Avertir le modérateur

03/12/2018

I wrote an App for You, NewsCenter for everyone, N'oubliez pas que les bonnes idées peuvent venir de n'importe où, Partagez votre perspective,Renseignez-vous sur la diversité,Défiez vos propres pensées,Le monde au XXIe siècle

Groupe d'intérêts.jpgI wrote an App for You> NewsCenter for everyone

Le monde au XXIe siècle... Le problème est indicible, les solutions inconcevables…????

Un monde à soi. Nous vivons sous le même ciel, mais notre compréhension du monde n’en est pas moins toujours située. Stefan et Madeleine Raducanu réfléchissent aux conditions d’une appropriation commune des savoirs, qui déjoue leur inégale circulation.

À l’âge de la mondialisation, comment écrire une histoire ouverte sur le monde, sur ses échanges, ses circulations, ses rencontres ? Contre l’européocentrisme ou le repli national, il convient d’expérimenter de nouvelles manières de penser et d’écrire l’histoire. La diversité intellectuelle et internationale est un élément que nous incarnons avec force chez Automattic - c’est d’où nous venons et comment nous avons grandi pour inclure des automates de plus de 60 pays. Cependant, nous reconnaissons que nous avons encore beaucoup de travail à faire pour intégrer les nombreuses différences que représente notre communauté. Nous espérons que vous envisagerez de vous joindre à nous dans notre cheminement vers une diversité et une inclusion sans cesse grandissantes.

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover

« Donnant-donnant »

Parce qu’une économie de la connaissance est une économie de l’innovation, elle se place en rupture par rapport aux anciens schémas pour proposer un modèle de société créative, responsable et solidaire. Une économie de polarisation des savoirs et des liens sociaux pour cultiver tous les maillages possibles au développement d’un écosystème harmonieux et durable.

Les technologies numériques réinventent notre société en investissant progressivement tous les domaines de notre vie quotidienne et tous les secteurs de l'économie. De l'innovation médicale à la mobilité, en passant par la communication, l'industrie, la sécurité, le traitement de l'information, le développement des loisirs... le numérique est partout, révolutionnant nos manières de produire et d'interagir avec notre environnement....

S’adapter, adapter et faire adapter, tels sont les mots d’ordre du nouveau contexte. Dans cette évolution, c’est le monde qui se transforme lentement mais sûrement en interface généralisée au numérique.

Pour Vous et avec Vous!

Un projet ambitieux, humain, imaginatif, hors normes, réunit 3 pôles et sera tourné vers une approche de bien-être collectif et individuel, grâce à son architecture, à l'intégration de la nature et aux services proposés. Laisser les groupements d'opérateurs faire preuve d'imagination. Même s'il s'agit d'un exercice difficile, nous invitons les groupements à laisser libre cours à leur imagination tout en leur demandant d'intégrer ce modèle de société. Les conflits d'autorité et de légitimité, tout comme les pratiques émanant du code, nous incitent à trouver une autre voie. C'est bien  là le projet d'un humanisme numérique.

C’est ainsi que la sociabilité numérique est une nouvelle façon de faire société : lecture automatique de soi (en fonction des catégories du profil et de ses modulations), l’identité se construit dans un échange entre fragments discursifs et actions en réseau. Des interventions, des associations, des rapprochements, des rencontres fortuites, portées par les similarités et les liens de parenté d’un type nouveau, entre catégories et position sur un réseau et finalement des formes d’association productrices de sens et de pertinence, ce sont les particules élémentaires de l’identité numérique. Et cette identité appelle une autre manière d’informer et de former.

Notre modèle de société. VISION 2021

 

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"=SocSav21

 

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

2021.jpg

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Pour vous, nous avons conçu un Réseau d'échanges et de savoirs, vous proposant un mode de collaboration, plus pertinent et efficace, capable de s'adapter à votre entreprise, votre fonction et vous.

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique…sch_info_01_full.png

POUR LA CONTRIBUTION AU MIEUX-ETRE COLLECTIF ET GLOBAL, POUR L’HUMAIN, L’ORGANISATION ET LA VIE

 Sa devise « Pour Vous et avec Vous» est un projet de développement durable conçu à l’échelle des territoires ou des régions, chaque membre mettant son expérience, ses connaissances au profit de l’ensemble, afin d’augmenter la richesse de chacun. SocSav21 portera sur les moyens mobilisés par les acteurs de la société civile pour participer au débat et à la décision publics, ainsi que sur les dispositifs de concertation mis en œuvre par les pouvoirs publics.

Seront ainsi successivement abordées les causes environnementales, familiales, consuméristes, humanitaires, générationnelles, scolaires, sanitaires, féministes et la défense des libertés. 

3smartphones.jpegEnrichir les compétences de chacun, susciter le goût d'entreprendre. Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial au siècle des réseaux.

Stimuler le plein emploi de l'intelligence générale des individus faisant appel à la connaissance du monde. L'engagement de chacun, condition d'une stratégie pour tous.

Le développement durable FRANCE WEB est avant tout un apprentissage du partage des savoirs et des pouvoirs. Les TIC permettent de faire communiquer entre elles des disciplines, des associations, des organismes qui ont du mal à connecter, dans une même toile de sens "développement durable", des initiatives qui nous semblent naturellement devoir se rencontrer dans une même vision d’interdépendance.

2 maini.jpgIncorporer la dynamique associative dans une démocratie du dialogue, le dialogue civil ! 

« Donnant-donnant »

Alliance entre pouvoirs publics et société civile

Un monde qui séduit par sa souplesse et son inventivité

LES VALEURS HUMAINES SERONT LES PILIERS DE DEMAIN ET LA CONFIANCE SERA UNE CONDITION SINE QUA NON A LA RÉUSSITE DE L'ORGANISATION

« Ce qui libère, c’est la sagesse »

LA CRÉATIVITÉ POUR L'ÉPANOUISSEMENT PERSONNEL

Les technologies numériques réinventent notre société en investissant progressivement tous les domaines de notre vie quotidienne et tous les secteurs de l'économie. De l'innovation médicale à la mobilité, en passant par la communication, l'industrie, la sécurité, le traitement de l'information, le développement des loisirs... le numérique est partout, révolutionnant nos manières de produire et d'interagir avec notre environnement....

S’adapter, adapter et faire adapter, tels sont les mots d’ordre du nouveau contexte. Dans cette évolution, c’est le monde qui se transforme lentement mais sûrement en interface généralisée au numérique.

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover

Parce qu’une économie de la connaissance est une économie de l’innovation, elle se place en rupture par rapport aux anciens schémas pour proposer un modèle de société créative, responsable et solidaire. Une économie de polarisation des savoirs et des liens sociaux pour cultiver tous les maillages possibles au développement d’un écosystème harmonieux et durable.

Groupe d'intérêts.jpgPour Vous et avec Vous!

Un projet ambitieux, humain, imaginatif, hors normes, réunit 3 pôles et sera tourné vers une approche de bien-être collectif et individuel, grâce à son architecture, à l'intégration de la nature et aux services proposés. Laisser les groupements d'opérateurs faire preuve d'imagination. Même s'il s'agit d'un exercice difficile, nous invitons les groupements à laisser libre cours à leur imagination tout en leur demandant d'intégrer ce modèle de société. Les conflits d'autorité et de légitimité, tout comme les pratiques émanant du code, nous incitent à trouver une autre voie. C'est bien  là le projet d'un humanisme numérique.

C’est ainsi que la sociabilité numérique est une nouvelle façon de faire société : lecture automatique de soi (en fonction des catégories du profil et de ses modulations), l’identité se construit dans un échange entre fragments discursifs et actions en réseau. Des interventions, des associations, des rapprochements, des rencontres fortuites, portées par les similarités et les liens de parenté d’un type nouveau, entre catégories et position sur un réseau et finalement des formes d’association productrices de sens et de pertinence, ce sont les particules élémentaires de l’identité numérique. Et cette identité appelle une autre manière d’informer et de former.

« Comment réussir dans un monde d’égoïstes »

Réanimer l’engagement citoyen>> Histoire d'un projet>PoissyWebCitoyen>SmartCity>Ville Connectée

L'objet de ce projet "c'est la nature humaine, non un héros individualisé">"Les héros, ou simplement les gens bien, Nous en avons besoin !"

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

Chaque choix que nous faisons correspond à la satisfaction d’un besoin à l’instant T. Nous prenons des décisions en fonction de ce qui nous semble être le mieux pour nous au moment où nous les prenons. Mais la vie est un mouvement, une évolution constante. Ce qui était valable hier ne l’est peut-être déjà plus aujourd’hui, alors demain ?

Rien ne m’apparait plus faux et artificiel que les analyses de certains spécialistes énonçant que la Toile nous emporte vers l’uniformité de la pensée et des cultures. Je ne partage pas l’inquiétude qu’exprime Michel Boyon du CSA sur le risque d’uniformité culturelle dans l’Internet[1]. Au contraire, la Toile nous offre des horizons nouveaux pour nous découvrir différents et singuliers. A vrai dire, le vrai problème est de savoir défendre nos singularités tout en évitant de nous enfermer dans un communautarisme d’exception

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Le pisciacais Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,  L'Humain demain, La nouvelle société du savoir ! Pour Vous et avec Vous. Société contributive,  projet architectural majeur du 21ème siècle.

L'entreprise ressemble à une réserve naturelle, comme une île au centre de l'Europe, ou une espèce protégée vit- plutôt bien - à l'abri du chômage et des désordres politiques et sociaux. Aucun autre État au monde ne pratique en même temps la démocratie directe, le fédéralisme, la neutralité, la paix du travail et le compromis systématique. C'est le modèle "Nouvelle société du  XXIe siècle".

Ensuite sur le fond, pour être perçue comme une alternative possible, notre famille politique doit cesser de ne s’exprimer qu’en réaction à l’actualité ou aux choix gouvernementaux ; elle doit produire et exprimer une vision crédible de la France de demain. Notre proposition, c’est de cesser de raisonner en silo, et de se donner les moyens de conceptualiser un vrai projet politique.

C’est parce que nous sommes animés chaque jour par ces réflexions, parce qu’elle sont au cœur de notre engagement d’élus et qu’elles nous guident au quotidien dans ce que nous voulons être un mandat de contact avec nos concitoyens et de bon sens dans les choix que nous faisons, que  nous exprimons avec sincérité et détermination – loin des logiques d’appareil de certains – notre désir de contribuer utilement au débat national et et désireuse d’épargner à la France l’aventure des extrêmes qui malheureusement n’a jamais été aussi pressante à nos portes."

Un vent nouveau sur l’écriture de l’histoire.

Partagez ce qui vous inspire :

Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien.

Vous avez le choix d’envisager les choses autrement !

La clef est en vous : c’est votre imagination.

Building Global Community

Le dialogue civil>> Je ne manifeste pas, mais je suis obligé de constater que le ras le bol est général,>>Par ces temps de « crise » où le citoyen est appelé à faire des efforts permanents, ce système est indécent, et démontre que les élus...

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi" il faut refaire de la politique : C’est parce que nous sommes animés chaque jour par ces réflexions, parce qu’elles sont au cœur de notre engagement d’élus et qu’elles nous guident au quotidien.

Citoyenneté active-démocratie partticipative fondent notre action, impulser les changements rendus nécessaires par l’évolution de notre société.

Pendant presque un siècle, la construction de l’État providence a constitué l’horizon naturel du progrès social dans les pays industriels. Cet État providence est aujourd’hui mal en point. Il est d’abord devenu trop coûteux. Si elles continuaient à croître au rythme actuel, les dépenses de santé absorberaient bientôt la quasi-totalité des ressources des ménages ! Pour faire face à la hausse des dépenses sociales, les prélèvements obligatoires ont crû très rapidement, menaçant du même coup la compétitivité des entreprises et le dynamisme de l’économie. Mais l’État providence est surtout devenu une machinerie de plus en plus opaque et bureaucratique. Les principes de solidarité et de redistribution qui le commandent n’apparaissent plus clairement. La crise de l’État providence est culturelle et morale plus encore qu’économique. Pierre Rosanvallon Professeur au Collège de France, il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont, récemment, au Seuil, Le Parlement des invisibles (« Raconter la vie », 2014).

Contact : Stefan Raducanu : +33 (0)1 39 65 50 34   +33 (0)6 85 36 20 75

Président FranceWeb Association 

Il faut refaire de la politique

SocSav21 "Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi" il faut refaire de la politique : C’est parce que nous sommes animés chaque jour par ces réflexions, parce qu’elles sont au cœur de notre engagement d’élus et qu’elles nous guident au quotidien

Pendant presque un siècle, la construction de l’État-providence a constitué l’horizon naturel du progrès social dans les pays industriels. Cet État-providence est aujourd’hui mal en point. Il est d’abord devenu trop coûteux. Si elles continuaient à croître au rythme actuel, les dépenses de santé absorberaient bientôt la quasi-totalité des ressources des ménages ! Pour faire face à la hausse des dépenses sociales, les prélèvements obligatoires ont crû très rapidement, menaçant du même coup la compétitivité des entreprises et le dynamisme de l’économie. Mais l’État-providence est surtout devenu une machinerie de plus en plus opaque et bureaucratique. Les principes de solidarité et de redistribution qui le commandent n’apparaissent plus clairement. La crise de l’État-providence est culturelle et morale plus encore qu’économique.Pierre RosanvallonProfesseur au Collège de France, il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont, récemment, au Seuil, Le Parlement des invisibles (« Raconter la vie », 2014).

Claire Rupil Pour stopper cela il en tient à vous d écouter votre peuple plutôt que jouer la sourde oreille
Isabel Large La vraie violence, c'est 9 millions de pauvres, 200 000 SDF, c'est 80 milliards d’évasion fiscale, c'est Amazon, Starbucks, Google qui ne paient pas d'impots, c'est les patrons du CAC 40 qui gagnent 5 millions par an en augmentation de 14 % quand le gouvernement ne donne pas de coup de pouce au SMIC ...

C'est ça la violence.

Pas 3 bagnoles qui crament dans des quartiers à 12 000e le m2.
Marie Crepinge j ai honte de mon pays que j aime;;en france on a tout...la sécu la caf...jene suis pas riche maiis je suis heureuse..auxilliaire de vie.. j aime mon métier je me sens utille

Del Bonnel Ravel Arrête de parler de respect !!! Tu nous chies sur la gueule depuis des mois

Amandine Renaut Quand je vois toutes ces scènes de violences, de saccages... je n'ai même plus de mots... pour un mouvement qui se voulait soit disant pacifique, il tourne vite à l'anarchie... aucun respect, c'est d'une tristesse lamentable... aujourd'hui je pleure pour mon pays... Honte à ces gens ...
Antoine Coiffard Tenez le cap Monsieur le président !
Seul le dialogue pourra résoudre les problèmes et NON les violences.
#jesuismacron
Cayl Beylly C'est le PEUPLE qui est attaqué avec vos réformes !!! N'inversez pas les rôles ! Vous êtes violent et sans coeur ! Encore une fois vos propos le confirme ! Ecoutez la rage et la haine que vous avez engendré ! Des snipers postés sur les bâtiment pour abattre le peuple qui revendique que ses droits !!!!!!
Mamadi Keita Monsieur le président continuer votre combats, vous êtes une référence dans la politique mondiale

Pata Pouf Vous me faites honte les gilets jaunes ! Vous méritez d’aller dans un pays comme la Syrie où la véritable misère existe où le quotidien est de se battre pour rester en vie. Vous ne vous rendez pas compte de la chance que l’on a d’être né ici. Vous ne savez même ce que vous voulez exactement à part vous plaindre. Triste France..

Valentin Katy Renard Les GJ sont pacifistes contrairement aux Crs qui gazent pour rien et qui se déguisent en casseurs pour décribiliser le mouvement citoyen
Sebastien Alexandre Lorsque nous sommes le chef il faut diriger par l’exemplarité Monsieur Macron. Lorsque on n’écoute pas le peuple le peuple parle plus fort. Vous êtes responsable de tous les évènements actuelle avec vos prédécesseurs. Bon courage Monsieur je n’aimerai pas être à votre place.
Patrick Coget Finalement ,on s aperçoit que vous ne gerez pas grand chose dans ce pays.Vous etes ...comment dirais je..pathétique?
Jérôme Miceli "La fraude fiscale s'élèverait à 100 milliards d'euros en France". Quand est-ce que Emmanuel Macron va s'en occuper?? Merci de me répondre.
Wilfrid Moulin Emmanuel tu es le seul responsable. Soit un homme pour une fois dans ta vie. Et « dégage ».
Alain Lombart Honte à vous Monsieur le Président.
Procéder à la dissolution de l'assemblée pour voir quelle majorité se dégagera ou sinon demissionnez
520
Gérer
 
Soulemane Bambara Nous allons demander a l union africaine d envoyer une force pour proteger les manifestants. L Afrique ne saurait tolerer de tels agissement de la part du president francais pour empecher la liberte d expression
Kheirou Tazerouti Vous accusez les gens monsieur le président alors que le peuple vous a élu pour trouver des solutions ..
Ce discours ne changera rien '
Olivier Deloffre Mr Macron , A présent il est grand temps de démissionner car vous êtes le seul et unique responsable de ce chaos !
Vous rendez un énorme service à la France!
Julien Debelizal 1789... 1848.....mai 68... vous croyez vraiment que les gens allaient rester la sans rien faire.. parfois la violence et le seul recours pour ce faire entendre.. pour le moment on ne vous a pas trop entendu.. Monsieur le Président.
Agnès Compain Je manifeste, et je m'aperçois que de nombreux casseurs auraient pu être arrêtés dans la foule par des policiers en civils !!
On les voit faire et on sait qui ils sont !
Pourquoi cela n'est pas fait, et bien à se demander si cela n'est pas volontaire, pour casser une manifestation qui dérange bcp trop !!
Samsa Gregor Tu es le seule coupable... Du chaos à Paris. Tu mérites prison ferme... Tu fais mal au peuple français, tu divise le peuple français, tu es un provocateur un manipulateur.... Le plus mauvais président de la République. Je comprends bien la colère des français ... Honte à vous . Not my président.
Alex Enchery Qui sème le vent récolte la tempête , le peuple n’est pas bête , les auteurs de ses actes ne te veulent plus c’est un fait .... le plus violent de ses 18 mois c’est toi suppression de lISF de la Flat taxe , les augmentations de salaires des ministres et personnes attachées , augmentations des taxes , avec l’écologie pour justifier cela , et les déplacements en avions ou hélicoptère pour 100 km , ton mépris du peuple... et rappelle toi l’affaire Benalla ou tu as provoqué le peuple pour qu’on vienne te chercher et ben le peuple est là donc viens
Christelle Hermal Le respect Mr le Président.. le respect du peuple à minima.. au travers de votre discours de ce soir au G20 vous venez de démontrer une fois de plus votre mépris du peuple.. je n'ai vu cela venant d'un président... Et pour les commentaires positifs sur cette page je respecte ceux qui ont la chance de bien vivre mais je n'accepte pas que l'on ne respecte pas les moins bien loti.. je pense que ce soir vous venez de valider votre propre guerre civile
Judes Bertrand Mekame Mba Bien fait pour ton mandat toi l'ami des dictateurs africains comme le sanguinaire Bongo
Florent Meyer Les seuls responsables sont vous....et votre silence, accompagné d’un peu d’ignorance !!
Thierry Delorme Incroyable! Vous ne savez vraiment pas reconnaître une erreur ?? Votre trajectoire carbone va nous amener à 2 euros le litre à la moindre flambée du pétrole ! Le carburant c'est aussi notre outil de travail ! Vous parlez, vous alignez les concepts, vous parlez de climat mais vous ignorez la souffrance des gens ! Nous ne sommes pas tous parisiens...nous avons besoin de la voiture pour vivre ! Votre autisme est entrain de tuer la république!
Jc Copel Le mec est en Argentine .... alors que son Pays est en Feu .... hallucinant
Nathan Smid Ton peuple souffre pendant que tu fais le beau en Argentine
expliquer quoi ? vous augmentez les taxes sur les carburants mais ne mettez que dans la transition énergétique qu'une infime partie des recettes engrangées .
parlez vous de solution alternative au tout routier ? parlez vous du fluvial du rail? :NON!
et demain ? hausse de 4% de l’électricité en janvier , c'est du gaz 6% ....
bravo a messieurs Hulot et Collomb qui on démission et j’espère que monsieur Ledrian en fera de même.
gardez votre pédagogie mensongère pour l'ENA et vos fidèles mais cessez de prendre le peuple pour des imbéciles se sera un bon début .
de plus vous poussez vers un vote extrême de électeurs et mettez en danger le projets européen ! quel mensonge allez vous nous servir le 21 mars ?
les casseurs des champs Elysés sont des voyous , oui ! mille fois oui ; mais vous ?
des voleurs en cols blancs ;et de redoutables menteurs .... hélas le peuples ne vous crois plus ! vous ne valez guère mieux ..... vous êtes pathétiques et méprisable par votre arrogance ( Darmanain ... ). « moins

Répondre à @wolfskin: Tout ça, c'est du baratin écono médiatique qui n' a que comme objectif une lutte politique.
La pédagogie d'intox de l'opposition n'est pas mieux.
L'opposition veut faire croire au Père Noël ou mieux qu'elle détient dans ces rangs une Joséphine ange gardien qui peut transformer la pays en paradis d'un coup de baguette magique.

Répondre à @wolfskin: Vous avez entièrement,tout ça ce n’est que la flute,juste un bon prétexte pour nous plumer encore un peu plus.Le réchauffement climatique n’est ni plus ni moins que du pain béni pour nos bons à rien de politiques et je pense qu’avec Macron on a atteint le summum du mépris et de l’arrogance,ce n’est qu’un opportuniste.

Ce gouvernement est minable et je ne parle même pas de ce président, le pire que nous avons eu depuis le début du siècle et même du XXème siècle.
Il ne sait gouverner qu'à coup de taxes et nous appauvrir encore un peu plus alors qu'il ne s'étonne pas des conséquences de ses actes.

Répondre à @NicoLeFou: Drôle de remarque, je pense qu’aujourd’hui c'est beaucoup mieux pour une certaine classe de la population et vraiment difficile pour certains et de plus en plus compliqué pour les classes moyennes.

Voilà un premier aveu: « On s’est plantés. » J'attends le reste des aveux et la liste va être longue! Démission de Castaner! Les GJ garde le cap pour l'acte 4!

Toute la violence pouvait être évitée si le gouvernement avait pris la décision de geler les hausses prévues. Preuve de l'amateurisme de ce président, de ce premier ministre, bien contestés aujourd'hui.

Au-delà de la fiscalité, pour sortir de la crise des gilets jaunes, il n’y a pas d’autre voie que « d’engager le dialogue sur ce qui provoque ce malaise », a prévenu Laurent Berger. « On parle de pouvoir d’achat, de logement », mais aussi « des services publics » et « c’est le pouvoir de vivre qui est en question aujourd’hui dans notre pays », a-t-il résumé, avant de lancer : « Rentrons dans un Grenelle du pouvoir de vivre »

« Une augmentation des minima conventionnels »

Le patron de la CFDT a dit attendre du gouvernement « une écoute beaucoup plus forte des revendications qui sont posées par les gilets jaunes mais aussi, depuis des mois, par les organisations syndicales et les associations ».Quant au recours à l’état d’urgence, évoqué samedi soir par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, ce « n’est pas une solution », selon lui. « La première réponse à apporter n’est pas sécuritaire, c’est une réponse de contenu par rapport aux problèmes sociaux (…) Je ne vois pas en quoi l’état d’urgence règlerait le problème », a-t-il insisté.

Par ailleurs, Laurent Berger n’a pas exigé de revalorisation exceptionnelle du Smic, après que le Premier ministre, Édouard Philippe, a écarté mercredi tout « coup de pouce » au-delà de la revalorisation légale du salaire minimum prévu au 1er janvier. « Il faut plutôt aller vers une négociation dans les branches (…) pour une augmentation des minima conventionnels », a-t-il estimé.

"Ce sont les plus modestes et les plus fragiles qui subissent". "Rien ne serait pire que de laisser prospérer une mortifère opposition entre justice sociale et transition écologique. Je suis convaincue que l'un ne pourra jamais aller sans l'autre, d'autant plus que ce sont les plus modestes et les plus fragiles qui subissent, et subiront encore plus si nous ne faisons rien, les conséquences du dérèglement climatique", a déclaré Martine Aubry dans un communiqué publié après une nouvelle journée nationale de mobilisation des "gilets jaunes", marquée des violences et dégradations à Paris.

"Une crise durable du pouvoir d'achat". Le pays "fait face à une crise durable du pouvoir d'achat", que "la politique économique, sociale et fiscale de l'exécutif n'a fait qu'amplifier", a ajouté l'ancienne patronne du Parti socialiste en pointant du doigt le gel des pensions, l'augmentation de la CSG, la baisse des APL et la suppression de l'ISF. L'ex-ministre, qui condamne "les violences inacceptables" de samedi, exhorte le gouvernement "à ne pas choisir la politique du pire et du pourrissement, qui mènerait à coup sûr notre pays vers de sombres horizons".

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner "doit démissionner" et le gouvernement "cesser de s'entêter" sur la hausse des taxes sur le carburant, a estimé dimanche Générations, le mouvement dirigé par Benoît Hamon, ancien candidat du PS à la présidentielle.

"Monsieur Castaner doit démissionner". "La manifestation du 1er décembre a donné lieu à de graves affrontements, et à des scènes quasi insurrectionnelles, au cœur de Paris, notamment sous l'Arc de Triomphe. Le désordre dans la rue est la conséquence directe du désordre qui règne au plus haut sommet de l'État", écrit le porte-parole de Générations, Mehdi Ouraoui.

"Depuis le début du conflit des "gilets jaunes", le Ministre de l'Intérieur attise les tensions au lieu de les apaiser, et expose nos forces de l'ordre aux dangers au lieu de créer les conditions du retour au calme. Après ce énième échec, Monsieur Castaner nommé ministre de l'Intérieur par complaisance et non par compétence, doit démissionner", poursuit-il. "Outre ce geste d'élémentaire respect de nos institutions, le président de la République dois cesser de s'entêter, renoncer à la Taxe Macron faussement écologique et annoncer rapidement des mesures fortes pour le pouvoir d'achat et la justice fiscale qui seules peuvent répondre à la demande d'égalité de nos concitoyens et à la transition écologique", conclut Générations.

Une sorte de fête des voisins déshérités, dont la violence n’est ni exclue, ni obligatoire

Ce soulèvement est-il comparable à la Jacquerie 2.0 que la France connaît depuis plusieurs semaines avec les Gilets jaunes ? Dix-huit révoltes populaires d’importance enregistrées depuis 1624, dont 1789, 1830, 1848, 1871, 1934, 1953, 1968, 1986, 1995, 2003, 2005 : régulièrement, les pêcheurs, les agriculteurs, les routiers ou les Bonnets rouges contre l’écotaxe ont précédé les Gilets jaunes. Mais cette révolte-là semble d’une autre nature. Plus profonde. Plus enracinée. Plus déterminée.

Sans chefs (et les contestant dès qu’ils émergent), friands de réseaux sociaux et de négociations filmées au grand jour, partisans d’une démocratie directe sous contrôle d’un Big Brother social inattendu, les Gilets jaunes semblent avoir réussi ce que les syndicats et les partis les plus contestataires espéraient depuis longtemps : la convergence des luttes. Ni ultradroite, ni ultragauche. Ultrapeuple !

Vapeur. Partout en France, dans ces espaces périphériques qui semblent en fait avoir glissé du mauvais côté d’une frontière invisible érigée entre rentiers et victimes de la mondialisation (ces derniers sans services publics, ni internet haut débit, ni investissements d’avenir…), on croise des blocages, des rassemblements, des affrontements, des dialogues, des citoyens qui inventent au jour le jour ; une sorte de fête des voisins déshérités. Dont la violence n’est ni exclue, ni obligatoire.

Ainsi fuse la vapeur de tant d’années de mépris pour un peuple qu’on avait un peu vite oublié et qui devait, envers et contre tout, s’adapter. Comme si le premier de cordée était en fait seul. Les autres restant accrochés ici et là, mais ne pouvant plus grimper. Et se persuadant, à juste titre, que leurs enfants vivraient moins bien qu’eux. Alliant ainsi la désespérance du moment à la certitude de la régression à venir.

Ce concept de lutte, pour réussir, nécessite aussi des professionnels de la contestation permettant un débouché possible : la négociation ou la révolution.

Mais ce concept de lutte, pour réussir, nécessite aussi des professionnels de la contestation permettant un débouché possible : la négociation ou la révolution. Or cette population de retraités exaspérés, de faibles revenus étranglés, de laissés pour compte périphériques si bien décrits par le géographe Christophe Guilluy ne semble à l’aise sur aucun des deux terrains. Elle souhaite qu’on l’écoute, qu’on l’entende, qu’on la comprenne. Mais pour les revendications, son malaise est patent. Et pour la révolution, elle paraît fort divisée. Elle hésite entre le mouvement de foule violent si bien décrit par Lebon et le rejet de la casse.

Essentiellement pacifiques ou limitant leurs démonstrations de force à la destruction d’outils statiques et symboliques (péages, radars…), les Gilets jaunes sont aussi – parfois à leur corps défendant, mais pas toujours – l’asile d’autres colères et d’autres ressentiments, bien moins présentables. Les pillages de Paris samedi ont bien montré la complexité de la composition des manifestations.

Quelle que soit l’issue de ce mouvement, sa radicalisation sera l’élément majeur de la suite des évènements. Car un processus social génère toujours une génération militante. Une élite anti-élites qui se transforme en fer de lance structuré d’une révolte qui refuse encore de le devenir vraiment. Cette « avant-garde » va naturellement tenter d’obtenir le plus possible. Et si possible tout. Même si l’on peut difficilement percevoir l’importance de la suppression du Sénat avec la baisse du prix du diesel…

Or le gouvernement, souvent par manque d’expérience (à l’exception du message inattendu mais clair émis par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian), a du mal à comprendre le message et surtout à trouver le mode d’emploi. On ne pourra à cet égard que souligner la lucidité désespérée de l’ancien ministre d’État, ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, dont on pourra dire rétrospectivement qu’il l’avait vu venir. Et, de façon un peu sibylline, annoncé. Tout en regrettant qu’il ne soit pas resté à son poste pour gérer au plus près une crise aussi majeure.

Pouvoirs autoritaires. Cette situation ne surprendra que peu les observateurs attentifs des phénomènes des années 1970-1980 qui virent la Guerre froide accoucher d’une paix chaude, marquées par des violents affrontements sociaux et des actions terroristes « rouges » et « noires » qui ne disparurent qu’après la chute du Mur de Berlin.

Un autre italien, Giogio Agamben, a déjà illust

Un autre italien, Giogio Agamben, a déjà illustré les problématiques d’une société en réseau et fortement vulnérable à une classe paupérisée hésitant entre révolte et révolution : « Dans L’Idéologie allemande, Marx consacre plus de 100 pages au théoricien de l’anarchie Stirner, dont il récuse la distinction entre révolte et révolution. Stirner théorise la révolte en tant qu’acte personnel de soustraction, égoïste. Pour Stirner, la révolution, c’est un acte politique qui vise le conflit contre une institution, alors que la révolte, c’est un acte individuel qui ne vise pas à détruire les institutions. Il suffit tout simplement de laisser l’État être, et ne plus l’affronter : il va se détruire lui-même. Marx oppose une sorte d’unité entre la révolte et la révolution. Il cherche l’unité des deux : ce sera toujours pour des raisons égoïstes, pour ainsi dire de révolte, qu’un prolétaire fera un acte directement politique. Je ne dis pas qu’il y a une solution à ce problème, entre les lignes de fuite qui seraient un geste de révolte, et une ligne purement politique. Ni le modèle parti, ni le modèle d’action sans parti : il y a besoin d’inventer ».

Il reste au mouvement et au gouvernement à justement inventer un dispositif qui permette d’écouter, d’entendre et d’agir. Faute de quoi, même essoufflé, le mouvement accouchera de ce qui renforce toujours les partis et les pouvoirs autoritaires : la violence. Et produira donc l’inverse de ce qui est en fait inexprimé, faute de politisation suffisante, faute de corps intermédiaires reconnus, faute d’enracinement citoyen : sa demande de plus de démocratie.

Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire national des arts et métiers, New York et Shanghai.

Gilets jaunes»: le quinquennat est fini

« Depuis 2017, bien des accidents se sont enchaînés de manière analogue: des mots arrogants, une brillante intelligence mais conjuguée à une inexpérience humaine, l’impuissance face au chômage… »

La manifestation des Gilets jaunes, samedi dernier, n’a mobilisé à Paris que quelques milliers de personnes. Forcément : quand on termine le mois avec cinq euros en poche, on ne peut pas prendre le TGV. Les images des « casseurs » n’ont pas pour autant terni ce mouvement populaire, d’où les « minorités visibles » étaient singulièrement absentes.

Frappantes, si l’on peut dire, les images du matraquage d’un retraité sur les Champs-Élysées. Cinq ou six CRS contre un homme, qui fait face, les mains nues et ne recule pas. On connaît les difficultés du maintien de l’ordre. Mais son efficacité n’exclut ni le discernement ni l’humanité.

Ces images éclairent ainsi le divorce entre le Président et les Français. Tout a commencé au lendemain de la victoire d’Emmanuel Macron, par la première réforme majeure du quinquennat : la suppression de l’ISF, si souvent interprétée comme le remboursement, en somme, d’une dette contractée auprès des premiers amis. Une réforme sans contrepartie, faite pour ceux qui paient tous les autres impôts !

Une révolte fiscale naît toujours d’accidents même si, longtemps, elle demeure une sorte de rivière souterraine. La Révolution de 1789 surgit ainsi d’aléas climatiques, dès le printemps 1788 qui noie les cultures sous la pluie. L’hiver est terrible et les miséreux fuient les campagnes pour les villes. Du poids et de l’inéquité de l’impôt émerge, dans la Déclaration des droits de 1789, le principe du consentement à l’impôt, fondement du parlementarisme et du consensus national.

Depuis 2017, bien des accidents se sont enchaînés de manière analogue : des mots arrogants, une brillante intelligence mais conjuguée à une inexpérience humaine, l’impuissance face au chômage, la criminalité, l’islamisme, le désespoir des ruraux, la pression migratoire. Quelques centimes de taxe supplémentaires sur le carburant ont tout révélé du chaos français.

Il y a pire : c’est ce sentiment collectif que le quinquennat est fini mais qu’il va durer plus de trois ans encore, tel un divorce dans la rage qui s’épuise dans les procédures judiciaires. La certitude aussi que le président de la République n’a, au sens strict du terme, plus rien à perdre : situation insupportable que va rythmer un calendrier électoral « plombé » par les difficultés intérieures et l’isolement diplomatique.

«Bien sûr, de nouvelles hausses d’impôts seraient imaginées par les technocrates de Bercy qui ont oublié un principe simple: les gros taux tuent les totaux»

Pour restaurer la paix civile, Emmanuel Macron n’aura guère d’autre choix que de dissoudre l’Assemblée nationale, sanctionnant ainsi une majorité docile mais incapable de défendre et de justifier sa politique. S’il ne se résolvait pas à trancher le nœud gordien, la France resterait un théâtre d’affrontements où la vie économique serait paralysée. La croissance s’affaiblirait, le chômage reprendrait sa progression, les recettes budgétaires ne suffiraient plus à payer une dette rendue plus coûteuse par des marchés financiers défiants.

Bien sûr, de nouvelles hausses d’impôts seraient imaginées par les technocrates de Bercy qui ont oublié un principe simple : les gros taux tuent les totaux.

La roche Tarpéienne est proche du Capitole. Mieux vaut l’urne que le pavé. Mais toujours, le désordre est fils de l’injustice. Et c’est celle-ci qui marque désormais de son sceau un quinquennat né de l’ambiguïté.

Bernard Carayon est avocat, maire (LR) de Lavaur et ancien député du Tarn

Par fegueux.rene, le vendredi 30 novembre à 15h11
b.carayon
c est une excellente analyse de la situation actuelle-je pense qu il faut donner une severe lecon au pouvoir actuel a l occasion des prochaines élections. 

citoyenneté active-démocratie partticipative

fondent notre action impulser les changements rendus nécessaires par l’évolution de notre société

La nouvelle société

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

2021.jpg

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence

COMMUNICATION EVOLUTION

EXPERIENCE DIFFERENT  

RACONTEZ VOTRE HISTOIRE

Un outil de travail et de réflexion  à utiliser en groupe

 

MyBookmarks, FranceWebBack

 

Lire la suite

Diversité et inclusion

Lire la suite

12/11/2018

SocSav21,Nouvel ordre mondial (relations internationales), « C'est un petit pas pour l'humanité dans la mondialisation »

La nouvelle société du savoir !

Société contributive .

projet architectural majeur du 21ème siècle

« Nos structures doivent évoluer sinon elle seront brutalement bouleversées par la transversalité chaotique du numérique »

Pierre Veltz, Paris Saclay

« La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer »

Définir le périmètre stratégique de la performance globale de la France 

Les trois verrous à dépasser pour les territoires:

La montée des incertitudes

Les silos métiers de plus en plus fermés

Les freins à l’évolution des comportements

FranceWebAsso

prend acte du changement de contexte et aide les acteurs de la ville à répondre aux multiples enjeux que doivent relever les territoires du XXIe siècle pour être attractifs et responsables.

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Privilégier l'esprit d'équipe, le partage des savoir-faire et la solidarité, à la fois en interne et dans nos partenariats.
Mettre chacun en situation de réussite. Contribuer par la qualité individuelle à la performance commune.

Services uniques à la pointe pour que vous soyez plus compétitif.

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

IMPLIQUER TOUS LES CITOYENS DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION

L'émergence rapide d'une « société de l'information et de la connaissance » mondiale modifie notre façon de vivre, d'apprendre, de travailler et de communiquer. L'explosion dans la libre circulation de l'information et des idées a apporté la connaissance et ses applications infinies à des millions de personnes, créant de nouvelles possibilités de choix et de nouvelles chances dans certains des domaines les plus fondamentaux de l'activité humaine.
Cependant, trop d'habitants de notre planète restent à l'écart de cette révolution. Un " fossé numérique " menace de creuser encore l'écart entre les riches et les pauvres, au sein de nos pays et entre eux. Les enjeux sont considérables. L'accès rapide aux données et informations peut aider à promouvoir le commerce, l'emploi, la santé et l'éducation. L'ouverture est un autre pilier de la société de l'information et un ingrédient essentiel de la démocratie, de la bonne gouvernance et de la responsabilité publique. Enfin, l'information et la connaissance sont au cœur des efforts qui visent à renforcer la tolérance, la compréhension mutuelle et le respect de la diversité.
FRANCEWEB offre une occasion unique de définir l'avenir de la société de l'information pour que tous puissent en profiter.
FRANCEWEB aide à mieux comprendre comment la révolution de l'information transforme nos sociétés.
Mais surtout,
FRANCEWEB constitue une plate-forme pour développer une vision partagée des moyens de mettre en place une véritable société de l'information sans exclusion et au service de tous les habitants de notre planète.

FRANCEWEB est spécialement pensé pour répondre aux attentes de tous les acteurs des différents secteurs de la société de l'information et de la connaissance. Ce réseau constitué de multiples branches construites, par les partenaires, de façon indépendante les unes des autres, interconnectées. Cette architecture permet des connexions de bout en bout plus rapides et plus stables, un Internet de deuxième génération.

FRANCEWEB réunit des leaders politiques et des dirigeants du secteur privé, de la société civile et des médias.
L'association se donne donc pour objectifs d'informer, encourager conseiller accompagner et de :
-promouvoir un espace d'échanges, de pensée, d'exploration des nouveaux usages et de nouvelles formes d'org
.

-partager et améliorer la compréhension des technologies les plus avancées,
-agir pour permettre leur accès au plus grand nombre,
-Créer et animer des communautés virtuelles et des forums sur Internet
-informer les membres sur l'évolution des outils, des tendances, des nouveaux modèles,
-anticiper les évolutions de l'environnement économique, susciter le goût d'entreprendre,
-sensibiliser aux enjeux stratégique et économique d'Internet,
-permettre un accès simplifié à l'information
-enrichir les compétences de chacun, favoriser l'épanouissement personnel

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Le travail collaboratif n’est pas obligatoire, il est incontournable. Les méthodes et outils pour collaborer, intégrer, formaliser, organiser, représenter et disséminer ce savoir, cette expertise et ces connaissances existent.

FRANCEWEB est organisé pour vous permettre de maîtriser ces méthodes et outils et de placer ainsi la e-collaboration au coeur de la compétitivité, de la création de valeur et de l'innovation de l’entreprise. Illustré par de nombreux cas concrets et s'appuyant sur l'expérience des membres, FRANCEWEB s'attache à développer une pédagogie de partage et de formalisation pratique exemplaire qui fait le succès reconnu de ces espaces de travail collaboratif.

FRANCEWEB favorise les échanges économiques, sociaux et culturels d'entreprises et territoriaux, le travail en réseau et met à la disposition de ses membres tout le savoir, afin de les aider concrètement dans leur développement.
Repérer ces savoirs, les enrichir, les développer; organiser le partage, leur cross fertilisation, leur inter multiplication pour accroître la création de valeur au service de l'individu, entreprise ou territoire, voilà l'ambition du FRANCEWEB.

Cette grande ambition se concrétisera si chacun d'entre nous, élu, décideur, chef d'entreprise, enseignant, citoyen est capable de la prendre à bras le corps, faisant preuve d'audace sur le plan créatif et que nous engagions des actions encourageantes pour les générations futures.

Son Programme

Son programme, pragmatique et ambitieux, vaste chantier concernant les ressources humaines, s’inscrit dans le droit fil de la société de l’information, à travers les territoires, favorisé par l’approbation des usagers de l’Internet et les forces vives de la collectivité (habitants, associations, entreprises, structures, réseau de l’éducation etc.) : cette pluralité des acteurs économiques permettant la complémentarité des approches des savoir-faire et des modes d’intervention indispensables à une mise en œuvre opérationnelle du développement durable dans la nouvelle société du savoir et de la connaissance. FRANCEWEB est à la recherche de partenaires ayant une forte expérience, ainsi que des compétences gravitant autour de trois pôles : social, économique, technologique.

Le concept s’appuie sur trois axes en interactions

AGILITE, INNOVATION, EMPOWERMENT

Knowledge Sharing for a more agile, innovative and engaged organisation.

FRANCEWEB un instrument d’intelligence collective ! 

Une attitude face à Internet, aux bases de données, à l'accès à l'information.

Une attitude face au progrès et à l'avenir.

FRANCEWEB, c'est aussi l'ambition de transformer une masse de données brutes en information facilement accessible et exploitable par tous , en tout point du globe, quelle que soit la langue utilisée.

FRANCEWEB, c'est enfin la certitude de contribuer à intégrer chacun dans un  monde d'information  réellement partagée.

FRANCEWEB n'est pas seulement un portail, un annuaire, un moteur de recherche, une communauté virtuelle, un forum, un site de marques, simple interface, ou un magnifique outil de marketing personnalisé...C’est tout en un. C’est un état d’esprit…Réussir l’impossible.

FRANCEWEB est le n°1 mondial de la collaboration en ligne pour les entreprises, professions libérales, artisans, solos, commerçants, associations, collectivités et organismes publics et parapublics, personnalités, experts financiers et juridiques, des industriels, du monde du Multimédia, des institutionnels et industriels de la Société de l'information, des responsables de réseaux, des fournisseurs de contenus, des sociétés de télé services, des représentants d'usagers, de villes, de régions de différentes parties du globe.

FRANCEWEB s'inscrit dans le droit fil du développement de la Société de l'Information à travers le territoire favorisé par les collectivités locales et de l'appropriation des usages de l'Internet par les PME, particuliers et professionnels. 

Le but d’aider au développement durable par les T.I.C. au travers de la société en réseau et de l’économie de la connaissance.

Son objectif est de faciliter échanges et réflexion prospective, aux niveaux français, européen et international, dans les domaines de la science, de l’industrie et de la culture. Egalement de mettre en place une nouvelle culture entrepreneuriale et à faire de la France  un laboratoire du futur.

Le développement de la société en réseau, de l'économie du savoir et de la connaissance, au niveau local, régional, national et international, par une dynamique individuelle, nous a propulsés dans la mobilisation de l'intelligence collective. Tant à l'échelle des entreprises ou des administrations qu'à celle des régions ou même des nations, la tension vers l'intelligence collective supposant une attention nouvelle portée à l'humain en tant que tel. Lorsque l'on fait appel à toutes les ressources affectives et intellectuelles des personnes, quand on doit susciter des capacités d'écoute et d'attention à l'autre, si l'interconnexion planétaire et les rétroactions sociales suscitent des jeux où l'on gagne d'autant plus que le partenaire gagne, alors la concurrence se déplace sur le terrain éthique. Il faut organiser des programmes d'apprentissage interne pour stimuler la prise de conscience, la culture et l'enthousiasme stratégique ; infuser des valeurs organisationnelles et des principes éthiques à l'appui .

PUBLIC CONCERNÉ

Responsable RH, Responsable fonctionnel, Responsable de formation, Directeur Organisation, Directeur d'unité, Responsable Veille & Intelligence Economique, Responsable d’Equipe R&D, Chef de projet SI et KM, Responsable de la Fonction Publique et des Collectivités Territoriales, Responsable intranet et Webmestre senior, les entreprises, les organismes financiers, les consultants, les représentants des collectivités locales aux institutions diverses, les porteurs de projets, les instances régionales, nationales et européennes  , entrepreneurs, représentants d’usagers, citoyens  de villes, de régions de différents parties du globe.

Mission

Développer des réseaux de savoirs

Accroître les compétences 
Valoriser l'économie

Réinventer un monde plus collaboratif en devenant un e-citoyen.

Réseau d'innovation territoriale pour les services de proximité.

fondé sur l'importance de la démocratie, de la collectivité et de l'échange d'information.

Vecteur d'émotions, de savoirs, de rencontres et de partages, FranceWebAsso contribue à nourir le lien social, la réflexion, l'ouverture et la tolérance dans notre société. Un rôle d'autant plus essentiel dans le contexte tourmenté qui est le notre, entre marasme économique, tentation du repli sur soi et tragiques déferlements de violence. D'une qualité, d'une diversité et d'une ambition remarquable, s'adressant à tous les publics, elle fait honneur à notre statut de pôle incontournable. Un pôle qui n'entend pas se reposer sur ses lauriers et bien au contraire continuer à nourrir des ambitions de premier ordre, en mobilisant tous les partenaires...La diversité pour nous c'est la promotion de tous mais au niveau de l'excellence.

FranceWeb,e-GlobalNetWork®

c'est un espace ouvert de débats participatifs sur Internet, à l’initiative de l'Association FRANCE WEB et à destination de ses habitants pour créer une communauté en ligne dédiée à l'expression, l'échange d'idées et la proposition d'idées pour améliorer la vie locale et donner l'image d'une ville à l'écoute de ses habitants et qui organise le dialogue entre eux.

FranceWeb,e-GlobalNetWork®

  RESEAU DE PARTENAIRES PLURIDISCIPLINAIRES POUR OPTIMISER LES PERFORMANCES DES ENTREPRISES, ADMINISTRATIONS ET COLLECTIVITES EN FRANCE, EN EUROPE ET DANS LE MONDE

Les Sites FranceWeb, Portails et outils de collaboration
       Plates-formes collaboratives pour nourrir la connaissance, la productivité et l'innovation

« C'est un petit pas pour l'humanité dans la mondialisation  »

Communication, Exposants , Partenaires

 Faire parler de soi est vital pour une entreprise, une collectivité locale ou une association quelle que soit sa taille.

Un grande service pour l'humain, l-organisation , la vie.. gratuit et universelle

 Faire parler de soi est vital pour une entreprise, une collectivité locale ou une association quelle que soit sa taille.

Connecter, Trouver, Lire..

FranceWeb,e-GlobalNetWork®, & StefanV.Raducanu, sur Facebook
  La marque  FranceWeb,e-GlobalNetWork® & StefanV.Raducanu  confirment leur position de leader de l'information généraliste.

FranceWeb, Pour Vous et avec Vous.

Bringing People Closer Together

Sensibiliser, informer, promouvoir...

Groupe d'intérêts.jpgPour Vous et avec Vous!

Un projet ambitieux, humain, imaginatif, hors normes, réunit 3 pôles et sera tourné vers une approche de bien-être collectif et individuel, grâce à son architecture, à l'intégration de la nature et aux services proposés. Laisser les groupements d'opérateurs faire preuve d'imagination. Même s'il s'agit d'un exercice difficile, nous invitons les groupements à laisser libre cours à leur imagination tout en leur demandant d'intégrer ce modèle de société. Les conflits d'autorité et de légitimité, tout comme les pratiques émanant du code, nous incitent à trouver une autre voie. C'est bien  là le projet d'un humanisme numérique.

C’est ainsi que la sociabilité numérique est une nouvelle façon de faire société : lecture automatique de soi (en fonction des catégories du profil et de ses modulations), l’identité se construit dans un échange entre fragments discursifs et actions en réseau. Des interventions, des associations, des rapprochements, des rencontres fortuites, portées par les similarités et les liens de parenté d’un type nouveau, entre catégories et position sur un réseau et finalement des formes d’association productrices de sens et de pertinence, ce sont les particules élémentaires de l’identité numérique. Et cette identité appelle une autre manière d’informer et de former.

SocSav21,FranceWeb

La nouvelle société du Savoir

 Pourquoi FranceWebAsso.ppt

 

 

La France ne doit pas faire un complexe d'infériorité dans le numérique.

 

Un univers de possibilités

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Nous (...) proclamons notre volonté et notre détermination communes d’édifier une société de l’information à dimension humaine, inclusive et privilégiant le développement, une société de l’information, dans laquelle chacun ait la possibilité de créer, d’obtenir, d’utiliser et de partager l’information et le savoir et dans laquelle les individus, les communautés et les peuples puissent ainsi mettre en œuvre toutes leurs potentialités en favorisant leur développement durable et en améliorant leur qualité de vie, conformément aux buts et aux principes de la Charte des Nations Unies ainsi qu’en respectant pleinement et en mettant en œuvre la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. »

Dans cette perspective, les politiques visant au développement de la société de l’information doivent être axées sur les personnes, d’après leurs besoins et dans le cadre des droits humains et de la justice sociale .

En d’autres termes, selon cette deuxième optique, l’essentiel n’est pas « l’information » mais la « société ». Alors que la première optique fait référence aux données, aux canaux de transmission et aux espaces de stockage de l’information, la deuxième évoque les êtres humains, les cultures et les formes d’organisation et de communication. L’information est déterminée en fonction de la société, et non pas l’inverse.

Et cette identité appelle une autre manière d’informer et de former.

Partagez ce qui vous inspire :

Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien.

« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien.
« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

SocSav21> Choisissez l'Excellence>invite les citoyens à un temps d'échanges autour de leurs approches et leurs attentes vis-à-vis du numérique. 

socsav21,beau,bien,bon,société du savoir,choisissez l'excellence,social media intelligence,oeuvre de collaboration collective,le n°1 de la collaboration en ligne,humanité(s) digitale(s),francewebsharing,c'est moic'est vous c'est nous,utilisateurs,fournisseurs,business,technologies,universitaires,rÉseaux,sociÉtalEnsemble créons de la valeur

"Les idées, c'est comme l'information, ce sont des données qui se périment très vite. Nous devons donc agir rapidement. Mais il ne faut pas confondre vitesse et précipitation"

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence

COMMUNICATION EVOLUTION

EXPERIENCE DIFFERENT  

RACONTEZ VOTRE HISTOIRE

Un outil de travail et de réflexion  à utiliser en groupe

Dans notre société, il existe des structures d’oppression (de sexe, de classe, d'origine culturelle, etc.) qui donnent à des groupes ou des individus le pouvoir de limiter le pouvoir d’autres individus et groupes sur leurs conditions et leurs milieux de vie. Ces structures dominent l’organisation de notre vie tant personnelle que collective, favorisent le contrôle des richesses par quelques uns et imposent des idées qui les justifient. Il nous faut être vigilants car ces façons de faire peuvent même s’infiltrer dans nos groupes.Groupe d'intérêts.jpg

Par l’approche de conscientisation, nous refusons ces structures déshumanisantes comme une fatalité à accepter.

N'attendez pas votre place, créez-la!

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir..

Beau, Bien, Bon, programmez votre cerveau pour le bonheur

Se ressourcer dans la nature
La nature est l’endroit privilégié pour se recharger et se ressourcer. Prenez le temps de vous accorder régulièrement une promenade en nature pour pouvoir profiter du calme et de la beauté que Dame Nature nous offre si généreusement. Pratiquer la « sFaire du bien à son corps, slow attitude »Méditer, Cultiver la gratitude, Être bien entouré, Être doux et patient, Faire la paix avec soi, …utiliser surtout l’hémisphère droit de son cerveau. 

N’oubliez pas, vous n’êtes ni malade, ni fou, vous avez simplement un fonctionnement différent de la majorité de la population et surtout vous n’êtes plus seul.

Gaëlle GLEVAREC  N’hésitez pas à me faire part de votre retour d’expérience en laissant un commentaire.

L’audace de l’élégance de l’âme

couverture livre l'audace de l'élégance de l'âme

L’audace de l’élégance de l’âme Ou comment affronter la soi-disante morosité ambiante ? Le manifeste pour une autre humanité. 

Jack Atali avait raison...

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

MyBookmarks, FranceWebBack

Le numérique est un mot qui est passé rapidement dans notre vocabulaire. Mais que désigne-t-il à proprement parler ? Comment comprendre et définir cet objet, ce phénomène qui semble destiné à transformer notre quotidien ? Les dictionnaires restent un peu perplexes devant le numérique ; leurs définitions ne renvoient souvent qu’à l’aspect étymologique et technique – un secteur associé au calcul, au nombre –, et surtout aux dispositifs opposés à l’analogique. Dans notre usage, le numérique désigne bien autre chose. C’est pourquoi la question de sa définition mérite d’être posée, car elle soulève une difficulté particulière. Une difficulté à la fois épistémologique, institutionnelle et sociale, voire économique et politique, mais qui permet précisément de cerner la complexité du numérique dans son déploiement actuel.

Le numérique est un mot qui est passé rapidement dans notre vocabulaire. Mais que désigne-t-il à proprement parler [1][1] Ce texte reproduit une conférence, légèrement modifiée,... ? Comment comprendre et définir cet objet, ce phénomène qui semble destiné à transformer notre quotidien et à reconfigurer notre réalité ? Les dictionnaires restent un peu perplexes devant le numérique, et leurs définitions ne renvoient souvent qu’à l’aspect étymologique et technique – un secteur associé au calcul, au nombre – et surtout aux dispositifs opposés à l’analogique. Dans notre usage, le numérique nomme bien autre chose. Si je me pose la question, c’est qu’il me semble qu’elle soulève une difficulté particulière et à mes yeux inédite, et qui est inhérente au numérique dans son déploiement actuel, mais une difficulté éclairante car elle est capable de nous permettre de mieux cerner cette complexité. Une difficulté à la fois épistémologique, institutionnelle et sociale, voire économique et politique (presque tous les secteurs – publics ou privés, institutions culturelles, etc. – sont concernés). Que tous les domaines de nos sociétés soient touchés par le numérique et contraints de repenser leurs méthodes et surtout leurs valeurs n’est qu’un symptôme de la mutation globale portée par le numérique.

Il va de soi que je n’ai pas l’intention de proposer une quelconque définition programmatique du numérique. Par contre, il me semble que la notion d’humanisme numérique, en partie à cause de sa fluidité et de son ancrage historique – son inscription dans la longue durée –, est capable de nous permettre de mieux apprécier la transformation culturelle induite par le numérique, surtout dans un contexte dans lequel il est de plus en plus difficile de trouver un point de repère qui permette un regard à la fois prospectif et vigilant. Cette difficulté est constitutive de la culture numérique. Elle reflète le fait que le numérique par sa nature même opère des ruptures dans une continuité apparente, portant sur des valeurs, des objets et des pratiques culturelles, nous offrant ce qui semble de simples reprises ou de modestes modifications ou transpositions de formes ou de formats (le cas du livre imprimé est ici exemplaire de cette propriété du numérique à doubler, au moins dans un premier temps, tout ce qu’il convertit). Cette conversion continue et, en raison de la socialisation des pratiques numériques, émane en grande partie du statut complexe du code informatique dans l’état actuel de notre civilisation.

On dit numérique une information qui se présente sous forme de nombres associés à une indication de la grandeur à laquelle ils s'appliquent, permettant les calculs, les statistiques, la vérification des modèles mathématiques. Numérique s'oppose à analogique.

Le code, agent et vecteur de cette nouvelle civilisation, on l’a bien dit, constitue une rupture avec certaines de nos pratiques lettrées ; il fragilise radicalement nos traditions juridiques, nos modèles économiques et notre rapport avec l’écriture et tout ce qu’elle a autorisé et rendu possible. L’humanisme numérique est, dans ce contexte, un effort pour penser la transformation culturelle du calcul et de l’informatique en général en ce que l’on a choisi de désigner en français par le nom de « numérique »

C’est dire qu’il se démarque nettement des ambitions d’une « science » du net (comme la Web Science voulue par Tim Berners-Lee) ou d’une science de la culture (comme celle formulée jadis par les néo-kantiens et leurs héritiers et aujourd’hui par certains tenants d’une sémantique généralisée et largement confortée par le formalisme inhérent à l’informatique actuelle) dont le projet consisterait à formaliser et à saisir, par le calcul informatique et ses abstractions, les gestes et les vécus culturels de nos sociétés.

Car l’informatique a cette propriété d’encourager (pour ne pas dire de forcer) le passage et l’expression de toute activité en ses propres termes. Une tendance qui accompagne et éclaircit son histoire. C’est l’une des raisons pour lesquelles il faut revisiter et relire les textes fondateurs de l’informatique afin d’en dégager les spécificités et surtout de montrer leurs valorisations culturelles au-delà des usages qui en ont été faits par les sciences dites dures.

Un premier pas sur cette voie consisterait à reprendre la distinction entre informatique et numérique. Pourquoi ? Parce qu’elle nous invite à évaluer à la fois l’évolution de nos rapports avec cet invisible du numérique qu’est souvent le code, et en même temps à localiser les confrontations valorisantes entre les conventions socio-politiques et les contraintes introduites par l’informatique dans l’ordre social. Ensuite, parce qu’elle saisit une spécificité parfois oubliée de l’informatique. Si l’informatique a commencé comme une branche des mathématiques, elle a rapidement trouvé son autonomie et son statut de nouvelle science à part entière. Puis, chose relativement rare dans l’histoire des sciences, elle s’est transformée en industrie (il n’y a, historiquement, que la chimie qui ait réussi une telle mutation et, de nos jours, la biologie et les sciences du vivant, mais la dimension industrielle des sciences du vivant est de plus en plus indissociable de l’informatique). Fait unique, elle est également devenue, depuis au moins une vingtaine d’années, une culture. Et c’est bien cette spécificité culturelle, cette orientation sociale qui caractérise et en fin de compte définit en quelque sorte le numérique. Mais, bien plus qu’une simple association avec une notion vague de la culture, le numérique nous montre quelque chose d’essentiel et qui a été occulté : la culture est avant tout partage. Sans partage il ne peut y avoir de culture, peu importe la définition qu’on en donne. Partage du patrimoine et de l’histoire, partage du savoir et du savoir-vivre, et finalement, partage des moyens de production et transmission de ces expériences et de ces savoirs.

Ainsi, ce n’est pas un hasard si les premières crises occasionnées par le numérique ont été associées aux pratiques de partage. Et ce n’est pas une surprise si le partage reste le point névralgique des négociations économiques et politiques, difficiles et parfois saugrenues, autour des moyens de gérer les effets engendrés par ce partage sur le lien socio-politique et ses économies. Dans ce contexte, on peut dire que l’informatique, avec sa capacité à la fois à encourager le partage et à le contrôler (ou du moins à le contourner), se singularise, en partie, et surtout se caractérise par un accès plus large et des modes d’échange qui souvent occultent, en tout cas à l’ère des plates-formes et des applications mobiles, la dimension informatique en quelque sorte perdue depuis le passage vers des interfaces graphiques du numérique qui ne tend qu’à se nourrir et à alimenter toutes les pratiques du partage. Cette simple réalité culturelle explique que le numérique soit devenu le site de conflits de plus en plus prononcés, opposant souvent des conceptions radicalement distinctes concernant le statut et l’engagement du citoyen et ses façons, héritées d’une autre époque et fondées sur des valeurs largement dépassées par le numérique. La valeur économique est de nos jours soumise aux écarts entre un retour en force du domaine public, du bien commun portés par le partage et l’accès devenu droit grâce au numérique (des notions qui ont une longue histoire et surtout une autre dynamique de valorisation économique et sociale) et le marché tel qu’on l’a connu depuis la fin des Lumières...

La dimension industrielle de l’informatique est inséparable de sa transformation culturelle, car elle repose sur la tension entre la naturalisation des pratiques culturelles du partage et les infrastructures qui les accompagnent (et parfois, pour ne pas dire souvent, les exploitent). La chimie comme industrie est aujourd’hui au cœur de nos débats écologiques, de nos rapports avec notre environnement et la nature. Mais le développement durable est indissociable de l’infrastructure informatique, surtout à l’âge du Cloud Computing. La biologie quant à elle, et en grande partie grâce à une convergence avec le numérique (ou si l’on veut, l’informatique), est actuellement en voie de devenir une industrie à l’échelle de l’informatique et de la chimie. Et la biologie ou les sciences du vivant façonnent également l’informatique, de la conception des algorithmes, la gestion de la mémoire, à la conception des interfaces, et suscitent des interrogations éthiques dans leur manière de modifier nos idées concernant le vivant et l’humain. Elles promettent en même temps une mutation inédite dans la perception et la « gestion » du vivant.

Le numérique, à son tour, nous invite à nous interroger sur ces questions touchant à la fois aux individus et au collectif, mais également sur d’autres aspects globaux car il est devenu indissociable de presque toutes les activités humaines, du moins dans les sociétés occidentales. Ainsi, on retrouve les questions éthiques, les problèmes écologiques (les matériaux utilisés dans la fabrication des outils et gadgets, les Data Centers et leurs effets sur l’environnement, etc.). Mais on est également confronté à des difficultés juridiques (par exemple, notre gestion de la propriété intellectuelle), économiques (pour tout ce qui concerne la notion même de propriété, fragilisée dans sa version traditionnelle et consacrée par la nature même du code et de l’objet numérique), à de nouvelles réalités politiques (Wikileaks entre autres et l’activisme hacker, le vote électronique et les difficultés qu’il soulève, le rôle des réseaux sociaux dans les campagnes électorales, etc.), historiques (dans nos rapports avec le patrimoine, l’héritage en voie de numérisation et sa différence avec le numérique lui-même) et sociales (l’émergence des villes intelligentes, pour s’en tenir à un seul exemple impliquant l’aménagement du territoire et les compétences spatiales des citoyens

Cette richesse, partagée entre une tendance algorithmique à forte dose normative et une dynamique de l’efficacité des usages, explique en grande partie la dimension véritablement globale de la culture numérique. La présence globale du code ne doit pas nous faire oublier sa diversité, ses déclinaisons diverses, sa capacité à peupler les sites et les lieux les plus épars. Mieux encore, elle rend compte du fait que le numérique est devenu en quelque sorte un mot ambivalent signifiant à la fois une chose précise et des activités variées. Le numérique, en bref, n’est pas encore (et peut-être ne le sera-t-il jamais) une discipline académique autonome, car il implique une radicale modification du paysage intellectuel (de même qu’il redessine notre paysage social) comme de nos rapports avec la spatialité et la temporalité.

Le code, un être culturel

Souvenons-nous que le code n’est pas simplement et exclusivement normatif : c’est un être culturel qui véhicule des présupposés et des préjugés et qui, dans son déploiement, concrétise des imaginaires et produit des espaces habitables et habités, peuplés par nos concitoyens et leurs doubles, dans des mondes inventés et modifiés par les usages effectifs. C’est dans ce sens, et au-delà d’une esthétique de l’élégance mathématique, que l’on peut évoquer une poétique et une politique du code. Car le code, surtout depuis le virage vers les API (Application Programming Interface), la circulation des données (Big Data) et les modes d’accès qui les accompagnent, est devenu une sorte de vulgate, de littérature, une littérature comme il se doit hybride, mais portée notamment par une forme d’écriture lettrée [5][5] Donald E. Knuth, Literate Programming, Stanford, Center... jamais purement individuelle, toujours nécessairement collective ou participative car elle ne peut exister et prendre sens à travers une modification sans précédent du contexte, de tout contexte numérique ou numérisé.

Contexte modifié veut également dire autre façon de lire. Le contenu en soi, dissocié de sa forme, de son format et de son inscription dans un système d’écriture permet une première discrimination. Celle de la valeur de tel ou tel énoncé ou discours, trace ou inscription, surtout dans un double contexte de surabondance et de contraintes économiques. Ce qui explique en partie les mutations dans l’espace des grandes institutions culturelles et dans leurs missions pédagogiques, qui est aussi un rappel à l’essentiel : les archives et les institutions culturelles, vouées à la préservation et la transmission de la mémoire collective, ont pour mission première l’accès le plus ouvert et le plus souple au contenu. Au lieu de la structure, au lieu des monuments, il faut inventer des accès qui, sans mettre en danger l’objet historique, permettent une consultation des pratiques numériques citoyennes. Le contenu est comme le sang qui circule dans le corps et qui fait vivre le système. Et l’accès au contenu est la condition de toute liberté de penser et de toute démocratie. Une première forme de littératie est ainsi nécessaire, celle de la maîtrise des enjeux éthiques et politiques de l’accès, voire de la neutralité du net. Mais, bien au-delà de cette première dimension, c’est la forme et l’environnement de la transmission et des formations qui sont à réimaginer en fonction des effets de l’environnement numérique.

Le code a une biographie, une généalogie. Il se comporte parfois comme un individu. C’est là un lieu commun qui mérite une vraie interrogation. Car ce vocabulaire naturalise l’informatique et inscrit son évolution et son statut dans un cadre de référence, un contexte qui nous est si familier qu’il voile les déplacements induits par une telle naturalisation. Il a une capacité remarquable de survie car il est le produit d’une pensée de l’information et de la transmission. Ce n’est pas un hasard si, pour décrire son déploiement, on reprend des figures de la contagion, de la contamination, de la propagation, c’est-à-dire des figures de l’animation et de la circulation, voire de la reproduction du vivant. La technique, l’informatique, dans sa production et ses usages, constitue ainsi un corps, et ce corps forme, dans sa réalité sociale, le numérique. Un corps textuel et discursif, un corps social et un corps imaginaire mais incarné. Un corpus résultant des rapports dynamiques entre code, interfaces, et usages. C’est bien ce corps, à la fois social et humain, algorithmique et abstrait, hybride donc, qui introduit les nouveaux agents de la culture numérique, de l’avatar à la convertibilité généralisée. Ce corpus façonne le regard de l’humaniste numérique. On se retrouve ici sur un terrain qui nous est familier, celui des rapports entre l’évolution de pratiques culturelles ou scientifiques (car la science, toute science, est une configuration culturelle) et le déroulement de la vie humaine (un modèle qui n’est pas simplement théologique mais qui a également servi les scientifiques, de Pascal à Newton). S’il est vrai que le code vieillit, il est également vrai que la culture qu’il produit est en quelque sorte dans une enfance ininterrompue. Cette enfance infinie de la technique informatique, qui ne cesse de se réinventer et de convertir (comme un organisme qui ne cesse de s’adapter à son écosystème), au fur et à mesure, une plus grande partie des activités humaines, est un point déterminant de la mythologie du numérique, de ses promesses et de ses défis. À la fois innocence et potentiel sans limites, elle devient le lieu de la ruse, d’une métis induite par la technique (certains parlent d’une « blessure technique », mais c’est un autre sujet). Une mythologie nourrie de science-fiction, et qui abrite les aspects « traditionnels » pour reprendre l’expression de Claude Lévi-Strauss, c’est-à-dire tout ce qui échappe à la rationalité algorithmique de l’informatique, au calcul et tout ce qui se dérobe à toute forme de mesure et de précision rationnelle. Pour rester encore un instant avec l’anthropologue, la société numérique, dans sa volonté de tout saisir, de tout mesurer, de tout tracer, s’inscrit dans ces gestes d’exclusion auxquels il faut résister et qu’il faut détourner. La tendance absolutiste du numérique nous incite à développer des stratégies et des politiques plus adaptées aux réalités des contraintes implicites de l’environnement numérique. Il ne s’agit point ici de faire appel à un privilège du réel et du concret contre un virtuel simplifié, mais plutôt d’une invitation à penser l’échelle de la conversion numérique en ce qu’elle est incapable de mettre en œuvre et de représenter. La machine fait rêver, mais c’est bien l’homme qui rêve. Et le numérique ne cesse de quêter le rêve de la machine elle-même avec ses transformations de l’humain.

La confiance sociale

L’informatique est la science de l’information et du discret, et le numérique, dans sa dimension socio-culturelle, modifie l’empirique, l’insérant dans une logique génétique qui façonne le passage de l’information à la trace et finalement aux données. C’est dans ce premier sens que la dynamique informatique-numérique explique la mutation de la nature de l’expérience – dans le sens d’un vécu, du concret – qui est en cours aujourd’hui. L’ère des données, avec ses défis et promesses, ses pièges et ses utopies, ne fait qu’exprimer cette transformation du quotidien au sein de l’environnement numérique et de ses mesures. L’identité numérique, individuelle autant que collective, est de plus en plus soumise à cette contrainte des données et de leur puissance économique. Plus encore, l’identité numérique participe, en raison de la nature de l’environnement numérique actuel, à une nouvelle économie cognitive, celle de la trace et de la donnée (personnifiée le plus souvent par les moteurs de recommandation) qui, elle, est symptomatique de la conversion, plus importante encore, des intentions, des volontés, bref du comportement, et de leur mesurabilité selon des critères internes au numérique. Cette conversion met en lumière un double mouvement : d’une part, une convergence entre un paradigme de la recherche, de l’index, valorisé par ses propres critères d’adéquation et de pertinence, et d’autre part, un principe radicalement différent, celui de la recommandation, exploitant l’extensibilité de la proximité et du voisinage (géographique, sémantique, social, etc.) et se fondant sur une instrumentalisation de la sociabilité. La recommandation implique une transformation de la culture de l’algorithme elle-même car elle effectue le passage ou du moins le mariage de la recherche classique avec l’injonction des repères dits sociaux. Certes, l’algorithme PageRank incorporait déjà une première version du social, mais cette dimension était secondaire dans la validation du résultat de la recherche [6][6] Sur PageRank, voir les travaux de Dominique Cardon,.... Aujourd’hui, la géolocalisation, la langue, l’historique social (devenu par ailleurs inévitable) sont des facteurs dotés d’une plus grande importance permettant une diversification des résultats, déclinés en fonction des identités, de leur point d’accès et de leur réseau social s’il est accessible au moteur de recherche.

En l’occurrence, le cas de Google est exemplaire, surtout par ses efforts pour s’adapter et adopter le social dans ses services. Google Instant, par exemple, illustre cette volonté de « simplifier » la recherche : il l’inscrit, si l’utilisateur l’accepte, dans le cadre d’un contexte dit social, qui traduit une forme de confiance partagée avec les participants dans l’espace d’une convivialité tracée et censée être plus pertinente. Le contexte change et avec ce changement advient un nouvel ordre, celui des données et de leurs interprétations par les divers modèles de classement algorithmique. On est tenté de voir dans ce tournant une variation numérique sur le « fait social total » introduit jadis par Marcel Mauss. Car c’est bien ce désir de totalité, cette quête d’exhaustivité qui anime la survalorisation des données. L’enjeu ici est de taille puisqu’il s’agit du passage d’une maîtrise de la prévision à un usage subreptice de la prescription.

En fin de compte, c’est la notion même de contexte qui est en mouvement permanent. Et ce mouvement nous est en effet présenté comme le retour de l’humain, le triomphe de la personnalisation et le résultat du social numérique. Big Data et plus récemment Long Data sont une forme collective de l’intensité de la relation dans sa version mesurable et quantifiable. La relation comme un lien, mais aussi comme une unité de mesure. Le passage de l’informatique au numérique a rendu possible l’association d’une version de ce qu’est un calcul avec ce qui est calculable. Autrement dit, c’est la raison computationnelle, qu’il ne faut cesser d’interroger et de renvoyer à son histoire et son archéologie, ses mythes fondateurs, qui impose un chemin amenant à de l’information, à la relation et au bout du chemin à la valeur. Ainsi, le calcul ne fait que mettre en relief des manières de faire monde avec les traces et les données, il ne fait que produire des récits (qui nous sont souvent présentés comme les dernières innovations technologiques). Il ne s’agit point de nier ici la nouveauté de l’accès aux données ni de leur ôter leur importance et leur pertinence. Mais il reste qu’il nous faut élucider les manières de lire et d’interpréter ces données et la façon dont ces méthodes pèsent sur nos sociétés.

Ce statut émergent de l’information, des données et des nouveaux contextes de leur collecte et de leur divulgation nous invite à revisiter les modèles constitutifs de cette herméneutique de l’information. Les concepts et les modèles fondateurs (on pense ici aux textes d’Alan Turing, John Von Neumann, Norbert Wiener, Claude Shannon, etc.) ne sont pas nécessairement déterminants dans la mesure où ils façonnent toujours nos rapports avec cette exploitation du calcul, mais ils restent éclairants quant aux choix qui ont été faits dans les premiers développements de l’informatique et à leurs déplacements dans le monde numérique. La matière première, pour ainsi dire, n’est plus la même, et le concret, le vécu, l’empirique ne sont plus non plus facilement dissociables du numérique. Ainsi, l’informatique se traduit par la transformation de l’interface qu’est le numérique en une recomposition du monde, de notre habitat et de nos identités. Du discret au continu, dans le mouvement d’une conversion de plus en plus triomphante, de plus en plus transparente.

Dans cette perspective, on peut proposer une première approximation de ce qu’est le numérique : un écosystème dynamique animé par une normativité algorithmique et habité par des identités polyphoniques capables de produire des comportements contestataires. Cette dualité fait écho, nous semble-t-il, à un dualisme originaire, celui qui a motivé le développement informatique : le calcul et le penser. Quelles sont les relations entre les deux, quels sont les liens entre la calculabilité et la pensée ? C’est bien cette interrogation qui semble inspirer le mythe premier de l’informatique générale, celui de l’intelligence.

Mais au-delà de ce clivage, on retrouve une condition qui nous est familière. C’est celle de l’écart, en Occident, entre un universalisme de la raison, d’une forme de rationalité absolue, associée le plus souvent aux sciences, et un relativisme culturel qui, lui, privilégie une diversité de manières de voir et de faire. La tension productrice entre informatique et numérique, entre une science et une culture, n’est que le retour de ce clivage déterminant. L’humanisme numérique est en quelque sorte l’expression de cette condition de l’individu occidental devant une science devenue une industrie et qui est en train de radicalement transformer les objets, et surtout les objets culturels, selon ses propres critères formalistes et de mesurabilité, et la circulation, le partage des héritages et des valeurs au-delà de tout calcul. L’imaginaire social constitue l’enjeu premier de la culture numérique.

Ainsi, c’est bien cette dimension imaginaire, un imaginaire de l’intelligent et de l’intelligence, un imaginaire de la fiction technique et de ses pratiques (écriture et lecture) qui est le moteur de la grande mutation numérique. Pour en donner un exemple, j’aimerai évoquer quelques éléments de cette écriture. Cette écriture se déploie tout d’abord par la lecture, par une lecture, pour reprendre l’expression d’Alain Giffard, industrielle  mais qui est aussi automatique (« untouched by a human hand » comme le disait fièrement le premier slogan de Google News). Cependant, à la différence de l’écriture automatique des premiers surréalistes en quête de l’inconscient et des mystères du langage poétique, la lecture automatique est largement normative. Elle transforme la mesurabilité en une nouvelle forme de persuasion sociale, modifiant les repères argumentatifs et les critères de pertinence. La mesurabilité s’érige inéluctablement comme critère : à la fois unité et pertinence dans un contexte défini par les traces et les données supposées représenter sinon des intentions au moins des repères efficaces (la sémantique s’érige comme l’actualisation des liens entre traces et intention, alors que le sémantique, pour reprendre la distinction cruciale d’Émile Benveniste désigne le contexte qui fait sens).

Ainsi en témoigne une nouvelle construction de la confiance sociale fondée en grande partie sur cette dimension auto-industrielle et s’autorisant de la puissance croissante des algorithmes et des données partagées. Lecture sociale et lecture industrielle sont les produits des algorithmes et de la nécessité d’automatiser des pratiques d’écriture (comme dans le cas de Wikipedia) et de lecture (comme dans le cas des moteurs de recherche). Cette automatisation est en même temps une nouvelle autonomie, inhérente à la logique de la recommandation qui se légitime dans sa survalorisation du facteur social tel qu’il investit le numérique et ses plates-formes comme vecteur de pertinence, qui n’est souvent que variation sur la proximité (géographique, relationnelle ou sémantique). Le voisinage n’est plus simplement sémantique, incorporant des concentrés de comportements et de traditions, il est surtout mesure : identification et mesure de traces censées incarner des intentions et refléter des choix discrets, volontaires et toujours pertinents. La mesurabilité est le moteur d’une redéfinition des catégories constitutives de la culture portée par la lecture automatique. La mesurabilité modifie l’argumentation (on le constate de plus en plus par le biais des visualisations) et subrepticement instaure de nouveaux critères de pertinence et de légitimité. C’est ainsi que la sociabilité numérique est une nouvelle façon de faire société : lecture automatique de soi (en fonction des catégories du profil et de ses modulations), l’identité se construit dans un échange entre fragments discursifs et actions en réseau. Des interventions, des associations, des rapprochements, des rencontres fortuites, portées par les similarités et les liens de parenté d’un type nouveau, entre catégories et position sur un réseau et finalement des formes d’association productrices de sens et de pertinence, ce sont les particules élémentaires de l’identité numérique. Et cette identité appelle une autre manière d’informer et de former.

Ces problématiques s’illustrent parfaitement dans les jeux vidéo (pour ne pas évoquer la mode des Serious Games et leurs usages possibles comme modèles dans tous les domaines), qui sont devenus (mais c’était déjà le cas avec le premier Tron…) des lieux d’expérimentation dans tous les sens du terme. Dans cet environnement, l’humain se transfère au monde virtuel car les vrais enjeux, le véritable conflit se joue dans le nouvel espace, à l’intérieur même de la machine. Transfert, certes, mais également transformation du code en extension, en augmentation de l’humain. Si Tron avait déjà construit ce paradigme, après des modèles plus anciens et plus biologiques (The Fantastic Voyage[10][10] Film réalisé par Richard Fleischer et sorti en 196...), ce sont maintenant les romans contemporains, comme ceux de Neal Stephenson ou d’autres, qui exploitent ce va-et-vient continu et de plus en plus transparent entre l’espace ludique et le réel. L’intérêt de ces méditations résident à mon sens dans une domestication de l’humain au sein même de l’espace de la machine. Si j’insiste sur ces échanges entre les espaces réels et virtuels, entre le corps humain et le corps technique, c’est que ce sont les interfaces entre ces formes de corporéité qui organisent et forment les articulations de la culture numérique. Une culture qui a produit un tout nouveau contexte : entre le principe de la vie biologique (survie, reproduction, évolution) et l’intelligence du contexte historique. S’adapter, adapter et faire adapter, tels sont les mots d’ordre du nouveau contexte. Dans cette évolution, c’est le monde qui se transforme lentement mais sûrement en interface généralisée au numérique. 

Transhumanismes

Comme on le voit, on est sans cesse en train de naviguer entre sciences et culture. C’est cette inévitabilité qui nous a conduit à formuler l’humanisme numérique. Peut-être faut-il dire ici quelques mots sur ce choix d’« humanisme numérique ». Sans reprendre ce que j’ai essayé de dire dans le passé [11][11]  Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, « La..., il a toujours été pour moi crucial d’opposer l’humanisme numérique aux différentes écoles transhumanistes, post et cyberhumanistes qui sont aujourd’hui les prophètes d’une nouvelle humanité, pleine de promesses et bénie de tous les bonheurs. Cette utopie d’un âge d’or sans précédent, portant parfois le nom de Singularité, et qui repose sur une convergence prochaine et inévitable, nous dit-on, du vivant et de l’intelligent, de l’homme et de la machine, veut effacer, souvent inconsciemment, l’héritage troublant des rapports entre les sciences et leur usage parfois violent, souvent meurtrier. La sélection artificielle, par exemple, se transforme ici en une potentielle sélection universelle. Mais, à regarder de près le discours transhumaniste, on retrouve rapidement des éléments familiers : un double héritage des Lumières, une émancipation de l’individu et une croyance dans le pouvoir presque absolu de la science. Entre les deux se dessine un partage fondamental qui ne cesse d’agiter les débats autour de l’avenir du genre humain. Entre, d’une part, le choix individuel, devenu droit, et d’autre part, une idéologie de la science qui a le potentiel de réinventer le déterminisme (déterminisme porté par un formalisme inhérent à l’informatique), se profilent des orientations religieuses et des idées politiques. Une simple définition générique du transhumanisme (ce nom désigne en effet des groupes divers avec des idées parfois assez divergentes) : le transhumanisme cherche la libération et l’amélioration de l’individu, non plus exclusivement grâce à l’éducation et au perfectionnement de la raison selon le modèle kantien, mais grâce aux technologies informatique et génétique. Ainsi, le « même » [profession de foi] transhumaniste déclare qu’il est à la fois éthique et désirable de perfectionner la vie et les corps des humains avec l’aide des nouvelles technologies.

Dans le cas des transhumanistes américains (fondateurs), on trouve une autre dimension, religieuse : non pas les religions monothéistes, mais plutôt les religions de l’Asie, surtout le bouddhisme et le zen. Rien n’est surprenant ici, car on navigue dans un milieu New Age qui ne cesse de chercher la convergence entre une éthique universelle et une idéologie de la science. Ainsi, les Lumières (dans le sens français du terme) sont assimilées à ces autres pratiques qui, en anglais, portent le même nom : Enlightenment. On parle même de Lumières 2.0 (Enlightenment 2.0) comme on parle du Web 2.0. Il va sans dire que ces discours, mais aussi ces recherches (car on a affaire à une communauté qui fait aussi la science) n’ont pas conscience de l’histoire religieuse de ces pratiques, ni de certains de leurs enjeux. Au lieu de surestimer l’histoire, ces transhumanistes veulent tout simplement l’oublier. Mais, au-delà même de cet oubli, c’est surtout le retour du religieux, d’un religieux facilement polythéiste contre un héritage occidental foncièrement monothéiste qui appelle notre regard critique. Car cette dimension religieuse n’est pas neutre. Elle s’inscrit dans une continuité et une extension des méthodes comparatives premières associées à la naissance des sciences sociales et surtout religieuses au xix e siècle.

Pour l’anthropologue, les moyens de communication modernes, tout en intensifiant les relations, accentuent l’inauthenticité des échanges en introduisant une couche bureaucratique, une sorte d’éloignement et de fragmentation inscrits dans un cadre à la fois administratif et global. Dans L’Anthropologie face aux problèmes du monde moderne, Claude Lévi-Strauss identifie cette condition comme politique car elle caractérise les rapports modernes entre les citoyens et le pouvoir. C’est en partie ce qui explique son intérêt pour la première théorie de la communication, développée par Norbert Wiener et John von Neumann. L’échelle globale des structures de communication et de ce qu’on a choisi plus tard d’appeler la société de l’information invite l’anthropologue à repenser, au moins en partie, les concepts et les catégories premières de son travail. Le terrain, la méthode, les formes d’échanges et surtout les manières de tisser le lien social sont à revoir. Ainsi, on n’est pas surpris d’apprendre que l’anthropologue est plus à l’aise dans un village ou même dans un quartier de ville que dans une grande métropole. Pourquoi ? Parce que, nous dit Lévi-Strauss, « cinquante mille personnes ne constituent pas une société de la même manière que cinq cents. Dans le premier cas, la communication ne s’établit pas principalement entre des personnes, ou sur le modèle des communications interpersonnelles. La réalité sociale des “émetteurs” et des “receveurs” (pour parler le langage des théoriciens de la communication) disparaît derrière la complexité des “codes” et des “relais” ». Le lien personnel reste ainsi un élément déterminant de la spécificité du regard anthropologique, un regard qui scrute, à travers les sociétés dites authentiques, l’articulation et l’apport de la pensée mythique. Dans ce contexte, les intermédiaires contemporains (systèmes de communication, technique, etc.) viennent approfondir l’abîme séparant mythe et histoire, sociétés authentiques et sociétés inauthentiques.

Cette perspective explique aussi l’identification par Lévi-Strauss de l’anthropologie comme la discipline humaniste et surtout comme l’aboutissement des humanismes qui ont marqué l’histoire et l’évolution des sociétés occidentales. L’anthropologie n’est pas une science nouvelle ni une discipline récente. Pour Lévi-Strauss, les trois humanismes ont toujours été anthropologiques. Déjà, dans une note de 1956 rédigée pour l’UNESCO, il identifiait les trois humanismes en conclusion à ses analyses des rapports entre les sciences et les sciences sociales. L’humanisme de la Renaissance, ancrée dans la redécouverte des textes de l’Antiquité classique, l’humanisme exotique, associé à la connaissance des cultures de l’Orient et de l’Extrême-Orient, et finalement l’humanisme démocratique, celui de l’anthropologue qui fait appel, dans ses analyses, à la totalité des activités des sociétés humaines. Soulignons que ces trois humanismes sont liés à des découvertes : dans un cas des textes, dans l’autre des cultures et leurs expressions multiples et, enfin, de l’ensemble des faits humains comme objet d’étude (mythe, oralité, etc.). Dans chaque cas, les nouveaux champs d’investigation ont donné lieu à la fois à des méthodes et à des mises en question de valeurs associées à des documents ou à des pratiques culturelles et savantes. Pour le premier humanisme, il suffit de rappeler l’exemple de Lorenzo Valla et sa démonstration philologique concernant la Donation de Constantin  La philologie permet, dans ce cas, le remplacement d’un concept par un autre, rendant possible une transformation de tout premier ordre (passage de l’apocryphe et l’authentique à l’établissement de la vérité de l’énoncé sur des bases critiques et objectives). De l’authenticité d’un document à la vérité de ce qu’il énonce, la distance est énorme. Mais il ne faut non plus oublier la diversité des langues (grec et latin) qui ont fourni la base comparative essentielle pour le développement des méthodes critiques. La maîtrise des langues, le savoir historique, la critique interne fragilisent l’autorité d’une institution aussi puissante que l’Église. Pour l’humanisme exotique, les cultures de l’Orient, en favorisant le comparatisme, donnent lieu à de nouvelles sciences et nouvelles disciplines (linguistique, etc.). Le troisième humanisme, celui de l’anthropologue, a conduit, entre autres, à la méthode structurale.

Ces trois humanismes sont aussi des évolutions politiques : le premier, aristocratique, car restreint à un petit nombre privilégié, le deuxième, bourgeois, car il accompagne le développement industriel de l’Occident, et le troisième, démocratique, car il n’exclut aucune personne, aucune culture et surtout, aucun fait ou geste humains. Ainsi, l’histoire de l’anthropologie comme discipline est également l’histoire de l’Occident moderne et de l’ensemble de ses ambitions et tribulations. L’humanisme anthropologique est universel car il emprunte, pour sa méthode, à toutes les autres disciplines, tout en œuvrant à une réconciliation de l’homme et de la nature. Et c’est bien cette dimension universelle qui m’a amené récemment à proposer un quatrième humanisme, un humanisme numérique.L’humanisme numérique est ainsi le résultat d’une convergence inédite entre notre héritage culturel complexe et une technique devenue un lieu de sociabilité sans précédent. Une convergence qui, au lieu de simplement renouer l’antique et l’actuel, redistribue les concepts, les catégories et les objets, tout comme les comportements et les pratiques qui leur sont associés, dans un environnement nouveau. L’humanisme numérique est l’affirmation selon laquelle la technique actuelle, dans sa dimension globale, est une culture, dans le sens où elle met en place un nouveau contexte, à l’échelle mondiale. Une culture, car le numérique, et cela malgré une forte composante technique qu’il faut toujours interroger et sans cesse surveiller (car elle est l’agent d’une volonté économique), est en train de devenir une civilisation qui se distingue par la manière dont elle modifie nos regards sur les objets, les relations et les valeurs, et qui se caractérise par les nouvelles perspectives qu’elle introduit dans le champ de l’activité humaine.

Un seul exemple suffirait ici. Il s’agit du statut du corps dans l’environnement numérique. Il faut ici reprendre les analyses de Marcel Mauss dans son essai « Les techniques du corps ». Les travaux de Mauss montrent qu’il existe un lien entre la position du corps, c’est-à-dire la manière dont le corps se déploie dans l’espace social et la nature, et la fonction des objets culturels. Dans ce contexte, on peut dire que la culture numérique est en pleine évolution. Jusqu’à présent, elle a été une culture assise, une culture du bureau et de la chaise, alors qu’elle est en train de se transformer en une culture mobile. Ce passage de la fixité vers la mobilité semble accompagner l’hybridation à la fois des objets, du temps et de l’espace. Il s’ensuit que les pratiques culturelles sont aussi modifiées : gestes, écriture, lecture et communication. Dans l’analyse de Mauss, la technologie joue un rôle essentiel : elle transmet une technique du corps, incite souvent une imitation et modifie la culture locale en fonction de la présence et de l’accessibilité de l’outil technique. La familiarité, l’uniformité des pratiques et des comportements sont ici identifiées en noyau dans les rapports entre les spécificités culturelles et le pouvoir de la technique de les transformer et d’hybrider les cultures. On n’est plus dans une civilisation seulement technique, on est aussi en pleine culture numérique.

Avec le numérique, la question qui se pose est celle de l’espace habité ou, plus précisément, de la mutation des espaces habitables. Mais habitables en partie avec les interfaces et les plates-formes numériques. Ainsi, pour reprendre une expression chère à Claude Lévi-Strauss, on est en train de muter de la terre habitée – le territoire de l’ethnologue et de l’anthropologue – vers une spatialité élargie, hybride et en mouvement. La terre habitée n’est plus ce qu’elle était : de nouveaux lieux émergent sans cesse et invitent à un regard autre, à une grille de lecture et d’analyse qui prend en compte à la fois la dimension urbaine et anthropologique, mais également les spécificités et les contraintes induites par la nature numérique de ces lieux. 

Lévi-Strauss parle de la « totalité de la terre habitée » pour identifier le terrain de l’anthropologie – une expression qui rappelle celle qui a jadis séduit les utopistes et leurs avatars, la « terre connue ». Quant à sa méthode, elle ne peut que reproduire cet universalisme : elle « rassemble des procédés qui relèvent de toutes les formes du savoir ». Or le numérique modifie d’une manière inédite la notion même de terrain et de territoire comme celle de savoir et d’habitat. Le virtuel, le contributif, le participatif, bien qu’ils fassent souvent appel à des dynamiques connues, font aussi émerger une série de pratiques associées qui sont en effet les lieux d’une mutation concernant l’identité et ses représentations et ses liens à la fois avec la généalogie (le sang) et avec la géographie (le sol, la terre).

Digi Fictions

Dans un tel contexte, le « retour au virtuel », tant discuté au début de l’ère numérique, mérite quelques réflexions sur les liens structurants entre le virtuel comme contexte au sens large du terme et les formes d’action inscrites dans les mondes possibles mis en place par les industries du simulacre. Contexte qui est lui-même habité par des tensions, voire des contradictions caractéristiques d’une réalité souvent perçue ou présentée comme ou bien excessive ou bien défaillante. Une sorte d’oscillation se poursuit entre, d’un côté, le trop de réalité porté par des environnements immersifs et des prototypes d’augmentation et, de l’autre, une supposée pauvreté de cette même réalité, appartenant comme elle le doit à l’ordre du simulacre et de la simulation et peuplée par un éloignement du concret, du vrai ou du moins de la vraie réalité. Dans cette perspective, le retour au virtuel ne serait qu’un symptôme d’une négociation continue avec les contraintes issues d’une banalisation et d’une généralisation des moyens non pas seulement de participer au virtuel mais plutôt de le créer. Tendance qui nous est familière car elle participe à une mouvance habituelle au sein de l’écosystème numérique actuel. Les industries du simulacre reposent de plus en plus sur une forme participative invitant les acteurs à modifier le monde qu’ils peuplent dans une sorte de mise en abîme du virtuel. Mieux encore, ces espaces virtuels communiquent de plus en plus avec le « réel ». Qu’il s’agisse de transferts de données ou de valeurs (monétaires ou autres) entre les deux, ou bien de dissémination de données, de valeurs ou d’identités.

Dès lors, pourquoi choisir de parler d’habitus ? Le mot comme le concept sont tellement investis par la réception de la pensée de Pierre Bourdieu (en tout cas en France) qu’il est devenu presque impossible de les dissocier. Je n’ai ni les compétences ni l’intention de récapituler et poursuivre ce débat méthodologique. Ce qui m’intéresse dans l’habitus, c’est tout simplement la coexistence des usages savants et des usages populaires. Cette cohabitation se traduit également dans le passage du mot latin en anglais et en français : habit comme costume et habit comme habitude. Si l’adage latin exprimait déjà cette parenté : Sicut vestis corpus, it habitus vestit (L’habitus habille l’âme comme le vêtement le corps), les jeux vidéo, en tout cas certains d’entre eux, nous permettent de suivre, dans un milieu ordonné, cette dynamique de l’habitus. C’est en ce sens que dans le virtuel et ses industries, l’habitus rend possible l’inscription du corps dans une pratique essentiellement imaginaire, mais qui est implicitement une interactivité, naguère implicite, et aujourd’hui visible. Souvent la première action consiste à habiller son corps. Dans SecondLife, l’avatar est nu et neutre : il faut lui donner une identité, et cette identité se construit dans ses premiers gestes par les vêtements. Dans des jeux comme Halo, les vêtements sont en effet des uniformes qui spécifient des identités de groupe, des allégeances, des pouvoirs et surtout des choix explicites. La hiérarchie dans une grande partie de jeux participatifs est signifiée par les costumes et les pins, des marques de distinction qui délimitent le champ d’action du joueur.Un autre élément frappant de ces liens entre l’habit et le virtuel est, bien sûr, les outils, en tout cas les premiers outils de la réalité virtuelle. Nous avons tous à l’esprit ces gadgets, ces objets d’augmentation qui permettaient naguère à l’individu d’interagir, par le corps, avec le virtuel ou ce que l’on a choisi de nommer la réalité virtuelle. Des gants, des casques, des tissus servaient comme d’interface entre le réel et le virtuel. La simulation se jouait dans l’acte, dans une forme du faire portée par le corps et ses gestes. L’habit était le moyen d’actualiser dans un espace dit virtuel. Il me semble important de revisiter cette itération du virtuel car elle mettait en place une forme primitive d’un dispositif qui explicite des formes implicites, intériorisées, d’action et de médiation. La force de l’habitus comme interface réside précisément dans cette circulation entre des formes d’action ordinaires et des actions émergentes. Reste à savoir si ces formes émergentes seront ouvertes au libre choix ou bien si elles seront soumises à des exploitations intelligentes des habitudes et des coutumes formées par les mondes virtuels. De ce point de vue, l’opinion de Jaron Lanier, l’inventeur de la Virtual Reality, est éloquente : « You are not a gadget » .

Dans son analyse de la dérive collective liée au virtuel, Lanier identifie un élément qui nous intéresse ici sans que nous partagions nécessairement toutes ses conclusions : les effets formatants et normatifs des espaces virtuels. Ses réflexions posent une question décisive, celle de la tension fondatrice entre efficacité structurante et écarts déterminants. Au fond, il s’agit d’interroger, dans le cadre de ces environnements virtuels, les rapports entre un déterminisme incarné par le formalisme du code, et par les algorithmes, et les configurations de dissemblance efficaces possibles. La tendance vers le collectif dans le jeu comme dans la sociabilité numérique remet en question la nature des liens entre l’individu et la collectivité car elle émane, dans ses déclinaisons, de pratiques qui sont façonnées par cet habitus virtuel. En d’autres termes, ce sont des formes d’intelligence qui semblent être en conflit ici. Intelligence collective, intelligence de groupe et intelligence de masse, d’une part, et une sorte d’intelligence de l’individu et de la singularité, voire de la distinction, d’autre part, qui se trouve valorisée d’autant plus que le contexte général semble soumis aux exigences d’une communauté. 

Les enjeux sont à l’évidence importants surtout si l’on pense aux exploitations commerciales de ces relations. Mais ils sont également considérables dans la mesure où ils concernent une manière de penser les données, certaines données, et les liens entre traçabilité et mémoire. Si la traçabilité est l’incontournable de l’environnement numérique, elle est en même temps, dans le contexte des mondes virtuels et des jeux vidéo, une variation sur la mémoire qui met en scène corporéalité, présence et action. Les données sont ici, à la différence des traces ordinaires, souvent associées à des intentionnalités émanant de l’univers du jeu, des intentionnalités susceptibles de fonder des croyances et de communiquer des finalités. C’est bien ce glissement qui est, en fin de compte, une résultante d’un déplacement d’ordre diégétique qui me semble important, surtout dans un regard sur le virtuel tel qu’il se déploie de nos jours dans l’environnement numérique.

Il faut à ce stade, me semble-t-il, retourner vers les premières ébauches de cette « virtualisation » de la représentation de l’intelligence dans l’informatique et le numérique. Rappelons-nous que les deux textes fondateurs de l’intelligence artificielle comme moteur de l’informatique moderne, ceux de Von Neumann et de Turing, avaient pour objectif la construction d’une mémoire informatique capable d’accueillir les opérations et les résultats des instructions d’un ordinateur. Dans les deux cas, une forme de mimésis se révèle décisive. Pour Von Neumann, la structure des circuits de l’ordinateur théorique (EDVAC) reproduit et imite les structures des neurones. Von Neumann suggère que la transmission de l’information dans le système ressemble au télégraphe et que, à terme, il serait possible de reconstituer les mécanismes mémoriels au sein d’une machine. Il n’est pas question pour lui de spéculer sur une forme de pensée ou d’intelligence au sens fort du terme dans le contexte de la description de l’ordinateur. Pourtant, l’imitation occupe une place cruciale dans la conception comme dans la mise en œuvre de sa machine. Turing en revanche, tout en insistant sur la fonction de l’imitation, va construire un jeu dont le but premier est de permettre une évaluation des opérations de l’ordinateur, une évaluation qui est comparative. C’est par là qu’il innove car il rend possible, en dépassant les difficultés classiques posées par les définitions à la fois de la pensée et de l’intelligence, un espace ludique. Dans le cadre du jeu, les qualités ne sont pas absolues : elles sont plutôt relatives puisque les perceptions des joueurs, ou les résultats, déterminent les conclusions. Ainsi, dans sa version la plus simple, le Turing Test est une estimation et un dénombrement de ce qu’est, au cours d’une conversation, la reconnaissance de l’humain. Ce qui importe ici, c’est que l’ordinateur ou la machine est déjà un joueur, que c’est bien le jeu qui autorise son intelligence. Le contexte n’est pas seulement un prétexte ; il est un ancrage : il répond à une forme délibérative, il organise des échanges qui activent la mémoire sociale (reconnaître une homme ou une femme, dans le cas de Turing) en vue d’une appréciation de l’intelligence. L’interactivité, élémentaire en ce cas, est devenue aujourd’hui plus ample et surtout plus complexe et plus riche dans les environnements de divertissements numériques.

Le texte de Turing est d’autant plus révélateur qu’il met en scène le provisoire et l’éphémère comme modèle non pas de l’intelligence mais de l’apprentissage et de la pensée. La validité éphémère, c’est bien la condition de l’évolution algorithmique. Le numérique, dès ses premières origines, a toujours ainsi été l’expression d’une volonté de dépasser le calcul, tout calcul orienté vers des fonctionnalités précises, vers une connaissance du monde, un savoir sans limites. Une telle orientation implique un engagement continu dont la visée principale est le dépassement d’un certain inconnu, l’élimination progressive de l’ignorance. Ignorance de la réalité, de ses objets ; ignorance des comportements, des coutumes et des cultures. Ainsi, le numérique, dès son enfance, est habité par cette ambition portée par ce que Turing désigne comme la « validité éphémère » des règles constitutives du code informatique. Le code, on le sait aujourd’hui, est un discours, une dynamique d’apprentissage, qui ne cesse de modifier le contexte, tout contexte, et au fur et à mesure, de nous modifier. Déjà, chez Turing, la machine (il faudrait dire les machines, car le pluriel est essentiel, dans la mesure où Turing, dans ce texte fondateur, ne parle jamais de la machine sauf pour désigner ou bien son enfance ou bien son versant humain – « the human computer », l’humain), sa machine pensante, échappe aux règles, comme elle échappe à l’homme conçu, dans un premier temps, comme enseignant et instituteur. Une sorte de conversion numérique de la reconnaissance (l’élément déterminant du « jeu de l’imitation » à l’origine de la conception de ces machines), de la mimésis comme fondement de l’éducation et de l’apprentissage. Le codage est bien un dressage, mais dressage de l’humain. C’est en ce sens que le code, dans son déploiement actuel au sein des environnements numériques, réinvente l’habitus classique.

Ce premier jeu, d’une simplicité décevante, n’est en effet qu’un leurre. Comment passer de la première interrogation, de cette première question qui semble un défi philosophique et technique (les machines peuvent-elles penser ?), à ce déplacement sans fin qui ne cesse de modifier le statut de la pensée ? Comment expliquer aujourd’hui, dans le contexte de la naissance de l’informatique, que cette qualité tant désirée qu’est l’intelligence est le résultat d’une mise en scène d’un échange (ou de la simulation logique d’un tel échange), d’un dialogue, d’une conversation (encore une fois, une sociabilité dès les premiers pas du numérique) qui débouche sur une reconnaissance, une identification on ne peut plus primordiale : homme ou femme ? Ce qu’il importe de retenir pour notre propos, c’est que la conception de ces machines pensantes procède par une transformation radicale du monde : le monde est bel et bien un jeu, mais il est surtout une interface soumise aux exigences des machines. Ainsi va la conversion numérique, comme le jeu imaginé par Turing : des interfaces locales, avec des buts bien définis, on passe à la mutation du monde lui-même en interface, mais interface vers l’univers des machines pensantes, des machines apprenantes. L’humain n’est ni le modèle ni le paradigme ; il n’est qu’un point de départ, un trébuchement. Car ce qui caractérise la pensée, toute pensée, c’est bien cette capacité de sonder et de produire de l’imprévu, de découvrir de l’imprévisible. Les machines pensantes, ces enfants qui sont presque des tabula rasa, profitent de cette « validité éphémère » des règles afin d’habiter le monde hybride qu’elles ont en grande partie produit.

Cette vision, il s’agit d’insister sur ce point, n’est ni anti-humaniste ni transhumaniste. Elle n’est que la conséquence de la spécificité de l’informatique dans sa mutation en numérique. L’éphémère, l’imprévu, l’inconnu sont les agents de l’évolution du code et de sa participation au monde. Ainsi, le code n’est pas une simple exécution d’instructions (malgré leur complexité), ni exclusivement normatif, mais plutôt interactivité agissante, une sorte de pédagogie inversée, une éducation sans fin. Penser de nos jours la technique, c’est surtout et avant tout penser le code. Ce qui nécessite un nouveau regard sur la notion même de technique ancrée telle qu’elle l’est souvent dans des visions métaphysiques ou bien des pensées de médiation, alors que le numérique appelle une interprétation humaniste, mais au sens, pour reprendre l’expression de Turing, de l’ordinateur humain (« the human computer »). La « raison computationnelle », en tout cas pour Turing, n’est pas associée exclusivement à une exploitation mathématique ou statistique des données disponibles, ni à un formalisme dérivé de procédures logiques. Elle se nourrit des modifications créatrices permises par le jeu des « validités éphémères », par les tribulations de l’apprentissage, par l’émergence d’une culture, d’une civilisation fondée sur la paideia (l’« éducation »). C’est pour ces raisons que le numérique ou bien ces machines pensantes ne sont ni des monstres ni un Golem. Chez Turing, elles participent de l’imagination (le mot revient sans cesse dans le texte), elles sont en quelque sorte le produit d’une naturalisation effectuée par l’éducation et l’apprentissage. Dans ce contexte, les considérations actuelles sur le rôle ou le statut du numérique dans la formation souffrent en partie des faiblesses d’une conception trop technique.

Cette généalogie me semble révélatrice car elle explique en partie les orientations actuelles à la fois de la réalité virtuelle et de certains jeux vidéo. Comme on l’a vu rapidement avec l’habitus et l’habit, les périphériques de certains jeux incorporent les deux fonctions. Dans un premier temps, le modèle était celui de l’augmentation. Vint ensuite l’interface et on s’approche là de ce que l’on pourrait qualifier d’extension. Une augmentation pour que les fonctionnalités se projettent et s’amplifient dans l’espace d’un virtuel. L’interface est une phase transitoire, puis, avec la Wii et la Xbox 360, c’est la position et la mobilité du corps qui sont intégrées à l’espace virtuel. On retrouve ici des caractéristiques de l’habitus dans la manière dont il saisit à la fois l’apparence symbolique du corps dans un espace social hiérarchisé et l’expression de formes implicites de socialisation intégrées dans le paraître. Cette réalité rend compte également d’un changement de vocabulaire important, le passage de la « réalité virtuelle » vers le Métavers (traduction du « Metaverse » de Neal Stephenson dans Snow Crash .

Ce Méta-Univers (comme le dit Stephenson : « Le métavers est une invention de ma part, qui m’est venue à l’esprit quand j’ai réalisé que les mots existants (comme réalité virtuelle) étaient trop inadéquats pour être employés ») est censé réunir tous les éléments participant à notre réalité actuelle. Stephenson, qui avait déjà revisité les héritages de Von Neumann et de Turing dans Cryptonomicon, est pionnier dans l’articulation entre la fiction et la technique. Son Métavers, devenu synonyme de mondes virtuels persistants, illustre ce passage continuel entre la fiction et le numérique, qui nourrit à la fois l’imaginaire informant la construction des espaces sociaux et les utilisations les plus diverses des mondes persistants.

Pour mieux apprécier l’apport des romans de Neal Stephenson, il nous faudrait traverser toute son œuvre. Mais un regard rapide sur son dernier roman, Reamde, suffira car il participe d’une nouvelle tendance de la science-fiction et qui à mes yeux est aujourd’hui de l’ordre de la digi-fiction (je suis tenté de parler de Digital Fiction dans le sens où l’on parle de Digital Humanities, un nouveau genre qui s’élabore, au-delà du Cyberpunk et de ses dérivés, dans un dialogue avec l’écosystème numérique dans toutes ses dimensions). Digi Fiction désigne un genre émergent qui, pour la construction narrative, s’autorise des jeux vidéo, des personnages virtuels afin de nourrir la narration. Ce genre, dans ses usages les plus prometteurs, met en scène une réciprocité entre les mondes dits virtuels (jeux, mondes persistants, etc.) et la réalité décrite par la fiction. Si cette tendance n’est pas nouvelle, elle est de plus en plus marquée car elle rend visible les enjeux concernant le statut de la narration et surtout celui de la clôture narrative dans l’environnement numérique. L’exemple récent de la dernière version de Mass Effects est éloquent : le choix de la « conclusion » du jeu ne pouvait pas ignorer les options mises en œuvre par les joueurs. C’est bien la cohérence narrative du jeu qui était l’objet des polémiques, et la vie des personnages animés par les joueurs devaient décider des conclusions possibles du jeu.

Le passage de plus en plus prononcé entre fiction et jeux, entre numérique et vécu, entre informatique et numérique ne peut que se conjuguer avec les nouvelles formes de sociabilité et les rapports entre l’individu et le collectivité. De nos jours, si le village est devenu global et les moyens de communication universels, le local reprend ses droits et son autorité au nom de la nouvelle géographie humaine portée par la géolocalisation et ses effets sur l’environnement et les usages numériques. Le numérique modifie et la ville et le village ; il dessine un nouvel espace partagé entre réel et numérique. L’espace hybride de la culture numérique constitue une nouvelle manière de faire société, avec ses mythes, ses inédits et ses utopies. L’humanisme numérique est une manière de penser cette nouvelle réalité. Lévi-Strauss a déjà perçu à sa manière cette mutation à travers le regard comparatif qu’il porte sur l’Occident et le Japon. Dans un chapitre intitulé « Sengai. L’art de s’accommoder au monde », il remarque : « Dans la France d’aujourd’hui, seuls mériteraient d’être appelés calligraphes les auteurs d’inscriptions dites “tags”, lisibles pour les initiés sur les murs et les voitures du métro » Nouveaux auteurs, nouvelle forme de calligraphie, portés par des signes et des lectures en mutation. C’est bien ce même jeu entre le social et l’individuel aujourd’hui nourri par le numérique qui constitue la cohérence et la pertinence de l’humanisme.

Nouvelle éthique ?

Le numérique est certes un produit occidental, mais il est aujourd’hui une réalité globale. Les modèles qui sous-tendent le fonctionnement du numérique sont tous ou presque tous dérivés de l’expérience occidentale : le document et ses évolutions comme ses valeurs, la notion de personne et d’identité, le concept de patrimoine et d’archive, les représentations visuelles des manipulations et de leurs symboles (icônes, etc.). Tous ces éléments devenus la vulgate de notre expérience quotidienne, y compris la notion d’amitié, simplifiée et transformée en agent constitutif de la sociabilité numérique, sont les produits de l’exploitation technique des catégories historiques et socio-culturelles occidentales. Une question demeure : comment, dans ce contexte, imaginer l’évolution de l’environnement numérique, selon des chemins qui ne seront plus exclusivement ceux de l’Occident et de ses concepts et ses catégories ? Les pratiques démocratiques elles-mêmes semblent être modifiées par le numérique, ainsi que l’illustre le cas du Printemps arabe.

Si l’on cherche un regard philosophique sur cet humanisme, il nous faut relire, dans le contexte actuel, le texte de Husserl prononcé en 1935 sous le titre (français) de La Crise de l’humanité européenne et la philosophie .

L’argument de la « Krisis » se déploie autour d’une problématique qui articule trois humanismes : un humanisme fondateur, abstrait et théorique et issu du savoir et de la philosophie grecque, un humanisme théorique développé à partir de la Renaissance et ses savoir-faire, et, enfin, un humanisme européen (il faut entendre ici occidental), celui de la crise de la première moitié du xx e siècle. Husserl, à sa manière, pose le problème fondamental qui est le nôtre aujourd’hui avec la culture numérique et ses ambitions universelles : les trois humanismes identifiés par Husserl montrent que la crise vient du clivage de plus en plus prononcé entre les sciences dites exactes et les sciences de l’esprit. En d’autres termes, l’écart entre des paradigmes d’exactitude et de mesurabilité, et leurs formes de rationalité, et des valorisations d’ordre culturel. Les analyses de Husserl mettent en question l’universalité de la rationalité scientifique et technique, et nous ajouterons, de nos jours, numérique en rappelant le rôle fondateur de la communauté dans la production et le partage du savoir. Ce qui explique sa conclusion, renvoyant à la paideia grecque, dans son sens le plus simple mais le plus efficace et pour nous le plus pertinent : une transmission du savoir qui élimine, théoriquement, le non-savoir. Une pédagogie qui est une responsabilité collective, inscrite dans la structure même de la polis. Une pédagogie nous invitant à revisiter les liens entre sciences et cultures et à favoriser ce que j’ai choisi de nommer humanisme numérique.

Cet humanisme numérique est en quelque sorte une anthropologie philosophique non pas du virtuel mais tout simplement du numérique dans toute sa diversité et sa densité. Pour l’anthropologue, les moyens de communication modernes, tout en intensifiant les relations, accentuent l’inauthenticité des échanges en introduisant une couche bureaucratique, une sorte d’éloignement et de fragmentation inscrits dans un cadre à la fois administratif et global. L’échelle globale des structures de communication et de ce qu’on a choisi plus tard d’appeler la société de l’information invite l’anthropologue à repenser, au moins en partie, les concepts et les catégories premières de son travail. Le terrain, la méthode, les formes d’échanges et surtout les manières de tisser le lien social sont à revoir.

Cette conversion de nos sociétés appelle de nouvelles compétences, de nouvelles littératies. Il ne suffit plus de savoir lire et de savoir écrire, il nous faut maintenant d’autres savoirs et de nouvelles pédagogies. Des savoirs issus du numérique, de ses critères émergents et de ses repères propres. Il est certes possible de voir dans le numérique une nouvelle convergence entre l’humanité et la technologie. Si tel est le cas, il ne s’agit nullement de renouer avec les divers discours et théories transhumanistes, apôtres d’une utopie du progrès. Loin de là. Il s’agira au contraire de déployer une pensée pragmatiste et politique : accepter les mutations introduites par le numérique et insister sur l’indissociabilité de nos valeurs et de l’accès au contenu ne sont que les premiers pas dans notre aventure avec cette nouvelle technologie devenue partie intégrale de notre existence. Le numérique est une nouvelle manière de fabriquer de la mémoire et de l’interpréter. En ce sens, il nous oblige à repenser nos rapports avec ce qui est déjà mémorisé mais également à imaginer de nouvelles façons de préserver et exploiter nos productions purement numériques. Les enjeux sont énormes car nous vivons une période de transition dans laquelle la gestion de cette mémoire, des écrits comme des identités est floue et indécise. Notre défi est de travailler ensemble sur les modalités d’une nouvelle forme de gestion de la mémoire, de l’identité et du savoir, et d’élaborer une éthique.

Notes

[1]

Ce texte reproduit une conférence, légèrement modifiée, prononcée à l’Institut Français de l’Éducation en mai 2012. Je tiens à remercier Yves Winkin pour son chaleureux accueil.

[2]

Pour la Web Science, voir http ://webscience.org/web-science/about-web-science/ et pour une idée des projets associés à cette science émergente : http ://webscience.org/web-science/studying-web-science/ Et un exposé de Tim Berners-Lee : http ://www.w3.org/2007/Talks/1018-websci-mit-tbl/#(1)

[3]

Pour une nouvelle perspective économique plus adaptée aux réalités de l’environnement numérique, voir les travaux en ligne de Philippe Aigrain autour des « échanges non marchands », et surtout « non sharing » [http ://www.sharing-thebook.com].

[4]

De la page d’accueil (Home Page) à la ville et la maison. Disons la demeure. C’est le nouveau paysage qui se dessine avec le numérique aujourd’hui. La ville intelligente (Smart City), terre promise qui semble conjuguer gestions de données, participation citoyenne et interactivité, n’est, en fin de compte, en tout cas dans sa version la plus idéale et la plus complète, qu’un reflet de la conversion de la manière dont on a commencé à vivre dans l’environnement numérique. Sur ces questions, je me permets de renvoyer à mon livre L’imaginaire de l’intelligence (Paris, Seuil, à paraître en 2014).

[5]

Donald E. Knuth, Literate Programming, Stanford, Center for the Study of Language and Information, 1992.

[6]

Sur PageRank, voir les travaux de Dominique Cardon, « Dans l’esprit du PageRank, Une enquête sur l’algorithme de Google », Réseaux, 2013, 177, p. 63-95. Disponible en ligne [http://halshs.archives-ouvertes.fr/].

[7]

Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, Puf, « Quadrige », 1950, rééd. 2013, et l’introduction de Claude Lévi-Strauss qui note déjà, en renvoyant aux pères de la science de l’information, que « le problème ethnologique est donc, en dernière analyse, un problème de communication… » (p. XXXII).

[8]

Alain Giffard, Critique de la lecture numérique, Bulletin des Bibliothèques de France, 2011, tome 65, no 5. En ligne [http ://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2011-05-0071-013].

[9]

Émile Benveniste, Dernières leçons, 1968 et 1969, Paris, Seuil/Gallimard, « Hautes Études », 2012, p. 109 et p. 114.

[10]

Film réalisé par Richard Fleischer et sorti en 1966.

[11]

Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, « La Librairie du xxi e siècle », 2011.

[12]

Claude Lévi-Strauss, L’Anthropologie face aux problèmes du monde moderne, Paris, Seuil, « La Librairie du xxi e siècle », 2011, p. 42.

[13]

Lorenzo Valla, La Donation de Constantin, Paris, Les Belles Lettres, 1993, tr. J.-B. Giard.

[14]

Marcel Mauss, « Les techniques du corps », in Techniques, technologie et civilisation, Paris, Puf, « Quadrige », 2012.

[15]

Claude Lévi-Strauss, op. cit., p. 53.

[16]

Voir l’excellent texte de de François Héran, « La seconde nature de l’habitus. Tradition philosophique et sens commun dans le langage sociologique », Revue française de sociologie, 1987, vol. 28, n° 3, p. 385-416.

[17]

Jaron Lanier, You Are Not a Gadget. A Manifesto, New York, Vintage Books, 2011. Le livre a donné lieu a de multiples polémiques. Lanier est, dans un sens très précis, l’héritier de Norbert Wiener, surtout dans la perspective de son essai God & Golem, Inc (Cambridge, Ma., MIT Press, 1966), disponible en ligne [http://luisguillermo.com/diosygolem/god_and_golem_inc.pdf].

[18]

Pour une version française des textes d’Alan Turing, voir La Machine Turing, Paris, Seuil, « Points », 1995, édition de Jean-Yves Girard.

[19]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Métavers

[20]

Un des avantages du Metavers est qu’il évite les débats autour du mot virtuel, son histoire et ses usages philosophiques dans le cadre de l’environnement numérique. Neal Stephenson, Snow Crash, Bantam Spectra Books, [1992] 2000 et pour la traduction française, Le Samouraï virtuel, Paris, Librairie générale française, 2000.

[21]

Pour les détails de la controverse, voir l’article de Wikipedia disponible en ligne [http://fr.wikipedia.org/wiki/Mass_Effect_3].

[22]

Claude Lévi-Strauss, op. cit., p. 50.

[23]

Traduction française du texte de Husserl disponible en ligne [http ://www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/file/husserl_depraz.pdf].

[24]

Une autre vision des liens entre l’humanisme et le technologique se retrouve chez Gilbert Simondon, dans le cadre de l’encyclopédisme et de l’émergence de la technique. Voir par exemple, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 2001.

Plan de l'article

  1. Informatique et numérique
  2. Le code, un être culturel
  3. La confiance sociale
  4. Transhumanismes
  5. Digi Fictions
  6. Nouvelle éthique ?
–Nouvelle éthique ?
l’homme politique et celle du savant. Deux éthiques,
l’une animée par la conviction, la seconde par la
responsabilité. Les conflits d’autorité et de légitimité,
tout comme les pratiques émanant du code, nous
incitent à trouver une autre voie. C’est bien là le projet
d’un humanisme numérique. 
Réanimer l’engagement citoyen>> Histoire d'un projet>PoissyWebCitoyen>SmartCity>Ville Connectée:L'objet de ce projet "c'est la nature humaine, non un héros individualisé">"Les héros, ou simplement les gens bien, Nous en avons besoin !". Deux éthiques,
l’une animée par la conviction, la seconde par la
responsabilité. Les conflits d’autorité et de légitimité,
tout comme les pratiques émanant du code, nous
incitent à trouver une autre voie. C’est bien là le projet
d’un humanisme numérique.

Nouvelle éthique ? l’homme politique et celle du savant. Deux éthiques,
l’une animée par la conviction, la seconde par la
responsabilité. Les conflits d’autorité et de légitimité,
tout comme les pratiques émanant du code, nous
incitent à trouver une autre voie. C’est bien là le projet
d’un humanisme numérique. 
Réanimer l’engagement citoyen>> Histoire d'un projet>PoissyWebCitoyen>SmartCity>Ville Connectée:L'objet de ce projet "c'est la nature humaine, non un héros individualisé">"Les héros, ou simplement les gens bien, Nous en avons besoin !"

Les ordinateurs développés depuis la seconde moitié du XXe siècle ont évolué à partir de machines à calculer programmables. Ils traitent désormais des données qu'on a pris l'habitude de désigner comme numériques, parce que des nombres binaires les représentent. Par synecdoque, on dit numérique tout ce qui fait appel à des systèmes informatiques. La culture numérique désigne les relations sociales dans les circonstances où dominent les médias basés sur ces systèmes.

On qualifie donc de numérique une information qui peut se représenter sous forme de nombre, mais notre ère numérique, c’est surtout un ensemble de pratiques qui caractérisent notre quotidien et dont nous avons encore peut-être du mal à saisir la spécificité. Des pratiques qui, au-delà de l’aspect technique, ont apporté des changements culturels sans précédent. Le numérique, c’est un peu cette touche de modernité dans une nostalgie ambiante qui s’estompe peu à peu tant la modernité arrive à nous faire oublier nos anciens appareils tellement choyés...mais tellement oubliés. En attendant, le numérique nous apporte encore de nouvelles surprises,...

Grâce à de nombreux outils, nous sommes capables d'enseigner des connaissances complexes de manière vulgarisée... et ça passe crème ! (comme disent les ados). Alors de quoi parlent les ados concernant le numérique, bah de programmation graphique bien sûr. Le fameux Scratch qu'ils détestent déjà. Pourquoi ? Sûrement parce que la révolution pédagogique n'a pas encore touché notre système éducatif dont l'efficacité des réformes n'a d'égal que sa latence. Mais c'est une autre histoire...

Les technologies numériques réinventent notre société en investissant progressivement tous les domaines de notre vie quotidienne et tous les secteurs de l'économie. De l'innovation médicale à la mobilité, en passant par la communication, l'industrie, la sécurité, le traitement de l'information, le développement des loisirs... le numérique est partout, révolutionnant nos manières de produire et d'interagir avec notre environnement.

Le numérique est un langage, un code constitué de suites de nombres représentés en système binaire par des groupes de 0 et de 1. Ce langage est utilisé par différents équipements conçus pour le comprendre, comme les ordinateurs, les tablettes, les appareils photo, les caméscopes, les écrans de télévision... Il produit également des informations comme des photographies, des films, de la musique... Il permet aux machines de communiquer entre elle grâce aux programmes informatiques que sont les logiciels.

L'informatique, moteur de notre quotidien, offre de nombreuses perspectives : depuis les administrateurs systèmes et réseaux, les spécialistes des logiciels métiers, jusqu'aux programmeurs et algorithmiciens qui développent des programmes ergonomiques et performants dans d'innombrables champs d'applications (gestion, bases de données, infographie, traitement d'images, intelligence artificielle ou sécurité de l'information).

L'électronique ouvre, pour sa part, les portes des réalisations matérielles : systèmes embarqués, réalité virtuelle et augmentée, robots d'exploration ou projets industriels. En effet, grâce aux composants programmables et aux fondamentaux du traitement du signal, on accède à la maîtrise des systèmes dans leur ensemble : des capteurs aux actionneurs en passant par les cartes électroniques de contrôle.

Ainsi, le numérique est devenu l'un des impératifs stratégiques des entreprises, tant en termes d'innovations industrielles que d'organisation, à travers le développement de nouveaux outils de gestion et de partage des connaissances au sein des équipes, avec leurs fournisseurs et leurs clients.

Ces nouveaux défis sont autant d'opportunités pour vous, jeunes étudiants issus d'une génération dite « connectée » - et de fait, elle l'est passionnés de sciences, avides de comprendre le monde qui vous entoure et d'en devenir un acteur privilégié.

 

Article 19
Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso (145) Conférence Jacques Attali - Peut-on penser le monde en 2030 ? - YouTube (145) Jack Atali avait raison - YouTube (145) Tensions entre Brigitte et Emmanuel Macron: ce qu'elle lui aurait dit dans les couloirs de l'Elysée - YouTube (145) Emmanuel Macron : Ses rendez-vous secrets - YouTube (145) Pervers narcissiques : les démasquer et les fuir - YouTube (145) Comment sortir vainqueur de ses problèmes avec Jean-Luc Hudry - E9 En quête du bonheur - YouTube Craquer ou pas ? L'incroyable histoire vraie qui améliore la vôtre Le coin lecture Archives - En quête du bonheur Hypersensibilité, force ou faiblesse et comment être heureux ? Le Pisciacais, Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,créateur PoissyWebNumérique,Ces nouveaux défis sont autant d'opportunités pour vous, jeunes étudiants issus d'une génération dite « connectée » L’imaginaire social constitue l’enjeu premier de la culture numérique. : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso En quête du bonheur L'audace de l'élégance de l'âme, un livre de Bernard Leblanc Halmos Au travail Archives - En quête du bonheur WPServeur Console WPServeur Console Bien-être Archives - En quête du bonheur Le Secret de l’Imagination - Le-secret-de-l-imagination.pdf le pouvoir de l'imagination pdf - Recherche Google Comment vos croyances vous limitent ? 3 étapes pour aborder sereinement le changement 5 étapes pour exprimer votre potentiel Accueil : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Comment l'imagination a le pouvoir de changer votre vie ?   comment l'imagination a le pouvoir de changer votre vie - Recherche Google « Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel » - Recherche Google Antoine de Saint-Exupéry — Wikipédia Accueil - Antoine de Saint Exupéry Antoine de Saint-Exupéry - Recherche Google Les blogs 20 Minutes Télécharger ZedTV : TV en direct gratuite et enregistrement - neo-net Regarder la TV en direct sur PC ou mobile (iPhone, Android) Télécharger des films gratuitement et légalement Test comparatif : logiciels montage vidéo - Commentaires sur les fiches pratiques Test comparatif : logiciels montage vidéo Jack Dorsey sur le succès de Twitter: "dessinez vos idées" ! Réaliser un beau film de vacances avec un smartphone, c'est facile ! L'imagination : 18 citations incontournables ! Qu’est-ce que le numérique ? | Cairn.info La nouvelle société du savoir : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> A propos du Réseau : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! Accueil : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> Stefan V.Raducanu et son temps,Building Global Community,« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »Goodbye, Silicon? On the way to new materials for electronics, Robotic revolution: why now? A hardware perspective : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! FranceWeb : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! Numérique, Deux éthiques,l'homme politique et celle du savant.. - 26438501.pdf Le Pisciacais, Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,créateur PoissyWebNumérique,Ces nouveaux défis sont autant d'opportunités pour vous, jeunes étudiants issus d'une génération dite « connectée » L’imaginaire social constitue l’enjeu premier de la culture numérique. : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso (145) Beau, Bien, Bon, programmez votre cerveau pour le bonheur | Elisabeth GRIMAUD | TEDxRoanne - YouTube A propos du Réseau : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> 3926351044.jpg (Image JPEG, 150 × 150 pixels) FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne,Sun Tzu « L’art de la guerre » : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> FranceWebSharing ->Learn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect, Anywhere, Anytime, Any device, the people..by the people, everything : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> Tous Président avec FranceWebAsso21 @ PoissyWebCitoyen>SociétéduSavoir>SocSav21> Choisissez l'Excellence>3 idées pour vraiment réformer l’éducation, Universités : à bas la sélection dans l’Éducation nationale >Rapport d’Aurore Bergé .. : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> « Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel » - Recherche Google PoissySmartCity&FranceWebAssociation, AU NUM CITOYENS! St.Germain -en-Laye, Associer les citoyens à la réflexion,Le 10 novembre, le Num souhaite associer les citoyens à leur travail en les interrogeant sur leurs besoins à l'aide du numérique. : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Accueil : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso «Votre histoire bouge» PoissySmartCity en partenariat avec FranceWebAssociation appelle tous à mettre en valeur les archives personnelles et familiales« qui ont accompagné la vie des générations passées » : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Un idéal de changement, pour tout, pour tous.Une société qui travaille seule! Quelle libération du désir! Rien n'est trop pour arriver ici. Vous voyez le résultat: une société égoïste, des politiques sans politique, des choix sans débat et sans programme : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Réanimer l’engagement citoyen>> Histoire d'un projet>PoissyWebCitoyen>SmartCity>Ville Connectée:L'objet de ce projet "c'est la nature humaine, non un héros individualisé">"Les héros, ou simplement les gens bien, Nous en avons besoin !" : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Qu’est-ce que le numérique ? | Cairn.info Au Num, citoyens ! | Ville de Saint-Germain Au Num, citoyens ! | Ville de Saint-Germain Qu'est-ce que le numérique ? - Cairn.info Qu'est-ce que le numérique ? - Cairn.info Qu'est-ce que le numérique ? - Cairn.info Qu'est-ce que le numérique ? - Cairn.info Qu’est-ce que le numérique ? | Cairn.info Qu'est-ce que le numérique ? - Milad Doueihi | Cairn.info Numérique — Wikipédia Neoxia s'installe à Bordeaux Ville de Saint-Germain-en-Laye - Newsletter spéciale PoissySmartCity,SocSav21,IA2021,Ensemble créons de la valeur,LaBoîtedeRessources FranceWebBack,''MyNewsCenterNavigator'',LOCAL - REGIONAL - NATIONAL - INTERNATIONAL : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Center for Innovation and Sustainabilty in LocalMediaPoissySmartCity,WebCitoyen, MOOC,Les thématiques,Tous les cours, Enjeux et bonnes pratiques de la médiation numérique pour les territoires,13 millions de Français restent en difficulté avec le numérique : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso RS at Electronica 2018 | RS Components (144)  VOITURES À HYDROGÈNE : Ce que l'on ne vous dit pas ! - YouTube (144) Immigration et délinquance : l'enquête qui dérange (1/2) - INFRAROUGE - YouTube (144) Eric Zemmour On est plus en France ce 21OCT2018 (Live Vidéo) - YouTube (144) L’Inde mécontente de sa coopération avec la Russie pour le développement de l’avion furtif Su-57 - YouTube (144) Super Advanced Drone Fighter Catapulted From Aircraft Carrier: Northrop Grumman's X-47B - YouTube (144) Syrie: Poutine met en garde la France - YouTube YouTube Tous Président avec FranceWebAsso @ PoissyWebCitoyen>Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>3 idées pour vraiment réformer l’éducation, Universités :La politique autrement : et si on changeait tout ? : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso MyArchive21century,Today's Headlines,FranceWebAsso*, MyNewsCenterNavigator, Breaking News from around the world, Economie, Technologie, Sciences, Sports, Loisirs, Politics...Better access to all sources... : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! 957535518.2.jpeg (Image JPEG, 1024 × 341 pixels) Deezer - Flow - Téléchargez & Écoutez votre Musique | Streaming Gratuit Deezer - Recherche Google PoissySmartCity,SocSav21,IA2021,Ensemble créons de la valeur,LaBoîtedeRessources FranceWebBack,''MyNewsCenterNavigator'',LOCAL - REGIONAL - NATIONAL - INTERNATIONAL : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso PoissySmartCity->Webmaker, Capture, collect, and share with your friends->NewsCenter for everyone->Connect the things you love. : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso 3919141232.pdf Center for Innovation and Sustainabilty in LocalMediaPoissySmartCity,WebCitoyen, MOOC,Les thématiques,Tous les cours, Enjeux et bonnes pratiques de la médiation numérique pour les territoires,13 millions de Français restent en difficulté avec le numérique : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> Arrêtez d'optimiser l'annonce. Optimiser l'expérience. Vous avez seulement tellement d'opportunités«Ça ne semble pas juste, non? Mais le monde ne fonctionne pas ainsi, n'est-ce pas? »A déclaré Ramsey. : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> Microsoft Word - Pourquoi France Web.doc - 2019159012.pdf FRANCE WEB, collaboration en ligne - 1641417226.pdf Microsoft Word - Tous President, INVITATION.doc - 4117982562.pdf L’avenir sera-t-il quantique, Une étoile est née...PoissySmartCity...Le blog des possibles: tout un univers; Médias, événements, data, logiciels, plateformes de leads… nous recherchons les meilleurs talents ! Un Steve Jobs ! : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> Un nouveau livre de Hervé Juvin en train de paraître à la People's University...le Dieu des droits de l'homme nous met en garde, : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>

Le Pisciacais, Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,Numérique,Ces nouveaux défis sont autant d'opportunités pour vous, jeunes étudiants issus d'une génération dite « connectée » L’imaginaire social constitue l’enjeu premier de la culture numérique. : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAssoLa nouvelle société du savoir : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>Accueil : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>Qu’est-ce que le numérique ? | Cairn.info«Votre histoire bouge» PoissySmartCity en partenariat avec FranceWebAssociation appelle tous à mettre en valeur les archives personnelles et familiales« qui ont accompagné la vie des générations passées » : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso20minutes-blogs.frUn idéal de changement, pour tout, pour tous.Une société qui travaille seule! Quelle libération du désir! Rien n'est trop pour arriver ici. Vous voyez le résultat: une société égoïste, des politiques sans politique, des choix sans débat et sans programme : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAssoPoissySmartCity&FranceWebAssociation, AU NUM CITOYENS! St.Germain -en-Laye, Associer les citoyens à la réflexion,Le 10 novembre, le Num souhaite associer les citoyens à leur travail en les interrogeant sur leurs besoins à l'aide du numérique. : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAssoLe Pisciacais, Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,Numérique,Ces nouveaux défis sont autant d'opportunités pour vous, jeunes étudiants issus d'une génération dite « connectée » : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAssoRéanimer l’engagement citoyen>> Histoire d'un projet>PoissyWebCitoyen>SmartCity>Ville Connectée:L'objet de ce projet "c'est la nature humaine, non un héros individualisé">"Les héros, ou simplement les gens bien, Nous en avons besoin !" : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAssoQu’est-ce que le numérique ? | Cairn.infoAu Num, citoyens ! | Ville de Saint-GermainAu Num, citoyens ! | Ville de Saint-GermainAccueil : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAssoQu'est-ce que le numérique ? - Cairn.infoQu'est-ce que le numérique ? - Cairn.infoQu'est-ce que le numérique ? - Cairn.infoQu'est-ce que le numérique ? - Cairn.infoQu’est-ce que le numérique ? | Cairn.infoQu'est-ce que le numérique ? - Milad Doueihi | Cairn.infoNumérique — WikipédiaNeoxia s'installe à Bordeaux (144) Brigitte et Emmanuel Macron au bord de la rupture? La surprenante raison -[Nouvelles 24h] - YouTube (144) Smicards, Macron se fout de vous ! - YouTube (144) ߔ?Macron humilié par un député belge . - YouTube (144) Les 12 Endroits Les Plus Secrets Au Monde - YouTube (144) "Avec ses erreurs Macron nous mène vraiment droit dans le mur !" selon l'économiste Jean-Marc Daniel - YouTube (144) Pénélope: infidélité, diplôme de droit raté... la face cachée de l'épouse de François Fillon révélée - YouTube (144) Brigitte Macron : Humiliée en public ! - YouTube (144) Airbus A400M performs a highly unusual manoeuvre for a transport plane - YouTube (144) Ce qui nous attend en 2019... - YouTube (144) Monsieur Macron, démissionnez ! - YouTube (144) Macron ne finira pas son mandat. - YouTube (144) La Presidente de la France en 2022 est - YouTube (144) Attali : « Les élus n’ont plus de pouvoir et voici votre avenir » - Effrayant ! - YouTube (144) Le secret d’un coupeur de feu révélé - BEYOND S4E1 (Extrait) - YouTube (144) TV — Retour du CES2017 avec Oliviez Ezratty - YouTube (144) Impression 3D — Retour CES2017 avec Olivier Ezratty - YouTube (144) Smart devices — Retour CES2017 avec Olivier Ezratty - YouTube (144) Drones — Retour CES2017 avec Olivier Ezratty - YouTube (144) Transports — Retour CES2017 avec Olivier Ezratty - YouTube (144) Réalité virtuelle — Retour CES2017 avec Olivier Ezratty - YouTube (144) Sleeptech et Sante — Retour CES2017 avec Olivier Ezratty - YouTube (144) Objets connectés / IoT — Retour CES2017 avec Olivier Ezratty - YouTube (144) Le CES raconté par la start-up Orosound — Retour CES2017 avec Olivier Ezratty - YouTube (144) Le CES raconté par la start-up Immersit — Retour CES2017 avec Olivier Ezratty - YouTube (144) Le CES raconté par la start-up PK Paris — Retour CES2017 avec Olivier Ezratty - YouTube (144) Introduction — Retour CES2017 avec Olivier Ezratty - YouTube Opinions Libres, le blog d'Olivier Ezratty Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/telecharger/conferences/?output=pdf Opinions Libres, le blog d'Olivier Ezratty Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2014/rapport-ces-2014/?output=pdf Rapport CES 2014 Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2015/rapport-ces-2015/?output=pdf Rapport CES 2015 Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2016/rapport-ces-2016/?output=pdf Rapport CES 2016 Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2016/guide-des-startups-2016/?output=pdf Guide des startups 2016 Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2016/avancees-intelligence-artificielle-1/?output=pdf Les avancées de l’intelligence artificielle – 1 Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2016/avancees-intelligence-artificielle-ebook/?output=pdf Les avancées de l’intelligence artificielle… en ebook Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2017/astronomie-entrepreneuriat-ebook/?output=pdf De l’astronomie à l’entrepreneuriat en ebook Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2017/rapport-ces-2017/?output=pdf Rapport CES 2017 Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2018/ebook-pour-comprendre-informatique-quantique/?output=pdf L’ebook pour comprendre l’informatique quantique Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/telecharger/publications/?output=pdf Opinions Libres, le blog d'Olivier Ezratty Usages intelligence artificielle Olivier Ezratty.pdf Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2017/usages-intelligence-artificielle-ebook/?output=pdf Les usages de l’intelligence artificielle Guide des Startups en France Olivier Ezratty Apr2018.pdf Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2018/guide-des-startups-2018/?output=pdf Guide des Startups 2018 Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2018/rapport-ces-2018/?output=pdf Rapport CES 2018 Opinions Libres, le blog d'Olivier Ezratty SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> Les photos d'Olivier Ezratty - Album : Nouveaux portraits Les photos d'Olivier Ezratty - Album : Nouveaux portraits Les photos d'Olivier Ezratty - Album : Nouveaux portraits Les photos d'Olivier Ezratty - Album : Nouveaux portraits Comprendre l’informatique quantique – autres technologies Comprendre l’informatique quantique – startups Comprendre l’informatique quantique – cryptographie Comprendre l’informatique quantique – stratégies industrielles Comprendre l’informatique quantique – médecine quantique Comprendre l’informatique quantique – société Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2018/comprendre-informatique-quantique-autres-technologies/?output=pdf Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2018/comprendre-informatique-quantique-startups/?output=pdf Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2018/comprendre-informatique-quantique-cryptographie/?output=pdf Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2018/comprendre-informatique-quantique-strategies-industrielles/?output=pdf Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2018/comprendre-informatique-quantique-medecine-quantique/?output=pdf Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2018/comprendre-informatique-quantique-societe/?output=pdf Les enjeux industriels de l’ordinateur quantique Le conseil régional adopte le plan « Région Île-de-France, Région solidaire » - CRESS IDF - Chambre Régionale de l'Économie Sociale et Solidaire Ile-de-France Plans de Mobilité : Île-de-France Mobilités & la Région aident les entreprises à optimiser leurs déplacements - Île-de-France Mobilités [CES 2018] Valérie Pécresse veut faire de l'Ile-de-France une "start-up région" L'Ile-de-France se dote d'un plan "smart région" L'Île-de-France se veut capitale européenne de l’intelligence artificielle « IA 2021 », le plan de la région Ile-de-France pour devenir un hub de l’Intelligence Artificielle en Europe et dans le monde Le plan de la région Ile-de-France pour l'intelligence artificielle - Les Echos Appel à projets Innov’up Proto 2018 | Région Île-de-France INNOV’up Expérimentation | Région Île-de-France Medicen Paris Region Valérie Pécresse en Corée du Sud pour promouvoir la « French Tech » | Région Île-de-France La Région et le Québec renforcent leur coopération | Région Île-de-France DIGIHALL (ex-Digitec), futur pôle du numérique à Paris-Saclay - École d'Ingénieurs : Télécom ParisTech Inria - Inventeurs du monde numérique Un plan pour faire de l'Île-de-France la 1re région européenne en Intelligence artificielle | Région Île-de-France Le plan IA de la Région Ile de France La Région Île-de-France présente son plan régional sur l’Intelligence artificielle « IA 2021 » et les lauréats du 1er Challenge international « AI Paris Région 2018 » | Région Île-de-France Echo 5 : Les enjeux industriels de l'ordinateur quantique - Vidéo dailymotion Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2018/les-enjeux-industriels-de-lordinateur-quantique/?output=pdf We Are FWCitizens : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! SocSav21,IA2021,Le plan de la région Ile-de-France pour l'intelligence artificielle, : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> Arrêtez d'optimiser l'annonce. Optimiser l'expérience. Vous avez seulement tellement d'opportunités«Ça ne semble pas juste, non? Mais le monde ne fonctionne pas ainsi, n'est-ce pas? »A déclaré Ramsey. : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> Découvrez les nouveautés de Firefox30102018.html Le plan IA de la Région Ile de France - Recherche Google Le Pisciacais StefanV.Raducanu:FranceWebSocSav21, Bonheur et PoissySmartCity,c'est lui! Un penseur du futur avec smartphone et sa collection Virtuelle,« vrai intellectuel global du XXIe siècle »entre monde réel et monde virtuel, SocSav21, FranceWebAsso, : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Accueil : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! Accueil : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! Tous Président avec FranceWebAsso @ PoissyWebCitoyen>Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>3 idées pour vraiment réformer l’éducation, Universités :La politique autrement : et si on changeait tout ? : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso 2313311698.jpg (Image JPEG, 617 × 542 pixels) - Redimensionnée (83%) Tous Président avec FranceWebAsso21 @ PoissyWebCitoyen>SociétéduSavoir>SocSav21> Choisissez l'Excellence>3 idées pour vraiment réformer l’éducation, Universités : à bas la sélection dans l’Éducation nationale >Rapport d’Aurore Bergé .. : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> Accueil : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>  Le plan IA de la Rgion Ile de France - Recherche Google Opinions Libres - https://www.oezratty.net/wordpress/2018/plan-ia-region-ile-de-france-et-semaine-ia/?output=pdf Le plan IA de la Région Ile de France, SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> We Are FWCitizens : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! Accueil : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! Accueil : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> About Us : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! OM-PSG: On a compilé les réactions des Marseillais face à la simulation de Marquinhos Real: La presse espagnole annonce qu'Antonio Conte va être nommé à la place de Lopetegui Real Madrid: «La gestion du vestiaire est plus importante que la connaissance»... Ramos prévient le futur coach Une petite partie de la bibliothèque de François Mitterrand mise aux enchères Tunisie: Une femme s'est fait exploser dans le centre de Tunis, neuf personnes sont blessées Turquie: Le bilan passe à 19 morts dans l'accident d'un véhicule de migrants Pasteur libéré en Turquie: Donald Trump prédit «d'excellentes relations» avec Erdogan Turquie: Le nouvel aéroport d'Istanbul, le futur «plus grand du monde», inauguré par Erdogan Et si le sens des affaires était lié à un parasite? Espace: Un vaste lac découvert sous la surface de la planète Mars Nasa: Le télescope spatial Hubble a été réparé et sera bientôt opérationnel La Chine réussit l'envoi d'un satellite construit en collaboration avec la France Paris: Une étudiante en médecine à Paris 13 porte plainte pour des injures antisémites VIDEO. Brésil: Qui est Michelle Bolsonaro, la discrète et très croyante Première dame? People, not consumers: 5 things we learned from the ANA meeting - Digiday Stefan V.Raducanu - Accueil About Us : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Google Traduction People, not consumers: 5 things we learned from the ANA meeting - Digiday Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! Marketers are far from really being smart about data.People, not consumers: 5 things we learned from the ANA meeting.Consumers should be called humans : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! 2921619131.gif (Image GIF, 709 × 251 pixels) We Are FWCitizens : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! We Are FWCitizens : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! WTF_PeopleBasedMarketing_Final_V4.pdf Civilisation occidentale ou Syphilisation capitaliste? – les 7 du quebec Mi-séance Paris : les cotations se font attendre Un idéal de changement, pour tout, pour tous.Une société qui travaille seule! Quelle libération du désir! Rien n'est trop pour arriver ici. Vous voyez le résultat: une société égoïste, des politiques sans politique, des choix sans débat et sans programme : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso FranceWebBack« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »Au revoir, silicium? SRU-Electronics,MyNewsCenterNavigator,FranceWebAsso,En route vers de nouveaux matériaux pour l'électronique... : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! MyNewsCenter Reader Aggregator "Extra! Extra! Read all about it!Local Newspapers Are Dying"Residents in these “news deserts” — that is, areas without newspapers — “are generally poorer, older and less educated than the average American.” : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! Quand donc pourra-t-on dire : "Hommes, le mal n'est plus !" Accueil : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso StefanV.Raducanu, Mon ambition, PoissySmartCityWebCitoyen,Collaborer. Anticiper. Innover,Venez nous rejoindre, la société en réseau ne se fera pas sans Vous! Rencontrer, découvrir, dialoguer, échanger, entreprendre, éduquer, administrer, préparer l’avenir : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! SRU-Electronics - Accueil file:///E:/MySelTab/Welcome%20To%20My%20World.htm - 3196765569.pdf Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu,WelcomeToMyWorld,IMMORTALITY,StefanWebCollection, Un blog conçu avec passion pour Vous! EGLOBALNETWORK,Tous Président avec FranceWebAsso@ PoissyWebCitoyen>Société du Savoir>MyNewsCenterNavigator, Capture, collect, and share : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! Un nouveau livre de Hervé Juvin en train de paraître à la People's University...le Dieu des droits de l'homme nous met en garde, : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> We Are FWCitizens : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Accueil : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso MyNewsCenterNavigator & SRU-Electronics,L'Actualité mondiale. Un regard humain.Journée mondiale du patrimoine audiovisuel : conserver les documents à travers le temps : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> IDF;mots clés MyBookmarks27102018 Goldman Sachs A propos du Réseau : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! Réanimer l’engagement citoyen>> Histoire d'un projet>PoissyWebCitoyen>SmartCity>Ville Connectée:L'objet de ce projet "c'est la nature humaine, non un héros individualisé">"Les héros, ou simplement les gens bien, Nous en avons besoin !" : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso «Votre histoire bouge» PoissySmartCity en partenariat avec FranceWebAssociation appelle tous à mettre en valeur les archives personnelles et familiales« qui ont accompagné la vie des générations passées » : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso L’Europe pharisienne contre les droits des citoyens. Quand les « droits de l’homme » se retournent contre les libertés.Retrouver les libertés par la démocratie directe : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso  Goldman Sachs - Recherche Google Marx - Recherche Google Sigmund Freud — Wikipédia  Freud - Recherche Google Sortir du capitalisme - Vers une lutte anti-capitaliste généralisée ? Une analyse critique du mouvement étudiant et des cheminots Sortir du capitalisme - De la misère en milieu étudiant. La critique situationniste du capitalisme et son dépassement émancipateur Sortir du capitalisme - Du socialisme au populisme, une critique des idéologies politiques des intellectuels degôche Sortir du capitalisme - La gauche national-étatiste au pouvoir en France. Une histoire critique (1944-1947 et 1981-1983) Sortir du capitalisme - Présentation Emissions avec Sortir du capitalisme - Zones subversives ressources - Zones subversives sociologie critique - Zones subversives numeros complets - Zones subversives anarchisme revolutionnaire - Zones subversives revolution sexuelle - Zones subversives pensee critique - Zones subversives marxisme anti-bureaucratique - Zones subversives avant-gardes artistiques - Zones subversives contre culture - Zones subversives histoire des luttes - Zones subversives actualite et luttes - Zones subversives Herbert Marcuse, philosophe radical - Zones subversives marcuse - Recherche Google Herbert Marcuse — Wikipédia Un nouveau livre de Hervé Juvin en train de paraître à la People's University »FLUX online Demitizing les hérésies de la modernité en tant que tâche morale de l'élite intellectuelle »FLUX on-line Un idéal de changement, pour tout, pour tous.Une société qui travaille seule! Quelle libération du désir! Rien n'est trop pour arriver ici. Vous voyez le résultat: une société égoïste, des politiques sans politique, des choix sans débat et sans programme : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso ENTRETIEN : le départ de la MINUSTAH est un moment pour « tourner la page » en Haïti | ONU Info Désarmement : le chef de l’ONU présente son nouveau programme pour « sécuriser notre avenir commun » | ONU Info A Genève, l’ONU débat de la réglementation des systèmes d’armes létales autonomes dits « robots tueurs » | ONU Info A Genève, le chef de l’ONU appelle à donner une nouvelle impulsion au désarmement mondial | ONU Info La Charte des Nations Unies a résisté à l’épreuve du temps, déclare le chef de l’ONU | ONU Info La prévention des conflits au centre d’une réunion de haut niveau au siège de l’ONU | ONU Info Journée mondiale du patrimoine audiovisuel : conserver les documents à travers le temps | ONU Info

 

Superpages THE Local Business Directory Name That Artist Quiz | Britannica.com 6 Fast Facts about Alexander Graham Bell | Britannica.com Encyclopedia Britannica | Britannica.com MySelTab - Yahoo Search Results Yahoo Search - Web Search IBM Watson Explorer - Overview | IBM Lexxe Search Engine C:MySelTabNEWS CENTERNews Ce - 4130928491.pdf Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! MySelTab - Teoma Teoma Accueil : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> Un penseur du futur avec smartphone,Dipl.Ing.StefanV.Raducanu*,« vrai intellectuel global du XXIe siècle »The Overnight Consultant@SRU-Electronics*,Content and Digital Media, The Internet of Things, News & Media,Multicultural expertise.Global perspective : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! MySelTab&MyNewsCenterNavivator>"Quantum may be the compute technology of the next 100 years,"Intel, Google and IBM are among several American companies that are developing quantum technologies. But China stands out globally for its energy and investments. : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! PoissySmartCityWebCitoyen,MyNewsCenterNavigator,MySelTab,Les obédiences, qu’elles aient une sensibilité de droite ou de gauche, s’ouvrent de plus en plus à l’extérieur pour prendre position sur les grands thèmes de société : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Resultat de la recherche - Moteur de recherche - Mozbot France Moteur de recherche - Mozbot France - La recherche facile et rapide MySelTab - Yahoo Search Results 404 Not Found Boolgum, moteur de recherche francophone Ask.com - Quelle est votre question? TRIBUNE. "Politiques de tous bords, prenez vos responsabilités !" : l'appel de 23 ONG sur la hausse de la fiscalité écologique Tribune fiscalité écologique - Bing Air France atterrissage urgence Russie - Bing Franck Ribéry gifle consultant BeIN - Bing Bing NewsLink | NEWSPAPERS | U.S. | ALTERNATIVE - The Washington Post - The Washington Post Latest World & National News & Headlines - USATODAY.com Page not found - BayArea Newsday | Long Island's & NYC's News Source | Newsday Breaking News, World News & Multimedia - The New York Times Macron throws shade at Trump: I don’t make diplomacy through tweets Adam Schiff wants to probe Trump for targeting CNN, WaPo Trump plans to stop disaster relief funds to Puerto Rico Trump slams allies for not treating US fairly on defense, trade New York Post Los Angeles Times - We are currently unavailable in your region Chicago Tribune - We are currently unavailable in your region The Boston Globe What Trump Did to Silence Stormy Daniels and Karen McDougal Oil Jumps as OPEC Moves Closer to Cutting Output - WSJ The Wall Street Journal & Breaking News, Business, Financial and Economic News, World News and Video Talk Business | SMEs Business Advice, Tips for Entrepreneurs Supply Chain Digital - Supply Chain News, Magazine and Website strategy+business: international business strategy news articles and award-winning analysis Welcome strategymagazine.com - BlueHost.com Red Herring — THE BUSINESS OF TECHNOLOGY CenturyLink Internet | Npost DNS resolution error | www.mybusinessmag.com | Cloudflare MoneyWeek: Investment advice, analysis, finance news & more Business News for London | LondonlovesBusiness Small Business Ideas and Resources for Entrepreneurs International Business Times - Business News, Financial news Wi-Fi et objectifs commerciaux - Hub One Wi-Fi & Business - Hub One Ressources Accueil public - Hub One Intelligence Artificielle - Hub One Offre d'Innovation - Hub One Viparis choisit Hub One pour son réseau et sa plateforme d’objets connectés - Hub One Espace Presse - Hub One Espace Presse - Hub One Économiser jusqu'à -87% sur IObit Malware Fighter PRO - Vente Flash - IObit Harvard Business Review - Ideas and Advice for Leaders | Fortune Forbes Forbes Subscribe to read | Financial Times The Big Read | Financial Times Subscribe to read | Financial Times Financial Times Fast Company | The future of business | Fast Company Economic Indicators and Analysis | Moody's Analytics Economy.com Entrepreneur - Start, run and grow your business. CEO AJ Abdallat Aims to Bring AI to the Masses | CEOWORLD magazine Businessweek - Bloomberg Amazon’s deal to carry more Apple stock could boost holiday sales | Technology | Business Chief JPMorgan, Goldman Sachs among US banks to increase Frankfurt presence following Brexit | Finance | Business Chief Business Chief Magazine- US Business News, Magazine & Website Black Enterprise - The Premier Resource for Black Entrepreneurship, Career, Tech, Money - Black Enterprise Business News - The Business Journals Actionable Trading Ideas, Real Time News, Financial Insight | Benzinga Asian Business Daily – Business Blog MyArchive21century,Today's Headlines,FranceWebAsso*, MyNewsCenterNavigator, Breaking News from around the world, Economie, Technologie, Sciences, Sports, Loisirs, Politics...Better access to all sources... : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! 3836416362.pdf FranceWebBack>Beau-Bien-Bon >SocSav21>Société du Savoir>FranceWebSharing & MyNewsCenterNavigator> “L’intelligence des machines n’est pas l’intelligence humaine”,>INSPIRATION, RÉFLEXION, INVENTION>Discover, Learn, Share>High value.. : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> UN ENFANT TORTURE PAR UN MILITAIRE TURC : KURDE-MOYEN-ORIENT VIDEO. Attentat à Manhattan: Les New-Yorkais, «plus forts que le terrorisme», ont célébré Halloween La France dans l'impasse ? : Confessions d'une racaille ANYTIME, ANYWHERE, ANY DEVICE>>Arround the World in one page> MyNewsCenterNavigator>COMMUNICATION EVOLUTION> EXPERIENCE DIFFERENT>Put your publication on your readers' favorite devices>It definitely adds value to the chalets as a business> : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! MyNewsCenterNavigator - Dogpile.com Web Search Dogpile Web Search Feedster | Entrepreneurs Work, Play, Stories FindArticles.com | CBSi MyNewsCenterNavigator | findarticles.com MyNewsCenterNavigator | findarticles.com StartPage Web Recherche Home page | GVU Center Free Traffic Ebook | Bring Your Web Traffic into Overdrive 20 Amazing Facts About eCommerce Internet Surveys IMjali7M Pasteur libéré en Turquie: Donald Trump prédit «d'excellentes relations» avec Erdogan Real Madrid: «La gestion du vestiaire est plus importante que la connaissance»... Ramos prévient le futur coach MySelTab&MyNewsCenterNavivator>"Quantum may be the compute technology of the next 100 years,"Intel, Google and IBM are among several American companies that are developing quantum technologies. But China stands out globally for its energy and investments. : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! L'audace de l'élégance de l'âme, un livre de Bernard Leblanc Halmos PoissySmartCity,Pour la WebScience,Le PisciacaisDipl.Ing.StefanV.Raducanu,créateur PoissyWebNumérique,Ces nouveaux défis sont autant d'opportunités pour vous, L’imaginaire social constitue l’enjeu premier de la culture numérique. : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Accueil : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso Exposants : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> Des changements dans votre entreprise... - 1631924347.pdf Building Virtual Communites - 241085620.pdf 2307514108.pdf Numérique,FranceWebBack - 1694237688.pdf Building Global Community - 2562549916.pdf Jinfo - About Jinfo Jinfo Community Jinfo Newsletter: Archive Jinfo Community: State of the industry, 2019 Jinfo: What's New Jinfo Subscription: Articles Jinfo Blog Jinfo Research Focus: Intelligence systems - beyond awareness to action Jinfo Webinar: Innovation in current awareness and intelligence Jinfo: Product review of Onelog Jinfo: Jinfo model - mapping technology readiness Jinfo: Market landscape - Aroq Jinfo: Mapping the complex technology environment Jinfo Blog: Research update - say hello to tomorrow's current awareness Jinfo Blog: Watch our latest video - get our view on market pressures around news Jinfo: Is premium content fuelling the value of your service? Jinfo Blog: My Favourite Tipples from a university lecturer in information science & management Jinfo Blog: Research update - what's so urgent about current awareness? We'll tell you Jinfo: Supporting your organisation's information strategy China bet big on quantum computing. Now the US races to keep up. - CNN La nouvelle société du savoir : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> StefanV.Raducanu,MyNewsCenterNavigator&FranceWebAsso> > La Vie, La Vie! , La Vie? La planète est mon village !Le Portugal se soigne..Une politique anti-austérité qui fonctionne, On en parle peu, mais le fait mérite d'être souligné. : Moi,Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,un des chercheurs les plus célèbres de son temps, l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres>Un visionnaire>Beau, Du Bon, du Bien,>Regardez avec moi>PoissySmartCity&FranceWebAsso FranceWeb : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! Building Global Community - 3195910750.pdf Consulting : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! About Us : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! SRU-Electronics : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! About SRU : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! Les blogs 20 Minutes China bet big on quantum computing. Now the US races to keep up. Innovate - CNN China's stealth fighters show off missile payload - CNN DC mayor taunts Trump after cancellation of military parade - CNNPolitics Trump's Paris trip marked by missed moments -- and a dire warning - CNNPolitics CNN International - Breaking News, US News, World News and Video BNF - Le siècle des Lumières : un héritage pour demain LE BON, Gustave – La Psychologie des foules | Litterature audio.com CHÂTELET, Émilie (du) – Discours sur le bonheur | Litterature audio.com MARC AURÈLE – Pensées pour moi-même | Litterature audio.com Celine Dion - Immortality lyrics - letras - testo | Songs-tube.net Fais chacun de tes actes comme si c'était le dernier de ta vie. Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l’univers. Société de l'information /Société de la connaissance Accueil : Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Un savoir faire, sourire à la vie! WebPlanete.net, Toute l'actualité en temps réel NewsNow: World News news | Breaking News & Search 24/7 Stefan V.Raducanu, Making a better Internet with FranceWeb,e-GlobalNetWork - Web Gallery Elvis Presley - Welcome To My World lyrics - letras - testo | Songs-tube.net

12:45 Écrit par franceweb dans 21CenturyWebArchive, Accueil, Agenda 21, Agregator, Ailleurs sur le web, AlertInfo, Apprentissage, Archive21stCentury, ArchiveWeb21, Art de vivre, Art et Culture, Articles, Association, Autoentrepreneur, Blog, Blogs, Bonheur, Bookmarks, Citations, Citoyen, Collaborative, Collections, Communication & relations médias, Communiqués de presse, Community, Conseil, Consummateur, Culture, Démocratie, Digital, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, Diverse, eCitoyen, Education, Electeur, Entrepreneur, Entreprises, Europe, Evénements, Exposants, Femmes, Forum, France, FranceWeb, FranceWeb sur Facebook, FranceWeb, e-Globalnetwork, FranceWebAgency, Francophonie, Ile de France, Industrie, Informatique, Innovation, International, Internet, Jeunesse, Jeux et loisirs créatifs, L'électeur, La Vie des Idées, Le Citoyen, Le consommateur, Le Travailleur, LMathieuwebcollection, Local, Logiciels, Loisirs, Ma Bibliothèque, Ma Tablette Magique, Madeleine et Stefan Raducanu de FranceWeb, Management, Métiers, Mobile, Monde, MyNewsCenterNavigator, Numérique, OneGlobalLocal, Opinion, Opportunités, Organisation, Organisme, Partenaires, Poissy en poche, Poissy Ville Connectée, PoissyWeb Social Network, PoissyWebCitoyen, Recherche, RemiFranceWeb,Editeur Internet,Infoproduits, Réseau, RessourcesPRO, Saint Germain-en-Laye, Science, Seniors, Sharing, Smart Data Collective, SmartCity, Social Media Intelligence, SRU-Electronics, Stefan V. Raducanu, Stefan Web Collection, Stefand'Internet, StefandeFranceWeb, Tech, TIC, We Are FWCitizens, Web,Web,Web, Women, Work, World, Yvelines | Tags : socsav21, beau, bien, bon, société du savoir, choisissez l'excellence, social media intelligence, oeuvre de collaboration collective, le n°1 de la collaboration en ligne, humanité(s) digitale(s), francewebsharing, c'est moic'est vous c'est nous, utilisateurs, fournisseurs, business, technologies, universitaires, rÉseaux, sociÉtal, rencontrer, découvrir, entreprendre, communiquer, réunir, conseiller, agir, préparer l'avenir, venez nous rejoindre, la société en réseau ne se fera sans vous, connectons nos savoirs sur votre avenir, travaillons ensemble pour une communautÉ de destin et un dÉvelop, le pisciacaisstefanraducanu | Lien permanent | Commentaires (0) |

Lire la suite

22/10/2018

L’avenir sera-t-il quantique, Une étoile est née...PoissySmartCity...Le blog des possibles: tout un univers; Médias, événements, data, logiciels, plateformes de leads… nous recherchons les meilleurs talents ! Un Steve Jobs !

Les propriétés de la mécanique quantique annoncent des applications techniques « révolutionnaires » dont la création d’ordinateurs au potentiel vertigineux…

« L’intuition quantique » expliquera-t-elle le monde ? La « subtilité de l’indétermination quantique » nous en donnera-t-elle la maîtrise ?

De quoi s’agit-il ? Le mot « quantum » désigne la plus petite unité qui puisse être assimilée à une particule. Au début du XXe siècle, Einstein et Max Planck avaient démontré la nature quantique de la lumière, à la fois onde et particule. Ainsi, un photon est un quantum de lumière car il ne peut être divisé en de plus infimes particules. A quel « endroit » les photons se transforment-ils en ondes lumineuses ? Les conclusions de la physique quantique seraient de nature à susciter nombre d’interrogations quant aux rapports du corps et de l’esprit : à quel point précis la pensée se transforme-t-elle en particules et dicte-t-elle sa réalité au corps ? L’étude de guérisons dites « miraculeuses » permettrait à la médecine de faire un… saut de conscience quantique dans la connaissance du « corps pensant » de l’homme… Notre organisme n’est-il pas tout à la fois immuable et en perpétuelle transformation ?

La seconde « révolution quantique »

L’avenir sera-t-il quantique, ainsi que cela est de plus en plus claironné avec une désarmante assurance dans nos medias ? Indéniablement, une application assurant des télécommunications inviolables confère un "avantage stratégique majeur" – et devrait susciter d’utiles débats pour penser l’éthique des données.

Sur le même thème

Instant zéro, le plus grand mystère de l’Univers
Tendance Groucho : « Allez chercher un garçon de neuf ans ! »
Le paradigme de l’émergence communicationnelle
La mécanique quantique comme source pour une nouvelle religion ?
La physique de l’espace et des champs selon Susskind

« Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnait… »

All governments suffer a recurring problem: Power attracts pathological personalities." - Frank Herbert

"Tous les gouvernements souffrent d'un problème récurrent: le pouvoir attire des personnalités pathologiques." - Frank Herbert

=====================================

… La réalité est que toutes les guerres, les assassinats et les coups d'État perpétrés par Washington au cours des cinquante dernières années ont été une question de choix, non pas sur de véritables menaces pour notre sécurité nationale, mais sur les profits des géants de la fabrication d'armes et de leurs alliés. - le soi-disant complexe militaro-industriel qui étend ses tentacules à toutes les grandes institutions de la vie américaine - le Congrès, la CIA, les médias et les universités. Le complexe nécessite au minimum la menace de guerre implicite pour assurer son existence.  

Combien de citoyens sont conscients qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le chef de la production en temps de guerre s’écria que le pays avait besoin d’une «économie de guerre permanente». Son raisonnement reposait sur le fait qu’en l’absence de production de guerre massive et de bénéfices garantis, découlaient de contrats de guerre, de nombreuses entreprises qui avaient atteint des proportions gigantesques seraient soudainement mises en faillite. Il y avait aussi le problème des millions d'anciens combattants de retour qui ne seraient pas d'humeur à faire la queue à nouveau. Comme une économie de guerre permanente nécessitait un ennemi permanent, les faucons de Washington ont dûment affirmé que la nation avait besoin d’un «État de sécurité nationale» et d’ un département de la guerre renommé pour contenir la nouvelle menace à la paix et à la sécurité mondiales, à savoir l’Union soviétique et le communisme international . La réalité était que l'URSS était extrêmement affaiblie par ses pertes écrasantes au cours de la guerre, ne posait aucune menace militaire nulle part et était relativement facilement maîtrisée . L’environnement mondial était si peu menaçant en réalité que Washington a délibérément choisi la guerre en Corée pour mettre en place l’état de guerre permanent. On a même entendu le secrétaire d’État Dean Acheson s’exclamer: «Dieu merci, la Corée est venue» reconnaissant qu’il pourrait alors sauver le triple du soi-disant budget de la défense.

  Un gouvernement dominé par les marchands de la mort draine l’essence de la société civile , laisse présager un nouvel effondrement économique et finit par menacer tous les peuples de la guerre mondiale. Alors que le monde se fracture à nouveau dans l'ultra-nationalisme et que la méfiance et la suspicion mutuelles s'intensifient, il n'est pas exagéré d'avertir que notre espèce même est en jeu. - Paul Atwood.

Adrian Severin: "La Roumanie n'est pas entrée dans l'UE, mais des sociétés supranationales sont entrées en Roumanie" (I)

10h30, 14 mars 2018 | Entretien 6154 vues Il n'y a pas de commentaire Auteur: FLUX ON-LINE

Entretien pour disculpation avec M. Adrian Severin, ancien ministre des Affaires étrangères de la Roumanie pour le portail www.flux.md

Cher M. Adrian Severin, Merci d'avoir accepté cette interview pour notre portail. Je traverse vos problèmes, parce que je sais que vous n’avez besoin ni de compassion, ni de justification, ni d’auto-stimulation. Mes questions porteront surtout sur les relations entre la Roumanie et la République de Moldova. Mais ils ne contourneront aucun aspect de la réalité intérieure roumaine et de ceux qui concernent la situation sur notre continent.

 

Iurie Rosca: À l'heure actuelle, les pays d'Europe occidentale, ainsi que ceux d'Europe centrale et orientale, traversent une période de véritable renouveau national. Et ceci dans le contexte d'une opposition de plus en plus féroce à la bureaucratie à Bruxelles. Les souverains ou les partisans du rejet de la dictature des dirigeants européens connaissent une montée spectaculaire. Le philosophe français Alain de Benoist caractérise cette étape avec le concept de "moment du populisme", le terme de populisme étant utilisé sans aucune connotation négative, mais comme une formule qui caractérise la réaction des peuples aux superstructures mondialistes qui portent gravement atteinte aux intérêts nationaux de ces pays. À cet égard, le groupe Visegrad est l'exemple le plus éloquent de notre région. Ne pensez-vous pas que, dans ce contexte, la Roumanie est un peu plus timide ou, du moins, en retard par rapport aux autres pays?

Adrian Severin : Je ne sais pas si on peut parler d'un véritable "réveil national". Il s’agit plutôt de tendances «néoféodales». Les États-nations d'Europe centrale et orientale post-soviétiques ont cru un instant, maintenant il y a un quart de siècle, qu'ils vivaient la réunification de l'Europe ou la réconciliation entre la géographie et l'histoire de l'Europe. En fait, il s’agissait de l’expansion néo-impériale de l’ouest euro-atlantique dans l’espace laissé par l’orient russo-asiatique. Dans des conditions de confusion, les États respectifs - et le premier étaient ceux du groupe de Visegrad - ont convenu de transférer une partie de leurs attributs souverains à des structures politiques considérées comme transnationales, c'est-à-dire fédérales, alors qu'elles étaient supranationales. c'est impérial. Laissés sans la protection de l'État-nation et au lieu de bénéficier d'une véritable protection supranationale, les citoyens ne deviennent que des Européens nominaux, perdent leur confiance et leur loyauté envers les structures politiques modernes et postmodernes. ils ont perdu leur cohésion. La tendance naturelle était donc le refuge individuel des formes archaïques de socialisation, avec renoncement à la citoyenneté en faveur du sujet protégé des oligarques locaux. Si l’UE était une véritable union d’États et de citoyens, organisée dans le système fédéral en une démocratie transnationale, comme nous l’avions imaginé et souhaité dans les années 90, les nations de l’Europe centrale et orientale sans ressources suffisante pour répondre aux attentes légitimes de leurs citoyens, aurait été sauvée en transférant des obligations excessivement onéreuses à leur égard, devenant ainsi de véritables citoyens européens au niveau de l'Union. Au début du XXIe siècle, l'UE a préféré incarner la forme d'un nouvel empire romain germanique de la nation allemande, qui n'atteint que partiellement ou au moins les performances de l'ancien empire des Habsbourg (passeport commun, armée commune, politique étrangère commune, monnaie commune). équivaut à l'erreur fatale d'ignorer l'aspiration à l'égalité ethnoculturelle ou, en d'autres termes, de nier le respect de la diversité nationale. Les droits de l'homme ont été violés par rapport aux droits du citoyen. Les "citoyens européens" ne se sont vu accorder des droits individuels que dans la mesure où ils ont renoncé à leur identité culturelle et à leur affiliation nationale. Au lieu d'être cumulatives, la citoyenneté européenne et nationale est devenue quelque peu exclusive. Au lieu d’obtenir un niveau de protection supplémentaire, les citoyens ont perdu la protection de l’État national, avec lequel ils étaient dans une relation asymétrique, pour entrer dans une relation plus asymétrique avec un pouvoir moins cohérent, à la fois. à la fois politiquement et culturellement, plus éloignés et insensibles à leurs besoins concrets. Théoriquement, cette relation était unilatérale, ce qui signifiait que le titulaire du droit n'avait aucune obligation. Toutefois, compte tenu de l'énorme fossé entre les parties, amplifié par la difficulté de relier efficacement les personnes sans pouvoir au niveau continental, la capitalisation du droit est devenue illusoire et dans tous les cas, implique le prix d'abandonner la liberté. Lorsqu'ils ont compris ce qui se passait - et que ceux qui s'étaient le premier trompés ont été réveillés en premier - les peuples ont réagi en revenant à un autre temps historique, le féodalisme. C’est, de mon point de vue, le "moment du populisme" qui, bien qu’il n’ait pas les connotations négatives traditionnellement attachées à ce terme, ne peut être considéré comme un phénomène positif. Il s’agit bien d’un "populisme" légitime, mais rétrograde et réactionnaire. L’excuse du peuple pour une telle option réside dans la décrédibilité et le harcèlement des élites politiques nationales produits par des démocraties décadentes, fatiguées, malades et épuisées. En ce qui concerne ces pseudo-élites, souvent corrompues, des États-nations en faillite, ont été prises au piège du néo-impérialisme euro-atlantique (mondial) et des oligarchies locales, et ont fait face au danger de disparaître avec des structures politiques (pseudo ) souverains sur lesquels ils semblent mener, ont essayé, d’une part, de récupérer leurs peuples par des politiques populistes au sens manipulateur du mot, et, d’autre part, de recouvrer leur souveraineté en "renationalisant" l’UE en sabotant l’empire. Malheureusement, le "populisme réactif", aussi légitime soit-il, et le "manipulateur du populisme", aussi sensible soit-il aux attentes de la masse, s'opposent à la démocratie, l'empoisonnent, la tuent. Bien qu’ils évoluent différemment dans le cercle de l’histoire pour finalement traverser la jungle de l’anarchie, ils se rencontrent au même moment, appelé dictature. Cela se produit aujourd'hui dans les États du groupe Visegrad. La Roumanie est en effet un pas en arrière, car elle l’a toujours été. C'était le dernier à s'agenouiller et c'est le dernier à se lever. S'il peut. Dans de telles conditions, je pense que nous ne devrions pas nous éloigner du groupe, mais y revenir dès que possible. Mais pas pour féodaliser les États-nations et nationaliser la fédération européenne, toujours dans le deuil d’une naissance menacée par l’avortement, non pour régionaliser l’Europe et oligarchiser l’ordre national, mais pour lutter avec des forces unies contre le néo-impérialisme occidental et soutenir véritables démocraties transnationales paneuropéennes, une véritable fédération européenne d’États-nations.

Iurie Rosca: M. Ilie Şerbănescu, un expert économique renommé, a récemment publié un ouvrage de référence intitulé "La Roumanie, une colonie située à la périphérie de l'Europe". En fait, ce qui s’avère impensable pour l’auteur, c’est que l’Occident a traité l’Orient exactement comme les pays du Tiers Monde, ainsi que de bonnes zones de vol économique et de subordination politique. Que pensez-vous de ce que la Roumanie a gagné grâce à l'intégration de l'UE au-delà des discours rhétoriques sur la démocratie, les droits de l'homme et la prééminence du droit? Ou, sinon, la Roumanie a-t-elle rejoint l'UE ou les sociétés transnationales sont-elles entrées sur le territoire roumain? L'UE s'est-elle élargie en absorbant un certain nombre d'États anciennement communistes ou multinationaux et en élargissant leurs marchés?

Adrian Severin : Votre question appelle une distinction entre la gouvernance oligarchique oligarchique des cercles d’intérêts économiques ou, en d’autres termes, l’ordre mondial ploutocratique, d’une part, et la gouvernance démocratique, démocratique, démocratique des nations politiquement organisées ou mots, l'ordre démocratique mondial, de l'autre. Ce dernier, théoriquement représenté par l'UE, aurait dû le "civiliser", c'est-à-dire le mettre au service de la ville et du citoyen, le premier. La contradiction entre le capital et le travail, autrefois accentuée au niveau national, mais résolue dans ce pays en adoptant une organisation sociale démocratique, c’est-à-dire que les dirigeants, le peuple et la population, comme l’a dit Jefferson, est maintenant passée à une organisation globale, transnationale et supranationale. . La capitale nationale, politiquement dirigée par des gouvernements politiques démocratiques, a fui les frontières des États-nations, s'est fédérée sous leur contrôle et a constitué un pouvoir supranational exercé dans l'occultisme et dans l'illégitisme. Cela nécessite également la fédération des États-nations au niveau continental, car seul un pouvoir politique supérieur à celui de chaque État national peut mettre fin à l'égotisme ploutocratique mondialisé. Je l’ai dit et je le répète: la solidarité est aujourd’hui la seule forme intelligente d’égoïsme, tant dans le cas de l’égoïsme individuel que dans celui de l’égoïsme national. Au lieu de devenir l'instrument de la solidarité institutionnalisée, l'UE est devenue l'instrument de la domination oligarchique. Le projet européen à plusieurs vitesses actuel, promu par Greermania et la France, n’est que la dernière expression de ce glissement. Un noyau d'États dominants, autour desquels ils graviteraient sous forme de satellites, ne sont pas des États réels, mais des territoires dominés, avec des populations de consommateurs et des travailleurs associés. La cohésion économique, sociale et territoriale restent donc de simples slogans. L'appel tacite, mais non moins réel, "Oligarques de tous les pays, unissez-vous!" A eu une force plus grande que le célèbre appel communiste "Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!" Ainsi, les oligarques nationaux qui ont corrompu la politique nationale ont été associés à des oligarques transnationaux qui ont fui sous le contrôle des États-nations pour contrecarrer les efforts visant à édifier un ordre démocratique européen et mondial, ainsi que pour mettre en place des structures politiques transnationales leur imposant des limitations. L’UE n’est donc devenue que le visage humanisé par le biais de nombreux blunts du capitalisme néolibéral et néoconservateur et de la gouvernance oligarchique européenne, au lieu d’être le garant du contrôle démocratique et de la contre-production. C'est ainsi que, comme vous le dites, au lieu de l'entrée de la Roumanie dans l'Union européenne, des sociétés supranationales sont entrées en Roumanie, la transformant en une économie de succursales sous contrôle étranger et en un marché docile. Qu'est-ce que la Roumanie en a tiré? Nous devons encore faire quelques distinctions, à savoir entre les gains absolus et relatifs, ainsi qu'entre les gains économiques et politiques. En termes absolus, quelque chose a été gagné. La Roumanie devait se développer suffisamment pour acheter des biens étrangers ou pour assurer la stabilité sociale nécessaire aux investissements étrangers et à l'expatriation / rapatriement de leurs bénéfices. Cependant, en termes relatifs, en termes de réduction de l'écart entre son niveau de développement et celui des protagonistes de l'UE, non seulement il n'a pas gagné mais il a perdu. D'un point de vue politique, ayant la carte d'entrée à la "masse de riches", la Roumanie a gagné. Au moins virtuel. C’est pourquoi des mesures ont été prises pour que les porte-parole roumains soient muets et que leurs pilotes soient aveugles. Sur le plan du pouvoir économique, toutefois, abstraction faite de certains ajustements structurels nécessaires, la Roumanie a perdu, ce qui a conduit à la castration de sa vigueur politique. C’est ainsi que, après tout, même d’un point de vue politique, il est devenu un deuxième membre, un quasi-membre, voire un pseudo-membre. En disant cela, je ne plaide pas pour le retrait de la Roumanie de l'UE. Pour le moment, il serait impossible de prendre en compte le fait qu’il s’agit, à tous égards, d’un État défaillant. Ce qu'il faut faire, c'est engager d'urgence le processus de réhabilitation de l'État, créer des alliances au sein de l'UE qui soient mobilisées pour lutter pour sa démocratisation tout en trouvant des solutions de remplacement ou des contrepoids à la politique de domination oligarchique. dont l'instrument est devenu.

Iurie Rosca: Pour rester dans l'esprit de la question précédente, comment appréciez-vous, du point de vue d'aujourd'hui, la Roumanie est entrée dans l'OTAN ou l'OTAN est entrée en Roumanie? N’est-il pas vrai que ceux qui prétendent que, en vertu de cette adhésion, la Roumanie ne s’est pas renforcée, mais au contraire, elle a affaibli sa sécurité nationale et est devenue une cible potentielle de la Russie dans sa confrontation avec les États-Unis et ses alliés, groupes terroristes?

Adrian Severin : Je dois faire valoir un point important sans lequel nous risquons de nous tromper. Si les Roumains - ne parlant plus de Roumanie, parce qu’ils ne savent pas s’ils existent ou qui ils sont - ont raison de se plaindre de la façon dont ils sont traités par l’Union européenne et même par l’OTAN, cela ne signifie pas pour autant que la faute incombe exclusivement aux étrangers. Pas du tout. La Roumanie et les Roumains ont déployé d’énormes efforts pour s’intégrer aux structures européenne et euro-atlantique. L’objectif d’intégration et les efforts ultérieurs étaient pleinement justifiés, la Roumanie - ainsi que la République de Moldova - n’étant pas en mesure d’assumer un statut de neutralité. Le problème était à la fois le manque de vision stratégique à certains moments des négociations d'adhésion, et en particulier le comportement inepte, lâche et même traître qui a suivi. Non seulement nous ne nous avons pas donné suffisamment de garanties quant au respect de nos intérêts vitaux, à la parité des compétences et des ressources transférées à nos alliés et à leur véritable exercice commun, mais nous avons fait des compromis qui nous ont coûté jusqu'à ce jour. Je fais tout d'abord référence au fait que nous n'avons pas obtenu l'assurance réelle que les politiques d'intégration que nous avions acceptées avant l'adhésion et qui avaient entraîné la désindustrialisation du pays seraient pleinement compensées de manière concrète par les politiques de cohésion post-adhésion. Je considère ensuite la subordination de l'autorité judiciaire nationale au contrôle externe. C’est ainsi que la prétendue lutte contre la corruption a perdu son objectif déclaré, à savoir l’éradication de la corruption, à devenir un outil politique utilisé pour détruire les élites roumaines - politiques, économiques, administratives, universitaires, militaires, etc. Au moment de l’adhésion, partenaires, associés et alliés sont devenus des vassaux principalement par le biais des déclarations de dirigeants roumains, mais sans nation et sans Dieu, qui ont librement délivré le pays, en échange de l’obtention du soutien externe nécessaire à sa diffamation. de la richesse laissée après le pillage néocolonial. Ainsi, lorsque nous critiquons des étrangers qui finissent par défendre leurs propres intérêts, n'ayant pas l'obligation de protéger nos intérêts plus que nous, n'oublions pas la culpabilité des Roumains. Pour en revenir à l’OTAN, je dois répéter que la Roumanie n’est pas en position d’être un pays neutre. Nicolae Titulescu le voulait, mais il ne pouvait pas. Il a lui-même averti, enfin, que lorsque la Russie et l'Allemagne arriveraient à un accord, ce serait terrible pour la Roumanie si ce n'était à leurs côtés. Et c’est ce qui s’est passé lors de l’émergence de la Convention de Ribentropp-Molotov. Lorsque Roumanie Small est intervenue dans les guerres des Balkans et a mis un ordre dans les Balkans, les puissances européennes ont immédiatement réagi et l'ordre a été immédiatement brisé. La Grande Roumanie est née avec le soutien essentiel des grandes puissances occidentales. Lorsque, sous le règne du roi Carol II, il tenta de s'industrialiser afin de capitaliser sur tout son potentiel et de figurer parmi les principaux acteurs européens, il fut rapidement amputé non seulement par l'action des puissances révisionnistes, mais aussi par la complicité. pouvoir tacite des pouvoirs légitimes; ou du moins en raison de leur incapacité à défendre notre intégrité et notre liberté, comme cela serait arrivé plus tard à Yalta. Ne trichons pas! Les plans de démantèlement de la Roumanie existaient en 1990. La grande classe politique roumaine des années 90 les a contrecarrés. De tels plans existent aujourd'hui. Pour le contrôle ou la division de la Roumanie, les États-Unis, l'Allemagne (parfois par le biais de l'UE) et la Russie sont actuellement en concurrence ou en négociation. Les États-Unis ont des intérêts militaires en Roumanie, en Allemagne (économique) et en Russie (politique ou géopolitique) . Je ne les accuse pas. Je dis seulement que la Roumanie ne peut pas faire face à un tel défi à elle seule. Il est naturel que lorsque la Roumanie se rapprochera de l'un de ses concurrents, ils s'écarteront des autres et percevront cette distance comme une menace. Comment approuvez-vous l'un de manière à ne pas vous éloigner des autres et à faire en sorte que tout le monde ait le sentiment que votre stabilité et votre sécurité et non votre obéissance unilatérale leur servent et ne leur nuisent pas? C'est là que réside la maîtrise politique. Sur cette base, moi-même, nous avons négocié l'adhésion à l'OTAN. Dans les conditions dans lesquelles le pacte de Varsovie, auquel la Roumanie était réticente, était auto-établi, et la Russie, bien qu'affaiblie par rapport à l'URSS mais manquant de l'ambition et des moyens de devenir un acteur mondial, n'avait une offre cohérente à faire en ce qui concerne la sécurité de la Roumanie, notre seule option pour une alliance défensive était l'OTAN. Je tiens à souligner que la Russie n’a pu faire aucune offre, élaborer une "politique roumaine" (pour autant que je sache, elle ne l’a même pas) afin que, dans "le paradis post-bipolaire", la Roumanie ait la même liberté de choix Adam, à qui Dieu avait permis de choisir sa femme, Eve. En outre, nous devions appliquer un axiome de la diplomatie roumaine, à savoir celui qui exige que nous nous trouvions toujours sous le même toit que la Hongrie. Comment la Roumanie pourrait-elle rester neutre, avec un membre hongrois de l'OTAN et un russe qui n'offrait rien de tangible? Ce qui est arrivé plus tard est une autre histoire. En tant que ministre des Affaires étrangères, j'ai déclaré que nous entrions dans l'OTAN pour notre sécurité, et non contre la Russie ou quelqu'un d'autre, et que nous souhaitions, en renforçant notre sécurité, offrir davantage de sécurité à la Russie en tant qu'État voisin. Cette ligne a été abandonnée presque immédiatement après que nous ayons quitté la tête du ministère roumain des Affaires étrangères, pour laisser place à un pic d’irritabilité et d’irresponsabilité avec la mise en place du régime de Basescu. Puis je suis devenu plus américain que les Américains dans les relations avec la Russie, j'ai parlé du traité de Montreux, sans aucune chance, laissant la politique titulestienne prônant, comme moi, le Parlement européen, pour une mer Noire. riverans, et nous avons commencé à enseigner les leçons de morale de Moscou, soutenant hypocritement des arguments idéologiques,sanctions cachant des cibles géopolitiques de gauche impossibles à ignorer par les dirigeants russes. Je ne pense pas que l'escalade des tensions russo-américaines, et par conséquent les tensions entre l'OTAN et la Russie, serve la Roumanie. C'est pourquoi, en tant que membre de l'OTAN, la Roumanie a dû agir avec sincérité et transparence au sein de l'OTAN pour les éviter. L’OTAN doit se réformer pour s’adapter aux réalités d’un monde différent de celui dans lequel il est né. Cela peut inclure la globalisation de l'action de l'OTAN pour la sauvegarde de la paix mondiale, mais le paquet vient avec la conclusion d'un pacte défensif global liant la Russie, la Chine, l'Inde, l'Iran, etc. La Roumanie ne peut prétendre avoir plus de sécurité que ses alliés de l'OTAN, mais personne ne peut accepter d'en avoir moins. En tant que pays de flanc ou de première ligne,c'est plus exposé. Les autres membres de l'alliance doivent maximiser leur sécurité, mais pas de la part de la Roumanie, et surtout sans tenir compte de ses opinions, sensibilités et vulnérabilités. L'empreinte de l'OTAN doit être mesurée par le pas de l'allié le plus exposé, et non par le plus petit pas. Ignorer ces principes, y compris l'accord servile de la Roumanie, affecte la sécurité de la Roumanie, mais aussi celle de toute l'alliance. La Roumanie n'a pas expliqué cela à ses alliés. Je pense qu'il n'a même pas voulu le faire, de peur de leur faire plaisir.Ignorer ces principes, y compris l'accord servile de la Roumanie, affecte la sécurité de la Roumanie, mais aussi celle de toute l'alliance. La Roumanie n'a pas expliqué cela à ses alliés. Je pense qu'il n'a même pas voulu le faire, de peur de leur faire plaisir.Ignorer ces principes, y compris l'accord servile de la Roumanie, affecte la sécurité de la Roumanie, mais aussi celle de toute l'alliance. La Roumanie n'a pas expliqué cela à ses alliés. Je pense qu'il n'a même pas voulu le faire, de peur de leur faire plaisir.

Le désert de nouvelles en expansion, La perte de journaux et de lecteurs.pdf

Charles_Aznavour.pps

16__Sables mouvants__a tour__.mp4

L'INDE EN ULTRA HD !

Kolinda grabar-Kitarovic...une leçon pour Macron

Une étoile est née...PoissySmartCity...Le blog des possibles: tout un univers; Médias, événements, data, logiciels, plateformes de leads… nous recherchons les meilleurs talents ! Un Steve Jobs !

le pisciacaisdipl.ing.stefanv.raducanu,l’atelier du futur inspiration,rÉflexion,invention,un lieu différent et animé,pour mieux travailler ensemble,booster l’innovation et développer l’intelligence collective,le progrès exige maintenant que l'humanité se rassemble non seul,mais aussi en tant que communauté mondiale.pour notre communauté,imaginez ce que nous pouvons faire ensemble,a la rencontre d’initiatives positives au niveau humain,économique,culturel,technologique,francewebasso,building global community,la boîte de ressources,socsav21,beau,bien,bon francewebback,fouille en dedans,c'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir,construisons-nous le monde que nous voulons tous,la terre est notre communauté virtuelle,la planète est mon village,francewebback,poissywebcitoyensmartcity,mynewscenternavigator,dipl.ing.stefan.v.raducanu,franceweb,encourager le partage de savoirs,une nouvelle manière d'être au monde et de le voir,tous,entrepreneurs de la connaissance,c'est un nouveau défi pour notre pays européen,c'est encore plus facile ensemble. offrez le monde À votre entre,gain de temps,simplicité et fiabilitéBe our partner ...le pisciacaisdipl.ing.stefanv.raducanu,l’atelier du futur inspiration,rÉflexion,invention,un lieu différent et animé,pour mieux travailler ensemble,booster l’innovation et développer l’intelligence collective,le progrès exige maintenant que l'humanité se rassemble non seul,mais aussi en tant que communauté mondiale.pour notre communauté,imaginez ce que nous pouvons faire ensemble,a la rencontre d’initiatives positives au niveau humain,économique,culturel,technologique,francewebasso,building global community,la boîte de ressources,socsav21,beau,bien,bon francewebback,fouille en dedans,c'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir,construisons-nous le monde que nous voulons tous,la terre est notre communauté virtuelle,la planète est mon village,francewebback,poissywebcitoyensmartcity,mynewscenternavigator,dipl.ing.stefan.v.raducanu,franceweb,encourager le partage de savoirs,une nouvelle manière d'être au monde et de le voir,tous,entrepreneurs de la connaissance,c'est un nouveau défi pour notre pays européen,c'est encore plus facile ensemble. offrez le monde À votre entre,gain de temps,simplicité et fiabilité informer,conseiller,communiquer,accompagner,partager,diffuser,decouvrir,reussirle pisciacaisdipl.ing.stefanv.raducanu,l’atelier du futur inspiration,rÉflexion,invention,un lieu différent et animé,pour mieux travailler ensemble,booster l’innovation et développer l’intelligence collective,le progrès exige maintenant que l'humanité se rassemble non seul,mais aussi en tant que communauté mondiale.pour notre communauté,imaginez ce que nous pouvons faire ensemble,a la rencontre d’initiatives positives au niveau humain,économique,culturel,technologique,francewebasso,building global community,la boîte de ressources,socsav21,beau,bien,bon francewebback,fouille en dedans,c'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir,construisons-nous le monde que nous voulons tous,la terre est notre communauté virtuelle,la planète est mon village,francewebback,poissywebcitoyensmartcity,mynewscenternavigator,dipl.ing.stefan.v.raducanu,franceweb,encourager le partage de savoirs,une nouvelle manière d'être au monde et de le voir,tous,entrepreneurs de la connaissance,c'est un nouveau défi pour notre pays européen,c'est encore plus facile ensemble. offrez le monde À votre entre,gain de temps,simplicité et fiabilité informer,conseiller,communiquer,accompagner,partager,diffuser,decouvrir,reussir

Stefan V.Raducanu et son temps,Building Global Community,« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »Goodbye, Silicon? On the way to new materials for electronics, Robotic revolution: why now? A hardware perspective

« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

le pisciacaisdipl.ing.stefanv.raducanu,l’atelier du futur inspiration,rÉflexion,invention,un lieu différent et animé,pour mieux travailler ensemble,booster l’innovation et développer l’intelligence collective,le progrès exige maintenant que l'humanité se rassemble non seul,mais aussi en tant que communauté mondiale.pour notre communauté,imaginez ce que nous pouvons faire ensemble,a la rencontre d’initiatives positives au niveau humain,économique,culturel,technologique,francewebasso,building global community,la boîte de ressources,socsav21,beau,bien,bon francewebback,fouille en dedans,c'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir,construisons-nous le monde que nous voulons tous,la terre est notre communauté virtuelle,la planète est mon village,francewebback,poissywebcitoyensmartcity,mynewscenternavigator,dipl.ing.stefan.v.raducanu,franceweb,encourager le partage de savoirs,une nouvelle manière d'être au monde et de le voir,tous,entrepreneurs de la connaissance,c'est un nouveau défi pour notre pays européen,c'est encore plus facile ensemble. offrez le monde À votre entre,gain de temps,simplicité et fiabilitéStefan V.Raducanu et son temps

Building Global Community

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,WelcomeToMyWorld,IMMORTALITY,StefanWebCollection, Conçu pour les gens pas pour le profit, EGLOBALNETWORK,Tous Président avec FranceWebAsso@ PoissyWebCitoyen>Société du Savoir>MyNewsCenterNavigator, Capture, collect, and share

Welcome To My World

"Live, enjoy, invest, follow the guide"

SRU-Electronics

Vos pensées aujourd'hui sont tout à fait claires. Ca tombe bien, car certaines personnes ont sans doute besoin de connaître votre avis sur différents sujets qui les tracassent. Comme les gens savent qu'ils peuvent compter sur vos réponses directes et franches, ils viendront spontanément vous voir. Ne les décevez pas ! Renseignez-vous bien sur chaque cas avant d'émettre un avis. Il n'est jamais inutile d'être bien informé, même si la question porte sur les mœurs des belles-mères !

 Mon ambition, PoissySmartCityWebCitoyen,Collaborer. Anticiper. Innover,Venez nous rejoindre, la société en réseau ne se fera pas sans Vous! Rencontrer, découvrir, dialoguer, échanger, entreprendre, éduquer, administrer, préparer l’avenir

FranceWeb,e-GlobalNetWork®, & StefanV.Raducanu, sur Facebook

LaBoîtedeRessources,FranceWebBack,La valeur du temps, au cœur du grand bouleversement de nos sociétés,La désynchronisation du temps politique,Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien.« Du temps de cerveau

L'humain et la créativité gages de réussite pour la transformation numérique

Sensibiliser, informer, promouvoir...

Nous sommes là pour que vos envies prennent forme...La nouvelle société..

Fournir la juste information au bon moment, à la bonne personne et à moindre coût est devenu crucial pour être performant, et ce, quels que soient la source et le format des contenus.

"Les idées, c'est comme l'information, ce sont des données qui se périment très vite. Nous devons donc agir rapidement. Mais il ne faut pas confondre vitesse et précipitation"

Stefan V.Raducanu et son temps -> créateur du nouveau monde..

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

Médias, événements, data, logiciels, plateformes de leads… nous recherchons les meilleurs talents ! Un Steve Jobs !

Pour Vous et avec Vous.
Une utopie commune d'une société qui transmette des connaissances et rassemble  les citoyens autour de valeurs communes.
Stefan de France, Citoyen parmi les citoyens..

VOIR ET ETRE VU !, Vous, Votre Ville, Votre Région, Votre Pays, Ailleurs...PLUS POUR VOUS ACCOMPAGNER. Evénement - Edition - Médias - Web, Local, Régional, National, International, avec FranceWeb,e-GlobalNetWork, l’objectif commun doit être prioritaire.

Le Pisciacais>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu »FranceWebAsso,SocSav21,PoissySmartCity, Le Contenu,La Boîte de Ressources:COMMUNICATION,EVOLUTION,EXPERIENCE DIFFERENT,RACONTEZ VOTRE HISTOIRE,Il ne suffit pas de savoir, il faut aussi être connecté

LaBoîtedeRessources  FranceWebBack       

Partagez ce qui vous inspire :

Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien.
« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

COMMUNICATION EVOLUTION

EXPERIENCE DIFFERENT  

RACONTEZ VOTRE HISTOIRE

          “Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”                                                       

                                                                       Choisir une source :

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu