Avertir le modérateur

25/04/2018

FUKUS>La boîte de Pandore.>J'imagine toutes les contorsions intellectuelles qui ont lieu en ce moment dans les rédactions pour ne pas commenter négativement l'échec de Macron et la victoire de Trump !

FranceWebSharing @PoissySmartCity ->Learn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect, Anywhere, Anytime, Any device, the people..by the people, everything>Macron-Trump, les sujets qui fâchent, Macron en héraut des intérêts de l'Union européenne,

Webmaker, Capture, collect, and share with your friends->NewsCenter for everyone->Connect the things you love.

IMG_20170806_172438.jpg1agld1r.gifPut the World's News at your fingertips 24 hours a day. Get ahead of the world's emerging stories,All global sources in one app!

Dispatch.jpg

web pages,newspapers,arts,articles,newsgroups,blogs,briefing,business,culture,economiy,entrepreneurs,education,finance,ideas,health,markets,leadership,life,living,multimedia,opinion,sports,technology,tech,world,wheather,politics,public databases,mailing lists and more...

 

 

Your instant Connection to Local, Regional, National and World News 1 clic

''MyNewsCenterNavigator''

One destination used by 5 millions of people.

 All global sources in one app!  Newspapers, Radio, Tv, in local, regional, national , international . A quick way to browse and read Global News.

 LOCAL -  REGIONAL -  NATIONAL -  INTERNATIONAL

 WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH, MARKETS, LEADERSHIP, LIFE, LIVING, MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS, TECHNOLOGY, TECH, WORLD, WHEATHER,  POLITICS,  PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

Delivers what You need

Capture, collect, and share with your friends.

NewsCenter for everyone

Connect the things you love

 Contact : Stefan Raducanu : +33 (0)1 39 65 50 34   +33 (0)6 85 36 20 75

Connect the things you love.

MyArchive21century, a unique service that allows you to create customized, data-driven industry reports by enabling the purchase of the exact information you need, stretching your budget and broadening your perspective.

WE DEVELPOPED A COMPLET RANGE OF RELIABLE SOLUTIONS AND SERVICES

BECAUSE YOU NEED QUALITY AND DURABILITY

At the core of performance

Participative Transformation

sharing information, knowledge, risks and profits

Imagine all the people sharing all the world,

« Les États-Unis sont un pays unique, exceptionnel. La Russie est unique mais pas exceptionnelle. » [vii]

Il convenait ainsi que la politique de changement de régime par d'autres pays que les États-Unis est inacceptable.

Que les autres pays du monde y compris les alliés des États-Unis se le tiennent pour dit : ils ne sont pas considérés comme leurs égaux.

Cette vision exceptionnaliste est profondément ancrée dans l'esprit des dirigeants étasuniens et de la majorité de la population.

Les États-Unis sont convaincus qu'ils ont un rôle quasi messianique à jouer et qu'ils ont pour mission de d'étendre leur modèle au reste du monde.

Il n'y a pas de cynisme dans cette croyance, ils pensent sincèrement que leurs valeurs sont universelles et apportent la prospérité et le bonheur.

L'hégémonie étasunienne repose sur trois piliers : l'ordre libéral mondial, les Forces armées et le dollar.

Ces trois piliers sont non seulement remis en cause par les puissances émergentes mais ils sont aussi ébranlés de l'intérieur par des votes populaires dans le monde occidental et jusqu'au cœur de l'Empire avec l'élection de Donald Trump.

La stratégie actuelle des États-Unis est assez confuse avec une élite politique qui voit un moyen de renforcer la domination des États-Unis dans le libéralisme mondialisé et le président Trump qui a été élu par des électeurs victimes de cette même mondialisation. Sa promesse électorale de s'occuper d'abord des Américains est battue en brèche par l'opposition démocrate et par le justice qui freinent les décisions du président.

Quelle est la vision stratégique de la Russie ?

La Russie se considère comme l'héritière spirituelle de Constantinople et de Rome, deux empires chrétiens qui sont tombés sous les coups des Ottomans et des barbares.

En 1523 -1524, le moine Philothée dans des lettres adressées au Grand Prince de Moscovie qualifia Moscou de Troisième Rome et héritière de la défense de la chrétienté orthodoxe.

La Russie développe un modèle politique indépendant qui s'écarte du capitalisme ultralibéral tel qu'il se développe en Occident. Elle entend que l’État puisse réguler l'économie et qu'il garde le contrôle des secteurs stratégiques. Elle a l'immense avantage de pouvoir compter pour cela sur d'énormes réserves minières et d'hydrocarbures qui lui assurent de substantiels revenus.

La Russie est un État laïc mais elle s'appuie à nouveau sur le patriarcat pour étendre son influence et pour définir une ligne de morale sociétale en harmonie avec les traditions laïques et religieuses.

La Russie s'écarte ici aussi de la ligne occidentale plus matérialiste et plus libertarienne.

Le retour de la Russie comme puissance concurrente a complètement déstabilisé l'Occident otanisé. La seule parade qui fut trouvée, c'est de sanctionner la Russie pour que son modèle économique échoue mais cela ne fait que davantage la convaincre d'encore plus s'éloigner des institutions internationales contrôlées par les États-Unis et leurs alliés et de finalement devoir renoncer (à contrecœur) à l'utilisation du dollar.

Cette volonté peut être résumée par cette déclaration de Mike Pompéo devant le Congrès : « Nous devons nous assurer que Vladimir Poutine ne réussisse pas. » Il s'agit clairement d'une attaque contre l'économie de la Russie et tout observateur un tant soit peu informé sait qu'il y aura une réplique.

La stratégie russe est avant tout défensive et sa sécurité repose sur la MAD. [viii] La défense de ses alliés historiques fait maintenant aussi partie de sa stratégie ainsi que la garantie de ne plus voir les bases de l'OTAN s'approcher davantage de ses frontières.

La Russie se rapproche de partis européens qui adoptent la même ligne politique nationaliste. [ix] Cela est considéré par les Occidentaux comme de l'ingérence parce qu'ils veulent à tout prix étouffer toute doctrine qui mettrait le libéralisme mondialisé en cause.

La Russie a maintenant une vision stratégique claire qui est incarnée par Vladimir Poutine et que les médias mainstream s'obstinent à ne pas prendre en compte.

La boîte de Pandore.

Pandore ouvrit une boîte que Zeus lui avait confiée en lui interdisant de l'ouvrir. Pandore l'ouvrit quand-même par curiosité et tous les maux de l'humanité en sortirent avant que Pandore ne puisse la refermer.

En provoquant des précédents comme le soutien de l'Occident otanisé à des terroristes, en montant ou en avalisant de fausses attaques chimiques et en intervenant militairement de façon illégale, les FUKUS ont une fois de plus ouvert une boîte de Pandore. [x]

Cela permettrait un jour à la Russie ou à d'autres pays d'employer les mêmes arguments pour intervenir dans leur étranger proche si elles estimaient que leur sécurité est menacée.

Conclusion.

On ne peut pas comprendre les stratégies étasunienne et russe si on fait abstraction de leurs visions du monde.

Cet article a pour objet d'essayer de donner une clef de compréhension aux lecteurs pour qu'ils ne se place pas que d'un point de vue.

Personne ne sait si les lignes rouges des deux camps ne se toucheront pas un jour et quelles en seront les conséquences. Je pense qu'il est urgent de nouer un dialogue parce que le risque de conflit est réel et il peut avoir des conséquences catastrophiques pour l'humanité.

En attendant, on peut dire que ni l'Occident ni la Russie ne tire un quelconque bénéfice de cette politique de sanctions. Bien au contraire, cette politique affaiblit les deux camps et elle permet à un troisième larron, la Chine, de méthodiquement étendre sa zone d'influence en Asie tout en construisant une alliance stratégique avec la Russie.

Il est extrêmement regrettable que les principaux dirigeants européens n'aient pas une vision stratégique autre que l'alignement sur celle des États-Unis.

La stratégie nécessite une vision et une politique volontariste à long terme et je ne vois rien de tel pour le moment en Union européenne.

i FUKUS : acronyme pour France – United Kingdom – United States.

ii https://infos-israel.news/%F0%9F%94%B4-un-porte-avions-am...

Lire la suite

08/04/2018

FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne,Sun Tzu « L’art de la guerre »

« L’art de la guerre »L’art de la guerre a été écrit par Sun Tzu vers le Vème siècle avant Jésus-Christ et est considéré comme le premier livre de stratégie au monde,Chronique et résumé

1500x500.jpeg

MyNewsCenterNavigator.

NewsCenter for everyone

A Day in the World....Discover the World !

News You Can Use At Your FingertipsIs Just A Click Away !

Making a better Internet > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in

StefanV.Raducanu,Président FranceWebAsso,INVITATION,E-GlobalNetWork > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in... The World is our Workplace. THE GLOBAL VILLAGE.Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365

FranceWeb, des espaces numériques ouverts à tous. 

Un cyberspace international.

Un nouveau défi pour notre pays européen. 

Un instrument d'intelligence collective.

Vers une économie des qualités humaines.

Dans l'économie du futur, le capital sera l'Homme total.

“Une âme est plus grande qu'un monde.”

FranceWeb, numérique des lumières, Créer un monde auquel chacun souhaite appartenir>Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance: changer le monde, faire avec l’inertie des usages, faire avec les craintes, faire avec l’utilisateur-consommateur convaincu de sa maturité numérique.

L'objectif est d'informer, conseiller, former, accompagner, partager, repérer, sélectionner et préparer les usagers au 21e siècle..
A la rencontre d'initiatives positives au niveau humain, économique, culturel et technologique.
Pour vous aider à réaliser vos projets et vos ambition , nous mettons FranceWeb, à votre service. 

Partagez vos informations dans un monde connecté et continuez à travailler avec vos partenaires, où que vous soyez, dans les espaces de travail colaboratif en libre service. Tous les jours, connaître , comprendre, découvrir et partager.

FranceWeb constitue une plate forme développant la mise en place d'une société de l’information, au service des habitants de votre ville, votre région, de notre pays. La vocation de FranceWeb étant d’être un lieu d’échange et de partage de l’information et de la connaissance. FranceWeb et ses Partenaires mettent à la disposition des adhérents, leurs outils et compétences nécessaires à la réalisation des objectifs ci-dessus, amenant la France, par une dynamique collective, dans l’économie du savoir et de la connaissance, l’économie du futur.

La communication tous-tous n'en est qu'à ses premiers pas. Elle implique des mondes virtuels qui ne soient pas des simulations de lieux physiques, mais des systèmes accueillant des croissances autonomes d'espaces symboliques, des univers de significations partagées poussant des communautés fluides en voie de constitution et de désagrégation continuelle.  FranceWeb a vocation à abriter des milieux (sites) vivants, des "hypercontextes" au sein desquels chacun est effectivement impliqué, que tous contribuent à modeler et à peupler par ses agents logiciels et ses masques virtuels. Il faut reconnaître de surcroît que FranceWeb accueille et construit des subjectivités. En fait , la production continue de subjectivité pourrait bien être considérée, au 21ème siècle, comme l'activité économique principale, puisqu'elle conditionne l'ensemble des autres.

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir

FRANCE WEB  dans Le Monde : LOCAL - REGIONAL- NATIONAL- INTERNATIONAL

 

E-GlobalNetWork > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in...

Partagez vos connaissances dans un monde connecté. E-GLOBALNETWORK


WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH, MARKETS, LEADERSHIP, LIFE, MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS, TECHNOLOGY, TECH, WORLD, POLITICS, PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

Collaborate, Communicate, Connect...24/7/365.

The Infinite Archive. Storing bits for 100 years

 The Global Evolution

Look to the Future, and what do you see? New life, new technology.

This is our vision of the future: inventing a better world in which you grow up.

 Our Mission : Building Global Communication Networks.

 The World is our Workplace. Let's work togheter.

International Communications, (Cooperation)....

e-GlobalNewsCenter,Information Source, Breaking News from the World, Quick Links,

THE  GLOBAL VILLAGE.

Comme de Gaulle qui gardait bien en évidence “Le Prince” de Machiavel sur sa table de chevet, tout entrepreneur devrait garder “L’art de la guerre” de Sun Tzu sur la sienne. “L’art de la guerre” sert à appréhender l’entreprise à travers le prisme de la pensée chinoise. Concrètement ça donne quoi ?

Comment établir son plan de bataille ?

Il y a un certain nombre de similitudes entre la stratégie militaire énoncée par Sun Tzu et la stratégie compétitive des entreprises actuelles. Fonder et faire tourner une entreprise, c’est un peu comme se battre sur le champ de bataille finalement… Voici les 7 qualités nécessaires pour devenir un général entrepreneur inébranlable :

Qualité n°1 : la bienveillance

Un bon général aime ses hommes de manière sincère. Il en va de même pour le manager : vous devez aimer vos collaborateurs et les considérer comme des êtres humains avant de les voir comme vos collaborateurs. Cela signifie que s’ils ne vont pas bien, vous ne pouvez pas exiger d’eux qu’ils soient efficaces dans leur travail. Accordez leur un jour ou deux de repos par exemple. Pour vous aider à cultiver votre bienveillance, lisez le koob du “Management bienveillant”.

Qualité n°2 : la connaissance du terrain

Un bon chef de guerre ne doit lancer l’attaque qu’en cas de victoire garantie. Pour cela, il doit connaître le terrain. Il en va de même pour l’entrepreneur qui doit connaître l’état du marché afin de l’attaquer au bon moment. Vous devez analyser précisément les atouts de vos concurrents ainsi que leurs faiblesses. Le koob “Stratégie Océan Bleu" vous sera, dans ce cas, très utile. 

Qualité n°3 : l’observation

Vous devez observer votre ennemi (votre concurrent, en somme…) pour savoir à quel moment il vous faut intervenir. Par exemple, s’il est occupé à organiser le lancement d’un produit, c’est le moment de vous imposer sur le marché. “Quand le chat n’est pas là, les souris dansent”, c’est un peu l’idée ! Il faut attaquer au moment où il est le plus faible et lorsqu’il ne pourra pas riposter.

Qualité n°4 : la tactique

Si vous voulez affaiblir vos concurrents, vous devez préparer en amont plusieurs plans. En effet, il faut se préparer à tous les rebondissements possibles. Listez tout ce que votre adversaire pourrait faire et sachez rebondir. N’ayez pas peur de préparer des tactiques qui vous paraissent absurdes et peu probables, en temps de guerre tout est imprévisible !

Pour cela, nous vous recommandons d’avoir recours à une analyse SWOT, qui vous permet d’établir un vrai business plan. Cette analyse vous présentera les atouts et les faiblesses de votre entreprise ainsi que les opportunités possibles et les menaces extérieures.

Le site de e-marketing pourra également vous aider à élaborer votre tactique.

Qualité n°5 : le charisme

Vous devez cultiver votre image d’entrepreneur, surtout en interne. Ainsi, vous vous sentirez soutenu et reconnu, ce qui vous donnera force et crédibilité.

Ce blog de coaching pourra vous y aider. 

Koober est là aussi, bien évidemment. Jetez un coup d’oeil à ces koobs :

Le management bienveillant

Le leader sans titre

Le leader positif 

Leaders Eat Last

 

Bienvenue sur Des Livres Pour Changer de Vie ! Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute recevoir mon livre "Vivre la vie de vos rêves avec votre blog" : cliquez ici pour recevoir le livre gratuitement ! ߙ?

 

Phrase-résumée de « L’art de la guerre » : L’art de faire la guerre est l’art de gagner une guerre avant qu’elle ne commence.

Par Sun Tzu, Vème siècle av. J.-C., 75 pages.

Note : Cette chronique est une chronique invitée écrite par Nicolas Bazard du blog Se former sur internet.

Chronique et résumé de « L’art de la guerre » :

L’art de la guerre a été écrit par Sun Tzu vers le Vème siècle avant Jésus-Christ et est considéré comme le premier livre de stratégie au monde. On ignore qui fut Sun Tzu : s’agit-il d’un seul auteur ou de plusieurs ? (On remarque en effet que le texte comporte parfois des : « Sun Tzu dit », et parfois des : « je dis »).

Le livre est organisé autour de 13 articles distants. Ce ne sont pas vraiment des thèmes différents qui sont abordés à chaque fois, il semblerait que ce soit plutôt 13 réflexions, voire même 13 livres différents regroupés en un seul. Certains passages peuvent se répéter plus ou moins, et paraître très théoriques, mais ce livre, qui a plusieurs milliers d’années, reste pourtant d’actualité.

Remplacez le mot « ennemi » par « concurrent », le mot « campement » par le mot « marché », le mot « soldat » par « salarié » et ce livre de stratégie militaire se transformera en livre de stratégie d’entreprise. Je pense d’ailleurs que tous les entrepreneurs, créateurs d’entreprise, devraient avoir lu ce livre.

Il est assez petit : 75 pages, mais plutôt dense. J’ai essayé, dans cette chronique, de reprendre les idées importantes évoquées dans ce livre. Bien que ce livre soit très vieux, toutes les idées restent d’actualité et c’est pour cela que j’ai souhaité le partager avec vous sur ce blog.

Article 1 : De l’évaluation

Pour connaître le succès et la gloire dans toutes les batailles, il faut toujours avoir en tête cinq éléments : la doctrine, le temps, l’espace, le commandement, la discipline.

  • La doctrine : Il faut avoir une « unité de pensée » et s’y tenir.
  • Le temps : Il faut savoir agir au bon moment.
  • L’espace : Il faut bien choisir le terrain.
  • Le commandement : Il faut faire preuve de respect, d’amour et d’empathie envers les hommes qui nous accompagnent.
  • La discipline : Maîtriser la stratégie, savoir qui fait quoi, connaître tous les choix qui s’offrent à nous.

En suivant votre doctrine, les peuples voisins viendront se ranger à vos côtés. En prenant en compte le temps et l’espace, vous saurez exactement les moments les plus favorables pour lancer votre offensive. Grâce au commandement, les personnes placées sous votre autorité vous serviront autant par devoir que par plaisir. Avec la discipline, vous saurez si une entreprise est vaine, si vos ennemis sont plus forts que vous, alors vous ne perdrez pas de temps dans la bataille.

Si vous décidez de vous lancer, cachez votre supériorité, feignez le désordre, laissez croire à l’ennemi qu’il a l’avantage. Ensuite, attaquez là où il n’est pas prêt en surgissant au moment où il ne vous attend pas !

Ne misez pas tout sur un même combat, ne faites pas dépendre votre sort d’une seule bataille.

Article 2 : De l’engagement

Si vous avez les armes et les hommes pour livrer bataille, alors ne la repoussez pas. Quand vous voulez gagner une bataille, commencez-la tout de suite et mobilisez toutes vos forces. Si vous attendez trop, ce sera votre ennemi qui attaquera le premier au moment où vos armes seront rouillées, vos hommes démotivés. Toute la gloire accumulée jusqu’alors sera perdue dans cette bataille.

Ceux qui maîtrisent vraiment l’art de la guerre ne mobilisent pas leurs soldats pendant plusieurs années sans les faire combattre. Rien n’épuise plus une armée que l’inaction.

Alors, abrégez vos campagnes !

Vous devez toujours être prêt à mener bataille, ne laissez passer aucune occasion de gêner votre ennemi, de l’irriter pour le faire tomber dans votre piège, diminuez ses forces en prenant ses ressources.

Traitez vos prisonniers comme s’ils étaient vos propres hommes. Faites en sorte qu’ils se sentent mieux dans votre campement qu’avec vos adversaires. Agissez avec eux, comme s’ils s’étaient enrôlés librement dans votre armée.

« L’essentiel est la victoire, non les opérations prolongées »

Article 3 : Des propositions de la victoire et de la défaite

Restez sur vos territoires, ne déclarez la guerre qu’en dernier recours. Vous devez également conserver les territoires acquis de vos ennemis, les entretenir et non les détruire.

La meilleure politique guerrière est de prendre un État intact.

La meilleure bataille est celle qu’on ne livre pas : découvrez les artifices de votre ennemi, semez la discorde parmi ses partisans, empêchez le secours de l’extérieur.

Il ne faut pas attaquer l’ennemi, mais sa stratégie : attaquez le plan de l’adversaire au moment où ses plans naissent, rompez ses alliances, ce n’est qu’ensuite que vous devrez livrer bataille.

Le but est de saisir les territoires ennemis alors qu’ils sont intacts : vos troupes ne seront pas épuisées et vos gains complets.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Le Principe 80/20

Les cinq clés de la victoire sont :

  • Savoir choisir le bon moment pour combattre et le bon moment de ne pas combattre.
  • Savoir économiser ou déployer toutes ses forces selon les situations.
  • Savoir choisir ses hommes.
  • Savoir se préparer à affronter votre ennemi avant que celui-ci le devienne.
  • Être à l’abri des mauvais choix du prince qu’il ferait pour sa gloire.

« Connais ton ennemi et connais-toi toi-même ; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux.

Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales.

Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par tes défaites. »

Article 4 : De la mesure dans la disposition des moyens

Les meilleurs guerriers ne trouvent pas de difficulté dans le combat, ils n’engagent la bataille qu’après avoir créé les conditions appropriées. Ils ont tout prévu, connaissent la situation de l’ennemi et leurs propres forces et faiblesses. Ils savent s’ils peuvent gagner ou s’ils vont perdre. Quand ils choisissent de s’engager, la victoire est une suite naturelle de leur prise de connaissance.

Le commandant habile ne prend jamais le risque de subir une défaite, il ne manque jamais une chance de prendre l’avantage sur son ennemi.

 

« Sachez attendre le bon moment avant de passer à l’attaque. »

Article 5 : De la contenance

Connaissez les noms de chacun des soldats de votre armée, quels sont leurs qualités et leurs talents ? Sachez les utiliser lorsqu’ils sont à leur avantage.

Combinez l’utilisation de la force directe et indirecte :

  • Directe : Engagez la bataille de face.
  • Indirecte : Attaquez là où l’on ne vous attend pas.

Votre force directe sera toujours limitée alors que votre force indirecte est illimitée : un commandant habile cherche la victoire dans la situation et ne l’exige pas de son armée.

Vous devez maîtriser un art plus grand que celui de la guerre : l’art d’influencer vos ennemis. Poussez vos ennemis comme si vous poussiez un rocher du haut d’une montagne, cela demande peu d’effort, mais le rocher tombera tout en bas de la montagne.

Article 6 : Du plein et du vide

Une des choses essentielles dans l’art de la guerre est de bien choisir son campement. Si vous faites en sorte que votre ennemi vienne à vous, alors vous aurez l’avantage du terrain.

Si vous voyez que votre ennemi ne sort pas de son camp, provoquez-le, obligez-le à sortir.

Allez dans des lieux où l’ennemi ne vous attendra pas, attaquez-le quand il s’y attend le moins, à l’endroit où il est le moins protégé.

L’objectif est de faire en sorte que l’ennemi ignore toujours le lieu où il aura à combattre. Il ne doit pas savoir quels sont vos moyens ni la manière dont vous allez l’attaquer. S’il se prépare au front, attaquez ses arrières, s’il se prépare à l’arrière, attaquez son front.

Article 7 : De l’affrontement direct et indirect

Ayez l’exacte connaissance de l’environnement de la bataille. Tenez l’ennemi éloigné du lieu que vous aurez choisi pour camper et tenez-le près des lieux dont vous pourrez tirer avantage.

N’attaquez l’ennemi que lorsqu’il vous croit très loin de lui et la victoire sera assurée. Un ennemi surpris est un ennemi à demi vaincu.

Pour communiquer avec votre armée, utilisez des tambours. Le bruit d’un grand nombre de tambours servira à redonner du courage à vos soldats, mais aussi à épouvanter vos ennemis. Ces bruits attireront l’attention de l’ennemi sur ce que vous voulez.

Si vous voyez que vos soldats ont de l’ardeur, c’est le moment de se lancer dans la bataille. Si, au contraire, ce sont vos ennemis qui ont de l’ardeur, alors il faut attendre un moment plus propice.

Article 8 : Des neuf changements

L’auteur considère neuf changements qui doivent influer directement sur votre position : est-ce que vous attaquez ? Est-ce que vous reculez ? Est-ce que vous vous tenez en repos ?

  1. Évitez les lieux dans lesquels aucun renfort ne pourrait vous porter secours : lieux marécageux, forêts épaisses.
  2. Évitez de poser votre campement dans des lieux isolés.
  3. Évitez les endroits loin des sources d’eau et de nourriture.
  4. Si vous vous trouvez dans un lieu où l’on risque de dépérir à cause de l’air, des maladies, hâtez-vous de combattre l’ennemi sinon vous perdrez bon nombre de soldats.
  5. Dans les lieux où l’on peut vous tendre des embuscades, où il ne vous sera pas aisé de fuir, n’attaquez pas l’ennemi. Mais s’il vous attaque, combattez-le jusqu’à la mort.
  6. Évitez de faire le siège de villes trop bien fortifiées ou remplies de nourriture sinon vous risquez de devoir abandonner rapidement.
  7. Ne négligez aucun avantage, si vous pouvez l’obtenir sans courir la moindre perte.
  8. Avant de vous procurer un avantage, pensez à ce qu’il va vous coûter : le travail, les pertes humaines…
  9. Si vous avez une opportunité, n’attendez pas les ordres du prince et agissez.

« Un bon général ne doit jamais se dire : quoi qu’il arrive, je ferai telle chose, j’irai là, j’attaquerai l’ennemi, j’assiégerai telle place. Seule la circonstance doit le déterminer. »

Article 9 : De la distribution des moyens

Avant de choisir votre campement, sachez exactement où se trouvent vos ennemis, maîtrisez l’environnement qui vous entoure et choisissez l’endroit qui est le plus avantageux :

  • Si vous campez dans un vallon, placez des sentinelles dans le haut de la montagne pour observer vos ennemis.
  • Si vous campez près d’une rivière, maîtrisez-en les gués.
  • Si vous êtes contraint de camper dans des marécages, restez le plus au bord possible.
  • Si vous campez en plaine, ménagez des hauteurs pour pouvoir observer les ennemis.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Stratégie Océan Bleu

Les meilleurs campements sont les hauteurs.

Si vous venez à traverser un bois, restez sur vos gardes, ces lieux sont propices aux embuscades, l’ennemi peut sortir à chaque instant et vous tendre une embuscade.

Quel que soit votre emplacement, ayez toujours des sentinelles pour repérer les environs et détecter la présence de votre ennemi.

De cette observation précise, vous pourrez tirer des conclusions sur vos ennemis :

  • S’ils marchent rapidement, c’est qu’ils sont sûrs de leur victoire.
  • S’ils font de multiples camps, c’est qu’ils ne maîtrisent pas le terrain.
  • S’ils font continuellement la fête, c’est que les généraux n’ont pas d’autorité.

Surveillez vos ennemis, mais également vos troupes : empêchez les mauvais comportements, veillez sur vos troupes, ayez un œil sur tout.

  • Si vos soldats font des messes basses, c’est que la peur s’est installée dans vos rangs.
  • Si vos soldats vous demandent congé, c’est qu’ils n’ont plus envie de combattre.
  • Si vos soldats les plus valeureux deviennent craintifs, c’est qu’il se passe quelque chose dans la tête de vos soldats, peut-être commencent-ils à douter.

Le nombre seul de soldats ne suffit pas à faire une grande armée. Une armée conduite par un général pourrait perdre toutes ses batailles alors que, conduite par un autre, elle pourrait être invincible.

Article 10 : De la topographie

Le lieu idéal pour se battre est un lieu où il y a des montagnes assez hautes pour ne jamais vous faire surprendre, où les vivres seraient en abondance. Vos ennemis seront, tout comme vous, attirés par ce type d’endroit, il faudra donc y arriver avant eux.

Méfiez-vous des lieux qui peuvent paraître faciles d’accès, mais d’où l’on peut sortir difficilement. En général, ces endroits sont laissés exprès par vos ennemis pour vous tendre un piège.

Méfiez-vous des ennemis que vous avez déjà combattus et contre qui vous avez échoué. Si vous le pouvez, retirez-vous. Si votre rival a pris campement à l’endroit qui est le plus avantageux, n’essayez pas de le déloger.

Pour gagner la bataille, si votre armée et celle que vous combattez sont de force égale, vous devez maîtriser au moins neuf des dix avantages qu’offre le terrain si vous voulez l’emporter.

Avec une excellente connaissance du terrain, vous pourrez vous tirer de toutes les situations, même les plus critiques.

Un bon général considère ses troupes comme ses enfants. Il faut les guider, les conduire vous-même. Lorsqu’il s’agit d’affronter le hasard, affrontez-le avec eux. Lorsqu’il s’agit de mourir, mourrez avec eux.

« Connais-toi toi-même, connais ton ennemi, ta victoire ne sera jamais mise en danger. Connais le terrain, connais ton temps, ta victoire sera alors totale. »

Article 11 : Des neuf sortes de terrains

Il y a 9 sortes de lieux qui peuvent être à l’avantage ou au désavantage de l’une des deux armées :

  1. Lieux de dispersion : Ce sont les lieux situés à la frontière de notre territoire, si vos hommes restent dans ces lieux, c’est qu’ils n’ont pas envie de combattre. À la première occasion, ils retourneront dans leur territoire.
  2. Lieux légers : Ce sont les lieux qui sont près des frontières de notre territoire, mais qui permettent d’atteindre le territoire ennemi par une brèche. Le retour en arrière peut sembler tentant pour vos troupes en cas d’attaque de votre ennemi.
  3. Lieux disputés : Vous ne vous trouverez pas à votre avantage dans ces lieux ni votre adversaire d’ailleurs.
  4. Lieux de réunion : Ce sont des lieux où l’on se retrouve forcément nez à nez avec l’ennemi, où l’on est amené à aller un jour ou l’autre.
  5. Lieux pleins et unis : Ce sont des espaces très grands sur lesquels peuvent combattre les deux armées, mais qui sont situés sur le territoire ennemi. Ne combattez en ces lieux que si vous y êtes forcés.
  6. Lieux à plusieurs issues : Lieux situés en plein milieu de plusieurs territoires, qui peuvent voir arriver des renforts de tous côtés.
  7. Lieux graves et importants : Placés en territoire ennemi, sont situés au milieu de tout : la ville, la montagne, la mer.
  8. Lieux gâtés et détruits : Lieux à l’étroit où une partie de votre armée ne pourrait voir l’autre, où l’on ne peut se déplacer que par peloton.
  9. Lieux de mort : Ce sont des petites surfaces sur lesquelles le danger est permanent : le risque de mourir si l’on combat ou le risque de mourir de faim si l’on ne combat pas.

Dans les lieux de dispersion, ne menez jamais bataille, même si elle vous semble gagnée d’avance, vous risquez de vous retrouver avec des déserteurs dans votre armée.

N’établissez jamais de campement dans les lieux légers.

Emparez-vous à tout prix des lieux disputés. Si l’ennemi s’y trouve déjà, essayez de le déloger.

Concernant les lieux de réunion, soyez le premier à arriver sur les lieux, essayez d’en maîtriser toutes les issues.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  8 études de cas en Vidéo : La semaine de 4 heures, c'est possible !

Dans les lieux pleins et unis, étendez votre campement, sécurisez-le et attendez le moment venu pour lancer l’offensive.

Prenez connaissance de tous les chemins des lieux à plusieurs issues, efforcez-vous d’en prendre le contrôle.

Pour les lieux graves et importants, prenez le contrôle de votre environnement, emparez-vous de tout ce qui peut être pris.

Une fois arrivé dans les lieux gâtés et détruits, arrêtez-vous et rebroussez chemin le plus rapidement possible.

Enfin, si vous êtes dans un lieu de mort, lancez-vous dans la bataille, attaquez l’ennemi rapidement, le plus tôt sera le mieux.

 

« Maintenant, vous comprenez ce qu’est un lieu de mort ? »

Article 12 : De l’art d’attaquer par le feu

Il n’y a que 5 façons de combattre par le feu : la première consiste à brûler les hommes ; la deuxième, à brûler les provisions ; la troisième, à brûler les bagages ; la quatrième, à brûler les arsenaux et les magasins ; et la cinquième, à utiliser des projectiles incendiaires.

Si une fois que vous avez mis le feu dans le camp ennemi, rien ne se passe, alors restez vous-même tranquille. Si vous voyez qu’il s’élève, envoyez des hommes pour l’attiser.

N’oubliez jamais de récompenser vos hommes.

Article 13 : De la concorde et de la discorde

Apprenez tout ce que vous pouvez savoir sur votre ennemi, ses relations, ses intérêts. N’hésitez pas à envoyer des espions, soyez au courant de tout, ne négligez aucune information.

Le secret pour gagner toutes les guerres est l’art de la division :

  • Diviser dans les villes et les villages les personnes qui sont sous la domination de votre ennemi de manière à pouvoir s’en servir contre lui.
  • Diviser par l’extérieur, c’est-à-dire enrôler dans votre armée les soldats ennemis.
  • Diviser entre les inférieurs et les supérieurs, c’est-à-dire profiter de la mésintelligence des officiers de divers grades de l’armée ennemie.
  • La division de mort est celle par laquelle on fait courir de fausses rumeurs sur la mauvaise position dans laquelle nous nous trouverions.
  • La division de vie est celle par laquelle on répand l’argent envers tous les anciens soldats ennemis qui nous ont rejoints.

« Une armée sans agents secrets est un homme sans yeux ni oreilles. »

Conclusion sur « L’art de la guerre » par Nicolas Bazard de _aa79b803_

Ce livre montre comment la réflexion peut mener à la victoire, comment l’analyse des faiblesses de l’ennemi peut fonder une tactique, si l’on sait les exploiter, et même les aggraver ; il met l’accent sur la dimension psy­cho­logique du combat, sur le rôle de la ruse et de la fuite.

Au-delà d’un simple livre sur l’art de faire la guerre, je considère ce livre comme un véritable livre de philosophie. Ces principes stratégiques peuvent être appliqués au domaine militaire, mais peuvent l’être aussi à celui des affaires, de la politique ou de la société.

Ce livre, qui a traversé les âges, est étonnant de modernité !

En tant qu’expert-comptable, je rencontre quotidiennement des entrepreneurs qui pensent, à tort, que pour réussir son entreprise, il faut vendre un meilleur produit que ses concurrents ! Erreur, Sun Tzu l’explique très bien dans son livre : « L’art de la guerre, c’est de soumettre l’ennemi sans combat ». Il faut donc vendre un produit différent, du moins, aux yeux de vos concurrents. Si vous attaquez directement vos concurrents, alors ils se défendront et vous entrerez en guerre. S’ils ne se sentent pas attaqués, alors c’est que vous avez déjà gagné la guerre.

À côté de mon métier d’expert-comptable, je suis également l’auteur d’un blog. J’y applique les principes que j’ai découverts maintenant il y a quelques années dans le livre de Sun Tzu. Il m’arrive régulièrement de relire ce livre qui a changé ma vie. Je me rends compte, jour après jour, que toute guerre (qu’elle soit commerciale ou non) ne se gagne pas par la force, mais par la ruse et la tromperie. Apprenez à vous connaître, à connaître votre ennemi, à choisir le moment pour attaquer, le lieu pour attaquer et jamais plus vous ne perdrez une bataille.

 

« La meilleure façon pour gagner la guerre à coup sûr. »

Points forts :

  • Livre qui a plusieurs milliers d’années et qui a traversé les âges : ce n’est pas pour rien.
  • Une véritable philosophie de vie basée sur la surprise et sur la recherche d’information.
  • Peut s’appliquer à tous les domaines et notamment l’entreprise !
  • Une très belle source d’inspiration.

Points faibles :

  • Théorique, pas vraiment d’exemples concrets.
  • Approche « philosophique » qui peut en rebuter certains.
  • Le thème originel du livre : la guerre.
  • Assez dense.

La note de Nicolas Bazard du blog Se former sur internet

imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Avez-vous lu le livre ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (7 votes, moyenne: 3,57 out of 5)

Lire plus de commentaires sur « L’art de la guerre » sur Amazon

Acheter « L’art de la guerre » sur Amazon :

Recherches utilisées pour trouver cet article :

lart de la guerre, lart de la guerre, lart de la guerre résumé, l art de la guerre, art de la guerre, lart de la guerre résumé, sun tzu lart de la guerre résumé, résumé du livre lart de la guerre de sun tzu

Cet article vous a plu ?
Allez encore plus loin en téléchargeant gratuitement mon livre numérique "Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog" qui détaille :
c4144f8979801472679118-3d-200-300.png
- Comment créer ou développer votre entreprise rentable sur Internet
- Les deux méthodes BEAUCOUP plus efficaces que la publicité ou le placement de produits pour gagner de l'argent sur le web
- Comment avoir une entreprise qui est au service de votre vie, plutôt que votre vie soit au service de votre entreprise
- Tout en pratiquant une de vos passions !

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils pour vous aider à créer et développer votre entreprise et tout ce qui peut vous y aider directement ou indirectement. Voir mentions légales complètes en bas de page. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

8 Commentaires pour :

L’art de la guerre

  • Jérôme

    16 Jan 2014 à 17:42

    Bonjour
    L’art de la guerre est un livre impressionnant… parce qu’il ne s’applique pas seulement à la guerre (même si Sun Tsu l’a écrit pour la guerre).
    En le lisant aujourd’hui, il faut prendre ces principes comme des principes pour abattre un obstacle et réussir. On peut s’en servir aussi bien dans sa vie professionnelle que privée.

    Répondre
     
  • Victor

    16 Jan 2014 à 20:26

    Excellente chronique qui mérite sa place sur ce blog incontournable!
    L’art de la guerre est un livre de stratégie indispensable.
    Il a inspiré les plus grands leaders et dirigeants d’entreprises.
    Ses enseignements sont intemporels et peuvent littéralement changer la donne dans tout type de business !

    Répondre
     
  • Phil

    17 Jan 2014 à 08:40

    “Toute guerre (qu’elle soit commerciale ou non) ne se gagne pas par la force, mais par la ruse et la tromperie”…

    A priori un livre anti-spiritualité par excellence, dont la philosophie anti-visionnaire “perdant/gagnant” s’exerce au détriment d’autrui, et dont je ne doute pas qu’elle inspire nos peu nobles élites dirigeantes.

    Par conséquent, ne figurera pas dans ma bibliothèque.

    Répondre

  • Michel

    17 Jan 2014 à 11:45

    Du fait de son universalité, le thème(la guerre) n’est pas pour moi un point faible. Ce thème est inscrit au plus profond de l’humanité. C’est une réalité regrettable, certes, mais c’est une réalité. D’autre part, sachant que notre plus grand ennemi, c’est nous-même, “l’art de la guerre” peut être aussi un guide spirituel pour qui emprunte la “voie du guerrier”.

    Répondre
     
  • jerome

    17 Jan 2014 à 18:15

    bonjour olivier,
    l’art de la guerre est un livre indémodable.
    c’est un livre de stratégie indispensable

    Répondre
     
  • Gizèle Anne

    18 Jan 2014 à 17:59

    L’art de la guerre résume le combat que chacun doit affronter au cours de ses cycles de croissance spirituelle.
    Mon attitude envers un combat donne le signal de ma réussite ou de mon échec.
    Merci

    Répondre
     
  • amadou

    7 Nov 2016 à 19:53

    très bon livre. il s’applique aussi bien pour la guerre que pour la vie privée. il faut l’avoir à tout prix comme livre de chevet. quiconque veut réussir dans sa quete permanente du bonheur doit avoir lu ce livre et tenter

    Répondre
     
  • Adrien Moyaux

    27 Mar 2018 à 16:52

    Très bon résumé du livre, bravo. Il y a également quelques autres conseils très intéressants à relever qui sont :

    1) Diviser les forces de l’ennemi pour n’en attaquer qu’une partie. Sun Tzu l’illustre avec la traversée d’une rivière par une armée, conseillant de l’attaquer quand la moitié de ses hommes l’auront déjà franchie.

    2) Être imprévisible et dépasser les attentes. L’ennemi prévoira que l’on mettra une telle durée pour faire une certaine action, il faudra le faire en beaucoup moins de temps afin de prendre l’avantage sur lui. Par exemple faire marcher ses soldats la nuit, quitte à les fatiguer.

    3) Manipuler son ennemi en lui offrant des « opportunités ». Pensant gagner tel avantage, il ne verra pas que ce n’est pas lui qui décide mais nous.

    4) Accorder le droit à certains de ses hommes de déserter, mais le faire sous des conditions très honteuses pour eux.

    Ce livre est très intéressant et contient de nombreuses perles, même si je trouve que les développements sur l’importance du terrain sont bien trop longues et relativement peu utiles.

Qualité n°6 : l’adaptation

Lorsque vous créez une entreprise, vous vous fixez des objectifs. Vous avez aussi un objectif majeur que vous cherchez à atteindre sur le long terme. C’est exactement comme un plan de guerre ! Mais attention, vous n’avez pas encore engagé le combat. Il s’agit de vous adapter, d’être agile et de tirer profit de la situation ! N’appliquez surtout pas vos tactiques mécaniquement, attendez le que le vent tourne en votre faveur …

Un koob pour vous y aider : Qui a piqué mon fromage ? (On est sur de la métaphore culinaire, mais rien à voir avec roquefort.)

Qualité n°7 : l’humilité

Rappelez-vous bien que le courage ou la lâcheté sont des effets du potentiel de situation, cela signifie qu’ils n’existent pas hors des situations données. C’est à dire qu’on est courageux que si une situation dangereuse se présente, et non dans l’absolu. Selon cette conception, le courage n’est plus une vertue et la lâcheté n’est plus une faiblesse.

Si il faut fuir ou vous rétracter, n’ayez pas honte de le faire, si c’est nécessaire, ce sera pour le bien de votre entreprise. Ne faites JAMAIS quelque chose au nom de l’honneur ou de la gloire si cela vous mène à l’échec. Vous devez adopter la pensée chinoise qui précise bien que le hasard n’a pas sa place dans la stratégie et donc, que vous n’aurez pas d’action héroïque à accomplir in extremis. Vous préférez être un inconnu efficace qui réussit ou un héro qui a échoué ? Ce schéma vous aidera à orienter votre pensée à la chinoise :

Pensée européenne : moyen → fin (des moyens sont mis en oeuvre pour arriver à une fin déterminée.)

Pensée chinoise : condition → conséquence (il s’agit de réunir des conditions en amont pour que l’effet découle de lui-même en aval.)

Parfois, tout a été dit par le passé. “L’art de la guerre” date du VIe siècle avant J.C mais il n’en est pas pour autant poussiéreux. À vous d’actualiser la méthode de Sun Tzu et de l’appliquer à votre domaine sans plus tarder !

 Mais… vous êtes encore là !? 

Arma psihologica,

Ideile generalului chinez Sun Tzu, părinte al ştiinţei militare (sec. IV î. Hr.)

 Arta supremă a războiului este înfrângerea inamicului, prin înşelătorie, fără luptă, astfel:

1. Discreditaţi tot ceea ce merge bine în ţara inamicului;

2. Implicaţi reprezentanţii claselor conducătoare ai ţării inamice în afaceri dubioase. Distrugeţi-le reputaţia şi, la momentul potrivitsupuneţi-i dispreţului propriilor concetăţeni;

3. Utilizaţi creaturile cele mai ticăloase şi mai abjecte;

4. Răspândiţi discordia şi conflictele între cetăţenii ţărilor ostile. Întărâtaţi-i pe tineri contra bătrânilor;

5. Ridiculizaţi tradiţiile adversarilor. Discreditaţi-le luminătorii de conştiinţă;

6. Induceţi în eroare inamicul, spre a-l conduce la temporizare şi neglijenţă, apoi avansaţi cu repeziciune;

7. Perturbaţi, prin orice mijloace, intendenţa, aprovizionarea şi funcţionarea armatei inamicului;

8. Slăbiţi voinţa luptătorilor inamici prin cântece şi melodii senzuale;

9. Daţi inamicului fete şi băieţi tineri pentru a-i lua minţile, dar şi jad şi mătase pentru a-i zgândări ambiţiile;

10. Fiţi generoşi în promisiuni şi recompense pentru informaţii;

11. Infiltraţi-vă peste tot spionii. Bazaţi-vă pe trădătorii care se găsesc în rândurile inamice;

12. Faceţi-l pe adversar să creadă că mai există o posibilitate de a se salva. ApoiLOVIŢI !

     Scopul vostru trebuie să fie preluarea intactă a tot ceea ce se află pe pământ. În acest fel trupele vă vor rămâne odihnite, iar victoria va fi totală.

17/03/2018

FranceWebSharing & MyNewsCenterNavigator>FranceWebAsso>Les doctrines positives, qu'elles soient religieuses, philosophiques, de droit ou d'état, ne sont qu'autant de plaidoiries ingénieuses de l'esprit,

poissysmartcity,francewebasso,poissyvilleconéctée,stefanv.raducanu,francewebe-globalnetwork,poissy,france,culture,mihai eminescula blockchain>francewebsharing,mynewscenternavigatorpoissysmartcity,francewebasso,poissyvilleconéctée,stefanv.raducanu,francewebe-globalnetwork,poissy,france,culture,mihai eminescula blockchain>francewebsharing,mynewscenternavigator« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

poissysmartcity,francewebasso,poissyvilleconéctée,stefanv.raducanu,francewebe-globalnetwork,poissy,france,culture,mihai eminescula blockchain>francewebsharing,mynewscenternavigator

La valeur d'un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir.

 

poissysmartcity,francewebasso,poissyvilleconéctée,stefanv.raducanu,francewebe-globalnetwork,poissy,france,culture,mihai eminescula blockchain>francewebsharing,mynewscenternavigator

MyNewsCenterNavigator.

NewsCenter for everyone

A Day in the World....Discover the World !

News You Can Use At Your FingertipsIs Just A Click Away !

Pour les travailleurs de l'état l'honneur, pour les soldats la gloire, pour les princes la....

Le pauvre Dionis. suivi de Cezara de Mihai Eminescu

Les doctrines positives, qu'elles soient religieuses, philosophiques, de droit ou d'état, ne sont qu'autant de plaidoiries ingénieuses de l'esprit, de cet advocatus diaboli forcé par le vouloir de les argumenter. Ce misérable avocat est forcé de tout mettre sous une lumière étincelante, et, l'existence étant elle-même misérable, est obligé d'orner de fleurs et d'un semblant de sagesse impénétrable la misère de l'existence, pour leurrer à l'école et à l'église ces petits toucans qui entrent à peine en scène sur la valeur de la vie réelle. Pour les travailleurs de l'état l'honneur, pour les soldats la gloire, pour les princes la magnificence, pour les savants le renom, pour les sots le ciel, et de la sorte une génération trompe celle qui suit par cet advocatus diaboli légué, par cet esclave contraint à la malice et aux sophismes, qui ici se lamente comme un pope, là prend une mine sérieuse de professeur, là-bas parlemente comme un avocat ou prend les traits misérables d'un mendiant ; le dernier pour un verre de vin dont il rêve in petto, les autres pour un titre, de l'argent, une couronne, mais tous au fond dans un moment d'ivresse.
Voilà ce que j'apprends de mes maîtres les abeilles: dans leur école, je prends conscience que nous sommes des ombres sans volonté, des automates qui faisons ce qu'il faut que nous fassions, et que, pour que le jouet ne nous lasse pas, nous avons cette poignée de cervelle qui voudrait nous prouver qu'en vérité nous faisons ce que nous voulons, que nous pouvons faire une chose ou pas… […]
La vie intérieure de l'histoire est instinctive; la vie extérieure, les rois, les popes, les savants, ne sont que lustre et que phrase; et, comme d'après l'habit de soie posé sur un cadavre on ne peut savoir en quel état se trouve celui-ci, de même d'après ces vêtements trompeurs on ne peut connaître le fin mot de l'histoire elle-même.
modele modele   29 juillet 2015

GLOSE
Le temps s'en va, le temps s'en vient,
Tout est nouveau, tout est ancien.
Ce qu'est le mal, ce qu'est le bien,
A toi de le savoir enfin;
N'aie plus d'espoir et n'aie plus peur,
Ce qui est vague, vague meurt;
A tout appel, à tout appât,
Reste insensible, reste froid.

A méditer sans modération…

Sylvie Modele
Mihai Eminescu
ISBN : 2853992454
Éditeur : Publications de l'Université de Provence (01/01/1990)
Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Tandarica
Tandarica   15 février 2015  
   

Citation de Mihai Eminescu - La vie est un bien perdu pour celui qui ...

Mihai EMINESCU : Biographie, Tombe, Citations, Forum ...

Mihai Eminescu - Ses 2 meilleures citations

Toutes les citations de Mihai Eminescu - Evene - Le Figaro

Citations et Proverbes | Mes citations et proverbes trouvés au hasard ...

Mihai EminescuPremière Épitre, Mihai Eminescu
in Les Cing Epitres de Mihai Eminescu

Dans « Les pièges de l'histoire, l'élite intellectuelle roumaine (1930-1950) », la traductrice déclare dans sa note n° 2 de la page 56 : « Intraductibles, les poèmes de Mihai Eminescu ont pourtant de nombreuses traductions, toutes insuffisantes. Nous préférons ici le rendu littéral de ces quelques mots ». Il s'agit de la citation suivante : « Du Dniestr à la Tisza/Tout Roumain se plaint/De n'avoir plus de place/De tant d'étrangers/... Qui les aime tant/Que les chiens dévorent son coeur... ». Il s'agit des quatre premiers vers du poème Doïna, ainsi que de deux autres, plus éloignés : « De la Nistru pân' la Tisa/Tot Românul plânsu-mi-sa/Că nu mai poate străbate/De-atâta străinătate. » Je vous propose de comparer avec la traduction d'Elisabeta Isanos en 1993 : « De Nistrou jusqu'à Tissa/Plaintes roumaines ne cessent pas,/Car les chemins nous sont coupés/Par la foule des étrangers ». Je note que la rime est bien présente et que les différences de sens ne sautent pas aux yeux, c'est le moins que l'on puisse dire. Pour juger de la suite : « Cine-au îndragit străinii/Mânca-i-ar inima câinii » ou bien : « Qui chérit tous ces païens,/Que son coeur nourrisse les chiens ». Je suis simplement reconnaissante envers Elisabeta Isanos, dont le courage de s'attaquer à l'intraduisible et le dur labeur nous rendent accessible ce poète hors normes.
modele modele   29 juillet 2015
Très belle anthologie des plus beaux poèmes d'Eminescu en édition bilingue, roumain-français.
Voilà un livre à lire absolument et à offrir à toute personne intéressée par la littérature authentique.
Les éditions Non Lieu nous proposent sous une forme particulièrement réussie l'une des plus remarquables voix poétiques européennes, inaccessible jusque-là aux lecteurs français.
Elles ont fait ce qu'aucune autre maison d'édition n'avait eu le courage et la lucidité de faire pour le plus emblématique des écrivains roumains.
Sylvie Modele
 
Francharb3
Francharb3   05 novembre 2014  
   
La traduction de la poésie est déjà chose suffisamment délicate (c'est-à-dire qu'entre autres, il faut que ça rime et il éventuellement compter les pieds...) mais là il s'agit pour les Roumains du génie national. S'y attaquer est donc loin d'être une mince affaire. Je me garderai donc bien d'une prise de position quelconque et me contente de constater qu'il existe une traduction, qui est en même temps une sélection de poèmes d'Eminescu et que c'est déjà un grand mérite, dans la mesure où sans cela son oeuvre me serait en grande partie inaccessible.
Que rajouter : comme souvent dans ce type d'anthologie, c'est un peu une succession de morceaux de bravoure, l'unité n'est pas évidente. Mais il faut aussi relever que l'édition est bilingue, donc lorsque le français rend mal la musicalité originale, il est toujours possible de se référer au roumain. Pour le reste, Dieu sait que tout cela méritait en effet d'être traduit. Pour ceux qui réussiraient à trouver ce livre (car cela non plus n'est pas chose aisée), commencer par la fin : "Mai am un singur dor" (Un seul désir me reste), la dernière poésie est un si ce n'est le grand classique du génie national, à lire absolument.
 
evemartignac evemartignac   08 août 2015
D’ici à l’étoile qui paraît…

D’ici à l’étoile qui paraît
Le chemin est si long à franchir
Qu’il a fallu bien des années
À sa lumière pour venir.
Elle s’est peut-être éteinte avant
Dans le bleu profond des lointains
Tandis que son rayon ne vient
Briller à nos yeux qu’à l’instant.
L’image de l’étoile entrevue
Doucement monte au loin.
Vivante on ne la voyait point,
Lorsqu’on la voit, c’est qu’elle n’est plus.
De même, lorsque notre amour meurt
Et qu’il se perd dans la nuit,
La lumière de notre amour mort
Lui survit et nous poursuit.

De ce nu-mi vii ?

Vezi, rândunelele se duc,
Se scutur frunzele de nuc,
S-aşază bruma peste vii –
De ce nu-mi vii, de ce nu-mi vii ?
O, vino iar în al meu braţ,
Să te privesc cu mult nesaţ,
Să razim dulce capul meu
De sânul tău, de sânul tău !
Ţi-aduci aminte cum pe-atunci,
Când ne plimbam prin văi şi lunci,
Te ridicam de subsuori
De-atâtea ori, de-atâtea ori ?
În lumea asta sunt femei
Cu ochi ce izvorăsc scântei…
Dar, oricât ele sunt de sus,
Ca tine nu-s, ca tine nu-s !
Căci tu înseninezi mereu
Viaţa sufletului meu,
Mai mândră decât orice stea,
Iubita mea, iubita mea!

Tu ne viens pas, pourquoi, pourquoi ?

Tu vois, les hirondelles fuient,
Les feuilles tombent des noyers,
Les vignes rousses ont gelé,
Tu ne viens pas, pourquoi, pourquoi ?
Reviens te glisser dans mes bras,
Mes yeux ont tant besoin de toi,
Et mon visage de se sentir
Contre ton sein, de s’y blottir !
Est-ce qu’il te souvient d’autrefois,
Quand nous allions par champs et bois ?
Quand je te prenais dans mes bras,
Tout contre moi, tout contre moi ?
Il y a des femmes ici-bas
Dont les regards vous ensorcellent…
Aussi séduisantes soient-elles,
Tu es plus qu’elles, tu es toi !
C’est toi qui éclaircis le ciel,
Souvent troublé, de mes pensées,
Aucune étoile n’est plus belle,
Ô mon amour, ma bien-aimée !

Târzie toamnă e acum,
Se scutur frunzele pe drum,
Şi lanurile sunt pustii…
De ce nu-mi vii, de ce nu-mi vii ?

L’automne doucement s’éteint,
Les feuilles jonchent les chemins,
Les champs brusquement se sont tus,
Tu ne viens pas, tu ne viens plus ?
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu