Avertir le modérateur

25/06/2017

EN IMAGES. Le prince William fête ses 35 ans, William semble plus que jamais prêt à endosser son rôle de futur monarque. 35 ans, l'âge, semble-t-il, de la maturité...

Le prince William fête ce 21 juin ses 35 ans. Le fils du prince et de la princesse de Galles a grandi devant les caméras du monde entier, attendri les jeunes mamans lorsqu'il était enfant et longtemps fait battre le cœur des jeunes filles... Retour en images sur un destin royal. 594aade2cd70e30bb27585f4.jpeg594ab363cd70530690bdd0fa.jpeg594aac91cd70530690bdab6a.jpeg

Son Altesse Royale la princesse de Galles a été délivrée d’un fils à 21h03 aujourd’hui". Le 21 juin 1982, le Royaume-Uni célébrait à l’unisson la naissance de William, le premier enfant de Diana et du prince Charles. "Il est beaucoup plus beau que moi", annonçait non sans humour l'héritier du trône en quittant la maternité de l’hôpital St Mary's, à Londres. Le lendemain, le prince et la princesse de Galles, rayonnante malgré la fatigue, regagnaient le palais de Kensington avec le nouveau-né soigneusement emmitouflé dans un châle en laine blanche. Jamais Diana n’avait paru aussi douce, aussi attendrie, Charles aussi attentionné.

31 ans plus tard, l’image est -presque- la même. William tient dans ses bras son fils, âgé seulement de quelques heures. La même clameur s’échappe de la foule. Le même trait d’humour: "Mon fils ressemble heureusement à sa mère", dit-il. George, né le 22 juillet 2013, aura été tout aussi désiré et attendu que son père. Car tous les deux sont nés pour régner…

C'est pourtant sur l'île d'Anglesey, au pays de Galles, puis à Anmer Hall, dans la campagne du Norfolk, loin de la cour, que William et son épouse, Kate, ont décidé de passer les premières années de leur mariage. Depuis la naissance de sa fille cadette, en mai 2015, le duc de Cambridge se sent libre de mener enfin l'existence qui lui ressemble, d'offrir à George et à Charlotte la quiétude et la stabilité qui lui ont tant manqué lorsqu'il était enfant. 

Épanoui dans son métier de pilote d'hélicoptère pour l'East Anglian Air Ambulance, le petit-fils d'Élisabeth II savoure pleinement les bonheurs sans tapage de sa nouvelle vie, qui prendra un nouveau tournant cet été: William et Catherine ont en effet annoncé leur décision de revenir s’établir à Londres de manière permanente avec leurs deux enfants.

À  l'heure où il s'apprête à se consacrer à plein temps à ses engagements officiels pour mieux seconder la reine Élisabeth et le prince de Galles, William semble plus que jamais prêt à endosser son rôle de futur monarque. 35 ans, l'âge, semble-t-il, de la maturité...

Par Lola Léger et Caroline Lazard

20/06/2017

Three awards will be presented for the most innovative projects in Content Creation, Content Distribution and Content Everywhere

IBC2017 Innovation Awards Shortlist Announced: eSports, OTT, IP-OB trucks, and Content Delivered on High Speed Trains amongst Industry Trends Tackled by Entrants

20 Jun 2017

 

(ME NewsWire)-- IBC announces today the shortlist for the IBC2017 Innovation Awards. Demonstrating a breadth of innovation in the electronic media, entertainment and technology industry, the international judging panel reviewed an array of compelling entries, settling on 11 finalists from around the world, all offering very different solutions.

The shortlist covers everything from a major football final to e-sports; from virtual studios to channel marketing; from mobile OTT on a massive scale to seamless content delivery on high speed trains. Taking to the stage during IBC Awards Ceremony on Sunday 17 September will be representatives from Toronto to Singapore, the UK to India, and Spain to the USA.

For 2017, IBC’s 50th anniversary year, categories in the Innovation Awards were updated to reflect and respond to the shifting industry landscape. Three awards will be presented for the most innovative projects in Content Creation, Content Distribution and Content Everywhere. What has not changed is the emphasis on collaborative work to tackle a real challenge, and the trophies are taken home not by the technology partners but by the broadcasters, media enterprises and service providers who commissioned the project.

“I was astounded by the quantity, and most important the quality, of entries this year,” said Michael Lumley, chair of the judging panel. “It took a lot of intense discussion to get down to 11 finalists – it was a very tough task and there were many excellent projects which did not make the shortlist, often by a very fine margin.”

“The international spread of 2017 finalists reflects the global reach of IBC, and the global significance of these most highly-coveted awards,” Lumley added. “I look forward to congratulating all the finalists and hearing the winners announced on Sunday night at IBC.”

Content Creation – three finalists

  • ITV in the UK has been shortlisted for its Project Phoenix. The broadcaster needed to develop a system which managed the production of promos and trailers from commissioning to transmission. The result creates more than 1,000 marketing assets every month, with almost all versioning carried out automatically. Technology partners alongside ITV were 100 Shapes, Cantemo, Codemill, NMR, Pixel Power and Vidispine.
  • Leading broadcaster Mediacorp made the shortlist for implementing a service-oriented architecture to break down silos across its global campuses and create a seamless production and delivery environment. Its new centre includes a 3,000 square metre newsroom producing online, television and radio news in four languages, together with six studios and a large theatre, more than 100 edit suites and OTT and broadcast delivery. Systems integrator Qvest Media brought in an enormous number of technology partners, including Actus, Adobe, ATCI, Autoscript, Avid, Axon, Baton, Blackmagic Design, Cisco, Dalet, DHD audio, EVS, Fairlight, Grass Valley, Harmonic, Hitachi, HP, IBM, Ihse, Lawo, Lund Halsey, Netia, Octopus, Oracle, Raritan, RCS, SAM, Scheduall, Shotoku, Sony, ST Electronics, Telestream, TriplePlay, TSL and Vizrt.
  • Groupe Média TFO has transformed itself from a small, French language broadcaster in Ontario, Canada, into a major online presence producing much-loved children’s programming. Its Laboratoire d’univers virtuels, or LUV, took a fresh approach to virtual sets, using the power and cost-effectiveness of the Unreal games engine from Epic Games. Today TFO produces as many as 40 short videos, in real time, each day, from a single studio. As well as Epic, technology partners were CEV, stYpe and Zero Density.

Content Distribution – four finalists

  • Arena Television is a UK-based outside broadcast provider, and led the industry in Europe with its first all-IP truck. It is regularly used to originate BT Sport’s 4k Ultra HD coverage of the English Premier League. Technology partners for this pioneering truck (and a second which is now also in service) were Cisco, Grass Valley, Lawo and Videlio Video Solutions.
  • Dutch media company DMC has migrated from broadcast playout centre to comprehensive media logistics service. As part of this it has migrated to a fully virtualised private broadcast cloud that provides DMC’s clients with the asset management, publishing and distribution services they need, linking international content owners with 700 million European viewers. The new platform was developed with Cisco, Equinix, Pebble Beach Systems, Red Hat, Super Micro and VMware.
  • Sinclair Broadcast Group operates 233 television stations in 108 US markets. As part of its programme to provide a common platform for on air and online services, it has developed a revolutionary approach to terrestrial transmission. The usual American model is “high tower, high power”: a single mast and transmitter. The new approach – developed by TeamCast and ONE Media for Sinclair – takes a cellular approach, using mini-transmitters just where they are needed in a large single frequency network.
  • Viacom 18 is a joint venture in India between media giant Viacom and local service provider Network 18, running a multi-channel OTT network called VOOT. Faced with the prospect of delivering content to the 300 million smartphones in India, across networks which are often crowded and at high data costs, it took a fresh approach, developing a progressive web service that delivered high performance without taking valuable memory space. Within just a few days VOOT saw a 77% increase in conversion from visitor to video viewer and a 39% increase in session time per user. Google provided technology support.

Content Everywhere – four finalists

  • BT Sport was host broadcaster for the 2017 Champions League Final in Cardiff, Wales, and went all in to engage with as many people as possible, in as many ways as possible. Separate trucks covered the game in HD and in 4k Ultra HD with Dolby Atmos sound – using the Arena truck nominated for the content distribution award. A unique 12 camera VR operation provided a rich 360˚ feed, including in-vision graphics, live replays and a separate commentary. The content was available online to all platforms as well as broadcast. Technology partners included Dolby, Ericsson, Moov, SAM, Sony, Telegenic and Timeline.
  • ESL, the Electronic Sports League, is an eSports company that organises gaming competitions worldwide. For the finals of the 2017 Intel Extreme Masters tournament, held in Poland, it needed to find a delivery partner that could deliver live feeds to 13 broadcasters in multiple regions, with additional OTT and digital cinema delivery to some territories. ESL partnered with Deluxe to enable the delivery of live ESL broadcast feeds over the public internet. The eSports tournament reached more than 46 million viewers.
  • For a decade Google Earth has given us the ability to explore the world using just the internet. Now we can immerse ourselves in its wonders using Google Earth VR. The new app uses touch, sight and sound to engage the viewer and to receive control feedback. New techniques render imagery smoothly, maintaining the immersion without confusion or motion sickness. Technology partners were Ant Food, Even/Odd, Joshua Moshier and Richard Devine.
  • The final project on this year’s shortlist is a real content everywhere application - ensuring consistent media delivery on trains travelling in excess of 300km an hour. Renfe, Spain’s national railway operator, worked with Telefonica to ensure its 19 million high speed rail passengers can access premium content and live sports on trains and at stations as if they were at home. The project was led by Telefonica, with technology partners including Accedo, Cires21, Cisco, Hispasat, Iecisa, Indra, Nagra, Signiant and Teldat.

IBC2017 Awards Ceremony

The winners of these three awards will be announced during the IBC2017 Awards Ceremony, at 18:30 on Sunday 17 September, in the RAI Auditorium. Special guest host for the evening is scientist and broadcaster Dr Helen Czerski.

As well as the Innovation Awards, the ceremony will see the announcement of the Judges’ Prize, also in the gift of the same panel of international editors and consultants who have judged the Innovation Awards. Other awards to be presented during the ceremony include the IBC International Honour for Excellence, IBC’s highest award.

The ceremony is free for all IBC attendees.

Notes to Editors:

About IBC

IBC is the world’s leading media, entertainment and technology show. It attracts 55,000+ attendees from more than 170 countries and combines a highly respected and peer-reviewed conference with an exhibition that showcases more than 1,700 leading suppliers of state of the art electronic media and entertainment technology.

IBC2017 Dates

Conference: 14 – 18 September 2017

Exhibition: 15 – 19 September 2017

For more information about IBC2017 visit: https://show.ibc.org/

04/06/2017

FranceWebSharing & MyNewsCenterNavigator, StefanV.Raducanu,Webpiculteur, Défis à la démocratisation des pays de la SADC,L’IRDH a participé à l’analyse des progrès,D’éminents professeurs ont pris part active à cette discussion (voir la liste en annexe)

SRU--International Research.gif

1agld1r.gifDéfis à la démocratisation des pays de la SADC

1. Introduction.

L’IRDH a participé à l’analyse des progrès, défis et avenir de la démocratisation des pays de la Communauté de développement d’Afrique australe connue sous son acronyme anglais de SADC. L’atelier qui a réuni, du 22 au 23 mai 2017, à Birchwood Hotel de Johannesburg, des professeurs d’universités, avocats, magistrats, syndicalistes et défenseurs des droits humains d’Afrique australe, a été organisé par l’Association des Juristes de la SADC (SADC Lawyers’ Association) avec l’appui technique et financier de la Fondation Konrad Adenauer Stiftung (KAS).

D’éminents professeurs ont pris part active à cette discussion (voir la liste en annexe), à l’instar du sud-africain Dr Mathole Motshekga, de l’Université de Pretoria, du zambien Dr Michelo Hansungule, de l’Université de Pretoria, du zimbabwéen Dr Blessing Simura et du congolais Dr Andre Mbata Mangu, de l’Université de Kinshasa (UNIKIN).

2. Promesses du bien être des peuples de la SADC.

Les deux jours de travail concluent que les pays d’Afrique australe ont connu la même courbe parabolique, à quelques exceptions près. Les peuples étaient nourris de l’espoir du bien-être, par les pères des indépendances qui, à la prise des pouvoirs, s’étaient engagés à répartir équitablement les richesses, dans le but d’éradiquer la pauvreté de leurs pays. Le point culminant de cette avancée a été l’élaboration des constitutions démocratiques incluant la promesse d’érection des états de droit et démocratiques dans toute la région.

Les régressions ont été observées, avec l’émergence des partis uniques De Facto (ZANU-PF, SWAPO, RENAMO, MPLA…) ou De Jure (MPR, UNIP, CHAMA CHA MAPINDUZI, ANC…) qui résistent a l’idée de l’opposition et mouvements sociaux (à quelques exceptions près de l’ANC).

Les mouvements ou partis révolutionnaires de libération se sont accommodés aux structures coloniales en installant l’enrichissement personnel et la corruption ; déployant leurs membres dans la confiscation d’institutions publiques ; créant la dépendance du citoyen envers le politicien, au lieu que le politicien cherche la légitime de son pouvoir auprès du citoyen. L’Etat est réduit aux relations informelles dans lesquelles les acteurs économiques dépendent de l’élite politique et la vie dépend des individus que l’on connaît au lieu que ce soit du degré de sa connaissance de la loi. Les mouvements de libération et les nouveaux partis aux pouvoirs déclenchent ainsi des nouveaux mécanismes d’oppression contre leurs propres populations qui réclament des nouvelles indépendances.

3. Illustration électorale

Au contexte ci-dessus, s’ajoute l’illusion électorale comme ingrédient de l’agenda démocratique. L’élection se trouvait dans le lot des conditions d’institutions financières internationales qui donnent accès aux capitaux. Cette conditionnalité est critiquée, car, d’une part, elle permet aux dictatures de l’utiliser comme simple levier de manœuvre politique. Elles organisent des élections truquées et absurdes, sans pour autant démocratiser leurs Etats, pourvue qu’elles cochent la case réservée à cet effet sur la liste des conditions à remplir des bailleurs des fonds. D’autre part, le même levier politique permet aux anciennes puissances coloniales d’avancer leurs agendas.

Ainsi, on organise des élections, non par souci de démocratisation des Etats, mais comme une simple formalité permettant aux uns d’accéder aux capitaux et aux autres d’avancer leurs agendas. D’ailleurs, ne les organise que le chef d’Etat qui est sûr de les gagner. Généralement, au premier et deuxième mandat, le troisième nécessitant des nouvelles modifications constitutionnelles.

4. Vague des révisions constitutionnelles

Aux dispositions constitutionnelles qui donnent espoir aux changements attendus, les Etats de la SADC se sont livrés aux modifications constitutionnelles, afin de « désamorcer les principes démocratiques ».

L’atelier a révélé qu’au cours des vingt dernières années, toutes les modifications constitutionnelles n’ont eu pour objectif que de permettre le maintien du statu quo. A défaut, le régime au pouvoir n’organise pas d’élections (Zimbabwe en 2008 et la RDC en 2016). Sur les 15 membres de la SADC, 12 ont modifié leurs constitutions ou n’y font pas allusion, comme au Swaziland où le Roi règne en monarque absolu et le Lesotho où l’armée fait la loi.

5. Radicalisation des dirigeants de la SADC

Les participants ont relevé aussi que le nouvel environnement politique de la sous-région se caractérise par la radicalisation des dirigeants qui tendent à criminaliser le concept de « changement de régime » ou « appel à l’alternance politique». Sur cette base, ils prennent la société civile comme le nouvel adversaire politique, tout en affaiblissant l’opposition politique par des débauchages aussi systématisés que sophistiqués.

Par ailleurs, la prolifération des partis politiques n’offre pas de chance à la participation politique citoyenne. Par contre, elle impacte négativement sur la qualité et la force des partis politiques. Elle crée l’opportunité pour des personnes qui ne respectent pas la discipline de leurs partis à devenir « indépendants » sur le marché du débauchage politique.

De même, les citoyens sont de moins en moins conscients de leurs rôles, autant que leurs droits civils et politiques. Ils se font dépendants des politiciens qu’ils exaltent au lieu que ceux-ci les courtisent pour légitimer leur pouvoir. Les citoyens abandonnent le contrôle d’institutions publiques au bénéfice des politiciens prédateurs des ressources naturelles et coffres des Etats.

6. Alternatives sous-régionales et régionales

Les participants ont estimé que les organes de la SADC pouvaient aider les pays membres à résoudre leurs problèmes politiques majeurs, à l’instar des pays de l’Afrique de l’Ouest.

Ironiquement, le défi institutionnel de la SADC est pire que celui de ses membres. Sa présidence est dirigée par le monarque absolu de Swaziland qui ne peut rien faire pour le développement démocratique. Par ailleurs, des chefs d’Etat comme Robert Mugabe du Zimbabwe (93 ans, Premier ministre de 1980 à 1987 et depuis lors, Président) et Edouardo Dos Santons d’Angola (75 ans, Président depuis 1979) ont plus d’influence sur la sous-région qu’ils ne peuvent permettre une discussion sur la démocratie et l’état de droit. Il s’avère pour le moment que parler de la SADC, équivaut à parler du Président Mugabe.

La Charte Africaine de la Démocratie, des Elections et de la Gouvernance, adoptée par l’Union Africaine depuis mai 2004, pouvait être une alternative dans la prévention des crises politiques de la sous-région de la SADC. Cependant, sur les quinze pays membres, juste trois l’ont ratifié : Afrique du Sud, Mozambique et Zambie. Ce qui rend ladite Charte inopérante dans la sous-région.

7. Conclusion et recommandations

Eu égard à l’état des lieux de la démocratisation dans la sous-région, les participants ont exploré des pensées démocratiques alternatives et le rôle des juristes dans la recherche de la dignité, l’égalité et la liberté des citoyens. La démocratie obligeant à chaque membre de la société d’agir conformément à ces valeurs, les juristes doivent rassurer leurs sociétés que les animateurs et les institutions publiques respectent leurs constitutions, seules garanties des valeurs démocratiques.

L’élection demeure un élément de la démocratisation, en plus de la bonne gouvernance politique et l’état de droit. Contrairement à ce que d’aucuns pourrait penser, la population a plus de pouvoir et des moyens d’agir en ce siècle que jamais avant. En ce sens que le pouvoir est codifié dans des instruments internationaux des droits humains, des constitutions et lois des Etats. En plus, les moyens d’action que sont les nouvelles technologies de communications et de l’information offrent plus d’indépendance dans la participation citoyenne. Par conséquent, la population de chaque pays qui n’est pas un parti d’opposition ni un groupe anti-gouvernemental devrait animer la démocratie au quotidien et contraindre les animateurs d’institutions publiques à lui rendre compte de chaque acte posé.

Les participants ont estimé que les organisations de la société civile de la sous-région devraient insuffler une nouvelle forme de solidarité. En l’occurrence, le renforcement des mouvements sociaux éviterait l’aliénation et permettrait à la population de contrôler son élite politique. En Afrique du Sud par exemple, la politique a fortement changé avec la participation de la population, par l’entremise des organisations de la société civile et structures religieuses qui informent la population de ses droits fondamentaux garantis par la Constitution. Sur ce point, les jeunes de la sous-région devraient s’intéresser aux services publics et leur engagement, très actif dans d’autres domaines de la vie, doit être informé des droits politiques, dans leurs propres termes et plateformes (Medias Sociaux et Réseaux Sociaux).

Ce qui précède a amené les participants à croire qu’afin d’améliorer la situation de la sous-région, SADC LA doit refléter le changement qu’il souhaite voir, par des actions suivantes :

· Etendre son travail a d’autres organisations qui œuvrent pour la dignité humaine, la démocratie et l’état de droit dans la sous-région;

· faciliter la participation des jeunes juristes à surveiller la gouvernance politique de leurs pays respectifs, afin de promouvoir les droits humains, la démocratie et l’état de droit ;

· interconnecter les individus et barreaux membres de la SADC LA aux autres organisations des juristes (professeurs, magistrats, défenseurs des droits humains et syndicalistes) qui militent pour le constitutionnalisme dans leurs pays respectifs.

Annexe : Liste d’orateurs.

1. Dr Mathole Motshekga, Professeur à la faculté de Droit de l’Université de Pretoria, Avocat à la Cour Supreme de Justice d’Afrique du Sud, Député et ancien chef du Groupe parlementaire de l’ANC.

2. Dr Michelo Hansungule de la Zambie, Professeur de Droit et chercheur au Centre de Recherche sur les Droits de l’Homme de l’Université de Pretoria.

3. Dr Blessing Simura, Docteur en philosophie et Relations Internationales, chercheur en Sciences politiques de l’université de Zimbabwe.

4. Dr. Lwazi Lushaba, Professeur à l’Université de Cape Town des Politiques africaines, Economie-politique africaine et les Etats post-coloniaux.

5. Dr André Mbata Mangu, professeur à la Faculté de Droit de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) et à l’Université d’Afrique du Sud (UNISA)

6. Dr Jaap de Visser, Professeur à la Faculté de Droit de l’université de Cape Town ;

7. Dr. Jabusile Shumba, analyste de l’économie politique à l’ambassade du Canada au Zimbabwe, Angola et Botswana

8. Madame Makanatsa Makonese, Présidente de Zimbabwe Human Rights Commission;

9. Madame Sheunesu Kurasha, Directrice de SADC Parliamentary Forum

10. Dr Simon Mababolo, Directeur de la Commission Electorale Indépendante dans la province de Gauteng, Afrique du Sud.

11. Maître Pansy Tlakula, Avocat et membre de la confédération des syndicats COSATU

12. Monsieur Mark Heywood, Directeur Exécutif de l’ONG Article 27.


© Congoindépendant 2003-2017

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu