Avertir le modérateur

22/07/2015

Stefan de France, We Love Meribel, RANDONNEE, PAYSAGE, VILLAGE, REFUGE, PANORAMA, MARCHE,

L'été, c'est le temps des rencontres authentiques avec des savoyards amoureux de leur montagne, des vaches d'alpage aux yeux maquillés de joie, des bouquetins majestueux et autres marmottes malicieux. C'est aussi le temps des découvertes gourmandes , le temps des panoramas à enivrer le coeur, le temps des randos à pieds ou à vélo, en famille ou entre amis, et des nuitées en refuge sous des cielsincroyablement étoilés et clairs.. c'est tout ça l'été. Alors , profitez-en et venez avec nous faire le plein de fleurs, de saveurs et de bonheur... rendez-vous cet été dans Les 3 Valées.

Vous êtes amateurs de sports extrêmes, l'adrénaline est votre moteur ?

Canyoning, Rafting, VTT de descente, via ferrata, parapente, alpine randonnée, équitation..golf. .sauront combler votre soif de sensations fortes !!

20150709_140442.jpg

20150715_153638.jpg 20150709_153129.jpg20150709_162338.jpg

11/07/2015

Terroirs numériques, Stefan de France, La France du numérique fait réagir sur la toile, ENJEU MAJEUR : ATTIRER DES TALENTS

20140724_112041.jpgSelon la feuille de route numérique du gouvernement publiée début 2013, des quartiers numériques locaux seront identifiés ou créés dans 15 villes ou territoires. Mais la dimension du "quartier" est-elle la bonne ?

Le quartier est-il le bon périmètre pour la France du numérique ?© Pascal Guittet

 

SOMMAIRE DU DOSSIER

  • La France du numérique fait réagir sur la toile

  • Terroirs numériques

  • Le Big Data ? "Connais pas", répondent les entreprises

  • La France des quartiers numériques

  • Le quartier est-il le bon périmètre pour la France du numérique ?

  • "La deuxième vague numérique arrive et la France a toutes ses chances", affirme Benoît Thieulin

  • Alsace : Strasbourg et Mulhouse, pôle virtuel

  • Aquitaine : Le numérique, l'autre grand cru bordelais

  • Auvergne : Clermont-ferrand, pionnière du haut débit

  • Bretagne : Rennes et Brest, images & télécoms

  • Champagne Ardenne : Domomédecine de pointe

  • Centre : Smart grids à tous les étages

  • Île-de-France : Paris, étendard du digital

  • Franche-Comté : Trois structures boostent le numérique

  • Languedoc-Roussillon : Le numérique autour de la future gare TGV

  • Limousin : Le digital prend racine

  • Lorraine : Nancy et Metz à haut débit

  • Midi-Pyrénées : Un arc numérique pour Toulouse

  • Nord-Pas-de-Calais : Euratechnologies le navire amiral

  • Normandie : Caen et Rouen, soeurs rivales

  • PACA : La quête de l'excellence

  • Pays de la Loire : Nantes, la bonne élève

  • Picardie : Logiciel libre et e-santé

  • Poitou-Charentes : À la recherche de salariés motivés

  • Rhône-Alpes : Lyon et Grenoble, des fertilisations croisées

Rien n’est encore officiel et tous les arbitrages politiques ne sont pas rendus. Mais la quinzaine de quartiers numériques prévus dans la feuille de route numérique du gouvernement ne devraient pas s’appeler… Quartiers numériques. "Nous travaillons en ce moment même avec les écosystèmes sur une marque, probablement en anglais, qui se substituera à Quartiers numériques ", explique-t-on au cabinet de Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’innovation et à l’Economie numérique. Pourquoi changer, et surtout pour un nom anglais ? "Parce qu’une des deux principales ambitions de ce label est de donner une visibilité internationale aux écosystèmes numériques français", explique  un conseiller de la ministre.

Contrairement aux préconisations du rapport de la Caisse des dépôts, la dimension Métropole serait finalement plus adaptée. Et pas uniquement à Paris, où les écosystèmes numériques sont répartis dans toute la Capitale, avec plusieurs lieux emblématiques d’attractivité. Là, si l’annonce de la création d’un incubateur géant à la Halle Freyssinet d’ici à 2016 grâce au financement  de Xavier Niel pouvait sembler valider la proposition de la Caisse des Dépôt de flécher le quartier numérique parisien  sur cette partie Sud Rive Gauche, ce ne devrait être finalement  pas le cas. Enfin, pas exclusivement. De même, s’il existe bien déjà des quartiers numériques à Lille avec EuraTechnologie, ou à Bordeaux avec la Cité numérique, "on a retenu l’idée d’une labélisation des métropoles numériques, avec une marque ombrelle, qui permettrait de partir collectivement à l’étranger, mais avec de belles histoires d’entreprises à raconter", précise le conseiller.

Retrouvez les champions français du numérique des 20 autres régions dans notre dossier spécial

DES CRITÈRES MOINS STRICTS QUE CEUX DE LA CDC

L’idée de label de la Caisse des dépôts devrait donc être retenue, mais avec des critères d’obtention un peu moins stricts. Pour obtenir la marque "quartiers numériques d’excellence", la CDC préconisait en effet huit critères : un quartier délimité et accessible ; une offre immobilière d’entreprises ; des réseaux Ultra Haut Débit fixes et mobiles ; un écosystème d’acteurs , avec au moins un "Tech Champion" (plus de cinq millions d’euros de chiffre d’affaires, au moins vingt-cinq employés, CA à l’international significatif); un Fablab (lieux de fabrication numériques mutualisés) ; la mise en réseau avec les autres quartiers ; un guichet d’aide aux PME ; une gouvernance locale du quartier. Le Rapport recommandait également une série d’actions, comme la reconnaissance de Paris comme métropole numérique et vitrine internationale ou le déploiement d’un dispositif fiscal attractif pour amplifier l’investissement des business angels.

215 MILLIONS D’EUROS DE BUDGETS

Le plan Quartier numérique final ne devrait pas être dévoilé par le Premier ministre avant début novembre. Mais le PLF2014 donne déjà des indications. Le texte budgétaire parle d’un label obtenu  au terme d’un ou plusieurs appels à projets, d’aires urbaines développant au moins un écosystème d’acteurs du numérique, de bâtiment emblématique, de programmes d’accompagnement et d’espace urbain d’expérimentations numériques. Il évoque également des actions spécifiques,  portées majoritairement par l’initiative privée, de soutien à la croissance des entreprises numériques (talents, mentorat, technologies, marché). 

La Banque publique d’investissement serait  mobilisée "pour l’accompagnement de parcours de croissance des entreprises numériques".  Un financement de 215 millions d’euros est acté, dont 15 millions pour le déploiement de fablabs, avec deux objectifs : "favoriser le développement de l’économique numérique" et "créer un environnement stimulant le développement des écosystèmes d’entreprises du secteur numérique et la croissance de champions français du numérique". Ils se concrétiseraient en 2017, par un chiffre d’affaires cumulé de 250 millions d’euros et la création de 2000 emplois par les pépites  de ces quartiers, ainsi que par l’attraction de 250 talents étrangers.

ENJEU MAJEUR : ATTIRER DES TALENTS

Ce dernier chiffre peut paraitre faible. Mais l’attractivité des talents dans le domaine numérique est devenue une véritable compétition mondiale. C’est peut-être même un des enjeux majeurs aujourd’hui. Même la Silicon Valley peine à trouver toutes les compétences dont elle a besoin ! En fléchant ces écosystèmes numériques, ce sont surtout des entreprises à fort potentiel qu’il s’agit de mettre en avant, les Tech Champions préconisée par la CDC. Ce sont en effet leurs succès et l’implication de dirigeant comme Ludovic le Moan, PDG de Sigfox, à Toulouse, qui aura réellement l’effet d’entrainement dont parle Benoit Thieulin, président du Conseil national du numérique. Tous les ingrédients sont en tout cas là.

Aurélie Barbaux

08/07/2015

Lors du référendum historique du 5 juillet 2015, les Grecs ont envoyé un message de rejet à l’oligarchie politique et financière de l’Europe et un message d’espoir aux peuples du monde.

  1. NON à l’Europe de l’austérité, à l’Europe des banques et de l’oligarchie et à l’Europe égoïste. Les politiques d’austérité sont politiquement coûteuses, économiquement inefficaces et socialement désastreuses. Loin de relancer la croissance, la réduction des dépenses, la diminution des salaires et des pensions de retraite, le démantèlement des services publics, y compris d’éducation et de santé, la destruction du code du travail et des acquis sociaux conduisent inévitablement à une contraction de la consommation.

 

  1. OUI à l’Europe sociale, à l’Europe des peuples et à l’Europe du partage. En temps de crise, les Etats doivent adopter une politique de New Deal et réaliser des investissements massifs afin de relancer l’économie. Les mesures de protection sociale doivent être renforcées afin de protéger les catégories les plus vulnérables de la population. De la même manière, une hausse du salaire minimum enclenchera un cercle vertueux car elle relancera la consommation, remplira le carnet de commandes des entreprises, lesquelles embaucheront de nouveaux salariés pour répondre à cette demande, ce qui permettra à l’Etat d’augmenter ses recettes fiscales grâce à ces nouveaux contribuables et de diminuer ses dépenses d’allocations-chômage grâce à la baisse du nombre de personnes sans emploi. Ces nouvelles sources de revenus pour la nation permettront de renforcer les services publics à destination du peuple.

 

  1. NON à la dictature de la finance, aux ultimatums, au chantage de la Troïka, au terrorisme politique, économique, financier et médiatique et aux menaces en tout genre. Il est inadmissible que la Commission européenne, composée de technocrates non élus – donc sans aucune légitimité populaire – décide de la politique économique et sociale d’une nation souveraine. Il s’agit là d’une atteinte à la démocratie et une remise en cause du droit inaliénable des peuples à l’autodétermination.

 

  1. OUI à l’indépendance, à la volonté sacrée des peuples, à la liberté et à la dignité. En portant au pouvoir un gouvernement progressiste mené par Alexis Tsipras de SYRIZA, les Grecs ont voté pour un programme de relance économique anti-austérité et un renforcement de la protection sociale. Aucune entité ne peut interférer dans cette décision souveraine d’un peuple libre.

 

  1. NON à la dette inique, mathématiquement impayable, destinée à asservir les peuples et à satisfaire l’appétit de la finance internationale. Il est temps de mettre fin au système actuel qui interdit à la Banque centrale européenne de prêter directement aux Etats aux mêmes taux que ceux réservés aux banques privées, c’est-à-dire entre 0 et 1%. La Grèce pourrait résoudre le problème de la dette si une telle réforme était adoptée. Aujourd’hui, lorsque la Grèce a besoin d’un financement, elle est obligée de passer par les banques privées qui lui prêtent à des taux usuraires pouvant atteindre les 18%, des emprunts qu’elles ont-elles-mêmes souscrits à des taux inférieurs à 1% !
 

 

  1. OUI à un audit international des dettes publiques, à la renégociation et à l’annulation des emprunts illégitimes. Selon la Commission pour la Vérité sur la Dette publique grecque, « la dette issue des mesures de la Troïka constitue une violation caractérisée des droits humains fondamentaux des résidents de la Grèce. Ainsi, nous sommes parvenus à la conclusion que la Grèce ne doit pas payer cette dette, du fait de son caractère illégal, illégitime et odieux. […] Le caractère insoutenable de la dette publique grecque était évident depuis l’origine pour les créanciers internationaux, les autorités grecques et les grands médias. Pourtant, les autorités grecques et certains gouvernements de l’Union Européenne se sont ligués pour rejeter une restructuration de la dette publique en 2010, dans le seul but de protéger les institutions financières privées. Les grands médias officiels ont dissimulé la vérité au public en soutenant que le plan de sauvetage allait être bénéfique pour la Grèce, tout en passant en boucle le récit selon lequel la population ne faisait que payer pour ses propres turpitudes ».

 

  1. NON à l’accumulation des richesses, à l’égoïsme et à l’individualisme. L’Europe actuelle est le paradis des nantis et l’enfer des peuples. Elle est l’illustration parfaite de la célèbre maxime voltairienne selon laquelle « une société bien organisée est celle où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne ».

 

  1. OUI à la répartition des richesses, à la solidarité et à la défense de l’intérêt général. La crise actuelle n’est pas due à une question de ressources car l’Europe n’a jamais été aussi riche de son histoire. Il est donc urgent de procéder à une répartition équitable des richesses et de placer la dignité humaine au centre du projet européen.

 

  1. NON à la dictature des puissants. La Grèce, berceau de la démocratie, rappelle à l’Europe et au monde le fameux avertissement de Maximilien Robespierre. Le Héros de la Révolution française qui, dès le départ, avait choisi le camp des pauvres, avait dénoncé « le joug de l’aristocratie des riches, la plus insupportable de toutes » : « Les riches prétendent à tout, ils veulent tout envahir et tout dominer. Les abus sont l’ouvrage et le domaine des riches, ils sont les fléaux du peuple : l’intérêt du peuple est l’intérêt général, celui des riches est l’intérêt particulier ».

 

  1. OUI à la révolte des peuples contre toutes les injustices, à l’insurrection civique et pacifique et à la résistance à l’oppression. Les peuples ne sont pas condamnés à l’indifférence et à l’humiliation et ont le pouvoir de prendre en main leur propre destin. La misère n’est pas une fatalité mais une décision politique imposée par les élites rapaces et insatiables. L’heure est à la révolte de la plèbe, des écrasés et des révoqués contre la brutalité de la finance mondiale.

 

 

Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris IV-Sorbonne, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de La Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.

Son nouvel ouvrage s’intitule Cuba. Les médias face au défi de l’impartialité, Paris, Editions Estrella, 2013 et comporte une préface d’Eduardo Galeano.

Contact : lamranisalim@yahoo.fr ; Salim.Lamrani@univ-reunion.fr

Page Facebook : https://www.facebook.com/SalimLamraniOfficiel

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu