Avertir le modérateur

25/06/2017

Ethiopia appears to be looking to better assimilate refugees by embracing the 2016 Leaders’ Summit on Refugees

1agld1r.gifNo Wall for Ethiopia,rather an open door –Even for its Enemy

SRU--International Research.gif

Thu, Jun 22, 2017Berihu Shiferaw

Eritrean teenagers and young men, aged from 16 to 20, waiting at the Badme entry point to be moved to the screening registration center.

It’s one thing to read about the exodus of souls flowing out of Eritrea, it’s quite another to look into the tired eyes, surrounded by dust and grime, of a 14-year-old Eritrean girl who’s just arrived on the Ethiopian side of the shared border.

She is carrying a scruffy plastic bag. Inside are a few clothes, an orange beaker, and a small torch whose batteries have nearly run out.

“We are the same people, we share the same blood, even the same grandfathers.” --Estifanos Gebremedhin, head of the legal and protection department for Ethiopia’s Administration for Refugee and Returnee Affairs.

With her are four men, two women and five younger children, all of whom crossed the Eritrea-Ethiopia border the night before. Ethiopian soldiers found them and took them to the town of Adinbried.

The compound of simple government buildings where they were dropped off constitutes a so-called entry point, one of 12 along the border. It marks the beginning of the bureaucratic and logistical conveyor belt to assign asylum status to those arriving, before finally moving them to one of four refugee camps designated for Eritreans in Ethiopia’s Tigray region.

“It took us four days traveling from Asmara,” a 31-year-man among the group says about their trek from the Eritrean capital, about 80 kilometres north of the border. “We travelled for 10 hours each night, sleeping in the desert during the day.”

In February 2017, 3,367 Eritrean refugees arrived in Ethiopia, according to the Ethiopian Administration for Refugee and Returnee Affairs (ARRA). There are around 165,000 Eritrean refugees and asylum seekers in Ethiopia, according to the UN refugee agency.

Ethiopia’s open-door policy is in marked contrast to the strategies of migrant reduction increasingly being adopted in many Western societies.

And its stance is all the more striking due to the Eritrean and Ethiopian governments forever accusing the one of plotting against the other amid an atmosphere of mutual loathing.

But it appears the Ethiopian government is willing to treat ordinary Eritreans differently.

“We differentiate between the government and its people,” says ARRA’s Estifanos Gebremedhin. “We are the same people, we share the same blood, even the same grandfathers.”

Before Eritrea gained independence, it was Ethiopia’s most northern region. On both sides of today’s border many people still share the same language—Tigrinya—as well as Orthodox religion and cultural traditions.

Shimelba was the first Eritrean refugee camp to open in 2004. It now houses more than 6,000 refugees. About 60 percent of its population come from the Kunama ethnic group, one of nine in Eritrea, and historically the most marginalised.

“I have no interest in going to other countries,” says Nagazeuelle, a Kunama who has been in Ethiopia for 17 years. “I need my country. We had rich and fertile land, but the government took it. We weren’t an educated people, so they picked on us. I am an example of the first refugees from Eritrea, but now people from all nine ethnic groups are coming.”

Discussion among refugees in Shimelba camp of governmental atrocities ranges from accusations of genocide against the Kunama, including mass poisonings, to government officials shopping at markets and then shooting stall owners due to disagreements over prices.

“The world has forgotten us, apart from the U.S., Canada and Ethiopia,” says Haile, an Eritrean in his fifties who has been a refugee for five years. He says his father and brother died in prison. “What is happening is beyond language, it is a deep crisis—so why is the international community silent?”

There are some, however, who argue the situation in Eritrea isn’t as bad as claimed. A UN report last year accusing Eritrea’s leadership of crimes against humanity has received criticism for being one-sided, failing to acknowledge Eritrea’s progress with the likes of providing healthcare and education, and thereby entrenching a skewed negative perspective dominant in policy circles and Western media.

“It is real, nothing is exaggerated,” says Dawit, a Shimelba resident of eight years. “We have the victims of rape, torture and imprisonment in our camp who can testify.”

About 50 kilometres south of Shimelba is Hitsats, the newest and largest of the four camps with 11,000 refugees, of whom about 80 percent are under 35 years of age.

 “We Can’t Protest So We Pray”: Anguish in Amhara During Ethiopia’s State of Emergency.

 “In Sudan there are more problems, we can sleep peacefully here,” says 32-year-old Ariam, who came to Hitsat four years ago with her two children after spending four years in a refugee camp in neighbouring Sudan.

Refugees say the Eritrean military launches missions into Sudan to capture refugees who have fled.

Ethiopia also hosts refugees from a plethora of other strife-torn countries. Its refugee population now exceeds 800,000—the highest number in Africa, and the 6th largest globally.

“Ethiopia strongly believes that generous hosting of refugees will be good for regional relationships down the road,” says  Jennifer Riggan, an associate professor of International Studies at Arcadia University in the US, and analyst of Eritrean refugees in Ethiopia.

Others point out how there is also an increasing amount of money involved with refugees.

The likes of the UK and Europe are providing Ethiopia with financial incentives to keep refugees within its borders—similar to the approach taken with Turkey—so they don’t continue beyond Africa.

Meanwhile, despite the apparent welcome given to Eritrean refugees, frictions remain.

“People recognise the shared culture and ethnic background, and that helps for many things, but there’s still distrust because of the 30-year-war [for independence],” says Milena Belloni, an anthropologist who is currently writing a book about Eritrean refugees. “There’s a double narrative.”

While both sides talk of the other as brothers, she explains, historically Eritreans have looked down on Tigrayans—based on them working as migrant labourers in Eritrea during its heyday as a semi-industrialised Italian colony—while Tigrayans viewed Eritreans as arrogant and aloof.

Either way, Ethiopia appears to be looking to better assimilate refugees by embracing the 2016 Leaders’ Summit on Refugees—pushed by former U.S. President Barack Obama—that called for better integration and education, employment and residency opportunities for refugees wherever they land around the world.

“Ethiopia’s response is to manage the gate, and figure out how it can benefit from these inevitable flows of people,” Riggan says. “I definitely think Ethiopia’s approach is the wiser and more realistic one.”

About 10 miles north of Adinbried the military forces of Ethiopia and Eritrea straddle the border, eying each other suspiciously through binoculars overlooking derelict military emplacements that serve as grim reminders of a former two-year war and ongoing fraught relations between the two countries.

In 1998 Eritrea invaded the small and inconsequential-looking border town of Badme before pushing south to occupy the rest of Ethiopia’s Yirga Triangle, claiming it was historically Eritrean land.

Ethiopia eventually regained the land but the fighting cost both countries thousands of lives, billions of dollars desperately needed elsewhere in such poor and financially strapped countries, and sowed rancour and disagreement festering ever since.

Because despite the internationally brokered peace settlement that followed the 2000 ceasefire ruling Badme return to Eritrea, Ethiopia still occupies it—the government felt the Ethiopian public wouldn’t tolerate the concession of a now iconic town responsible for so many lost Ethiopian lives—and the rest of the Yirga Triangle jutting defiantly into Eritrea.

While Badme hasn’t changed much since those days—it remains a dusty, ramshackle town—it too is involved in current Eritrean migration.

“I crossed after hearing they were about to round people up for the military,” says 20-year-old Gebre at the entry point on the edge of Badme. “I wasn’t going to go through that—you’re hungry, there’s no salary, you’re not doing anything to help your country; you’re just serving officials.”

With Gebre are another 14 males ranging in age from 16 to 20 who crossed to avoid military service, as well as two mothers who crossed with two young children each.

“Life was getting worse, I had no work to earn money to feed my children,” says 34-year-old mother-of-four Samrawit, who left two older children in Eritrea.

She travelled with 22-year-old mother-of-two Yordanos, having met her at the Eritrean town of Barentua, about 50 kilometres north of the border, and the rendezvous point with their smuggler.

Neither knows how much the smuggler earned for driving them to the border and helping them across: payment was organised by their husbands living in Switzerland and Holland.

“I would like to make sure coming here is worth it before my elder two children come,” Samrawit says.

by: James Jeffrey/ IPS

20/06/2017

La crise humanitaire déclenchée par la sécheresse en Somalie a encore une fois attiré l’attention sur le lien étroit qui existe entre les phénomènes météorologiques extrêmes et la sécurité alimentaire.

SRU-International Researech.gifLe point sur le changement climatique, la sécurité alimentaire et l’adaptation

La crise humanitaire déclenchée par la sécheresse en Somalie a encore une fois attiré l’attention sur le lien étroit qui existe entre les phénomènes météorologiques extrêmes et la sécurité alimentaire. Mais quels sont ces liens exactement ? Et que peuvent faire les agriculteurs des pays en développement pour atténuer les effets négatifs du changement climatique ? Cette série de questions-réponses donne un aperçu général des principaux enjeux, en faisant la part belle aux petits paysans africains.

Qu’est-ce que la sécurité alimentaire ?

On pourrait croire que cette expression n’est qu’un terme spécialisé utilisé dans le jargon humanitaire pour désigner le fait d’avoir assez à manger et de savoir comment se procurer son prochain repas. Mais la sécurité alimentaire est un concept complexe qui a beaucoup évolué avec le temps. Selon la définition actuelle du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies, les populations sont dites en situation de sécurité alimentaire lorsqu’elles « ont, à tout moment, un accès à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de mener une vie saine et active ». Autrement dit, il ne s’agit pas seulement d’être en sécurité maintenant, mais dans un avenir proche ; et il ne s’agit pas non plus seulement de pouvoir se nourrir, mais de pouvoir le faire correctement et de pouvoir préparer ses repas sans risques. Le terme « accès » est fondamental dans cette définition : même lorsque les marchés ou les granges regorgent de denrées, la population peut être en situation d’insécurité alimentaire si elle n’a pas les moyens d’acheter ces produits ou n’a rien à troquer en échange. Il arrive même que des famines surviennent alors que la nourriture ne manque pas, mais qu’elle est tout simplement inabordable.

En 2004, un système a été mis en place pour aider les organisations humanitaires à réagir efficacement à une crise alimentaire en Somalie en définissant et en analysant avec précision l’insécurité alimentaire locale à l’aide d’une grille classant cette insécurité alimentaire en cinq phases : absente/minimale, sous pression, crise, urgence et catastrophe humanitaire/famine. Ce cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire, qui repose sur des observations factuelles, a été mis au point par un ensemble d’agences des Nations Unies et d’organisations non gouvernementales. Il a été complètement remis à jour en 2017 et est aujourd’hui utilisé dans 25 pays du monde.

Quelle est l’incidence du changement climatique sur la sécurité alimentaire ?

Le changement climatique a comme principale conséquence d’augmenter la fréquence et la gravité des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les inondations, les sécheresses, les canicules et les variations dans les régimes de précipitation. La hausse du niveau de la mer due au changement climatique entraîne l’érosion des côtes et la perte de terres arables. Quant à l’augmentation des températures, elle favorise la prolifération des mauvaises herbes et des nuisibles et menace la viabilité des zones de pêche.

Tout cela a un impact sur la production agricole, dont dépend la sécurité alimentaire de la plupart des habitants des pays en développement. En effet, ceux-ci pratiquent presque tous une agriculture pluviale, et lorsque les précipitations sont insuffisantes ou surviennent au mauvais moment, ou lorsque de grosses tempêtes éclatent, des récoltes entières peuvent être anéanties, des infrastructures essentielles peuvent être endommagées ou détruites et des ressources communautaires peuvent être perdues. Le changement climatique est donc considéré comme la plus grande menace qui pèse sur les petits paysans, dont on estime le nombre à 500 millions dans le monde.

D’après le PAM, « [l]'évolution des conditions climatiques a déjà une incidence sur la production de certaines denrées de base et le changement climatique à venir menace d’exacerber ce problème. La hausse des températures aura un impact sur les cultures et la modification du régime des précipitations pourrait affecter la qualité et la quantité de la production agricole. »

Ce sont les populations les plus pauvres qui souffrent le plus de la hausse du prix des céréales et du recul des rendements, car ce sont elles qui consacrent la plus grande partie de leurs revenus à l’alimentation. À long terme, le changement climatique pourrait « créer un cercle vicieux de maladie et de faim », avertit le PAM.

À l’horizon 2050, la malnutrition infantile devrait être de 20 pour cent supérieure à ce que l’on observerait en l’absence de changement climatique.

La population devrait alors atteindre les neuf millions. Les mangeurs de viande et de produits laitiers seront probablement plus nombreux et davantage de terres seront consacrées à la culture d’agrocarburants. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime donc que pour satisfaire la demande en 2050, la production mondiale de nourriture devra augmenter de 70 pour cent par rapport à 2005.

Ce rapport (en anglais) de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires analyse avec force détails les effets du changement climatique sur l’agriculture, en mettant l’accent sur les pays en développement.

Pourquoi l’agriculture en Afrique est-elle particulièrement vulnérable ?

En Afrique subsaharienne, les petits paysans génèrent 80 pour cent de la production agricole. La plupart des terres n’étant pas irriguées et les sources d’eau fiables devenant de plus en plus rares, les cultures dépendent généralement des précipitations, que le changement climatique rend de moins en moins régulières et prévisibles.

Sur le continent africain, les activités agricoles ont souvent lieu dans zones marginales telles que les plaines inondables, les déserts et les flancs de coteaux, où les perturbations météorologiques plus fréquentes que jamais détériorent gravement les sols et les cultures. Le climat a toujours connu des variations, mais le rythme et l’intensité actuels de ces changements rendent les méthodes traditionnelles d’adaptation insuffisantes.

Les millions d’éleveurs de bétail des régions d’Afrique les plus arides sont particulièrement vulnérables aux phénomènes météorologiques extrêmes, comme le démontre la sécheresse qui touche actuellement la Somalie et le Kenya. 

Ethiopia drought
©UNICEF Ethiopia/2017/Nahom Tesfaye

Lorsque de tels évènements se produisent et que les cultures sont détruites ou que le bétail meurt, les paysans, souvent victimes de pauvreté endémique, ont rarement assez d’économies et de réserves pour en amortir le contrecoup.

Peu de paysans africains sont propriétaires des terres qu’ils cultivent et il leur est donc difficile d’obtenir des crédits pour les intrants tels que les engrais et les pesticides ou pour des équipements. Ils ont aussi rarement la capacité de stocker leur production et la médiocrité des infrastructures limite souvent leur accès aux marchés. Les techniques modernes d’accroissement du rendement et les assurances sont souvent hors de portée des petits paysans. Même ceux qui en ont les moyens hésitent à investir dans des terres dont ils ne possèdent pas le titre de propriété.

Selon le quatrième rapport d’évaluation de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, « l’Afrique est probablement le continent le plus vulnérable au changement climatique. Le continent risque notamment d’être confronté à une baisse de la sécurité alimentaire et de la productivité agricole — surtout en ce qui concerne l’agriculture de subsistance —, à une hausse du stress hydrique et, à cause de ces deux premiers facteurs et d’une exposition potentiellement plus importante aux maladies et autres problèmes sanitaires, à une plus grande vulnérabilité en matière de santé humaine. »

Pour de plus amples informations sur le changement climatique en Afrique, consultez cette fiche d’info d’Africa Check.

Que peuvent faire les paysans africains ?

On désigne par le terme « adaptation » les ajustements réalisés pour atténuer les effets du changement climatique et les risques que celui-ci implique à l’échelle internationale, nationale ou locale. Les petits paysans qui sont confrontés à des bouleversements météorologiques et autres phénomènes liés au changement climatique utilisent déjà différentes méthodes d’adaptation. Ils diversifient par exemple leurs cultures et pratiquent la rotation des parcelles, ils s’investissent dans des activités non agricoles génératrices de revenus, ils adaptent leur calendrier de semis, préservent l’eau et les sols, façonnent des systèmes d’irrigation et des protections contre les inondations, utilisent davantage d’intrants tels que les engrais, sèment des graines améliorées, plantent des arbres ou associent cultures et bétail.

Les agriculteurs ont besoin de l’aide de leurs États respectifs pour faire les bons choix en matière d’adaptation. Cette assistance peut prendre la forme de prévisions météorologiques plus fiables et localisées, de subventions aux intrants, de conseillers agricoles correctement formés, de meilleurs services vétérinaires, de financements dans la recherche agricole et d’améliorations des infrastructures rurales telles que les réseaux routiers.

Cet article universitaire (en anglais) explique, par le biais d’une étude de cas sur l’Éthiopie, comment les agriculteurs s’adaptent au changement climatique. Celui-ci est davantage axé sur l’Ouganda.

Notre propre projet spécial sur le changement climatique et la sécurité alimentaire comprend des reportages de terrain sur des initiatives locales d’adaptation au Kenya, au Nigeria, au Sénégal et au Zimbabwe.

Ce document analyse en détail comment les pays cherchent à favoriser l’adaptation agricole dans le cadre de l’UNFCCC.

Quid des financements ?

Bien que l’agriculture concerne directement les moyens de subsistance de milliards de personnes, elle ne bénéficie que d’une petite fraction des financements de l’action climatique. D’après ce rapport de la banque mondiale, seuls 6 à 8 milliards des 391 milliards de dollars consacrés en 2014 au financement de l’action climatique dans le monde ont été consacrés à l’agriculture, à la foresterie et aux autres types d’utilisation des terres. L’atténuation — c’est-à-dire la réduction des émissions et la transition vers des économies sobres en carbone — bénéficie traditionnellement de trois fois plus de fonds que l’adaptation.

L’importance d’investir dans une agriculture résiliente face aux aléas climatiques gagne cependant en reconnaissance, notamment dans les Objectifs de développement durable et dans l’Accord de Paris de la CCNUCC, adoptés en 2015.

La plupart des pays engagés dans la CCNUCC ont intégré au moins quelques estimations des coûts de l’adaptation agricole à leurs propres plans d’action sur le changement climatique. Les détails de ces contributions prévues déterminées au niveau national peuvent être consultés ici et une analyse plus poussée est disponibleici.

La source de financement de la lutte contre les changements climatiques la plus récente et la plus importante, à savoir le Fonds vert pour le climat, doté d’une enveloppe de 10 milliards de dollars, vise à répartir équitablement ses fonds entre l’atténuation et l’adaptation. Il est encore difficile de déterminer précisément quelles seront les conséquences du retrait du président américain Donald Trump de l’Accord de Paris et du Fond vert pour le climat sur le financement de l’adaptation agricole, mais les experts sont pessimistes.

Il existe à l’échelle mondiale plus de 50 fonds destinés aux projets d’adaptation. Nous avons consacré un article aux plus importants d’entre eux.

À lire également : notre compte-rendu sur le financement de l’action climatique (en anglais).

am/ag-ld

Dossier

Changement climatique et sécurité alimentaire

Cet article fait pa

FranceWebSharing, "Ethical standards within the UN will not improve until those responsible... are personally made to suffer for their actions."Des Casques bleus congolais vont partir en raison d'allégations d'exploitation et d'abus sexuels

EXCLUSIVE: The ethical failure Why I resigned from the UN

Anders Kompass on the UN’s failure to uphold its principles

Anders Kompass

There is no hierarchy in the horror and brutality I witnessed during those two decades – massacres, torture, killings, the displacement of populations – but an eight-year-old boy describing in detail his sexual abuse by the peacekeepers meant to protect him is the kind of account I wish I’d never had to read.

I’d also seen a lot of the UN’s dysfunction over the years, but I wasn’t prepared for how the organisation would deal with these events, with the ensuing scandal – and with me. 

Cholera in Haiti, corruption in Kosovo, murder in Rwanda, cover-up of war crimes in Darfur: on too many occasions the UN is failing to uphold the principles and standards set out in its Charter, rules and regulations. Sadly, we seem to be witnessing more and more UN staff less concerned with abiding by the ethical standards of the international civil service than with doing whatever is most convenient – or least likely to cause problems – for themselves or for member states.

Why?

Principally, because the cost to the individual of behaving ethically is perceived as too great. Put another way, the benefit to the individual of not behaving ethically is perceived as greater than the cost of taking an ethical stance.

See: Top UN whistleblower resigns, citing impunity and lack of accountability

Fear and a feeling of worthlessness

Staff are afraid. This fear is based on widespread experience. Many staff members have been the victims of retaliation or have witnessed retaliation against those who have taken unpopular ethical stances (including reporting on internal unethical conducts), in the form of sidelining, harassment, sudden transfers, poor evaluations, and non-renewal of contracts. They are convinced that the system does not protect them.

Centrafrique: Des Casques bleus congolais vont partir en raison d'allégations d'exploitation et d'abus sexuels

Afrique: La population mondiale devrait atteindre 9,8 milliards en 2050 et 11,2 milliards en 2100, selon l'ONU

Afrique: La pauvreté mondiale pourrait être réduite de moitié si tous les adultes achevaient leurs études secondaires, selon l'UNESCO

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu