Avertir le modérateur

17/12/2013

The role of higher education in entrepreneurship goes far beyond classroom teaching and incorporates participation in business ecosystems, partnerships and industrial alliances.

Projects to support entrepreneurship education, Nine projects co-funded by the Commission have already benefitted roughly 6 500 students and young people and 900 teachers...

Entrepreneurship education key to sustainable economic upswing,Education is an essential element of entrepreneurship. Studies show that students who receive entrepreneurship education are not only more likely to be employed, but also more likely to start

Enterprise & Industry Magazine

Entrepreneurship education key to sustainable economic upswing

All rights reserved © Thomas_EyeDesign/iStockphoto

Education is an essential element of entrepreneurship. Studies show that students who receive entrepreneurship education are not only more likely to be employed, but also more likely to start their own companies. With that in mind, the European Commission has proposed a series of actions that will help expose students to entrepreneurship and, as a result, help create jobs throughout Europe.

Entrepreneurial education is one of the best ways to support growth and generate jobs. New businesses are the single biggest source of new jobs in Europe – and education, to be sure, helps create businesses.

Between 15 % and 20 % of secondary-school students who participate in a mini-company programme – in which students develop or simulate the operations of a real firm – will later start their own companies. This figure is three to six times higher than the general population, highlighting the impact that entrepreneurial education can have on young Europeans.

And even those who don’t start businesses are still better positioned in the job market. According to recent research, 78 % of entrepreneurship education alumni were employed directly after graduating university, compared to just 59 % of a control group of higher education students.

The role of higher education in entrepreneurship goes far beyond classroom teaching and incorporates participation in business ecosystems, partnerships and industrial alliances. With high-tech and high-growth enterprises becoming a focal point of entrepreneurship-related public policies, higher education institutions are an essential component of Member State and EU innovation policies.

However, despite the obvious benefits afforded by this type of specialised education, a recent Eurobarometer Entrepreneurship survey shows that three-quarters of Europeans have never taken part in an entrepreneurship course. Thus, in order to exploit the potential of entrepreneurship education and promote the Entrepreneurship 2020 Action Plan, the Commission is proposing a number of actions, including those to:

  • reinforce cooperation with Member States to introduce entrepreneurship education in each country;
  • support public administrations wishing to learn from successful peers;
  • develop a pan-European entrepreneurial learning initiative for impact analysis, knowledge sharing, development of methodologies and peer mentoring;
  • collaborate with the Organisation for Economic Cooperation and Development to establish a guidance framework to encourage the development of entrepreneurial schools;
  • disseminate the entrepreneurial university guidance framework, and facilitate exchanges between universities interested in applying it.

Member States are encouraged to:

  • ensure that the key competence ’entrepreneurship’ is embedded into curricula across primary, secondary, vocational, higher and adult education before the end of 2015;
  • offer young people at least one practical entrepreneurial experience before leaving compulsory education, such as running a mini-company or being responsible for an entrepreneurial project for a company or a social project;
  • boost entrepreneurial training for young people and adults with resources which support national job plans, particularly as a tool for second-chance education for those not engaged in education, employment or training;
  • promote entrepreneurial learning modules for young people participating in national Youth Guarantee schemes.

Projects to support entrepreneurship education

Nine projects co-funded by the Commission have already benefitted roughly 6 500 students and young people and 900 teachers. Together, these projects’ indirect effects – which come from dissemination, information activities, production of pedagogical materials, etc. – ensured that they reached at least 100 000 young people.

However, the added value of these European projects lies in their potential for extension, transfer and wider dissemination within the Member States:

  • The Entrepreneurship Summer Academies gave 320 higher education professors, lecturers and assistant professors advanced training on how to teach entrepreneurship. All of these educators committed to become ambassadors of entrepreneurial learning in their respective institutions, thus ensuring a multiplier effect.
  • Creative, innovative pedagogical materials were prepared to be used in the classroom. Work on real business cases is one of the most effective ways to learn about entrepreneurship, but this method is not yet sufficiently widespread, and very often case studies are imported from the United States and do not have a local, European dimension. Thanks to this initiative, 88 new case studies were created, all based on European businesses.
  • Seven new projects aim to address some of the main obstacles that still stand in the way of increasing entrepreneurship educationand student participation, such as:
    • training primary, secondary and higher education teachers, because qualified teachers are the largest bottleneck in providing entrepreneurship education;
    • creating a European online platform for educators to facilitate peer coaching, mentoring and advising to broaden support and exchanges beyond national borders;
    • developing new methods and indicators to assess entrepreneurial skills acquired by students.

Among the project coordinators and partners are some of the most important players in the field, like leading universities in entrepreneurship, NGOs and research institutions.

Contact

 More information available online at:

http://ec.europa.eu/enterprise/policies/sme/promoting-ent...

10:22 Publié dans 21CenturyWebArchive, Archive21stCentury, Articles, Business, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Délinquance : les étrangers commettent un quart des vols en France, «L'évolution du profil des personnes mises en cause pour vols par la police nationale en France métropolitaine de 2008 à 2012».Plus de 40.000 étrangers mis en cause

Le métro parisien, lieu de prédilection pour les pickpockets et les voleurs.

 

Selon l'Observatoire national de la délinquance, la part des étrangers dans les vols «s'est appréciée de plus de 10% en quatre ans». Leur proportion a doublé chez les mineurs, surtout les Roumains, triplé chez les Tunisiens, quadruplé chez les Géorgiens.

«L'évolution du profil des personnes mises en cause pour vols par la police nationale en France métropolitaine de 2008 à 2012». Sous un titre clinique, l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), dirigé par le criminologue Christophe Soullez, s'attaque à un sujet sensible: la distinction entre Français et étrangers dans la délinquance, selon le type de vol, mais aussi selon la nationalité des mis en cause, en séparant les majeurs et les mineurs.

Ce travail de fourmi est basé sur des extractions du Stic, le fichier d'antécédents judiciaires, qui constitue le principal outil de travail de la police. Le constat alors dressé par Cyril Rizk, statisticien incontesté de l'Insee, se veut le plus objectif possible: «On peut affirmer que l'hypothèse selon laquelle la part des étrangers au sein des auteurs de vols s'est fortement élevée entre 2008 et 2012 est très vraisemblable», écrit l'auteur de l'étude.

Plus de 40.000 étrangers mis en cause

Tout a été quantifié. «En 2012, la police a mis en cause 151.885 personnes pour vols (…) parmi lesquelles on dénombre 36.210 femmes, soit 23,8% des personnes mises en cause, 49.487 mineurs, soit 32,6% et 40.670 personnes de nationalité étrangère, soit 26,8%». Les étrangers pèseraient ainsi plus du quart des vols commis en France. En tout cas, ceux identifiés par la police. Et encore ce chiffre n'intègre-t-il pas ce que la gendarmerie enregistre, pour sa part, dans les zones rurales et périurbaines placées sous sa responsabilité.

Globalement, la part des étrangers dans les vols «s'est appréciée de plus de 10% en quatre ans». Or, «pour moitié», selon l'ONDRP, cette hausse «s'explique par celle des mis en cause de nationalité roumaine ou d'Europe balkanique», en intégrant la Bulgarie, l'Albanie et les pays issus de l'ex-Yougoslavie. Les étrangers d'Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Égypte) ont représenté, pour leur part, un quart de cette hausse, les Tunisiens mis en cause voyant leur proportion tripler en quatre ans. Dans le même temps, la part des Géorgiens mis en cause pour vols a quadruplé.

Les contrecoups de la révolution arabe

L'ONDRP a voulu analyser la hausse de ces vols commis par des étrangers selon le type de délit: 57% sont des vols sans violence, 36% des vols à l'étalage et 7% des vols avec violence. Pour cette dernière catégorie d'infraction, la part des étrangers est passée en quatre ans de 12,7% à 19,5%. Avec une spécificité que les criminologues ont souhaité relever: près de 60% de la hausse des vols avec violence est le fait de ressortissants d'Afrique du Nord. L'ONDRP s'interroge ici ouvertement sur le lien possible entre l'explosion d'une délinquance de subsistance et la révolution arabe en 2011, notamment tunisienne, qui a vu affluer en France nombre de jeunes hommes sans ressources.

Pour le reste, l'ONDRP avance d'autres explications. «Les vols commis en France connaîtraient une mutation car, d'après l'Observatoire, une part croissante de leurs auteurs serait des personnes entrées sur le territoire national pour une période transitoire au cours de laquelle ils commettraient des vols au profit d'organisations criminelles».

Les experts citent notamment le cas des jeunes filles roumaines ou de l'ex-Yougoslavie, à qui l'on doit l'essentiel du doublement en 4 ans de la part des femmes mineures mises en cause pour vols en France. Elles s'illustrent tant dans les vols à la tire que dans les vols à l'étalage, les vols avec effraction, escalade ou fausses clés, mais aussi les vols liés aux véhicules à moteur.

De jeunes Roumaines victimes de réseaux mafieux

Sur quelque «5300 personnes» mises en cause par la police pour les seuls vols à la tire, on estime, grâce au Stic, que «près de 30% d'entre elles sont des filles de moins de 16 ans de nationalité roumaine ou d'ex-Yougoslavie», affirme l'ONDRP. Ses spécialistes poursuivent: «Dans le cas des mineurs, qui sont parfois très jeunes, on peut penser qu'ils agissent sous la contrainte de réseaux criminels qui leur imposent un quota quotidien de vols, ce qui s'apparente à une forme de traite des êtres humains.»

Selon l'Observatoire, «en choisissant des modes opératoires d'une faible gravité -au sens pénal du terme- vols à la tire, vols à l'étalage, cambriolages sans violence, les réseaux de criminalité organisée se seraient investis plus fortement ces dernières années dans une activité illégale dont la rentabilité économique reposerait sur l'effet de volume (nombreux vols dont le butin est peu élevé) ou sur la valeur (vols d'or dans les habitations et de métaux, comme le cuivre, dans les infrastructures ou sur les chantiers).»

Une étude qui ne manquera pas d'être commentée.

 

08:55 Publié dans Archive21stCentury, Articles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

14/12/2013

Prenons l'exemple des opticiens.Pour les taxis, la démonstration a été éloquente.Quant aux cheminots, ils ont fait grève,Autant de symptômes d'une une France, qui rêve de compétitivité, mais en refuse obstinément les conditions. Hélas !

Ces mille lignes Maginot qui bloquent la France

 LE MONDE |12.12.2013 à 12h48 • Mis à jour le12.12.2013 à 15h44

 Abonnez-vous

à partir de 1 € Réagir Classer

Partager google + linkedin pinterest

Edito du Monde. La France est-elle irréformable ? Paralysée par ses corporations et ses castes, ses privilèges et ses chasses gardées, ses statuts et règlements ? Impuissante à bousculer totems et tabous ? Décidément plus féodale que républicaine ? Désespérément attachée à la rente et rétive au risque ? Sans autre point commun que la crispation sur les droits acquis, quelques épisodes récents semblent le démontrer.

 Prenons l'exemple des opticiens. En septembre, un rapport au vitriol de la Cour des comptes dénonçait ce marché peu concurrentiel et opaque : les lunettes sont, en France, deux fois plus chères que dans les autres grands pays européens, à peine remboursées par la Sécurité sociale et plus ou moins aveuglément couvertes par les mutuelles.

 Lire notre synthèse : Le gouvernement s'attaque à la rente des opticiens

 L'examen du projet de loi sur la consommation donne aux parlementaires l'occasion de réagir : ils viennent d'adopter, au Sénat, des dispositions ouvrant davantage ce secteur à la concurrence, notamment sur Internet. Immédiatement, la corporation des opticiens pousse des cris d'orfraie, dénonce un « procès d'intention révoltant », invoque la sécurité sanitaire des Français… On verra, à l'Assemblée, le 16 décembre, si ce lobby aura été assez influent pour défendre son monopole.

 Pour les taxis, la démonstration a été éloquente. En octobre, le gouvernement s'apprête à libéraliser – un peu – cette profession réglementée et notoirement malthusienne : il s'agit de favoriser l'activité des opérateurs de véhicules de tourisme avec chauffeur et d'assouplir les règles d'abonnement à ce type de service. Il ne faudra pas plus de deux jours à la corporation des taxis pour faire capoter ce projet : une menace de blocage de la capitale a suffi pour faire reculer le gouvernement.

 C'est, aujourd'hui, ce qui menace le ministre de l'éducation nationale. Dans le cadre du chantier de la réforme du statut des enseignants, il voulait retoucher les obligations des professeurs de classes préparatoires aux grandes écoles. Mal lui en a pris, si l'on en juge par la fronde virulente qu'il a déclenchée. Voilà la France des « prépas » en révolte, l'Elysée fort embarrassé, et tout le dossier qui risque d'être gelé.

 Quant aux cheminots, ils ont fait grève, le 12 décembre, pour protester contre la réforme de la SNCF. Peu importe que ce projet vise à stabiliser la dette du système ferroviaire (40 milliards d'euros, une paille !) et à préparer l'ouverture à la concurrence européenne du transport de voyageurs. La crainte majeure, en dépit des engagements de l'entreprise, est de voir remis en cause un statut très protecteur.

 Autant de symptômes – mais il en est bien d'autres – d'une France parcourue par mille petites lignes Maginot derrière lesquelles chacun espère se retrancher et se protéger. D'une France d'autant plus frileuse qu'elle sent le gouvernement affaibli et à la merci de la moindre fronde. D'une France, enfin, qui rêve de compétitivité, mais en refuse obstinément les conditions. Hélas !

09:53 Publié dans 21CenturyWebArchive, Archive21stCentury, Articles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu