Avertir le modérateur

26/05/2019

Souveraineté numérique et conquête du monde immatériel.. Les entreprises n’avaient pas suivi De Gaulle..La première urgence est donc de mettre le monde de l’entreprise devant ses responsabilités sur cette question.Ce n’est pas un hasard si la Chine a ...

Résumé de l’intervention de Christian Harbulot, datée du  23 mai 2019 devant la Commission d’enquête sur la souveraineté numérique au Sénat.

Souveraineté numérique et conquête du monde immatériel

Il est difficile de parler de souveraineté numérique sans parler du monde immatériel dans lequel elle s’inscrit. La naissance du monde immatériel est attribuée aux Etats-Unis d’Amérique. Son développement correspond aux enjeux militaires et technologiques de ce pays. Il est donc difficile d’aborder cette problématique sans l’associer à la réalité des rapports de force entre puissances.

Comme le fut jadis le cas jadis pour monde matériel, le monde immatériel est un monde à conquérir. La suprématie technologique permet de créer des situations de dépendance durable. Elle favorise les pays qui mettent en œuvre une politique de puissance. Il est impossible de parler de souveraineté sans traiter la question de la recherche de suprématie et le refus de la dépendance dans les rapports de force entre puissances.

Les enjeux pour l’entreprise

Dans le passé, la France a rencontré un problème important à propos de l’informatique : l’incapacité de finaliser une politique de puissance dans le domaine de l’industrie informatique. Les entreprises n’avaient pas suivi De Gaulle. Les plus importantes se focalisèrent sur leurs intérêts en termes marché. Elles ne se reconnurent pas dans la nécessité d’appuyer une politique de recherche de puissance. Aujourd’hui nous sommes dans un cas de figure assez similaire. La grande majorité des entreprises françaises ont bien du mal à identifier leurs intérêts dans la construction d’une politique de souveraineté dans l’économie numérique. Et encore moins dans une politique de puissance si un pouvoir politique décidait de se lancer dans cette voie. Leur constat est simple : il est trop tard.

Les remontées d’information par le biais de l’intelligence économique soulignent que les entreprises françaises acceptent de dépendre des technologies américaines et bientôt chinoises. Après l’affaire Snowden, j’ai participé à un colloque français de RSSI qui me rapportèrent l’anecdote suivante. Plusieurs comités exécutifs annulèrent des dispositions prises avant l’affaire Snowden dans le domaine de l’externalisation de certaines activités dans le domaine des systèmes d’information de peur qu’un incident majeur leur fasse perdre la face à posteriori. Ces décideurs n’avaient tenu aucun compte des rapports de force entre puissances et des risques qu’ils prenaient en niant leur réalité dans leurs secteurs d’activités.

La première urgence est donc de mettre le monde de l’entreprise devant ses responsabilités sur cette question. Tant qu’il n’y aura pas une convergence de vues entre le pouvoir politique, les représentants de l’administration et les acteurs du secteur privé sur la manière de concevoir une politique d’accroissement de puissance dans l’économie numérique, le débat se figera sur les plus petits dénominateurs communs d’une politique de souveraineté. Autrement dit, je suis désolé de le dire ainsi, mais il ne dépassera pas le stade de la surveillance des mauvaises pratiques et de leurs éventuelles sanctions.

Les aspects stratégiques de la conquête du monde immatériel ne relèvent pas des autorités de contrôle. Dans ses effets majeurs, la politique de conquête s’articule avec une politique de puissance. Rappelons-nous dans le cas des Etats-Unis : à l’origine, ce qui allait devenir ensuite Internet est né d’un besoin de survie informationnelle en cas de confrontation nucléaire. Les GAFAM sont l’expression économique privée d’une volonté de détenir une suprématie dans les activités marchandes de l’économie numérique. Ce n’est pas un hasard si la Chine a refusé de dépendre des GAFAM et a construit les siens.

La seconde urgence est d’évaluer le coût d’une situation de dépendance : la France et l’Union Européenne sont globalement dépendantes des technologies numériques américaines. Cette situation est-elle souhaitable à moyen et long terme ? La manière dont est abordée la question du stockage de données révèle les différences de grille de lecture de la souveraineté selon que l’on se situe dans le monde occidental, en Chine ou en Russie. Pour les entreprises des pays dépendants, la localisation du stockage dans une recherche de souveraineté est marginalement pris en compte. Pour les entreprises chinoises, russes, et demain indiennes, elles devront s’aligner ou prendre fortement en compte le refus de la dépendance exprimée par leurs autorités politiques.

La troisième urgence est la prise en considération de l’enjeu majeur de l’usage commercial des données. Il ne faut pas se contenter d’analyser le problème sous l’angle de la protection des données personnelles.  Véritable or noir du monde immatériel, l’accès aux donnée (ou le data) est le point d’entrée de la conquête des marchés du monde immatériel. L’analyse du fonctionnement des GAFAM en est la démonstration la plus didactique. Cette réalité était déjà perceptible avant l’explosion de la bulle Internet au début de ce siècle. Une start-up américaine (de WEB TV si ma mémoire est bonne) présentait son plan marketing en expliquant que plus elle collecterait d’informations sur ses clients, mieux elle pourrait répondre aux attentes de ses clients mais aussi les orienter vers d’autres choix. La législation américaine permet ce genre de démarche. A contrario, un groupe français perd aujourd’hui 15% de son chiffre d’affaires parce que la CNIL lui interdit de conserver la mémoire du compte bancaire de ses clients. Son concurrent le plus important, américain, est basé au Luxembourg et n’est pas soumis à la même contrainte.

Résumé de l’intervention de Christian Harbulot, datée du  23 mai 2019 devant la Commission d’enquête sur la souveraineté numérique au Sénat.

06/05/2019

Penser la dissidence aujourd'hui avec don Quichotte et Sancho Panza.Si c'est en réalité l'heure à la quelle je lève ma lampe,ce n'est pas ma flamme qui y brûlera! Et les anciens de la cité s'avancerent et dirent:Ne vous éloignez pas de nous déja!L'Olivier

 

FranceWebAsso,RESEAU de l'apprendre>2 maini.jpgModèle

 "The secret of the success"

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

FranceWebAsso,RESEAU de l'apprendre>>Tous Président avec FranceWebAsso21> C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous ! Paradox>SocSav21"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi">Un groupe,des 4> Modèle d'un monde auquel chacun souhaite appartenir

C'est notre capital !

FranceWeb en un clic de souris,

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

Bienvenue sur FranceWeb

Tout le monde peut participer, et chaque amélioration est utile.
Merci d'aider le monde à découvrir de nouvelles choses !

Si c'est en réalité l'heure à laquelle je lève ma lampe, ce n'est pas ma flamme qui y brûlera.

Vous n'êtes , parmi nous, ni un étranger ni un hôte, mais notre fils et notre très aimé. Que nos yeux ne soient pas déjà privés de votre visage. Ne laissez pas les vagues de la mer nous séparer désormais  et les années que vous avez passées avec nous devenir un souvenir. Vous avez marché parmi nous comme un esprit et votre ombre a été lumière sur nos visages. Profonde est votre attente du pays de vos souvenirset de la demeurede vos plus grands désirs; et notre amour ne voudrait pas vous attacher, ni vos besoin vous retenir. Pourtant avant que vous ne nous quittiez, nous souhaitons que vous nous parliez et nous donniez de votre vérité.

Et nous la donnerons à nos enfants, et eux mêmes à leurs enfants et elle ne périra point. Dans votre solitude vous avez veillé avec nos jours et dans votre veille vous avez écouté les pleurs et les rires dans notre sommeil. Maintenant, révélez-nous donc à nous-mêmes et dites-nous tout ce qui vous a été découvert de cela qui est entre la naissance et la mort.

0GR3TXHD_400x400SR.jpgGroupe d'intérêts.jpgSociété du savoir.png

 

En dix ans, radios et télévisions ont élargi le champ de ce spectacle aussi insolite qu’insensé: remplir le vide avec du néant.

En 2005, et pendant trois ans, je me suis retrouvé parmi les Grandes Gueules de RMC. Entouré d’hommes et de femmes que je n’aurais jamais côtoyé dans ma vie quotidienne, et que les animateurs de la chaîne avaient rassemblé pour commenter l’actualité, ou l’idée qu’une radio populiste se fait de l’actualité. Lobbyistes vinicoles, spécialistes autoproclamés de la Sécurité biberonnés au sarkozysme, syndicalistes à trois bandes, se relayaient au micro, trois par trois, avec pour seule mission d’avoir un avis sur tout, et surtout un avis....

Chaque matin, les sujets du jour étaient arrêtés, après une rapide lecture de la presse, essentiellement Le Parisien. Lors d’un briefing de départ, les règles du jeu nous avaient été expliquées: on n’était pas dans un salon, mais au comptoir du bar des amis. Il n’était pas nécessaire de laisser un chroniqueur terminer une prise de parole, une démonstration. Il était recommandé de lui couper la parole, à l’unique condition de faire un bon mot ou de le ridiculiser. Une vacherie bien sentie aurait toujours plus de poids qu’un appel à la raison. Chacun se pliait à ce jeu du cirque pour des raisons différentes: certains y voyaient le moyen de maintenir une visibilité en berne, d’autres se rêvaient des carrières politiques, d’autres enfin jouissaient de cette présence médiatique.

Après avoir refusé une première sollicitation, j’avais accepté la seconde lors de la mise en place de la réforme du médecin traitant, ce coup de passe-passe piloté par deux anciens assureurs d’AXA, Frédéric Von Roekeghem ( placé à la direction de la Caisse Nationale d’Assurance-Maladie par Jacques Chirac), et Xavier Bertrand ( qui tirait les ficelles derrière un Philippe Douste-Blazy flanqué en tête de gondole pour donner l’impression que cette déconstruction méthodique de la Sécu, débutant par la mise à mort de la médecine générale, résultait d’une réflexion en Santé). Face au rouleau-compresseur que constituaient les équipes de communication du Ministère et de la Sécu new-look, le tout relayé par les économistes du think-tank « indépendant » de l’Institut Montaigne ( financé par le patron d’AXA, Claude Bébéar), j’avais accepté afin de pouvoir, de temps en temps, porter le fer sur des sujets touchant à la médecine et à la protection sociale.

Christian LEHMANN Médecin généraliste depuis 35 ans, romancier, Christian Lehmann est notamment l’auteur du best-seller No Pasaran Le jeu ( Ecole des Loisirs) , de la Folie Kennaway (Rivages Noir), Une éducation anglaise (L'Olivier) et Patients si vous saviez (Robert Laffont) ainsi que Les Fossoyeurs...notre santé les intéresse ( Privé-Michel Lafon). Il fut en 2007 l'un des initiateurs de l'appel contre les franchises sur les soins, et avait dénoncé dès 2004 la destruction d'un système de santé solidaire au profit des assurances et des "mutuelles" solidaires ( mot valise de la gauche PS). En 2019, il publie en format de poche à l'Ecole des Loisirs "No Pasaran, Endgame", la conclusion de la trilogie, et travaille sur un projet de série plein de bruit, de fureur, mais pas que. Il raconte pas mal de conneries sur Twitter @LehmannDrC Beaucoup moins sur Facebook parce que bon, Facebook

Serge ULESKI

Le vrai visage de notre République, cette gueule cassée, borgne, énuclée de ses classes populaires et du souci d'une justice sociale pour tous

L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche ou L'Ingénieux Noble Don Quichotte de la Manche (titre original en espagnol El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha) est un roman écrit par Miguel de Cervantes et publié à Madrid en deux parties, en 1605 et 1615.

           Don Quichotte et Sancho Panza... mais... qui est l’un, et où est l’autre ?

  Certes, pour être brutal, le don Quichotte de Cervantès est bel et bien un mythomane paranoïaque, et son compagnon d'infortune, Sancho Panza, son          «médecin», sa tentative de cure ; Sancho est celui qui, compassionnel et patient, tentera, sans relâche, à chacune des hallucinations de son Maître, de le ramener à la raison : celle de la réalité de ce qui est, de ce qui existe contre tout ce qui n’est pas et qui n'est que le fruit d’un cerveau malade, celui de don Quichotte en l’occurrence.

                   Disons-le sans tarder : ce qui fait que ces deux figures de la littérature mondiale sont attachantes et parfois même émouvantes, c’est leur bonne foi totale, leur honnêteté à tous les deux. Ce qui fait que nous lecteurs, nous ne pouvons pas nous empêcher de les aimer c’est l’absence de vice et d’arrière-pensée chez ces deux personnages car aucun d’eux n’est manipulateur ou menteur ; aucun d’eux ne manipule l’autre ni ne lui ment : respect, commisération, efforts redoublés, l’un tentant de sauver l’autre… et l’autre d’instruire l’un sur un idéal existentiel : l’esprit de chevalerie.

Mais alors…

Dans cette perspective-là, - un don Quichotte paranoïaque et un Sancho Panza « médecin », et si les don Quichotte d’aujourd’hui, loin d’être attachants, ne faisaient plus sourire personne ? Car enfin, ne serions-nous pas tentés de les juger plutôt détestables tous ces négateurs d’une réalité délibérément travestie dans le but de servir non pas un esprit chevaleresque  - noblesse, courage et générosité -, mais une idéologie, une seule, celle de la domination : la protection des intérêts de la classe dominante, ou plus exactement l’hyper-classe, oligarchie mondiale aux intérêts mondiaux ?

Car ne nous y trompons pas : nous ne sommes plus en présente d’un don Quichotte paranoïaque mais bien plutôt d’un don Quichotte machiavélique : un stratège politique hors pair.

Aussi, force est de réaliser que seuls les Sancho Panza d’aujourd’hui sont encore dignes de considération. Certes, ils ne sont plus « médecins curateurs » mais activistes lanceurs d’alertes ; et s’ils ont perdu leur jovialité, leur truculence… c’est qu’aujourd’hui, les enjeux sont d’un tout autre ordre : il n’est plus question de ramener à la raison un Don Quichotte égaré et agité, tendre et pacifique, fou à lier mais dont la folie n’est un danger pour personne excepté pour lui-même ; il s’agit bien plutôt de dénoncer et de tenter de contenir l’expansionnisme d’un Don Quichotte pour lequel le pouvoir c’est la domination et la fin…tous les moyens : manipulations , corruption, intimidations, assassinats, guerres ; un imprécateur de premier ordre.

             Dans une autre perspective maintenant, la plus courante, même si erronée, à savoir… un don Quichotte homme des causes perdues qui se bat contre des moulins à vent alors que l’ennemi, le vrai, est ailleurs mais inaccessible - comme hors de portée -, un don Quichotte non paranoïaque donc... curieusement, il se pourrait bien que la réalité soit aujourd’hui incarnée par ce don Quichotte-là et la fiction, ou plus exactement dans le contexte qui est le nôtre, la falsification des faits aux fins de domination, le soit par un Sancho Panza qui n’aurait alors qu’un souci : faire passer notre don Quichotte pour un mythomane paranoïaque aujourd’hui calomnié en tant que "complotiste" et décrié par toute une classe politico-économico-médiatique au service de la domination.

Et la dissymétrie entre ces deux personnages est telle que le combat est loin d’être gagné. Toujours dans cette perspective d’un don Quichotte non paranoïaque, force est de constater que dans les faits, pour ce don Quichotte-là, chaque jour est une défaite : don Quichotte homme des causes perdues s’effondra vaincu et mourra sans doute épuisé dans un combat pour la vérité d’une réalité de plus en plus évanescente… et Sancho Panza, l’homme de la mystification délibérée triomphera.

          Pour revenir à Cervantès et à son don Quichotte négateur du réel, il semblerait que la situation se soit aujourd'hui inversée : dans le contexte d’une mondialisation liberticide, sans honneur et sans justice, c'est bel et bien le défenseur de la fausse-réalité, celle de la société du spectacle à une échelle maintenant mondiale, qui a triomphé : Don Quichotte donc, celui qui dit ce qui n’est pas ; et Sancho Panza, le soi-disant complotiste non pas négateur mais pourfendeur de cette fausse réalité, a sans doute déjà perdu même si en ces temps de confusion et de faux-semblants, les puissants avançant masqués, il se pourrait bien que tout le monde soit le don Quichotte de l’un et le Sancho Panza de l’autre car tout est fait pour entretenir une telle confusion qui ne sert qu’un seul intérêt…

Devinez lequel !

Serge ULESKI chez AMAZON : romans, essais, aphorismes, théâtre

29/04/2019

Créateur des espaces de travail collaboratif , assurant la communication des exposants et partenaires, FranceWeb illustre la volonté du Réseau. Batisseurs du Web>FranceWeb c'est à Vous !>Communication, Exposants, Partenaires, Produire de l’intelligence

[Nouvel article] Êtes-vous sérieux à propos de l’Empowerment de vos collaborateurs?

Nouvel article sur Philippe Silberzahn

Êtes-vous sérieux à propos de l’Empowerment de vos collaborateurs?

par Philippe Silberzahn

Parmi les nombreux remèdes proposés au désengagement des collaborateurs et au blocage des programmes de transformation, l’empowerment (ou subsidiarité en français) figure en bonne place. Il s'agit de donner plus de pouvoir aux collaborateurs, et surtout au management, dans l'idée qu'un problème se règle plus facilement au niveau où il prend sa source qu'aux niveaux […]

Lire la suite

Commentaire    Voir tous les commentaires

Résilier l'abonnement pour ne plus recevoir d'articles de Philippe Silberzahn.
Modifiez vos préférences d’envoi sous Gestion des abonnements.

Problème de clic? Copiez et collez cette URL dans votre navigateur:
http://philippesilberzahn.com/2019/04/29/etes-vous-serieu...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu