Avertir le modérateur

10/01/2017

Avoir un Ami->-> A friend in need is a friend indeed, Majoritatea elitelor franceze, în particular cele mediatice, încă n-au înţeles raţiunile şi mizele acestor schimbări. Se cuvine să fim de o luciditate extremă în lunile care vin, deoarece schimbările

a-friend-in-need-is-a-friend-indeed

WASHINGTON, U.S. - Even as one of the most controversial post-election weeks draws to a close - America is still engaged in heated debate on the new revelations that the nation has come face to face with over the last few days. 

Except, in this debate, half of the panel is shocked and the other half seems to be blinded.   

U.S. President-elect Donald Trump for one, is trying his best to downplay the explosive U.S. intelligence report, that could have otherwise, through the hands of the American media, managed to outrage every citizen of the country. 

On Friday, U.S. intelligence released an unclassified report on the role of Russia in the U.S. election outcome shortly after briefing president-elect Donald Trump on its conclusions.

Since then, the explosive findings of the report have received lesser attention than Trump’s reactions to it. 

In its report, the intelligence agencies laid down their case for how and why Russia sought to influence the 2016 election, specifically aimed at helping the Republican nominee and discrediting his Democratic rival Hillary Clinton.

The report stated, “We assess Russian President Vladimir Putin ordered an influence campaign in 2016 aimed at the U.S. presidential election. Russia’s goals were to undermine public faith in the U.S. democratic process, denigrate Secretary Clinton, and harm her electability and potential presidency. We further assess Putin and the Russian Government developed a clear preference for President-elect Trump. We have high confidence in these judgments.”

It went on to add, “We also assess Putin and the Russian Government aspired to help President-elect Trump’s election chances when possible by discrediting Secretary Clinton and publicly contrasting her unfavourably to him. All three agencies agree with this judgment. CIA and FBI have high confidence in this judgment; NSA has moderate confidence.”

“When it appeared to Moscow that Secretary Clinton was likely to win the election, the Russian influence campaign began to focus more on undermining her future presidency,” the report read.

There was also mention of the personal motivation behind Putin's working toward preventing Clinton from becoming president.

"He has publicly blamed her since 2011 for inciting mass protests against his regime in late 2011 and early 2012, and... holds a grudge for comments he almost certainly saw as disparaging him," the report stated.

According to intelligence agencies, Russian military intelligence used intermediaries such as WikiLeaks, DCLeaks.com and the Guccifer 2.0 personal to release emails that it had acquired from the Democratic National Committee and top Democrats as part of the effort.

The report said the operation went for "targets associated with both major U.S. political parties."

The report assessed with "high confidence" that the GRU, Russia's military intelligence agency, had used those intermediaries to release “U.S. victim data obtained in cyber operations publicly and in exclusives to media outlets and relayed material to WikiLeaks."

It noted that Russia's state-sponsored news agency Russia Today (RT) "has actively collaborated with" WikiLeaks, which published the leaked documents and emails hacked from Democrats during the presidential campaign.

In addition, the report also revealed that “Moscow also saw the election of President-elect Trump as a way to achieve an international counterterrorism coalition against the Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL).” 

According to U.S intelligence, this was another motivating factor for the meddling by Russia.

In a strategic move immediately after the release of this document’s findings and to win over the initial outcry that was sure to follow - Trump vowed to get tough on the hacking, without directly addressing the Russian involvement.

He said, "Russia, China, other countries, outside groups and people are consistently trying to break through the cyber infrastructure of our governmental institutions, businesses and organisations, including the DNC.”

Carefully adding, “There was absolutely no effect on the outcome of the election including the fact that there was no tampering whatsoever with voting machines," Trump said.

He even pledged to form a task force to address cyber threats within 90 days of taking office.

Then, as the debate was kept alive on both traditional and social media, Trump said on Saturday, “Having a good relationship with Russia is a good thing, not a bad thing."

He added, “We have enough problems without yet another one.”

In a series of tweets, he even labelled those who think otherwise as “stupid people or fools.”

With the new cabinet to take charge and Trump all prepared to take office on January 20 - it remains to be seen if he will directly address the findings of the country’s intelligence agencies on Wednesday, in his first press conference since being elected as the 45th President of the United States.

Majoritatea elitelor franceze, în particular cele mediatice, încă n-au înţeles raţiunile şi mizele acestor schimbări. Se cuvine să fim de o luciditate extremă în lunile care vin, deoarece schimbările vor fi profunde şi brutale. În aparenţă, ideile conservatoare, revenirea la tradiţie, consolidarea naţiunilor şi a identităţilor vor fi ridicate în slăvi. Dar este bine să nu se uite că Sistemul este inamicul declarat al patriilor, al popoarelor şi al tradiţiilor.


Scopul lor este să ajungă la o dominaţie absolută asupra unei umanităţi dezrădăcinate, fără memorie şi la înrobirea acesteia prin controlul total asupra minţilor. Reţelele „sociale”, banii „digitali”, transhumanismul, omul bionic… iată câteva elemente din proiectul lor, iar eu unul nu consider că Brexit, Trump sau Fillon sunt de natură să împiedice acest dezastru anunţat.

Asta doar dacă Sfânta Rusie nu va continua să joace rolul „micului sat galez”, care încă mai rezistă şi va rezista întotdeauna în faţa invadatorilor… Cine ştie?

23/12/2016

FranceWebSharing & MyNewsCenterNavigator, Le Comité du patrimoine mondial, Bureau, Membres, Décisions, Sessions extraordinaires, Actualités....

Le Comité du patrimoine mondial

Le Comité du patrimoine mondial se réunit une fois par an et est composé de représentants de 21 Etats parties à la Convention élus par leur Assemblée générale. Lors de sa première session, le Comité a adopté son Règlement intérieur.

Le Comité est responsable de la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial, détermine l’utilisation du Fonds du patrimoine mondial et alloue l’assistance financière suite aux demandes des Etats parties. C’est à lui de décider si un site est accepté pour inscription sur la Liste du patrimoine mondial. Il examine les rapports sur l’état de conservation des sites inscrits et demande aux Etats parties de prendre des mesures lorsque les sites ne sont pas correctement gérés. Il décide également de l’inscription des sites sur la Liste du patrimoine mondial en péril et de leur retrait de cette liste.

Bureau du Comité du patrimoine mondial

Le Bureau est composé de sept Etats parties élus annuellement par le Comité : un président, cinq vice-présidents et un rapporteur. Le Bureau du Comité est chargé de coordonner les travaux du Comité et de fixer la date, l'heure et l'ordre du jour des séances. L'élection des nouveaux membres du Bureau aura lieu à la fin de la prochaine session du Comité du patrimoine mondial.

Président : M. Jacek Purchla (Pologne)
Rapporteur :
M. Muhammad Juma (République-Unie de Tanzanie)
Vice-présidents :
Angola, Koweït, Pérou, Portugal, République de Corée

Membres du Comité du patrimoine mondial

Selon la Convention du patrimoine mondial, le mandat d'un membre du Comité est pour une période de six ans, mais la plupart des Etats parties choisissent volontairement d'être membres du Comité pour une période de quatre ans, afin de donner aux autres Etats parties l'opportunité de faire partie du Comité. Tous les membres élus lors des deux dernières Assemblées générales (2009 et 2011) ont décidé de réduire volontairement leur mandat de six à quatre ans.

L'élection de nouveaux membres a lieu tous les deux ans lors de l'Assemblée générale des Etats parties à la Convention.

Le Comité se compose des 21 Etats parties suivants :

Angola, Azerbaïdjan, Burkina Faso, Croatie, Cuba, Finlande, Indonésie, Jamaïque, Kazakhstan, Koweït, Liban, Pérou, Philippines, Pologne, Portugal, République de Corée, République-Unie de Tanzanie, Tunisie, Turquie, Viet Nam, Zimbabwe

Sessions ordinaires du Comité du patrimoine mondial

41COM Kraków, Pologne (2017)
40COM Istanbul, Turquie (2016)
39COM Allemagne, Bonn (2015)
38COM Qatar, Doha (2014)
37COM Phnom Penh, Cambodge (2013)
36COM Saint-Pétersbourg, Fédération de Russie (2012)
35COM Paris, France (2011)
34COM Brasília, Brésil (2010)
33COM Séville, Espagne (2009)
32COM Québec, Canada (2008)
31COM Christchurh, Nouvelle Zélande (2007)
30COM Vilnius, Lituanie (2006)
29COM Durban, Afrique du Sud (2005)
28COM Suzhou, Chine (2004)
27COM Paris, France (2003)
26COM Budapest, Hongrie (2002)
25COM Helsinki, Finlande (2001)
24COM Cairns, Australie (2000)
23COM Marrakesh, Maroc (1999)
22COM Kyoto, Japon (1998)
21COM Naples, Italie (1997)
20COM Mérida, Mexique (1996)
19COM Berlin, Allemagne (1995)
18COM Phuket, Thaïland (1994)
17COM Cartagene, Colombie (1993)
16COM Santa Fe, USA (1992)
15COM Carthage, Tunisie (1991)
14COM Banff, Canada (1990)
13COM Paris, France (1989)
12COM Brasilia, Brésil (1988)
11COM Paris, France (1987)
10COM Paris, France (1986)
09COM Paris, France (1985)
08COM Buenos Aires, Argentine (1984)
07COM Florence, Italie (1983)
06COM Paris, France (1982)
05COM Sydney, Australie (1981)
04COM Paris, France (1980)
03COM Louxor, Egypte (1979)
02COM Washington, USA (1978)
01COM Paris, France (1977)

Sessions extraordinaires

11EXTCOM Paris, France (2015)
10EXTCOM Paris, France (2011)
9EXTCOM Paris, France (2010)
08EXTCOM Paris, France (2007)
07EXTCOM Paris, France (2004)
06EXTCOM Paris, France (2003)
05EXTCOM Paris, France (2001)
04EXTCOM Paris, France (1999)
03EXTCOM Paris, France (1999)
02EXTCOM Paris, France (1997)
01EXTCOM Paris, France (1981)

Bureau

29BUR Durban, Afrique du Sud (2005)
27BUR Paris, France (2003)
26BUR Paris, France (2002)
25EXTBUR Helsinki, Finlande (2001)
25BUR Paris, France (2001)
24EXTBUR Cairns, Australie (2000)
24BUR Paris, France (2000)
23EXTBUR Marrakesh, Maroc (1999)
23BUR Paris, France (1999)
22EXTBUR Kyoto, Japon (1998)
22BUR Paris, France (1998)
21EXTBUR Naples, Italie (1997)
21BUR Paris, France (1997)
20EXTBUR Mérida, Mexique (1996)
20BUR Paris, France (1996)
19EXTBUR Berlin, Allemagne (1995)
19BUR Paris, France (1995)
18EXTBUR Paris, France (1994)
18BUR Paris, France (1994)
17EXTBUR Paris, France (1993)
17BUR Paris, France (1993)
16BUR Paris, France (1992)
15BUR Paris, France (1991)
14BUR Paris, France (1990)
13BUR Paris, France (1989)
12BUR Paris, France (1988)
11BUR Paris, France (1987)
10BUR Paris, France (1986)
09BUR Paris, France (1985)
08BUR Paris, France (1984)
07BUR Paris, France (1983)
06BUR Paris, France (1982)
05BUR Paris, France (1981)
04BUR Paris, France (1980)
03BUR Caire, Egypte (1979)
02BUR Paris, France (1979)
01BUR UNESCO, Paris, France (1978)

40e session
du Comité du patrimoine mondial

Istanbul, Turquie, 10-20 juillet
Siège de l’UNESCO, 24-26 octobre 2016

Règlement intérieur: historique

Il a été institué en vertu de la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel que la Conférence générale de l'UNESCO a adoptée à sa 17ème session, le 16 novembre 1972. Le Règlement intérieur a été révisé par le Comité du patrimoine mondial à sa 39ème session (Bonn, 2015). Le Règlement intérieur est périodiquement révisé pour refléter les décisions du Comité du patrimoine mondial.

 Anglais  Français

26/11/2016

FranceWebAsso, “Demain nous bâtiront un réseau digital et interactif constituant un miroir numérique du monde réel“

Le plaisir de la technologie...

Ne me regardez pas ! Regardez avec moi ! bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,sruelectronics,francewebasso,rstefandefrance,articles,agregator,stefanraducanublogueur

bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,sruelectronics,francewebasso,rstefandefrance,articles,agregator,stefanraducanublogueurPourquoi FranceWeb

Ce que doit chercher à provoquer l’ingénieur, c’est l’enchantement. C’est ça qui me fait vibrer.

Ingénieur électronicien, 30 ans d'expérience dans l'industrie électronique, 4 brevets, expert de la dynamique HCI ( Human Computer Interaction )

L'homme qui voulait devenir un géant du Web,

"seigneur de l'information".

Un homme produit: MyNewsCenterNavigator.

Prospective Quand les chatbots dirigeront la smart city

Une couche de big data, une couche d’intelligence artificielle et une voix suave : les services vocaux interactifs répondront bientôt à toutes les requêtes des usagers. Une source d’économie et d’efficacité pour les villes. Jusqu’à quel point ?

Vous connaissez Siri, la voix d’Apple qui répond à toutes vos questions. Siri est un chatbot (“agent conversationnel”), une interface d’intelligence artificielle qui rend la technologie quasi “invisible” derrière une conversation avec un interlocuteur. L’essor de ce type de service, dont certains prédisent qu’il signera la mort des applications mobile, est exponentiel : il devrait être multiplié par 15 d’ici 2023. Les entreprises ont vite intégré ce nouvel outil dans leur stratégie marketing. Mais un autre acteur mise dessus pour faire sa révolution : la ville connectée.

“Le temps de la paperasse et des formulaires en ligne est révolu”

Dans le district d’Enfield, au nord de Londres, c’est une charmante Amelia qui oriente les 24 000 habitants dans le dédale des services municipaux. Amelia n’est pas une employée de la mairie : c’ est un robot doté d’une intelligence artificielle et d’une voix humaine. Les résidents de Kongsvinger en Norvège, peuvent questionner Mia sur le nombre de places en crèche ou les spécialités des hôpitaux. Dans la même idée, l’application “Buddy Krefeld”, qui a remporté en septembre 2016 le hackathon de la région Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne) oriente les habitants sur les questions administratives, par exemple quel formulaire remplir pour quel service. A Singapour, le gouvernement s’est allié à Microsoft pour une plateforme de services vocaux intelligents. “Le temps de la paperasse et des formulaires en ligne est révolu”, s’enthousiasme Vivian Balakrishnan, le ministre en charge de la Smart Nation Initiative.

Plus astucieux encore. Dans le Vermont, le compte Twitter automatisé Dirty Water VT détecte les fuites ou les contaminations sur le réseau d’eau potable et avertit les habitants. Le compte PermitBot, à Chicago, publie lui les permis de construire ou de démolition en direct, avec un lien vers une page contenant tous les détails : montant, adresse, plan, promoteur, impacts possibles sur le paysage urbain, etc.

Plus rapide pour les usagers, plus économique pour les communes

En France aussi, les municipalités sont tentées. “Paris et Rouen nous ont déjà contactées”, assure Thomas Sabatier, le fondateur de The ChatBotFactory. Sa startup développe des services de conversation intelligente pour les entreprises et collectivités. Elle lancera bientôt un service gratuit de géolocalisation de bornes de recharge électrique et planche sur de nouveaux sujets, comme un agenda culturel qui proposera des idées de sorties selon vos goûts.

“Entre 40 et 60% des requêtes des utilisateurs ne nécessitent aucun raisonnement, comme trouver l’horaire d’ouverture d’une piscine ou l’adresse d’une déchèterie”. Des tâches pour lesquelles le robot est parfaitement adapté. C’est bien plus pratique que d’aller fouiller dans les centaines de pages d’un site web, assure Thomas Sabatier. En plus, le service est disponible 24 heures sur 24, là où les horaires des administrations sont parfois limités. Dans certaines communes rurales, la mairie n’est ouverte que quelques heures par semaine !

Gagnant pour les usagers et gagnant pour les mairies, alors que le personnel représente 40% des dépenses des communes en 2016 (+80% en 20 ans). “Les employés auront plus de temps pour s’occuper des questions complexes”, explique Thomas Sabatier. Encore faudra-t-il qu’ils soient formés pour cela… En tous cas, 56% des Français considèrent déjà les chatbots comme un outil qui simplifiera leur vie à l’avenir, selon une récente étude Do You Dream Up.

Diriger un pays tout entier

Avant de conquérir l’ensemble des municipalités, restent quelques problèmes à régler. La pertinence des réponses laisse parfois à désirer et la fameuse affaire du Bot raciste de Microsoft montre que l’apprentissage de la machine doit être manié avec précaution. On imagine mal un agent municipal, même virtuel, se montrer grossier ou proférer des injures ou des blagues douteuses. Les chatbots ne comprennent pas les forts accents et ont du mal avec l’humour ou les expressions imagées. La qualité de la réponse dépend également de sa base de données associée. Avec ce système, une mise à jour en temps réel est indispensable sous peine de délivrer des informations erronées.

La technologie est encore jeune mais dans 2 ou 3 ans les bots seront capables de répondre à des requêtes beaucoup plus élaborées” 

Thomas Sabatier

D’autres ont d’ailleurs des vues bien plus vastes. “On n’invente pas des bots pour commander des pizzas”, s’énerve Gabriel Leydon, un entrepreneur de la Silicon Valley à la tête de RTplatform. Lui ambitionne d’inventer des chatbots “pour diriger un pays tout entier”, et vise tous les domaines, des transports à l’énergie en passant par la santé. Sa technologie est capable de répondre à des centaines de millions de requêtes par seconde, prétend Leydon. Infiniment plus que les échanges boursiers par exemple. Il imagine donc une sorte de chatbot prenant lui-même ses décisions en fonction de ce que lui disent les utilisateurs et de sa base de données. Lors d’une visite officielle, le système décidera par exemple de fermer tous les parkings et les rues à proximité, détaille-t-il.

Demain nous bâtiront un réseau digital et interactif constituant un miroir numérique du monde réel

Gabriel Leydon

Ce jour-là, les 36 000 maires de France pourront songer à leur retraite.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu