Avertir le modérateur

18/11/2017

"Monde arabe: les racines du mal", le livre de Bachir El Khoury qui analyse les maux du monde arabe (INTERVIEW) HuffPost Tunisie | Par Yassine Bellamine, L'occident s'est-il trompé dans sa stratégie vis-à-vis du monde arabe?

"Monde arabe: les racines du mal", le livre de Bachir El Khoury qui analyse les maux du monde arabe (INTERVIEW)

 
Publication: Mis à jour:
BASHIR EL KHOURY

En marge de la parution du livre "Monde arabe: les racines du mal", vendredi au salon du livre de Beyrouth, le HuffPost Tunisie a interrogé son auteur Bachir El Khoury, journaliste et ancien responsable du service économique au journal "L'Orient le jour" sur ces maux qui traversent aujourd'hui le monde arabe mais également la Tunisie.

Sans langue de bois, l'auteur fait un diagnostic de la situation dans la région qui s'étend du Maghreb au Golfe mais présente aussi ses solutions. Interview.

HuffPost Tunisie: Vous venez de publier votre livre "Monde arabe: Les racines du mal". Où selon vous les maux traversant le monde arabe puisent-ils leurs racines?

Bachir El Khoury: Les vrais maux du monde arabe résident dans l'absence, dans cette partie du monde, d'un développement réel - au sens large du terme - depuis au moins un demi siècle. Nous en payons le "prix" depuis 2010 sous différentes déclinaisons. Le monde arabe se dirigeait inéluctablement vers ce point de rupture et cette implosion aux divers éclats. C'est ce que j'essaie d'élucider, chiffres à l'appui, dans l'ouvrage. Le développement est un long processus ou cheminement qui devait commencer il y a très longtemps mais qui n'a jamais eu lieu dans cette région. Cela concerne aussi bien la dimension politique que celles liées à l'économie, à la société et à l'environnement.

Comment cela s'est manifesté?

Sur le plan politique, l'absence d'un système de gouvernance participatif, ainsi que les pratiques de terreur et d’oppression utilisées par des régimes basés sur le règne d'un homme, d'une famille ou d'un parti unique ont étouffé le désir de liberté intrinsèque à la nature humaine et exacerbé le sentiment d'injustice et d'exclusion.

Quant à la dimension économique, le monde arabe souffre depuis des années d'un chômage très élevé face à des économies improductives et incapables d'absorber une population de plus en plus nombreuse et jeune. Ce décalage entre deux fonctions, l'une exponentielle, l'autre constante, n'a cessé de croître jusqu'à devenir insoutenable. La population arabe a, en effet, quadruplé au cours des cinq dernières décennies, passant de 90 millions d'habitants en 1960 à plus de 400 millions l'an dernier tandis que l'infrastructure économique n'a quasiment pas changé d'un iota.

bashir el khoury

Ces réalités démographiques, couplées à l’arrivée des femmes sur le marché du travail dans certains pays, ont considérablement augmenté l’offre, face une structure rentière ou semi-rentière incapable de satisfaire des besoins croissants sur le marché. À titre illustratif, la population active arabe a augmenté trois fois plus que dans le reste des régions émergentes, entre 1996 et 2006. Conséquence majeure de cette réalité – à laquelle de nombreux dirigeants arabes sont restés totalement sourds ou indifférents –, le chômage des jeunes a atteint des pics mondiaux au cours de la décennie ayant précédé les soulèvements populaires, à 30 % en moyenne à l’échelle régionale. Dans certains pays, comme la Libye, celui-ci culminait même à 49%.

À ce fléau, accentué par le nombre croissant d'étudiants en cycle supérieur - ils sont plus de 400 000 diplômés chaque année à investir le marché du travail en Égypte, 150 000 en Algérie et près de 60 000 en Tunisie et au Maroc - s'est greffée ce que je qualifie dans mon essai de "trinité fatale": inégalités, pauvreté et insécurité alimentaire. À partir des années 1990, les disparités se sont, en effet, creusées davantage dans le monde arabe, sous l'effet, entre autres, de l'absence d'un système de redistribution équitable - lequel découle, dans certains pays, de l'inexistence même d'un dispositif fiscal, au vu de la structure rentière - ainsi qu'aux réformes néolibérales dictées par le FMI. Celles-ci ont profité davantage au cercle du pouvoir ainsi qu'aux détenteurs de capitaux, au profit des travailleurs. L’indice de Gini dans les zones urbaines d’Égypte a ainsi progressé de 34 % en 1991 à 37,5 % en 2005.

En parallèle, la dépendance alimentaire a sévi durant cette période. Dans le cadre des politiques d'infitah (ouverture) et de réformes dictées par les institutions de Bretton Woods, dont la contre réforme agraire, de nombreux pays de la région ont, en effet, abandonné les secteurs industriels et agricoles, alors que le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord souffrent déjà d’un faible potentiel agricole. En Egypte par exemple, la part de l’agriculture dans le PIB a chuté de 31% en 1972 à 13% en 2008. Il en a résulté une dépendance accrue aux importations, ainsi qu’aux fluctuations des prix à l'international. Avec l'hyperinflation des années 2000, cette dépendance pathologique est devenue excessivement coûteuse aussi bien pour la société que pour les régimes en place. Conséquence : déficits publics croissants tandis que des millions de ménages ont basculé en quelques années, voire en quelques mois, sous le seuil de pauvreté. En Égypte, près de 72 % de la population vivait avec moins de 4 dollars par jour en 2008. L’insécurité alimentaire a été aggravée par le phénomène de désertification et de stress hydrique, en l’absence de toute politique de prévention…

demonstration bread tunisia

Dernière racine transversale du mal arabe: la corruption rampante. 84% des pays arabes sont considérés comme "hautement corrompus" par l’ONG Transparency International. Selon la Arab Anti-Corruption Organization, près de 1 000 milliards de dollars – soit le tiers des revenus arabes cumulés – ont été “salis” par de multiples formes de corruption au cours de la deuxième moitié du XXe siècle.

D'ailleurs, peut-on selon vous parler d'un monde arabe, n'existe-t-il pas des mondes arabes?

Il existe des caractéristiques communes à l'ensemble des pays arabes, du Maghreb au Golfe en passant par le Mashrek: une structure économique rentière ou semi-rentière totalement inadaptée aux réalités démographiques et celle de la population active. Il faut savoir que la rente ne concerne pas uniquement le pétrole et le gaz. Il existe également des formes non-conventionnelles comme le tourisme, les transferts d'émigrés ou encore l'exploitation de sites stratégiques, comme le Canal de Suez. C’est le cas notamment de la Jordanie, où les transferts des expatriés pèsent à hauteur de 13 % du PIB, contre 15 à 20 % au Liban, pénalisant dans une large mesure l’entrain pour une croissance endogène basée sur la spécialisation industrielle, l’innovation et la productivité – seule garante d’un niveau d’emploi pérenne.

En parallèle, le chômage et le faible taux de participation à la population active n'épargnent désormais aucun pays. Même les riches monarchies pétrolières sont désormais menacées par ce phénomène.

Quant aux inégalités et à la pauvreté, elles sont également marquées dans la plupart des pays, y compris dans le Golfe. En Arabie saoudite, quelque 3 millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté à la veille du printemps arabe, soit près de 22 % de la population.

demonstration arab world

Cela dit, il existe, certes, des différences entre les divers pays ou groupes de pays de la région: il y a les exportateurs et importateurs de pétrole, les pays plus ou moins riches en eau et ceux totalement désertiques, mais aussi ceux dont les régimes économiques sont libéraux, sociaux de marché, ou autarciques. Au niveau de la révolution technologique, la fracture est, quant à elle, importante entre les pays du Golfe et ceux du Mashrek ou du Maghreb, etc.

Mais c'est justement cette fragmentation du monde arabe en plusieurs "mondes" distincts, voire méfiants les uns envers les autres, qui constitue une autre racine du malaise arabe et de sa pérennité; seule la création d'un bloc économique à terme permettra, en effet, de relever les nombreux défis développementaux de la région, surtout si celle-ci est construite dans un esprit de respect mutuel et de réelle coopération basée sur le principe de l’avantage comparatif. Le Soudan et le Liban sont, par exemple, riches en eau et en terres arables. Quant aux 11 pays pétroliers, parmi les 22 de la ligue arabe, ils concentrent 55 % des réserves pétrolières mondiales. D’autres pays sont riches en matières de capital humain ou d’histoire et de sites touristiques et naturels, etc. Mettre en commun toutes ces ressources ne peut être qu’à l’avantage de l’ensemble de la région.

Mais pour que ce projet se concrétise, il faut une prise de conscience collective, sur le plan arabe, de la nécessité de mettre fin aux cycles récurrents de violence et de guerres intestines et des vertus d’un projet panarabe constructif. Il faut également et surtout que s’estompe le cycle interminable d’interventions étrangères qui visent depuis les accords de Sykes-Picot et la déclaration de Balfour ou même depuis l'empire ottoman, à morceler la région et son unité, l'amputer ou la diluer. Enfin, il faudra aussi des personnalités ou des leaders visionnaires, désormais totalement absents ou absentés, à l’instar de Robert Shuman, Jean Monnet et Konrad Adenauer…

Dans votre livre vous revenez entre autres sur différentes causes économiques de ce malaise, avec notamment des racines socioéconomiques communes au despotisme, aux soulèvements populaires ainsi qu'à l'islamisme. Comment l'expliquez-vous?

Je vous donne deux exemples illustratifs. La manne pétrolière et l’absence de diversification économiques. Celles-ci ont renforcé la minorité au pouvoir, tandis que la majorité s’est retrouvée exclue et donc acculée à choisir entre l’exil, la révolte, ou l’adhésion à des groupes extrémistes. Idem pour les réformes néolibérales; en Égypte, la politique de l’infitah (ouverture économique) s’est accompagnée d’une montée du pouvoir économique de l’armée, qui contrôlait à la veille de la “Révolution du 25 janvier” le tiers de l’économie égyptienne, ainsi que d’une augmentation sensible du nombre d’entrepreneurs au sein de l’Assemblée nationale, à 83 membres en 2005, contre 37 en 1995, pour la plupart membres du parti de Hosni Moubarak. Ainsi, lorsque plus de 300 usines et entreprises publiques ont été privatisées au début des années 1990, les avoirs de l’armée sont restés intacts. Ce scénario s’est reproduit entre 2004 et 2011, tandis que les hauts gradés de l’armée ont été placés dans des postes-clés au sein de ces sociétés ou usines privatisées. Quant aux dizaines de milliers d’employés licenciés, suite à ces vagues de privatisation, ou d’autres victimes des réformes imposées par le FMI, ils se sont retrouvés au chômage ou sur le marché noir, et ont ainsi rejoint des mouvements protestataires civils ou des organisations et associations comme celle des Salafistes et des Frères musulmans…

demonstration islamist egypt

Vous dites que le printemps arabe se transforme en hiver, avec pour chaque pays ses propres démons, comment aujourd'hui ces pays et le monde arabe en général peuvent-ils en sortir?

Le monde arabe n'en sortira pas de sitôt. L'hiver est un passage obligé dans la succession des saisons. Le vrai printemps succédera à la période actuelle. Mais pour que l'hiver ne soit pas très long et dur, une prise de conscience et une action efficace s’imposent, aussi bien sur le plan local qu’au niveau des puissances étrangères et institutions internationales concernées par la chose arabe. Dans un premier temps, il faudra surtout mettre fin aux conflits qui ravagent la région, de la Syrie, au Yémen, en passant par la Libye et l'Irak. En parallèle, un vaste chantier de réformes économiques doit être mis en place, axée prioritairement sur une transition vers des économies post-rentières et la création massive d’emplois pour endiguer le phénomène de chômage parmi les jeunes.

"Le printemps arabe est peut-être mort aujourd’hui. Mais il peut encore être ressuscité" et cela passe nécessairement selon vous par "un printemps arabe socioéconomique". Pensez-vous qu'aujourd'hui, que les hommes politiques, autant que les citoyens du monde arabe et de Tunisie, ont suffisamment de maturité et de prise de conscience pour le mettre en mouvement?


Il y a ceux qui n'ont pas conscience de ces problèmes ou se sentent simplement impuissants face à leur ampleur, notamment parmi les citoyens et les "victimes" de la triple exclusion politique, économique et sociale, y compris ceux qui se sont enrôlés dans des partis extrémistes. Il y a ceux qui en sont conscients, notamment les personnes au pouvoir, qui profitent néanmoins d'un système de privilèges et ne sont donc pas facilement prêts à y renoncer, même si le séisme des révoltes populaires et de la montée des mouvances radicales a provoqué une certaine brèche à ce niveau. C'est pourquoi un travail de sensibilisation aux vrais problèmes et leur médiatisation s’impose afin de vulgariser la conscience des vrais enjeux, tandis que la pression populaire civile devrait se poursuivre.

L'occident s'est-il trompé dans sa stratégie vis-à-vis du monde arabe?

La stratégie d’ "élimination à la racine" du terrorisme, adoptée par l’Occident, notamment par les Etats-Unis, a coûté la vie, depuis presque vingt ans maintenant, à plusieurs centaines de milliers de soldats et de civils et drainé plusieurs milliers de milliards de dollars. Les guerres en Afghanistan et en Irak auront coûté jusqu’à 6 000 milliards de dollars à l’horizon 2050. Le comble est que ces guerres n’ont non seulement échoué à éradiquer le terrorisme, représenté par Al-Qaëda jusqu’en 2014, mais ont engendré un monstre d’autant plus dangereux que celui qui l’a précédé.

Si ces mêmes montants alloués aux politiques de lutte anti-terroristes avaient été investis dans l’éducation, l’emploi et l’éradication de la pauvreté – le coût global des guerres en Afghanistan et en Irak est de 70 à 100 fois supérieur aux dépenses publiques allouées à l’éducation dans l’ensemble du monde arabe et équivaut au montant nécessaire pour éradiquer la faim à l’échelle planétaire –, il ne fait aucun doute que la configuration serait aujourd’hui de loin meilleure aussi bien dans la région MENA qu’en Europe et ailleurs.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
 

FranceWebAsso,Société du Savoir,Un univers de possibilités,C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous ! C'est notre capital !Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances.Connecter, Trouver, Lire..l'exellence

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

FranceWebAsso 

Société du Savoir Groupe d'intérêts.jpg

 20150119_111926.jpg3smartphones.jpeg

Un univers de possibilités

 

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances. Ceci est notre engagement.

 

FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

C'est notre capital !

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Privilégier l'esprit d'équipe, le partage des savoir-faire et la solidarité, à la fois en interne et dans nos partenariats.
Mettre chacun en situation de réussite. Contribuer par la qualité individuelle à la performance commune.

Services uniques à la pointe pour que vous soyez plus compétitif.

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

IMPLIQUER TOUS LES CITOYENS DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION

13/11/2017

2027 : comment les géants américains et chinois contrôleront l’info, Entrepreneurs,MyNewsCenter*,StefanV.Raducanu*,MyWorldNewsCenter*, FranceWebNewsCenter*MyBusinessCenter*,MyBonheur,MyPoissy,+++

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

FranceWebAsso 

Société du Savoir Groupe d'intérêts.jpg

 20150119_111926.jpg3smartphones.jpeg

Un univers de possibilités

 

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances. Ceci est notre engagement.

 

FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

C'est notre capital !

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Privilégier l'esprit d'équipe, le partage des savoir-faire et la solidarité, à la fois en interne et dans nos partenariats.
Mettre chacun en situation de réussite. Contribuer par la qualité individuelle à la performance commune.

Services uniques à la pointe pour que vous soyez plus compétitif.

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

IMPLIQUER TOUS LES CITOYENS DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION

Participez à la grande soirée annuelle du Club des Partenaires IT, en partenariat avec Alliancy !« Du bâtiment à la ville : les 15 start-ups qui vont changer notre quotidien ! »computing,Actu de la semaine,« Conférences, Compétitions et Networking »

When You have Data, You Win !, We have BigData...for You !, We are Made in France

... Afficher la suite

Making a better Internet

Entrepreneurs,MyNewsCenter*,StefanV.Raducanu*,MyWorldNewsCenter*, FranceWebNewsCenter*MyBusinessCenter*,MyBonheur,MyPoissy,+++

"People say nothing is impossible, but I do nothing every day." - Whinnie The Pooh

"The entrepreneur is our visionary, the creator in each of us. We're born with that quality and it defines our lives as we respond to what we see, hear, feel, and experience. It is developed, nurtured, and given space to flourish or is squelched, thwarted, without air or stimulation, and dies."

Michael Gerber

Famous Business people : Richard Branson - Sergey Brin - Michael Dell - Walt Disney - Donald Trump - Warren Buffett - Henry Ford - Li Ka Shing - Ray Kroc - Nelson Mandela - Rupert Murdoch - Kerry Packer - Tony Robbins - Eckhart Tolle - Jack Welch - Oprah Winfrey - Steve Wynn - Zig Ziglar - more biographies

FRANCE WEB MEDIA DIGITAL

Créer et partager

La méthode FranceWeb consiste à faire découvrir et acquérir à une personne la compréhension des enjeux, des opportunités et des solutions à travers une attentive observation des faits au lieu de l’abreuver de concepts savants ou de théories préconçues.

Lac Bleu Tania,Courchevel.jpgFranceWeb est convaincu que cette méthode trouve un prolongement tout à fait pertinent et efficace en matière de conception et d’animation de stratégie de communication, de réputation et d’identité publique pour des dirigeants et des personnalités en recherche de visibilité et d’influence publique autant dans l’univers online qu’offline.

Audace guide l’innovation, la création et la réussite. Elle est la source d’inspiration, elle permet de transformer les projets les plus fous en réalité. Elle alimente la merveilleuse mécanique du rêve, de l’optimisme, du bonheur que chaque être humain trouve dans la réalisation de ses projets… et enfin dans la réalisation de sa destinée. Elle forge l’attitude des entrepreneurs … et elle doit continuer d’inspirer la création, l’innovation et donc porter la croissance économique.

Entrepreneurs,MyNewsCenter*,StefanV.Raducanu*,MyWorldNewsCenter*, FranceWebNewsCenter*MyBusinessCenter*,MyBonheur,MyPoissy,+++

"People say nothing is impossible, but I do nothing every day." - Whinnie The Pooh

"The entrepreneur is our visionary, the creator in each of us. We're born with that quality and it defines our lives as we respond to what we see, hear, feel, and experience. It is developed, nurtured, and given space to flourish or is squelched, thwarted, without air or stimulation, and dies."

Michael Gerber

Famous Business people : Richard Branson - Sergey Brin - Michael Dell - Walt Disney - Donald Trump - Warren Buffett - Henry Ford - Li Ka Shing - Ray Kroc - Nelson Mandela - Rupert Murdoch - Kerry Packer - Tony Robbins - Eckhart Tolle - Jack Welch - Oprah Winfrey - Steve Wynn - Zig Ziglar - more biographies

Richest Americans List 2009

Forbes released its list for the richest people in the US in 2009. For the fifth time in almost thirty years of the annual list, the net worth of the richest Americans fell over the last year from $1.57 trillion to $1.27 trillion, falling $3 billion from 2008.

2027 : comment les géants américains et chinois contrôleront l’info

La futurologue Amy Webb lit dans les data et ce n’est pas gai. Elle alerte les médias : la prochaine révolution techno est là. Et si vous ne la voyez pas… vous mourrez. Ça marche aussi pour les autres ! Interview.

Elle vit, pense et ne se projette qu’en chiffres. Amy Webb, journaliste et fondatrice du Future Today Institute, se définit comme une futurologue quantitative et passe la majeure partie de son temps à aider dirigeants et organisations à se préparer à la complexité des enjeux qui les attendent. En octobre dernier, l’experte en tendances technos médias présentait la 10ème édition de sa keynote annuelle « Tech Trends » et partageait son effroi concernant l’impact de la prochaine révolution technologique sur les médias et le journalisme.

J’ai peur. Plus encore de l’avenir du journalisme que de l’arsenal nucléaire nord-coréen. Car nous sommes entrés cette année dans une nouvelle ère technologique, celle de l’intelligence artificielle, qui va fondamentalement transformer le journalisme et donner tout le contrôle de la distribution de l’information à une poignée de géants du web américains et chinois.

Mort du mobile et des interfaces physiques au profit du Zero UI (une interface utilisateur invisible et sans écran où les gestes naturels déclenchent des interactions), avènement du wearable computing (le fait de porter à même le corps une interface informatique), contrôle de l’intelligence artificielle par les GAFAs et les BATX… La prochaine ère technologique est en marche donc, et « ce qui est en train de se profiler va profondément altérer le monde du journalisme », s’inquiète l’experte avant d’exposer une dizaine de tendances et certains des scénarios catastrophes qu’elle voit se dessiner pour 2027, concernant trois grands groupes de technologies. Soucieuse de partager ses prédictions et de faire des journalistes de véritables futurologues, la chercheuse a même décidé de partager l’intégralité de ses recherches en open-source.

EXTRAIT DE LA CONFÉRENCE 10 TECH TRENDS IN JOURNALISM / VISUAL COMPUTING :

Ou comment journalistes, gouvernements et entreprises pourront utiliser le machine learning et la reconnaissance de visages et d’objets (notamment via satellite), au service, ou au détriment de l’information.

Scénario optimiste – 0% de chances : ces nouveaux outils de reconnaissance visuelle se placent au service de reportages journalistiques plus immersifs : tout ce qui existe est répertorié visuellement et peut être vérifié.

Scénario pragmatique – 70% de chances : les médias perdent peu à peu le contrôle de l’information et peinent à développer un business model basé sur ces nouveaux outils. Les géants du web prennent le dessus et continuent de nourrir leurs algorithmes de données biaisées et/stéréotypées, ce qui favorise la propagation de fake news.

Scénario catastrophe – 30% de chances : l’informatique visuelle s’impose et le chômage frappe les journalistes. Il devient de plus en plus difficile de différencier les fake news d’informations valables et traitées avant leur mise en ligne

Qu'est-ce qui vous a vraiment poussé à partager vos recherches sur l’avenir du journalisme en open-source ?

Amy Webb : C’est un enjeu que je suis depuis mes débuts en tant que journaliste. J’ai vécu au Japon pendant plusieurs années, et j’ai été stupéfaite, en rentrant, de voir à quel point peu de recherches et de développement avaient été effectués sur le mobile aux États-Unis. Je venais d’un pays où les téléphones étaient en permanence connectés à Internet et capables de prendre des photos. Pour moi, il semblait évident que la prochaine itération d’Internet serait collaborative et leadée par des contenus mobiles. Même mes propres directeurs de rédaction ne voyaient ni l’urgence ni l’importance de la vague mobile, et j’ai remarqué que c’était un sentiment partagé par beaucoup d’autres.

Mon travail consiste à écouter les signaux faibles et à les suivre lorsqu’ils se déplacent. Je le fais en utilisant des données quantitatives et qualitatives. En général, je suis quelqu’un de pragmatique – je ne pars pas à la recherche des versions utopiques ou dystopiques de notre futur. Je décèle des modèles, ancrés dans le moment, que je trouve alarmants. Les agences de presse ne testent pas de nouveaux modèles d’entreprise pour la prochaine ère informatique. Les entreprises technologiques ne combattent pas vraiment la désinformation de manière significative. Ceux qui construisent la prochaine génération de nos outils et plateformes de communication ne partagent pas nécessairement les mêmes idées et valeurs que nous en matière de liberté d’expression. Donc oui, je suis inquiète. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de partager l’intégralité de mes outils, de mes recherches et de ma méthodologie au public. Je veux encourager tout le monde à penser comme un(e) futurologue.

EXTRAIT DE LA CONFÉRENCE 10 TECH TRENDS IN JOURNALISM / INTERFACES VOCALES : 

Si nous parlons déjà à Siri ou à Alexa, qu’en est-il de ces machines capables d’imiter la voix de n’importe qui à la perfection ? Facile de manipuler l’information en faisant dire à quelqu’un ce qu’il n’a jamais dit…

Scénario optimiste – 0% de chances : Les médias apprennent à vérifier la véracité de sons et de vidéos avant de les relayer. Les réseaux sociaux développent des outils de vérification et éliminent les fake news. L’information est de moins en moins biaisée.

Scénario pragmatique – 80% de chances : les médias peinent à s’adapter, leurs revenus s’amoindrissent et les fake news se multiplient. Les géants du web continuent leur petit bonhomme de chemin.

Scénario catastrophe – 20% de chances : les médias ne se sont jamais adaptés au Zero User Interface et font faillite. Les fakes news sèment des troubles sociaux et politiques, des émeutes prennent vie, nous entrons en cyber-guerre voire en conflit nucléaire.

09/11/2017

FranceWebGroup,FranceWebAsso,MyPoissySmartWeb,Invitez un ami,Soins, aide et accompagnement à domicile,Bien vivre sa retraite,Mieux Vivre chez soi,Associations de services à la personne,Les exposants,Les Conférences,Les Villages thématiques,

La plateforme

 FranceWebAsso  c'est Moi, c'est Vous, c'est Nous

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances. Ceci est notre engagement.Ne vous laissez pas déprimer par l'épais brouillard qui étouffe l'univers aujourd'hui. Ayez confiance en...

Voyez plus loin : un rai de soleil se dessine à l'horizon... Ayez confiance en l'avenir. Je vous souhaite une journée lumineuse, pour nourrir votre esprit, il n'est jamais trop tard pour apprendre

FranceWebAssociation 

Société du Savoir Groupe d'intérêts.jpg

 FranceWebGrouporganisation-intelligence-collective.jpg

Un univers de possibilités

 

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances. Ceci est notre engagement.

 

FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

C'est notre capital !

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Privilégier l'esprit d'équipe, le partage des savoir-faire et la solidarité, à la fois en interne et dans nos partenariats.
Mettre chacun en situation de réussite. Contribuer par la qualité individuelle à la performance commune.

Services uniques à la pointe pour que vous soyez plus compétitif.

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

IMPLIQUER TOUS LES CITOYENS DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Le travail collaboratif n’est pas obligatoire, il est incontournable. Les méthodes et outils pour collaborer, intégrer, formaliser, organiser, représenter et disséminer ce savoir, cette expertise et ces connaissances existent.

FRANCEWEB est organisé pour vous permettre de maîtriser ces méthodes et outils et de placer ainsi la e-collaboration au coeur de la compétitivité, de la création de valeur et de l'innovation de l’entreprise. Illustré par de nombreux cas concrets et s'appuyant sur l'expérience des membres, FRANCEWEB s'attache à développer une pédagogie de partage et de formalisation pratique exemplaire qui fait le succès reconnu de ces espaces de travail collaboratif.

FRANCEWEB favorise les échanges économiques, sociaux et culturels d'entreprises et territoriaux, le travail en réseau et met à la disposition de ses membres tout le savoir, afin de les aider concrètement dans leur développement.
Repérer ces savoirs, les enrichir, les développer; organiser le partage, leur cross fertilisation, leur inter multiplication pour accroître la création de valeur au service de l'individu, entreprise ou territoire, voilà l'ambition du FRANCEWEB.

Cette grande ambition se concrétisera si chacun d'entre nous, élu, décideur, chef d'entreprise, enseignant, citoyen est capable de la prendre à bras le corps, faisant preuve d'audace sur le plan créatif et que nous engagions des actions encourageantes pour les générations futures.

Son Programme

Son programme, pragmatique et ambitieux, vaste chantier concernant les ressources humaines, s’inscrit dans le droit fil de la société de l’information, à travers les territoires, favorisé par l’approbation des usagers de l’Internet et les forces vives de la collectivité (habitants, associations, entreprises, structures, réseau de l’éducation etc.) : cette pluralité des acteurs économiques permettant la complémentarité des approches des savoir-faire et des modes d’intervention indispensables à une mise en œuvre opérationnelle du développement durable dans la nouvelle société du savoir et de la connaissance. FRANCEWEB est à la recherche de partenaires ayant une forte expérience, ainsi que des compétences gravitant autour de trois pôles : social, économique, technologique.3poles.png

Sommes-nous en guerre contre le chômage....pdf

ePisciacais, le blog de l'Association France Web

ePisciacais, le blog de l'Association France Web,IciPoissyWebSmartCity,Human inside,PoissySmartCity & FranceWebSharing,The e-Global a Network,C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !La plateforme,

Des commersçnts, acteurs locaux, professionnels et collectivités locales.

La Ville Ingénieuse, intelligente et durable....l'ouverture sur le Monde, projet social, une contribution à la société du savoir et de la connaissance...servant comme démonstrateur à partir de solutions innovantes sur un Réseau horizontal.

"La plateforme permet un accès plus direct à la citoyenneté, elle permet de devenir citoyen de manière beaucoup plus quotidienne, assure StefanV.Raducanu, fondateur de SmartCity, Président de FranceWeb Association.

L’information à l’ère du digital 

« Le bien commun est au cœur de la smart city humaine »

StefanV.Raducanu, à 79 ans, "techno solidaire", artisan du Web Citoyen, empreinte digitale, Alexa, 20150119_111932.jpg

Dans le bureau les étagères sont pleines de boites remplies de disques, des livres, de cartes électroniques, de micro processeurs, de barrettes de mémoire,..des dossiers

Au fond de la pièce un caisson d’ordinateur ouvert et d’autres entreposés. Sur le bureau l’écran plat est allumé en permanence, branché sur internet. A 79 ans Stefan est un vrai « techno addict » mais solidaire.

 A vous.pps

SRU-Electronics,member of FranceWebGroup, digital workplace, Becoming a Digital Workplace Leader, Defining and implementing mobile strategy, Lead The Change. We'd love to hear from You !

OneGlobalLocal,MyNewsCenterNavigator&FranceWebSharing,WorldMediaDirectory,EIN NewsDesk,News Plugins,Reach 5 Million People With One Click

Azerbaijan
Ecuador
Greenland
Libya
Massachusetts (US) Mauritania
Mozambique
Niger
Turkey
Zimbabwe  
Martinique  
 

Reach 5 Million People With One Click

Agriculture, Farming & Forestry Amusement, Gaming & Casino Automotive Aviation & Aerospace Banking, Finance & Investment
Beauty & Hair Care Books Building, Construction Business & Economy Chemicals
Companies Conferences & Trade Fairs Consumer Goods Culture, Society & Lifestyle Education
Electronics Energy Environment Food & Beverages Furniture & Woodworking
Gifts, Games & Hobbies Healthcare & Pharmaceuticals Human Rights Insurance International Organizations
IT Law Manufacturing Media, Advertising & PR Military
Mining Movies Music Natural Disasters Politics
Real Estate & Property Management Religion Retail Science
Shipping, Storage & Logistics Social Media Sports, Fitness & Recreation Technology Telecommunications
Textiles & Fabric Travel & Tourism U.S. Politics Waste Management World & Regional
 

Lire la suite

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu