Avertir le modérateur

15/03/2015

FranceWebSharing>FranceWebAsso>CONNECT WITH US!>Famille d'Entreprises>SRU-Electronics Marketing Systems >Why Your Workplace Might Be Killing You>Stanford scholars identify 10 work stressors that are destroying your health.

FranceWebSharing>FranceWebAsso>CONNECT WITH US!

VOIR ET ETRE VU !, Vous, Votre Ville, Votre Région, Votre Pays, Ailleurs...PLUS POUR VOUS ACCOMPAGNER. Evénement - Edition - Médias - Web, Local, Régional, National, International, avec FranceWeb,e-GlobalNetWork, l’objectif commun doit être prioritaire.

francewebeglobal-avec-vous2.gif
franceweb,international,local,national,régional,réseau internet interactif 

Welcome to SmartCityPoissyWebCitoyen , where you will find the
latest news, resources, points of interest, restaurants, and community information about FranceWebSharing

SmartCityPoissyWebCitoyen, le blog de votre ville, la ville en numérique, pôle culturel multimédia, lieu de qualification, de valorisation et valorisant, lieu unique des activités culturelles, lieu d'information, de pratiques culturelles, de conseil, d'accompagnement, de rencontres et d'échanges, de création, de formation et de diffusion.

Articles

Why Your Workplace Might Be Killing You

Stanford scholars identify 10 work stressors that are destroying your health.
A man holding his hands over his face at workMany companies institute wellness programs that focus on encouraging employees to eat better or exercise more. Meanwhile, they overlook the atmosphere of the workplace setting itself. | Reuters/Luke MacGregor

We may be long past the days of Upton Sinclair’s The Jungle, the seminal book that depicted the harsh working conditions in America’s meatpacking industry in the early 20th century, but the workplace is still hazardous to our health.

Workplace stress — such as long hours, job insecurity and lack of work-life balance — contributes to at least 120,000 deaths each year and accounts for up to $190 billion in health care costs, according to new research by two Stanford professors and a former Stanford doctoral student now at Harvard Business School.

“If employers are serious about managing the health of their workforce and controlling their health care costs, they ought to be worried about the environments their workers are in,” says Jeffrey Pfeffer, a Stanford professor of organizational behavior. Pfeffer, with colleagues Stefanos A. Zenios of Stanford GSB and Joel Goh of Harvard Business School, conducted a meta-analysis of 228 studies, examining how 10 common workplace stressors affect a person’s health.

A graphic showing how different workplace factors impact employee health

They found that overall, these stressors increase the nation’s health care costs by 5% to 8%. Job insecurity increased the odds of reporting poor health by 50%, while long work hours increased mortality by almost 20%. Additionally, highly demanding jobs raised the odds of a physician-diagnosed illness by 35%.

“The deaths are comparable to the fourth- and fifth-largest causes of death in the country — heart disease and accidents,” says Zenios, a professor of operations, information, and technology. “It’s more than deaths from diabetes, Alzheimer’s, or influenza.”

Physical and Psychological Impact

The stressor with the biggest impact overall is lack of health insurance. It ranks high in both increasing mortality and health care costs. Another big driver of early death is economic insecurity, captured in part by unemployment, layoffs, and low job control.

The ramifications for the uninsured should come as no surprise, Pfeffer says, but what did surprise the team was the high impact of psychological stressors. Work-family conflict and work injustice had just as much impact on health as long work hours or shift work.

For example, employees who reported that their work demands prevented them from meeting their family obligations or vice versa were 90% more likely to self-report poor physical health, the researchers note. And employees who perceive their workplaces as being unfair are about 50% more likely to develop a physician-diagnosed condition.

How to Fix Wellness Programs

Pfeffer first became interested in this subject while working on the Stanford Committee for Faculty and Staff Human Resources. Many companies and organizations such as Stanford, he says, institute wellness programs that focus on encouraging employees to eat better or exercise more. Meanwhile, these companies overlook the atmosphere of the workplace setting itself.

When people like their lives, and that includes work life, they will do a better job of taking care of themselves.
Jeffrey Pfeffer

Smoking cessation programs or incentives to lose weight focus on individual behavior and ignore management practices that create stress and set the context for employee choices. “Lots of research shows that your tendency to overeat, overdrink, and take drugs are affected by your workplace,” Pfeffer says. “When people like their lives, and that includes work life, they will do a better job of taking care of themselves. When they don’t like their lives, they don’t.”

Focus Policy on Prevention

Good health matters to people and employers, but it also matters to government. The U.S. spends a higher proportion of its GDP on health care than most other industrialized countries, and significantly more per capita, the researchers note.

The researchers suggest regulations and policy changes that go beyond current overtime restrictions and wage laws, and focus on prevention. “Forty or 50 years ago, I could put toxins into the air or water, and someone else had to pay to clean it up,” Pfeffer says. “We decided that wasn’t very good because it costs more to remediate than prevent. It’s true in the case of human health as well,’’ he says. “It costs more to remediate the effects of toxic workplaces than it does to prevent their ill effects in the first place.”

One suggestion is tax incentives that could encourage employers to offer more work-family balance or reduce layoffs. Non-regulatory actions like guidelines or best practices might also prove fruitful.

The study has some limitations, the researchers acknowledge. They are unable to make strong causal inference linking these stressors to poor health because the studies they used are observational. “It is association — it doesn’t mean that there’s causation,” Zenios says. “There may be other factors going on.” Also, people handle stress differently, so it’s difficult to assess how attitudes toward stress affect the results. Finally, the researchers looked at only 10 stressors, examining simple ones that could be addressed by management changes.

Rethinking the Workplace

Improving the work environment is not a Herculean feat, and many companies are already thinking beyond programs such as smoking cessation to those that address these stressors, Pfeffer says. Companies need to get serious about creating a workplace where people feel valued, trusted, and respected, where they are engaged in their work, don’t worry about losing their jobs, and where they can get home in time for family dinner, he says.

“My meta point is that we have lost focus on human well-being. It’s all about costs now. Can we afford this, can we afford that? Does it lead to better or worse financial performance for the company?” Pfeffer says. “We’re talking about human beings and the quality of their lives. To me, that ought to get some attention."

Bar charts showing the impact of workplace stress on employee health

Jeffrey Pfeffer is the Thomas D. Dee II Professor of Organizational Behavior. Stefanos A. Zenios is the Charles A. Holloway Professor of Operations, Information, and Technology and Professor of Health Care Management.


Communication, Exposants, Partenaires

Dispatch.jpg

Venez à la rencontre de partenaires avec

FranceWeb,e-GlobalNetWork®

Le n°1 de la collaboration en ligne

Une entreprise sociale et collaborative.

FranceWebAsso allie contenu premium, engagement et communauté pour créer un véritable réseau de connaissance
Chacun peut réaliser son rêve avec les sites au service du citoyen

Poissy

Yvelines

Ile-de-France

France

Entreprises

SRU

Bonheur

World

Web

Web Gallery

          Connecter, Trouver, Lire..

   3ARWD1.GIFFranceWeb,e-GlobalNetWork®,
  La marque  FranceWeb,e-GlobalNetWork® & StefanV.Raducanu  confirment leur position de leader de l'information généraliste. 

    STEFAN RADUCANU.JPGStefan Raducanu >> Ma sélection avec FranceWeb,e-GlobalNetWork®

3ARWD1.GIFFranceWeb,e-GlobalNetWork®

  • son potentiel de croissance.

  • 3ARWD1.GIFMadeleine et Stefan Raducanu, FranceWeb, vous conseillent>

    ArrowDownRed.gif

    3ARWD1.GIFFranceWeb,e-GlobalNetWork®

  • FranceWeb c'est à Vous

  • Développer des réseaux de savoirs

  • Accroître les compétences

  • Valoriser l'économie

  • Pour Vous et avec Vous

    FW-pour-vous-et-avec-vous.gifFranceWeb,e-GlobalNetWork®

    3ARWD1.GIFLe n°1 de la collaboration en ligne

     réseau d'excellence au rayonnement local, départemental, régional, national, international,

    2 maini.jpgpartenaire entreprise, porteur projet, finacier, technologique, mécénat ...

    Groupe d'intérêts.jpgnetworks.gif3.png




    A la rencontre d'initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique


  • Rencontrer, découvrir, dialoguer, échanger, entreprendre, éduquer, administrer, préparer l'avenir...

    flesh vers le bas.gifFrance Web : Association des utilisateurs francophones du Web, pour le développement durable de la société en réseau et de l’économie de la connaissance

    le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

    FranceWeb offre une occasion unique de définir l'avenir de la société de l'information pour que tous puissent en profiter

    FranceWeb s'articule autour de trois pôles: économique, technologique, societal

    3poles.png

    Une entreprise sociale et collaborative.


  • Rencontrer, découvrir, dialoguer, échanger, entreprendre, éduquer, administrer, préparer l’avenir…

     C’est l’inspiration qui nous fait grandir ! 

    Mobiliser l’intelligence collective  

    «La terre est notre Communauté virtuelle»

    organisation-intelligence-collective.jpg

     

    GPN.gif


    sch_groupe_12_full.png

    Impliquer tous les internautes dans la société de l’information

    Jetez les fondements de la réussite sociale et collaborative

    STEFAN RADUCANU.JPGFranceWeb c'est à Vous !
    Observer,Produire.jpg

    Communication, Exposants, Partenaires,

    «créativité collective»« l’économie collaborative »

     L’engagement de chacun, condition d’une stratégie pour tous.

    MADELEINE.JPGPOUR L’HUMAIN, L’ORGANISATION ET LA VIE

    Avec le n°1 mondial de la collaboration en ligne : CONNECTEZ-VOUS AU MONDE.


    Créateur des espaces de travail collaboratif , assurant la communication des ses lecteurs, exposants et partenaires, FranceWeb illustre la volonté des membres de son réseau.


    Partagez vos informations dans un monde connecté et continuez à travailler avec vos partenaires, où que vous soyez, dans les espaces de travail collaboratif en libre service

    foule.jpg

     

  • Connecter, Trouver, Lire..

    Mettre en réseau les compétences, développer les contacts avec les médias, les instances locales, régionales, nationales et européennes.

  •       Favoriser les échanges économiques, sociaux et culturels d’entreprises, promouvoir les partenariats et mettre à la disposition de l’entreprise de terrain tous les savoirs, afin de l’aider concrètement dans son développement.

    sch_groupe_16_full.png

          Repérer ces savoirs, les enrichir, les développer, organiser le partage, le cross fertilisation, l’inter-multiplication, afin d’accroître la création de valeurs, au service de l’entreprise ou du territoire.

    France Web  réunira de ce fait des personnalités, des experts politiques, financiers et juridiques, des industriels des télécommunications, du monde du Multimédia, des institutionnels et industriels de la Société de l'Information, des responsables de réseaux, de satellites, des fournisseurs de contenus, des sociétés de télé services, des représentants d'usagers, de villes, de régions de différentes parties du globe.

    appel à contribution - Copie.gifConnaissant votre implication dans le développement de la Société de l'Information et de la connaissance, nous serions heureux de vous compter parmi nous, en qualité de partenaire actif, sponsor ou mécène.

    Cordialement.

    Stefan Raducanu, Président France Web

    Contact: Tel : +33(0)1 39 65 50 34

13/03/2015

Ce que Hollande doit faire pour booster son mandat d'ici 2017

 PoissyWebCitoyen & FranceWebAsso>Liens Directs>> Un échange entre parlamentaires et entrepreneurs>>Invitation : Assemblée Nationale - 19/03/2015

  Communication, Exposants, Partenaires

Dispatch.jpg

Venez à la rencontre de partenaires avec

FranceWeb,e-GlobalNetWork®

Le n°1 de la collaboration en ligne

Une entreprise sociale et collaborative.

FranceWebAsso allie contenu premium, engagement et communauté pour créer un véritable réseau de connaissance
Chacun peut réaliser son rêve avec les sites au service du citoyen

Poissy

Yvelines

Ile-de-France

France

Entreprises

SRU

Bonheur

World

Web

Web Gallery

          Connecter, Trouver, Lire..

François Hollande, à l'Elysée. AFP François Hollande, à l'Elysée. AFP

Ce que Hollande doit faire pour booster son mandat d'ici 2017

Les éditorialistes invités de Challenges rebondissent aux propos du chef de l'Etat dans le magazine et avancent un certain nombre de pistes pour terminer le mandat en beauté. 


Les rencontres n’ont jamais lieu tout à fait par hasard. La semaine où Nicolas Domenach obtenait son rendez-vous avec François Hollande, Challenges décidait d’investir massivement le terrain politique pour son site Challenges.fr. Il s’agit pour nous de lui faire franchir une nouvelle étape, au-delà du 1,8 million de visiteurs uniques, résultat record du mois de janvier (source Médiamétrie).

Outre les analyses de Jean-Marie Colombani sur le print et celles de Nicolas Domenach, vous retrouvez donc régulièrement sur notre fil les éditos de François Bazin (ex-Nouvel Observateur), Denis Jeambar (ex-L’Express), Philippe Manière (ex-Le Point) et Maurice Szafran (ex-Marianne), cocktail d’opinions variées et tranchées, comme vous pourrez le lire dans les colonnes ci-après, rebondissant sur les propos du chef de l’Etat à Challenges.

Où sont les femmes ? interrogeront nos 40% de lectrices, au lendemain de la journée du 8 mars. Elles arrivent, promet Ghislaine Ottenheimer, notre rédactrice en chef, qui a la responsabilité de piloter cette plateforme d’éditorialistes invités.

Vincent Beaufils

François Bazin : Renverser la table, tant qu’il en est encore temps

"Faites le roi !" conseillait Rivarol à Louis XVI, sans que l’on sache encore si celui-ci est mort sur l’échafaud de l’avoir trop écouté ou pas suffisamment. Faire le président, c’est la règle que s’est fixée François Hollande à lui-même, à l’instinct, sans qu’il ait eu besoin d’un quelconque conseil. Faire le président pour tenir dans la tempête. Faire le président pour aller jusqu’au bout du quinquennat. Faire le président pour arracher un nouveau mandat en 2017. La seconde campagne de François Hollande a commencé sur le pavé parisien le 11 janvier dernier lorsque avec ses pairs, venus de tous pays, il a pris la tête d’une manifestation monstre entre République et Nation, en remontant le boulevard Voltaire. Ce trajet dit un programme. Ce programme dessine une ambition. Cette ambition suppose une prise de risques. Et c’est bien là le problème.

Dans la vie des monarques républicains, il arrive toujours un moment où la question n’est plus de savoir ce qu’ils veulent, mais ce qu’ils peuvent encore. Sur ce registre-là, François Hollande a longtemps avancé à la godille, au prix de clarifications à ce point fragmentées qu’il ne faut guère s’étonner si l’opinion n’y a jamais adhéré. "L’esprit de janvier", en ce sens, est bien plus qu’un slogan ou une prière. Si le président y tient à ce point, alors qu’il s’évapore, c’est qu’il est la seule corde de rappel à laquelle il puisse se "cramponner", selon l’expression qu’il a lui-même utilisée à la télévision dès novembre dernier.

"L’esprit de janvier", c’est le Saint-Esprit du hollandisme présidentiel. Un homme qui marche en tête avec des idées simples qui sont celles de la République sublimée et qui, pour une fois, prend appui sur un mouvement social, sans chercher à le contourner ni à le détourner. François, demain ressuscité, c’est donc Hollande inversé qui, pour espérer durer, doit oser le contraire de ce qu’il a toujours fait. Non plus raccommoder, mais trancher. Non plus bricoler, mais construire. Non plus jouer en contre, mais avancer sans fard. Quand tout est dévasté – la gauche, la droite, bref, le système politique et ses derniers étais –, le risque n’est pas d’être seul mais de rester un acteur parmi d’autres dans un bateau qui coule. L’habileté désormais est de ne plus l’être. Pas sûr que cela évite la catastrophe finale. Mais dans ce genre de partie où l’essentiel est en jeu, n’est-ce pas le privilège des grands, non plus de regarder tout ça "du haut d’une terrasse", comme disait Giraudoux, mais de savoir renverser la table, tant qu’il en est encore temps ?

Jean-Marie Colombani : Reconquérir l’électorat de gauche

Médias et politiques professent aujourd’hui une même certitude, établie sur la base de sondages et qui devrait être renforcée par le résultat des élections départementales : Marine Le Pen se qualifiera pour le second tour de l’élection présidentielle de 2017. Tous raisonnent à partir de ce postulat. Si l’on confronte cette prévision/prédiction/préférence aux rapports de forces dans le pays – à savoir trois forces, gauche, droite et extrême droite, à peu près équivalentes dans le premier tour –, la seule et unique conséquence qui vaille est l’unité de son propre camp.

Une gauche divisée, comme elle l’est actuellement, c’est immanquablement une gauche écartée du tour décisif. François Hollande le sait mieux que personne, lui qui est combattu, de médiocre et virulente façon, par un front du refus qui va de Jean-Luc Mélenchon à Cécile Duflot, en passant par ce qui reste du parti communiste, avec sans doute aussi quelques frondeurs. François Hollande a donc tout lieu de persévérer dans son objectif de reconquête de son propre électorat. D’une part, en continuant d’alerter, comme l’a fait Manuel Valls tout au long de la campagne des départementales, sur les dangers que représente Marine Le Pen ; et sur la responsabilité de ceux qui préfèrent leurs intérêts partisans, leur "petite cuisine sur leur petit réchaud", comme disait de Gaulle, quitte à prendre le risque de l’extrême droite au second tour. D’autre part, en mettant en regard son ambition renouvelée de préserver, en le réformant, un modèle social que d’autres sont tentés d’amoindrir.

Mais tous les leaders de la droite ne s’alignent pas sur les propositions radicales de François Fillon. Il y a deux cas de figure, dont l’un est plus favorable à François Hollande. Celui, en premier lieu, d’une candidature qui rassemble la droite et le centre. C’est l’hypothèse Alain Juppé, aujourd’hui le mieux placé, d’autant qu’il peut attirer à lui des électeurs, notamment à gauche, qui voudraient s’assurer absolument de la défaite de Marine Le Pen. A l’inverse, si l’hypothèse Nicolas Sarkozy se réalise, s’organisera une riposte au centre nommée François Bayrou. La droite et une partie du centre en ordre dispersé, voilà qui rouvrirait le jeu… Il resterait alors à François Hollande à reprendre la posture du rassembleur, de celui qui place par-dessus tout l’unité du pays, comme il l’a fait dans les jours tragiques qui ont précédé le 11 janvier. A condition que le chômage ait baissé. Car sinon, il ne sera pas candidat.

Denis Jeambar : Propulser Valls en héros de la bataille des réformes

A deux ans du terme de son quinquennat, François Hollande est confronté à cette question fondamentale : le pouvoir est-il une jouissance ou un sacrifice ? De sa réponse dépend son destin. Et le nôtre !

Au cœur de cette interrogation, une donnée : la dépense publique. Elle représente 57% du produit intérieur brut de la France. Un record européen et un terrible handicap : si ce choix politico-économique était gagnant, nous ne devrions connaître ni déficits, ni dettes, ni chômage. Or, sur ces trois critères, notre pays figure parmi les plus mauvais élèves de la classe bruxelloise. Autant dire que la réduction de ces dépenses est un impératif. Mais sa mise en œuvre exige un courage inouï.

Electoralement, en effet, cette politique condamne à coup sûr celui qui la décide. En particulier quand il est de gauche : la dépense publique est centrale dans la philosophie socialiste, comme le montrent les frondeurs tenants du toujours plus. C’est pour cela que la main de François Hollande tremble devant les demandes de la Commission européenne lorsqu’elle suggère, avant peut-être d’exiger, d’ajouter 30 milliards d’économies budgétaires aux 50 déjà décidés pour les trois années à venir.

Face à cette situation, la jouissance serait l’obsession d’une réélection et, pour y parvenir, le choix de la seule habileté ou de la demi-mesure. Le sacrifice, en revanche, serait l’oubli de soi, et un train de réformes sans doute très douloureuses mais indispensables à un véritable redressement. Bref, François Hollande peut rester homme politique, certes de haut vol, ou devenir homme d’Etat à part entière. Inutile d’épiloguer sur les trois premières années de son mandat. L’opinion a tranché : en dépit de "l’esprit du 11 janvier", 75% des Français ne lui font plus confiance.

Le pire est dans le détail : les qualités fondamentales qui font un président – l’autorité, la compétence et le dynamisme – lui sont massivement déniées. Ces données annoncent une défaite cinglante en 2017. Du coup, François Hollande a rendez-vous avec l’histoire : il peut oublier ses promesses d’hier, cesser d’être l’homme des compromis et propulser son Premier ministre en héros de cette vitale bataille de la réforme. Un Manuel Valls fort de sa cohérence et d’une popularité fondée, elle, sur l’autorité, le courage et le dynamisme. Certes, à l’heure électorale, François Hollande serait, sans doute, contraint de laisser la place au chef de gouvernement pour concourir avec quelques chances de l’emporter. Et alors ! Il y trouverait enfin la grandeur que les Français lui refusent.

Philippe Manière : Quitte à être impopulaire, autant vraiment réformer

Trois dictons peuvent résumer la situation de François Hollande : "Sans me vanter, il fait beau !" En politique, la tentation est permanente de s’attribuer les mérites d’une situation favorable, même si l’on n’y est pas pour grand-chose. François Hollande a commencé à y succomber, annonçant la fin de la crise économique et laissant à entendre qu’elle est le fruit de son action. L’amélioration en cours est en fait due à des facteurs exogènes (baisses de l’euro, du pétrole et des taux d’intérêt). Pour autant, même s’il ne fait plus rien, le président pourra, fin 2016, invoquer dix-huit mois d’un redressement constant.

"Quitte à se faire engueuler, autant que ce ne soit pas pour rien !" Il est cependant frappant que, malgré la très faible intensité des réformes mises en œuvre (et par comparaison à nos voisins, et eu égard à nos besoins), le gouvernement est en butte, y compris dans sa propre majorité, à des critiques virulentes. Il n’aurait probablement guère plus d’ennuis… s’il réformait vraiment. Pourquoi s’en priver ? Les bienfaits de "vraies" réformes ne feraient pas sentir leurs effets avant 2017. Mais plus le gouvernement montre d’activisme, plus il entretient la fiction que la reprise est à mettre à son crédit.

"On préfère toujours l’original à la copie." Reste, nous dira-t-on, à faire voter un Parlement très rétif ! Oui… et non. Pour le Premier ministre et ses ambitions (forcément présidentielles), tout vaut mieux que l’inaction, qui le fait ressembler à ses prédécesseurs : s’il agit, soit il réussit à faire voter des réformes difficiles et il devient un héros, soit il tombe avec les honneurs sous les coups des frondeurs et il se met en réserve de la République. Et François Hollande ? La qualification de Marine Le Pen pour le second tour étant, aujourd’hui, quasi acquise, l’objectif stratégique de la gauche est d’éliminer la droite au premier tour.

C’est précisément ce que permettrait la poursuite de l’action réformatrice d’ici à 2017 : si une gauche moderne incarne le mouvement et la faisabilité de la réforme face à un Front national réactionnaire, quel espace restera-t-il à la droite "républicaine" ? Aucun. Qui irait voter Juppé si Valls fait du Juppé, mais avec succès ? Personne. C’est donc seulement en endossant les éléments de programme d’une droite impuissante lorsqu’elle est au pouvoir que la gauche peut triompher en 2017 – vieille recette de la "triangulation" chère à Tony Blair, mais avec une probabilité de succès fortement accrue par le Front national qui capte les suffrages de la plupart des conservateurs.

Maurice Szafran : Prendre position avec force contre l’islamisme

La guerre anti-islamiste, bien sûr, au-delà de nos frontières face à Daech, Boko Haram ou encore l’Armée islamique. François Hollande chef de guerre ? Le président de la République sait toutefois que l’enjeu prioritaire est franco-français, que la préservation de la paix civile se résume en une interrogation brutale : comment extirper l’islamisme de l’islam de France ? Le Premier ministre Manuel Valls et celui de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avancent à leur manière sur cette problématique.

Le chef du gouvernement n’hésite pas à utiliser, quitte à provoquer des haut-le-cœur, les mots qui fâchent, les mots censés désigner les plaies qui taraudent la société française : "l’apartheid" et la relégation sociale dont sont victimes les immigrés, en particulier musulmans, depuis des générations ; mais aussi "l’islamo-fascisme" qui provoque des ravages dans les cités et fabrique des jihadistes. A sa manière, plus feutrée, le ministre de l’Intérieur tente d’avancer des solutions, notamment pour "républicaniser" l’islam de France, pour assurer la formation d’imams intégrateurs, et non plus prêcheurs de haine.

Mais François Hollande les soutient-il vraiment dans ce combat implacable permettant de dissocier ici et maintenant islam et islamisme ? Est-il disposé, d’ici au terme de son quinquennat, à prendre des mesures aussi fortes que symboliques prouvant que la République, fidèle à ses fondements, ne trouvera jamais aucun compromis historique avec l’islamisme ? On ne peut pas en être tout à fait certain.

Depuis quelques jours, le président s’est engagé dans le combat contre le Front national, son idéologie mortifère et ses propositions absurdes, notamment en économie. Prendra-t-il le risque d’ouvrir un second front alors qu’il a confié à Challenges que, sur le sujet, le verbe tonitruant de Manuel Valls parfois le dérange ? Pourtant, avant même de prendre toute mesure, il serait indispensable de rappeler haut et fort des principes qui, en effet, pourraient déplaire à une partie des musulmans de France.

Or François Hollande n’a jamais dissimulé qu’il observait la carte électorale avec le plus grand soin. En 2012, l’immense majorité des électeurs de religion musulmane avait voté en sa faveur. Comment obtenir pareil résultat s’il se présente à nouveau en 2017 ? En misant sur la prudence ? En reprenant les dénonciations salvatrices de Manuel Valls ? Gageons que le chef de l’Etat se placera entre les deux, préférant à l’idéologie et à l’histoire le travail sur le terrain de Bernard Cazeneuve. Il n’aura pas forcément raison.

Retrouvez l'intégralité du dossier dans Challenges

À lire aussi

13:39 Publié dans 21CenturyWebArchive, Articles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

12/03/2015

Que peut-on acheter aux enchères ?>FranceWebSharing>Comment Economiser 95% sur un iPad 4 ou un iPhone 5>FranceWebAsso>MadBid passe au test

 

Vous l’aurez surement remarqué, un nouveau phénomène est en train de se développer en Europe et en Amérique du Nord : les sites internet de ventes aux enchères de déstockage. Partout sur le net, dans les blogs, on peut lire les histoires d’heureux gagnants qui ont remporté de fabuleux articles habituellement très onéreux pour à peine une bouchée de pain. Mais nous n’étions pas convaincus à 100 % et c’est pour cela que nous avons décidé de les tester. Pour nous assurer que les bonnes affaires proposées par ces sites étaient bien réelles. Et quelle meilleure raison pour s’en assurer que de les tester nous-même

Je voulais acheter un nouvel iPad 4 d’Apple, c’est donc moi qui ai été chargée du test

J’ai commencé par faire une tonne de recherches sur le sujet pour déterminer lequel de ces sites était le plus fiable, et donc le plus adapté à mon test. Après des heures de recherches, j’en suis arrivée à la conclusion que, du fait de sa large gamme d’articles et son excellente réputation, MadBid était le site à tester. En principe, sur ces sites, vous devez acheter des crédits pour enchérir contre d’autres utilisateurs, sur les enchères en ligne. En cas de victoire, vous pouvez bénéficier d’une réduction très intéressante sur le prix de l’article. MadBid proposait une promotion à durée limitée : lors du premier achat d’un forfait de crédits, ils offraient le même gratuitement. Pour moi c’était la situation idéale, je disposais donc des crédits, indispensables pour tester le site en détails. Le but de cette promotion est de faire connaitre MadBid et de prouver aux internautes qu’ils peuvent faire des économies sur ce type d’enchères.

Que peut-on acheter aux enchères ?

J’y ai vu de tout, des voitures aux téléphones en passant par des ordinateurs, PC portables, télés, appareils photos, équipement stéréo et à peu près tout ce que vous pourriez chercher.

MadBid passe au test

Après une inscription facile, j’ai reçu mes crédits gratuits de la part de MadBid et j’ai pu me mettre à tenter de remporter l’un des articles proposés aux enchères. Avant de m’inscrire, je n’étais pas trop sure du fonctionnement du site mais tout s’est éclairé une fois que j’ai créé mon compte.

J’ai commencé par une enchère sur l’article que je convoitais : un iPad. Je l’ai remporté à ma grande surprise, après une enchère assez courte. J’en ai eu pour seulement 28,22 € au total pour un iPad d’une valeur de 499 € !

Pour m’assurer que ce n’était pas qu’un coup de chance, j’ai décidé d’essayer de remporter un autre article et, encore une fois à ma grande surprise, j’ai gagné. Et cette fois, l’économie réalisée était encore plus importante ! Au final, j’ai payé 79,22 € pour un MacBook Pro d’une valeur de 2 000 €. Très impressionnant ! Il ne fait aucun doute pour moi qu’aucun distributeur “ordinaire” ne peut proposer de telles affaires !

La livraison – Après avoir remporté et payé les articles, je les ai reçus seulement quelques jours plus tard. C’était tout simplement impressionnant.

Au final, je suis complètement satisfaite de mon expérience.

>> Créez un compte en moins d’une minute et essayez MadBid maintenant <<

Mode d’emploi détaillé de MadBid

Maintenant que vous êtes fixés sur les économies possibles sur MadBid, vous vous demandez surement comment le site fonctionne exactement. Pas d’inquiétudes, nous allons tout vous expliquer. Voici un mode d’emploi détaillé pour vous aider à vous lancer :

  • Etape 1 : Créez un compte sur MadBid. Cliquez sur notre lien exclu pour obtenir +100% de crédits gratuits en utilisant le code STARTER24
  • Etape 2 : Trouvez l’enchère qui vous intéresse et commencez à enchérir (et accumuler votre remise).
  • Etape 3 : Si vous remportez l’enchère, vous serez redirigé vers la page de paiement où vous n’aurez plus qu’à bénéficier de votre réduction !

Conclusion

Au final, j’ai eu une expérience très positive sur MadBid. Faire des économies de 95 % sur les prix de vente m’avait longtemps semblé impossible mais maintenant je sais qu’il y a un moyen ! Tout le monde ici utilise MadBid maintenant pour leurs achats personnels.

C’est aussi simple que ça ! Vous risquez de devenir accroc !

09:25 Publié dans 21CenturyWebArchive, Argent, Articles, Consommateur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu