Avertir le modérateur

02/03/2018

FranceWebSharing> C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> connectons-nous !,Abonnez-vous à Columbia Journalism Review,Un nouveau magazine numérique vous oblige à vous déconnecter d'Internet,À première vue, cela semble être le paradoxe ultime,Bolin dit à CJR...

Un nouveau magazine numérique vous oblige à vous déconnecter d'Internet

À première vue, cela semble être le paradoxe ultime: un magazine qui n'existe que sur Internet, rempli de contenu qui ne peut être consommé qu'une fois qu'un lecteur potentiel s'est déconnecté d'Internet

Lorsque vous visitez le site pour la première fois, vous êtes accueilli par ce qui ressemble à la couverture d'un magazine en ligne ordinaire, mais au-dessus se trouve une bannière rose qui dit: «Veuillez vous déconnecter d'Internet. Ceci est un magazine hors ligne de commentaire, de fiction et de poésie. "

Après s'être déconnecté, le site se révèle instantanément, ressemblant beaucoup à un magazine en ligne standard. Il y a des histoires courtes, des essais - dont un qui prétend que s'éloigner d'Internet est une option disponible uniquement pour les privilégiés - et des poèmes, ainsi qu'une lettre de l'éditeur expliquant la raison d'être du magazine.

ICYMI: Les fausses nouvelles font partie d'un problème plus important: la propagande automatisée

"Le thème de ce numéro est simple: les humains et notre technologie", écrit Bolin. "Chaque élément de ce numéro décrit une rencontre avec la technologie, qu'elle soit intentionnelle ou sans conséquence, constructive ou dévastatrice. Vous trouverez un poème sur une faim de silence conflictuelle, un récit de la monétisation des morts et une exposition sur l'avenir de la fracture numérique. "

Bolin dit à CJR qu'il n'est pas une sorte de Luddite détestant Internet, déterminé à montrer à quel point la technologie est mauvaise. En fait, il est un programmeur informatique de jour, sans expérience dans les médias ou dans l'édition de magazines littéraires. Alors, pourquoi a-t-il décidé d'en créer un qui soit si dramatique sur la nécessité de se déconnecter?

«Je l'ai créé en partie parce que je pense que c'est drôle d'utiliser l'ironie de la sorte, d'avoir un morceau d'Internet qui vous oblige à quitter Internet», dit-il. "Créer quelque chose de nouveau qui fonctionne comme un commentaire mais qui est aussi participatif, en ce sens qu'il vous oblige à participer en vous déconnectant. J'ai aimé cette idée. "

Le site tire parti d'une fonction intégrée à la plupart des navigateurs Web, qui détecte si un utilisateur est connecté à Internet ou non. Il y a des façons de contourner cela, dit Bolin - par exemple, un utilisateur pourrait mettre le navigateur en mode développeur et lui dire de prétendre qu'il est hors ligne - mais il estime que la plupart des gens ne vont probablement pas à ces longueurs. De plus, la demande de déconnexion est principalement conçue pour faire valoir un point.

"Je suppose que c'est un peu comme un paywall", dit-il. "Mais c'est plutôt un mur d'attention."

Alors, comment un utilisateur peut-il accéder au magazine s'il n'est plus en ligne? Tout le contenu est téléchargé lorsqu'un utilisateur visite le site pour la première fois, mais il est bloqué jusqu'à ce que le navigateur indique qu'il n'est plus connecté. Le magazine entier ne fait que 250 kilo-octets (environ la taille d'une seule petite photo), car il y a peu d'images et pas de publicités.

Bolin dit qu'il aimerait élargir la gamme de contenu dans le magazine en commandant des non-fiction pour les questions futures, mais d'abord, il doit trouver un moyen de payer les écrivains. Tout le contenu du premier numéro a été fourni gratuitement, soit par des personnes qu'il connaissait déjà, soit en réponse à un appel d'offres ouvert qu'il avait fait sur Twitter.

Bolin dit que les options de financement qu'il envisage sont des commandites ou une forme quelconque de financement participatif, et s'il peut le gérer, il dit qu'il aimerait que cela devienne trimestriel.

"Je suppose que c'est un peu comme un paywall", dit-il. "Mais c'est plutôt un mur d'attention."

Bolin dit qu'il a été conduit à créer The Disconnect en partie parce qu'il a remarqué sa propre tendance à une dépendance à Internet, où vous vous retrouvez à suivre un lien après un lien sans but réel, jusqu'à ce que vous regardez et voyez que les heures ont passé.

Il y a un certain nombre d'applications et de services conçus pour aider les utilisateurs à se concentrer sur une tâche, mais Bolin dit qu'il trouve personnellement que parfois, la seule façon de vraiment s'éloigner de ce genre de distraction était de tirer la fiche. il l'a fait de temps en temps en écrivant sa thèse de diplôme. "C'est déconnecter comme un moyen de vous sauver de vous-même."

Il a d'abord expérimenté l'année dernière avec un site autonome appelé Offline , qui contenait un seul essai du même nom qui parlait de la nécessité de se déconnecter. Comme le magazine, il ne peut être consulté qu'une fois qu'un utilisateur s'est déconnecté.

Dans l'essai, Bolin écrit: «J'ai passé des heures dans les toiles de ma propre curiosité. Le plus dangereux est le caprice d'une fraction de seconde: «Je me demande quelle est la deuxième langue la plus couramment parlée? Ces 500 millisecondes pourraient changer votre journée, car ce n'est jamais une seule recherche sur Google, jamais un seul article sur Wikipédia. Se déconnecter de l'Internet court-circuite ces caprices, vous permettant de continuer sans encombre. "

Internet est un excellent outil d'information, dit-il. "Mais ce n'est pas vraiment conçu pour les gens - ou plutôt, il est conçu pour les gens parfaits. Si vous étiez une machine, vous pouvez décider quels liens vous voyez sont pertinents pour votre tâche et les suivre. Mais pour les êtres humains, l'inconnu est toujours plus intéressant que le connu, alors peut-être que vous ouvrez un lien dans un autre onglet, et plus encore. C'est un peu le frisson de la chasse. "

ICYMI: Brendan Fraser a fait des allégations à tâtons après que l'histoire a été faite, écrit un rédacteur du GQ

Une réponse qu'il a reçue à The Disconnect est une sorte de suggestion sarcastique que s'il voulait vraiment créer quelque chose où les gens ne pourraient pas le lire en ligne, il aurait pu juste publier un magazine imprimé régulier.

"Oui, la prise sardonique que j'ai reçue de certaines personnes est" Hey, félicitations, vous avez inventé un magazine ", dit-il. "Mais dans ce cas, pour l'obtenir, vous n'avez pas à le commander, vous n'avez pas à aller à un kiosque à journaux, vous n'avez même pas besoin d'avoir une adresse physique, vous n'avez pas à perdre arbres, et vous pouvez partager le lien avec les autres. Il y a donc beaucoup d'avantages supplémentaires à être en ligne. "

Bolin dit que lorsqu'il construisait un site pour The Disconnect, il n'a délibérément pas pris en charge les services de mesure du trafic comme Google Analytics, parce que le thème du magazine était la déconnexion, mais il a récemment regardé les données du serveur qu'il utilise pour héberger le problème et constaté que plus de 50 000 visiteurs uniques avaient visité le site au cours des deux premières semaines.

L'essentiel, dit-il, c'est que «je ne pense pas que l'internet soit mauvais - en fait, je pense que c'est très bien. Il fait un excellent travail de connexion entre les personnes qui ne seraient jamais connectées et de créer des opportunités d'affaires, et ainsi de suite. Dans l'ensemble, c'est une bonne chose, tout comme l'imprimerie était une bonne chose. Je pense juste que nous devrions y réfléchir un peu. "

CONNEXES: Qu'est-ce que cela signifie pour un journaliste d'être aujourd'hui un lecteur sérieux?

 

L'Amérique a-t-elle jamais eu besoin d'un chien de garde des médias plus que maintenant? Aidez-nous en rejoignant CJR aujourd'hui .

 

Mathew Ingram est l'auteur numérique en chef de CJR. Auparavant, il était un écrivain senior avec le magazine Fortune . Il a écrit sur l'intersection entre les médias et la technologie depuis les premiers jours de l'Internet commercial. Ses écrits ont été publiés dans le Washington Post et le Financial Times ainsi que dans Reuters et Bloomberg.
 

 

27/02/2018

Vous envisagez de vous faire accompagner ? > Le Management des compétences en disruption,> Le blog d'Alain Goetzmann,> Abonnez-vous et recevez mon livre gratuit

Le Management des compétences en disruption


Un ami me faisait récemment une remarque au sujet d’un service qu’il avait utilisé : « La personne qui s’est occupée de moi était incontestablement compétente, mais alors, qu’est-ce qu’elle était désagréable ! ».

Peut-on alors vraiment parler de compétence ? Il ne faut pas être grand clerc pour deviner qu’aujourd’hui la compétence ne se limite plus à la capacité de remplir consciencieusement un formulaire, d’appuyer au bon moment sur le bon bouton ou de réaliser sans faute un travail technique, même sophistiqué.

Dans ce grand mouvement vers la transformation numérique, qui fait de l’expérience client l’« objectif maître » de l’entreprise toute entière, la notion de compétence, à quelque niveau que ce soit, s’est élargie et ne se limite plus à bien maîtriser l’aspect technique de son poste. Il faut aussi que chacun sache faire preuve d’intelligence sociale ou émotionnelle. Le client n’est plus simplement le roi, comme on disait autrefois, il est surtout celui auquel il faut faire vivre une expérience unique avec une offre conforme à ses attentes.

Cette expérience comprend aujourd’hui, non seulement les qualités intrinsèques du produit ou du service, mais aussi, l’écrin dans lequel il est présenté et surtout, la façon de l’amener vers le client. On peut d’ailleurs se demander si une offre parfaite, présentée froidement, sans émotion, ne serait pas rapidement supplantée par une offre, peut-être un peu moins parfaite, mais débordant d’intelligence sociale.

Ne perdons jamais de vue que le client est l’unique raison d’être d’une entreprise et sa finalité. Il appartient donc aux entrepreneurs et aux dirigeants d’en promouvoir la culture dans tous les services, car même les postes que l’on peut penser éloignés de la relation-client, concourent, en définitive, à son service et à sa satisfaction.

Alors, faites du client le cœur de votre organisation et valorisez tous ceux qui, sous une forme ou sous une autre, s’impliquent à son service.

Etendez la notion de compétence à l’attitude et au comportement. Ne vous contentez pas des capacités « techniques ».

Favorisez, dans vos recrutements, ceux qui regorgent d’intelligence émotionnelle, ceux qui savent, selon la définition du Dr. Daniel Goleman, identifier leurs émotions, les comprendre, les contrôler et les ajuster en fonction des circonstances et faites former ceux qui vous en semblent dépourvu.

A l’heure où vous êtes confrontés, non seulement à une concurrence de plus en plus vive, imaginative et virulente, mais aussi à la notation publique et aux commentaires incertains, via les forums innombrables d’Internet, aucun membre de votre organisation ne peut s’y soustraire.

Votre rôle change. S’il consistait, auparavant, à vous entourer des compétences que vous n’aviez pas afin de constituer des équipes techniquement capables, maintenant, elles doivent aussi intégrer une dimension émotionnelle forte, afin de faire vivre à vos clients des expériences inoubliables, de former des « tribus » d’utilisateurs, elles-mêmes évangélisatrices de vos produits et services. Les règles se sont modifiées. Vos effectifs doivent s’adapter.

Vous envisagez de vous faire accompagner ?

Ecrivez-moi : alain.goetzmann@deltaintermanagement.com

Téléphonez-moi : +33 607 552 646

foule.jpg

 20141225_164000.jpg

Un Manager génial ! Une équipe soudée

Contact: Ing.Stefan Raducanu, Data Scientist
Tél: 0139655034
Mail: franceweb@gmail.com
 

04/02/2018

Ce qui inquiète Washington...Les menaces émanant de la Chine, la Corée du Nord ou l'Iran.Une vision différente de Barack Obama

Les Etats-Unis veulent se doter de mini-armes nucléaires

La nouvelle "Posture nucléaire" de Washington se veut une réponse à celle de la Russie mais fait craindre une relance de la prolifération.

Les Etats-Unis veulent se doter de nouvelles armes nucléaires de faible puissance en réponse notamment au réarmement de la Russie, selon la nouvelle "Posture nucléaire" publiée vendredi par le Pentagone. 

2000 armes nucléaires tactiques

Estimant que la situation mondiale est aujourd'hui beaucoup plus complexe qu'en 2010, date de la publication de son dernier examen du dispositif nucléaire, le Pentagone cite dans ce document, dont une version préliminaire avait fuité le mois dernier dans la presse, les menaces émanant de la Chine, la Corée du Nord ou l'Iran

Les Etats-Unis veulent développer des armes nucléaires tactiques en réponse à Moscou.

afp.com

La nouvelle "Posture nucléaire" de Washington se veut une réponse à celle de la Russie mais fait craindre une relance de la prolifération.

Les Etats-Unis veulent se doter de nouvelles armes nucléaires de faible puissance en réponse notamment au réarmement de la Russie, selon la nouvelle "Posture nucléaire" publiée vendredi par le Pentagone. 

Ces nouvelles armes, qui font craindre aux experts une relance de la prolifération et un risque plus élevé de conflit nucléaire, représentent une "réponse à l'expansion des capacités nucléaires de la Russie", a indiqué à la presse Greg Weaver, responsable des capacités stratégiques à l'état-major américain. 

 2000 armes nucléaires tactiques

Estimant que la situation mondiale est aujourd'hui beaucoup plus complexe qu'en 2010, date de la publication de son dernier examen du dispositif nucléaire, le Pentagone cite dans ce document, dont une version préliminaire avait fuité le mois dernier dans la presse, les menaces émanant de la Chine, la Corée du Nord ou l'Iran

Mais ce qui inquiète Washington, c'est surtout le "retour déterminé de Moscou à la concurrence entre grandes puissances", comme le souligne le ministre américain de la Défense Jim Mattis dans la préface de ce document de 75 pages. 

 Selon Washington, la Russie est en train de moderniser un arsenal de 2000 armes nucléaires tactiques (des bombes nucléaires d'intensité plus faibles qui visent des objectifs plus réduits sur un champ de bataille par exemple), menaçant les pays européens à ses frontières et contournant ses obligations selon le traité de désarmement New START qui ne comptabilise que les armes stratégiques servant de fondement à la doctrine de la dissuasion. Le Pentagone a constaté une "disparité" entre les capacités russes et celles des Etats-Unis et de l'Otan, a expliqué Greg Weaver. 

Une vision différente de Barack Obama

Rompant avec la vision de l'ex-président Barack Obama qui, en 2009 à Prague, avait appelé à l'élimination de toutes les armes nucléaires, la nouvelle "Posture nucléaire" américaine propose donc de développer un nouveau type de missiles nucléaires de faible puissance, qui seront lancés depuis des sous-marins. 

Embarqués, ces nouveaux missiles d'une puissance inférieure à la bombe d'Hiroshima n'auront pas besoin d'être stockés sur le territoire de pays alliés. Ils pourront aussi déjouer les défenses anti-missiles de la Russie, qui sont essentiellement destinées à contrer une attaque aérienne. ...

Pour Djordje Kuzmanovic de LFI, la France n'a rien à faire dans l'OTAN, «organisation belliciste»

 Vladimir Poutine : la France est «l'un des partenaires clés» de la Russie en Europe

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu