Avertir le modérateur

16/03/2017

FranceWebSharing,Le CNRS, pionnier de l'innovation ouverte : les structures communes de recherche CNRS/Entreprises, MyNewsCenterNavigator,FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

13 mars 2017

1agld1r.gifLe CNRS, pionnier de l'innovation ouverte : les structures communes de recherche CNRS/Entreprises

L'enquête présentée dans ce dossier offre un panorama complet sur une des formes de collaboration les plus abouties entre le CNRS et ses partenaires économiques : les structures communes de recherche. Celles-ci s'inscrivent dans un contexte de relations denses du CNRS avec le monde industriel comme le montre le nombre de brevets, d'accords cadres avec de grands groupes et de créations d'entreprises issues des laboratoires du CNRS.

Le chemin parcouru ces dix dernières années est considérable. En 2009-2010, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche avait recensé 155 structures de recherche public/privé sur l'Hexagone dont 55 impliquant le CNRS. En 2014, une première enquête interne au CNRS en avait identifié 103. L'enquête réalisée en 2016 comptabilise 126 structures communes de recherche CNRS/entreprises. Cette progression d'environ 20 % en deux ans est sans conteste fortement liée au programme LabCom ANR, lancé en 2013 par le gouvernement, qui a donné un élan important à ce type de structures.

Les structures communes de recherche présentent une grande diversité de formats : unités mixtes de recherche, laboratoires communs, unités mixtes internationales, LabComs ANR... Cette diversité est elle-même une réponse à des besoins variés, tant de la part des industriels — qui vont de la PME au grand groupe — que des équipes de recherche, en fonction des domaines de recherche et des orientations des laboratoires. Les cas concrets de structures communes de recherche CNRS/entreprises présentées au fil des pages de ce dossier en témoignent.

Cette diversité, qui a fait la force du modèle, rend cependant difficile l'identification des structures elles-mêmes. L'étude réunit des données précises : nombre des structures et évolution sur les dernières années, localisation, disciplines scientifiques concernées, modèles de fonctionnement, ressources humaines et financières, types d'entreprises impliquées, valorisation des résultats scientifiques, etc. Un corpus statistique totalement inédit qui éclaire une forme de partenariat de recherche public/privé plébiscitée par les entreprises.

Enfin, cette étude démontre que les structures communes de recherche CNRS/entreprises n'ont rien d'un phénomène de mode, près d'une sur deux ayant été créée il y a plus de quatre ans. Ces outils de collaboration avec le monde industriel ont vocation à s'installer durablement dans le paysage de la recherche.

Télécharger l'enquête : Enquête structures communes CNRS/Entreprises
Contacts :
Presse CNRS l Alexiane Agullo l T 01 44 96 43 90 l alexiane.agullo@cnrs-dir.fr

FranceWeb  La nouvelle société du Savoir

Pourquoi FranceWebAsso.ppt

La France ne doit pas faire un complexe d'infériorité dans le numérique.

 

Un univers de possibilités

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Définir le périmètre stratégique de la performance globale de la France 

Services uniques à la pointe pour que vous soyez plus compétitif.

Si vous êtes désireux d'apporter votre contribution à notre laboratoire d'idées, à vous d'agir !

Contact: Stefan Raducanu, Président, Tél:01 39 65 50 34 Mobile : 06 21 97 47 99

IMAG0005.jpgStefan Raducanu sélectionneur de FranceWebAsso

Si vous aimez ces applications, si vous aimez FranceWeb, vous pouvez soutenir l’association qui développe le site pour toucher toujours plus de lecteurs !

1agld1r.gifNEWS CENTER TGV 2009

13/03/2017

FranceWebAsso, Un engagement simple et fondamental pour les jeunes, FranceWebSharing&MyNewsCenterNavigator,France Bénévolat inscrit au cœur de sa mission la promotion de l’engagement bénévole des actifs.

Mobiliser
ses collaborateurs

Plus que jamais les associations françaises ont besoin de bénévoles pour assurer sur le terrain toutes leurs missions d’intérêt général, mais aussi pour les accompagner dans un contexte qui demande de plus en plus de compétences diversifiées et de professionnalisme.

En tant qu’acteur majeur du monde associatif, France Bénévolat inscrit au cœur de sa mission la promotion de l’engagement bénévole des actifs. Dans un contexte de plus en plus porteur, l’incitation à l’engagement bénévole des salariés devient un champ d’actions en tant que tel, pour les entreprises ou fondations d’entreprises.

 France Bénévolat vous accompagne pour mobiliser vos collaborateurs

Afin de susciter des vocations parmi vos collaborateurs, les équipes de France Bénévolat sont à vos côtés pour nouer un partenariat pérenne et faire de votre entreprise un vecteur de l’engagement citoyen. L’objectif, vous aider à déterminer le dispositif le plus adapté à votre culture managériale.

Encourager le bénévolat des actifs a un double impact : faire connaître le monde associatif à un nouveau public et faire collaborer ensemble deux sphères qui se méconnaissent en réinventant une nouvelle manière de faire société.

 Pourquoi encourager l'engagement bénévole de vos collaborateurs ?

Pour une entreprise, encourager le bénévolat de ses collaborateurs, c’est aussi s’engager pour la citoyenneté et l’intérêt général, en leur permettant de mettre en œuvre leur capacité à agir. C’est l’une des bonnes pratiques de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise ou du Mécénat. Mettre le temps ou le savoir-faire de vos salariés au service d’une association est, en effet, source, d’impacts vertueux pour la politique de Ressources Humaines, comme pour l’ancrage territorial de votre entreprise. Cette démarche peut également venir appuyer votre communication externe (image globale et locale de l’Entreprise) et renforcer la cohésion de vos équipes et la fidélisation de vos collaborateurs.

Pourquoi les actifs s'engagent-ils ?

Sens, utilité, épanouissement et amélioration de l’employabilité sont autant de motivations que recherchent les actifs à travers l’engagement bénévole.

Dans l’enquête annuelle « la France Bénévole 2012 » (France Bénévolat et Recherches & Solidarités), trois raisons sont plébiscitées par les personnes interrogées :

  • la recherche de sens : 57% ;
  • apporter des compétences professionnelles à une cause d’intérêt général : 51%
  • le souhait de travailler en équipe : 34%

Comment peuvent agir vos salariés ?

Il existe différents modes d’implication permettant à vos collaborateurs de s’investir dans le bénévolat associatif :

Le mécénat de compétences

Il s’agit d’un dispositif donnant la possibilité à des entreprises de mettre à la disposition d’organismes d’intérêt général des salariés sur leur temps de travail. Les salariés se voient ainsi proposer un certain nombre de journées rémunérées dédiées pour mener cette activité (de 1 à 10 jours par an, parfois plus, selon les cas).

Le bénévolat de compétences

C’est une forme particulière de bénévolat. Avec le soutien financier ou matériel de l’entreprise, le salarié intervient bénévolement auprès d’associations pour transmettre ses compétences professionnelles ou personnelles le temps d’une mission.

Le bénévolat associatif individuel

C’est la forme la plus courante. Le bénévole met à disposition son temps à titre gracieux au profit d’une association, et ce, en dehors de son temps de travail. Dans ce cas de figure, l’entreprise peut jouer le rôle de facilitateur, puisque cet engagement relève, en France, de la sphère privée.

Notre approche en trois axes

À vos côtés, France Bénévolat vous apporte une expertise reconnue dans le domaine associatif pour vous aider à définir et mettre en œuvre votre projet. Notre démarche s’appuie sur trois axes : susciter le désir d’engagement, faciliter l’engagement et valoriser l’expérience acquise.

1. Susciter le désir d’engagement

L’un des principaux freins relève d’une méconnaissance des possibilités d’engagement. Aussi, France Bénévolat préconise de commencer par un temps de sensibilisation. Sous quelle forme ?

  • Conférences au sein de votre entreprise : Le but de ces sessions animées par nos formateurs agréés : faire découvrir la richesse de la vie associative et les multiples façons de s’y investir en tant que bénévole. Ces ateliers peuvent être intégrés à votre plan de formation. Une version dédiée aux managers de terrain est également envisageable.
     
  • Forum associatif : il s’agit ici de permettre à des associations partenaires de France Bénévolat de se présenter directement auprès de vos collaborateurs grâce à des stands dédiés dans les locaux de votre entreprise. Une occasion de proposer un panel de mission très large, avec niveau d’implication graduel.
     
  • Ateliers dédiés ciblant les futurs retraités : pour cette catégorie de salariés, le bénévolat s’inscrit dans un véritable projet de vie post-professionnel, phase de transition qui nécessite une approche adaptée.

Des actions spécifiques pour les salariés seniors

La génération du « baby-boom » arrive à l’âge de la retraite et déborde d’énergie ! Pour France Bénévolat, le rôle de l’employeur dans la préparation de cette nouvelle étape de la vie ne doit pas se limiter à une simple communication d’informations administratives (prestations de caisses de retraites, conseils en matière de santé…). Il s’agit également de donner aux collaborateurs proches du départ des outils pour définir un véritable « projet de vie » dans lequel l’action bénévole a toute sa place.

2. Faciliter l'engagement

Intermédiaire reconnu entre le monde associatif et les particuliers, France Bénévolat vous accompagne pour faire de votre entreprise un relais actif d’actions citoyennes et bénévoles.

Quelques exemples d’intervention :

  • mise en place de permanences France Bénévolat dans vos locaux, afin de rencontrer directement les salariés et les orienter en leur prodiguant des conseils personnalisés ;
  • intégration d’un moteur de recherche France Bénévolat sur votre propre intranet. Cet outil permet à vos collaborateurs de sélectionner eux-mêmes les missions qui correspondent à leurs aspirations, parmi un large choix d’offres remontées par nos partenaires associatifs.
  • accompagnement pour l’organisation d’événements solidaires. Par la mobilisation de son réseau, France Bénévolat vous aide à trouver les intervenants associatifs et les missions adéquates pour vos différents projets, à l’instar de l’opération « des Heures Solidaires » organisée par la Fondation RATP.

« LES HEURES SOLIDAIRES » : une opération innovante pour susciter l'engagement auprès des salariés de la RATP

Organiser un « Téléthon du bénévolat » au sein du groupe RATP, c’est le projet original imaginée par la fondation groupe RATP pour fêter ses 20 ans.

Le principe : chaque collaborateur était invité à faire une promesse de don exprimée non pas en euros, mais en temps personnel dédié à une association. 35 missions différentes au sein de 29 associations étaient proposées aux salariés qui ont répondu présents.

Au total, plus de 2 023 heures de bénévolat ont ainsi été collectées ! Pour offrir au personnel le choix le plus large possible, la Fondation a fait appel à France Bénévolat. Nous avons mobilisé notre réseau pour faire participer plus de 15 associations en complément de celles déjà soutenues par la Fondation. « Pendant presque trois semaines les salariés du Groupe ont été mis en contact avec une trentaine d’associations pour leur faire découvrir leurs missions et activités et offrir un peu de leur temps personnel pour des missions bénévoles. En mettant les salariés du groupe RATP au contact du tissu associatif, nous agissons comme un catalyseur en faveur de l’engagement bénévole », Eléonore Lacroix, Secrétaire générale de la Fondation groupe RATP.

3. Valoriser l'engagement de vos collaborateurs

Et pour vos collaborateurs, quel est l’intérêt de la démarche ?

Outre l’enrichissement sur le plan humain, le bénévolat associatif est aussi une occasion d’élargir leur expérience et l’action bénévole leur donne la capacité de prendre du recul par rapport aux objectifs professionnels. Côté employeur, différentes actions peuvent être menées pour valoriser cet engagement :

En communication interne les salariés bénévoles au sein d’une association peuvent témoigner des bénéfices de leur engagement via des vidéos, des articles sur l’Intranet… ou en intervenant lors d’ateliers de promotion du bénévolat.

En inscrivant les compétences acquises dans une association dans le plan de carrière du collaborateur. Cette pratique reste encore à développer dans les entreprises. A cette fin, France Bénévolat a conçu le Passeport Bénévole®, qui permet à son porteur de consigner toutes les actions menées dans le cadre d’un engagement associatif. Il atteste de l’expérience acquise et peut être utilisé comme pièce justificative complétant un dossier de VAE (validation des acquis de l’expérience). Son but, permettre de créer une passerelle entre l’expérience bénévole et le parcours professionnel en valorisant les compétences développées dans le cadre associatif. Disponible dans tous les points d’accueil France Bénévolat et auprès de certaines associations, il peut également être commandé par internet sur le site passeport-benevole.org

En savoir plus ?  Valoriser mon expérience  

L’expérience bénévole : ça compte !

Vous souhaitez en savoir plus sur l’accompagnement réalisé par France Bénévolat ?

Contact Florence Boittin, Responsable partenariat entreprises : f.boittin@francebenevolat.org

Les compétences et l'expérience de vos collaborateurs sont uniques…

Nous avons besoin de mentors et d’entreprises partenaires. L’un des axes de notre programme AIRE21® repose sur la mobilisation de mentors bénévoles. Leur rôle : aider les jeunes à progresser en leur apportant leur expérience, en étant à leur écoute et en les encourageant tout au long des projets associatifs dans lesquels ils s’engagent.

Un engagement de quelques heures suffit pourtant et se révèle très valorisant, pour les collaborateurs comme pour les entreprises dont les salariés s’impliquent.

Un engagement simple et fondamental pour les jeunes

  • Un rôle clé : tout au long de la démarche, ces hommes et ces femmes aident un jeune à formuler son projet, ils soutiennent ses initiatives, et l’encouragent dans les moments de doute. Le mentor lui fait profiter de son expérience professionnelle et lui transfert son savoir, son savoir-faire et aussi son savoir-être.
  • Une liberté d’investissement : être mentor d’un jeune du programme AIRE21®, c’est s’engager à un soutien pour qu’il se révèle via son projet. Cela ne requiert aucune compétence technique particulière. Le mentor est une oreille et un miroir : par des échanges, il permet au jeune de se rendre compte des compétences qu’il met en œuvre et d’en être fier. Pour opérer cette magie, il suffit parfois de quelques heures sur l’année. Au-delà de ce soutien, le mentor est pour le jeune une fenêtre réaliste sur le monde professionnel, souvent fantasmé, parfois craint.

En savoir plus

Negroni,You are Welcome with FranceWebSharing & MyNewsCenterNavigator,Eco-mitoyenneté de confort.Cookies et langage châtié.La neutralisation symbolique de la lutte des classes à l’intérieur des territoires partagés

Marx, au fil de ses correspondances avec Engels ou Lassalle, évoque à plusieurs reprises la suavité qui se dégage des relations formelles de politesse à Londres. Loin de lui, toutefois, la tentation d’y voir le corollaire d’un quelconque processus mutuel de reconnaissance : ne déplore-t-il pas parallèlement, dans le Manifeste, que le capitalisme « ait fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange » ? Cette suavité, en effet, s’exerce sur fond implicite de guerre civile permanente. L’usine anglaise du 19è siècle, faut-il le rappeler, fabrique le plus effroyable goulag de l’Histoire. Comment amortir au quotidien ce climat explosif d’inégalités, de paupérisation, d’exploitation, de violence objective ? Comment apprivoiser des situations de proximité spatiale fondamentalement tendues, voire haineuses ? En favorisant d’abord, par le biais d’une urbanisation pavillonnaire massive et uniforme, l’hégémonisme sociétal d’une formation centrale tampon. Puis en désamorçant à la marge, du geste et de la parole, les conflictualités latentes, au travers de manifestations codifiées d’attention, d’empathie, de respect de l’autre. You are welcome. Cookies et langage châtié. Eco-mitoyenneté de confort. Le meilleur exemple de ces simulacres de pacification étant fourni par l’affabilité des forces de police, en la personne débonnaire et désarmée du bobby. Mais l’extrême civilité routinière ne constitue pas la traduction d’une banalité du bien. Au contraire. La common decency, une fois traversées les galantes apparences, renvoie davantage à la stratégie des puissants qu’à la spontanéité des dominés. C’est un principe d’économie. De régulation de la coexistence. L’ordre bourgeois introduit dans l’expression des rapports sociaux. La neutralisation symbolique de la lutte des classes à l’intérieur des territoires partagés, publics ou domestiques. La mise en scène cauteleuse et indolore d’un modèle culturel au sein duquel se dilue la dimension orale de servitudes non volontaires. Cette ritualisation au rabais de la réciprocité dans les échanges interindividuels, qui conduit à confondre convivialité machinale et liens de fraternité effectifs, accomplit le projet de mystification unanimiste fomenté par les appareils idéologiques du pouvoir. Et elle ne colle à l’habitus populaire que sur le mode de la fiction, de la fétichisation, pour mieux araser son potentiel insurrectionnel. Tel se révèle l’envers du décor frais et idyllique planté par le prestidigitateur Orwell, avec sa baguette d’Harry Potter : de la comédie, de l’euphémisation, du détournement, du mécanique plaqué sur le vivant.

Quant aux preux pourfendeurs des énoncés libéraux-libertaires, Michéa et son fan-club, ce n’est pas par hasard qu’ils plébiscitent de façon si fervente la notion oiseuse et fallacieuse de décence ordinaire. Elle va concourir, croient-ils, sous le parrainage d’un écrivain idolâtré, et au-delà des défuntes dynamiques révolutionnaires, à renouer avec une approche métapolitique et opératoire du pays réel. Or, manque de chance, il s’agit d’un artefact. Tout juste offre-t-elle l’opportunité de reluquer la misère de l’intellectuel français petit-bourgeois, dans le déploiement de ses illusions lyriques – illustrées, au passage, par la ringardise étudiée de son look ou ses tee-shirts griffés CCCP. Un pleurnicheur incapable de résister aux vieux appâts théoriques de la solidarité organique, du groupe en fusion, du potlatch. Un grand benêt attendri, que son absence radicale de communication avec le « peuple » lui permet de l’intégrer dans les schémas les plus simplistes, de l’enfermer dans les projections les plus mièvres.

François de Negroni

Notes récentes

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu