne s'intéresse au fond, ni à la vraie politique, celle qui fait bouger la société. Ils se contentent de poser les questions déjà posées par tous les autres journalistes. Ces questions ne concernent que les personnalités politiques, leur vie, le fonctionnement des partis, les calculs électoraux... Les choses que les journalistes parisiens pensent importantes.

La question sur la couleur "bobo" de NKM est symptomatique du manque d'intérêt pour la politique de ces journalistes. On est dans ce qui fait que la communication politique a perdu toute sa substance.

Imaginons un monde fantasmé où le téléspectacteur aurait le pouvoir et que les questions posées aux personnalités politiques représenteraient les préoccupations réelles de nos concitoyens, Nathalie Kosciusko-Morizet aurait peut être du répondre à des questions comme: Qu'avez vous réalisé dans votre ville ? Quelles sont les sources d'emploi pour l'avenir ?

Allons plus loin dans le fantasme: imaginons que les vrais passionnés de politique et de société civile posent des questions , Nathalie Kosciusko-Morizet devrait répondre a des questions plus techniques: comment relancer croissance seine sans creuser la dette ? La dette ne devrait-elle pas financer des investissements d'avenir plutôt que des dépenses de consommation ? Allez vous replacer la mutation écologique au centre du projet de l'UMP ?

Si Nathalie Kosciusko-Morizet a mouche le chroniqueur qui se prend pour un journaliste parce qu'il s'entend bien avec Williame Lemergie, c'est peut être parce qu'elle espérait que pour une fois, on lui poserait des questions importantes.

Et si aucun téléspectateur ne s'est offuscé de la réponse de Nathalie Kosciusko-Morizet, alors que le microcosme parisien s'en émeut, c'est peut être parce que les préoccupations des journalistes sont différentes de celles des électeurs.

08/09/2015

Apple lancera CarPlay sur les routes dès 2016

Le système embarqué d'Apple destiné aux tableaux de bord de nos voitures pourrait donner un nouveau visage à l'industrie automobile.

CarPlay sera mis sur le marché dès 2016, dans la quasi-totalité des nouveaux modèles du constructeur General Motors. Il sera d'ailleurs suivi par le programme de Google qui devrait également faire son entrée dès l'an prochain.


Ce programme permet d'activer certaines fonctions de la voiture ou du téléphone du conducteur, comme envoyer un message ou trouver le café le plus proche. Le logiciel de reconnaissance vocale Siri a en effet été intégré au dispositif, avec des améliorations et une plus grande fluidité.

A lire sur uk.businessinsider.com

Mots clefs :  

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu