Avertir le modérateur

01/07/2015

The current computing model is unsustainable

According to Bruno Teboul, a governance member for data science at the Ecole Polytechnique, current computers will soon give way to devices capable of thinking that is as advanced as that of the human brain.

 

The third age of machines is near. Quantum and cognitive computers will perform Big Data processing in the cloud. This age follows that of data science, a multidisciplinary science for collecting, processing and enhancing Big Data. 

Data science is like petrochemicals for the digital world, refining crude Big Data into useful, predictive information. Thanks to this, we know in advance the product a customer will choose. To achieve such a feat, data science uses algorithms, and quite extraordinary machine learning can improve these algorithms over time.

The current computing model is unsustainable 

These algorithms need immense computing power, and giants such as Google, Amazon and Netflix have developed parallel computing systems. The problem is, current equipment is not ideal - a machine is sequential and does not know how to comprehend thousands of pieces of information at once.

We want some kind of super human brain, which has an average of 100 billion neurons with 10,000 connections each. We can wait as microprocessors improve - after all, Moore's Law states that they double their capacity regularly through miniaturisation. But we are still far from electronic transistors being as small as a few atoms.

The solution that researchers are considering is to base the treatment of information on a quantum state of small electronic components. According to physicists, in a quantum system a particle can be in two places at one time and an action on one particle can automatically alter another.

In the present state of research, quantum computers have a fault: any unfortunate interaction with their environment changes their super processing power into what is effectively a game of heads or tails. The idea would be to have only a few quantum computers, stored in special ways and designed to interact with all other conventional computers for combined optimisation. Such a computer was built by the startup D-Wave, and Google bought it to control its self-driving cars and other technology.

Connected objects with a brain

Other companies are also getting into the development of super-intelligent machines that are inspired not by quantum physics but by cognitive neuroscience. Their chips have a plasticity, that is to say they have the ability to adapt and understand.

These chips, inspired by the human brain, will equip all connected objects eventually to make them more intelligent in their interaction with data and users. This will be the stage of 'neuromorphic' machines.

These two revolutions, of quantum and cognitive computing, will begin with very bulky and expensive machines. We believe they will be available as a hosted or cloud service, to allow consumption of their computing capacity on demand, at much lower prices. This is the future.

Article translated from the French adfeature on Les Echos, Transformation Digitale, in partnership with Capgemini France and published originally here

25/05/2015

« C’est merveilleux, enfin cette ville cessera d’être triste »,

Elections en Espagne: les "indignés" aux portes de Madrid et de Barcelone

Les Espagnols ont adressé dimanche soir un sévère avertissement à l’establishment politique, entrouvrant les portes de Barcelone et de Madrid aux « indignés », à l’issue d’élections municipales et régionales où l’antilibéral Podemos a globalement confirmé sa troisième place.

A Barcelone, la liste de la militante anti-expulsions Ada Colau est arrivée en tête devant celle du maire sortant Xavier Trias, un nationaliste conservateur: elle a obtenu onze sièges contre dix pour celui-ci, cinq pour Ciudadanos (centre droit) et quatre pour le Parti socialiste catalan.

A Madrid, la liste « Ahora Madrid » de Manuela Carmena, comprenant notamment Podemos, est deuxième après celle du Parti populaire (20 conseillers contre 21 conseillers) mais pourrait gouverner avec l’appui du Parti socialiste (neuf sièges), Ciudadanos arrivant quatrième (sept sièges).

Dimanche soir peu avant minuit, la liesse a gagné les partisans de cette ancienne juge de 71 ans qui ont fêté ce qu’ils considèrent comme une victoire, dans cette capitale de l’Espagne tenue par la droite depuis 23 ans, berceau du mouvement des « indignés » contre la corruption et l’austérité.

– ‘Un changement imparable’ –

Non loin du musée du Prado, ils hurlaient de joie en écoutant l’ex-magistrate évoquer un moment « extraordinaire » après une campagne financée par les seuls dons des militants.

« C’est merveilleux, enfin cette ville cessera d’être triste », se réjouissait Nacho Lopez, un acteur de 38 ans, dénonçant la politique « revancharde » de la droite face à la culture.

Pendant ce temps à Barcelone d’autres fêtaient la victoire de la liste d’Ada Colau, 41 ans, égérie des « indignés », soutenue par Podemos comme Manuela Carmena et qui, comme elle, avait hésité à se lancer en politique.

« L’espoir a gagné, le désir de changement a vaincu la campagne de la peur, de la résignation », a-t-elle dit avec des larmes de joie.

« J’ai toujours été dans le camp des perdants, je n’ai pas l’habitude de gagner, c’est étrange », déclarait un de ses fans, Fernando Ramos, 63 ans, avant d’assurer que le mouvement des « indignés » a été « un moteur de changement qui ne s’arrêtera pas ici ».

– Pactes en vue –

Ils seront cependant vite rattrapés par la réalité des tractations qui suivront ces résultats: faute de suffrage universel direct, Ada Colau doit être investie par le conseil municipal et peut encore être renversée par une coalition d’opposants. A Madrid, le PP, qui reste en tête mais perd 10 conseillers, a encore ses chances.

« Nous devrions gouverner sauf en cas d’accord entre partis », a expliqué la rivale de Manuela Carmena, Esperanza Aguirre.

« Si la seule façon que le PP parte c’est de conclure un accord », Manuela Carmena devrait le faire, « mais elle respectera toujours son programme, j’ai confiance en elle », affirmait une électrice de 50 ans, Ana Prada, qui disait avoir voté « pour la première fois avec joie ».

Sur l’ensemble du pays, la droite ne s’effondre pas mais cède du terrain. Elle perd une région qui passe au Parti socialiste (Estrémadure, ouest) et en garde 12 sur les treize en lice, mais sans majorité absolue. Les voix du PSOE alliées à celles de Podemos dépassent souvent les siennes.

« La prochaine législature municipale et régionale sera celle du dialogue et des accords », a dit Carlos Floriano, un des dirigeants du PP, semblant entendre le message.

Pedro Sanchez, secrétaire général du Parti socialiste, a lui estimé que les Espagnols avaient montré qu’ils voulaient un coup de barre à gauche, assurant qu’il appartiendra à son mouvement de faire en sorte qu’il y ait « des gouvernements progressistes » et « un changement sûr ».

Podemos, créé en janvier 2014 par un groupe d’enseignants en sciences politiques, a d’ailleurs gagné une troisième place dans douze régions. « Les partis au pouvoir ont eu les pires résultats de leur histoire », a réagi fièrement Pablo Iglesias, son leader, promettant « un changement irréversible ».

L’autre nouvelle formation nationale, Ciudadanos, parti de centre droit né en Catalogne, s’est présentée dans un millier de mairies et a pu se hisser à la troisième place au niveau municipal avec un discours moderne, favorable aux entrepreneurs, implacable sur la corruption.

Ces résultats ne faciliteront pas la tâche de la droite au pouvoir, qui se prépare à un autre marathon en vue d’élections législatives prévues à la fin de l’année.

 aujourd'hui sur boulevard voltaire

Claude Meunier-Berthelot
Peut-on détruire l’identité française ?
Floris de Bonneville
« On est chez nous »: nouveau slogan des clandestins
Jacques Martinez
Paris… migrés : La Chapelle, priez pour eux!
Jonathan Sturel
Non-assistance à pays en danger
Manuel Gomez
Pour rejoindre Daesch, il suffit de passer par l’Algérie…
Georges Michel
Sa femme s’appelle Maurice. Taubira se saisit du problème…

18/05/2015

Connecter, Trouver, Lire.. FranceWeb c'est Vous ! avec le n°1 de la collaboration en ligne, PARTAGER - DIFFUSER - DECOUVRIR - REUSSIR !

 FranceWeb c'est Vous !

 

Rencontrer, découvrir, dialoguer, entreprendre,

partager, préparer l'avenir...

 

Informer - Conseiller - Communiquer

- Accompagner

 

PARTAGER - DIFFUSER DECOUVRIR - REUSSIR !

 FranceWeb Diaporama .ppt


Communication, Exposants, Partenaires

Venez à la rencontre de partenaires

FranceWeb,e-GlobalNetWork®

Le n°1 de la collaboration en ligne

Une entreprise sociale et collaborative.

FranceWebAsso allie contenu premium, engagement et communauté pour créer un véritable réseau de connaissance
Chacun peut réaliser son rêve avec les sites au service du citoyen

Poissy

Yvelines

Ile-de-France

France

Entreprises

SRU

Bonheur

World

Web

Web Gallery

          Connecter, Trouver, Lire..

Recherche Starts Here,Connecter, Trouver, Lire..Talkspace, plate-forme mondiale en ligne qui met en relation des internautes avec des thérapeutes,Un robot pour psychologue, Les thérapeutes bientôt remplacés par du machine learning,

Talkspace, plate-forme mondiale en ligne qui met en relation des internautes avec des thérapeutes,Un robot pour psychologue, Les thérapeutes bientôt remplacés par du machine learning,Recherche Starts Here,Connecter, Trouver, Lire..

25 métiers bientôt remplacés par des robots ..Connecter, Trouver, Lire..Talkspace, plate-forme mondiale en ligne qui met en relation des internautes avec des thérapeutes,Un robot pour psychologue, Les thérapeutes bientôt remplacés par du machine learning,

Un robot pour psychologue, Les thérapeutes bientôt remplacés par du machine learning,

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu