Avertir le modérateur

27/04/2015

FranceWebAsso*>Social Media Intelligence>This Week in Social Media>PoissyWebSmartCity*>World News Report>Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu>> Your News Starts Here with MyNewsCenterNavigator>Discover the World>Start here> Helping those in greatest need find vital information with MyNewsCenterNavigator & FranceWeb,e-GlobalNetWork®>>Networking the World

Lire la suite

09:24 Publié dans 21CenturyWebArchive | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

25/04/2015

LMathieuWebCollection*@SRU-Electronics*,MyNewsCenterNavigator*,Networking the World*,Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu*,Virtual Communities,FranceWeb,e-GlobalNetWork®,Global Partners Network,Innovation,Le big data expliqué à ceux qui ne savent pas encore

Connecter, Trouver, Lire..

Listen, Publish, Analyze

A new type of social management platform has emerged- one that creates the intelligent social workflow and enables you to ideate, analyze and compare the channels, content, and campagns of thousands of brands (including your own)

Communication, Exposants, Partenaires

Le big data de A à Z

Le big data expliqué à ceux qui ne savent pas encore.

Le big data expliqué à ceux qui ne savent pas encore.

Président de l'ANDSI (Association Nationale des DSI), Pierre Delort signe le Que sais-je ? sur le big data aux éditions PUF.

Le concept de big data est né dans un congrès universitaire d'économétrie en 2000 avant d'apparaître en couverture de revues scientifiques à partir de 2008. Aujourd'hui, c'est un concept que l'on trouve un peu partout, y compris dans la presse grand public et, bien entendu, dans à peu près tous les descriptifs marketing fournis par les fournisseurs informatiques. Il était temps de revenir aux fondamentaux et de reclarifier la réalité du concept à l'attention de tous les décideurs, notamment métier. Les DSI trouveront dans cette clarification et sa formulation des arguments utiles pour leurs relations avec les directions métier.

Président de l'ANDSI, Pierre Delort a été chargé par les Presses Universitaires de France d'écrire le Que sais-je ? sur le big data. Comme tous les ouvrages de cette collection, il est bref, va à l'essentiel et clarifie les concepts, leurs tenants et aboutissants, dans un langage accessible. Dès le départ, l'auteur veille ainsi à définir l'originalité de l'approche big data : la collecte des données avant la création de modèles de structuration. Cette approche inversée par rapport à l'approche traditionnelle est infiniment plus marquante pour les technologies mises en oeuvre que les fameux 3V (Volume, Vélocité, Variété), lesquels peuvent devenir 5V (avec Valeur et Visualisation).

Après une brève introduction, un long chapitre détaille ce qu'est une donnée et sa typologie. S'appuyant sur l'exemple de Google Flu, le troisième chapitre définit avec précision les tenants et aboutissants du big data. Cet exemple permet de faire comprendre la différence nette d'approche entre le datamining traditionnel et le big data. Le chapitre suivant s'intéresse aux technologies mises en oeuvre et à l'architecture technique requise par le big data. Usages et transformation des processus d'entreprises par le big data achèvent l'ouvrage.

A propos de l'ouvrage

Le Big Data, par Pierre Delort (Editions PUF, collection Que sais-je ?, 127 pages, 9 euros)

Pour acquérir l'ouvrage chez l'éditeur

 

3ARWD1.GIFContent Management Services

Access Innovations offers a full range of content creation, reformatting and management services. For over three decades, Access Innovations has been helping clients maximize the value of their information through the semantic enrichment techniques to insure knowledge is accessible, minable, reusable, findable, and searchable. We do this through a combination of experienced personnel and a tool set developed specifically for creating and maintaining well formed text. We can help you digitize, tag and load your data into a productive timesaving system for efficient use and reuse of organizational knowledge. We adhere to international standards and our pride is in providing you flexible portable useable data.

3ARWD1.GIFMobile, Top 100.pdf

Communication, Exposants, Partenaires

Venez à la rencontre de partenaires


FranceWeb,e-GlobalNetWork®

FranceWebAsso allie contenu premium, engagement et communauté pour créer un véritable réseau de connaissance


Increase your traffic. We have the best web french sites on our network all ready and waiting to freely advertise your website or product.


Chacun peut réaliser son rêve avec les sites au service du citoyen

Poissy

Yvelines

Ile-de-France

France

Entreprises

SRU

Bonheur

World

Web

Web Gallery

          Connecter, Trouver, Lire..

   3ARWD1.GIFFranceWeb,e-GlobalNetWork®,
  La marque  FranceWeb,e-GlobalNetWork® & StefanV.Raducanu  confirment leur position de leader de l'information généraliste. 

    STEFAN RADUCANU.JPGStefan Raducanu >> Ma sélection avec FranceWeb,e-GlobalNetWork®

 

3ARWD1.GIFF

24/04/2015

Retraite additionnelle de la fonction publique, Au lieu de faire des promesses intenables, le régime suédois de retraites a sagement indexé le niveau net des retraites sur une fraction de la croissance économique

Retraite par capitalisation de la fonction publique (RAFP) : une leçon d'économie

RAFP = Retraite additionnelle de la fonction publique

19 février 2015 • Philippe François

arton14718.png

Après neuf années d'existence, la retraite additionnelle des trois fonctions publiques (RAFP) vient de décider des changements mineurs dans son fonctionnement. Des adaptations qui n'ont rien d'étonnant, surtout pour un fonds de pension récent. Mais la vigueur des protestations de syndicats de la fonction publique révèle à quel point ils refusent d'admettre que la situation de leurs adhérents dépend de l'évolution démographique et économique du pays.

Comme tous les régimes par capitalisation, la rentabilité de la RAFP a baissé au cours de la crise boursière de 2007-2008, mais elle a retrouvé un niveau normal dès 2009. Géré de façon prudente, ce fonds, alimenté par des cotisations sur les primes des fonctionnaires, doit disposer des capitaux qui lui permettront de faire face à ses engagements futurs prévisibles. Quand des changements significatifs se produisent dans l'environnement économique (niveau de la croissance et des salaires, valeur des actifs boursiers ou immobiliers gérés), ou démographique (évolution du nombre de fonctionnaires, longévité, pyramide des âges), le gestionnaire de la RAFP doit naturellement prendre des mesures pour aligner ses promesses et ses ressources. Une décision délicate puisque de très long terme, dans un régime qui compte beaucoup de cotisants, mais très peu de retraités qui ne perçoivent encore que de très faibles pensions. Comme le montre le diagramme publié par l'ERAFP, gestionnaire de la RAFP, la situation actuelle est excellente, mais il faut prévoir l'avenir. L'ERAFP gère actuellement 16 milliards d'euros, un montant qui atteindra 100 milliards d'euros en régime de croisière.


Devenir un véritable fonds de pension

Concrètement, en 2015, les gestionnaires de la RAFP et son conseil d'administration (où siègent huit représentants des syndicats de fonctionnaires) ont constaté que le faible rendement des capitaux placés ne garantissait plus à 100% les engagements à venir. Même si la RAFP a essuyé des pertes sur certains placements (650 millions d'euros d'après le rapport de la Cour des comptes, constatées sur des obligations de pays européens en difficulté), globalement, la RAFP n'a pas perdu d'argent, mais n'en gagne plus assez pour être certaine de tenir ses promesses à long terme. La cause fondamentale réside dans la stagnation de l'économie en Europe et notamment en France. La cause immédiate est la baisse générale des taux d'intérêt des emprunts d'État, alors que la RAFP est tenue de placer au moins 65% de ses capitaux dans ce type de titres [1]. Leur rendement a baissé de 2,5% à moins de 1% par an, soit quasiment le taux d'inflation, une tendance annoncée comme durable. La première décision du gouvernement est d'autoriser la RAFP à augmenter la proportion d'actions d'entreprises de 25 à 40% dans son portefeuille, donc de la transformer en un véritable fonds de pension. La seconde mesure consiste en une série d'économies reportant l'âge de la retraite améliorée de 60 ans à 62 ans, et augmentant le coût d'achat du point.

En progrès

Quand elle a été créée, la RAFP était présentée comme un "régime de retraite par répartition provisionnée". Une expression alambiquée pour ne pas l'appeler un régime de capitalisation. Mais une expresion qui a maintenant disparu des publications du RAFP qui s'assume comme un véritable fonds de pension.

Les retraites par répartition aussi

Contrairement à ce que prétendent les syndicats hostiles aux fonds de pension, ce type d'adaptation n'est pas du tout spécifique aux retraites par capitalisation. Depuis 1993, tous les régimes français de retraite par répartition ont dû se réformer cinq fois en fonction des conditions économiques et démographiques de notre pays. Certains sont encore en déficit comme les régimes complémentaires par répartition ARRCO/AGIRC, gérés par les partenaires sociaux, qui vont devoir prendre des mesures correctives dès cette année. D'autres, comme le régime de retraite des fonctionnaires d'État, ne survivent que grâce à des subventions massives d'argent public (le taux de cotisation de l'État employeur est passé de 41 en 2001 à 74% en 2014).

Conclusion

À la décharge des agents publics et de leurs syndicats, il est exact que les responsables politiques leur ont souvent laissé croire que les règles régissant leurs régimes de retraite pouvaient être intangibles. Ce qu'ils savaient être insoutenable compte tenu de la démographie, et risqué compte tenu de la volatilité de l'économie.

AnnéeNombre d'actifs par retraitéTaux de chômageTaux de croissance
1970 3,5 3 % 6 %
1980 2,7 5 % 2 %
2014 1,3 10 % 0,4 %

Au lieu de faire des promesses intenables, le régime suédois de retraites a sagement indexé le niveau net des retraites sur une fraction de la croissance économique. Une façon pédagogique de montrer qu'il n'existe pas de trésor caché, et qu'actifs et retraités, salariés du public et du privé, sont solidaires et ont un intérêt commun au développement de l'économie.

[1] Cette contrainte avait sans doute été fixée à la demande des syndicats méfiants à l'égard des investissements en actions, mais il est étrange que les hauts fonctionnaires, principaux intéressés par l'RAFP, n'aient pas anticipé cette conséquence. En 2007, le taux d'investissement dans des obligations d'État était de 86%.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu