Avertir le modérateur

03/05/2016

TOURISM 2016 - International Conference on Global Tourism and Sustainability,aims at discussing the role of tourism with reference to the adoption of the Post-2015 Development Agenda, namely the Sustainable Development Goals (SDGs), Improving countries .

travel & tourism building,construction & architecture conferences & trade fairs culture,society & lifestyle world & regionalTOURISM 2016 - International Conference on Global Tourism and Sustainability

Date: 12-Oct-16 to 14-Oct-16
Location: Cultural Centre of Lagos / Lisbon / Portugal
Category: Travel & Tourism Building, Construction & Architecture Conferences & Trade Fairs Culture, Society & Lifestyle World & Regional
TOURISM 2016 – International Conference on Global Tourism and Sustainability aims at discussing the role of tourism with reference to the adoption of the Post-2015 Development Agenda, namely the Sustainable Development Goals (SDGs). The World Tourism Organization (UNTWO) highlights/ emphasizes the role of tourism regarding the SDGs related to inclusive and sustainable economic growth (Goal 8), sustainable consumption and production (Goal 12), and the sustainable use of oceans and marine resources (Goal 14) (UNTWO, 2015).

However, as stated in the same document, as a global activity, tourism has a broader influence on sustainability goals and may contribute to the implementation of all SDGs by:

- Improving human and communities’ welfare, by reducing poverty and hunger;
- Improving countries development as well as citizens’ equality, health, education and inclusivity;
- Promoting the preservation of cultural identities and cultural and natural heritage;
- Contributing to gender equality;
- Ensuring access to resources (water, energy) and food in an affordable way, as well as sustainable production and consumption;
- Promoting partnerships, economic growth and fair work;
- Building low impact infrastructures;
- Reducing actions and procedures that contribute to climate change;
- Protecting terrestrial and oceanic ecosystems.

Thus, the commitment of tourism activities with sustainability goals endorses new ways of thinking, planning and managing tourism activities. Awareness on these questions embraces all the actors (politicians, investors, companies and citizens) that may decide, from their different standpoints, on how to take the road of sustainability. In the future, travelling, for instance, will be more demanding, regarding sustainability goals, and will certainly change the paradigm of tourism.

Tourism sustainability goals will certainly bring many changes, from the way tourists travel, to the way infrastructures are built, the way local people interact with visitors, or the way urban and rural landscapes and natural areas accommodate the flow of tourists.

Tourism is not a ‘gold mine’, but may be part of the solution for local and regional development, for natural and cultural preservation and for bringing closer different people, thus paving the way for a more equal and conscious global community.

TOURISM 2016 - International Conference on Global Tourism and Sustainability invites all researchers, academics and practitioners in the field of tourism and sustainability to contribute to this discussion by presenting their work and research at this scientific and cultural event.

 

Visitors

Academics, researchers, tourism professionals, architects, engineers, public decisors, students

 

Exhibitors

No exhibition area.

 

Go to event website

FRANCEWEB un réseau d’intelligence collective !Bâtir la confiance avec les communications numériques, Nouvelle société du savoir, projet architectural majeur du 21ème siècle,Une attitude face à Internet, aux bases de données, à l'accès à l'information.

Chaque année, la façon dont les individus, que ce soit dans un contexte personnel ou professionnel, communiquent entre eux évolue de façon spectaculaire. Les cadres dirigeants de tous les secteurs doivent s'en rendre compte, sous peine d'être distancés.

 - Fondateur et PDG de Xinfu
M. Steve Tappin est un ami des chefs d'entreprise et dirigeants de certaines des plus grandes entreprises du monde. Il présente la série télévisée "CEO Guru" diffusée sur la BBC et est le fondateur et PDG de Xinfu et l'auteur de livres Les Secrets de chefs de la direction et des rêves pour durer. Via Xinfu, Steve coache des entrepreneurs occidentaux qui souhaitent créer des sociétés en Chine et aide les entrepreneurs et dirigeants chinois à bâtir des entreprises mondiales.. Il est également classé dans 200 meilleurs influenceurs mondiaux sur la LinkedIn.

En tant que confident, ami et partenaire commercial de nombreux cadres dirigeants, je sais combien il est difficile d'être PDG et comment la pression des postes de haut niveau peut être dévorante.
 
Mais, que ce soit avec les membres de leurs équipes de direction, leur personnel ou le reste du monde, il existe pour les cadres dirigeants un besoin évident de créer des liens profonds et de faire preuve de leadership dans l'utilisation des technologies que la plupart d'entre nous utilisons désormais quotidiennement.
 
Bâtir la confiance avec les communications numériques
 
Chez Xinfu notre travail se concentre sur le soutien aux PDG dans le ciblage d'objectifs à court et à long terme et, au bout du compte, dans l'accomplissement de leurs rêves et leurs ambitions en tant que leaders de l'entreprise. Une grande partie de cette activité réside dans le développement des relations de confiance entre les dirigeants et les écosystèmes des sociétés plus grandes, mais cela implique aussi de plus en plus le reste du monde, et les technologies peuvent jouer un rôle clé.

À l'heure actuelle, la simple évocation des réseaux sociaux ou des plateformes de blogs suffit souvent à donner des sueurs froides aux PDG. Mais des pionniers comme Sir Richard Branson de Virgin ou Marrissa Mayer de Yahoo exploitent déjà le potentiel de ces plateformes et deviennent des voix d'influence et de leadership claires, non seulement au sein de leur entreprise, mais également dans leur secteur et dans le monde des affaires en général.
 
Aujourd'hui, un obstacle notable à l'engagement des PDG envers les outils de communication basés sur la technologie est le sentiment que leurs rendements ne sont ni clairs ni certains. De nombreux hommes et femmes d'affaires se concentrent naturellement sur le potentiel de rendements spécifiques de toute situation donnée, mais à mon avis, les meilleurs dirigeants d'entreprise sont plus préoccupés par ce qui pourrait être possible et par la situation à plus long terme.
 
J'ai une bonne compréhension de comment les cadres exécutifs de Virgin opèrent, et je ne peux m'empêcher de citer Sir Richard Branson comme un grand exemple à suivre dans ce domaine. Lui et d'autres se sont rapidement rendus compte du potentiel des médias sociaux et des autres outils de communication.
 
Évaluation des nouvelles technologies
 
Reste à déterminer quel genre d'impact auront l'engagement entre les PDG et le reste du monde ainsi que la croissance du travail mobile. Cependant, ce qui est certain c'est que ces outils, dans une forme ou une autre, sont là pour rester et ils ne devraient pas être ignorés par les PDG ou par les leaders d'entreprise à tout niveau d'influence.
 
La gamme d'outils disponibles pour nous tous aujourd'hui était inimaginable il y a seulement quelques années, mais maintenant nous tenons tout cela pour acquis. Du point de vue d'un PDG, il est important de ne pas se laisser entraîner par les dernières tendances, mais il est également impératif de ne pas se laisser distancer.
 
Les différentes organisations doivent toujours prendre en compte des considérations particulières et les entreprises du numérique, peut-être plus que quiconque, seront conscientes du potentiel que les nouvelles technologies pourraient avoir. Mais que nous parlions d'organisations nouvelles et basées sur Internet ayant leurs racines dans l'ère du numérique, ou d'opérations de longue date avec une empreinte globale, la clé est toujours de garder à l'esprit qu'il faut faire des affaires à un niveau humain.
 
Les profits et les retours sur investissements sont indéniablement vitaux pour toute entreprise, mais posséder une stratégie et un leadership clairs pour guider tous les aspects d'une entreprise est encore plus crucial sur le long terme. Pour les PDG et quiconque aspire à ce niveau de leadership, une vision claire est essentielle et, pour les entreprises de toutes sortes, cette vision devra impliquer de plus en plus un éventail de technologies comme moyens de réaliser des liens profonds et précieux.

30/04/2016

Joseph Schumpeter et le rôle de l´entrepreneur, Schumpeter estime, que l´apparition de monopoles est un moyen de prolonger la dynamique de l´entrepreneur, Selon lui, l´entrepreneur ne peut enrichir la société que s´il évolue dans un environnement social .

Joseph Schumpeter et le rôle de l´entrepreneur

article de Jean-Marc Daniel ( professeur à l´ESCP-EAP).
Le Monde daté du mardi 31 octobre 2000
 

Le courageux qui, armé de crédits bancaires, fonde une entreprise et contribue ainsi à la croissance économique a trouvé son défenseur le plus illustre au milieu du XXe siècle en la personne de Joseph Schumpeter, à un moment où le capitalisme et la libre entreprise doutaient d´eux-mêmes. Le nom de cet économiste autrichien est tellement associé à la réflexion sur le créateur d´entreprise que l´on parle souvent d´« entrepreneur schumpétérien ». Pourtant sa contribution à la science économique ne se limite pas à la défense de l´audace entrepreneuriale et compte parmi les plus originales et les  plus importantes qui soient;  Joseph Schumpeter naît en 1883, à Triesch, une ville austro-hongroise aujourd´hui tchèque. Sa famille de culture germanique y est propriétaire d´importantes usines textiles. Il se consacre à l´étude du droit, puis attiré par les mathématiques et fasciné par les cours de Böhm-Bawerk, un des économistes les plus en vue de l´université de Vienne, il s´oriente vers l´enseignement de l´économie. 

Auteur prolixe, bon pédagogue, il ne se contente pas d´être un théoricien. L´effondrement de l´empire des Habsbourg le pousse à s´investir dans la lutte pour la survie d´une Autriche réduite à sa plus sim ple expression géographique. En 1919, il est ministre des finances d ans un gouvernement dominé par les socialistes, bien qu´il se méfie de leurs idées.

Après avoir vainement tenté de créer une monnaie stable et d´endiguer l´inflation, il démissionne pour présider la Biedermannbank. La faillite de celle-ci en 1928 et le climat de violence politique qui règne en Autriche l´incitent à partir pour occuper une chaire à Bonn. La montée du nazisme l´oblige à quitter l´Allemagne en 1932 pour Boston, où il finira ses jours, après plusieurs années d´enseignement à Harvard.

Ses cours portent à la fois sur l´histoire de la pensée économique à laquelle il consacre un énorme livre, véritable somme qui aujourd´hui encore n´a guère d´équivalent, et sur ses propres théories, dont l´originalité s´affirme autour de trois idées.

La première concerne la notion d´équilibre, sur laquelle a été centrée la science économique depuis ses origines. Celle-ci s´est construite comme une recherche du mode d´organisation de la production et de l´échange qui garantisse la meilleure répartition des richesses. Les réflexions favorables ; ou critiques ; au marché ont reposé sur une approche statique, dans laquelle la croissance est liée à l´évolution de la population et à une intégration régulière et continue du progrès technique.

Schumpeter se démarque de cette démarche en soutenant que l´économie obéit à un processus dynamique entretenu par quelques individus, les entrepreneurs, qui combinent esprit de décision et capacité à découvrir, dans la masse des innovations scientifiques, celles qui permettront l´augmentation de la productivité et celles qui satisferont une demande non encore révélée. La croissance économique résulte d´un mécanisme de création;destruction, où des entreprises obsolètes font faillite et cèdent la place à celles dont les fondateurs ont conçu des produits nouveaux correspondant à l´attente des consommateurs.

Ses travaux l'incitent également à s´intéresser à la notion de concurrence et au fait qu´elle a tendance à s´autodétruire. Alors que les libéraux jugent cette évolution néfaste, considérant que seule la concurrence conduit à l´équilibre économique, et que les marxistes y voient l´annonce de la disparition du capitalisme, Schumpeter estime, au contraire, que l´apparition de monopoles est un moyen de prolonger la dynamique de l´entrepreneur. Pour se sauver en situation de concurrence, une entreprise doit sans cesse réduire ses prix, donc laminer ses profits et se priver, par conséquent, du financement de ses investissements.  Le monopole, libéré de cette contrainte, peut dégager, en augmentant ses prix, des moyens qui lui permettent d´investir et de financer la recherche scientifique indispensable à l´émergence de nouveaux produits. Schumpeter explique évidemment qu´il y a des limites à ce raisonnement et qu´un monopole ne pourra abuser de la situation sous peine de voir les consommateurs boycotter ses produits si les hausses de prix devenaient intolérables.

Son troisième apport porte sur l´évolution à long terme de la société. Rendu profondément pessimiste par l´histoire européenne des années 30, il publie en 1942 Capitalisme, socialisme et démocratie, où il prédit l´avènement de l´économie planifiée. Selon lui, l´entrepreneur ne peut enrichir la société que s´il évolue dans un environnement social et culturel favorable. Or il est en butte à l´envie suscitée et entretenue par les mouvements totalitaires, fasciste et bolchevique. Progressivement écœuré, l´entrepreneur finira par abandonner la partie, précipitant l´économie vers le déclin et livrant la société aux extrémistes de tout bord. Aux yeux de l´économiste autrichien, l´entrepreneur est donc appelé à être supplanté comme élément moteur de la société par le planificateur.

Schumpeter meurt en 1950, désabusé à la fin d´une vie heurtée ; il a dû fuir à plusieurs reprises et s´est marié trois fois ; et las d´un monde où le stalinisme semble irrésistible. Il laisse, outre une oeuvre considérable, une multitude d´anciens élèves. Beaucoup d´entre eux, pourtant, s´emploieront à diffuser les idées de Keynes, alors qu´à la mort de ce dernier Schumpeter avait émis des réserves sur ses théories, pronostiquant que les politiques de déficit budgétaire finiraient davantage par l´explosion de l´inflation que par la réduction du chômage.  Perspicace sur les défauts du keynésianisme, Schumpeter s´est néanmoins laissé aveugler, comme beaucoup, par les prétendus succès de l´URSS. Le triomphe du planificateur qu´il avait cru définitif fut de courte durée. Ce dernier a quitté la scène historique, avec pour tout bilan une pathétique faillite économique et morale. Aujourd´hui, l´économie mondiale connaît de nouveau une forte croissance grâce au dynamisme de quelques jeunes gens férus de nouvelles technologies que les professeurs d´économie qualifient doctement d´« entrepreneurs schumpétériens », redonnant toute leur actualité à ses premières intuitions.

 

Webmaster : P.Déchamps (envoyez vos textes au format Word)
Copyright © 1999 management et entreprise INSA de Lyon     Dernière modification : 10 juillet 2001

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu