Avertir le modérateur

08/02/2019

FRANCEWEB launches partnership network, ‘The Grid,’ to help grow urban tech ecosystem. "Media Intelligence"-> "PoissySmartCity"

FW-pour-vous-et-avec-vous.jpgPPF,Dipl.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous: économie,technologie, societal, Je pense que je peux donner de l'énergie aux gens grâce à ce que je fais.,UNE VAGUE D'INSPIRATION. Media Intelligence!

2 maini.jpgThe Grid,a member-based partnership network for urban tech community. The goal of the network is to link organizations, academia and local tech leaders in order to promote collaboration and the sharing of knowledge and resources.

In addition to connecting member companies and talent, The Grid will host various events, educational programs and co-innovation projects, while hopefully improving access to investors as well as pilot program opportunities. The Grid is launching with more than 30 member organizations — approved through an application and screening process — across various stages and sectors.

 The Crucial Question : Is It for You ?

As partner, you have to be market-driven, not information -driven.

Where can you find the knowledge to expand your Internet experience ?

StefanV.Raducanu,Webpiculteur...Le triangle de FranceWeb, integrateur de portail passe par une triple compétence: éditoriale, technologique, humaine. 3poles.png

Une stratégie de partenariats.


Media Intelligence uses data mining and data science to analyze public social and editorial media content. It refers to marketing systems that synthesize billions of online conversations into relevant information that allow organizations to measure and manage content performance, understand trends, and drive communications and business strategy.

Media intelligence can include software as a service using big data terminology.[1] This includes questions about messaging efficiency, share of voice, audience geographical distribution, message amplification, influencer strategy, journalist outreach, creative resonance, and competitor performance in all these areas.

Media intelligence differs from business intelligence in that it uses and analyzes data outside company firewalls. Examples of that data are user-generated content on social media sites, blogs, comment fields, and wikis etc. It may also include other public data sources like press releases, news, blogs, legal filings, reviews and job postings.

Media Intelligence may also include competitive intelligence, wherein information that is gathered from publicly available sources such as social media, press releases, and news announcements are used to better understand the strategies and tactics being deployed by competing businesses.

Media Intelligence is enhanced by means of emerging technologies like semantic tagging, Natural Language Processing, sentiment analysis and machine translation.

Technologies used

Different media intelligence platforms use different technologies for monitoring, curating content, engaging with content, data analysis and measurement of communications and marketing campaign success. These technology providers, such as BuzzCovery Meltwater, Synoptos, Radian 6, or Sysomos may obtain content by scraping content directly from websites or by connecting to the API provided by social media or other content platforms that are created for 3rd party developers to develop their own applications and services that access data. Facebook's Graph API is one such API that social media monitoring solution products would connect to pull data from.[2] Technology companies may also get data from a data reseller, such as DataSift (acquired by Meltwater), Gnip (acquired by ), LexisNexis, or Dow Jones/Factiva.

Some social media monitoring and analytics companies use calls to data providers each time an end-user develops a query. Others archive and index social media posts to provide end users with on-demand access to historical data and enable methodologies and technologies leveraging network and relational data. Additional monitoring companies use crawlers and spidering technology to find keyword references, known as semantic analysis or natural language processing. Basic implementation involves curating data from social media on a large scale and analyzing the results to make sense out of it.[3]

References

  1. De, Shaunak; Maity, Abhishek; Goel, Vritti; Shitole, Sanjay; Bhattacharya, Avik (2017). "Predicting the popularity of instagram posts for a lifestyle magazine using deep learning". 2nd IEEE International Conference on Communication Systems, Computing and IT Applications (CSCITA): 174-177. doi:10.1109/CSCITA.2017.8066548.
 

15/12/2018

WorldNewsCenter,FranceWeb,eGlobalNetWork, We are the human Network, Serving the Planet with Breaking News ***** Venez nous rejoindre Connectons nos savoirs sur votre avenir

"Vive la lecture et tous les moyens de lecture"20130720_160102.jpg

Voyages numériques : Je suis extrêmement  attaché au lien entre le monde ancien et le monde futur. Je suis un voyageur compulsif et donc quand je voyageais, je devais sans cesse choisir entre voyager et lire. Grace au numérique, je peux voyager et lire. En même temps. Lire et agrandir la vie : "Développer la lecture, c'est développer l'être humain". "Pourquoi se priver de la puissance démultiplié du numérique ?

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

The secret of the success" > transforming data > information -> knowledge -> profits-> Networking the World>GlobalPartnersNetwork>AllianceNetWork

1500x500.jpegDipl.Ing.Stefan V.Raducanu

J'aime inspirer les gens, j'aime motiver les gens et j'aime encourager les gens à poursuivre les grands objectifs et les aider à y parvenir.

La chose la plus importante, est de s'assurer que vous êtes heureux.

"Ce que j'entreprends doit me survivre."

“Savoir, penser, rêver. Tout est là.”

"Vive la lecture et tous les moyens de lecture"20130720_160102.jpg

Voyages numériques : Je suis extrêmement  attaché au lien entre le monde ancien et le monde futur. Je suis un voyageur compulsif et donc quand je voyageais, je devais sans cesse choisir entre voyager et lire. Grace au numérique, je peux voyager et lire. En même temps. Lire et agrandir la vie : "Développer la lecture, c'est développer l'être humain". "Pourquoi se priver de la puissance démultiplié du numérique ?

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

RECHERCHER, OBSERVER, METTRE EN LIEN, DIFFUSER

Produire de l'intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative et impulser les changements nécessaires par l’évolution de notre société.

PoissySmartCity-SocSav21

PoissyVilleConnectéeGroupe d'intérêts.jpg

L'électeur

Le Citoyen

Le consommateur

Le Travailleur

 

Avec PoissySmartCity

Chacun peut réaliser son rêve

Une entreprise sociale et collaborative

Informer, Diffuser vos Communiqués

Un véritable réseau de connaissance

C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

CONNECTEZ-VOUS AU MONDE

FranceWeb,illustre la volonté du réseau : simplicité et rapidité

Construisons ensemble la société en réseau

L'humain et la créativité gages de réussite pour la transformation numérique

Nous sommes là pour que vos envies prennent forme...La nouvelle société..

LIEU DE RENCONTRES D’INITIATIVES POSITIVES AU NIVEAU HUMAIN

Partagez ce qui vous inspire : Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien.

Il ne suffit pas de savoir, il faut aussi être connecté

Réussir sa démarche de transformation numérique

Stefan et manager des supports numériques de FranceWeb

Il est l’auteur du blog PoissySmartCity

Il est l’auteur du blog Bonheur

Les nouvelles expériences collaboratives

Boostez votre communication grâce à une Digital Workplace

La Boîte de Ressources, FranceWebBack

Make Your Website Mobile Friendly

Join the millions who trust MyNewsCenterNavigator.

The Infinite Archive. Storing bits for 100 years.

PoissySmartCity

Join the millions who trust MyNewsCenterNavigator.

The Infinite Archive. Storing bits for 100 years.

globalpartnersnetwork - Copie.jpgOur Mission : Building Global Communication Networks.

The World is our Workplace. Let's work togheter.

To preserve our knowledge base and cultures, we must find a way to save digital content for future generation.

bznow.jpgPut the World's News at your fingertips 24 hours a day-> Get ahead of the world's emerging stories-> Delivers what You need->A complet collection of World newspapers,Radio, Tv, ...

A Day in the World & Discover the World

Our events provide you with laser focused content, unique experiences, access to people & ideas that create innovation, relevant connections, & generate business.

1500x500.jpegDipl.Ing.StefanV.RaducanuWebCollection>The secret of the success" 

Avec le n°1 mondial de la collaboration en ligne : CONNECTEZ-VOUS AU MONDE.

Créateur des espaces de travail collaboratif , assurant la communication des exposants et partenaires, FranceWeb illustre la volonté du réseau.

centremondialdesaffaires.gifProduire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative et impulser les changement nécessaires par l’évolution de notre société.

A World of Peace.jpgConstruisons ensemble la société en réseau

On donne juste nos idées. Il est possible de choisir..

Produire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative

Pour vous aider à réaliser vos projets et vos ambitions, nous mettons FRANCE WEB , à votre service

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

MyBookmarks, FranceWebBack

 

« Connaître le passé pour comprendre le présent »814x360_des-gilets-jaunes-mobilises-ici-a-bourgoin-jallieu-le-16-decembre-2018.jpg

Plates-formes collaboratives pour nourrir la connaissance, la productivité et l'innovation

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover

« Donnant-donnant »

Mona Lisa

Down On The Corner

PROUD MARY

Bad Moon Rising

 

A Day In The Life

Dancing Queen

Massachusetts

Billie Jean

 Basé en Ile-de-France, près de Paris, nous réalisons nos études pour l'ensemble des acteurs du territoire français.

Pour nous contacter pour des informations, une demande d'étude, un devis gratuit, écrivez nous à l'adresse suivante: poissyweb@gmail.com

ProjetFranceWeb:l’innovation, la coordination, l’écologie, l’ouverture et le partage.Autour du Monde avec "MyNewsCenterNavigator.".MOTS CLES pour comprendre LA CHINE. Les sites touristiques les plus aimés en Chine.中国特色社会主义法治道路.命运共同体.“五位一体”总体布局.社会主义民主政治.“

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu FranceWebSharing ->Connect&Share>>Networking the World Join the millions who trust ''MyNewsCenterNavigator''Around the World in 1 page. « go big or go home« , « deviens grand ou rentre chez toi »

SocSav21>Société du Savoir>FranceWebSharing ->Learn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect

 « Connaître le passé pour comprendre le présent »

ANYTIME, ANYWHERE, ANY DEVICE>>Arround the World in one page> MyNewsCenterNavigator>COMMUNICATION EVOLUTION> EXPERIENCE DIFFERENT>Put your publication on your readers' favorite devices>It definitely adds value to the chalets as a business>

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu CEO FranceWebAsso ->Connect&Share>My agency, my space > Any Time, Any Where, Any Device>Networking the World Join the millions who trust ''MyNewsCenterNavigator''Around the World in 1 page« go big or go home«

stefan.gif1agld1r.gifDipl.Ing.StefanV.Raducanu

''NewsCenter'' moteur de recherche humain s'appuiyant sur le réseau "MyNewsCenterNavigator"

Around the World in 1 page« go big or go home«

Dans le monde avec moi. Prix sur demande, Price on application

FranceWebSharing ->Connect&Share>>Networking the World

Join the millions who trust 

''MyNewsCenterNavigator''

Around the World in 1 page. COLLECTION. Change altitude to gain height.

27000 Sources d'exception.Cette aide de référence met en lumière quelques milliers des sources d'actualité et explique comment trouver plus de sources.

L'INTERNET c'est Vous !

"Ensemble tout est possible"

20150119_111926.jpg»Stefan porte un message fort

La planète est mon village !

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

Un système d'information partagée, libre, gratuit.

Bibliothèque d'Alexandrie numérique, d'un savoir partagé, SocSav21

Notre philosophie : l’humain et l’innovation.

A ne pas manquer  

La planète est mon village !

Welcome To My World

Un homme sans modèle, un entrepreneur visionnaire, lier les idées entre elles, créateur du nouveau monde..

Images for FranceWeb Planète

Images for AllFranceWeb

Notre vision de la société ->FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous ! C'est notre capital ! N'attendez pas votre place, créez-la! “Soyez insatiables. Soyez fous. ”.>Open Collective

 DES EXEMPLES POSITIVES

MyNewsCenterNavigator, Un travail sur "la puissance humaine"d’excellence...

FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence.

Mobiliser l’intelligence collective

Les entrepreneurs du Web

Stefan et Madeleine Raducanu sur le Web

Images for Madeleine et Stefan Raducanu présentent ...

Stefan Raducanu SocSav21

MyNewsCenterNavigator@WorldNewsFranceWeb®, Human Network ...

FranceWeb, Diaporama - OneGlobalLocal : MyNewsCenterNavigator ...

MyNewsCenterNavigator> Stefan de France... - Stefan V.Raducanu ...

Images for MyNewsCenterNavigator

MyArchive21century,Today's Headlines,FranceWebAsso*, MyNewsCenterNavigator, Breaking News from around the world, Economie, Technologie, Sciences, Sports, Loisirs, Politics...Better access to all sources...

Images FranceWebAsso

Images FranceWebAssociation

Images sruelectronics

Images SRU-Electronics

Images PoissySmartCity

Images PoissyWebCitoyen

Images PoissyVilleConnectée

Images FranceWebSharing

Images MyNewsCenterNavigator

Images Madeleine et Stefan Raducanu

Images MyNewsCenterNavigator

Images SocSav21

Images MySelTab

Images Dipl.Ing.Stefan V. Raducanu

Images FranceWeb,e-GlobalNetWork®

Images Stefan V. Raducanu

Stefan V.Raducanu

Images NewsCenter for everyone SRU-Electronics

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

MyBookmarks, FranceWebBack

 

Lire la suite

26.03.2011

Why the War Against Libya Remains Leaderless

Why the War Against Libya Remains Leaderless

How European politics, American regret, and the messy nature of revolutions complicate the fight against Qaddafi

Since American and European air strikes on Libya began, a number of journalists have asked some variation of the same question: What, exactly, are our ultimate objectives? Stopping leader Muammar Qaddafi's violence against civilians? Splitting the country between the Qaddafi-held west and rebel-dominated east? Or the total and immediate end of Qaddafi's four-decade rule? But there's a second big, unanswered question about Western intervention in Libya that might help explain the first: Who is in charge?

On the fifth straight day of foreign, air- and sea-based attacks against Qaddafi's forces, there is still no one leading the massive Western force. The U.S., as Pentagon officials frequently point out at daily press conferences, is not in charge. NATO, still deadlocked by internal disputes, is not in charge. The United Nations Security Council, which only gave enough authority to enforce a no-fly zone, is not in charge of the now far more aggressive campaign. The Arab League, which withdrew its support within hours of granting it, is certainly not in charge. It would be as if, in June 1944, the allied powers decided to invade Normandy at roughly the same time, but didn't bother to appoint General Eisenhower to command and coordinate the multi-national force.

Journalists trying to answer the question of who is in charge have been reduced, perhaps because no concrete answer yet exists, to speculating as to whether the U.S. might be willing to support France's proposal for a "steering committee" for the war, though it's not even clear who would lead that committee or how it would delegate authority between the Western powers. Not only is no one in charge, no one wants to be, and no one has any idea who to appoint.

There appear to be two primary reasons for the confusion, both of which may also help explain why there's no clear objective. First, the leading Western powers all have different goals for the strikes. The U.S., France, Italy -- to possibly be joined by forces under NATO command -- are all coming to Libya with what look to be very different goals, which means conducting different missions in different ways.

Though American officials stress that the U.S. is not actively or directly seeking Qaddafi's ouster, that's exactly what the primary U.S. goal appears to be, as recent New York Times news analysis shows. President Obama himself has declared that the Libyan despot must go. It's not hard to see why -- even the George W. Bush administration's campaign to engage Qaddafi and liberalize Libya, perhaps Bush's greatest success in the region, left Qaddafi still willing to blackmail the U.S. with loose nuclear materials, as he did in 2009. Given Obama's deep personal commitment to nuclear nonproliferation, he would likely be far more inclined to forcibly remove Qaddafi. But, as Foreign Policy's Josh Rogin reported, Obama was ultimately persuaded by liberal interventionists in the White House who saw an opportunity to "rebalance U.S. foreign policy toward a greater focus on democracy and human rights" in the Middle East. The promises of Obama's 2009 Cairo speech, only half-fulfilled by the administration's crucial but late-game support for protesters in Egypt, are now being delivered in the form of cruise missiles.

France's heavy involvement is, like that of the U.S. and Great Britain, driven in part by a desire to atone for past sins against the Arab region. But France is attempting to make up for something much more recent than the 2003 Iraq invasion. President Nicolas Sarkozy's support for Tunisian dictator Ben Ali was deep, long-held, and consistent right up until the latter's ouster by popular protest. France, long a symbol of colonialist oppression in North Africa, looked once again like the hated imperial power it had formerly been. Now, Sarkozy is trying to champion a much older French identity; that of the 18th and 19th centuries, when revolutionary French ideals and another impish French leader helped spread democracy and liberty. In attacking Qaddafi and helping Libyans "liberate themselves," France has "decided to assume its role, its role before history," said Sarkozy, who could also use a foreign policy victory after months of devastating violence in Francophone North and West Africa and leading up to presidential voting rounds where he is expected to lose by a wide margin.

Italy's concerns in Libya are far more immediate. As the closest European nation to Libya, as well as to Tunisia and Egypt, Italy's economic well-being depends heavily on having a good relationship with North Africa. Italy consumes 32 percent of Libya's oil output and it handles much of the trade between North Africa and the rest of Europe. The Arab uprisings have severely disrupted both the flow of oil and of maritime trade. Italy's economic interest would have probably been best served by there being no intervention at all, thus allowing Qaddafi to quickly defeat the rebels and return to pumping oil. But if there must be war -- and Italy was happy to drag its feet in the early negotiations over intervening -- then Italy's economic interest is for that war to end as decisively and as quickly as possible.

The second probable reason for the confusion over who is leading strikes against Libya is that no Western power wants to find itself leading a third international war in a troubled and complicated Muslim state. Everyone wants to play a supporting role but no one wants to be in charge, which has left the foreign interventionists leaderless, rudderless, and, ultimately, without a clear set of objectives to guide the way. Obama's Cairo speech, by rebuking the Iraq war but promising that the U.S. would seek Arab democratization, put the U.S. in the awkward position of desiring Qaddafi's ouster but unwilling to openly lead the military mission necessary to make that happen. Sarkozy wants France to play the hero in Libya, but fears that, if the intervention drags on and becomes muddied in the dirty business of occupying Tripoli or negotiating with Qaddafi loyalists, France could once again look the colonial power. Italy, which held Libya until 1951, has similar fears. And no country wants to own a long-running, possibly sectarian conflict in Libya the way that the U.S. owns the wars in Iraq and Afghanistan.

Perhaps most of all, no Western power wants to lead the intervention because that would be to implicitly lead the war against Qaddafi, and for that war to succeed it must remain led by the Libyan people. Revolutions are far, far more likely to succeed when they're organic, popular, and native to the country being revolutionized. If led by the outside, it becomes regime change, something the U.S. has attempted several times, typically to horrifyingly disastrous results, from the CIA-led coup in Iran in 1951 to the 2003 invasion of Iraq. So the Western powers want to support, rather than lead, the Libyan rebels pushing against Qaddafi. But the rebel leadership is fractured and confused, to the extent that such leadership even exists at all. There is no clear authority to coordinate with; even if there were, it's not clear how adept they would be at commanding a multi-national air and naval force based on three continents. Until the rebels establish a leader who is both legitimate and competent enough for the U.S., Great Britain, France, Italy, and others to willingly hand over their authority, until a Western nation steps into the leadership role, or until a multinational body such as NATO can organize itself into taking charge -- three extremely difficult and unlikely events -- the war will continue without a leader. But, leader or no, it will certainly continue.

Des infos mises en ligne sur FranceWeb,eGlobalNetWork

Anywhere, Anytime, Anydevice

Easy to use, Easy to Install, Easy to Learn

Put the World's News at your fingertips 24 hours a day

Your instant Connexion to Local, National and World News

One Planet. One Network. Infinite possibilities.

 

THE NEW GLOBAL VILLAGE.


WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH,MARKETS, LEADERSHIP, LIFE,MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS,TECHNOLOGY, TECH, WORLD, POLITICS, PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

 

topofthenews.jpg

Know why, Know who, Know where, Know what. The know how to succeed.

LOCAL - REGIONAL - NATIONAL - INTERNATIONAL

Top News Today.gif

You can view all of our users' stories, photos, videos

Contact : Stefan Raducanu : +33 (0)1 39 65 50 34   +33 (0)6 21 97 47 99

MOREINFO.GIF</

logo-figaro-8bit.png

 

Les Echos A LA UNE CE MATIN

THE HUFFINGTON POST

FRONT PAGE POLITICS BUSINESS MEDIA ENTERTAINMENT COMEDY SPORTS STYLE WORLD GREEN
FOOD TRAVEL TECH LIVING HEALTH ARTS BOOKS IMPACT EDUCATION BLOGS

Stefan Raducanu, coach de votre destin numérique

FranceWeb, VOIR ET ETRE VU !

 

LOCAL – REGIONAL – NATIONAL –  INTERNATIONAL

PLUS POUR  VOUS ACCOMPAGNER

 

Evénement - Edition - Médias - Web

Un projet ? Une information ?
Besoin d'une expertise en communication ?

Nous mettons tout en oeuvre pour assurer la diffusion d'une information fiable, à jour et pertinente.

N'hésitez pas à nous contacter !

Venez nous rejoindre

Connectons nos savoirs sur votre avenir

L'Internet c'est Vous ! L’esprit RESEAU !

Partagez vos informations dans un monde connecté et continuez à travailler avec vos partenaires, où que vous soyez, dans les espaces de travail collaboratif

C’est l’inspiration qui nous fait grandir!

Avec le n°1  de la collaboration en ligne, c'est la revolution des contenus

COOPERER - INTEGRER - ECHANGERRENFORCER

Pour Vous et avec Vous !.

Si vous êtes désireux d'apporter votre contribution à notre laboratoire d'idées, à vous d'agir !

Contact : Tél.:+33 (0)1 39655034   +33 (0)6 21974799 mailto:franceweb@gmail.com

 

10:06 Publié dans World | Lien permanent | Commentaires (0) | Envoyer cette note

Une discussion avec Aude Lancelin sur l'état (désastreux) de la presse hexagonale

La journaliste nous explique pourquoi il n'y a plus grand-chose à attendre des médias mainstream.

En mai 2016, Aude Lancelin était licenciée sans ménagement de L'Obs après avoir occupé le poste de directrice adjointe de la rédaction pendant deux ans. Cette figure de la gauche payait sa défense d'intellectuels tels qu'Alain Badiou ou Jacques Rancière au sein d'un hebdomadaire ne jurant plus que par la social-démocratie, le management ultralibéral et la défense des intérêts de ses nouveaux actionnaires majoritaires – à savoir Pierre Bergé, Xavier Niel et Mathieu Pigasse, fondateurs de la holding Le Monde Libre.

 

C'est de cette expérience violente que cette spécialiste de la vie des idées a tiré Le Monde Libre, livre au titre évidemment sarcastique, publié aux éditions Les liens qui libèrent. Ce réquisitoire contre une presse de gauche devenue esclave du Marché a valu à Aude Lancelin le prix Renaudot de l'essai en 2016, et des critiques élogieuses de la part de médias qui ne l'avaient pas forcément défendue au moment de son éviction. C'est pour parler du présent et de l'avenir du journalisme que j'ai tenu à la rencontrer, quelque part dans le nord de Paris.

VICE : « S'en prendre au journalisme quand on est soi-même journaliste, c'est tout de même un peu con. » C'est ce que vous a affirmé un ancien directeur de rédaction quand vous étiez à L'Obs
Aude Lancelin : Cette phrase est signée Laurent Joffrin, en effet. Un éditocrate emblématique, qui faisait partie des polytraumatisés de la critique des médias menée par le Monde Diplo ou Acrimed – et, plus largement, par tout ce qui était né dans le sillage des grandes grèves de 1995. Pour la première fois, cette génération de journalistes labellisés « de gauche », mais en réalité entièrement acquis au néolibéralisme, voyait une véritable opposition politique et intellectuelle se reconstituer. Ça leur a fait une grande frayeur ! 

Au-delà du cas Joffrin, la critique des médias n'est pas un sport très répandu chez mes confrères. Ça passe souvent pour un manque de « confraternité ». On entend souvent ce terme-là, que je n'ai pour ma part jamais compris. Si vous êtes charcutier, devez-vous vous sentir solidaire d'un confrère qui mettrait de la viande avariée dans ses saucisses ? C'est très curieux comme idée. Personnellement, je ne me sens nullement solidaire de David Pujadas, de Ruth Elkrief ou d'Arnaud Leparmentier. Nous ne faisons tout simplement pas le même métier, eux et moi. En réalité, la « confraternité » est bien souvent une façon de se serrer les coudes, de défendre des positions de pouvoir. Aussi bien Guy Hocquenghem que Karl Kraus ou George Orwell, tous journalistes à leur façon, ont insisté sur la nécessité, pour les journalistes, de mener une critique impitoyable de leur propre profession. 

 

C'est un métier avec lequel je n'ai pas toujours été très à l'aise, notamment parce qu'il donne énormément de pouvoir sur la réputation des autres à des gens qui n'ont pas nécessairement les mérites requis pour cela. Le journalisme est vraiment un drôle de métier vous savez. Quand il naît au XIXe siècle, avec les gros tirages de la presse, sa satire surgit presque simultanément. Voyez Bel-Ami ou les romans de Balzac. C'est un métier à la fois interlope et aux frontières du pouvoir, un métier un peu intellectuel, mais pas complètement. Je trouve donc tout à fait normal d'en dénoncer les abus. Pour certains cela relève pourtant déjà de la haute trahison. (Rires)

Dans Le Monde Libre, vous évoquez régulièrement ce tiraillement entre d'un côté votre intérêt pour des auteurs critiques du journalisme et de l'autre votre métier, qui vous fait vivre. Certains ont parlé de lâcheté en disant, qu'après tout, vous pourriez faire « autre chose ». Qu'en pensez-vous ? Aviez-vous des sas de décompression pour vous éloigner de cette contradiction ?
Je n'ai pas souvenir que quiconque m'ait fait ce reproche à la sortie du livre, d'autant que même mes ennemis sont là pour témoigner que je me suis toujours battue à visage découvert pour défendre mes idées et les faire progresser, le tout dans une grande adversité. Je peux vous présenter des lâches si vous voulez – j'en ai plein mon carnet d'adresses professionnel. (Rires)

 

Mes sas de décompression, pour reprendre votre expression, ce sont les rencontres extraordinaires que j'ai pu faire dans l'exercice de ce métier : Jean Baudrillard, Alain Badiou, Jean-Claude Michéa, François Meyronnis, Michel Houellebecq, Annie Le Brun, tant d'autres. 

Contrairement aux fantasmes véhiculés par certains frustrés, les journalistes ne se gobergent pas au milieu des puissants. À l'exception bien sûr d'une petite cour de vedettes vendues aux actionnaires, qui s'agitent sur les plateaux télévisés ou dînent au « Siècle ». Avec mes adjoints et collègues, j'ai au contraire connu des années très dures dans une presse en plein effondrement, au cours desquelles nous travaillions énormément, avec très peu de moyens, douze à quatorze heures par jour, week-end compris, souvent à la limite du burn-out. Je dirais même que plus on monte hiérarchiquement dans le domaine de la presse d'aujourd'hui, plus les contraintes et les souffrances augmentent.

Vous écrivez qu'au début des années 2000, les cadres du journalisme lisaient parfois encore Faulkner, tandis que depuis 2010, ils regardent The Voice – insistant par là sur la chute vertigineuse de l'exigence intellectuelle dans les rédactions. Pouvez-vous m'en dire plus ?
Ces dernières années, avec l'arrivée d'un nouveau type d'actionnaires dans les médias, cette dégradation s'est accélérée. Je ne parle évidemment pas seulement des actionnaires du « Monde Libre », Xavier Niel en premier lieu, mais également de Patrick Drahi ou Vincent Bolloré, entre autres. Il est impressionnant de constater à quel point le profil des cadres promus dans leurs titres a changé, ce qui montre au passage que la soi-disant étanchéité entre actionnariat et contenu éditorial y est largement bidon. Ceci est lié à plusieurs facteurs. Ces groupes industriels, dont le cœur de métier n'est pas la presse, privilégient l'idéologie managériale aux contenus, et les fondés de pouvoir qu'ils nomment, animés par le souci de « plaire au maître », adoptent les mêmes tics mentaux qu'eux. 

Prenons l'exemple de L'Obs, où un journaliste quadragénaire, qui avait fait quasiment toute sa carrière dans cette vénérable maison, dès lors qu'il est devenu directeur de la rédaction, s'est mis d'un seul coup à parler process, disruption, ou encore propals, pour évoquer de bons vieux projets de reportages… À s'exprimer en somme dans un sabir managérial aux effets comiques d'ailleurs irrésistibles. On comprend hélas de quel univers mental cette greffe monstrueuse a pu surgir quand on lit une déclaration récente de Xavier Niel, s'exprimant au sujet de son journal, Le Monde, ce qui est d'ailleurs rare. Ce propos a été diffusé sur un réseau de propagande entrepreneuriale qui lui appartient : universfreebox.com. Niel se réjouit de la bonne santé du titre en ces termes : «  Quand on a racheté Le Monde [...] c'était une société vieillissante, sans accélération digitale en marche. On s'est dit qu'il fallait simplifier les process et créer de nouveaux produits. C'est comme ça qu'on a lancé Le Monde sur Snapchat. » Face à ce genre de novlangue, on voit bien qu'on a tout à fait quitté l'univers d'Albert Londres ! (Rires)

 

On est passé du grand patron de presse à l'idéologie bien affirmée à des actionnaires voraces, en fait. Des mecs fascinés par « le progrès » et tout ce qui dissimule le néolibéralisme le plus classique.
Absolument. Ces gens-là ont un tout autre rapport à la presse qu'un Robert Hersant ou un Serge Dassault, qui ont pourtant longtemps fait pousser des cris d'orfraie à la gauche. Il ne s'agit plus de s'offrir un titre pour soutenir tel ou tel camp, on est passé à un autre âge de la propagande, plus insaisissable, plus dangereux par conséquent. Au sens large, il s'agit en effet d'imposer une vision libérale du monde, où la casse sociale la plus sordide se voit réenchantée en modernité ubérisée, de promouvoir un monde fluide, pseudo-innovant, sans alternative. Il s'agit également d'infuser dans le milieu du journalisme de nouvelles méthodes de « management », importées d'autres univers, comme celui de la banque. Personnellement je parlerais de saccage.

D'autant plus que cette « vision libérale du monde », comme vous dites, est quelque chose de pernicieux, de dépolitisé, qui ne s'assume jamais en tant que tel.
C'est ça. Cela dit, la grande limite de ce système de prédation, c'est que dès que ce genre d'actionnaires s'empare d'un média, il est détruit en quelques années. Pour Le Monde, ça ne se voit pas encore, parce que pour ses actionnaires il est le « joyau de la couronne », au détriment des autres titres du groupe qu'ils laissent péricliter (L'Obs), ou dont ils siphonnent les caisses (Télérama). 

 

Le plus drôle, c'est que ce journalisme obsédé de modernité ne peut s'enorgueillir d'aucune réussite commerciale. La seule information véritablement monétisable, ce sont des titres comme Mediapart qui la produisent. Avec une ligne très assumée, qui parle fort, et dit vraiment quelque chose sur le monde. Tandis que le journalisme dépolitisé, liquide et ultra-connecté est un véritable naufrage économique. Que vous preniez la presse de Drahi ou le groupe Le Monde Libre, on tombe à chaque fois sur des catastrophes industrielles : la base d'abonnés de L'Obs s'est effondrée depuis son rachat en 2014, une vraie chute libre désormais. Ne parlons pas de Canal+ : avec plus 500 000 abonnés en moins depuis l'arrivée de Bolloré, on est dans la dinguerie, là. À terme, je ne pense pas que Le Monde puisse être une réussite économique, même si pour le moment, jouer la carte « quotidien de référence » s'avère bien sûr un recours efficace. À cet égard, sa dernière innovation, le Décodex

Ça, je comptais vous en parler.
Personnellement, ça m'a beaucoup fait rire. Comment les journalistes d'un groupe appartenant à deux milliardaires issus du luxe et des télécoms et un banquier d'affaires peuvent-ils se penser bien placés pour décerner des points de bonne conduite intellectuelle à qui que ce soit ? Comment peut-on notamment attendre d'un tel titre qu'il promeuve des idées dérangeantes ? 

Le cas des Crises, l'un des rares sites alternatifs en ce qui concerne les affaires internationales, est particulièrement évocateur. Son approche de la crise ukrainienne, à rebours de celle du Monde qui est plus ou moins réglée sur celle d'un Bernard-Henri Lévy, lui a sans doute valu cette mise à l'index. Ne peut-on pourtant dire que ce dernier, BHL, est l'un des principaux propagateurs de fake news des vingt dernières années en France ? Souvenez-vous du nombre d'erreurs factuelles relevées par la presse américaine dans Qui a tué Daniel Pearl ?, souvenez-vous des contrevérités brandies par ce personnage pour justifier une intervention guerrière en Libye. 

 

Le degré exact de liberté dont jouissent les titres que nous évoquons, très faible, je l'ai bien connu de l'intérieur. Dans une telle presse, il y a une pensée autorisée, et une pensée interdite. C'est du maccarthysme au sens le plus classique du terme. J'ajoute que chacun devrait connaître ses limites, tout de même. Les journalistes chargés de mettre en place le Décodex ont-ils le cadre intellectuel suffisant pour déterminer ce qu'on a le droit ou non de penser sur des situations aussi mouvantes et complexes que celle qui règne aujourd'hui en Syrie ? Qu'un groupe comme Le Monde demande à des journalistes de desk, pour certains issus de sites d'infotainment, de dire la messe sur des affaires aussi importantes est en soi un symptôme. Je plaide à leur égard l'indulgence, ce n'est décidément pas de leur faute… Compte tenu de l'énormité de ce qu'on leur demande, que peuvent-ils faire sinon reprendre la doxa officielle ?

Selon vous, cette presse-là vit-elle encore comme si la théorie de la « fin de l'Histoire » était avérée ? Parfois, en la lisant, on croirait entendre ceux qui affirment que « les idéologies sont mortes » – sans comprendre qu'une telle assertion est la plus grande idéologie qui soit. 
À cet égard, on peut citer l'ouvrage formidable de Perry Anderson, La pensée tiède, qui prenait déjà pour cible L'Obs et les milieux intellectuels de la deuxième gauche qui l'irriguaient. Ce livre montre notamment comment, sous couvert d'éradication de la radicalité politique, on a promu un libéralisme lui-même extrêmement radical, dont les représentants intellectuels avancent masqués, prétendant faire preuve de modération, voire de neutralité. 

Un phénomène politique comme Emmanuel Macron est l'émanation politique directe de cette presse-là, prétendument neutre et « objective », ni-de-droite-ni-de-gauche, mais qui mène en réalité des opérations idéologiques très agressives. Imaginez : on a tout de même là un ancien banquier d'affaires chez Rothschild, hier encore secrétaire général adjoint de l'Élysée, et qui s'érige désormais en candidat antisystème. Hormis sur les réseaux sociaux, qui dans les grands médias est là pour dénoncer sérieusement la profondeur de cette imposture ? 

 

Sur tous ces points, des philosophes comme Jacques Rancière sont perçus comme de vrais dangers publics, car ils dévoilent le mensonge constitutif de notre système démocratique. Pour Rancière, le summum de la dépossession du citoyen aujourd'hui, c'est la présidentielle, alors qu'on nous rebat les oreilles en permanence dans les médias avec ce soi-disant « point culminant » de notre démocratie, et qu'on culpabilise sempiternellement les abstentionnistes. Quand on voit l'horreur que ce genre de penseurs suscite chez les apparatchiks de la presse mainstream que j'ai connue, on se dit finalement que c'est l'hommage du vice à la vertu. On nous vend un affadissement généralisé des contenus intellectuels et la fin des « grands récits » – en réalité c'est totalement faux. Dès qu'on introduit une idée radicale sur la place publique, tout le système se réveille et s'offusque, allant jusqu'à couper des têtes – dont la mienne. Si les idées dérangent à ce point, c'est qu'elles ont encore une puissance.

Avez-vous été surprise par le traitement réservé au Monde Libre par certains « grands » médias, qui n'ont pas manqué d'être extrêmement laudateurs à votre égard ? Ça dénote la capacité du système à intégrer sa propre critique pour en recracher quelque chose de totalement inoffensif.
À certains égards. C'est une parfaite illustration de la dialectique debordienne : le vrai devient un moment du faux. Ça a donné quelques trucs un peu surréalistes en effet, notamment dans Le Point. Franz-Olivier Giesbert semble avoir aimé mon livre, qui contient un éloge appuyé de la radicalité, alors que de l'autre côté il compare la CGT à Daech… C'est ainsi, peu importe : je n'ai pas boudé ce moment de réparation, après des mois de persécutions et de violences subies.

 

Ça en dit long sur la confusion qui règne dans les milieux intellectuels français, confusion qui touche en fin de compte les lecteurs. On pourrait citer le cas de la journaliste Ariane Chemin qui, dans un article du Monde portant sur Jean-Claude Michéa, évoquait de nombreux sites Internet ou revues s'inscrivant, selon elle, dans la filiation du penseur antilibéral – ce qui était faux.
Oui, cela ressemble un peu à une opération de barbouzerie idéologique dont ce journal est d'ailleurs de longue date coutumier. Sans doute s'agissait-il, plus ou moins consciemment, de neutraliser un penseur qui dérange en le rapprochant de l'extrême droite par contaminations successives. Inventer une « mode Michéa » en 2017 alors que le véritable pic d'influence de ce penseur a eu lieu il y a 15 ans avec la parution d'Impasse Adam Smith… Confier le papier principal à quelqu'un qui, aussi bonne journaliste soit-elle, ne suit pas ordinairement la vie des idées, tout était étrange dans ces pages dont je n'ai d'ailleurs pas le fin mot. 

À l'époque où je m'occupais des pages dédiées aux intellectuels à L'Obs, lorsqu'un portrait devait être consacré à un penseur comme Badiou, criminel pour la bien-pensance étriquée qui montait la garde, les rédacteurs en chef faisaient des pieds et des mains pour le confier à un bon petit soldat, n'ayant de préférence jamais ouvert un de ses livres. À L'Obs aussi, il m'est arrivé de découvrir dans le journal un dossier spécial traitant des « nouveaux penseurs », monté dans le dos des journalistes compétents sur le sujet. Sans surprise, tous les mecs mis en Une étaient issus de la « République des idées », l'écurie centriste de Pierre Rosanvallon, héritière de la fondation Saint-Simon. Ce dossier avait été directement confié au chef du service politique du journal par Laurent Joffrin, ce dernier n'ayant aucune confiance en ses journalistes versés dans le mouvement des idées. Voilà comment, en 20 ans, on démolit la crédibilité intellectuelle d'un journal. 

 

Évidemment, lorsque je me suis trouvée aux affaires, je n'ai jamais tenté de faire de L'Obs la feuille rouge vif qu'il n'a jamais été. Mais j'estimais que, pour un journal qui avait compté André Gorz parmi ses fondateurs, et accueilli parfois dans ses pages les plus grands noms de la French Theory, on pouvait tout de même faire mieux que de laisser régner sans partage les Tartuffe de la social-démocratie. Je pensais que L'Obs pouvait s'autoriser quelques écarts, de l'audace intellectuelle. Eh bien non, exit les libres penseurs, toute une époque s'achève, et de manière sinistre.

Sur quoi cette situation peut-elle déboucher, selon vous ?
On peut espérer que les lecteurs soient les juges de paix, au final. Nous approchons du moment de rupture, tout peut s'effondrer très vite. Comme je vous l'ai dit, économiquement parlant, ça ne marche pas ! Le système entier s'est enrayé : le business de ces tycoons obsédés par le business est un désastre, avouez que c'est assez ironique. 

Par ailleurs, je ne crois pas que les gens soient inaptes à s'élever au-dessus du niveau de BuzzFeed. Pas du tout. Je suis au contraire persuadée que les directeurs de journaux sont beaucoup plus bas de gamme dans leurs goûts que les lecteurs. Quand je dis qu'ils regardent The Voice, c'est vrai ! Dans la hiérarchie des journaux, vous avez désormais des gens qui n'ouvrent pas un livre. Jamais, à l'exception de mémoires d'hommes politiques écrits par des ghost writers, ou de bluettes de plage – et encore, je m'avance sûrement.

 

Cette absence de culture explique-t-elle la prolifération des « faux débats d'idées » qui donnent l'impression que la vie intellectuelle française est encore dynamique ?
Sur la question des faux débats, il n'y a pas que la médiocrité intellectuelle des nouvelles normes journalistiques qui pèse. D'une part, on observe une grande homogénéité idéologique dans le milieu journalistique, où les gens passent d'un titre fièrement néolibéral à un titre dit « de gauche » sans ciller. Aujourd'hui, dans les journaux de la gauche mainstream, pour effectuer un recrutement, on préfère d'ailleurs faire son marché au Point ou au Figaro plutôt que chez Politis ou au Monde Diplo, que d'ailleurs personne n'ouvre jamais. À une époque, « passer le mur » faisait encore scandale – Giesbert en sait quelque chose, lui qui a quitté L'Obs pour Le Figaro dans les années 1980. Aujourd'hui, ça ne dérange absolument plus personne, et le faire remarquer vous fait instantanément passer pour un moine bon à finir sa vie au désert. 

Mais ce n'est pas la seule chose qui explique ce sentiment qu'on peut avoir d'assister à de « faux débats », à des semblants d'adversité entre gens qui partagent en réalité le même flux de convictions. Dans la mesure où les vrais opposants n'ont en réalité que très peu droit à la parole, ou même pas du tout, le système sécrète de faux rebelles. Ce n'est pas nouveau. Le succès de ce qu'on a appelé les « nouveaux philosophes », à partir de la fin des années 1970, vient de là. Un tel logiciel de pensée a permis pendant quarante ans de prendre des postures engagées, de recycler l'esprit soixante-huitard, tout en adoptant des positions en réalité totalement conformes à l'ordre établi – en tenant le plus possible à distance la question de l'injustice sociale par exemple. Bon, aujourd'hui ils sont largement discrédités, mais on essaie toujours de renflouer cette vieille affaire avec des figures plus fraîches comme Raphaël Glucksmann. Là, la ficelle est d'autant plus grosse qu'il s'agit du fils même de l'un desdits « nouveaux philosophes ». Mais au-delà de ce lien familial, c'est troublant de voir à quel point ce dernier pioche dans le même sac de farces et attrapes que ses aînés : l'indignation permanente, le chantage sentimental, le cri de révolte à échéance fixe. Une indignation à géométrie tout à fait variable qui plus est, car on l'entend beaucoup moins sur Florange que sur l'Ukraine ou la Syrie par exemple. Quand je l'ai aperçu en une de M Le magazine du Monde, je me suis dit qu'une opération de renflouage de ce genre était en cours. Ce n'est pas réjouissant. 

 

Mais j'ai une mauvaise nouvelle pour tous ces gens qui font aujourd'hui encore le pari du boniment humaniste : ça ne marchera pas. La dégradation du pays est telle que rien n'arrêtera désormais le tsunami de merde qui pointe à l'horizon. La symétrie avec la situation américaine est d'ailleurs assez frappante. Quand on observe les violentes diatribes dispensées des mois durant par le New Yorker ou le New York Times au sujet de Trump… Tout cela n'a eu aucune prise sur l'élection, bien au contraire. Je crains qu'il n'en aille exactement de même en France. Et le jour où la catastrophe électorale se produira, les médias mainstream en porteront largement la responsabilité.

« Le Monde Libre » est disponible aux éditions Les Liens qui libèrent.

Romain est sur Twitter

Le luxe parisien se barricade

Le photographe Baptiste César s'est baladé dans les beaux quartiers pour immortaliser les devantures de Balmain, Ralph Lauren ou Kenzo, recouvertes de panneaux de bois aggloméré.

En règle générale, les manifs parisiennes se déroulent dans l'est de la capitale en suivant des tracés classiques du type République – Nation ou Bastille – Place d'Italie. Mais depuis trois semaines, les « gilets jaunes » ont décidé d'investir les quartiers chicos de l'ouest parisien histoire de se faire entendre d'un des locataires du coin : Emmanuel Macron, président de la République de son état.

 

Outre l'Élysée et l'Arc de Triomphe, l'ouest de Paris regorge aussi de boutiques luxueuses qui n'ont pas très bien vécu la manifestation du samedi 1er décembre. Du coup, pour éviter de refaire leurs vitrines toutes les semaines, les proprios du quartier ont mis en place les grands moyens pour calfeutrer leurs précieux commerces.

Avant l'Acte V des gilets jaunes, qui a eu lieu samedi dernier, le photographe Baptiste César s'est baladé dans le Triangle d'Or pour immortaliser les devantures de Balmain, Ralph Lauren ou Kenzo, recouvertes de panneaux de bois aggloméré – panneaux qui ont en réalité surtout servi aux manifestants à dresser de belles barricades enflammées.

Petite vidéo montrant l’aspect qu’aura la gare de Mons lorsqu’elle sera (enfin) terminée.

 CLIQUEZ ICI

 Gare de Mons / Mons (Videos) - Santiago Calatrava – Architects & Engineers

 

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble

SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>

Invitation

UTILISATEURS, FOURNISSEURS, BUSINESS, TECHNOLOGIES, UNIVERSITAIRES, RÉSEAUX,  SOCIÉTAL,..

Rencontrer, découvrir, entreprendre, communiquer, réunir, conseiller, agir, préparer l'avenir... 

Venez nous rejoindre

La société en réseau ne se fera sans Vous!

Connectons nos savoirs sur votre avenir

TRAVAILLONS ENSEMBLE POUR UNE COMMUNAUTÉ DE DESTIN ET UN DÉVELOPPEMENT COMMUN

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique… 

«La terre est notre Communauté virtuelle»


Mobiliser l’intelligence collective,
Un lieu différent et animé, pour mieux travailler
ensemble, booster l’innovation et développer
l’intelligence collective.

La planète est mon village !

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir

Tous, entrepreneurs de la connaissance C'est un nouveau défi pour notre pays européen C'est encore plus facile ensemble. Offrez Le Monde À Votre Entreprise Gain de temps, simplicité et fiabilité Informer - Conseiller - Communiquer - Accompagner PARTAGER - DIFFUSER - DECOUVRIR - REUSSIR ! Contact : Stefan Raducanu 01 39 65 50 34 Mobile : 06 85 36 20 75

Building Global Community

SocSav21>Société du Savoir>FranceWebSharing ->Learn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect. « Connaître le passé pour comprendre le présent »

« Connaître le passé pour comprendre le présent »

Plates-formes collaboratives pour nourrir la connaissance, la productivité et l'innovation

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover

« Donnant-donnant »

Mona Lisa

Down On The Corner

PROUD MARY

Bad Moon Rising

 

A Day In The Life

Dancing Queen

Massachusetts

Billie Jean

 »WorldNewsCenter,FranceWeb,eGlobalNetWork, We are the human Network, Serving the Planet with Breaking News ***** Venez nous rejoindre Connectons nos savoirs sur votre avenir

 « Connaître le passé pour comprendre le présent »

WorldNewsCenter,FranceWeb,eGlobalNetWork, We are the human Network, Serving the Planet with Breaking News ***** Venez nous rejoindre Connectons nos savoirs sur votre avenir

ProjetFranceWeb:l’innovation, la coordination, l’écologie, l’ouverture et le partage.Autour du Monde avec "MyNewsCenterNavigator.".MOTS CLES pour comprendre LA CHINE. Les sites touristiques les plus aimés en Chine.中国特色社会主义法治道路.命运共同体.“五位一体”总体布局.社会主义民主政治.“

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu FranceWebSharing ->Connect&Share>>Networking the World Join the millions who trust ''MyNewsCenterNavigator''Around the World in 1 page. « go big or go home« , « deviens grand ou rentre chez toi »

SocSav21>Société du Savoir>FranceWebSharing ->Learn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect

 « Connaître le passé pour comprendre le présent »

ANYTIME, ANYWHERE, ANY DEVICE>>Arround the World in one page> MyNewsCenterNavigator>COMMUNICATION EVOLUTION> EXPERIENCE DIFFERENT>Put your publication on your readers' favorite devices>It definitely adds value to the chalets as a business>

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu CEO FranceWebAsso ->Connect&Share>My agency, my space > Any Time, Any Where, Any Device>Networking the World Join the millions who trust ''MyNewsCenterNavigator''Around the World in 1 page« go big or go home«

stefan.gif1agld1r.gifDipl.Ing.StefanV.Raducanu

''NewsCenter'' moteur de recherche humain s'appuiyant sur le réseau "MyNewsCenterNavigator"

Around the World in 1 page« go big or go home«

Dans le monde avec moi. Prix sur demande, Price on application

FranceWebSharing ->Connect&Share>>Networking the World

Join the millions who trust 

''MyNewsCenterNavigator''

Around the World in 1 page. COLLECTION. Change altitude to gain height.

27000 Sources d'exception.Cette aide de référence met en lumière quelques milliers des sources d'actualité et explique comment trouver plus de sources.

L'INTERNET c'est Vous !

"Ensemble tout est possible"

20150119_111926.jpg»Stefan porte un message fort

La planète est mon village !

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

Un système d'information partagée, libre, gratuit.

Bibliothèque d'Alexandrie numérique, d'un savoir partagé, SocSav21

Notre philosophie : l’humain et l’innovation.

A ne pas manquer  

La planète est mon village !

Welcome To My World

Un homme sans modèle, un entrepreneur visionnaire, lier les idées entre elles, créateur du nouveau monde..

Images for FranceWeb Planète

Images for AllFranceWeb

Notre vision de la société ->FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous ! C'est notre capital ! N'attendez pas votre place, créez-la! “Soyez insatiables. Soyez fous. ”.>Open Collective

 DES EXEMPLES POSITIVES

MyNewsCenterNavigator, Un travail sur "la puissance humaine"d’excellence...

FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence.

Mobiliser l’intelligence collective

Les entrepreneurs du Web

Stefan et Madeleine Raducanu sur le Web

Images for Madeleine et Stefan Raducanu présentent ...

Stefan Raducanu SocSav21

MyNewsCenterNavigator@WorldNewsFranceWeb®, Human Network ...

FranceWeb, Diaporama - OneGlobalLocal : MyNewsCenterNavigator ...

MyNewsCenterNavigator> Stefan de France... - Stefan V.Raducanu ...

Images for MyNewsCenterNavigator

MyArchive21century,Today's Headlines,FranceWebAsso*, MyNewsCenterNavigator, Breaking News from around the world, Economie, Technologie, Sciences, Sports, Loisirs, Politics...Better access to all sources...

Images FranceWebAsso

Images FranceWebAssociation

Images sruelectronics

Images SRU-Electronics

Images PoissySmartCity

Images PoissyWebCitoyen

Images PoissyVilleConnectée

Images FranceWebSharing

Images MyNewsCenterNavigator

Images Madeleine et Stefan Raducanu

Images MyNewsCenterNavigator

Images SocSav21

Images MySelTab

Images Dipl.Ing.Stefan V. Raducanu

Images FranceWeb,e-GlobalNetWork®

Images Stefan V. Raducanu

Stefan V.Raducanu

Images NewsCenter for everyone SRU-Electronics

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

MyBookmarks, FranceWebBack

 

Lire la suite

DATA : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l&apos;océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Sourire à la vie!»A Bright Future>Sagesse PVC.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous avec MyNewsCenterNavigator&FranceWebAsso@PoissySmartCity> repérer, sélectionner, partager> économie,technologie,societal>Utopies pour après-demain>"SocSav21,Nouvelle Société:Groupe d&apos;intérêts">A nous la liberté ! Accueil : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>le n°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s) >C&apos;est Moi> C&apos;est Vous> C&apos;est Nous>A vos réseaux, eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi Les métiers de demain sont à inventer Les « villes intelligentes » n’existent pas, nous les avons rencontrées… - BelvedeЯ + LA VILLE INTELLIGENTE Origine, définitions, forces et limites d’une expression polysémique - Rapport-LaVilleIntelligente.pdf C&apos;est quoi la Smart City : une introduction compréhensible Les 5 technologies clés d&apos;une ville intelligente AUX FONDEMENTS DE LA VILLE INTELLIGENTE : COMMENT INTÉGRER LE NUMÉRIQUE DANS LA VILLE ? Poissy en poche, Dico du futur des métiers de demain (Anne-Caroline Paucot, Les Propulseurs): le « géomaticien »,le « chef de projet e-CRM »,le « géomaticien » ou le « data-miner » sont déjà opérationnels,Quelques grandes tendances sont prévisibles.SocSav : PVC.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous avec MyNewsCenterNavigator&FranceWebAsso@PoissySmartCity> repérer, sélectionner, partager> économie,technologie,societal>Utopies pour après-demain>"SocSav21,Nouvelle Société:Groupe d&apos;intérêts">A nous la liberté ! Poissy en poche, Dico du futur des métiers de demain (Anne-Caroline Paucot, Les Propulseurs): le « géomaticien »,le « chef de projet e-CRM »,le « géomaticien » ou le « data-miner » sont déjà opérationnels,Quelques grandes tendances sont prévisibles.SocSav : PVC.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous avec MyNewsCenterNavigator&FranceWebAsso@PoissySmartCity> repérer, sélectionner, partager> économie,technologie,societal>Utopies pour après-demain>"SocSav21,Nouvelle Société:Groupe d&apos;intérêts">A nous la liberté ! File:Supertree Grove, Gardens by the Bay, Singapore - 20120708-01.jpg - Wikimedia Commons Pour Vous,PoissySmartCity,La Première porte d&apos;accès au monde du collaboratif.Mobiliser l&apos;intelligence collective et les connaissances.Ensemble tout est possible>Un pour Tous,Tous pour Un,Chacun pour Soi>C&apos;est bien là le projet d&apos;un humanisme numérique. : PVC.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous avec MyNewsCenterNavigator&FranceWebAsso@PoissySmartCity> repérer, sélectionner, partager> économie,technologie,societal>Utopies pour après-demain>"SocSav21,Nouvelle Société:Groupe d&apos;intérêts">A nous la liberté ! C’est quoi PoissySmartCity ? La Ville Ingénieuse, intelligente et durable..C&apos;est Moi, C&apos;est Vous, C&apos;est Nous !Le citoyen, L&apos;électeur, Le travailleur, Le consommateur. : PVC.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous avec MyNewsCenterNavigator&FranceWebAsso@PoissySmartCity> repérer, sélectionner, partager> économie,technologie,societal>Utopies pour après-demain>"SocSav21,Nouvelle Société:Groupe d&apos;intérêts">A nous la liberté ! Les blogs 20 Minutes Flint A GAMEBOY supercomputer – Towards Data Science A GAMEBOY supercomputer – Towards Data Science Flint New report on Russian disinformation, prepared for the Senate, shows the operation’s scale and sweep - The Washington Post Russian disinformation teams targeted Robert S. Mueller III, says report prepared for Senate - The Washington Post New report on Russian disinformation, prepared for the Senate, shows the operation’s scale and sweep - The Washington Post New report on Russian disinformation, prepared for the Senate, shows the operation’s scale and sweep - The Washington Post - The Washington Post - The Washington Post Publier sur Facebook Adhésion à vie Tweets avec des réponses de Stefan V.Raducanu (@eglobalnet8) | Twitter "Savoir partager son temps, c&apos;est savoir jouir de la vie>StefanV.Raducanu>TheBestWebCollection>The secret of the success" > transforming data > information -> knowledge -> profits-> Networking the World>GlobalNetwork-GlobalSources>Best for You>Best Value : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l&apos;océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Sourire à la vie!»A Bright Future>Sagesse Accueil : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l&apos;océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Sourire à la vie!»A Bright Future>Sagesse Rendez-vous d&apos;infos : le partage d&apos;expérience.A LA UNE:RDV INFO - DÉVELOPPER VOTRE BUSINESS MODEL.Gilets jaunes : un kit d&apos;accompagnement CCI pour les entreprises impactées : PVC.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous avec MyNewsCenterNavigator&FranceWebAsso@PoissySmartCity> repérer, sélectionner, partager> économie,technologie,societal>Utopies pour après-demain>"SocSav21,Nouvelle Société:Groupe d&apos;intérêts">A nous la liberté ! PoissySmartCity>Voyage dans la ville du futur>SocSav21>L’actualité qu’il ne fallait pas manquer des sites et usines en régions. Energie, emplois, télécoms, mobilités, inclusion, démocratie… Tous les aspects de la vie sociale et économique : PVC.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous avec MyNewsCenterNavigator&FranceWebAsso@PoissySmartCity> repérer, sélectionner, partager> économie,technologie,societal>Utopies pour après-demain>"SocSav21,Nouvelle Société:Groupe d&apos;intérêts">A nous la liberté ! Natural-language user interface - Wikipedia Knowledge representation and reasoning - Wikipedia Journals& Publications: Who really owns the products of publicly funded research - About Solid / Ideas for Solid Apps - Solid Community Forum Latest Ideas for Solid Apps topics - Solid Community Forum Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu»Prospectivist« Je m’intéresse beaucoup à l’avenir, car c’est là que j’ai décidé de passer le restant de mes jours », confie Stefan» On ne peut qu’approuver cette sagesse.« Ce qui libère, c’est la sagesse »C&apos;est mon SocSav21 : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l&apos;océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Sourire à la vie!»A Bright Future>Sagesse AVEC NEWS CENTER, ODP, CONNECTEZ-VOUS AU MONDE ! RECHERCHER – OBSERVER –METTRE EN LIEN – PRODUIRE – DIFFUSER : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>le n°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)> C&apos;est Moi> C&apos;est Vous> C&apos;est Nous>A vos réseaux, eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi Notre FORUM a pour objectif de vous faire connaître et partager le point de vue de personnalités reconnues de ces trois domaines : SocSav21>Beau,Bien,Bon> Société du Savoir>le n°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s) >C&apos;est Moi> C&apos;est Vous> C&apos;est Nous>A vos réseaux, eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi Forum : PVC.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous avec MyNewsCenterNavigator&FranceWebAsso@PoissySmartCity> repérer, sélectionner, partager> économie,technologie,societal>Utopies pour après-demain>"SocSav21,Nouvelle Société:Groupe d&apos;intérêts">A nous la liberté ! 20minutes-blogs.fr Réussir ses stratégies du futur Rue des Capucines - Google Maps Rue des Capucines - Google Maps Rue des Capucines - Google Maps Rue des Capucines - Google Maps Place de Capucines Poissy - Recherche Google

03/12/2018

I wrote an App for You, NewsCenter for everyone, N'oubliez pas que les bonnes idées peuvent venir de n'importe où, Partagez votre perspective,Renseignez-vous sur la diversité,Défiez vos propres pensées,Le monde au XXIe siècle

Groupe d'intérêts.jpgI wrote an App for You> NewsCenter for everyone

Le monde au XXIe siècle... Le problème est indicible, les solutions inconcevables…????

Un monde à soi. Nous vivons sous le même ciel, mais notre compréhension du monde n’en est pas moins toujours située. Stefan et Madeleine Raducanu réfléchissent aux conditions d’une appropriation commune des savoirs, qui déjoue leur inégale circulation.

À l’âge de la mondialisation, comment écrire une histoire ouverte sur le monde, sur ses échanges, ses circulations, ses rencontres ? Contre l’européocentrisme ou le repli national, il convient d’expérimenter de nouvelles manières de penser et d’écrire l’histoire. La diversité intellectuelle et internationale est un élément que nous incarnons avec force chez Automattic - c’est d’où nous venons et comment nous avons grandi pour inclure des automates de plus de 60 pays. Cependant, nous reconnaissons que nous avons encore beaucoup de travail à faire pour intégrer les nombreuses différences que représente notre communauté. Nous espérons que vous envisagerez de vous joindre à nous dans notre cheminement vers une diversité et une inclusion sans cesse grandissantes.

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover

« Donnant-donnant »

Parce qu’une économie de la connaissance est une économie de l’innovation, elle se place en rupture par rapport aux anciens schémas pour proposer un modèle de société créative, responsable et solidaire. Une économie de polarisation des savoirs et des liens sociaux pour cultiver tous les maillages possibles au développement d’un écosystème harmonieux et durable.

Les technologies numériques réinventent notre société en investissant progressivement tous les domaines de notre vie quotidienne et tous les secteurs de l'économie. De l'innovation médicale à la mobilité, en passant par la communication, l'industrie, la sécurité, le traitement de l'information, le développement des loisirs... le numérique est partout, révolutionnant nos manières de produire et d'interagir avec notre environnement....

S’adapter, adapter et faire adapter, tels sont les mots d’ordre du nouveau contexte. Dans cette évolution, c’est le monde qui se transforme lentement mais sûrement en interface généralisée au numérique.

Pour Vous et avec Vous!

Un projet ambitieux, humain, imaginatif, hors normes, réunit 3 pôles et sera tourné vers une approche de bien-être collectif et individuel, grâce à son architecture, à l'intégration de la nature et aux services proposés. Laisser les groupements d'opérateurs faire preuve d'imagination. Même s'il s'agit d'un exercice difficile, nous invitons les groupements à laisser libre cours à leur imagination tout en leur demandant d'intégrer ce modèle de société. Les conflits d'autorité et de légitimité, tout comme les pratiques émanant du code, nous incitent à trouver une autre voie. C'est bien  là le projet d'un humanisme numérique.

C’est ainsi que la sociabilité numérique est une nouvelle façon de faire société : lecture automatique de soi (en fonction des catégories du profil et de ses modulations), l’identité se construit dans un échange entre fragments discursifs et actions en réseau. Des interventions, des associations, des rapprochements, des rencontres fortuites, portées par les similarités et les liens de parenté d’un type nouveau, entre catégories et position sur un réseau et finalement des formes d’association productrices de sens et de pertinence, ce sont les particules élémentaires de l’identité numérique. Et cette identité appelle une autre manière d’informer et de former.

Notre modèle de société. VISION 2021

 

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"=SocSav21

 

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

2021.jpg

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Pour vous, nous avons conçu un Réseau d'échanges et de savoirs, vous proposant un mode de collaboration, plus pertinent et efficace, capable de s'adapter à votre entreprise, votre fonction et vous.

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique…sch_info_01_full.png

POUR LA CONTRIBUTION AU MIEUX-ETRE COLLECTIF ET GLOBAL, POUR L’HUMAIN, L’ORGANISATION ET LA VIE

 Sa devise « Pour Vous et avec Vous» est un projet de développement durable conçu à l’échelle des territoires ou des régions, chaque membre mettant son expérience, ses connaissances au profit de l’ensemble, afin d’augmenter la richesse de chacun. SocSav21 portera sur les moyens mobilisés par les acteurs de la société civile pour participer au débat et à la décision publics, ainsi que sur les dispositifs de concertation mis en œuvre par les pouvoirs publics.

Seront ainsi successivement abordées les causes environnementales, familiales, consuméristes, humanitaires, générationnelles, scolaires, sanitaires, féministes et la défense des libertés. 

3smartphones.jpegEnrichir les compétences de chacun, susciter le goût d'entreprendre. Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial au siècle des réseaux.

Stimuler le plein emploi de l'intelligence générale des individus faisant appel à la connaissance du monde. L'engagement de chacun, condition d'une stratégie pour tous.

Le développement durable FRANCE WEB est avant tout un apprentissage du partage des savoirs et des pouvoirs. Les TIC permettent de faire communiquer entre elles des disciplines, des associations, des organismes qui ont du mal à connecter, dans une même toile de sens "développement durable", des initiatives qui nous semblent naturellement devoir se rencontrer dans une même vision d’interdépendance.

2 maini.jpgIncorporer la dynamique associative dans une démocratie du dialogue, le dialogue civil ! 

« Donnant-donnant »

Alliance entre pouvoirs publics et société civile

Un monde qui séduit par sa souplesse et son inventivité

LES VALEURS HUMAINES SERONT LES PILIERS DE DEMAIN ET LA CONFIANCE SERA UNE CONDITION SINE QUA NON A LA RÉUSSITE DE L'ORGANISATION

« Ce qui libère, c’est la sagesse »

LA CRÉATIVITÉ POUR L'ÉPANOUISSEMENT PERSONNEL

Les technologies numériques réinventent notre société en investissant progressivement tous les domaines de notre vie quotidienne et tous les secteurs de l'économie. De l'innovation médicale à la mobilité, en passant par la communication, l'industrie, la sécurité, le traitement de l'information, le développement des loisirs... le numérique est partout, révolutionnant nos manières de produire et d'interagir avec notre environnement....

S’adapter, adapter et faire adapter, tels sont les mots d’ordre du nouveau contexte. Dans cette évolution, c’est le monde qui se transforme lentement mais sûrement en interface généralisée au numérique.

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover

Parce qu’une économie de la connaissance est une économie de l’innovation, elle se place en rupture par rapport aux anciens schémas pour proposer un modèle de société créative, responsable et solidaire. Une économie de polarisation des savoirs et des liens sociaux pour cultiver tous les maillages possibles au développement d’un écosystème harmonieux et durable.

Groupe d'intérêts.jpgPour Vous et avec Vous!

Un projet ambitieux, humain, imaginatif, hors normes, réunit 3 pôles et sera tourné vers une approche de bien-être collectif et individuel, grâce à son architecture, à l'intégration de la nature et aux services proposés. Laisser les groupements d'opérateurs faire preuve d'imagination. Même s'il s'agit d'un exercice difficile, nous invitons les groupements à laisser libre cours à leur imagination tout en leur demandant d'intégrer ce modèle de société. Les conflits d'autorité et de légitimité, tout comme les pratiques émanant du code, nous incitent à trouver une autre voie. C'est bien  là le projet d'un humanisme numérique.

C’est ainsi que la sociabilité numérique est une nouvelle façon de faire société : lecture automatique de soi (en fonction des catégories du profil et de ses modulations), l’identité se construit dans un échange entre fragments discursifs et actions en réseau. Des interventions, des associations, des rapprochements, des rencontres fortuites, portées par les similarités et les liens de parenté d’un type nouveau, entre catégories et position sur un réseau et finalement des formes d’association productrices de sens et de pertinence, ce sont les particules élémentaires de l’identité numérique. Et cette identité appelle une autre manière d’informer et de former.

« Comment réussir dans un monde d’égoïstes »

Réanimer l’engagement citoyen>> Histoire d'un projet>PoissyWebCitoyen>SmartCity>Ville Connectée

L'objet de ce projet "c'est la nature humaine, non un héros individualisé">"Les héros, ou simplement les gens bien, Nous en avons besoin !"

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

Chaque choix que nous faisons correspond à la satisfaction d’un besoin à l’instant T. Nous prenons des décisions en fonction de ce qui nous semble être le mieux pour nous au moment où nous les prenons. Mais la vie est un mouvement, une évolution constante. Ce qui était valable hier ne l’est peut-être déjà plus aujourd’hui, alors demain ?

Rien ne m’apparait plus faux et artificiel que les analyses de certains spécialistes énonçant que la Toile nous emporte vers l’uniformité de la pensée et des cultures. Je ne partage pas l’inquiétude qu’exprime Michel Boyon du CSA sur le risque d’uniformité culturelle dans l’Internet[1]. Au contraire, la Toile nous offre des horizons nouveaux pour nous découvrir différents et singuliers. A vrai dire, le vrai problème est de savoir défendre nos singularités tout en évitant de nous enfermer dans un communautarisme d’exception

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Le pisciacais Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,  L'Humain demain, La nouvelle société du savoir ! Pour Vous et avec Vous. Société contributive,  projet architectural majeur du 21ème siècle.

L'entreprise ressemble à une réserve naturelle, comme une île au centre de l'Europe, ou une espèce protégée vit- plutôt bien - à l'abri du chômage et des désordres politiques et sociaux. Aucun autre État au monde ne pratique en même temps la démocratie directe, le fédéralisme, la neutralité, la paix du travail et le compromis systématique. C'est le modèle "Nouvelle société du  XXIe siècle".

Ensuite sur le fond, pour être perçue comme une alternative possible, notre famille politique doit cesser de ne s’exprimer qu’en réaction à l’actualité ou aux choix gouvernementaux ; elle doit produire et exprimer une vision crédible de la France de demain. Notre proposition, c’est de cesser de raisonner en silo, et de se donner les moyens de conceptualiser un vrai projet politique.

C’est parce que nous sommes animés chaque jour par ces réflexions, parce qu’elle sont au cœur de notre engagement d’élus et qu’elles nous guident au quotidien dans ce que nous voulons être un mandat de contact avec nos concitoyens et de bon sens dans les choix que nous faisons, que  nous exprimons avec sincérité et détermination – loin des logiques d’appareil de certains – notre désir de contribuer utilement au débat national et et désireuse d’épargner à la France l’aventure des extrêmes qui malheureusement n’a jamais été aussi pressante à nos portes."

Un vent nouveau sur l’écriture de l’histoire.

Partagez ce qui vous inspire :

Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien.

Vous avez le choix d’envisager les choses autrement !

La clef est en vous : c’est votre imagination.

Building Global Community

Le dialogue civil>> Je ne manifeste pas, mais je suis obligé de constater que le ras le bol est général,>>Par ces temps de « crise » où le citoyen est appelé à faire des efforts permanents, ce système est indécent, et démontre que les élus...

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi" il faut refaire de la politique : C’est parce que nous sommes animés chaque jour par ces réflexions, parce qu’elles sont au cœur de notre engagement d’élus et qu’elles nous guident au quotidien.

Citoyenneté active-démocratie partticipative fondent notre action, impulser les changements rendus nécessaires par l’évolution de notre société.

Pendant presque un siècle, la construction de l’État providence a constitué l’horizon naturel du progrès social dans les pays industriels. Cet État providence est aujourd’hui mal en point. Il est d’abord devenu trop coûteux. Si elles continuaient à croître au rythme actuel, les dépenses de santé absorberaient bientôt la quasi-totalité des ressources des ménages ! Pour faire face à la hausse des dépenses sociales, les prélèvements obligatoires ont crû très rapidement, menaçant du même coup la compétitivité des entreprises et le dynamisme de l’économie. Mais l’État providence est surtout devenu une machinerie de plus en plus opaque et bureaucratique. Les principes de solidarité et de redistribution qui le commandent n’apparaissent plus clairement. La crise de l’État providence est culturelle et morale plus encore qu’économique. Pierre Rosanvallon Professeur au Collège de France, il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont, récemment, au Seuil, Le Parlement des invisibles (« Raconter la vie », 2014).

Contact : Stefan Raducanu : +33 (0)1 39 65 50 34   +33 (0)6 85 36 20 75

Président FranceWeb Association 

Il faut refaire de la politique

SocSav21 "Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi" il faut refaire de la politique : C’est parce que nous sommes animés chaque jour par ces réflexions, parce qu’elles sont au cœur de notre engagement d’élus et qu’elles nous guident au quotidien

Pendant presque un siècle, la construction de l’État-providence a constitué l’horizon naturel du progrès social dans les pays industriels. Cet État-providence est aujourd’hui mal en point. Il est d’abord devenu trop coûteux. Si elles continuaient à croître au rythme actuel, les dépenses de santé absorberaient bientôt la quasi-totalité des ressources des ménages ! Pour faire face à la hausse des dépenses sociales, les prélèvements obligatoires ont crû très rapidement, menaçant du même coup la compétitivité des entreprises et le dynamisme de l’économie. Mais l’État-providence est surtout devenu une machinerie de plus en plus opaque et bureaucratique. Les principes de solidarité et de redistribution qui le commandent n’apparaissent plus clairement. La crise de l’État-providence est culturelle et morale plus encore qu’économique.Pierre RosanvallonProfesseur au Collège de France, il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont, récemment, au Seuil, Le Parlement des invisibles (« Raconter la vie », 2014).

Claire Rupil Pour stopper cela il en tient à vous d écouter votre peuple plutôt que jouer la sourde oreille
Isabel Large La vraie violence, c'est 9 millions de pauvres, 200 000 SDF, c'est 80 milliards d’évasion fiscale, c'est Amazon, Starbucks, Google qui ne paient pas d'impots, c'est les patrons du CAC 40 qui gagnent 5 millions par an en augmentation de 14 % quand le gouvernement ne donne pas de coup de pouce au SMIC ...

C'est ça la violence.

Pas 3 bagnoles qui crament dans des quartiers à 12 000e le m2.
Marie Crepinge j ai honte de mon pays que j aime;;en france on a tout...la sécu la caf...jene suis pas riche maiis je suis heureuse..auxilliaire de vie.. j aime mon métier je me sens utille

Del Bonnel Ravel Arrête de parler de respect !!! Tu nous chies sur la gueule depuis des mois

Amandine Renaut Quand je vois toutes ces scènes de violences, de saccages... je n'ai même plus de mots... pour un mouvement qui se voulait soit disant pacifique, il tourne vite à l'anarchie... aucun respect, c'est d'une tristesse lamentable... aujourd'hui je pleure pour mon pays... Honte à ces gens ...
Antoine Coiffard Tenez le cap Monsieur le président !
Seul le dialogue pourra résoudre les problèmes et NON les violences.
#jesuismacron
Cayl Beylly C'est le PEUPLE qui est attaqué avec vos réformes !!! N'inversez pas les rôles ! Vous êtes violent et sans coeur ! Encore une fois vos propos le confirme ! Ecoutez la rage et la haine que vous avez engendré ! Des snipers postés sur les bâtiment pour abattre le peuple qui revendique que ses droits !!!!!!
Mamadi Keita Monsieur le président continuer votre combats, vous êtes une référence dans la politique mondiale

Pata Pouf Vous me faites honte les gilets jaunes ! Vous méritez d’aller dans un pays comme la Syrie où la véritable misère existe où le quotidien est de se battre pour rester en vie. Vous ne vous rendez pas compte de la chance que l’on a d’être né ici. Vous ne savez même ce que vous voulez exactement à part vous plaindre. Triste France..

Valentin Katy Renard Les GJ sont pacifistes contrairement aux Crs qui gazent pour rien et qui se déguisent en casseurs pour décribiliser le mouvement citoyen
Sebastien Alexandre Lorsque nous sommes le chef il faut diriger par l’exemplarité Monsieur Macron. Lorsque on n’écoute pas le peuple le peuple parle plus fort. Vous êtes responsable de tous les évènements actuelle avec vos prédécesseurs. Bon courage Monsieur je n’aimerai pas être à votre place.
Patrick Coget Finalement ,on s aperçoit que vous ne gerez pas grand chose dans ce pays.Vous etes ...comment dirais je..pathétique?
Jérôme Miceli "La fraude fiscale s'élèverait à 100 milliards d'euros en France". Quand est-ce que Emmanuel Macron va s'en occuper?? Merci de me répondre.
Wilfrid Moulin Emmanuel tu es le seul responsable. Soit un homme pour une fois dans ta vie. Et « dégage ».
Alain Lombart Honte à vous Monsieur le Président.
Procéder à la dissolution de l'assemblée pour voir quelle majorité se dégagera ou sinon demissionnez
520
Gérer
 
Soulemane Bambara Nous allons demander a l union africaine d envoyer une force pour proteger les manifestants. L Afrique ne saurait tolerer de tels agissement de la part du president francais pour empecher la liberte d expression
Kheirou Tazerouti Vous accusez les gens monsieur le président alors que le peuple vous a élu pour trouver des solutions ..
Ce discours ne changera rien '
Olivier Deloffre Mr Macron , A présent il est grand temps de démissionner car vous êtes le seul et unique responsable de ce chaos !
Vous rendez un énorme service à la France!
Julien Debelizal 1789... 1848.....mai 68... vous croyez vraiment que les gens allaient rester la sans rien faire.. parfois la violence et le seul recours pour ce faire entendre.. pour le moment on ne vous a pas trop entendu.. Monsieur le Président.
Agnès Compain Je manifeste, et je m'aperçois que de nombreux casseurs auraient pu être arrêtés dans la foule par des policiers en civils !!
On les voit faire et on sait qui ils sont !
Pourquoi cela n'est pas fait, et bien à se demander si cela n'est pas volontaire, pour casser une manifestation qui dérange bcp trop !!
Samsa Gregor Tu es le seule coupable... Du chaos à Paris. Tu mérites prison ferme... Tu fais mal au peuple français, tu divise le peuple français, tu es un provocateur un manipulateur.... Le plus mauvais président de la République. Je comprends bien la colère des français ... Honte à vous . Not my président.
Alex Enchery Qui sème le vent récolte la tempête , le peuple n’est pas bête , les auteurs de ses actes ne te veulent plus c’est un fait .... le plus violent de ses 18 mois c’est toi suppression de lISF de la Flat taxe , les augmentations de salaires des ministres et personnes attachées , augmentations des taxes , avec l’écologie pour justifier cela , et les déplacements en avions ou hélicoptère pour 100 km , ton mépris du peuple... et rappelle toi l’affaire Benalla ou tu as provoqué le peuple pour qu’on vienne te chercher et ben le peuple est là donc viens
Christelle Hermal Le respect Mr le Président.. le respect du peuple à minima.. au travers de votre discours de ce soir au G20 vous venez de démontrer une fois de plus votre mépris du peuple.. je n'ai vu cela venant d'un président... Et pour les commentaires positifs sur cette page je respecte ceux qui ont la chance de bien vivre mais je n'accepte pas que l'on ne respecte pas les moins bien loti.. je pense que ce soir vous venez de valider votre propre guerre civile
Judes Bertrand Mekame Mba Bien fait pour ton mandat toi l'ami des dictateurs africains comme le sanguinaire Bongo
Florent Meyer Les seuls responsables sont vous....et votre silence, accompagné d’un peu d’ignorance !!
Thierry Delorme Incroyable! Vous ne savez vraiment pas reconnaître une erreur ?? Votre trajectoire carbone va nous amener à 2 euros le litre à la moindre flambée du pétrole ! Le carburant c'est aussi notre outil de travail ! Vous parlez, vous alignez les concepts, vous parlez de climat mais vous ignorez la souffrance des gens ! Nous ne sommes pas tous parisiens...nous avons besoin de la voiture pour vivre ! Votre autisme est entrain de tuer la république!
Jc Copel Le mec est en Argentine .... alors que son Pays est en Feu .... hallucinant
Nathan Smid Ton peuple souffre pendant que tu fais le beau en Argentine
expliquer quoi ? vous augmentez les taxes sur les carburants mais ne mettez que dans la transition énergétique qu'une infime partie des recettes engrangées .
parlez vous de solution alternative au tout routier ? parlez vous du fluvial du rail? :NON!
et demain ? hausse de 4% de l’électricité en janvier , c'est du gaz 6% ....
bravo a messieurs Hulot et Collomb qui on démission et j’espère que monsieur Ledrian en fera de même.
gardez votre pédagogie mensongère pour l'ENA et vos fidèles mais cessez de prendre le peuple pour des imbéciles se sera un bon début .
de plus vous poussez vers un vote extrême de électeurs et mettez en danger le projets européen ! quel mensonge allez vous nous servir le 21 mars ?
les casseurs des champs Elysés sont des voyous , oui ! mille fois oui ; mais vous ?
des voleurs en cols blancs ;et de redoutables menteurs .... hélas le peuples ne vous crois plus ! vous ne valez guère mieux ..... vous êtes pathétiques et méprisable par votre arrogance ( Darmanain ... ). « moins

Répondre à @wolfskin: Tout ça, c'est du baratin écono médiatique qui n' a que comme objectif une lutte politique.
La pédagogie d'intox de l'opposition n'est pas mieux.
L'opposition veut faire croire au Père Noël ou mieux qu'elle détient dans ces rangs une Joséphine ange gardien qui peut transformer la pays en paradis d'un coup de baguette magique.

Répondre à @wolfskin: Vous avez entièrement,tout ça ce n’est que la flute,juste un bon prétexte pour nous plumer encore un peu plus.Le réchauffement climatique n’est ni plus ni moins que du pain béni pour nos bons à rien de politiques et je pense qu’avec Macron on a atteint le summum du mépris et de l’arrogance,ce n’est qu’un opportuniste.

Ce gouvernement est minable et je ne parle même pas de ce président, le pire que nous avons eu depuis le début du siècle et même du XXème siècle.
Il ne sait gouverner qu'à coup de taxes et nous appauvrir encore un peu plus alors qu'il ne s'étonne pas des conséquences de ses actes.

Répondre à @NicoLeFou: Drôle de remarque, je pense qu’aujourd’hui c'est beaucoup mieux pour une certaine classe de la population et vraiment difficile pour certains et de plus en plus compliqué pour les classes moyennes.

Voilà un premier aveu: « On s’est plantés. » J'attends le reste des aveux et la liste va être longue! Démission de Castaner! Les GJ garde le cap pour l'acte 4!

Toute la violence pouvait être évitée si le gouvernement avait pris la décision de geler les hausses prévues. Preuve de l'amateurisme de ce président, de ce premier ministre, bien contestés aujourd'hui.

Au-delà de la fiscalité, pour sortir de la crise des gilets jaunes, il n’y a pas d’autre voie que « d’engager le dialogue sur ce qui provoque ce malaise », a prévenu Laurent Berger. « On parle de pouvoir d’achat, de logement », mais aussi « des services publics » et « c’est le pouvoir de vivre qui est en question aujourd’hui dans notre pays », a-t-il résumé, avant de lancer : « Rentrons dans un Grenelle du pouvoir de vivre »

« Une augmentation des minima conventionnels »

Le patron de la CFDT a dit attendre du gouvernement « une écoute beaucoup plus forte des revendications qui sont posées par les gilets jaunes mais aussi, depuis des mois, par les organisations syndicales et les associations ».Quant au recours à l’état d’urgence, évoqué samedi soir par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, ce « n’est pas une solution », selon lui. « La première réponse à apporter n’est pas sécuritaire, c’est une réponse de contenu par rapport aux problèmes sociaux (…) Je ne vois pas en quoi l’état d’urgence règlerait le problème », a-t-il insisté.

Par ailleurs, Laurent Berger n’a pas exigé de revalorisation exceptionnelle du Smic, après que le Premier ministre, Édouard Philippe, a écarté mercredi tout « coup de pouce » au-delà de la revalorisation légale du salaire minimum prévu au 1er janvier. « Il faut plutôt aller vers une négociation dans les branches (…) pour une augmentation des minima conventionnels », a-t-il estimé.

"Ce sont les plus modestes et les plus fragiles qui subissent". "Rien ne serait pire que de laisser prospérer une mortifère opposition entre justice sociale et transition écologique. Je suis convaincue que l'un ne pourra jamais aller sans l'autre, d'autant plus que ce sont les plus modestes et les plus fragiles qui subissent, et subiront encore plus si nous ne faisons rien, les conséquences du dérèglement climatique", a déclaré Martine Aubry dans un communiqué publié après une nouvelle journée nationale de mobilisation des "gilets jaunes", marquée des violences et dégradations à Paris.

"Une crise durable du pouvoir d'achat". Le pays "fait face à une crise durable du pouvoir d'achat", que "la politique économique, sociale et fiscale de l'exécutif n'a fait qu'amplifier", a ajouté l'ancienne patronne du Parti socialiste en pointant du doigt le gel des pensions, l'augmentation de la CSG, la baisse des APL et la suppression de l'ISF. L'ex-ministre, qui condamne "les violences inacceptables" de samedi, exhorte le gouvernement "à ne pas choisir la politique du pire et du pourrissement, qui mènerait à coup sûr notre pays vers de sombres horizons".

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner "doit démissionner" et le gouvernement "cesser de s'entêter" sur la hausse des taxes sur le carburant, a estimé dimanche Générations, le mouvement dirigé par Benoît Hamon, ancien candidat du PS à la présidentielle.

"Monsieur Castaner doit démissionner". "La manifestation du 1er décembre a donné lieu à de graves affrontements, et à des scènes quasi insurrectionnelles, au cœur de Paris, notamment sous l'Arc de Triomphe. Le désordre dans la rue est la conséquence directe du désordre qui règne au plus haut sommet de l'État", écrit le porte-parole de Générations, Mehdi Ouraoui.

"Depuis le début du conflit des "gilets jaunes", le Ministre de l'Intérieur attise les tensions au lieu de les apaiser, et expose nos forces de l'ordre aux dangers au lieu de créer les conditions du retour au calme. Après ce énième échec, Monsieur Castaner nommé ministre de l'Intérieur par complaisance et non par compétence, doit démissionner", poursuit-il. "Outre ce geste d'élémentaire respect de nos institutions, le président de la République dois cesser de s'entêter, renoncer à la Taxe Macron faussement écologique et annoncer rapidement des mesures fortes pour le pouvoir d'achat et la justice fiscale qui seules peuvent répondre à la demande d'égalité de nos concitoyens et à la transition écologique", conclut Générations.

Une sorte de fête des voisins déshérités, dont la violence n’est ni exclue, ni obligatoire

Ce soulèvement est-il comparable à la Jacquerie 2.0 que la France connaît depuis plusieurs semaines avec les Gilets jaunes ? Dix-huit révoltes populaires d’importance enregistrées depuis 1624, dont 1789, 1830, 1848, 1871, 1934, 1953, 1968, 1986, 1995, 2003, 2005 : régulièrement, les pêcheurs, les agriculteurs, les routiers ou les Bonnets rouges contre l’écotaxe ont précédé les Gilets jaunes. Mais cette révolte-là semble d’une autre nature. Plus profonde. Plus enracinée. Plus déterminée.

Sans chefs (et les contestant dès qu’ils émergent), friands de réseaux sociaux et de négociations filmées au grand jour, partisans d’une démocratie directe sous contrôle d’un Big Brother social inattendu, les Gilets jaunes semblent avoir réussi ce que les syndicats et les partis les plus contestataires espéraient depuis longtemps : la convergence des luttes. Ni ultradroite, ni ultragauche. Ultrapeuple !

Vapeur. Partout en France, dans ces espaces périphériques qui semblent en fait avoir glissé du mauvais côté d’une frontière invisible érigée entre rentiers et victimes de la mondialisation (ces derniers sans services publics, ni internet haut débit, ni investissements d’avenir…), on croise des blocages, des rassemblements, des affrontements, des dialogues, des citoyens qui inventent au jour le jour ; une sorte de fête des voisins déshérités. Dont la violence n’est ni exclue, ni obligatoire.

Ainsi fuse la vapeur de tant d’années de mépris pour un peuple qu’on avait un peu vite oublié et qui devait, envers et contre tout, s’adapter. Comme si le premier de cordée était en fait seul. Les autres restant accrochés ici et là, mais ne pouvant plus grimper. Et se persuadant, à juste titre, que leurs enfants vivraient moins bien qu’eux. Alliant ainsi la désespérance du moment à la certitude de la régression à venir.

Ce concept de lutte, pour réussir, nécessite aussi des professionnels de la contestation permettant un débouché possible : la négociation ou la révolution.

Mais ce concept de lutte, pour réussir, nécessite aussi des professionnels de la contestation permettant un débouché possible : la négociation ou la révolution. Or cette population de retraités exaspérés, de faibles revenus étranglés, de laissés pour compte périphériques si bien décrits par le géographe Christophe Guilluy ne semble à l’aise sur aucun des deux terrains. Elle souhaite qu’on l’écoute, qu’on l’entende, qu’on la comprenne. Mais pour les revendications, son malaise est patent. Et pour la révolution, elle paraît fort divisée. Elle hésite entre le mouvement de foule violent si bien décrit par Lebon et le rejet de la casse.

Essentiellement pacifiques ou limitant leurs démonstrations de force à la destruction d’outils statiques et symboliques (péages, radars…), les Gilets jaunes sont aussi – parfois à leur corps défendant, mais pas toujours – l’asile d’autres colères et d’autres ressentiments, bien moins présentables. Les pillages de Paris samedi ont bien montré la complexité de la composition des manifestations.

Quelle que soit l’issue de ce mouvement, sa radicalisation sera l’élément majeur de la suite des évènements. Car un processus social génère toujours une génération militante. Une élite anti-élites qui se transforme en fer de lance structuré d’une révolte qui refuse encore de le devenir vraiment. Cette « avant-garde » va naturellement tenter d’obtenir le plus possible. Et si possible tout. Même si l’on peut difficilement percevoir l’importance de la suppression du Sénat avec la baisse du prix du diesel…

Or le gouvernement, souvent par manque d’expérience (à l’exception du message inattendu mais clair émis par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian), a du mal à comprendre le message et surtout à trouver le mode d’emploi. On ne pourra à cet égard que souligner la lucidité désespérée de l’ancien ministre d’État, ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, dont on pourra dire rétrospectivement qu’il l’avait vu venir. Et, de façon un peu sibylline, annoncé. Tout en regrettant qu’il ne soit pas resté à son poste pour gérer au plus près une crise aussi majeure.

Pouvoirs autoritaires. Cette situation ne surprendra que peu les observateurs attentifs des phénomènes des années 1970-1980 qui virent la Guerre froide accoucher d’une paix chaude, marquées par des violents affrontements sociaux et des actions terroristes « rouges » et « noires » qui ne disparurent qu’après la chute du Mur de Berlin.

Un autre italien, Giogio Agamben, a déjà illust

Un autre italien, Giogio Agamben, a déjà illustré les problématiques d’une société en réseau et fortement vulnérable à une classe paupérisée hésitant entre révolte et révolution : « Dans L’Idéologie allemande, Marx consacre plus de 100 pages au théoricien de l’anarchie Stirner, dont il récuse la distinction entre révolte et révolution. Stirner théorise la révolte en tant qu’acte personnel de soustraction, égoïste. Pour Stirner, la révolution, c’est un acte politique qui vise le conflit contre une institution, alors que la révolte, c’est un acte individuel qui ne vise pas à détruire les institutions. Il suffit tout simplement de laisser l’État être, et ne plus l’affronter : il va se détruire lui-même. Marx oppose une sorte d’unité entre la révolte et la révolution. Il cherche l’unité des deux : ce sera toujours pour des raisons égoïstes, pour ainsi dire de révolte, qu’un prolétaire fera un acte directement politique. Je ne dis pas qu’il y a une solution à ce problème, entre les lignes de fuite qui seraient un geste de révolte, et une ligne purement politique. Ni le modèle parti, ni le modèle d’action sans parti : il y a besoin d’inventer ».

Il reste au mouvement et au gouvernement à justement inventer un dispositif qui permette d’écouter, d’entendre et d’agir. Faute de quoi, même essoufflé, le mouvement accouchera de ce qui renforce toujours les partis et les pouvoirs autoritaires : la violence. Et produira donc l’inverse de ce qui est en fait inexprimé, faute de politisation suffisante, faute de corps intermédiaires reconnus, faute d’enracinement citoyen : sa demande de plus de démocratie.

Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire national des arts et métiers, New York et Shanghai.

Gilets jaunes»: le quinquennat est fini

« Depuis 2017, bien des accidents se sont enchaînés de manière analogue: des mots arrogants, une brillante intelligence mais conjuguée à une inexpérience humaine, l’impuissance face au chômage… »

La manifestation des Gilets jaunes, samedi dernier, n’a mobilisé à Paris que quelques milliers de personnes. Forcément : quand on termine le mois avec cinq euros en poche, on ne peut pas prendre le TGV. Les images des « casseurs » n’ont pas pour autant terni ce mouvement populaire, d’où les « minorités visibles » étaient singulièrement absentes.

Frappantes, si l’on peut dire, les images du matraquage d’un retraité sur les Champs-Élysées. Cinq ou six CRS contre un homme, qui fait face, les mains nues et ne recule pas. On connaît les difficultés du maintien de l’ordre. Mais son efficacité n’exclut ni le discernement ni l’humanité.

Ces images éclairent ainsi le divorce entre le Président et les Français. Tout a commencé au lendemain de la victoire d’Emmanuel Macron, par la première réforme majeure du quinquennat : la suppression de l’ISF, si souvent interprétée comme le remboursement, en somme, d’une dette contractée auprès des premiers amis. Une réforme sans contrepartie, faite pour ceux qui paient tous les autres impôts !

Une révolte fiscale naît toujours d’accidents même si, longtemps, elle demeure une sorte de rivière souterraine. La Révolution de 1789 surgit ainsi d’aléas climatiques, dès le printemps 1788 qui noie les cultures sous la pluie. L’hiver est terrible et les miséreux fuient les campagnes pour les villes. Du poids et de l’inéquité de l’impôt émerge, dans la Déclaration des droits de 1789, le principe du consentement à l’impôt, fondement du parlementarisme et du consensus national.

Depuis 2017, bien des accidents se sont enchaînés de manière analogue : des mots arrogants, une brillante intelligence mais conjuguée à une inexpérience humaine, l’impuissance face au chômage, la criminalité, l’islamisme, le désespoir des ruraux, la pression migratoire. Quelques centimes de taxe supplémentaires sur le carburant ont tout révélé du chaos français.

Il y a pire : c’est ce sentiment collectif que le quinquennat est fini mais qu’il va durer plus de trois ans encore, tel un divorce dans la rage qui s’épuise dans les procédures judiciaires. La certitude aussi que le président de la République n’a, au sens strict du terme, plus rien à perdre : situation insupportable que va rythmer un calendrier électoral « plombé » par les difficultés intérieures et l’isolement diplomatique.

«Bien sûr, de nouvelles hausses d’impôts seraient imaginées par les technocrates de Bercy qui ont oublié un principe simple: les gros taux tuent les totaux»

Pour restaurer la paix civile, Emmanuel Macron n’aura guère d’autre choix que de dissoudre l’Assemblée nationale, sanctionnant ainsi une majorité docile mais incapable de défendre et de justifier sa politique. S’il ne se résolvait pas à trancher le nœud gordien, la France resterait un théâtre d’affrontements où la vie économique serait paralysée. La croissance s’affaiblirait, le chômage reprendrait sa progression, les recettes budgétaires ne suffiraient plus à payer une dette rendue plus coûteuse par des marchés financiers défiants.

Bien sûr, de nouvelles hausses d’impôts seraient imaginées par les technocrates de Bercy qui ont oublié un principe simple : les gros taux tuent les totaux.

La roche Tarpéienne est proche du Capitole. Mieux vaut l’urne que le pavé. Mais toujours, le désordre est fils de l’injustice. Et c’est celle-ci qui marque désormais de son sceau un quinquennat né de l’ambiguïté.

Bernard Carayon est avocat, maire (LR) de Lavaur et ancien député du Tarn

Par fegueux.rene, le vendredi 30 novembre à 15h11
b.carayon
c est une excellente analyse de la situation actuelle-je pense qu il faut donner une severe lecon au pouvoir actuel a l occasion des prochaines élections. 

citoyenneté active-démocratie partticipative

fondent notre action impulser les changements rendus nécessaires par l’évolution de notre société

La nouvelle société

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

2021.jpg

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence

COMMUNICATION EVOLUTION

EXPERIENCE DIFFERENT  

RACONTEZ VOTRE HISTOIRE

Un outil de travail et de réflexion  à utiliser en groupe

 

MyBookmarks, FranceWebBack

 

Lire la suite

Diversité et inclusion

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu