Avertir le modérateur

21/05/2019

MyNewsCenterNavigator.MySmartCity,SocSav21,FranceWebAsso,Optimiser la vente d’espace publicitaire sur les supports digitaux.Construire une proposition commerciale..Elaborer une offre publicitaire digitale et un tarif.Les opportunités publicitaires offerte

MyNewsCenterNavigator.MySmartCity,SocSav21,FranceWebAsso,

Optimiser la vente d’espace publicitaire sur les supports digitaux

MyNewsCenterNavigator.MySmartCity,SocSav21,FranceWebAsso,

MySmartCity,Optimiser la vente d’espace publicitaire sur les supports digitaux

Objectifs

15/05/2019

Ah! (la politique) est l'art de créer des faits;Reporterre. Capitalisme, défections des écologistes pour En marche, relations avec la France insoumise, programme pour l’Europe…

Ah! (la politique) est l'art de créer des faits; de dominer, en se jouant, les événements et les hommes; l'intérêt est son but; l'intrigue son moyen: toujours sobre de vérités, ses vastes et riches conceptions sont un prisme qui éblouit.

Coluche
Artiste, Comique (1944 - 1986)

La Mère coupable (1791) de

Pierre Augustin Caron de Beaumarchais

Ah, que la politique était jolie ! | hachette.fr

“Le monde politique est une jungle.”

“La politique est une guerre sans effusion de sang et la guerre une politique sanglante.”

“Le peuple s'intéresse à la politique quand la politique s'intéresse à lui.”

Références de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais - Biographie de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais

Politique & Imbeciles

Georges Clemenceau
Député, Homme d'état, Homme politique, Journaliste, Maire, Médecin, Ministre, Scientifique, Sénateur (1841 - 1929)

Tête de liste d’Europe Écologie-Les Verts, Yannick Jadot a rencontré Reporterre. Capitalisme, défections des écologistes pour En marche, relations avec la France insoumise, programme pour l’Europe… il répond sans détour à nos questions.

Cet entretien a été enregistré, vous pouvez aussi l’écouter :...

Yannick Jadot — Mon objectif est que l’écologie renoue avec ses meilleurs scores. Je veux mettre l’écologie au cœur du paysage politique européen et français. Parce que si on est convaincu du risque de chaos climatique et d’anéantissement de la biodiversité, si on voit la dislocation accélérée de l’Union européenne, les extrêmes droites qui montent partout, la guerre de tous contre tous que le modèle libéral a instaurée, il faut proposer une alternative au modèle libéral qui soit un modèle de coopération, de bienveillance et de solidarité.

Il y a dix ans, Daniel Cohn-Bendit dirigeait la liste des Verts. Il y a deux semaines, il a signé une tribune appelant à voter Macron et la République en marche (LREM), et avec des mots durs à l’égard d’EELV. Comment avez-vous vécu cette tribune de Daniel Cohn-Bendit ?

Beaucoup d’écologistes se sont perdus depuis quelques années. Certains sont allés avec sincérité chez Emmanuel Macron, à En marche, pour essayer d’écologiser ce parti. Finalement, c’est Nicolas Hulot qui a tiré le meilleur bilan de l’écologie sous Emmanuel Macron en disant que c’était une mystification ! En Marche a aujourd’hui dans sa liste aux élections européennes des pro-glyphosate, des anti-glyphosate ; des prochasse, des antichasse ; des pro-accord de libre-échange, des anti-accord de libre-échange ; des pronucléaire, des antinucléaire. Et, depuis deux ans, systématiquement, le président Macron a arbitré pour le glyphosate, pour le nucléaire, pour les accords de libre-échange, pour la chasse ! Donc, ces écologistes se sont perdus. Ils se sont entichés d’un président incontestablement intelligent mais qui semble totalement prisonnier des lobbies du vieux monde.

Daniel Cohn-Bendit, Jean-Paul Besset, Pascal Canfin, Pascal Durand, François de Rugy, Barbara Pompili… Comment expliquez-vous qu’il y ait tant de personnalités d’EELV qui passent chez LREM ?

Nous avons un système électoral extrêmement préjudiciable aux formations politiques petites et moyennes. Il y a des gens — comme de Rugy — qui ont considéré à un moment donné qu’il fallait aller avec les socialistes quand c’étaient eux qui tenaient le manche. Puis, ils se sont aperçus que les socialistes ne tenaient plus le manche, mais Macron, et ils ont continué leur dérive vers le pouvoir.

Je sais tout ce que ce pays et l’écologie doivent à tous les militants qui, eux, n’ont pas fait ce voyage. Si nous n’avons pas d’OGM dans notre pays, c’est parce qu’il y a des militants écologistes qui sont allés arracher des OGM. Pareil pour les gaz de schiste.

Quel pont idéologique y a-t-il entre EELV et LREM ?

Il y a chez les écologistes l’idée qu’on ne peut pas attendre des alternances politiques pour transformer la société. L’urgence écologique ne peut pas attendre. Et il y en a toujours qui pensent que seuls — y compris dans un milieu hostile —, ils peuvent transformer les choses. Moi, je n’ai jamais été qu’écologiste toute ma vie. Et j’ai une très belle liste de gens convaincus. Pour eux, il n’y a pas de débat. Il faut transformer le modèle de développement, sortir du capitalisme financier, combattre ce libéralisme prédateur. Il n’y a pas de compromis avec la technocratie et le libéralisme d’En marche..

Pourquoi l’intelligence digitale est en train de détrôner le QI

Fouille en dedans.PoissySmartCity:Devenir une machine à contenus.Miser sur l’écoute sociale.Adopter une stratégie cohérente.Jive, Podio, Slack, HipChat, TalkSpirit, MicrosoftTeams,Yammer

Créer de nouveaux outils.Les portails FranceWebAsso sont perçus de manière différente !

Les outils collaboratifs qu’il vous faut!

2021.jpgPréparer notre avenir: développer une stratégie commune pour les technologies clés génériques dans l’UE

francewebeglobal-avec-vous3.gifExploiter les atouts de chaque portail FranceWebAsso

Ensemble créons de la valeur 

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 FWmultilingue.jpgFranceWeb en un clic de sourisC'est notre capital !

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

Les outils pour entreprendre.Une mutation 4 opportunités : SOCIALE, SOCIETALE, TERRITORIALE, INTERNATIONALE. Service gagnant..FranceWebAsso

La Boîte de Ressources>>Ing.StefanV.Raducanu »SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebBack

UNE VAGUE D'INSPIRATION

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

FranceWebAsso,RESEAU de l'apprendre>2 maini.jpgModèle

 "The secret of the success"

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

Plus que jamais, il importe de comprendre les points forts qualitatifs de chaque portail aussi bien que l’état d’esprit de leurs utilisateurs lorsqu’ils consomment de l’information ou du divertissement. Chaque portail possède ses propres particularités et l’humeur ou l’attente de l’utilisateur auront un impact sur la manière dont le message est perçu. Voici quelques points clés à toujours prendre en considération

1) La consommation des médias varie fortement de la grande concentration au  “bruit de fond”

2) Les individus ont une approche différente des portails

3) Les portails sont consommés de manière différente

4) Les portails sont perçus de manière différente

5) Les portails présentent les publicités de manière différente

Deux règles

Lorsque le portail est utilisé pour la le détournement, il s’agit avant tout de lutter contre l’inertie. Le contenu doit être divertissant et attirer l’attention vers la marque et le message clé de vente.

Lorsque le portail fait l’objet d’un usage actif, il est possible d’opter pour deux directions potentielles : soit privilégier le contenu au détriment du message (surtout lorsque le consommateur est en mode recherché), soit bâtir sa communication sur une recette de détournement en permettant à la créativité d’impliquer et d’intriguer l’utilisateur.

Ciblage
Au-delà du ciblage « contenu », utilisation de la voie de retour pour un ciblage sociodémographique ou comportemental

Comme l’énonce Jean-Dominique Senard, alors président de la gérance de Michelin, dans « Changez de méthode ! » (éditions ReThink & LEAD, décembre 2018), dirigeants et managers sont face à un paradoxe inconfortable : « Plus le monde évolue et plus les organisations deviennent complexes. Plus la volatilité de tout ce qui nous entoure (les marchés, le monde économique et politique en général) est grande, et plus on a tendance à centraliser les décisions et à augmenter les contrôles qui peuvent se faire à travers les organisations afin de tenter de maîtriser un peu ce qui se passe. En faisant cela, on va à l’inverse des aspirations des personnes qui travaillent pour un même objectif, on va à l’inverse de leur envie d’autonomie et de responsabilisation. »

Dès lors, savoir laisser chacun exprimer son talent, ses idées et donner le meilleur de lui-même pour la réussite du projet demande de déconstruire un certain nombre d’idées reçues sur ce qui « fait » un leader....

Dépasser le mythe du leader providentiel

Il est encore trop souvent courant d’entendre qu’un tel ou une telle devrait être nommé(e) parce qu’il/elle est brillant(e), « un cerveau hors du commun » ! Une logique répondant à une conception du « leader providentiel », qui devait savoir et faire savoir qu’il savait pour être suivi. Pourtant, l’environnement VUCA rend désormais difficile d’élaborer une vision dans une tour d’ivoire, en solitaire. Croiser les regards, les expertises, les cultures est désormais nécessaire pour appréhender la complexité et la globalisation de l’économie ainsi que les conséquences des nombreuses ruptures technologiques.

Les études montrent depuis plusieurs années la limite du modèle. En 2004, l’économiste américain James Surowiecki affirmait déjà dans « The wisdom of crowd » : « Personne n’est plus intelligent que tout le monde ». Egrenant de nombreux exemples, il démontrait ainsi qu’une communauté réunie trouvait des réponses plus pertinentes que la plus brillante des personnes qui la composait. En effet, « lorsqu’un groupe de personnes se réunit, les biais s’annulent et les savoirs s’accumulent », augmentant les chances que le groupe soit plus intelligent que ses parties (même les plus brillantes) « parfois jusqu’à 90% ».

L’intelligence digitale est une compétence clé pour prospérer dans le monde de demain.

Pourquoi l’intelligence digitale est en train de détrôner le QI

Aline Bats est rédactrice Web chez PoissySmartCity, l'agence digitale de FranceWebAsso . Elle parcourt l’actualité pour faire partager les dernières tendances du Web et du marketing dans un condensé didactique.

A LIRE AUSSI

> Comment créer de l'engagement sur les réseaux sociaux en 2019 ?

Et si un chatbot vous permettait de gérer votre stress ou d'arrêter de fumer ?

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

La planète est mon village Building Global Community

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

10/05/2019

Moi,le Citoyen c'est L'Etat !..La semaine où Trump est devenu dictateur et personne n'a essayé de l'arrêter.| Will Bunch. Qu'est-ce qui se passe?How How Democracies Die

 Cela semble mal quand vous le décrivez de la façon suivante: le président des États-Unis a explicitement violé une règle du gouvernement lui demandant de divulguer des données secrètes sur les emplois , provoquant ainsi des mouvements de milliards de dollars sur les marchés financiers mondiaux. C’est devenu un cliché fatigué (qui, bien sûr, entre directement dans le schéma) de souligner que si Barack Obama ou George W. Bush l’avaient fait, cela aurait déclenché des dénonciations fâchées, une couverture de bout en bout sur le câble. nouvelles, et peut-être une audience du Congrès ou deux.
Mais lorsque le président Donald J. Trump (comme notre chef aime à le faire avec désinvolture ) le fait, cela se situe assez loin dans la liste hebdomadaire d'infractions à la règle, de bris de "normes", d'oblitération de la dignité, d'abolition de la vérité et de divers délits les crimes occasionnels élevés qui ont non seulement défini la 45e présidence de l'Amérique, mais ont également inondé le système et court-circuité la capacité de nos institutions telles que les médias, le Congrès et les tribunaux à traiter le tout en temps réel.
Pourquoi Trump a-t-il tweeté vendredi: "Nous attendons avec impatience de voir les chiffres de l'emploi à 8h30 ce matin" pour informer les Américains - et les investisseurs - que les chiffres sur les emplois qu'il avait prévisualisés la nuit précédente étaient une bonne nouvelle ? Trump savait-il que son tweet - 69 minutes avant la publication du rapport par le ministère du Travail - enfreignait non seulement la pratique présidentielle de longue date, mais aussi une règle de 1985 établie par le Bureau de la gestion et du budget ? Peut-être pas. Trump, avec sa clique d'amis du milliardaire, donne-t-il cette information d'initié à quelqu'un d'autre? Qui va vérifier?
La principale raison pour laquelle Trump viole les normes établies de longue date et les règles établies, ou raconte tant de mensonges facilement réfutables depuis le podium présidentiel, est parce qu'il sait que personne ne l'arrêtera. Et cet exercice de pouvoir incontesté n'est pas simplement une bizarrerie bizarre de la présidence Trump. C'est plutôt son moteur.
Un mot décrit l'érosion massive de la démocratie américaine qui s'est accélérée ces derniers jours. Et je ne parle pas de quelque chose que Roseanne Barr a tweeté ou même du mot-clé C (ce qui est d'ailleurs inconcevable et jamais approprié ) - les épithètes qui ont réussi à dominer le cycle de la télévision dans une culture qui aime lutter contre ses guerres de culture.
Non, je parle d' abstention , et si ce mot vous endort, c'est peut-être une partie du problème. Ce que signifie ce terme - et il est brillamment expliqué par les politologues Steven Levitsky et Daniel Ziblatt dans leur best-seller de 2018 avec le titre inquiétant How How Democracies Die - ne déploie pas totalement ses prérogatives institutionnelles, même s'il est légal de le faire . " En d’autres termes, un président américain peut déclencher une première frappe nucléaire, ajouter des juges à la Cour suprême, des procureurs de l’immobilisation enquêtant sur lui ou sa famille ou, à défaut, faire un pardon complet à ses alliés ou même peut-être à lui-même. Il n'y a pas de lois ni de clauses dans la Constitution pour l'empêcher de faire ce genre de choses.
Seulement la tradition et un sens de ce qui est juste et de ce qui est bon pour l’Amérique.

L’expérience américaine a survécu pendant 242 ans car même les anciens présidents, qui avaient violé certaines de nos normes démocratiques de la pire des manières, conservaient toujours ce sentiment plus profond de tolérance. Même Richard Nixon, qui espionnait ses ennemis et faisait obstacle à la justice lorsque ses cambrioleurs ont été attrapés, a remis les enregistrements de la Maison Blanche lorsque la Cour suprême l’a ordonné et a démissionné lorsque les éléments de preuve présentés sur ces enregistrements étaient incriminants.

Mais Trump fait déjà certaines des choses dangereuses décrites ci-dessus. La patience n'est pas dans son vocabulaire. Voici trois choses inhabituellement alarmantes de la semaine dernière.

- Trump abuse de son pouvoir de grâce pour récompenser ses amis et d’autres célébrités. Si le président déploie "à outrance" l'une de ses prérogatives institutionnelles, c'est le pouvoir général d'octroyer le pardon et la clémence dans les affaires fédérales, tel que prévu par la Constitution. Ce pouvoir est une occasion remarquable de renverser une injustice perçue dans le passé et de racheter des récompenses, mais aussi de profiter des copains du président, voire même d’aider à protéger le directeur général lui-même des poursuites.

L'une des soi-disant normes démocratiques qui ont évolué au cours de l'histoire américaine est un processus formel d'examen du pardon visant à prévenir les abus potentiels. Les anciens présidents ont attendu les recommandations du bureau du procureur du ministère de la Justice - un processus long qui comprend généralement une période d'attente de cinq ans pour permettre à un demandeur de prouver qu'il contribue à la société. Le processus a parfois suscité de la frustration; beaucoup ont exhorté Obama, par exemple, à agir plus rapidement que lui pour redresser certains des excès de la «guerre contre la drogue» du XXe siècle de ces dernières décennies.

Trump n'a prêté aucune attention au processus ou à la tradition. Il a accordé des grâces à des personnes qui n'ont pas encore été traduites en justice - l'ex-shérif de l'Arizona, Joe Arpaio, un partisan de Trump qui n'a montré aucun remords pour les accusations d'avoir défié les ordonnances d'un tribunal visant à faire ressortir les Latinos au profil racial - et à des personnes qui ne rendent pas à la société, à l'instar de Dinesh D'Souza, également indignable et généralement méprisable , conservateur et indigné, pardonné la semaine dernière . Le seul principe directeur, semble-t-il, est d’être un ami ou un partisan politique de Trump ou - dans le cas (mérité) du regretté boxeur Jack Johnson - d’ être recommandé par un ami célèbre de Trump, Sylvester Stallone .

Cette semaine, le président a fait la une des journaux en rencontrant dans le bureau ovale Kim Kardashian West, une autre icône de la télé-réalité, qui a lancé un appel en faveur d'une réforme de la justice pénale et a demandé pardon à Alice Marie Johnson, arrière-grand-mère âgée de 63 ans. La détenue s’est portée volontaire dans l’hospice de sa prison, purgeant une peine d’emprisonnement à vie pour la première fois, une arrestation de drogue non violente . Trump a écouté - et au lieu de cela, il a gracié D'Souza et a déclaré aux journalistes qu'il pourrait accorder une grâce ou une grâce à deux personnes avec lesquelles il travaillait à la télévision The Celebrity Apprentice , l' ancien govenor de l'Illinois Rod Blagojevich et la gourou de la mode de vie, Martha Stewart

Chaque pardon de Trump - techniquement légal, même s'il efface tout sens du processus ou de l'équité - diminue notre résistance pour le jour où Trump pourrait offrir un pardon aux joueurs dans les scandales entourant sa campagne présidentielle de 2016 ou ses proches alliés. Si et quand - et les récents mouvements de Trump indiquent "quand" - un pardon est accordé à quelqu'un comme Michael Flynn, ancien conseiller à la sécurité, qui a déjà plaidé coupable, ou à l' avocat de Trump, Michael Cohen , qui est sous enquête , Trump affirmera sûrement qu'ils l'étaient " traité très injustement "- tout comme son pote de télévision Blago.

- Les avocats de Trump déclarent ouvertement que le président des États-Unis est au-dessus de la loi. Ce week-end, le New York Times a publié une lettre de 20 pages que les avocats personnels de Trump ont adressée à l'avocat spécial Robert Mueller dans le but d'éviter un entretien avec le procureur, ce qui inclut la stupéfiante affirmation selon laquelle il est impossible pour la Maison Blanche d'entraver la justice, car la fin, le président est la justice ..

La lettre secrète, rédigée en janvier, affirme que Trump dispose de pouvoirs constitutionnels étendus, notamment la capacité d'éliminer une enquête sur la criminalité dans le cadre de sa propre campagne, "s'il le souhaitait, de mettre fin à l'enquête ou même d'exercer son pouvoir de grâce. " Cela signifie, disent-ils, que Trump a également le droit de renvoyer Mueller ou les procureurs qui le surveillent, bien qu'un geste similaire de Nixon en 1973 ait déclenché une série de résolutions en matière de destitution.

L'Etat, c'est moi . Trump et ses avocats revendiquent les droits et les pouvoirs d'un roi - et non d'un président élu démocratiquement. La leçon à tirer de la démission ultime de Watergate et de Nixon était censée être qu'aucun président n'est au-dessus de la loi - une leçon qui a été confuse lorsque Gerald Ford a gracié Nixon. Quarante-quatre ans plus tard, l’équipe Trump lâche une bombe H sur ce qui reste de cette notion apparemment pittoresque.

Faites attention à ce que les États-Unis font à l'Iran

 

10 Ways to Tell if Your President Is a Dictator

Just because the United States is a democracy now, it doesn’t mean it will stay that way.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu