Avertir le modérateur

25/06/2017

"Ce que j’entreprends doit me survivre."Grâce à ses activités touristiques, destinées aux amoureux de la nature, la fondation Kálnoky participe à des projets culturels et caritatifs, notamment en faveur des enfants roms, en partenariat avec

SRU-International Researech.gif

Issu de l’aristocratie magyare de Roumanie, il a récupéré les terres de sa famille à la chute du communisme. Ses fermes transformées en chambres d’hôtes ont inspiré son ami le prince Charles. Bientôt, grâce à sa fondation, un manoir ayant appartenu aux Kálnoky deviendra le musée de la Vie transylvanienne. 

Sur les hauteurs de Zalanpatak, minuscule village des Carpates, il arrive chargé de godets de fleurs pour égayer le gîte qu’il cogère avec le prince Charles. En pantalon beige et veste de laine, le comte Tibor Kálnoky de Köröspatak possède des airs de Ralph Fiennes, l’acteur britannique. Et s’exprime, en français comme en anglais, avec un accent d’une élégance folle.

Le manoir Renaissance bâti à l'époque sur commande du chancelier Sámuel Kálnoky, qui vient d'être restauré. Courtesy of Luc Castel

Dans ce décor où la forêt s’étend à perte de vue, il guette les signes du printemps. "Dans deux semaines à peine, un véritable feu d’artifice aura lieu dans les prairies", annonce-t-il en ouvrant la marche vers une promenade qui semble rejoindre le ciel.

Le prince Charles a acquis en 2008 une demeure à Zalanpatak où il passe ses vacances

"Le prince Charles a beaucoup aimé les maisons d’hôtes que j’ai créées en 2006, à Miklósvár. Il cherchait un endroit où en implanter. Je lui ai fait découvrir cet éden, à l’issue d’une randonnée de 18 km." Davantage qu’un simple guide, Tibor Kálnoky aide alors son ami à recruter les ouvriers qui restaureront les lieux, devenus, depuis, sa retraite une semaine par an.

"Zalanpatak a été fondé par Bálint Kálnoky. Cet ancêtre était aussi l’aïeul de la comtesse Rhédey, dont la petite-fille a épousé le roi George V." Un autre lien unit les Kálnoky à la famille royale d’Angleterre: "Mon arrière-grand-père, Húgo Kálnoky, a épousé une nièce par alliance de la reine Victoria. Mais le prince Charles et moi partageons avant tout le même amour de la nature."

 

En 2006, Tibor Kálnoky, son épouse et leurs trois enfants invitent le prince Charles à Miklósvár. L'héritier de la couronne britannique est conquis et rêve d'un coin de paradis dans les Carpates. Courtesy of Luc Castel

 

Tibor Kálnoky ouvre grand les bras, laissant le paysage s’imposer comme une évidence. Face à lui, l’horizon déploie ses nuances de bleus, d’ocres et de verts. À ses pieds, le comte observe une flaque boueuse. D’un mouvement vif, il plonge ses mains dans la vase et en sort un crapaud sonneur à peine revenu de son hibernation. Tibor Kálnoky, vétérinaire de formation, ne craint pas les petites bêtes.

"Enfant, je recueillais des oiseaux blessés. Des moineaux et même une chouette peuplaient ma volière. J’avais ouvert une section psychiatrique pour corbeaux devenus dingues et mon lapin blanc était chef de service dans cette clinique parfaitement gérée!"

Köröspatak est le fief de la famille Kálnoky

Avec le même sens de l’humour, Tibor évoque les plus illustres membres de sa généalogie. Parmi eux, le capitaine des gardes qui sauva le roi Louis Ier de Hongrie, lors d’une chasse à l’ours. "Mon ancêtre, d’un geste élégant, a décoché une flèche dans la gueule de l’animal. Ce qui nous vaut ce superbe blason depuis huit siècles", s’exclame-t-il le doigt tendu vers le mur du gîte de Zalanpatak, où figurent aussi les armes du prince de Galles.

Bien plus tard, en 1740, le général Antal Kálnoky a monté le premier régiment de hussards pour soutenir l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche dans la guerre de Succession contre les Prussiens. Les Kálnoky ont ainsi commencé une carrière de plus de deux siècles à la cour de Vienne. Mais, toujours, l’un d’eux est resté en Roumanie. Le grand-père de Tibor est le dernier à avoir vécu à Köröspatak, fief de la famille.

A deux pas de là, il est possible de se ressourcer dans le gîte du prince Charles, et même d'occuper sa chambre préférée. Courtesy of Luc Castel

Antinazi pendant la Seconde Guerre mondiale, il parvient à échapper aux griffes de la Gestapo. Mais il lui faut fuir à la montée du communisme, dès le milieu des années 1940. Son fils, Farkas, n’a que 3 ans quand toute la famille s’installe à Washington. Une fois jeune homme, il décide avec son épouse, issue d’une famille déportée de Silésie, de revenir en Europe.

À la chute du dictateur Ceausescu, le comte tente de se faire rétrocéder quelques terres

S’il naît à Munich, Tibor Kálnoky parcourra le Vieux Continent au gré des mutations de son père, devenu cadre chez IBM. À la fin de ses études vétérinaires, il sait qu’il n’exercera pas. Un voyage entrepris en 1987 pour découvrir la Roumanie lui en donne le pressentiment. Il apprend le hongrois, encore largement parlé sur la terre de ses ancêtres. Et lorsqu’un laboratoire pharmaceutique de Bucarest l’embauche, Tibor peut enfin poser ses bagages en Roumanie.

Vincze, Mátyás et Miklós Kálnoky entourent leurs parents dans leur maison, à Köröspatak. Courtesy of Luc Castel

À la chute du régime du dictateur Ceausescu, en 1989, le jeune comte se lance dans une longue bataille pour se voir rétrocéder quelques terres. Il n’obtient qu’une infime partie des anciennes propriétés de son grand-père. "J’ai ensuite racheté peu à peu des bâtiments nous ayant appartenu. Ils avaient été transformés en kolkhozes".

À Köröspatak, l’ancien château familial est encore délabré. S’il a créé une fondation pour sauver son patrimoine et favoriser le développement d’actions culturelles dans le pays, Tibor n’imagine pas encore rénover cette colossale demeure, car il est focalisé sur un autre projet, la restauration d’un manoir Renaissance, à une heure de là. Soutenu en cela par ses trois fils et son épouse.

Anna Kálnoky s’implique dans la fondation de son époux et sur le chantier de Miklósvár

Issue d’une famille hongroise de Roumanie, Anna Kálnoky a connu le régime communiste. "Quand elle était petite, un ancien officier de cavalerie l’a prise sous son aile, ainsi que d’autres enfants d’aristocrates, pour les former à la culture équestre de façon presque clandestine. Officiellement, ils étaient les palefreniers du zoo." Vétérinaire comme son époux, la comtesse Kálnoky oeuvre aujourd’hui de mille et une façons pour la fondation.

Grâce à ses activités touristiques, destinées aux amoureux de la nature, la fondation Kálnoky participe à des projets culturels et caritatifs, notamment en faveur des enfants roms, en partenariat avec l'ordre de Malte. Courtesy of Luc Castel

Elle a notamment mis en place, avec l’ordre de Malte, un programme d’éducation des enfants roms. Des ateliers de tissage, de menuiserie et, surtout, de voltige leur sont proposés. "De nombreux Kálnoky ont servi l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem", précise le comte, lui-même ministre-conseiller de l’Ordre en Roumanie. "Mais Anna a su immédiatement organiser les choses, en confiance avec la population rom." Quand la comtesse apparaît sur la piste d’entraînement, les jeunes lui sautent au cou, avant de grimper fièrement sur un cheval au galop.

Et lorsqu’elle supervise les dernières étapes du chantier de Miklósvár, l’implication d’Anna ne se dément pas davantage. Ce village abrite un édifice Renaissance ayant appartenu aux Kálnoky. Il sera bientôt le musée de la Vie transylvanienne. "Les revenus générés par mes chambres d’hôtes m’ont permis de financer une partie de ce projet. Il fallait une attraction culturelle pour la région."

Sur l'une des façades du gîte de Zalanpatak cohabitent les armes du prince Charles, des Kálnoky et des Rhédey, ancêtres communs des deux familles. Courtesy of Luc Castel

Tandis que la comtesse vérifie la décoration des salles, des visiteurs arpentent les lieux. Parmi eux, la cantatrice Felicia Filip, qui espère pouvoir donner un concert dans les jardins du manoir d’ici la fin de l’été. L’échéance approche à grands pas. "Pas autant que l’inauguration! Elle aura lieu la semaine prochaine, en présence de Marie de Roumanie, de mon cousin Alexandre de Habsbourg et de nombreux autres invités. Le prince Charles, lui, viendra plus tard. Je serai soulagé quand tout sera fini."

Tibor Kálnoky estime n’être qu’un messager, élevé dans le respect de la devise familiale: "Ce que j’entreprends doit me survivre." "Un jour, en déplaçant la pierre d’un des murs du manoir, j’ai senti souffler sur moi l’air des temps anciens. C’était presque un moment de grâce."

www.transylvaniancastle.com

 

 

EN IMAGES. Le prince William fête ses 35 ans, William semble plus que jamais prêt à endosser son rôle de futur monarque. 35 ans, l'âge, semble-t-il, de la maturité...

Le prince William fête ce 21 juin ses 35 ans. Le fils du prince et de la princesse de Galles a grandi devant les caméras du monde entier, attendri les jeunes mamans lorsqu'il était enfant et longtemps fait battre le cœur des jeunes filles... Retour en images sur un destin royal. 594aade2cd70e30bb27585f4.jpeg594ab363cd70530690bdd0fa.jpeg594aac91cd70530690bdab6a.jpeg

Son Altesse Royale la princesse de Galles a été délivrée d’un fils à 21h03 aujourd’hui". Le 21 juin 1982, le Royaume-Uni célébrait à l’unisson la naissance de William, le premier enfant de Diana et du prince Charles. "Il est beaucoup plus beau que moi", annonçait non sans humour l'héritier du trône en quittant la maternité de l’hôpital St Mary's, à Londres. Le lendemain, le prince et la princesse de Galles, rayonnante malgré la fatigue, regagnaient le palais de Kensington avec le nouveau-né soigneusement emmitouflé dans un châle en laine blanche. Jamais Diana n’avait paru aussi douce, aussi attendrie, Charles aussi attentionné.

31 ans plus tard, l’image est -presque- la même. William tient dans ses bras son fils, âgé seulement de quelques heures. La même clameur s’échappe de la foule. Le même trait d’humour: "Mon fils ressemble heureusement à sa mère", dit-il. George, né le 22 juillet 2013, aura été tout aussi désiré et attendu que son père. Car tous les deux sont nés pour régner…

C'est pourtant sur l'île d'Anglesey, au pays de Galles, puis à Anmer Hall, dans la campagne du Norfolk, loin de la cour, que William et son épouse, Kate, ont décidé de passer les premières années de leur mariage. Depuis la naissance de sa fille cadette, en mai 2015, le duc de Cambridge se sent libre de mener enfin l'existence qui lui ressemble, d'offrir à George et à Charlotte la quiétude et la stabilité qui lui ont tant manqué lorsqu'il était enfant. 

Épanoui dans son métier de pilote d'hélicoptère pour l'East Anglian Air Ambulance, le petit-fils d'Élisabeth II savoure pleinement les bonheurs sans tapage de sa nouvelle vie, qui prendra un nouveau tournant cet été: William et Catherine ont en effet annoncé leur décision de revenir s’établir à Londres de manière permanente avec leurs deux enfants.

À  l'heure où il s'apprête à se consacrer à plein temps à ses engagements officiels pour mieux seconder la reine Élisabeth et le prince de Galles, William semble plus que jamais prêt à endosser son rôle de futur monarque. 35 ans, l'âge, semble-t-il, de la maturité...

Par Lola Léger et Caroline Lazard

23/06/2017

Sur la Syrie, “mes lignes sont claires”, énonce M. Macron. “Un: la lutte absolue contre tous les groupes terroristes. Ce sont eux, nos ennemis. Nous avons besoin de la coopération de tous pour les éradiquer, en particulier de la Russie”

Syrie: la France ne réclame plus la destitution d’Assad (Macron)

1agld1r.gifSyrie: la France ne réclame plus la destitution d’Assad (Macron)

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu