Avertir le modérateur

02/05/2019

Digital Workplace FranceWeb Solutions Collaboratives.DiffuserVision 21,Un nouveau grand défi>Comment connecter plus de personnes avec un accès à Internet et à la technologie, quels que soient leur âge, leur emplacement, leur formation ou leurs capacités?

DiffuserVision 21,Un nouveau grand défi>Comment connecter plus de personnes avec un accès à Internet et à la technologie, quels que soient leur âge, leur emplacement, leur formation ou leurs capacités?

0GR3TXHD_400x400SR.jpgLearn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect, Anywhere, Anytime, Any device, the people..by the people, everything

Vision 21, making a difference to lives, through learning & work placements.

Digital Workplace FranceWeb Solutions Collaboratives

FranceWebAsso Travail collaboratif

Comment rendre le monde meilleur

Nous sommes au bord d'une révolution technologique qui modifiera fondamentalement notre façon de vivre, de travailler et de tisser des liens les uns avec les autres. De par son ampleur, sa portée et sa complexité, la transformation sera différente de tout ce que l’humanité a connu auparavant. Nous ne savons pas encore comment cela va se dérouler, mais une chose est claire: la réponse doit être intégrée et globale et impliquer toutes les parties prenantes du système politique mondial, des secteurs public et privé aux universités et à la société civile.

La première révolution industrielle utilisait de l'eau et de la vapeur pour mécaniser la production. La deuxième utilisait l'énergie électrique pour créer une production de masse. La troisième utilisait l’électronique et les technologies de l’information pour automatiser la production. Maintenant, une quatrième révolution industrielle s'appuie sur la troisième, la révolution numérique en cours depuis le milieu du siècle dernier. Il se caractérise par une fusion de technologies qui brouille les frontières entre les sphères physique, numérique et biologique.

Il y a trois raisons pour lesquelles les transformations d'aujourd'hui ne représentent pas simplement un prolongement de la troisième révolution industrielle, mais plutôt l'arrivée d'une quatrième et distincte: l'impact sur la vitesse, la portée et les systèmes. La vitesse des percées actuelles n'a pas de précédent historique. Comparée aux révolutions industrielles précédentes, la quatrième évolue à un rythme exponentiel plutôt que linéaire. En outre, cela perturbe presque toutes les industries dans tous les pays. Et l'ampleur et la profondeur de ces changements annoncent la transformation de systèmes entiers de production, de gestion et de gouvernance.

Les possibilités offertes à des milliards de personnes connectées via des appareils mobiles, avec une puissance de traitement, une capacité de stockage et un accès au savoir sans précédent, sont illimitées. Et ces possibilités seront multipliées par les percées technologiques émergentes dans des domaines tels que l'intelligence artificielle, la robotique, l'Internet des objets, les véhicules autonomes, l'impression 3D, la nanotechnologie, la biotechnologie, la science des matériaux, le stockage de l'énergie et l'informatique quantique.

Déjà, l’intelligence artificielle nous entoure, des voitures et drones autonomes aux assistants virtuels, en passant par les logiciels qui traduisent ou investissent. L'intelligence artificielle a considérablement progressé ces dernières années, grâce à l'augmentation exponentielle de la puissance de calcul et à la disponibilité de vastes quantités de données, des logiciels utilisés pour découvrir de nouveaux médicaments aux algorithmes servant à prédire nos intérêts culturels. Les technologies de fabrication numérique, quant à elles, interagissent quotidiennement avec le monde biologique. Des ingénieurs, des concepteurs et des architectes associent conception informatique, fabrication additive, ingénierie des matériaux et biologie synthétique pour créer une symbiose entre les microorganismes, notre corps, les produits que nous consommons et même les bâtiments que nous habitons.

Défis et opportunités

À l'instar des révolutions qui l'ont précédée, la quatrième révolution industrielle a le potentiel d'augmenter les niveaux de revenus mondiaux et d'améliorer la qualité de vie des populations du monde entier. À ce jour, ceux qui en ont le plus profité sont les consommateurs qui ont les moyens d’acheter le monde numérique et d’y accéder; La technologie a rendu possibles de nouveaux produits et services qui augmentent l'efficacité et le plaisir de nos vies personnelles. Commander un taxi, réserver un vol, acheter un produit, payer, écouter de la musique, regarder un film ou jouer à un jeu - tout cela peut maintenant être fait à distance.

À l'avenir, l'innovation technologique conduira également à un miracle de l'offre, avec des gains d'efficacité et de productivité à long terme. Les coûts de transport et de communication diminueront, la logistique et les chaînes d'approvisionnement mondiales deviendront plus efficaces et le coût du commerce diminuera, ce qui ouvrira de nouveaux marchés et stimulera la croissance économique.

Dans le même temps, comme l'ont souligné les économistes Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, la révolution pourrait générer une plus grande inégalité, notamment en ce qu'elle pourrait perturber les marchés du travail. Alors que l’automatisation remplace le travail dans l’ensemble de l’économie, le déplacement net de travailleurs par des machines pourrait exacerber l’écart entre les rendements du capital et les rendements du travail. D'autre part, il est également possible que le déplacement de travailleurs par la technologie se traduise, globalement, par une augmentation nette du nombre d'emplois sûrs et enrichissants.

À ce stade, nous ne pouvons prédire quel scénario est susceptible d’apparaître, et l’histoire suggère que le résultat sera probablement une combinaison des deux. Cependant, je suis convaincu d'une chose: à l'avenir, le talent, plus que le capital, représentera le facteur critique de la production. Cela créera un marché du travail de plus en plus séparé en segments «faiblement qualifiés / faiblement rémunérés» et «hautement qualifiés / hautement rémunérés», ce qui entraînera une augmentation des tensions sociales.

En plus d'être une préoccupation économique clé, les inégalités représentent la plus grande préoccupation sociétale associée à la quatrième révolution industrielle. Les principaux bénéficiaires de l'innovation ont tendance à être les fournisseurs de capital intellectuel et physique - les innovateurs, les actionnaires et les investisseurs -, ce qui explique l'écart de plus en plus grand entre les personnes dépendantes du capital et du travail. La technologie est donc l’une des principales raisons pour lesquelles les revenus ont stagné, voire diminué, pour la majorité de la population des pays à revenu élevé: la demande de travailleurs hautement qualifiés a augmenté tandis que la demande de travailleurs moins scolarisés et moins qualifiés a diminué . Le résultat est un marché du travail avec une forte demande dans les hauts et les bas, mais un creux du milieu.

Cela aide à comprendre pourquoi tant de travailleurs sont déçus et craignent que leurs revenus réels et ceux de leurs enfants continuent de stagner. Cela aide également à expliquer pourquoi les classes moyennes du monde entier éprouvent de plus en plus un sentiment d'insatisfaction et d'injustice omniprésent. Une économie gagnante qui n'offre qu'un accès limité à la classe moyenne est la recette du malaise démocratique et de la négligence.

Le mécontentement peut également être alimenté par l'omniprésence des technologies numériques et la dynamique de partage de l'information caractérisée par les médias sociaux. Plus de 30% de la population mondiale utilise désormais des plateformes de médias sociaux pour se connecter, apprendre et partager des informations. Dans un monde idéal, ces interactions fourniraient une opportunité pour la compréhension et la cohésion interculturelles. Cependant, ils peuvent également créer et propager des attentes irréalistes quant à ce qui constitue le succès d'un individu ou d'un groupe, et offrir des opportunités de diffusion d'idées et d'idéologies extrêmes.

L'impact sur les affaires

Un thème sous-jacent dans mes conversations avec les chefs de la direction et les dirigeants d’entreprise du monde entier est que l’accélération de l’innovation et la vitesse de perturbation sont difficiles à comprendre ou à anticiper et que ces facteurs constituent une source de surprise constante, même pour les mieux connectés et les mieux informés. . En effet, dans tous les secteurs, il apparaît clairement que les technologies qui sous-tendent la quatrième révolution industrielle ont un impact majeur sur les entreprises.

Du côté de l'offre, de nombreuses industries voient l'introduction de nouvelles technologies qui créent de toutes nouvelles manières de répondre aux besoins existants et perturbent considérablement les chaînes de valeur de l'industrie existante. Les perturbations proviennent également de concurrents agiles et novateurs qui, grâce à l'accès à des plateformes numériques mondiales de recherche, développement, marketing, vente et distribution, peuvent se débarrasser plus rapidement que jamais de fournisseurs déjà établis en améliorant la qualité, la vitesse ou le prix auxquels la valeur est livrée.

Des changements importants se produisent également du côté de la demande, alors que la transparence croissante, l'engagement des consommateurs et les nouveaux modes de comportement des consommateurs (de plus en plus fondés sur l'accès aux réseaux mobiles et aux données) forcent les entreprises à adapter leur manière de concevoir, de commercialiser et de fournir des produits et services. .

Une tendance clé est le développement de plates-formes basées sur la technologie qui combinent à la fois la demande et l’offre pour perturber les structures industrielles existantes, telles que celles que nous voyons dans l’économie du «partage» ou «à la demande». Ces plates-formes technologiques, rendues faciles à utiliser par le smartphone, rassemblent des personnes, des actifs et des données, créant ainsi de toutes nouvelles façons de consommer des biens et des services. En outre, ils permettent aux entreprises et aux particuliers de créer des richesses, modifiant ainsi l’environnement personnel et professionnel des travailleurs. Ces nouvelles entreprises de plate-forme se multiplient rapidement pour inclure de nombreux nouveaux services, allant de la lessive au shopping, des tâches ménagères au parking, des massages aux voyages.

Globalement, la quatrième révolution industrielle a quatre effets principaux sur les affaires: sur les attentes des clients, sur l'amélioration des produits, sur l'innovation collaborative et sur les formes organisationnelles. Qu'il s'agisse de consommateurs ou d'entreprises, les clients sont de plus en plus au centre de l'économie, ce qui consiste à améliorer les services fournis aux clients. De plus, les produits et services physiques peuvent maintenant être améliorés avec des fonctionnalités numériques qui augmentent leur valeur. Les nouvelles technologies rendent les actifs plus durables et résilients, tandis que les données et les analyses transforment la manière dont elles sont gérées. Un monde d’expériences client, de services basés sur des données et de performance des actifs grâce à l’analyse requiert de nouvelles formes de collaboration, en particulier compte tenu de la rapidité avec laquelle l’innovation et les bouleversements se produisent. Enfin, l’émergence de plates-formes mondiales et d’autres nouveaux modèles commerciaux signifie que le talent, la culture et les formes d’organisation devront être repensés.

Globalement, le passage inexorable de la numérisation simple (troisième révolution industrielle) à une innovation reposant sur une combinaison de technologies (la quatrième révolution industrielle) oblige les entreprises à réexaminer leur manière de faire des affaires. Toutefois, l’essentiel est le même: les dirigeants d’entreprise et les cadres supérieurs doivent comprendre l’évolution de leur environnement, remettre en question les hypothèses de leurs équipes opérationnelles et innover sans cesse et sans cesse.

L'impact sur le gouvernement

Alors que les mondes physique, numérique et biologique continuent de converger, les nouvelles technologies et plateformes permettront de plus en plus aux citoyens de dialoguer avec les gouvernements, d'exprimer leurs opinions, de coordonner leurs efforts et même de contourner le contrôle des autorités publiques. Simultanément, les gouvernements disposeront de nouveaux pouvoirs technologiques pour renforcer leur contrôle sur les populations, grâce à des systèmes de surveillance omniprésents et à la capacité de contrôler les infrastructures numériques. Dans l'ensemble, toutefois, les gouvernements seront de plus en plus confrontés à la nécessité de modifier leur approche actuelle en matière d'engagement du public et d'élaboration des politiques, à mesure que leur rôle central dans la conduite de la politique diminue en raison de nouvelles sources de concurrence, de la redistribution et de la décentralisation du pouvoir que les nouvelles technologies permettent.

En fin de compte, la capacité d'adaptation des systèmes gouvernementaux et des autorités publiques déterminera leur survie. S'ils s'avèrent capables de s'adapter à un monde de changements perturbateurs, en soumettant leurs structures aux niveaux de transparence et d'efficacité qui leur permettront de conserver leur avantage concurrentiel, ils persisteront. S'ils ne peuvent pas évoluer, ils devront faire face à des problèmes croissants.

Cela sera particulièrement vrai dans le domaine de la réglementation. Les systèmes actuels de politique publique et de prise de décision ont évolué parallèlement à la deuxième révolution industrielle, lorsque les décideurs ont eu le temps d'étudier un problème spécifique et d'élaborer la réponse nécessaire ou le cadre réglementaire approprié. L'ensemble du processus a été conçu pour être linéaire et mécaniste, en suivant une approche stricte «du haut vers le bas».

Mais une telle approche n'est plus réalisable. Compte tenu de la rapidité avec laquelle la quatrième révolution industrielle évolue et de ses vastes répercussions, les législateurs et les régulateurs sont confrontés à un défi sans précédent et se révèlent, dans la plupart des cas, incapables de faire face.

Comment, alors, peuvent-ils préserver l'intérêt des consommateurs et du grand public tout en continuant à soutenir l'innovation et le développement technologique? En adoptant une gouvernance «agile», tout comme le secteur privé a de plus en plus adopté des réponses agiles au développement de logiciels et aux opérations commerciales en général. Cela signifie que les régulateurs doivent continuellement s'adapter à un nouvel environnement en mutation rapide, se réinventer pour pouvoir vraiment comprendre ce qu'ils réglementent. Pour ce faire, les gouvernements et les organismes de réglementation devront collaborer étroitement avec les entreprises et la société civile.

La quatrième révolution industrielle aura également un impact profond sur la nature de la sécurité nationale et internationale, affectant à la fois la probabilité et la nature du conflit. L’histoire de la guerre et de la sécurité internationale est l’histoire de l’innovation technologique, et aujourd’hui ne fait pas exception. Les conflits modernes impliquant des États sont de plus en plus «hybrides», combinant des techniques de champ de bataille traditionnelles et des éléments précédemment associés à des acteurs non étatiques. La distinction entre guerre et paix, combattant et non combattant, et même violence et non-violence (pensez cyber guerre) devient de plus en plus floue.

Au fur et à mesure que ce processus se déroulera et que les nouvelles technologies telles que les armes autonomes ou biologiques deviendront plus faciles à utiliser, les individus et les petits groupes se joindront de plus en plus à la capacité des États de causer des dommages massifs. Cette nouvelle vulnérabilité entraînera de nouvelles craintes. Parallèlement, toutefois, les progrès technologiques permettront de réduire l’ampleur ou l’impact de la violence, par le développement de nouveaux modes de protection, par exemple, ou par une précision accrue du ciblage.

L'impact sur les gens

La quatrième révolution industrielle, enfin, changera non seulement ce que nous faisons mais aussi qui nous sommes. Cela affectera notre identité et tous les problèmes qui y sont associés: notre sens de la vie privée, nos notions de propriété, nos habitudes de consommation, le temps que nous consacrons au travail et aux loisirs, et comment nous développons notre carrière, cultivons nos compétences, rencontrons des gens, et entretenir des relations. Cela change déjà notre santé et conduit à un soi «quantifié», et plus tôt que nous ne le pensons, cela peut conduire à une augmentation humaine. La liste est interminable car elle n’est liée que par notre imagination.

Je suis un grand enthousiaste et un adepte précoce de la technologie, mais je me demande parfois si l'intégration inexorable de la technologie dans nos vies pourrait réduire certaines de nos capacités humaines par excellence, telles que la compassion et la coopération. Notre relation avec nos smartphones en est un exemple. Une connexion constante peut nous priver de l’un des atouts les plus importants de la vie: le temps de faire une pause, de réfléchir et d’engager une conversation enrichissante.

La protection de la vie privée est l’un des plus grands défis des nouvelles technologies de l’information. Nous comprenons instinctivement pourquoi c'est si essentiel. Pourtant, le suivi et le partage des informations nous concernant sont un élément crucial de la nouvelle connectivité. Les débats sur des questions fondamentales telles que l'impact sur nos vies intérieures de la perte de contrôle sur nos données ne feront que s'intensifier dans les années à venir. De même, les révolutions en cours dans la biotechnologie et l'IA, qui redéfinissent ce que signifie être humain en repoussant les seuils actuels de durée de vie, de santé, de cognition et de capacités, nous obligeront à redéfinir nos limites morales et éthiques.

Entrevoir l'avenir

Ni la technologie ni la perturbation qui en découle ne constituent une force exogène sur laquelle les humains n’ont aucun contrôle. Nous sommes tous responsables de guider son évolution, dans les décisions que nous prenons quotidiennement en tant que citoyens, consommateurs et investisseurs. Nous devrions donc saisir l’opportunité et le pouvoir dont nous disposons pour façonner la quatrième révolution industrielle et la diriger vers un avenir qui reflète nos objectifs et nos valeurs communes.

Pour ce faire, cependant, nous devons développer une vision globale et partagée de la manière dont la technologie affecte notre vie et restructure notre environnement économique, social, culturel et humain. Il n’ya jamais eu de période aussi prometteuse ni de péril potentiel plus grand. Cependant, les décideurs d'aujourd'hui sont trop souvent pris au piège de la pensée linéaire traditionnelle ou trop absorbés par les multiples crises qui exigent leur attention, pour penser de manière stratégique aux forces de rupture et d'innovation qui façonnent notre avenir.

En fin de compte, tout se résume aux personnes et aux valeurs. Nous devons façonner un avenir qui fonctionne pour nous tous en donnant la priorité aux gens et en leur donnant les moyens d'agir. Sous sa forme la plus pessimiste et la plus déshumanisée, la quatrième révolution industrielle pourrait bien avoir le potentiel de «robotiser» l’humanité et donc de nous priver de notre cœur et de notre âme. Mais, en complément des meilleurs éléments de la nature humaine - créativité, empathie, intendance -, elle peut également élever l'humanité dans une nouvelle conscience collective et morale fondée sur un sens partagé du destin. Il nous incombe à tous de faire en sorte que ce dernier l'emporte.

Cet article a été publié pour la première fois dans Foreign Affairs

Auteur: Klaus Schwab est fondateur et président exécutif du Forum économique mondial

2021.jpg

Un nouveau grand défi

Voici une partie de la réponse: Définissons l'objectif et offrons un million de dollars en prix. Créons un nouveau grand défi.

À l'initiative MIT sur l'économie numérique, que j'ai co-fondée avec Andy McAfee, nous avons eu l'idée du défi de l'innovation inclusive . Il existe déjà de nombreux prix pour motiver les ingénieurs à créer des technologies étonnantes. C'est génial. Mais pourquoi ne pas créer un prix pour inciter les chefs d’entreprise et les spécialistes des sciences sociales à réfléchir à de meilleurs moyens d’utiliser ces technologies étonnantes?

Nous avons défini quatre domaines dans lesquels nous pensons que le leadership du secteur privé aidera à utiliser la technologie au profit des nombreux et non des quelques-uns.

1. Comment permettons-nous aux gens de réussir et d'accéder aux opportunités de travail du futur?

2. Comment connecter plus de personnes avec un accès à Internet et à la technologie, quels que soient leur âge, leur emplacement, leur formation ou leurs capacités?

3. Comment assurons-nous la sécurité et la stabilité financières pour davantage de personnes? Comment permettre à plus de gens d'accéder aux avantages des services financiers?

4. Comment faire en sorte que les travailleurs gagnent des revenus suffisants et croissants pour atteindre une qualité de vie et un niveau de vie satisfaisants? Comment réinventons-nous les industries en difficulté et créons-nous de nouvelles opportunités de travail?

Nous avons recueilli des fonds en récompensant des personnes telles que Eric et Wendy Schmidt, Brad Feld et Amy Batchelor et Joe Eastin, de The Joyce Foundation et The Rockefeller Foundation, de la NASDAQ Foundation et d'Accenture Digital, entre autres. Nous avons recruté un panel de juges experts. Nous avons reçu plus de 250 entrées. Les applications étaient incroyablement impressionnantes. Il y a quelques mois, nous avons annoncé les gagnants de la première année.

Ils incluaient une société appelée 99Degrees Custom, qui ramène des emplois dans le secteur manufacturier à Lowell, dans le Massachusetts. Cela ne se trouve qu'à environ 30 miles du campus du MIT, mais c'est un endroit très différent - une ville construite sur l'industrie du textile, où la classe ouvrière a été durement touchée par les emplois automatisés et délocalisés.

Ces vieux emplois ne reviennent jamais. Mais nous pouvons créer de nouveaux emplois dans le secteur de la fabrication grâce aux technologies de pointe telles que celles utilisées par les employés de 99Degrees Custom pour fabriquer des produits textiles hautement personnalisés. Ces emplois sont meilleurs que les anciens emplois en usine - plus intéressants et mieux rémunérés - et ils offrent aux travailleurs des compétences de fabrication de pointe transférables.

Iora Health est un autre gagnant. Ils emploient des coachs de santé et les mettent en contact avec des patients pour travailler sur des choses simples, comme aider le patient à suivre le régime recommandé par son médecin, ou à suivre un programme d'exercices, ou juste de ne pas oublier de prendre ses médicaments. Des études montrent que cette approche peut améliorer les résultats et réduire les coûts de 15 à 20%, faisant ainsi la différence entre un patient en convalescence ou les frais d'un autre séjour à l'hôpital.

Diffuser les avantages de la technologie

Ces entraîneurs ne sont pas du personnel médical qualifié et se situent au bas de l'échelle des revenus. Mais ils ajoutent une valeur réelle en utilisant le type de compétences humaines que les robots ne vont pas acquérir de si tôt, si jamais - empathie, compétences de motivation, intelligence émotionnelle.

Bien entendu, pour que les avantages de la technologie se répandent, il faut que les gouvernements fassent preuve de leadership - dans des domaines tels que l'éducation, les infrastructures, les réglementations, les impôts et la protection sociale - ainsi que les individus qui assument la responsabilité de développer leurs compétences. Mais ce sont là d'excellents exemples de la façon dont le leadership dans le secteur privé peut aider à façonner la manière dont la technologie redéfinit la société.

Les changements ne se feront pas du jour au lendemain. Lors de la première révolution industrielle, plusieurs décennies après l’invention de la machine à vapeur, des changements sociétaux se sont produits. Après la généralisation de l’électricité, il a fallu encore environ trois décennies aux industriels pour repenser complètement leurs usines, leurs modèles commerciaux et leurs structures organisationnelles.

De même, il faudra probablement plusieurs décennies pour que les impacts sociaux de nombreuses technologies émergentes actuelles disparaissent - des voitures autonomes aux soins de santé, en passant par la fabrication et les services financiers. Dans de nombreux secteurs, nous sommes maintenant à un point de levier pour repenser notre façon de faire. Les choix que nous faisons maintenant vont, dans un sens très littéral, façonner l'avenir.

Je souhaite donc encourager tous les lecteurs de cet article à réfléchir au type de monde dans lequel vous souhaitez que la technologie soit créée. Sachez que votre vision ne se produira pas automatiquement. Que pouvez-vous faire? Pourquoi ne pas nous rejoindre pour créer une prospérité largement partagée? Peut-être participez-vous à la prochaine étape du défi de l'innovation inclusive. Ou définissez votre grand défi personnel.

As-tu lu?

Les applications développées pour l'utilisation de l'intelligence artificielle, de la robotique, du Big Data et de l'Internet of Everything ont des conséquences extrêmement importantes. Pourtant, les effets perturbateurs de l'innovation ne sont pas nouveaux: l'ouvrier agricole, transporté dans une usine industrielle dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, aurait connu des niveaux de dévastation dans leur vie et dans la société qui rendent les changements actuels moins importants en comparaison. Ces changements, qui se sont poursuivis pendant plus d'un siècle, ont provoqué des réactions négatives chez les Luddites, ferment révolutionnaire de Karl Marx, et ont inspiré la plainte de Benjamin Disraeli selon laquelle la Grande-Bretagne était devenue «deux nations» presque irrémédiablement divisées.

Destruction créative - ou piège de la pauvreté?

Alors que la société a fait des transitions dans le passé, la réalité contemporaine est extrêmement gênante. Selon une étude de l'Université d'Oxford , 47% des emplois aux États-Unis sont menacés par l'informatisation. Les contrats occasionnels ou à zéro heure constituent une menace pour beaucoup. Une grande partie des chômeurs ont entre 40 et 50 ans, et il faudra attendre des décennies avant de pouvoir prétendre à une pension. Un nouveau piège à la pauvreté est peut-être en train de s'ouvrir. Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, met en garde contre la "première décennie perdue" en matière de croissance des salaires "depuis les années 1860", lorsque "Karl Marx écrivait dans la British Library".

Comme Joseph Schumpeter l'a expliqué il y a 75 ans, l'innovation est un processus de destruction créatrice. Le défi social et politique est d’accentuer les créatifs et d’atténuer les destructeurs.

Nous devons équilibrer le débat qui célèbre les vertus du changement rapide, de l'agilité et de l'entrepreneuriat; en tenant compte de la manière dont les sociétés et leurs citoyens font face aux turbulences considérables engendrées par les changements technologiques et en tirent parti. Le trumpisme et le Brexit sont à l'origine de la répercussion politique de ce manque de préoccupation comparé. La mondialisation, la productivité et l’innovation sont peut-être la devise de leurs bénéficiaires, mais pour beaucoup d’entre eux, ils se traduisent par des pertes d’emplois, des efforts plus importants et une incertitude croissante au travail.

Image: Forum économique mondial, analyse Accenture

Les défis sont immenses. Prenons l’industrie automobile: elle est responsable de plus de 50 millions d’emplois et peut-être d’avantages économiques plus vastes et incalculables. Pourtant, ses produits polluent et plus d'un million de personnes meurent chaque année sur les routes.

Nous pouvons avoir une solution: voitures électriques et sans conducteur. Mais le plus grand groupe d’emploi aux États-Unis est constitué de chauffeurs de camions, de fourgonnettes et de taxis, dont beaucoup perdraient leur emploi.

Si vous possédez une voiture Tesla nécessitant un entretien, le problème est souvent résolu par une mise à jour logicielle du jour au lieu de l'emmener au garage voisin. La société taïwanaise d'électronique contractuelle Foxconn, fabricant de l'iPhone, a remplacé la moitié de ses effectifs par des robots depuis le lancement de l'iPhone 6. Accentuer le créateur et atténuer le destructeur dans de telles circonstances est extrêmement confrontant.

Il existe de nombreux points de vue pessimistes sur les assauts de la technologie, certains suggérant que seuls les emplois les plus créatifs et les plus habiles sont menacés - bien que les ordinateurs soient formés pour assumer des fonctions créatives et même artistiques, comme l'explique Martin Ford dans The Rise of les robots .

Les emplois peuvent être protégés temporairement et coûteux du progrès technologique, mais au final, ce qui compte, c’est l’ajustement social. La technologie est un artefact de la société qui la crée et l'utilise, et son impact résulte de sa coévolution avec les citoyens et les institutions. Les algorithmes ne sont pas impartiaux, mais des produits de la culture, de la politique et de la société - les mêmes choses qui façonnent les humains qui les conçoivent et les utilisent.

Les étudiants en innovation montrent comment les effets perturbateurs des vastes vagues de mutations technologiques intervenues depuis la révolution industrielle sont accompagnés de mutations sociales, notamment de nouvelles compétences, de relations professionnelles et de réglementations. À la différence de ces perturbations passées, la conjoncture actuelle se caractérise par une prospérité sans précédent dans de nombreuses régions du monde.

La vision de Keynes d'une semaine de 15 heures

Il convient de rappeler ici John Maynard Keynes: en 1930, lorsqu’il écrivait sur les «possibilités économiques pour nos petits-enfants», il reconnaissait la nécessité d’une réadaptation douloureuse au chômage technologique. Il parle de la peur et de la "dépression nerveuse" dans la société, alors que les gens en subissent les conséquences néfastes, et explique qu'il s'agit «d'un problème effrayant pour un citoyen ordinaire, sans talent particulier».

Keynes évoque également les défis d'une période de prospérité: la confrontation, pour la première fois, de la libération des soucis économiques; et des quarts de travail de trois heures et des semaines de 15 heures. Pour y parvenir, il faut «honorer ceux qui peuvent nous apprendre à cueillir l’heure et le jour avec vertu» et «à occuper le loisir (…) de vivre sagement et agréablement bien».

La vraie question est de savoir comment nous ajustons à un monde avec beaucoup moins de ce que nous appelons le travail. Les entreprises ont le devoir d'utiliser leur expertise en matière de perturbations pour faire face à cet énorme bouleversement social.

Les bouleversements technologiques exacerbent les inégalités sociales et nous devons parler sérieusement des vertus d'un salaire social. Nous devons financer les personnes qui travaillent sans avoir nécessairement un emploi, de manière à leur permettre d’aider les autres ou de mettre en pratique leurs compétences de manière significative et enrichissante.

À cette fin, l'éducation doit cesser de préparer les gens à occuper un emploi (probablement inexistant) pour les préparer à créer un travail défini par eux-mêmes.

Intégrer le codage dans le programme d’études est une bonne chose, mais il ne nous mène que jusqu’à présent. Les systèmes éducatifs doivent rejeter la barbarie incarnée par le programme scolaire national du Royaume-Uni, qui n'inclut plus l'étude de l'histoire de l'art, de la civilisation classique ou de l'archéologie. Compte tenu de l’influence culturelle du Royaume-Uni sur la scène internationale, ces initiatives sont remarquablement à courte vue.

Dans un monde où les emplois classiques disparaissent, mais où nous avons davantage de possibilités de «vivre sagement», cite le dicton de TS Eliot, selon lequel la culture est ce qui fait que la vie vaut la peine d'être vécue, est un guide important.

De grands progrès ont inspiré des rêves encore plus grands. Les champs de force et les disques de distorsion sont devenus des expressions courantes et des magazines réputés ont assuré aux lecteurs que l’avenir amènerait des colonies sur Mars et des appareils pour transformer la matière. Mais la ferveur n'a pas duré. Le 15 août 1971, le président américain Nixon a suspendu la convertibilité du dollar en or; le système de Bretton Woods de l'après-guerre s'est effondré. Peu de temps après, l'économie mondiale a été secouée par une crise pétrolière qui a encore freiné la croissance et l'emploi. La double crise de forte inflation et de faible taux d’emploi a réduit à néant la confiance dans les marchés et la capacité des gouvernements à les corriger.

Après deux décennies de croissance vertigineuse, les pressions sur les ressources naturelles ont également commencé à se manifester. Un an après le choc de Nixon, le Club de Rome a publié Limits to Growth , un rapport désormais célèbre qui met en garde contre une catastrophe environnementale à moins que les dirigeants ne réduisent radicalement l'utilisation des ressources. le mouvement vert a commencé à se former. Soudainement, la technologie faisait partie du problème, mettant à rude épreuve les limites de la planète et de l’esprit. Future Shock, le best-seller d’Alvin Toffler, publié en 1970, a eu le vertige en déclarant que nos cerveaux étaient mal préparés à un tel rythme de changement.

Star Wars comme toile pour nos cauchemars

Ces développements ont été la toile de fond du premier film de Star Wars . Quand il est sorti en 1977, il est rapidement devenu un film à succès et le film le plus rentable jamais réalisé. La comparaison du langage visuel des deux superproductions est révélatrice: les couleurs éclatantes de la flotte de Star Trek se transforment en tons sombres de Dark Vador; la coexistence se transforme en guerre civile; les rêves se transforment en cauchemars. Alors que Star Trek continuait d'attirer un public nombreux, une nouvelle génération de science-fiction transformait l'espace en source d'émerveillement et d'aventure en une toile pour nos pires cauchemars. En 1979, Alien a finalement fait de l’espace un lieu où «personne ne peut vous entendre crier».

15/03/2019

L’AVENTURE FRANCEWEB>Grace à son écosystème et ses lecteurs de tous secteurs d’activité FRANCEWEB reste en permanence attentif aux nouveaux usages pour proposer sans cesse de nouvelles solutions d’optimisation des flux d’informations et d’aide ...

FRANCEWEBMAX>"The secret of the success">MyNewsCenter>UN PARTENAIRE ENGAGÉ>Promotion de l’innovation, notamment en lien avec les milieux scientifiques et l’activité R&D sectorielle et multisectorielle.> Diffusion de l’information technologique>

 FranceWeb, le n°1 mondial de la collaboration en ligne

3poles.pngThe World’s Largest, Most Relevant Data Set Is Now the Easiest to Use

Our engineers are perfectionists—always on the lookout for ways to make the Research Cloud not only more comprehensive but also easier to use. That’s why the Research Cloud is so user friendly that it delivers a search performance story right out of the box. Of course, the Research Cloud still regularly crawls thousands of terabytes of data. But now, the story it tells enables digital marketers to get to the heart of search and content performance right away. For themselves and their competitors.

La pyramide Data-Information-Knowledge-Wisdom

  • Les données sont la matière "brute" d'où naît l'information.

  • L'information pourrait être définie comme des données qui ont été consignées, classées, organisées, raccordées ou interprétées dans un cadre qui en dégage le sens

  • En donnant du sens à de l'information, on obtient de la connaissance

  • En donnant du sens à la connaissance on obtient du savoir

Pour Vous et avec Vous!3poles.pngFW-pour-vous-et-avec-vous.jpg

Un projet ambitieux, humain, imaginatif, hors normes, réunit 3 pôles est sera tourné vers une approche de bien-être collectif et individuel, grâce à son architecture, à l'intégration de la nature et aux services proposés. Laisser les groupements d'opérateurs faire preuve d'imagination. Même s'il s'agit d'un exercice difficile, nous invitons les groupements à laisser libre cours à leur imagination tout en leur demandant d'intégrer ce modèle de société.

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique… 

« Avec cette grande campagne, nous souhaitons donner un coup de projecteur sur les aspects positifs de notre vie quotidienne en donnant vie à l’optimisme et au bonheur, des valeurs auxquelles FranceWeb aspire depuis 17 ans. Nous ne pouvons pas changer le monde mais nous pouvons encourager les lecteurs à croire en de meilleurs lendemains. Là est toute la promesse de cette nouvelle campagne. Cette signature sera récurrente tout au long de l’année 2019 » rappelle Stefan Raducanu, Président  FRANCEWEB.

 

L’AVENTURE FRANCEWEB

Grace à son écosystème et ses clients de tous secteurs d’activité FRANCEWEB reste en permanence attentif aux nouveaux usages pour proposer sans cesse de nouvelles solutions d’optimisation des flux d’informations et d’aide à la prise de décisions.

Il n’est désir plus naturel que le désir de connaissance

 Lire la suite

Bienvenue sur FranceWeb

 0GR3TXHD_400x400SR.jpg"The secret of the success"

Working together to ensure sustainable growth

The secret of the success >

transforming data > information -> knowledge -> profits-> Networking the World>GlobalPartnersNetwork>AllianceNetWork

Learn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect, Anywhere, Anytime, Any device, the people..by the people, everything.

Human Network, Serving the Planet with Global News, News search engine, "Know where to find the information and how to use it - That's the secret of success"Networking the World"

Institut for International Research>SRU-Electronics ...

>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect

Your industry partner in emerging technology research

"Networking the World" 

FRANCEWEB group

FranceWeb Planète

RECHERCHER, OBSERVER, METTRE EN LIEN, DIFFUSER

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

Les dossiers de FranceWeb ont un double objectif : d'une part, vous documenter sur un thème précis et d'autre part, satisfaire votre curiosité au fil des lectures. A cette fin, vous trouverez en ouvrant chaque dossier, des explications aussi complètes que claires sur les sujets étudiés. Les tableaux, les données commentées et les éclaircissements techniques font également place à des simplifications, afin de satisfaire l'ensemble des lecteurs.

Ensemble créons de la valeur 

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

FranceWeb en un clic de souris

Une offre globale s’articulant autour de l’innovation, de la formation et de  l’accompagnement.

Un meilleur usage des données, grâce à leur mise en commun, c'est ce pour quoi milite Stefan Raducanu président FRANCEWEB, mais aussi ingénieur électronicien.

"Il faut être un minimum inventif, oser inventer des outils qui ne correspondront pas forcément à ceux qui sont dominants aujourd'hui […] On approche de plus en plus de cette idée qu'il faut mettre en commun, sous une forme de coopétition par exemple, pour créer de la valeur à partir du partage des données" soutient Stefan Raducanu

"Il y a des usages de vos données qui peuvent être faits par des tiers et pas par vous-même. Et à l'inverse, en croisant vos propres données avec celles de tiers, sans doute que vous-même vous pourrez générez de la valeur", qu'elle soit d'actif, de matière première ou de levier.

N'attendez plus pour réussir !

Tout le monde peut participer, et chaque amélioration est utile.
Merci d'aider le monde à découvrir de nouvelles choses !

Et si la donnée profitait aussi aux citoyens français ?

UN PARTENAIRE ENGAGÉ

SRU-Electronics est acteur au sein d’associations et groupements liés à l’intelligence économique,
la veille, réputation et l’innovation.

Anticipate the current flow for Wonderful Living.

Connected Home Solutions for Wonderful Society

Working together to ensure sustainable growth

We Will provide a safe and comfortable space to everyone who gathers at home

 10000 yeux vous regardent pub.gif

Notre mission est d’aider nos clients et partenaires à transformer l’information en actions et décisions. Performance, réactivité, anticipation et innovation sont nos maîtres mots !

L’ADN de l’équipe est un mélange de technologie et de passion avec l’écoute des utilisateurs pour une évolution permanente de la plateforme en réponse à vos attentes.

Convaincue des enjeux croissant de la veille pour les PME comme pour les grands comptes, la société lance en 2002 le service de veille économique et clé en main SRU-Electronics spécialement conçu pour les décideurs démunis de chargés de veille au sein de leur équipe.

Précurseur avec une solution globale accessible en mode Communauté, une première version est lancée en 2001 et rassemble une communauté de plus de 3 000 utilisateurs permettant d’améliorer ainsi les fonctionnalités et de développer par la même occasion un écosystème de partenaires.

LANCEMENT DE LA R&D

L’aventure FRANCEWEB débute en 2001 lorsque son fondateur, Stefan Raducanu, décide de transposer son expérience du traitement de flux temps réel dans le monde de ll'électronique  à la veille sur le Web.

 

“ La plateforme FranceWebAsso a évolué au travers des années
grâce à la participation d’une communauté de plus de 3 000 utilisateurs ”

FranceWeb, votre partenaire ideal !

Pour Vous et avec Vous!

Les Sites FranceWeb

Plates-formes collaboratives pour nourrir la connaissance, la productivité et l'innovation

Pour un conseil ou une commande appelez-nous au

01 39 65 50 34 ou par mail:franceweb@gmail.com

 

UNE COLLECTE EFFICACE

Vos filtres de collecte sont effectifs instantanément pour remonter les informations pertinentes. FranceWeb vous libère ainsi de la partie technique grâce à un paramétrage simplifié.

UN TRAITEMENT PLUS RAPIDE

Fini les dizaines de clics pour exécuter une seule action ! Traitez rapidement chaque information remontée dans la plateforme grâce aux différentes actions proposées : valider, commenter, sélectionner, envoyer, poser une tonalité, supprimer, marque comme lu, classer…

UNE DIFFUSION FACILITÉE

Générez automatiquement vos alertes, newsletter et rapports d’analyse en fonction de critères simples à paramétrer. Le tout en un vous évite des connexions à différents outils pour diffuser manuellement votre veille. Tout est envoyé depuis la plateforme. S’il venait à vous manquer un support, FranceWeb s’interface avec vos propres outils grâce à son API.

UNE PRISE EN MAIN RAPIDE
ET INTUITIVE

Bénéficiez d’une plateforme de veille complète et d’une prise en main rapide grâce à des interfaces intuitives ! Chaque utilisateur accède immédiatement à sa veille au travers d’interfaces claires et design.

PLUS DE 10 MILLIONS DE SOURCES INTERNATIONALES

Actualités, blogs, communiqués de presse, réseaux sociaux, forums de discussion, sites institutionnels…Des connecteurs liées à des sources spécifiques à votre domaine d’activité sont disponibles en option.

COLLECTE

Filtrez et classez automatiquement toutes les données !
La plateforme de veille SRU-Electronics est capable, d’apprendre à reconnaître les informations qualifiées selon les centres d’intérêts de l’utilisateur. MyNewsCenter fait ainsi gagner du temps en alimentant  les dossiers de veille en actualités pertinentes.

TRAITEMENT

Qualification manuelle.
Les données sont affinées et enrichies d’analyses et d’indicateurs pour une meilleure compréhension.
Pour chaque information remontée dans la plate-forme , différentes actions sont proposées : intérêt, commenter, sélectionner, supprimer, marquer comme lu, diffuser vers, envoyer, classer, répondre.

NEWSLETTER

Les newsletters sont particulièrement utiles pour communiquer régulièrement les informations importantes aux collaborateurs. permet de générer et personnaliser ces newsletters, choisir les destinataires, la date et la fréquence d’envoi.
 Un système de BAT permet également de valider leur contenu avant chaque envoi.

PORTAIL

Les lecteurs peuvent accéder aux informations, qui leur sont destinées selon les droits affectés, par un portail organisé selon les dossiers de veille autorisés.
L’interface est basées sur les dernières normes permettant d’adapter automatiquement l’ergonomie selon la résolution du terminal utilisé : PC, tablettes, smartphones…

"C'est notre grosse valeur ajoutée : les utilisateurs découvrent de cette manière des contenus sur lesquels ils n'auraient pas forcément cliqué"

FranceWeb c'est à Vous !>Communication, Exposants, Partenaires,

Produire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative et impulser les changement nécessaires par l’évolution de notre société.

Et si la donnée profitait aussi aux citoyens français ?

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”21centurywebarchive,a day in the world of francewebasso,a propos du réseau,about sru,about us,accueil,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,amour,annonces,annonceurs,archive 21 siècle,archiveweb21,art de vivre,articles,blog,bonheur,bonheurologie,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,coach,collaboratif,collections,consulting,culture,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,entreprise,e-global,events,...,exposants,faisons connaissance,femmes,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebasso,initiatives,innovation,international,internet,invitation

PoissySmartCity-SocSav21

PoissyVilleConnectée

 

LES IMPACTS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX DE L’INDUSTRIE DU FUTUR

Robots collaboratifs, intelligence artificielle, maintenance prédictive, réalité augmentée... L’industrie du futur reste assez méconnue de nos concitoyens. Elle représente pourtant un puissant levier de productivité, le socle de nouveaux business models et une façon de remettre l’humain au cœur des chaînes de production

Elle est donc vitale pour l’avenir de l’industrie dans notre pays. L’industrie du futur doit permettre à la France de renouer avec sa tradition industrielle et notre pays ne doit pas se laisser distancer par la concurrence – Allemagne, États-Unis et Chine en tête. Face à une telle urgence, la dynamique de déploiement actuelle ne permettra pas à l’industrie du futur de livrer toutes ses promesses dans l’Hexagone. Afin de modifier cette trajectoire, nous appelons donc l’ensemble des parties prenantes, privées et publiques, à une mobilisation rapide et coordonnée

Robots collaboratifs, intelligence artificielle, maintenance prédictive, réalité augmentée... L’industrie du futur reste assez méconnue de nos concitoyens. Elle représente pourtant un puissant levier de productivité, le socle de nouveaux business models et une façon de remettre l’humain au cœur des chaînes de production. Elle est donc vitale pour l’avenir de l’industrie dans notre pays. L’industrie du futur doit permettre à la France de renouer avec sa tradition industrielle et notre pays ne doit pas se laisser distancer par la concurrence – Allemagne, États-Unis et Chine en tête. Face à une telle urgence, la dynamique de déploiement actuelle ne permettra pas à l’industrie du futur de livrer toutes ses promesses dans l’Hexagone. Afin de modifier cette trajectoire, nous appelons donc l’ensemble des parties prenantes, privées et publiques, à une mobilisation rapide et coordonnée. .Plusieurs initiatives récentes vont dans le bon sens et invitent à l’optimisme : rapport sur l’intelligence artificielle, soutien à l’impression 3D, refonte des rôles de filières avec France Industrie, développement du haut débit, réforme de la formation professionnelle et dynamique d’accompagnement dans certaines régions (Île de France, Nouvelle-Aquitaine, Hauts-de-France...). Les difficultés résident pour l’heure dans l’effort de coordination, de rationalisation et d’accélération de ces initiatives à l’échelle locale, afin de leur donner la masse critique leur permettant d’avoir un réel impact. Il doit aller de pair avec une sensibilisation à ces enjeux .

La mise en relation des PME et ETI avec l’écosystème qui doit accompagner cette mutation est centrale : grands groupes, fournisseurs de technologies, startups, centres de formation, entreprises de conseil, organismes de financement... Ces catalyseurs permettront aux acteurs locaux d’avancer de façon inédite en combinant des réponses à trois enjeux complémentaires : l’innovation, la formation et l’accompagnement. La bataille de l’industrie du futur ne peut se gagner que sur un terrain collectif, dont ce rapport vise à proposer les grandes lignes.

Futur de l’industrie plutôt qu’industrie du futur ? De fait, il ne s’agit pas ici de faire table rase de l’outil industriel tel qu’il existe aujourd’hui mais bien d’accélérer sa modernisation, dans le cadre du déploiement des technologies qui définissent aujourd’hui l’industrie du futur. Cette dernière n’est pas qu’un simple déploiement de robots ou d’outils plus ou moins techniques ou innovants, afin d’accélérer la numérisation de la base industrielle. Il s’agit d’une véritable révolution du modèle industriel, en renouvelant l’organisation interne ; en proposant un rôle transformé aux salariés, grâce à des interactions nouvelles avec l’environnement de travail ; et en assurant une conduite plus agile de l’entreprise, à travers notamment l’utilisation des données et l’amélioration de l’intégration au sein de l’écosystème, en mettant en place des creusets d’innovation de rupture.

Ainsi, l’industrie du futur, bien que rarement comprise dans son entièreté, est sur toutes les lèvres, chacun cherchant à placer son action dans un cadre industriel rénové, porteur d’attractivité. Les développements technologiques proposés aujourd’hui aux entreprises industrielles leur offrent des opportunités majeures pour se trans-former, saisir de nouveaux marchés et mieux résister à la concurrence. Si cela est évidemment le cas pour les grands groupes, il s’agit également d’une question majeure pour les PME et les ETI. C’est ce que montre l’enquête internationale menée par le BCG sur la maturité des ETI et des grands groupes à l’égard de l’industrie du futur (plus de 1 500 entreprises de plus de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires sur cinq pays), qui a permis de sonder le tissu industriel français2 d’ETI et de mettre en lumière les freins à l’adoption de ces technologies en complément des données qualitatives auxquelles a eu accès le groupe de travail. Partant d’un point de vue plus macroéconomique, c’est également un enjeu important de politique publique. En effet, face aux questions de réindustrialisation, de perspectives d’emplois sur le long-terme, mais également d’insertion de la France dans le commerce international, les nouvelles technologies au cœur de l’industrie du futur sont en mesure de remettre en cause les tendances lourdes observées durant ces dernières décennies et qui ont pu conduire à un déclin de la part de l’industrie dans l’économie nationale. Attractivité, productivité, qualification et compétences, exportations... Le déploie-ment de l’industrie du futur est à même de définir un nouveau paradigme dans lequel la France disposerait d’avantages non négligeables : des infrastructures bien développées, une énergie bon marché des formations initiales reconnues ou un fort positionnement international et européen.

Pour autant, la dynamique récente de déploiement des nouvelles technologies apparaît faible, alors que la France est peu à peu distancée par le peloton de tête constitué, chacun dans leurs domaines, des pays comme l’Allemagne, la Chine ou encore la Corée du Sud, le Japon et les États-Unis. Si ce retard s’accentue, ce sont ces puissances qui définiront les normes et les règles de la compétition industrielle de demain, laissant peu d’espoir de développement aux entreprises françaises.

Une action commune de l’ensemble des acteurs, pouvoirs publics et secteur privé, est donc nécessaire. Si les grands groupes disposent d’outils et de moyens propres capables de les aider à prendre des risques et à déployer les technologies adéquates, c’est plus compliqué pour les PME et ETI qui, dans l’ensemble, font preuve de plus de réticence à investir. C’est donc vers elles, mais en lien avec les grands donneurs d’ordre et les acteurs publics, que doivent s’orienter en priorité les dispositifs d’appui et d’accompagnement.

Nous proposons, à ce titre, la création de 15 à 20 centres d’accélération qui proposeraient une offre globale s’articulant autour de (i) l’innovation ; de (ii) la formation et de (iii) l’accompagnement. Ces centres devront créer un maillage selon une grille territoriale, mais également une spécialisation par filière. Il s’agira ainsi de s’appuyer sur l’écosystème local pour mettre une dynamique territoriale commune. Dans le même temps, la spécialisation par filière doit permettre d’assurer la pertinence des démarches proposées.

LES IMPACTS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX DE L’INDUSTRIE DU FUTUR

1.1. Une dénomination qui recouvre une réalité large Face à des définitions multiples et un champ d’application large, il convient dans un premier temps de préciser le champ d’analyse.« L’industrie du futur » caractérise la quatrième vague de révolution industrielle actuellement vécue par les entreprises. Après l’introduction des systèmes de production vapeur à la fin du XVIIIe siècle, l’énergie électrique et le fordisme au début du XXe, l’électronique et l’automatisation dans les années 1970, l’industrie est aujourd’hui confrontée à des évolutions majeures s’appuyant sur une utilisation massive des données et une connectivité fortement augmentée.

Polymorphique, cette révolution rassemble des technologies diverses dont l’utilisation, cumulative ou plus isolée, est à même de modifier profondément l’activité industrielle ainsi que les conditions de travail et les tâches de ceux qui exercent au sein de ce secteur. Si plusieurs classifications de ces technologies sont envisageables, l’attention portée aux interactions entre ces nouveaux outils d’une part, et le fonctionnement et l’optimisation des outils productifs d’autre part, apparaît centrale. Dans le détail, selon une classification proposée par le BCG3, l’industrie du futur s’appuie sur neuf piliers technologiques qui incluent mais ne se limitent pas à la robotisation :

i. Robots collaboratifs et smart machines : des robots équipés de capteurs de sécurité, permettant une implantation dans un espace de travail commun avec les opérateurs, supprimant ainsi certaines tâches pénibles. Mobiles et facilement programmables, ils facilitent l’automatisation de tâches diverses. Ils permettent également d’augmenter la flexibilité de l’outil industriel via la production de petites séries, répondant aux exigences plus fines des consommateurs

ii Internet industriel des objets et production de données :l’ensemble des capteurs physiques placés sur les équipements ou les produits, permettant de collecter les données des usines à des coûts abordables et de partager sous format numérique les paramètres de production à des fins d’optimisation.

iii. Big data et intelligence artificielle : l’utilisation de techniques algorithmiques avancées, fondées sur l’intelligence artificielle pour certaines, permettant d’exploiter rapidement de très grandes quantités de données. Elles optimisent le rendement des machines par la mise en œuvre de la maintenance prédictive, et améliorent la qualité de la production par le contrôle des procédés, via l’identification des corrélations entre les multiples paramètres de production.

iv. Intégration verticale et horizontale : le partage rapide et efficace de données avec les clients ou les fournisseurs pour une intégration verticale (dans le cadre d’une chaîne logistique – ou supplychain – intégrée par exemple) ou une intégration entre les différents départements de l’entreprise (dans le cadre d’un processus de bout en bout , introduction de nouveaux produit par exemple.

v. Outils de simulation avancée : le jumeau numérique de l’usine permettant de tester virtuellement de nouvelles lignes ou des évolutions de lignes de production actuelles, en limitant les coûts et la prise de risque, ou encore de faciliter la préparation d’interventions majeures (ou dans un environnement à risque) ou de modifications lourdes de l’outil industriel. Cela permet d’accélérer l’industrialisation des innovations et la flexibilité des production.

vi. Production additive, matériaux et processus innovants : l’impression en trois dimensions permettant notamment de créer rapidement des prototypes au service de l’innovation.

vii.Réalité augmentée : l’assistance aux opérateurs grâce à la projection d’informations virtuelles sur un support numérique (lunettes et tablette), augmente l’autonomie des opérateurs sur des tâches rares ou complexes, améliorant la sécurité, la qualité et la flexibilité.

viii. Blockchain : le stockage et la transmission d’informations trans-parentes et sécurisées, permettant de garantir la traçabilité de composants ou d’opérations et d’augmenter la sécurité.

ix. Cloud et cybersécurité : le stockage dématérialisé et sécurisé des données nécessaires pour exploiter en sécurité de grandes quantités de données à un coût réduit

Le potentiel d’optimisation lié aux nouvelles technologies peut être atteint dès aujourd’hui. Les principaux facteurs clés de succès, tirés de l’expérience BCG auprès de ses clients industriels, sont les suivants :1. Il ne faut pas opposer l’industrie du futur et les basiques du lean management (amélioration continue). Il s’agit là d’un moyen de renforcer et d’accélérer l’efficacité opérationnelle.2. Il faut partir des objectifs d’amélioration de la performance, pas de la mise en œuvre des technologies.3. Les technologies seules ne permettent de réaliser qu’un dixième de l’impact. 90 % provient de la manière dont les équipes vont les utiliser.4. 80 % du potentiel peut déjà être atteint dans les usines actuelles, en intégrant les nouvelles technologies aux équipements et aux systèmes d’information existants.5. La clé réside dans la capacité à combiner l’ensemble des technologies entre elles.6. De nouvelles compétences sont à construire et les organisations doivent être adaptées.7. Les équipes informatiques doivent changer leur façon de travailler (passer en mode agile) pour accompagner cette mutation.

Les économies développées, y compris la France, sont confrontées à des dynamiques de productivité plus faibles depuis la crise financière de 200813, qui a également touché le secteur industriel (cf. Insee 2017). Or, l’industrie est historiquement le secteur dans lequel les gains de productivité sont les plus importants, avec un important effet d’entraînement sur le reste de l’économie. La part décroissante de l’industrie dans l’économie nationale constituerait donc à ce titre un frein pour la croissance qu’il convient de surveiller. De fait, dans un rapport publié en février 2018, l’Insee souligne le repli industriel français constant depuis 2006. La France a perdu 27 300 établissements (– 18 %) et 530 000 salariés (– 16 %) entre 2006 et 201514.

Enfin, la France doit faire face à des difficultés structurelles et conjoncturelles, qui affectent entre autres sa balance commerciale. De fait, la balance commerciale de la France demeure déficitaire sur le long terme, et le secteur industriel n’échappe pas à cette observation. Les exportations françaises, affectées par une faible compétitivité-prix et un positionnement hors-prix défavorable, sont particulièrement sensibles à la conjoncture internationale et aux évolutions de l’euro. Notamment, les PME et les ETI françaises ont du mal à s’internationaliser, et à adresser une clientèle en-dehors de l’Hexagone1...........

De plus, l’industrie du futur peut contribuer au renforcement de l’attractivité de la France, et à terme freiner la désindustrialisation, voire entraîner des rélocalisations de productions industrielles. Sous l’impulsion des nouvelles technologies, les nouvelles usines seront plus proches des clients finaux, plus petites et plus flexibles. Cela créera l’opportunité de rélocaliser les productions dans les pays développés, en particulier sur les petites séries. L’impact net sur le niveau de réindustrialisation du pays est cependant difficile à estimer, les concurrents des industriels français se saisissant également de ces opportunités. Il est donc primordial d’accélérer.

Les impacts de l’industrie du futur à l’échelle d’une entreprise sont considérables, mais il s’agit plus globalement d’une trans-formation en profondeur de toute l’industrie française. Cette trans-formation doit engendrer une remise à plat de l’ensemble du modèle. Cela concerne ainsi l’innovation, le rôle des filières et celui des grands donneurs d’ordre au sein des filières, mais également le contenu et les modes de formation, avec un important besoin de mise à niveau des équipes dirigeantes et cadres intermédiaires.

Le développement des briques technologiques qui constituent l’industrie du futur, et plus particulièrement leur bon déploiement, permettent de faire face à ces enjeux en encourageant l’émergence de nouveaux modèles économiques fondés sur une innovation renouvelée, plus facilement mobilisable au sein des processus industriels.

L’émergence de plate-formes collaboratives ouvre l’accès à des expertises variées et internationales, favorisant par exemple l’innovation en commun et partagée avec le sous-traitant (qui devient alors un partenaire de création de valeur), les chercheurs, les développeurs. Cela multiplie les opportunités de génération d’idées pour l’entreprise, ainsi que pour l’écosystème dans lequel elle s’insère. Ces technologies permettent également de mettre en œuvre, à partir de ces idées, des débouchés industriels opérationnels beaucoup plus rapidement. Le BCG a ainsi pu observer jusqu’à 30 % de réduction des délais de mise sur le marché grâce à la possibilité de créer rapidement des prototypes, et à une montée en cadence accéléré.

Ces technologies ouvrent aussi la possibilité de nouveaux business models grâce au rapprochement de l’offre et de la demande. Ainsi émerge la production personnalisée à coûts maîtrisés, grâce à une grande flexibilité et à un rapprochement entre production finale et lieu de consommation. Par exemple, L’Oréal offre aujourd’hui la possibilité d’adapter les soins du visage à la peau de chaque client. Adidas est capable de produire certains modèles sur la base de spécifications individuelles. À plus long terme, ce modèle devrait devenir la norme pour les biotechnologies, avec des traitements davantage personnalisés et mieux adaptés à chaque patient. L’industrie doit donc faire face à la problématique renouvelée des petites séries alors même que, jusqu’à aujourd’hui et dans la majorité des cas, les outils industriels avaient été pensés pour optimiser les productions de masse.

C’est l’ensemble de ces défis qui doit être traité de manière holistique, et doit appeler une réponse forte de la part de l’ensemble des acteurs, à la hauteur des enjeux soulevés. À ce titre, la France doit réagir au plus vite afin de ne pas se laisser distancer par les autres pays qui saisissent ces nouvelles opportunités, de manière parfois très enthousiaste et volontaire. C’est à cet enjeu que s’attacheront à répondre les prochains chapitres.

Pour que la France s’inscrive favorablement dans cette compétition internationale, il faut mettre en place les conditions permettant de maximiser le rendement des investissements dans l’industrie du futur. Il convient notamment de développer les canaux à même d’accélérer l’adoption et le déploiement de l’industrie du futur, de structurer l’offre, et de rechercher des effets multiplicateurs dans le tissu industriel.

Approche des différents pays : l’Allemagne et les États-Unis en avance ?

Les pouvoirs publics des pays développés offrent tous des facilités de financement et des incitations fiscales aux entreprises afin d’aider au déploiement de l’industrie du futur. Par exemple, en France, à travers ses activités de financement, d’aides à l’innovation et d’investissement en fonds propres, Bpifrance soutient significativement l’industrie française. L’industrie est ainsi le premier secteur d’intervention de Bpifrance (24 % de ses interventions, soit le double du poids de l’industrie dans le PIB). De surcroît, une incitation fiscale d’environ 500 millions d’euros par an sur cinq ans via le suramortissement a été proposée jusqu’en avril 2017. Celui-ci permettait aux entreprises de déduire de leur résultat imposable 40 % du prix de revient d’un équipement productif éligible.

Dans les autres pays développés, un certain nombre d’initiatives d’aide au déploiement de l’industrie du futur existe avec chacune des caractéristiques propres : En Allemagne, par une recherche de standardisation des solutions.• Aux États-Unis, via l’axe des technologies.À Singapour, sous la forme d’un support financier aux PME sous l’impulsion gouvernementale.• Au Royaume-Uni, via un support des fournisseurs de nouvelles technologies.• En Espagne, par le soutien aux PME sous forme de prêts.• En Suède, avec une insistance particulière sur la formation.

Cependant, certains pays ont davantage structuré l’écosystème au service des entreprises, notamment par la mise en place de centres d’excellence sur l’industrie du futur visant à rapprocher les acteurs. Ainsi, depuis trois ans environ, en Allemagne et aux États-Unis ainsi qu’à Singapour, des initiatives publiques ont favorisé le développement de ces centres d’excellence qui dynamisent leurs écosystèmes locaux. En Allemagne, 19 centres d’excellence permettent aux entreprises de chaque Lander de comprendre et tester les nouvelles technologies. Différents types d’acteurs ont été à l’origine de leur création, comme les universités (par exemple Aachen), les centres de recherche (les « Fraunhofer »), certains grands industriels (comme Bayer), ou des fournisseurs de technologies (SAP par exemple). De même, aux États-Unis, des centres d’excellence par secteur industriel permettent d’identifier, de tester et d’illustrer concrètement les solutions pertinentes aux problématiques de ce secteur. Un exemple de ce type est le DMDII – Digital Manufacturing and Design Innovation Institute –, situé à Chicago. Souvent orchestrés par des grandes universités (comme c’est le cas pour le Wichita State University Innovation Campus pour l’aéronautique), ces centres bénéficient d’importantes subventions publiques.À Singapour, plusieurs initiatives ont été lancées via des partenariats entre le « Economic Development Board », les instituts de recherche, les fournisseurs de solution ainsi que les sociétés de conseil. Par ailleurs, une usine-école financée par le gouvernement a été créée, et il existe un financement direct des projets pour les PME. Enfin, des plate-formes ont été développées à destination des PME, regroupant plus de 25 solutions technologiques standardisées et couvrant toutes les industries.

Le moment est opportun pour accélérer en France

Dans ce contexte, la France possède elle-aussi les atouts pour accélérer le déploiement de l’industrie du futur et en tirer les bénéfices. Le pays a investi dans les infrastructures de transport, de télécoms et de production d’énergie, créant un environnement favorable au développement industriel. Ces investissements se pour-suivent, par exemple dans le cadre de l’extension du Très Haut Débit. La France dispose également d’institutions d’enseignement supérieur de renommée internationale (en particulier dans les domaines scientifiques et d’ingénierie) ainsi que d’organismes de recherche de pointe. L’écosystème technologique apparaît alors performant et soutenu par des dispositifs de financement public déjà déployés30, ainsi que de multiples relais par filières, par branches et par régions.

Plusieurs initiatives récentes vont dans le bon sens : réforme de la formation professionnelle, réflexions sur la fiscalité des entreprises, rapport sur l’intelligence artificielle, soutien à l’impression 3D, refonte des rôles de filières avec France Industrie, et dynamique d’accompagnement dans certaines régions (par exemple Île-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Auvergne Rhône Alpes, Hauts-de-France). Il est dorénavant primordial de coordonner, de rationaliser et d’accélérer l’ensemble de ces initiatives dans le cadre de la transformation de l’industrie française.

CRÉER À L’ÉCHELLE LOCALE DES CENTRES D’ACCÉLÉRATION DE L’INDUSTRIE DU FUTUR MAILLANT LE TERRITOIRE ET LES FILIÈRES À DESTINATION DES PME ET ETI

Favoriser la dynamique de déploiement de l’industrie du futur à l’échelle nationale VisionSens de l’industrie du futurInnovation Formation Accompagnement(financement, déploiement)

Proposition :mettre en place sur les territoires des centres d’accélération de l’industrie du futur offrant aux PME et aux ETI une solution intégrée pour le déploiement à l’échelle de l’industrie du futur ainsi que l’accès à des développements innovants. Les centres mettront en relation les PME et ETI avec l’écosystème innovant : fournisseurs de technologies, startups, centres de formation (universités, écoles, CFA, etc.), entreprises de conseil, organismes de financement, fablab, etc

Concernant l’innovation, ils permettront aux PME et aux ETI d’avoir accès à des cas d’usage métier au cœur de leurs chaînes de valeur ainsi qu’à des solutions prêtes à l’emploi, adaptées à leur secteur, et de favoriser la recherche avancée (creuset technologique). Un accès facilité aux « usines vitrines » des industriels du secteur permettra de tester les solutions les plus pertinentes aux problématiques les concernant.En termes de formation, ils permettront aux dirigeants, managers et chefs de projet d’appréhender et de tester concrètement l’impact de la transformation numérique de bout en bout. Ces formations ne se substitueront pas pour les opérationnels à une formation concrète sur une machine précise, possibilité qui pourra être offerte grâce à un inventaire des capacités technologiques des acteurs de l’écosystème, et à la mise en relation de ces derniers avec les entreprises volontaires. Pour l’accompagnement à la mise en œuvre, ils seront un guichet unique pour les PME et ETI : expertise en lean management traditionnel et numérique, diagnostic, financement, conduite du changement.En fonction des secteurs d’activité, certains centres pourraient être organisés autour d’espaces d’expérimentation, composés d’une ou plusieurs lignes de production équipée(s) des dernières technologies.

Les centres doivent également servir de levier au développement d’une filière d’intégration de ces technologies dans les systèmes d’information du tissu de PME et d’ETI (par exemple pour faciliter l’intégration via des briques pré-packagées), qui implique aussi un effort de labellisation et de formation pour crédibiliser cette offre.

Ecosystème du centre d’accélération de l’industrie du futur Créé sous l’impulsion d’un grand groupe industriel, afin de répondre aux enjeux de développement des PME et ETI de son secteur d’activité, un centre d’accélération de l’industrie du futur consisterait en la mise en relation en un lieu unique – implanté dans les territoires – de l’écosystème innovant. Il serait composé notamment des offreurs de solutions technologiques, startups,

Les travaux de l’Alliance pour l’Industrie du Futur sur les filières industrielles, publiés en juin 2017, décrivent notamment ces enjeux pour chacune des six grandes filières que sont l’aéronautique, la construction, le ferroviaire, l’automobile, le naval, et l’agroalimentaire. Une structuration par thème dépassant le cadre d’une seule filière ou couvrant plusieurs filières pourra être envisagée en fonction des sujets. En matière d’innovation, la création des centres d’accélération de l’industrie du futur permettra de progresser sur deux axes :En premier lieu, via une structuration de l’offre technologique, autour de la résolution de problématiques industrielles propres au secteur, en combinant plusieurs technologies, et permettant aux dirigeants de PME et ETI d’avoir accès à des cas d’usage de mise en œuvre de ces technologies dans leur secteur, et de se repérer parmi les différents fournisseurs de celles-ci. On peut citer, par exemple, la gestion de la diversité des références et l’accélération des phases d’industrialisation pour les industries d’assemblage grâce à la robotique, la réalité augmentée, les capteurs de radio-identification (RFID), ou encore l’amélioration de la maîtrise des procédés grâce au réseau de capteurs et aux modèles d’intelligence artificielle pour les industries de procédés. Ils doivent également servir de levier au développement d’une filière d’intégration de ces technologies dans les systèmes d’information.

En second lieu, l’écosystème créé autour du centre d’accélération, ainsi que les partenariats entre industriels, centres de formations (CFA, universités, grandes écoles, etc.), permettront de développer des produits et des offres de pointe combinant l’ensemble des technologies pour le secteur industriel concerné, et de les répertorier selon des cas d’usage utilisables par les PME et ETI de la région et du secteur. A ce titre, les centres permettraient de tester concrètement les dernières technologies afin de trouver les meilleures solutions aux problèmes rencontrés par les clients. L’innovation liée à l’utilisation de la donnée s’accompagne de problématiques de cybersécurité. Il sera utile d’impliquer les grands acteurs français en pointe dans ce domaine au sein des centres d’accélération. Ainsi, ils pourront jouer un rôle clé en termes de pédagogie et de solutions technologiques auprès des dirigeants de PME et ETI, et permettre de lever ce frein auprès d’eux.

Les dirigeants d’entreprises et managers d’ETI et de PME, afin de leur donner les clés pour appréhender les offres technologiques pertinentes et leur impact potentiel. Cela passe par des cas d’études documentés de PME et ETI ayant mis en œuvre ces technologies et de lever les freins à la mise en place de telles technologies à cause du manque d’incitation financière ou du besoin d’accompagnement.Les chefs de projet des PME et ETI, en charge de déployer les solutions technologiques dans l’entreprise.Les étudiants de la région, via des projets d’études et thèses, au sein des universités et centres techniques.Les apprentis ou stagiaires, accueillis en tant qu’opérateurs sur les lignes de production, afin d’enrichir leur formation avec une expérience de production « industrie du futur »

Les partenariats académiques doivent assurer le positionnement central de la recherche dans le dispositif, en interaction avec l’ensemble des acteurs, notamment pour le développement et le déploie-ment opérationnels des innovations.

Enfin, les centres d’accélération permettront de faire émerger une offre de conseil et d’accompagnement de qualité, lisible, et à un tarif raisonnable pour les PME et ETI. Ils devront les accompagner à toutes les étapes du parcours : sensibilisation aux solutions de l’industrie du futur, mise à disposition d’un outil de diagnostic et de détection des opportunités, ainsi que mise en relation avec l’écosystème de fournisseurs offrant les solutions pérennes lui permettant une intégration avec leurs systèmes existants, idéalement sous forme de packs technologiques standardisés. Par ailleurs, ils devront également permettre aux dirigeants de PME et ETI de naviguer au milieu des mécanismes d’incitation financière existants, d’aide à la conduite du projet et à l’accompagnement du changement.

En effet, la répartition des centres au sein du territoire est primordiale pour assurer le succès de l’appropriation de cette offre par les dirigeants et managers de PME et ETI qui sont particulièrement ancrées au sein des régions. De plus, c’est par l’implantation locale et régionale que naîtra la mise en réseau, permettant de faciliter les futurs échanges entre ces acteurs économiques.

Un modèle capacitaire simplifié, sur la base d’un besoin en formation de 4 à 10 personnes par entreprise cible du dispositif et d’un taux d’atteinte cible de 80 % des ETI et 40 % des PME, permet d’envisager la création de 15 à 20 centres (voir annexe 1) pour supporter la formation des PME et ETI françaises. Ces centres permettront ainsi de former 100 000 personnes en trois ans. Cet ordre de grandeur sera amené à évoluer en fonction de la spécialisation des centres sur des secteurs ou des thématiques.

En effet, la répartition des centres au sein du territoire est primordiale pour assurer le succès de l’appropriation de cette offre par les dirigeants et managers de PME et ETI qui sont particulièrement ancrées au sein des régions. De plus, c’est par l’implantation locale et régionale que naîtra la mise en réseau, permettant de faciliter les futurs échanges entre ces acteurs économiques. Un modèle capacitaire simplifié, sur la base d’un besoin en formation de 4 à 10 personnes par entreprise cible du dispositif et d’un taux d’atteinte cible de 80 % des ETI et 40 % des PME, permet d’envisager la création de 15 à 20 centres (voir annexe 1) pour supporter la formation des PME et ETI françaises. Ces centres permettront ainsi de former 100 000 personnes en trois ans. Cet ordre de grandeur sera amené à évoluer en fonction de la spécialisation des centres sur des secteurs ou des thématique.

A priori, chacune des grandes filières pourrait prendre la responsabilité de créer un tel centre. Cependant, afin de prioriser les efforts, France Industrie pourrait s’assurer que les filières prioritaires enclenchent bien la dynamique. Cette priorisation pourrait s’appuyer sur le poids de la valeur ajoutée industrielle dans l’économie du pays, le poids dans l’emploi, ainsi que sur les motivations individuelles exprimées. En complément de cette logique de spécialisation par filière, les centres d’accélération doivent également pouvoir s’appuyer sur un fonctionnement en réseau, pour favoriser le partage d’informations et permettre à chaque centre local de pouvoir proposer en relai un support national à l’ensemble des entreprises d’un territoire, indépendamment de son secteur d’activité.

Quel est l’existant sur lequel s’appuyer pour construire le réseau de centres d’accélération ?

La création de centres d’accélération devra s’appuyer sur certains premiers modèles de centres existants ou en cours de mise en place, qu’il faudra fédérer et intégrer dans une stratégie d’ensemble faisant le lien avec les filières. Il conviendra éventuellement de les renforcer sur certaines dimensions d’innovation, de formation ou d’accompagnement le cas échéant. La liste suivante n’est pas exhaustive mais présente des acteurs développant déjà des dynamiques fortes et pouvant être mobilisés rapidement.• Le CETIM. Créé en 1965 à la demande des industriels de la mécanique, le CETIM bénéficie d’une implantation locale large36 et articule son action autour de quatre axes : Veille stratégique des technologies et des marchés afin d’assurer une bonne anticipation des futurs développements.

Promotion de l’innovation, notamment en lien avec les milieux scientifiques et l’activité R&D sectorielle et multisectorielle.Diffusion de l’information technologique. Prestations de service (conseil, ingénierie, essais) auprès des partenaires. Le CETIM répond à des besoins qui peuvent être exprimés par des clients collectifs ou individuels (cotisants ou non au CETIM). Les activités du CETIM sont organisées autour de différents pôles (correspondant à des expertises technologiques comme les matériaux métalliques et surfaces ou la fatigue des composants mécaniques mais aussi les techniques de simulation ou l’ingénierie des assemblages), gérés en centre de profit autour de l’opérationnalisation des quatre axes mentionnés supra. Le volume d’activité du CETIM est proche de 150 millions d’euros, dont 60 % sont issus des ressources collectives (qui peuvent par exemple financer l’accompagnement des PME ou l’innovation), et 40 % de prestations individuelles, y compris issues de contrats publics (expertises, conseil, formation, mesure, essais et autres prestations de service). Le CETIM, qui répond aux besoins d’une « filière horizontale » servant de nombreux secteurs, illustre enfin l’intérêt d’une définition pragmatique de ces filières.

Les Pôles de compétitivité. La politique des pôles de compétitivité, initiée en France en 2004, vise à renforcer l’innovation et à dynamiser la compétitivité de l’industrie française en favorisant les collaborations entre entreprises, startups, universités et laboratoires de recherche publics présents sur un même territoire. Leur développement reste entravé par leur nombre trop important, le manque d’outils de suivi et le saupoudrage des moyens, qui aboutissent à un faible effet de levier sur la recherche académique et une faible implication des entreprises. Les Pôles ont néanmoins beaucoup apporté, notamment en termes de sensibilisation face aux besoins de développement industriel, et de prise de conscience quant à la nécessaire complémentarité des actions. Certains pôles ont par ailleurs connu d’incontestables succès. C’est par exemple le cas du Pôle Mont-Blanc Industries. Il s’appuie en particulier sur le Technocentre de la Vallée de l’Arve, construit sur l’ossature du CETIM-CTDEC et dédié au développement par l’innovation afin de mutualiser, consolider et promouvoir les savoir-faire des décolleteurs de la région. Il se donne pour objectif de rassembler, sur un même lieu, tous les services à valeur ajoutée pour les industriels et démontre que la complémentarité entre les différents dispositifs existants peut permettre des succès majeurs

Les huit Instituts de Recherche et Technologies (IRT) mis en place dans le cadre des Investissements d’Avenir : mettant l’accent sur l’innovation, ils visent à renforcer la compétitivité par la recherche industrielle dans des filières technologiques stratégiques. Ils doivent ainsi soutenir une stratégie industrielle offensive, en s’appuyant sur des partenariats de long terme entre les établissements d’enseignement supérieur et de recherche et les entreprises. Ils peuvent être une plate-forme intéressante pour les centres d’accélération, une fois renforcés les aspects de formation, de recherche et d’accompagnement.LesCEA37 Tech, qui forment six plate-formes régionales d’échanges technologiques entre les chercheurs d’une région et les industriels intéressés. En plus de l’aspect innovation, ces plate-formes pourraient éventuellement être complétées sur les volets formation et accompagnement.

Le Digitec à Saclay, né d’un partenariat entre l’Université Paris Saclay, l’INRIA, Telecom Paris Tech et la région Île-de-France, vise à créer une plate-forme de technologies numériques avec exposition de plateaux projets, ainsi qu’un « design center » pour faire travailler les entreprises, les étudiants et les chercheurs sur les usages et ce design des services numériques en mode « open innovation »(innovation ouverte). En complément, ce centre pourrait éventuellement développer une dimension d’accompagnement.– L’usine agile du campus des Arts et Métiers de Lille, travaille sur les enjeux de production flexible pour l’automobile, l’aéronautique et le ferroviaire. Il pourrait s’agir, en complément de l’aspect innovation et formation des étudiants, de développer les aspects de formation pour les dirigeants de PME et ETI et l’aspect accompagnement à la mise en œuvre.

En complément, les centres d’accélération pourront s’appuyer sur le réseau de Fab Lab, qui offre des plate-formes de prototypage d’objets grâce à des machines à commande numérique et machines-outils, ouvertes et accessibles à tous.

Quels sont les modèles de gouvernance et de leadership pour les centres d’accélération ?

Il est proposé de confier à l’AIF la responsabilité de bâtir la feuille de route du déploiement des centres d’accélération en coordination avec les autres acteurs, et que les industriels prennent le leadership de la création opérationnelle de chaque centre. Il s’agira de s’appuyer sur les structures existantes, même si elles peuvent paraître complexes, afin d’éviter de multiplier les instances de gouvernance.• Les leaders industriels du secteur auront un rôle central, et seraient à l’origine de la création des centres ouverts aux entreprises de leur secteur respectif. Ils auront une responsabilité essentielle afin de prioriser les problématiques spécifiques à la filière. Autour d’eux, sera ainsi fédéré l’écosystème de fournisseurs de technologies, d’universités et de PME et ETI. Les grands groupes doivent également entraîner leurs sous-traitants vers les nouveaux modes de production, et les intégrer par exemple dans une supply chain numérisées.

INSCRIRE LA DYNAMIQUE TERRITORIALE DES CENTRES D’ACCÉLÉRATION EN COHÉRENCE AVEC LES INITIATIVES GLOBALES LANCÉES PAR AILLEURS AU SERVICE DU DÉPLOIEMENT DE L’INDUSTRIE DU FUTUR

Les objectifs des centres d’accélération s’inscrivent en pleine cohérence avec les autres initiatives globales lancées par ailleurs dans le but de renforcer la compétitivité de notre industrie, mais aussi avec un ensemble de recommandations consensuelles, affirmées de longue date et qui peinent parfois à être mises en œuvre. Pourtant, la nécessité d’un déploiement rapide de l’industrie du futur en France rencontre une conjoncture favorable. À leur échelle, les centres d’accélération constituent autant de leviers pour soutenir cette dynamique, en s’appuyant sur les dispositifs existants, en favorisant des projets communs à plusieurs parties prenantes et en tenant compte des spécificités du tissu industriel français. Ils peuvent contribuer fortement aux initiatives nationales qui se succèdent depuis maintenant plus de cinq ans pour redonner ses lettres de noblesse à l’industrie, accompagner l’émergence de nouveaux champions de l’innovation industrielle, mobiliser financements publics et mécanismes d’accompagnement et enrichir les offres de formation, notamment initiales.

DONNER UN SENS À L’INDUSTRIE DU FUTUR

L’industrie du futur constitue une opportunité pour redonner à l’industrie française une attractivité qu’elle a perdue au cours des dernières décennies, notamment dans sa capacité à remettre l’humain au cœur des usines, une caractéristique structurante des organisations agiles de l’industrie du futur. Les initiatives de mise en valeur du monde industriel, telle que l’Usine Extraordinaire 45organisée en novembre 2018, sont des vecteurs utiles de ce mouvement. La poursuite et le développement d’initiatives à destination des élèves du secondaire sont également encouragés afin d’assurer la formation et le recrutement de la future génération d’opérateurs, techniciens, ingénieurs et gestionnaires qui sauront manipuler les nouveaux outils offerts par l’industrie du futur.

Au-delà des enjeux liés à la reconfiguration en cours des chaînes de valeur industrielle, en particulier les opportunités de relocalisations industrielles au plus près des grands marchés pour mieux répondre à la demande de personnalisation et de réduction des délais de livraison, ces technologies apportent des réponses à certains des défis socio-économiques majeurs auxquels nous sommes confrontés, comme la préservation de l’environnement, la traçabilité des produits et la transparence des chaînes d’approvisionnement.

L’industrie du futur est également une opportunité pour accentuer et consolider la construction d’une vision partagée de l’industrie en Europe. Au-delà des enjeux nationaux, il importe d’inscrire l’indus-trie du futur dans le cadre européen. En effet, l’Union européenne s’est en partie construite sur une vision commune des processus industriels. À ce titre, la promotion de l’industrie du futur s’inscrit pleinement dans l’agenda de renforcement des liens européens et peut s’appuyer sur de nombreux atouts (la présence d’industries en pointe dans de nombreux domaines, l’intégration des flux écono-miques et marchands, des initiatives nationales fortes dont certaines pourraient être mises en commun, par exemple via des jumelages, etc.). À ce jour, les principales initiatives industrielles européennes demeurent sectorielles, à l’image d’Airbus ou de l’armement par exemple. L’industrie du futur permettrait donc un renouvellement de ces processus, en adoptant une vision plus large. Elle pourrait éga-lement contribuer à renforcer l’attractivité du secteur industriel en France, en mettant en avant des perspectives internationales por-teuses et en s’appuyant sur une meilleure perception de l’industrie dans certains pays (par exemple en Allemagne).

L’Institut Montaigne remercie particulièrement les personnes suivantes pour leur contribution à ce travail. Présidents du groupe de travail Bernard Charlès, vice-président du conseil d’administration, directeur général, Dassault SystèmesJean-Dominique Senard, président, Michelin Groupe de travailSophie Burel, directrice adjointe des affaires publiques, Renault Pascal Cotte, Senior Partner & Managing Director, Chairman, Western Europe, South America, and Africa, The Boston Consulting Group Pascal Daloz, directeur général adjoint, affaires financières et stratégie, Dassault Systèmes François Darchis, directeur de la société en charge de l’innovation et du développement, Air LiquideBenjamin Fremaux, Senior Fellow, Institut Montaigne Jean-François Gonidec, directeur général excellence opérationnelle et manufacturing, L’OccitaneChristel Heydemann, président-directeur général, Schneider Electric France Pascal Laurin, directeur industrie 4.0, Bosch France Fanny Létier, co-fondatrice de GENEO capital entrepreneur Sébastien Massart, Head of Strategy, Dassault Systèmes.

Florent Menegaux, Chief Operating Officer, Michelin Jérôme Miara, président-directeur général, Obea Jacques Mulbert, président, ABB France Jean-Jacques Orsini, directeur groupe performance et compétitivité, Safran Denis Picarle, associé d’une PMI François Pitti, directeur marketing stratégique et prospective, Bouygues Constructions Victor Poirier, directeur adjoint des études, Institut Montaigne (rapporteur) Eric Sarfati, président, SGS FranceOlivier Scalabre, Senior Partner & Managing Director, The Boston Consulting Group Blanche Segrestin, responsable de la formation doctorale, profes-seur, MINES Paris-TechPentcho Stantchev, Responsable Strategy & Development, Schneider Electric FranceAdrien Tenne, Administrateur de l’Insee (rapporteur).

Personnalités auditionnées Annabel André-Laurent, vice-présidente, Région Auvergne-Rhône-Alpes Christophe Aufrère, Chief technical Officer, Faurecia Xavier Bertrand, président, région Hauts-de-France Eric Bonnin, directeur industrie & DD, CCI Alsace EurométropoleCatherine Borg Capra, directrice des filières industrielles à la Direction de l’Innovation, Bpi France Christophe Chauvet, directeur du développement, Elcimaï Réalisations Jean-Pierre Clamadieu, président du comité exécutif, Solvay

Julika Courtade-Gross, secrétaire générale, directrice de la com-munication et des affaires publiques, Siemens Benoît d’Iribarne, délégué général pour l’Allemagne, l’Autriche et le Benelux, Saint-Gobain Jean-Marie Danjou, délégué général, Cercle de l’Industrie Philippe Darmayan, président, UIMMAlexandra Dublanche, vice-présidente, Région Ile-de-FranceElizabeth Ducottet, présidente-directrice générale, Thuasne Fabienne Dulac, directrice exécutive, Orange France Julien Einaudi, Executive Vice President Global Services, Ortec Anne-Sophie de Faucigny, directrice des relations institutionnelles et des médias, BpifranceLaurent Fiard, président-directeur général, Visiativ Thierry Francq, commissaire adjoint, SGPIPierre Gattaz, président, MEDEFSylvie Grandjean, directrice financière, Redex Group Christine Le Bihan-Graf, avocate à la Cour, De Pardieu Brocas MaffeiPhilippe Luscan, président, Pacte PMEJean-Baptiste Marin-Lamellet, responsable des relations institu-tionnelles, Bpifrance Isabelle Martin, directrice du service économie et société, CFDT Laurent Mismacque, Head of Customer Services France and Head of Business Unit Cloud Application Services MindSphere and Cybersecurity, Siemens Alexandre Montay, délégué général, METIJean-Luc Moullet, directeur du programme industrie, SGPI Vincent Muller, directeur EMEA Channel, Steelcase François Pellerin, directeur du programme industrie du futur, Région Nouvelle-Aquitaine Bernard Pinatel, directeur général raffinage-chimie, Total

Stéphane Theuriau, président, Altarea Cogedim Jean-Camille Uring, directeur, Fives Emmanuelle Wargon, directrice des affaires publiques, Danone Ainsi que :Timothée Houzel, chargé d’études junior, Institut MontaigneAude Marville, assistante chargée d’études, Institut MontaigneAnna Perraudin, assistante chargée d’études, Institut MontaigneL’Institut Montaigne remercie aussi Frédéric Boumaza, Senior Vice President & General Manager de l’usine Bosch Mondeville, pour la visite du site industriel élu « usine de l’année 2017

Les opinions exprimées dans ce rapport n’engagent ni les personnes précédemment citées ni les institutions qu’elles représentent.90INDUSTRIE DU FUTUR, PRÊTS, PARTEZ !Stéphane Theuriau, président, Altarea Cogedim Jean-Camille Uring, directeur, Fives Emmanuelle Wargon, directrice des affaires publiques, Danone Ainsi que :Timothée Houzel, chargé d’études junior, Institut MontaigneAude Marville, assistante chargée d’études, Institut MontaigneAnna Perraudin, assistante chargée d’études, Institut MontaigneL’Institut Montaigne remercie aussi Frédéric Boumaza, Senior Vice President & General Manager de l’usine Bosch Mondeville, pour la visite du site industriel élu « usine de l’année 2017 ».Les opinions exprimées dans ce rapport n’engagent ni les personnes précédemment citées ni les institutions qu’elles représentent.

90INDUSTRIE DU FUTUR, PRÊTS, PARTEZ !Stéphane Theuriau, président, Altarea Cogedim Jean-Camille Uring, directeur, Fives Emmanuelle Wargon, directrice des affaires publiques, Danone Ainsi que :Timothée Houzel, chargé d’études junior, Institut MontaigneAude Marville, assistante chargée d’études, Institut MontaigneAnna Perraudin, assistante chargée d’études, Institut MontaigneL’Institut Montaigne remercie aussi Frédéric Boumaza, Senior Vice President & General Manager de l’usine Bosch Mondeville, pour la visite du site industriel élu « usine de l’année 2017 ».Les opinions exprimées dans ce rapport n’engagent ni les personnes précédemment citées ni les institutions qu’elles représentent.

www.institutmontaigne.org  Sommaire

14:24 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, Agregator, Ailleurs sur le web, AlertInfo, Archive21stCentury, ArchiveWeb21, Art de vivre, Art et Culture, Articles, Blog, Citoyen, Collaborative, Collectivité, Community, Consulting, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, eBusiness, eCitoyen, Entreprises, Europe, Evénements, Exposants, Facebook, Famille d'Entreprises, France, FranceWeb, e-Globalnetwork, FranceWebAgency, Internet, Le Citoyen, Le consommateur, Le Travailleur, LMathieuwebcollection, Local, Ma Bibliothèque, Ma Tablette Magique, Madeleine et Stefan Raducanu de FranceWeb, Mobile, Monde, MyNewsCenterNavigator, OneGlobalLocal, Opportunités, Organisation, Partenaires, Poissy Ville Connectée, PoissyWebCitoyen, PoissyWorldWide, RemiFranceWeb,Editeur Internet,Infoproduits, Réseau, RessourcesPRO, Sharing, Social Media Intelligence, SRU-Electronics, Stefand'Internet, StefandeFranceWeb, StefanV.Raducanu, Web,Web,Web, Work, World, Yvelines | Lien permanent | Commentaires (0)

Équipe administrative - Sciences Po Saint-Germain-en-Laye PSE Associations - Paris School of Economics Espace Étudiants - PSE-Ecole d'économie de Paris n°34 - La lettre PSE - octobre 2018 - PSE-Ecole d'économie de Paris A Day in the World of FranceWebAsso : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life Journées Portes Ouvertes 2019 - Sciences Po Saint-Germain-en-Laye Paris : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI MyNewsCenter>FranceWebAsso>Data innovation—the innovative use of data to create social and economic benefits—is making a significant mark in Europe. : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI Twitter Accueil : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI Présentation De «bande de nazes» à «merci de votre réactivité», qui est le CM derrière le compte Twitter du RER A? Images, A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique… - Recherche Google Images Stefan Raducanu, Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. - Recherche Google Images PoissyWeb,The Grid - Recherche Google Images PoissySmartCity, The Grid - Recherche Google Images FranceWeb, The Grid - Recherche Google ‘The Grid’>FRANCEWEB partnership network@PoissyWorldWide to help grow urban tech ecosystem. "Media Intelligence"-> "PoissySmartCity"> Branding European Cities> Driving change for better cities>URBACT>LIVE,ENJOY,INVEST.. : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI Images,The secret of the success" > transforming data > information -> knowledge -> profits-> Networking the World>GlobalPartnersNetwork>AllianceNetWork - Recherche Google Images,Institut for International Research>SRU-Electronics . - Recherche Google We Are FWCitizens : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life Accueil : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life Terrorist attacks on two Christchurch mosques leaves 49 people dead | 1 NEWS NOW | TVNZ Police confirm 49 people dead in Christchurch mosque terror attacks, man charged with murder | 1 NEWS NOW | TVNZ Police confirm 49 people dead in Christchurch mosque terror attacks, man charged with murder | 1 NEWS NOW | TVNZ Google News - Google News  New Zealand NewsCenter Publications | Chaire citoyenneté  Donald J. Trump sur Twitter : "My warmest sympathy and best wishes goes out to the people of New Zealand after the horrible massacre in the Mosques. 49 innocent people have so senselessly died, with so many more seriously injured. The U.S. stands by New Zealand for anything we can do. God bless all!" CORDIS, Le portail de la recherche et du développement européens, Financement de la recherche, 7e programme-cadre7e programme-cadre (7e PC), FranceWeb, Pour Vous et avec Vous, VOIR ET ETRE VU! : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life : Archives Intelligence Collaborative : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI Mailing Destination ETI Plaidoyer pour une souveraineté numérique européenne. FranceWeb,présent dans tous les domaines et porteur d’avancées indéniables, le numérique est devenu un marqueur économique et stratégique fort. : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI Google My Business Google My Business UP Magazine - Plastiques et océans : la confrontation ravageuse Unique, FranceWeb en un clic de souris, RECHERCHER,OBSERVER,METTRE EN LIEN,DIFFUSER, Produire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative et impulser les changements nécessaires par l’évolution de notre société. : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI Images, FranceWeb,Unique, FranceWeb en un clic de souris, RECHERCHER,OBSERVER,METTRE EN LIEN,DIFFUSER, - Recherche Google FranceWeb Planète - Recherche Google Images FRANCEWEB group - Recherche Google The secret of the success" >AllianceNetWork>WorldNewsCenter>FranceWeb,eGlobalNetWork> We are the human Network, Serving the Planet with Breaking News : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect En vous souhaitant une belle semaine !>Nos derniers livres audio gratuits>Voici les derniers livres audio à écouter et télécharger gratuitement sur notre site>Découvrez comment les EXPERTS FANTASTIQUES vous aident : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life Wikipedia..1994,Décennies : 1960 1970 1980 1990 2000 2010,Siècles : XIXe siècle XXe siècle XXIe siècle,Chronologies géographiques... : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI FranceWebAsso>MyNewsCenter>Suivez nous>Ce qu’il ne fallait pas manquer cette semaine en régions>Les usines en régions.Investissements,Social,LES ÉVENEMENTS,LES FORMATIONS,EMPLOIS>N'attendez plus pour réussir ! : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI UP Magazine - Plaidoyer pour une souveraineté numérique européenne La lettre PSE - PSE-Ecole d'économie de Paris La lettre PSE - PSE-Ecole d'économie de Paris PSE - Paris School of Economics - Ambition and jealousy. Income interactions in the "Old" Europe versus the "New" Europe and the United States PSE - Paris School of Economics - Recherche PSE - Paris School of Economics - Recherche PSE - Paris School of Economics - Recherche PSE - Paris School of Economics - Recherche PSE - Paris School of Economics - Les 30 derniers dépôts Travail et économie publique - PSE-Ecole d'économie de Paris FRANCEWEB>Le n°1 mondial de la collaboration en ligne>La recette du succès du référencement chinois.Grand pare-feu de Chine. Hébergement Web en Chine.Mots clés à longue queue.Articles Liés : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI Images FranceWebSel - Recherche Google FranceWeb Images NEWS CENTER in 3 clicks - Recherche Google PPF,Dipl.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous: économie,technologie, societal,Je pense que je peux donner de l'énergie aux gens grâce à ce que je fais.,UNE VAGUE D'INSPIRATION : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life Et si la donnée profitait aussi aux citoyens français ? - ZDNet Lunch séminaire d'économie appliquée - PSE-Ecole d'économie de Paris Lunch séminaire d'économie appliquée - PSE-Ecole d'économie de Paris Missions - PSE-Ecole d'économie de Paris Les Mécènes de PSE-Ecole d'économie de Paris - PSE-Ecole d'économie de Paris Lunch séminaire d'économie appliquée - PSE-Ecole d'économie de Paris Datactivist | Datactivist https://datactivist.coop/fr Partenaires | Chaire citoyenneté  Colloques et conférences - PSE-Ecole d'économie de Paris Collaborations externes (France et international) - PSE-Ecole d'économie de Paris Campaigns Change Makers guidelines What is Change Makers? Change Makers LSE | Terms and Conditions LSE Student Hub LSE Student Hub LSE Student Hub Actus Médias | Chaire citoyenneté Nous contacter | Chaire citoyenneté Chaire citoyenneté |  Chaire Citoyenneté - Recherche Google Microsoft Word - FW.Poissy.doc - 4009146681.pdf FRANCEWEBMAX>"The secret of the success">MyNewsCenter>UN PARTENAIRE ENGAGÉ>Promotion de l’innovation, notamment en lien avec les milieux scientifiques et l’activité R&D sectorielle et multisectorielle.> Diffusion de l’information technologique> : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life L’AVENTURE FRANCEWEB>Grace à son écosystème et ses lecteurs de tous secteurs d’activité FRANCEWEB reste en permanence attentif aux nouveaux usages pour proposer sans cesse de nouvelles solutions d’optimisation des flux d’informations et d’aide ... : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI FRANCE WEB, collaboration en ligne - 3390502115.2.pdf MyNewsCenter>FranceWebAsso>PoissySmartCity>Parcoursup: Quelles sont les filières les plus demandées par les jeunes cette année? : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life Campagne : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life "Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi", Une union nationale enfin retrouvée !La France et ses « gilets jaunes »jusqu’aux portes de l’Elysée : ce sont eux, la république en marche !« Comment réussir dans un monde d’égoïstes » : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life SocSav21,Enrichissez vos relations humaines,Planifiez votre vie avec rigueur,Appréciez la vie que vous vivez,Concentrez-vous sur votre but et votre raison d’être : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI 3B,Beau,Bon,Bien : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI http://www.sciencespo-saintgermainenlaye.fr/ (89) Organisation à but non lucratif - Recherche Facebook (89) Les Rencontres de Sciences Po St Germain - Accueil (89) Les Rencontres de Sciences Po St Germain - Accueil (89) Conférence - Transition ou révolution écologique ? Conférence - Transition ou révolution écologique ? https://www.facebook.com/events/297805684190825/?ti=ia Sciences Po Saint-Germain sur Twitter : "Voici le lien pour s’inscrire (public et étudiants) https://t.co/uaOjTJLrML" Laurence Khichane (@laukhichane) | Twitter Tiny Costa Rica Has a Green New Deal, Too. It Matters for the Whole Planet. - The New York Times Sciences Po Saint-Germain sur Twitter : "Face à la mobilisation des étudiants pour le climat, notre école banalise la journée du 15 mars pour permettre à celles et ceux qui le souhaitent de manifester. Une conférence se tiendra demain matin pour parler climat et transition énergétique. Ouverte à tous sur inscription !… https://t.co/LaLy3gWWK8" Partager un lien sur Twitter Introduction à l’open data FRANCE WEB, collaboration en ligne - 3390502115.pdf « Raison » dans l’Histoire»Les nouveaux principes de l’Histoire»Kierkegaard,Jaspers,Heidegger,Jean-Paul Sartre,Martin Heidegger,Husserl,Krisis,Oswald Spengler,Paul Kennedy,Samuel Huntington,Francis Fukuyama,Henri Kissinger,Zbigniew Brzezinski,40 citations : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI Google Traduction Stefan V.Raducanu sur Twitter : "Postcards from China – 8 SEO Treasures for the World’s Biggest eCommerce Market https://t.co/ZPfGmFkKRT #Searchmetrics via @searchmetrics" Votre Tweet a été envoyé ! Partager un lien sur Twitter SEO & Content Marketing Blog Demandez un devis ou une démonstration live de Searchmetrics Suite You searched for travail collaboratif | Searchmetrics You searched for travail collaboratif | Searchmetrics Niche Ranking Factors: Targeted analysis for your Online Market Searchmetrics Whitepaper with Suxeedo: Content that performs Niche Ranking Factors: Targeted analysis for your Online Market Searchmetrics analysis: Google's Top 1,000 Winning Domains 2018 Knowledge-Base | Searchmetrics Analyze Mobile SEO Rankings and Traffic | Searchmetrics Drive Your Performance With Global SEO | Searchmetrics Joel Gombin (@joelgombin) | Twitter joelgombin (Joel Gombin) | Keybase  datactivist – Medium Datactivist – Medium Samuel Goëta – Medium Samuel Goëta – Medium joelgombin (Joel Gombin) | Keybase joelgombin (Joel Gombin) | Keybase Medium  FRANCE WEB, collaboration en ligne - 1641417226.pdf Introduction à l’open data Introduction à l’open data Introduction à l’open data Introduction à l’open data Introduction à l’open data Introduction à l’open data Challenge Data — Une semaine à Sciences Po Saint-Germain pour concevoir des usages autour de…  AXA France veut revenir dans la course en assurance auto Timeline - Time to Play Fair  l'entendement de Macron - Recherche Google l’entendement de Macron - Recherche Google La crise de l’humanité européenne et la philosophie - 706073153.2.pdf  Sartre: La nausée  Nausée » de J.P. Sartre - Recherche Google Le monde de la vie de Husserl dans la Krisis  Le livre Philosophie 2.0 : une introduction à la philosophie Présentation d'Husserl, philosophe allemand du 20ème siècle  husserl krisis - Recherche Google Nausée - Recherche Google  Naufrage du "Grande America": Jadot (EELV) critique le "laxisme autour du transport maritime"  Algérie: un glissement à la Kabila, dernière trouvaille du pouvoir de Bouteflika - Sputnik France Cryptomonnaies et blockchain au menu de la délégation suisse au Forum de Saint-Pétersbourg - Sputnik France Macron compte se mesurer à Poutine au Forum économique de Saint-Pétersbourg - Sputnik France À Saint-Pétersbourg, le Président Macron entame sa première visite officielle en Russie - Sputnik France Le nouveau gouvernement russe comparé à un tigre s'apprêtant à sauter sur sa proie - Sputnik France Bild trouve un sens caché dans le bouquet offert à Merkel par Poutine - Sputnik France Un coup contre la hiérarchie mondiale: la Russie a-t-elle poussé les Européens au pire? Mise à niveau Lite Générateur d'excuses et d'actions - Sorry Children 9 Cars With Extreme Big Engines - YouTube Une chronique du pionnier du Web français Bruno Walther.L'Internet était une promesse utopique, il est devenu notre cauchemar contemporain, : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life Quatre bons tuyaux pour innover What Elon Musk Taught Me About Growing A Business – ThinkGrowth.org 7 Counterintuitive Rules for Growing Your Business Super-Fast The power of doing nothing at all – The Startup – Medium The most insightful stories about Entrepreneurship – Medium 10 comptes d’entrepreneurs et d'entrepreneures à suivre sur Medium  Actualités sur le navigateur web Chrome de Google - PhonAndroid.com  Patch Tuesday : deux zero-days en moins dans Windows - ZDNet FranceWebAssociation.htm Firefox Send Firefox Send Firefox Send Connexion Continuer vers Firefox Send Comptes Firefox Comptes Firefox Renforcer le leadership au féminin ET réduire les biais inconscients qui l'empêchent d'émerger. Redirection WWW, 30 ans et presque toutes ses dents - ZDNet  FRANCE WEB, collaboration en ligne - 1641417226.pdf MySelTab.htm Firefox Send "Chacun pour Soi">Ing.StefanV.Raducanu,un être culturel,un visionnaire,créateur PoissyWebCitoyen,Ces nouveaux défis sont autant d'opportunités pour vous, L’imaginaire social constitue l’enjeu premier de la culture numérique.Nous : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life Electronics : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Electronics : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect "The secret of the success">MANAGING ORGANIZATIONS>With data science, you learn as you go, not before you go.Why Data Science Teams Need Generalists, Not Specialists : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect SRU-Electronics. Working together to ensure sustainable growth.Meeting the digital future challenge anywhere, anytime.Anticipate the current flow for Wonderful Living.We Will provide a safe and comfortable space to everyone who gath - Recherche Google Webmaker->Put the World's News at your fingertips 24 hours a day. Get ahead of the world's emerging stories->''MyNewsCenterNavigator''->All global sources in one app! : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Electronics : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Electronics : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Electronics : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect SRU-Electronics : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Gigaom | 2020 via time machine: networks and systems SRU-Electronics : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect SRU-Electronics : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Stefan Raducanu et son temps ->MyNewsCenter>Faire Société>La phisique quantique>Valeurinestimable>21CenturyWebArchive>FWVAG21>My21stCenturyWebArchive>Research Starts Here>Voyagez autour du monde avec SRU-Electronics : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect  Images, FranceWeb,Know why, Know who, Know where, Know what. - Recherche Google  Images, FranceWeb,Know why, Know who, Know where, Know what. - Recherche Google SocSav21 - Recherche Google Images PoissySmartCity - Recherche Google L’industrie du futur>FRANCEWEBMAX>UN PARTENAIRE ENGAGÉ>Promotion de l’innovation, notamment en lien avec les milieux scientifiques et l’activité R&D sectorielle et multisectorielle.> Diffusion de l’information technologique> : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect About SRU : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect FRANCE WEB, collaboration en ligne - 1641417226.pdf 21CenturyWebArchive : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life Images,FranceWebMax - Recherche Google Images,FranceWebMAX - Recherche Google Tutorial : Installer Webmin sur un système Linux : Otium France, Blog Informatique – Tutoriaux et Astuces pour Windows et Linux !  Images,FranceWebMin - Recherche Google Images,WebMIN - Recherche Google API Agro, la plateforme de l'agriculture de précision | BearingPoint France  API-AGRO : faciliter le partage des données agricoles | Alim'agri  API-AGRO, des compétences à cultiver ensemble - API-AGRO  API-AGRO - Déployez la valeur des données agricoles  d'API-Agr - Recherche Google « Oser inventer l’avenir » pour y exprimer des revendications, des insatisfactions, des frustrations,... j’espère qu’on y trouvera aussi des propositions..dans une société bureaucratique à consommation dirigée comme la nôtre.Qu'ajouter ?Sur le même thème. : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life Les hubs de contenu devraient être un facteur de rentabilité et de leadership.International Research>SRU-Electronics ...MySelTab,The Digital Experience Sourcebook, : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi,FWPPF,LDRI "The Grid" >>La vision comme modèle mental, ce n’est pas la marche au hasard.... : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life Images,FranceWeb,Produire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative et impulser les changement nécessaires par l’évolution de notre société. - Recherche Google FRANCE WEB, collaboration en ligne - 3390502115.pdf Occupez-vous de vous-même d’abord.Prenez du temps pour vos loisirs,Concentrez-vous sur votre but et votre raison d’être. Vous êtes bien plus précieux que ce que vous possédez. Ne l’oubliez pas : Cité>MySmartCity>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">Connected Home Solutions for Wonderful Life

14/03/2019

« Raison » dans l’Histoire»Les nouveaux principes de l’Histoire»Kierkegaard,Jaspers,Heidegger,Jean-Paul Sartre,Martin Heidegger,Husserl,Krisis,Oswald Spengler,Paul Kennedy,Samuel Huntington,Francis Fukuyama,Henri Kissinger,Zbigniew Brzezinski,40 citations

   FranceWeb, le n°1 mondial de la collaboration en ligne3poles.png

La pyramide Data-Information-Knowledge-Wisdom

  • Les données sont la matière "brute" d'où naît l'information.

  • L'information pourrait être définie comme des données qui ont été consignées, classées, organisées, raccordées ou interprétées dans un cadre qui en dégage le sens

  • En donnant du sens à de l'information, on obtient de la connaissance

  • En donnant du sens à la connaissance on obtient du savoir

juil 4nd, 2012

Les nouveaux principes de l’Histoire

    Il est remarquable que les drames qui ont ensanglantés le monde en 1914-1918 et 1939-1945 n'aient eu à peu près aucun écho philosophique en Occident. Les deux grandes doctrines qui étaient le fondement de la pensée occidentale contemporaine, à savoir la phénoménologie de Husserl (le terme ne doit pas être pris dans le sens hégélien) et l'existentialisme (Kierkegaard, Jaspers, Heidegger) sont nés avant la Première guerre mondiale et les bouleversements dans le monde ne les ont pas transformés. La philosophie de Jean-Paul Sartre n'a fait que reformuler la métaphysique de Martin Heidegger. L'Être dans le Temps à l'Être dans le Néant. Le déclin de l’Occident se retrouve d'une certaine façon dans la « Nausée » de J.P. Sartre. Un je ne sais ce que je suis !
Depuis les philosophes occidentaux tournent en rond dans le questionnement sur les fins ultimes de l'Histoire. Les deux Guerres mondiales, qui ont été des « Contingents historiques majeurs » que nous aurons à préciser et ont permis la libération de continents entiers, remettent en cause les présupposés concepts husserlien.  En séparant l’Europe des autres humanités comme l'unique peuple qui sache l'être et le vrai, Husserl voulait une Europe encore capable d'agir sur les autres humanités du monde. Il écrit que « par elle seule sera décidé si l'humanité européenne porte en soi une Idée absolue au lieu d'être un simple type anthropologique comme la Chine ou les Indes; et décidé du même coup si le spectacle de l'européisation de toutes les humanités étrangères annonce en soi la vaillance d'un sens absolu, relevant du sens du Monde et non d'un historique non-sens » (Krisis, § 6).
Le déclin de l'européanisation du monde, surtout à la fin du XXe siècle, et l'avènement de deux phénomènes « l'islamisation et la sinisation » sont devenus le contraire de la prédiction husserlienne qui était dès le départ entachée par l’euphorie et l’illusion que l'avancée occidentale dans la civilisation sur les autres civilisations a fait accroire. Faisant oublier dans l’ascension de l’Europe par ethnocentrisme que grandeur et décadence sont le lot des civilisations. Définissant comme sauvages ou barbares les civilisations des autres continents, oubliant que, par le passé, l’Occident était sauvage et barbare et que la civilisation à laquelle l’Occident est parvenue le doit beaucoup aux autres civilisations.
Il s'agit donc pour l'Occident au mieux de comprendre la situation pour sortir de ce préjugé que la civilisation occidentale est seule détentrice de la vérité civilisatrice. Si la philosophie occidentale naguère prolifique a baissé le rideau, le vide philosophique s’est trouvé combler par les experts de l’histoire, mieux armés pour analyser ce retour du temps. Ainsi la parole a été donnée à Oswald Spengler, Paul Kennedy, Samuel Huntington, Francis Fukuyama…  et d’autres non moins célèbres. Même des hommes politiques furent de la partie : Henri Kissinger, Zbigniew Brzezinski…
- Samuel Huttington recommande dans « The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order » (1996) le repli des États-Unis, de rendre plus lâche l'alliance avec l'Europe et d'abandonner les deux piliers stratégiques que sont le Japon et Israël parce qu'ils sont frappés d'altérité culturelle. Il conteste même l'universalisation de la langue anglaise. Et si ces recommandations sont « prémonitoires » ? En prenant en compte l’ « accélération de l’Histoire ».
- Paul Kennedy dans « The Rise and Fall of Great Powers » (1988), donne une vision d'une Amérique en déclin, attesté par les chiffres.
- Fukuyama émet l'hypothèse de la « Fin de l'Histoire ». S'inspirant de Hegel, il énonce que l’Amérique est partie du triomphe et va inexorablement vers l'inutilité pour les autres nations. Pour lui, la démocratisation en marche dans le monde mettra fin à l’hyperpuissance. Quant à l'effondrement de l’Union soviétique et des pays satellites, il ne serait qu'une étape dans la marche de l'humanité, succédant à l'étape que fut l'émergence de la démocratie en Turquie et dans les pays latino-américains dans les années 1980, précédée elle-même par la chute des dictatures de l'Europe du Sud, au Portugal, en Espagne et en Grèce, au milieu des années 1970. Il y a en effet dans cette hypothèse une dialectique dans l’histoire qu’il faut cependant l’étayer par la « Raison » dans l’Histoire.
Les trois approches ont beaucoup de points communs, et, en tout état de cause, parce que ce sont les événements politiques dans le monde et leur évolution qui les ont laissés transparaître. Cependant il y a aujourd’hui une situation inquiétante en Occident dans son refus d’accepter que ce qui a été considéré naguère de non-civilisations sont en fait des civilisations qui sont en train de se révéler et de « monter ». Mais ce que l’Occident oublie c’est que l’humanité avance en âge comme l’homme avance dans le temps. Celui-ci grandit, vieillit et meure pour laisser place aux autres générations. Il en va de même pour les civilisations. Comme les hommes ont le souvenir de leurs aïeux, les civilisations ont le souvenir de leur passé. Aujourd’hui, une marche inexorable de l’Histoire que l’Occident refuse est en cours, et cette menace fait planer un autre « Contingent historique majeur », à l’instar des deux « Contingents historiques » de la première moitié du XXe siècle.
Précisément, c’est dans l’étude dialectique des « Contingents historiques » que nous pourrions mieux saisir le développement du monde. Que les « Contingents historiques » ne sont en fait que les leviers de la « Nécessité » qui s’expriment dans le « devenir du monde » à l’insu des hommes. Si une explication logique pouvait ressortir, non seulement elle pourrait être utile pour l’homme, mais pourrait en touchant l’« essence des événements » telles les guerres et les crises permettre à l’entendement de l’homme d’aborder mieux le « sens » par exemple de cette puissance de l’Occident qui se développe dans l’impuissance. Et ce n’est là qu’un aspect des problèmes du monde, d’autres aspects pourraient apparaître permettant à l’homme de comprendre mieux son devenir.
C’est l’ambition de cette étude, qui n’est qu’en balbutiement, mais en cours... et dont quelques parties sont déjà exposées dans cet essai.  Et qui sera complété au fur et à mesure de son développement.

L’Auteur

N.B.

La plupart des articles qui se trouvent dans ce site ont été publiés dans des quotidiens algériens, agoravox.fr, ou repris par de nombreux sites de différents horizons.

Je pense qu'1 page de l'histoire des civilisations occidentales est en train de se tourner. D'autres logiques d'autres rapports de force se mettent place. Le monde tel qu'il existait au 17,18,19 et 20 ième siècle est révolu. Nous sommes dans 1 nouveau monde en ce début de XXI siècle. Avec 1 très évidente certitude : Moscou - Pékin -Téhéran!!!! Stabilité & prospérité Personne ne devrait oublier que les seuls à avoir massacré des populations civiles à coup d'armes nucléaires sont ces "gentils" américains!

Dans le budget militaire américain ne devrait on pas inclure les 21 trillions(échelle courte) 21 × 10e12 de $ que le pentagone a fait disparaître en 17 ans? Sinon, pour les armes, c'est comme pour les études et le talent, cela ne se mesure pas à la somme dépensée, certes il faut d l'argent, mais un pays comme l'Iran avec des ingénieurs et des scientifiques de premier plans motivés pour la défense de leurs pays (on ne fonctionne pas pareil pour voler les biens d'un autre (invasion) et la défense de son pays, donc ses enfants parents et amis) . Vous pouvez inscrire un fainéant sans motivations dans les meilleures universités mondiale vous n'en ferez jamais un ingénieur génial, mais vous aurez dépensé beaucoup d'argent! Défendre est beaucoup plus simple qu'agresser et le choix des tactiques est particulièrement vénéneux si l'on doit se battre contre un adversaire beaucoup plus fort que vous!
Attaquer la Russie(mais même l'Iran) pour les américains seraient un risque énorme, souvenons nous que leur seule victoire incontestable c'est l'ile de la Grenade
Tout-à-fait exact! Quoi qu'en disent certains "philosophes" et polémistes payés par leurs potes de la finance, le débarquement du 6 juin 44 a été largement facilité par le travail de la résistance Française et aussi (surtout) par l'avancée Russe dans les territoires de l'Est de l'Europe!
 
je crois que la doctrine russe en cas de conflit sera de frapper violament voir détruire les zones côtières américaines il est fini le temps,ou les US créent les guerres et les font faire par les autres, le temps où ils orchestrent la destruction de pays où de continent pour ensuite venir les "sauver" avec des plans Marschall ... La prochaine fois ce sera la branlee generale
  • Gog2018
    Tout est dit....et très bien dit.
    L'eurasie est stable et est un partenaire de confiance...loin....Très loin du diktat et des voltes face des USA.
    On assiste à ce que prédisait certains expert l'hégémonie américaine et la chute du roi dollars.
    Tant mieux,ne monde et les peuples ne s'en porteront pas plus mal.
    Remercions la politique sionistes et américaines qui n'a fait qu'accelerer ce fait.
  • Parousnik
    L'argent facile est souvent sale du sang et de la sueur d innocents serfs ou esclaves hier...consommateurs et chair à pognon...aujourd hui mais la donne est toujours la même...c est la barbarie endimanchée qui dirige l occident... Elle qui a créer des droits humains et internationaux pour mieux encore asservir, piller détruire... Avec la Russie et l eurasie l humanité aura t elle enfin accès à une civilisation civilisée ?
  • vlad_1
    la grosse mafia va vite recadrer son gauleiter bulgare *** le bonhomme risque de se faire balayer pour être sorti des clous otaniens *** vu de la jet set suprématiste, les bulgares sont de vulgaires slaves qui n'ont à pas à penser au développement de leur pays, juste bon à servir de terrain militaire otanien contre la russie *** une sorte de banderastan pour contenir la turquie, maintenant allié à la russie depuis juillet 2016 *** il faudrait que la russie déploie d'énormes moyens en soutien à radev puisse parler gazoduc et nucléaire dans la durée, au lieu de petites phrases qu'il va pas tarder à démentir au fur et à mesure des pressions de la grosse mafia.
  • nocturn_01
    Ce sont surtout les mensonges, l'hypocrisie, le double langage, les jeux pourris de l'Empire Oligarchique, ploutocratique, des anglo-saxons unis qui écœurent et détournent ceux qui croient encore à une nécessaire honnêteté en politique. Cette politique n'est plus qu’au service de cette ploutocratie mondialiste et apatride du Nouvel Ordre Mondial globalisé américain. Mensonges auxquels nous ne pouvons plus croire !
    Tant mieux si certains ont fini par comprendre. Mais il est triste de se dire que ce serait seulement pour avoir constaté la convergence des intérêts du pays avec les leurs, personnels. La vénalité en politique est le mal actuel, l'absence de transcendance ne peut que mener aux catastrophes dans la décadence.
  • Dolinduz
    L'art et la manière de "faire des phrases"... lourdes, alambiquées, au lieu d'expliquer clairement les choses

    C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases… ߘ?

    Bon, on a quand même compris où le marin voulait en venir. Et oui, les temps ont changé, la Russie est devenue in-con-tour-nable... et les besoins énergétiques en Europe ne cessent de croître. Alors les bulgares se mettent leur ancienne fierté dans la poche et viennent quémander à Moscou.
    Mais si le NS2 se réalise, ils risquent de rester bredouille.
  • volgariver
    Beaucoup de bla bla .
    Ce qu'il faut retenir ,ce n'est pas le fait que la sainte Russie impose un mode de fonctionnement ,un mode implacable d'esclavagisme tant physique que morale ....non.
    Le fait est que nombreux et nombreuses sont ceux qui se rangent aux côtés d'un étonnant pays qui inspire une solidarité à toute épreuve ,la domination du bien sur le mal .
    Préservant nos intérêts , la Russie inspire ...
    C'est cette force intense qui fait que certains membres de l'UE se tourneront sur le troisime bloc eurasien....
    Un choix se présente ,seuls les plus réalistes sauront ou se tourner .
    Macron appartient déjà au passé.
  • Ugo
    Tous ces petits zéros d'Europe de l'est qui ont servilement suivi les mafieux, ils pourraient au mieux aller se faire pénétrer le fondement ?
    La Russie a le turkisch stream et le nord stream 1,2 voire 3.
    Les Bulgares ? Les Roumains ? Les ukrainiens (surtout), les Polonais ? Les baltes ? Un bon gros gode ߘ?
  • lacertae
    Le pétrole n'est plus une solution pour les voitures, sinon le gaz carbonique sans compter qu'il est toxique renforcera trop l'effet de serre provoquant une augmentation de plusieurs degrés de la planète avec fonte des pôles et amplification à nouveau de l'effet de serre par une réaction en chaîne qui tuera l'espèce humaine.
    Désolé pour la Russie, mais votre pétrole arrive trop tard, il devra être réservé aux engins de chantier et aux tracteurs. Je crois que 6 degrés de plus suffiront à détruire la vie sur terre. Au début je pensais aussi que c'était faux mais il y a trop de preuves aujourd'hui pour en douter. Le nucléaire et la fusion sont le seul espoir de l'humanité.
    L'énergie du vide , de l'information notre science n'a pas assez d'expérience dans ces domaines pour démarrer véritablement à moins d'une aide extra terrestre..
Le Veilleur
Très bon article !

Bild trouve un sens caché dans le bouquet offert à Merkel par Poutine

Danone: «Nous n'avons pas l'intention de réduire nos activités» en Russie

Forum économique de Saint-Pétersbourg 2018 (SPIEF)

Le nouveau gouvernement russe comparé à un tigre s'apprêtant à sauter sur sa proie

À Saint-Pétersbourg, le Président Macron entame sa première visite officielle en Russie

Cryptomonnaies et blockchain au menu de la délégation suisse au Forum de Saint-Pétersbourg

Les têtes des politiciens européens «sont enfoncées dans le cul de l'establishment US»

Les sanctions antirusses nuisent à l’Europe, selon une députée au BundestagSahra Wagenknecht, du parti allemand Die Linke, appelle à abandonner la politique de deux poids deux mesures au niveau international et à annuler les sanctions antirusses.

Un rapprochement avec la Russie est dans l'intérêt de l'Europe car il permettrait d'assurer la sécurité et d'aboutir au désarmement, a estimé Sahra Wagenknecht, députée au Bundestag et membre du parti de gauche Die Linke, dans une interview au journal Neue Osnabrücker Zeitung.

Selon elle, les

sanctions antirusses

nuisent en premier lieu aux entreprises européennes et allemandes et il faudrait les annuler.

Selon elle, les sanctions antirusses nuisent en premier lieu aux entreprises européennes et allemandes et il faudrait les annuler.

Quant à la politique russe vis-à-vis de la Crimée et de la Syrie, elle appelle à continuer de la critiquer tout en condamnant le courant dominant qui privilégie une politique de deux poids deux mesures au niveau international. «Les actions internationales contraires au droit telles que le rattachement de la Crimée doivent être critiquées. Mais si cette critique vient de ceux qui mènent des guerres qui violent le droit international, comme en Irak ou en Libye, et qui ont dévasté des régions entières, cela est profondément hypocrite», a déclaré la députée.

«D'ailleurs, le rattachement de la Crimée a une histoire: les États-Unis ont investi cinq milliards de dollars pour renverser un gouvernement pro-russe en Ukraine», a-t-elle ajouté. L'adhésion à l'Otan est toujours d'actualité pour ce pays. Tout le monde savait que la Russie n'attendrait pas que sa base militaire en Crimée soit sur le territoire de l'Otan, fait remarquer Mme Wagenknecht.

Le Président russe et la chancelière allemande ont eu des pourparlers vendredi à Sotchi. Selon Vladimir Poutine, le dialogue avec Angela Merkel a été consistant et opportun. Mme Merkel, pour sa part, a déclaré que maintenir de bonnes relations avec la Russie faisait partie des intérêts stratégiques de l'Allemag

Face aux tensions militaires dans le monde, seul un fou pourrait oser déclencher une guerre contre la Russie à cause du rattachement de la Crimée, estime Sahra Wagenknecht, co-présidente du parti allemand de gauche Die Linke. D’après elle, Berlin devrait plutôt aspirer à améliorer ses relations avec Moscou.

L'Allemagne doit revenir aux «traditions de la politique de détente» et essayer d'améliorer ses relations avec la Russie, a déclaré Sahra Wagenknecht, députée au Bundestag et co-présidente du parti Die Linke, dans une interview accordée au quotidien allemand Rheinische Post.

«Les sanctions antirusses nuisent à l'économie allemande et la politique de confrontation menace la sécurité européenne et la paix en Europe», a-t-elle expliqué.«Je ne vois pas que les sanctions changent quelque chose à la situation. J'espère qu'il n'y a pas de gens assez fous qui seraient prêts à se décider à un conflit militaire avec la Fédération de Russie à cause de la Crimée».

«L'idée qu'un dictateur tel que Kim Jong-un en Corée du Nord possède l'arme nucléaire met mal à l'aise tout le monde. Pourtant, celui qui veut prévenir l'augmentation de l'arsenal nucléaire dans d'autres pays, doit garantir que les États-Unis ne frapperont plus les gouvernements indésirables», a-t-elle fait remarquer.

Cependant, d'après Mme Wagenknecht, une menace beaucoup plus grande à «la paix dans le monde» émane du locataire de la Maison-Blanche:

«L'arsenal nucléaire des États-Unis dépasse d'une manière disproportionnée celui de la Corée du Nord. Le Président américain qui accroît ses forces militaires, réchauffe le conflit avec la Russie et menace sur Twitter de réaliser une frappe nucléaire représente une grande menace à la sécurité», a conclu la députée au Bundestag.

Les sanctions antirusses nuisent à l’Europe, selon une députée au Bundestag
 
Candidat à la chancellerie allemande:«Reconnaître la Crimée comme une partie de la Russie»
 
Au seuil de la guerre nucléaire: la psychologie des aspirations de Pyongyang
 
Le vice-chancelier du parti AfD Alexander Gauland insiste sur le fait que l'Europe devrait reconnaître la Crimée comme une partie intégrante de la Russie, relate le journal allemand Berliner Morgenpost.
 
«Il est justifié de reconnaître la Crimée comme une partie de la Russie. […] La Crimée ne rejoindra jamais l'Ukraine. Les sanctions n'apportent rien. La Russie est une puissance en Europe et nous devons l'intégrer dans l'ordre européen. Il faut mettre fin à sa confrontation avec l'Otan», a-t-il souligné.

Pour rappel, Sahra Wagenknecht, une des dirigeantes du parti de gauche allemand Die Linke, a apprécié l'appel du chef de file du Parti libéral-démocrate allemand, Christian Lindner, à reconnaître «la pérennité du statut temporaire» de la Crimée. Selon elle, il faut revenir à une politique de détente dans les relations avec Moscou.La Crimée est redevenue russe après la tenue du référendum du 16 mars 2014 au cours duquel plus de 96 % des habitants de la péninsule se sont prononcés pour la réunification avec la Russie.

Cette consultation populaire a été organisée après le coup d'État de février 2014 en Ukraine, quand des politiques solidaires de forces nationalistes, y compris russophobes, sont arrivés au pouvoir à Kiev.
Le Service fédéral de sécurité a déjoué plusieurs actes de sabotage contre des sites d'infrastructure et des équipements de survie en Crimée. Un agent du Service de sécurité d'Ukraine envoyé en Crimée pour les commettre a été interpellé», a annoncé le FSB dans un communiqué.
L'homme arrêté s'appelle Guennadi Limechko. Originaire de la région de Kharkov (est de l'Ukraine), il a participé à l'opération militaire de Kiev dans le Donbass au sein d'une unité de reconnaissance.
Le 9 août il est arrivé en Crimée avec pour mission de mettre hors d'exploitation une ligne de transport d'énergie et d'incendier un site d'infrastructure, entre autres. Il était équipé de deux charges explosives plates, de détonateurs, d'une grenade et d'un appareil photo pour documenter ses actes.
L'antenne du FSB en Crimée et dans la ville de Sébastopol a ouvert une enquête et cherche des complices éventuels. L'homme arrêté a déjà plaidé coupable.
Un véritable blocus international contre la Russie, un État qui s'inscrit dans un système de relations diplomatiques et politico-diplomatiques est impossible, et de fait, une telle chose n'a jamais existé», a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin en marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg.
Le parlementaire allemand Jurgen Trittin s’est attaqué au gouvernement d’Angela Merkel pour son incapacité à défendre les entreprises allemandes contre l’impact négatif des sanctions américaines, selon Lübecker Nachrichten.
Dans un entretien accordé à Lübecker Nachrichten.Jurgen Trittin, membre du comité des affaires étrangères du parlement allemand, a noté que les récentes mesures restrictives américaines contre la Russie avaient également frappé les entreprises allemandes. Selon lui l'industrie allemande qui avait précédemment acheté 40% de l'aluminium à la Russie était désormais obligé de l'acheter aux États-Unis à des prix plus élevés.
«Les récentes sanctions américaines n'ont rien à voir avec l'ingérence de la Russie en Ukraine. Elles sont l'expression d'une guerre commerciale», a signalé le député allemand, cité par Lübecker Nachrichten.

Sahra Wagenknecht, du parti allemand Die Linke, appelle à abandonner la politique de deux poids deux mesures au niveau international et à annuler les sanctions antirusses.

Un rapprochement avec la Russie est dans l'intérêt de l'Europe car il permettrait d'assurer la sécurité et d'aboutir au désarmement, a estimé Sahra Wagenknecht, députée au Bundestag et membre du parti de gauche Die Linke, dans une interview au journal Neue Osnabrücker ZeitungSelon elle, les sanctions

 
Il serait temps que la France se désolidarise des USA, qui ne fait que générer des problèmes sur tout le globe.
Répondre
106 Likes
 
Vu l'attitude belliqueuse de nos dirigeants à leur égard, je doute fort qu'eux nous considèrent comme leur amis...
la préparation de ww3 tous simplement ... ils veulent pas atomisé la terre jusqu'à la rendre invivable alors ils ajustent..
Pas besoin d'être grand géopolitologue pour savoir que le prochain champs de bataille sera l'europe ! Depuis 1945 les USA n'ont pas digéré que l'europe ne soit pas à ses ordre, c'est pour cela qu'ils ont créé l'UE avec une bande de traite (tous les présidents de la "komission") et provoquent sans cesse la Russie
 
 
  • t même au-delà du globe, jusqu'à la poussière cosmique déclarée terroriste à cause de la radicalisation du vide intersidéral...
    Répondre
    34 Likes
 

Descartes, le cogito, Dieu et les idées innées :

Le cogito, conséquence du doute :

Pourquoi douter ? Pour trouver un fondement certain à la connaissance. En supposant qu’un malin génie nous trompe en toutes nos représentations et croyances. Les illusions des sens (exemple de la bougie) fournissent également à Descartes un motif pour douter.

Mais, pour ce qu’alors je désirais vaquer seulement à la recherche de la vérité, je pensai qu’il fallait que je fisse tout le contraire, et que je rejetasse, comme absolument faux, tout ce en quoi je pourrais imaginer le moindre doute, afin de voir s’il ne resterait point, après cela, quelque chose en ma créance, qui fut entièrement indubitable

Comment douter ? De manière méthodique, a contrario des philosophes sceptiques.

Non que j’imitasse pour cela les sceptiques, qui ne doutent que pour douter, et affectent d’être toujours irrésolus : car, au contraire, tout mon dessein ne tendait qu’à m’assurer, et à rejeter la terre mouvante et le sable, pour trouver le roc ou l’argile

Au sein du doute, Descartes rencontre une première certitude, le cogito (« je pense » en latin). Le cogito représente la conscience de soi du sujet pensant. En effet, aussi universel que soit le doute, puisqu’il porte sur la totalité des connaissances, il y a quelque chose qu’il ne saurait atteindre : c’est sa propre condition, car doutant, je pense et, pensant, je suis.

Je suis, donc. Mais que suis-je ?

– Je suis essentiellement pensée, cette dernière désignant tout ce qui se fait en nous de telle sorte que nous l’apercevons immédiatement pour nous-même.

– ainsi l’activité de l’esprit et la conscience me caractérisent : la conscience est l’essence de la pensée.

Dieu et la preuve d’existence :

La deuxième vérité découverte par Descartes est l’existence de Dieu, que Descartes expose en trois points :

– la preuve par l’idée de parfait : en effet, parmi les idées qui sont en moi se trouve l’idée de Dieu, idée d’un être souverain, tout puissant, éternel, infini.

– Or, comment cette idée de parfait pourrait-elle procéder d’un être imparfait ? En réalité, il me faut admettre l’existence d’un être contenant en soi autant de perfection que l’idée en représente, c’est-à-dire Dieu.

– Ainsi, Dieu existe.

Il faut entendre par Dieu, une substance souverainement parfaite, et dans laquelle, nous ne concevons rien qui enferme quelque défaut, ou limitation de perfection.

– Cet être parfait ne saurait être que vérace : il me garantit, en effet, que les idées que je conçois comme claires et distinctes sont vraies.

– La « véracité divine » découle de la nature même de Dieu, qui ne saurait m’induire en erreur, puisqu’il est parfait.

L’idée de Dieu fait partie des idées innées.

Les idées innées chez Descartes :

Les idées innées sont les idées ne venant pas des sens et de l’expérience. Elles sont vraies et immuables et constituent le trésor de mon esprit.

Il existe trois sortes d’idées (une idée désignant tout ce qui est en notre esprit lorsque nous concevons une chose) :

– celles qui sont nées avec moi (innées)

– celles qui viennent du dehors (ce sont les idées sensibles, comme l’idée d’une chose extérieure, de la terre, du ciel…)

– celles qui sont faites et inventées par moi (ce sont les idées factices, comme l’idée de chimère)

Descartes et la liberté humaine :

En sa quête métaphysique, Descartes approfondit l’essence de l’esprit humain : il souligne la supériorité de l’entendement (faculté par laquelle nous apercevons les idées) sur l’imagination (puissance de représenter les choses de manières sensibles).

L’imagination n’est pas nécessaire à l’essence de mon esprit et demande un effort particulier. Le travail de l’entendement lui, est beaucoup plus simple.

– par exemple, imaginer un polygone à mille côté est très difficile, à la différence de le concevoir (« j’ai besoin d’une particulière contention d’esprit pour imaginer, de laquelle je ne me sers point pour concevoir »).

Cette explicitation du dynamisme spirituel de l’homme est inséparable d’une méditation sur la liberté.

Descartes et la Liberté d’indifférence :

Descartes considère la liberté d’indifférence (état dans lequel la volonté se trouve lorsqu’elle n’est point portée, par la connaissance de ce qui est vrai ou bien, à suivre un parti plutôt qu’un autre) comme le plus bas degré de la liberté.

– la vraie liberté exclue l’indifférence. Elle se caractérise par l’absence de contrainte extérieure.

– La liberté d’indifférence désigne un choix éclairé par la connaissance du vrai.

C’est cette liberté humaine qui permet de comprendre le mécanisme de l’erreur, laquelle naît de la disproportion entre ma volonté et mon entendement nécessairement fini et limité. L’erreur se produit quand ma volonté (infinie) acquiesce à une idée (confuse) de l’entendement.

En fondant le cogito, la subjectivité peut construire le monde. Ce legs de Descartes à la philosophie sera définitif.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu