Avertir le modérateur

03/04/2017

Mettre en œuvre une coopération qui ne signifie pas une guerre économique, une politique internationale d'échanges créatrice d'emplois durables et non pas de confrontations sous forme de concurrence impitoyable où les vainqueurs sont connus d'avance.

La guerre économique troisième guerre mondiale?

Mise à jour : 03-04-2017
 
Revenons sur le "chacun pour soi" quand s'impose " le chacun pour soi. L'Afrique et les pays en développement, les pays arabes par exemple,  ont  besoin qu'enfin, les pays riches, les puissances industrielles, consentent à vraiment  les aider à se  développer, et à mettre en œuvre une coopération qui ne signifie pas une guerre économique, une politique internationale d'échanges  créatrice d'emplois durables et non pas de confrontations sous forme de concurrence impitoyable où les vainqueurs sont connus d'avance.
A chaque grande manifestation économique internationale, c'est le même discours portant les mêmes revendications, et c'est la même réponse fournie par les pays interpellés. Des discours portés par ce type de revendications ont été à maintes fois prononcés par  les pays en  développement sous forme d'appel à l'aide et n'ont reçu de la part des pays industriels que des promesses.
Or il y a des urgences qui s'expriment de la part de tels pays.  Devant l'accroissement inévitable du chômage et du risque de mouvements sociaux qui tendraient vers la violence, qui donneraient éventuellement des argumentations supplémentaires au terrorisme qui ne manquerait pas  l'occasion de faire des campagnes de recrutement pour renouveler leurs effectifs et donc aggraver la situation de sécurité et d'instabilité .
Il y a également des risques d'effondrement des industries que ces pays ont mises en place au prix d'un endettement important et donc les risques de faillites des entreprises avec leur inévitable cortège de licenciements et en corollaire de perturbations sur le front social. De tels pays devraient être aidés à protéger leur marché intérieur. Des zones africaines  de libre-échange ? Plutôt une zone africaine de libre-échange des produits importés d'ailleurs et vendus sur le marché intérieur africain et non pas des produits fabriqués en Afrique même. Il n'y aurait ainsi que les pays en développement à ne pas protéger leur marché intérieur.
N. B.
 
Imprimer Envoyer cet article

1agld1r.gifWorld Media Directory

Reach 5 Million People With One Click

 This World Media Directory is maintained by EIN Presswire, a press release distribution service, and is a listing of the world’s TV stations, radio stations, newspapers and blogs.

02/04/2017

Plus belle la vie: Question de mentalités, on n’en vend plus que les idées contrefaites: et ces idées là, tuent, et cela jusqu’au nihilisme intégriste, jusqu’au fatalisme religieux convaincu de sa juste cause

Accueil » Chronique » Plus belle la vie: Question de mentalités
 

Plus belle la vie: Question de mentalités

Dans Chronique 1 avril 2017Il n’y a pas d’usines dans les pays du Tiers Monde, ça a toujours été des fabriques-misères, elles ont introduit avec elles un mode de vie qui a tout chamboulé. Mais, il y a vous comme produit fini, on ne rejette rien de vous, ni votre corps à habiller, ni votre ventre à remplir. Et puis vous êtes une formidable usine de production de mentalités, c’est une matière première non négligeable pour les usines de transformation, capitalistes car vous êtes consommateur atypique, le produit vous donne sens, vous ne donnez pas sens au produit, il vous ennoblit dans le Label de qualité, raffiné en connaisseur. Il vous rend civilisé. Il vous élève d’un cran au dessus du temps zéro où vous êtes confiné. Tiens, la voiture par exemple. Nous la portons dans notre mentalité jusqu’au bout de la civilisation: nos enfants meurent grisés par la vitesse, et nous, impuissants, nous assistons à l’hécatombe, tétanisés par des chiffres effrayants. Eux, ils se sentent enfin libres, le pied qui appuie sur le champignon ! En somme, une voiture nickel, tout de blanc vêtue, comme un amandier en fleurs, comme un amandier en pleurs ! Une voiture qui gémit à chaque caresse du volant. Neuve la caisse, des rondeurs à ne plus finir. Son moteur rugit comme le tigre de la pub. Robuste et souple, elle porte tous les rêves d’une jeunesse qui veut vivre comme l’autre, plus jamais frustrée. La même publicité qui fait l’apologie de la voiture fait celle de la cigarette, ce Malboro, cow boy qui galope dans les immenses prairies, heureux avec une cigarette et cette Toyota qui fait frémir dans les virages qu’elle tient à grande vitesse. On devrait prendre garde à l’influence néfaste de ce genre de publicité pour les voitures. Pour eux, c’est le même principe, que le tabac, vendre, gagner des sous, le reste ce sont les services d’oncologie et les services des urgences. On devrait écrire comme pour la publicité sur les cigarettes sur chaque paquet, au bas de chaque publicité sur les voitures: «ROULER TUE». Mais les grandes marques de voitures essayent toujours de rouler tout le monde et tuent toutes résistances en y mettant le paquet-cadeau et après moi, le déluge de la contrefaçon qui continue avec de la pièce de mauvaise qualité. La mort est d’une violence inouïe, même pas le temps de dire adieu à son monde à cause d’un roulement, de mauvaises plaquettes de frein… de pneu neuf qui éclate et que sais-je encore? Votre mentalité est au bout de chaque produit fabriqué par ceux qui veulent vous la conserver intacte pour l’éternité, frigorifiée, dans un emballage hermétique: vos croyances, votre scolastique moyenâgeuse sans les célèbres conversations et dans le silence complice, des démocraties occidentales. Plus aucune révolution possible n’est envisageable, le bouc émissaire désigné contre qui elle sera probablement fomentée est fluctuant, abstrait, voire absent, un mirage, polymorphe, aucune idéologie ne se porte volontaire pour le faire, aucune idéologie ne peut s’offrir le luxe de la lutte, celle des idées entre autre, il n’y en a plus, on n’en vend plus que les idées contrefaites: et ces idées là, tuent, et cela jusqu’au nihilisme intégriste, jusqu’au fatalisme religieux convaincu de sa juste cause.

Point de Vue: Contrebande, contre loi?

La contrebande cause apparemment un grand préjudice à l’économie nationale. C’est un «proche parent» de l’informel, mais pratiqué à une échelle extraterritoriale. Ce sont des bandes, à l’instar de ceux qui font le trafic de la drogue ou des armes. Par là, ils deviennent une menace potentielle pour la sécurité nationale. Le danger de la contrebande s’avère particulièrement, imminent lorsqu’il ...

Lire la suite...

Pôle & Mic: Pré-campagne électorale «morose»?

Des candidats sont déjà en campagne pour les législatives. Une campagne souvent «discrète» avec l’objectif de rassembler autour de la liste électorale de la localité les militants des partis et les «dignitaires» des villes et villages. Une pré-campagne qui ne concerne que les partis au pouvoir où dès maintenant, on négocie les places lors des locales. Tout soutien à un ...

Lire la suite...

Plus belle la vie: L’âne de Buridan

Nous avons trop de bonheur qu’il faut exporter avec les hydrocarbures, ça équilibrera la balance commerciale et ça permettra de renflouer les caisses qui commencent à se vider, avec beaucoup de joie de vivre. Et nous irons aux urnes, citoyens, voter et avec joie, encore! Car on n’est pas un peuple morose, c’est ainsi que nous le confirme une étude, ...

Lire la suite...

Point de Vue: Devises de la diaspora

Les transferts de la communauté algérienne vivant à l’étranger en devises, serait dans les environs de deux milliards de dollars. Trouvez-vous ce chiffre quand même important ou le contraire? S’il s’avère important pour les banques ayant un déficit de liquidités en devises ou aidant à financer les opérations d’importation, il n’en demeure toutefois, bien en dessous des aspirations, vu le ...

Lire la suite...

Ca suffit, les SES ne doivent plus être une cible! »..pour satisfaire les vieilles lunes de ceux qui veulent que se multiplient les travailleurs résignés, et les consommateurs drogués à la croissance, plutôt que des citoyens critiques

20150119_111841.jpgLe Pisciacais Stefan de FranceWeb, sa révolution : la ville connectée. avec PoissySmartCity, Ne me regardez pas ! Regardez avec moi ! “Demain nous bâtiront un réseau digital et interactif constituant un miroir numérique du monde réel“PoissyWebInitiative,

Agilité, culture, générations, mutations, talents.... Défis et réponses

Qui veut la peau des sciences économiques et sociales?

Dans les enquêtes télévisuelles de Columbo [avec un U], l’histoire commence par un meurtre, l’inspecteur cherchant simplement à confondre le meurtrier. Dans notre enquête, notre Colombo a compris que le corps des enseignants était lui bien vigoureux, et qu’il n’allait pas se laisser trucider, pour satisfaire les vieilles lunes de ceux qui veulent que se multiplient les travailleurs résignés, et les consommateurs drogués à la croissance, plutôt que des citoyens critiques. Les profs de SES, pour se protéger ne vont pas utiliser des boucliers humains, mais ils invitent tous ceux, femmes et hommes, électeurs de gauche ou de droite, employeurs ou employés, cadres supérieurs ou chômeurs qui ont suivi des cours de SES, et estiment que ces cours les ont aidés à devenir des citoyens mieux informés, plus autonomes, à dire: « Ca suffit, les SES ne doivent plus être une cible! »

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu