Avertir le modérateur

10/12/2018

Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu,Prospectivist,Je m’intéresse beaucoup à l’avenir, car c’est là que j’ai décidé de passer mes jours»Ce mon SocSav21:Groupe d'intérêts:Le citoyen,L'électeur,Le travailleur,Le consommateur» eCitoyens !Et la mèche n’est pas éteinte.

C’est dans les revendications des GJ : megaphone-clip-art-9cp4KXRcE.jpeg
« Fin de la politique d’austérité. On cesse de rembourser les intérêts de la dette qui sont déclarés illégitimes et on commence à rembourser la dette sans prendre l’argent des pauvres et des moins pauvres, mais en allant chercher les 80 milliards de fraude fiscale. »

Le mouvement des Gilets jaunes rassemble une immense quantité de Français, de toutes conditions, autour d’un espoir de changement et d’une amélioration de la qualité de vie, essentiellement grâce à l’obtention d’un meilleur pouvoir d’achat.

Ce que l’on présente comme le « programme » ou les revendications des Gilets jaunes est extrêmement protéiforme. Ce qui s’en dégage quand même est le dirigisme économique. Malheureusement, celui-ci n’est porteur d’aucun espoir, d’aucune amélioration de la qualité de vie ou épanouissement personnel, ni d’aucun accroissement du pouvoir d’achat. Au contraire, si nous en sommes là aujourd’hui c’est à cause de plusieurs décennies de dirigisme économique.

Le dirigisme désigne une économie où ce ne sont plus ni les entrepreneurs ou les désirs des consommateurs qui orientent les décisions économiques, mais les propositions provenant des gouvernements.

Une association politique, industrielle, commerciale ou même scientifique ou littéraire, est un citoyen éclairé et puissant qu’on ne saurait plier à volonté ni opprimer dans l’ombre, et qui, défendant ses droits particuliers contre les exigences du pouvoir, sauve les libertés communes.

a écrit Tocqueville dans De la démocratie en Amérique.

Aussitôt que les classes déshéritées ont recouvré leurs droits politiques, la première pensée qui les saisit n’est pas de se délivrer de la spoliation […] mais d’organiser, contre les autres classes et à leur propre détriment, un système de représailles, — comme s’il fallait, avant que le règne de la justice arrive, qu’une cruelle rétribution vînt les frapper toutes, les unes à cause de leur iniquité, les autres à cause de leur ignorance.
La Loi (1850).

Allocution de Macron : garder le cap sans savoir où aller

Les annonces d’Emmanuel Macron pourraient calmer les Gilets jaunes dans un premier temps. Mais de nombreuses inconnues demeurent. Et la mèche n’est pas éteinte.

eCitoyen. Macron a donné des miettes, par ci par là, mais il ne change pas de politique. (L'argent secret ?)Macron émet des annonces, celle ci sont irréalisables.La politique autrement:et si on changeait tout ?Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen

C’est dans les revendications des GJ : megaphone-clip-art-9cp4KXRcE.jpeg
« Fin de la politique d’austérité. On cesse de rembourser les intérêts de la dette qui sont déclarés illégitimes et on commence à rembourser la dette sans prendre l’argent des pauvres et des moins pauvres, mais en allant chercher les 80 milliards de fraude fiscale. »

j’ai fait un effort, j’ai écouté son discours ...

je remarque qu’il l’a commencé par une menace appuyée sur les débordements ... un mea culpa à la Sarkozy ... une hésitation après le mot « état d’urgence », pour rajouter « social et (?) » ...aucun recul sur l’ISF ... un saupoudrage de mesurettes ... pas de retour de l’indexation des retraites ...

A nous la liberté ! 

Pourquoi la liberté ?

Parce que, depuis l’enfance, nous sommes prisonniers de normes, de préjugés, d’automatismes et d’addictions qui nous empêchent d’être heureux. Parfois, nous sommes nous–mêmes les artisans de ces barreaux invisibles, et parfois, c’est la société de la performance et de la consommation ou encore le qu’en dira-t-on qui nous conditionnent.

Dans cette conférence, ils nous proposeront un chemin méthodique pour sortir de nos prisons intérieures, nous rapprocher des autres et bâtir un nouvel art de vivre.

Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu»Prospectivist « Ce qui libère, c’est la sagesse »C'est mon SocSav21,Donner le pouvoir aux citoyens. Croire aux utopies.

A vos réseaux, eCitoyens !

Un vent nouveau sur l’écriture de l’histoire.Une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Nouvelle société du SAVOIR,

Croire aux utopies

Chacun, à tout âge, devrait se sentir concerné par ses futurs possibles. Et prendre le temps de se poser régulièrement ces questions, à titre personnel et collectif : « Qu’est-il permis d’espérer ? Comment s’y préparer au mieux ? »

Pour penser l’avenir, une première méthode consiste à élaborer des scénarios possibles ou probables à partir des données actuelles : état des lieux d’un secteur, tendances lourdes, phénomènes d’émergence, zones de risques… C’est ainsi que procède la prospective, qui connaît aujourd’hui un regain d’intérêt, notamment dans les domaines politiques, sociaux, démographiques. Les prospectivistes tirent leur légitimité de leur méthodologie.

La politique autrement:et si on changeait tout ?Tous Président avec FranceWeb21 @ PoissyCitoyen>SociétéduSavoir>SocSav21> Choisissez l'Excellence>"Le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir et c'est en donnant qu'on l'acquiert

Donner le pouvoir aux citoyens

Référendums populaires, votations, délibérations citoyennes, Web 3.0… : les initiatives se multiplient pour rendre le pouvoir aux citoyens. La démocratie en sortira-t-elle grandie ?

Référendums populaires, votations, délibérations citoyennes, Web 3.0… : les initiatives se multiplient pour rendre le pouvoir aux citoyens. La démocratie en sortira-t-elle grandie ?

Il y a plus de deux siècles, les démocraties modernes ont fait le choix de fonder leur légitimité sur un mécanisme depuis bien rodé : celui du consentement du peuple à être gouverné par des représentants librement désignés par des élections. Le dispositif en est même venu à incarner l’essence même de la démocratie. Mais il est aussi sapé par son propre succès, et confronté à de sérieuses critiques de principe, tout comme, de manière croissante, à l’insatisfaction palpable de citoyens qui se détournent des urnes, désertent les partis politiques, désavouent leurs élites, et à l’occasion donnent de la voix contre un système qui, entre deux scrutins, leur offre peu d’opportunités d’agir sur les affaires publiques. « Radicaliser la démocratie » est, selon Joshua Cohen et Archon Fung (1), l’ambition de tous ceux, militants ou experts, qui cherchent les moyens de rendre aux citoyens le pou [ lire la suite... ]

Utopies

Tous Président avec FranceWebAsso21 @ PoissyCitoyen>SociétéduSavoir>SocSav21> Choisissez l'Excellence>

Avec FranceWebAsso @ PoissyCitoyen> "Le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir et c'est en donnant qu'on l'acquiert"

Construit sur quatre piliers - business, culture, style et bien-être , son ambition est de devenir pour vous une source d'inspiration et d'envies.  

Nous sommes persuadés qu'on  réussit mieux dans la vie  quand on cultive bien le goût pour la vie tout court.

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

« Comment réussir dans un monde d’égoïstes »

Chaque choix que nous faisons correspond à la satisfaction d’un besoin à l’instant T. Nous prenons des décisions en fonction de ce qui nous semble être le mieux pour nous au moment où nous les prenons. Mais la vie est un mouvement, une évolution constante. Ce qui était valable hier ne l’est peut-être déjà plus aujourd’hui, alors demain ? Tous, entrepreneurs de la connaissance

Le concept s’appuie sur trois axes en interactions

AGILITE, INNOVATION, EMPOWERMENT

Une attitude face au progrès et à l'avenir.

Pourquoi les grands hommes de bien ont-ils entraîné derrière eux des foules ? Ils ne demandent rien, et pourtant ils obtiennent. Ils n’ont pas besoin d’exhorter ; ils n’ont qu’à exister ; leur existence est un appel.

"Ce que j’entreprends doit me survivre."

Ce que doit chercher à provoquer l’ingénieur, c’est l’enchantement. C’est ça qui me fait vibrer.

Ingénieur électronicien, 30 ans d'expérience dans l'industrie électronique, 4 brevets, expert de la dynamique HCI ( Human Computer Interaction )

StefanV.Raducanu,  l'homme le plus heureux qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres.

Simple e-citoyen

Stefan Raducanu. Président FranceWebAssociation . Tél : +33 1 39 65 50 34.    Contact : stefanraducanu@yahoo.fr

Invitation

UTILISATEURS, FOURNISSEURS, BUSINESS, TECHNOLOGIES, UNIVERSITAIRES, RÉSEAUX,  SOCIÉTAL,..

Rencontrer, découvrir, entreprendre, communiquer, réunir, conseiller, agir, préparer l'avenir... 

Building Global Community

Building Virtual Communities

FRANCEWEB un instrument d’intelligence collective ! 

Une attitude face à Internet, aux bases de données, à l'accès à l'information.

Une attitude face au progrès et à l'avenir.

FRANCEWEB n'est pas seulement un portail, un annuaire, un moteur de recherche, une communauté virtuelle, un forum, un site de marques, simple interface, ou un magnifique outil de marketing personnalisé...C’est tout en un. C’est un état d’esprit…Réussir l’impossible.

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Venez nous rejoindre. C’est encore plus facile ensemble !

C’est l’inspiration qui nous fait grandir!

La société en réseau ne se fera sans Vous!

Ce système de vote a été inventé en 2006 par deux chercheurs au CNRS : Rida Laraki et Michel Balinski. Il permet d’exprimer son opinion sur chacun des candidats plutôt que de voter pour seulement l'un d'entre eux, en leur attribuant des mentions : à rejeter, insuffisant, passable, assez bien, bien, très bien... Une innovation qui pourrait changer notre démocratie et redonner aux citoyens le goût de la politique.
Pour tout comprendre sur ce nouveau mode de scrutin, regardez le reportage de notre journaliste Paloma Moritz.

Nouvelle société du SAVOIR  Groupe d'intérêts.jpg

L'entreprise ressemble à une réserve naturelle, comme une île au centre de l'Europe, ou une espèce protégée vit- plutôt bien - à l'abri du chômage et des désordres politiques et sociaux. Aucun autre État au monde ne pratique en même temps la démocratie directe, le fédéralisme, la neutralité, la paix du travail et le compromis systématique. C'est mon modèle "Nouvelle société du  XXIe siècle".

IMPLIQUER TOUS LES CITOYENS DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION

Développer un espace personnel pour chacun :Du temps pour réfléchir,De l’autonomie et des champs d’initiative possible.Des espaces de libre expression où la critique, le découragement et les doutes peuvent être avoués sans risque de conséquence négative.

  Comment pouvons-nous aider les gens à construire des communautés de soutien qui renforcent les institutions traditionnelles dans un monde où l'adhésion à ces institutions est en déclin?
    Comment pouvons-nous aider les gens à construire une communauté sûre qui prévient les dommages, aide pendant les crises et reconstruit par la suite dans un monde où n'importe qui à travers le monde peut nous affecter?
    Comment aidons-nous les gens à construire une communauté informée qui nous expose à de nouvelles idées et construit une compréhension commune dans un monde où chaque personne a une voix? Building Virtual Community

2021.jpg

Ensuite sur le fond, pour être perçue comme une alternative possible, notre famille politique doit cesser de ne s’exprimer qu’en réaction à l’actualité ou aux choix gouvernementaux ; elle doit produire et exprimer une vision crédible de la France de demain. Notre proposition, c’est de cesser de raisonner en silo, et de se donner les moyens de conceptualiser un vrai projet politique.

C’est parce que nous sommes animés chaque jour par ces réflexions, parce qu’elle sont au cœur de notre engagement d’élus et qu’elles nous guident au quotidien dans ce que nous voulons être un mandat de contact avec nos concitoyens et de bon sens dans les choix que nous faisons, que  nous exprimons avec sincérité et détermination – loin des logiques d’appareil de certains – notre désir de contribuer utilement au débat national et et désireuse d’épargner à la France l’aventure des extrêmes qui malheureusement n’a jamais été aussi pressante à nos portes."

Groupe d'intérêts: Le citoyen, L'électeur, Le travailleur, Le consommateur

LES VALEURS HUMAINES SERONT LES PILIERS DE DEMAIN ET LA CONFIANCE SERA UNE CONDITION SINE QUA NON A LA RÉUSSITE DE L'ORGANISATION

Le monde au XXIe siècle

Un monde à soi. Nous vivons sous le même ciel, mais notre compréhension du monde n’en est pas moins toujours située. Stefan et Madeleine Raducanu réfléchissent aux conditions d’une appropriation commune des savoirs, qui déjoue leur inégale circulation.

À l’âge de la mondialisation, comment écrire une histoire ouverte sur le monde, sur ses échanges, ses circulations, ses rencontres ? Contre l’européocentrisme ou le repli national, il convient d’expérimenter de nouvelles manières de penser et d’écrire l’histoire.

Building Global Community

Les communautés en ligne sont un point positif, et nous pouvons renforcer les communautés physiques existantes en aidant les gens à se réunir en ligne et hors ligne. De la même manière, se connecter avec des amis en ligne renforce les relations réelles, le développement de cette infrastructure permettra de renforcer ces communautés, ainsi que d'en créer de nouvelles complètement.
Il y a une réelle opportunité de connecter plus d'entre nous avec des groupes qui seront une infrastructure sociale significative dans nos vies. Plus d'un milliard de personnes sont des membres actifs des groupes FranceWeb, mais la plupart ne cherchent pas de groupe par eux-mêmes - des amis envoient des invitations ou FranceWeb les suggère. Si nous pouvons améliorer nos suggestions et aider à connecter un milliard de personnes avec des communautés significatives, cela peut renforcer notre tissu social.

Stefan V.Raducanu et son temps

Un Réseau d'échanges et de savoirs, vous proposant un mode de collaboration, plus pertinent et efficace, capable de s'adapter à votre entreprise, votre fonction et vous.

MyArchive21century,Today's Headlines,FranceWebAsso*, MyNewsCenterNavigator, Breaking News from around the world, Economie, Technologie, Sciences, Sports, Loisirs, Politics...Better access to all sources...

Images FranceWebAsso

Images FranceWebAssociation

Images sruelectronics

Images SRU-Electronics

Images PoissySmartCity

Images PoissyWebCitoyen

Images PoissyVilleConnectée

Images FranceWebSharing

Images MyNewsCenterNavigator

Images Madeleine et Stefan Raducanu

Images MyNewsCenterNavigator

Images SocSav21

Images MySelTab

Images Dipl.Ing.Stefan V. Raducanu

Images FranceWeb,e-GlobalNetWork®

Images Stefan V. Raducanu

Stefan V.Raducanu

Images NewsCenter for everyone SRU-Electronics

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

MyBookmarks, FranceWebBack

 

Lire la suite

 

Lire la suite

Lire la suite

10:46 Publié dans 21CenturyWebArchive, Agregator, Ailleurs sur le web, AlertInfo, Annonceurs, Archive21stCentury, ArchiveWeb21,RetroNews, Art de vivre, Articles, Articles Promotionnels, Arts, Culture, Associationnisme, Associations, Bonheur, Bookmarks, Citoyen, Community, Consommateur, DD, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, Entrepreneurs, Entreprises, Evénements, Exposants, Femme, Forum, France, FranceWeb,eGlobaNetWork, FranceWebAgency, FranceWebAsso, IDF, Intelligence Collaborative, L'électeur, La nouvelle société du savoir, La Vie des Idées, Le citoyen, LMathieuWebCollectionPub, Ma Bibliothèque, Mobile, Monde, MyNewsCenterNavigator, OneGlobalLocal, Opinions, Opportunités, Poissy Web Citoyen, Recherche, Région, Réseaux, RessourcesPRO, Sharing, SRU-Electronics, StefanWebCollection, Tablette, We Are FWCitizens, Web, World, Yvelines | Tags : 21centurywebarchive, agregator, ailleurs sur le web, alertinfo, annonceurs, archive21stcentury, archiveweb21, retronews, art de vivre, articles, articles promotionnels, arts, culture, associationnisme, associations, bonheur, bookmarks, citoyen, community, consommateur, dd, dipl.ing.stefan v.raducanu, entrepreneurs, entreprises, evénements, exposants, femme, forum, france, franceweb, eglobanetwork, francewebagency, francewebasso, idf, intelligence collaborative, l'électeur, la nouvelle société du savoir, la vie des idées, le citoyen, lmathieuwebcollectionpub, ma bibliothèque, mobile, monde, mynewscenternavigator, onegloballocal, opinions, opportunités, poissy web citoyen, recherche, région | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

08/12/2018

Les gilets jaunes d’abord.Économique,Politique ensuite.Dix ans de stagnation du pouvoir d’achat, d’accélération des prélèvements fiscaux et sociaux, de croissance des dépenses pré engagées ont fait émerger de nouvelles formes de pauvreté.

On a amplement souligné l’originalité d’un mouvement surgi des réseaux sociaux, refusant toute forme de structuration et qui en quelques semaines a profondément transformé la donne politique malgré les inconsistances et les contradictions des revendications avancées. On a moins souligné l’effet de révélation d’une réalité sociale connue, documentée mais qui ne parvenait pas à s’incarner. Dix ans de stagnation du pouvoir d’achat, d’accélération des prélèvements fiscaux et sociaux, de croissance des dépenses pré engagées ont fait émerger de nouvelles formes de pauvreté. La fiscalité écologique comme les politiques de maîtrise des finances publiques étaient légitimes sauf que leurs effets combinés sur certains publics n’avaient pas été correctement appréciés, on pense aux familles monoparentales avec enfants, aux travailleurs jeunes précaires, aux ménages rurbains multi motorisés.

Mais là n’est pas la trace la plus saillante qui restera de ce conflit. Une double image s’impose au cœur du mouvement des gilets jaunes. La première est celle de citoyens affirmant avec fierté leur qualité de détachement avancé du peuple souverain et revendiquant à ce titre la démission de tel ou tel ministre, l’annulation d’une loi, ou l’institution d’une assemblée citoyenne, bref c’est un peuple « en armes » qui à nouveau s’exprime et entend même congédier le « petit marquis » siégeant à l’Élysée.

L’autre image à rebours de la précédente est celle de sujets revendiquant au souverain qui, une hausse du smic, qui, une baisse d’impôts, qui, des équipements supplémentaires et souvent les trois à la fois bref de quoi remplir les frigos, gâter les petits enfants à Noel, et mieux vivre comme si l’État riche dont on ne sait quel trésor caché pouvait prodiguer des libéralités infinies à des sujets en demande. Une double régression économique et politique s’est alors installée au cœur du débat.

Économique, d’abord.

Trente ans de diagnostics, sans cesse confirmés, sur les raisons de la désindustrialisation, du fort chômage structurel, du caractère non soutenable d’une dépense publique financée par la dette avaient fini par créer un consensus centre gauche centre droit, consacré par l’élection de Macron, sur au moins trois orientations de politiques publiques.

La première porte sur la nécessité d’améliorer la compétitivité, d’accroître l’attractivité du site productif France en allégeant la fiscalité pesant sur le capital en améliorant le taux de marge des entreprises en assouplissant les règles de fonctionnement du marché du travail en incitant à investir dans le capital humain, la R&D, l’équipement industriel et les infrastructures de l’ère numérique. La suppression de l’ISF était bienvenue quand on sait les ravages provoqués par cet impôt notamment lors de la transmission ou de la cession d’une PME familiale.

La deuxième porte sur la volonté de corriger les inégalités ex ante par la formation, la qualification, l’insertion sur le marché du travail et non ex post par la fiscalité. Ce n’est pas par la fiscalité qu’on remet en marche l’ascenseur social et dans un monde où les inégalités se creusent où le capital capte l’essentiel de la valeur, la France ne fait pas le plus mal. Son problème ne réside pas tant dans le retrait de l’État ou la baisse des prestations que dans la médiocre performance de son système éducatif.

La troisième porte sur le traitement de la pauvreté et la nécessité de le découpler de la lutte contre le chômage. Année après année les meilleurs travaux établissent que le hausse continue du SMIC a des effets négatifs sur l’emploi des non qualifiés. Les gouvernements ont cessé de pratiquer le coup de pouce, ont baissé les charges pesant sur le SMIC pour favoriser le retour à l’emploi. Pour traiter la question de la pauvreté, notamment des salariés, ils ont inventé la Prime pour l’emploi.

Et voilà qu’à la faveur de la révolte des gilets jaunes on veut revenir aux errements d’un passé proche. Rétablissement de l’ISF, retrait de la fiscalité écologique, hausse massive du SMIC, réinstallation des services publics de proximité, suppression des taxes qui oppressent les petites entreprises… la liste des revendications est longue elle cumule hausse des dépenses et baisse des recettes, extension de l’intervention de l’état et refus du poids grandissant des réglementations. Les gilets jaunes dans leur inorganisation réinventent le programme des populistes italiens fiscophobes et dépensolâtres !

Politique ensuite.

La régression politique s’observe à tous les niveaux, le mouvement des gilets jaunes, la classe politique et les journalistes.

Les gilets jaunes d’abord.

Il est légitime dans nos démocraties représentatives que des citoyens expriment leur éventuel mécontentement en manifestant, en présentant des revendications au gouvernement et en s’organisant pour être entendus. Il n’est pas légitime en revanche que ces citoyens, qui par définition ont le droit de vote et ont élu démocratiquement il y a dix-huit mois leur président et leurs représentants, considèrent aujourd’hui le pouvoir comme leur ennemi et cherchent à le renverser éventuellement par la violence. Dans nos fragiles mais précieux régimes politiques, les citoyens sont libres de choisir leurs gouvernants sans violence, à la majorité et selon des règles établies. Ils ont donc la possibilité de les renvoyer aux élections suivantes. Cette alternance pacifique au pouvoir des forces politiques est au cœur de notre démocratie. Ce système nous protège aussi bien de l’anarchie et de la violence que de la tyrannie d’un homme ou d’un groupe (rappelons-nous les sans-culottes). Quel que soit le mécontentement à l’égard du gouvernement, les citoyens doivent le considérer comme le leur tant qu’il exerce légalement le pouvoir. Notre histoire a montré que dans le cas contraire un processus révolutionnaire peut s’enclencher qui apporte nécessairement violence, morts, anarchie ou tyrannie et que, loin d’améliorer leur situation, les Français, tous les Français, en pâtiront car c’est la France elle-même qui en pâtira. Le « peuple » (qui est-il d’ailleurs ?) ne peut gouverner directement. Au sein de ce « peuple », c’est alors la partie la plus violente et la plus destructrice qui prend le pouvoir. Nos régimes sont plus fragiles qu’on ne le croit souvent, faciles à détruire, difficiles à reconstruire. Le sans-culottisme fut une épouvantable régression dont la France a mis longtemps à guérir les plaies qu’il lui a infligées.

Régression de la classe politique, ensuite.

Lorsqu’on voit Laurent Wauquiez, chef du principal parti de la droite de gouvernement, enfiler un gilet jaune ou François Hollande poser avec des gilets jaunes, eux qui ont participé au gouvernement de la France et qui connaissent la difficulté de l’exercice, et lorsque l’on se rappelle les échecs qui ont été les leurs pour réformer le pays, on ne peut voir dans leur comportement que de la lâcheté et l’oubli de leur mission et de leur responsabilité. Il est certes normal qu’ils écoutent le mécontentement et critiquent le pouvoir. Mais que proposent-ils de faire et avec quel parti alors que le système partisan est détruit et les partis de gouvernement qu’ils dirigent ou ont dirigés sont au moins aussi impopulaires que le parti au pouvoir ? Qu’espèrent-il récolter du mouvement à tendance insurrectionnelle qu’ils soutiennent avec l’espoir de revenir enfin au pouvoir ? Que feraient-ils eux-mêmes dans cette situation chaotique ? Est-il de leur intérêt de contribuer à renforcer le clivage dangereux qui oppose aujourd’hui, mais sans doute aussi demain dans ces conditions, le « peuple » à ses gouvernants. N’ont-ils pas le devoir de dire la vérité aux électeurs plutôt que de les pousser à radicaliser le mouvement de protestation ? Souhaitent-ils vraiment que les partis extrêmes, mieux armés qu’eux pour profiter politiquement d’un tel mouvement, arrivent au pouvoir ?

Régression du journalisme enfin.

Il est certes normal, c’est leur métier, que les journalistes auscultent ce mouvement, lui donnent la parole et transmettent ses revendications. En revanche, ils devraient en même temps, compte tenu de ce qu’ils savent de la France et de son histoire, s’interroger également sur les risques encourus par la France et les Français si une sortie de crise pacifique n’est pas rapidement trouvée et réfléchir à ce qu’elle pourrait être. On note ici ou là comme un plaisir pervers à contempler se dégrader la situation et comme une inconscience devant sa gravité. Les journalistes doivent certes informer les citoyens mais ils doivent également contribuer à les former. Quand les sondages montrent que les deux tiers des Français soutiennent le mouvement de gilets jaunes, il faudrait analyser plus finement ce que signifie ce soutien et ne pas laisser les gilets jaunes se convaincre eux-mêmes qu’ils représentent le peuple tout entier et qu’ils ont par conséquent la légitimité, comme disaient les sans-culottes en 89, pour se ressaisir de leur souveraineté. Il ne faut donc pas encourager ce mouvement à n’accepter aucun compromis et à nier la légalité d’un pouvoir pourtant démocratiquement élu. Il n’est pas besoin de jeter de l’huile sur un feu que personne ne pourra plus bientôt éteindre sans violence. Il faut au contraire expliquer aux gilets jaunes que nous ne sommes plus en 1789 puisque nous avons des institutions démocratiques et que nous sommes un pays libre. Leur rappeler aussi que tous les Français pâtiraient de l’effondrement du système. Bref les journalistes doivent se rappeler qu’ils ne sont pas de simples observateurs mais qu’ils font partie des élites dont le rôle est aussi de préserver le pays du chaos.

Trump répète que les gilets jaunes le réclament

Le président Donald Trump près de son hélicoptère Marine One, le 7 décembre à Washington.

afp.com/SAUL LOEB

En pleine journée de manifestation, le président américain a affirmé que les gilets jaunes crient "On veut Trump !"

Alors que les tensions se font sentir près des Champs-Elysées, ce samedi en début d'après-midi à Paris, le président américain Donald Trump s'est fendu d'un nouveau tweet sur le sujet.  

Un retweet présidentiel

"Les Accords de Paris n'ont pas vraiment réussi à Paris", écrit Trump dans un tweet évasif. "Des manifestations et des émeutes partout en France. Les gens ne veulent pas payer de grosses sommes d'argent, beaucoup aux pays sous-développés (qui sont gouvernés de manière discutable), avec l'objectif, peut-être, de protéger l'environnement." 

Ce n'est pas la première fois que le locataire de la Maison Blanche donne son opinion sur ce mouvement. Il avait déjà ironisé mardi sur les concessions faites par Emmanuel Macron aux gilets jaunes, estimant que l'accord de Paris était voué à l'échec.  

Cette nouvelle attaque intervient au moment même où près de 200 pays sont réunis à Katowice, en Pologne, pour la 24e conférence mondiale sur le climat. 

La démocratie est un régime politique dans lequel le peuple décide ! ?« Pourquoi tant de haine ? »Lorsque nous pouvons raconter notre histoire sans verser de larmes.La France, une dictature en marche ? la démocratie indirecte.

« Je hais donc je suis »Le sénateur Malhuret remet les pendules à l’heure.Une émulation saine, une convergence des efforts et une utilisation de l’énergie vers un but commun seront certainement plus générateurs de confiance ...

Les gilets jaunes: une double régression

Lorsque nous pouvons raconter notre histoire

sans verser de larmes,

nous découvrons que nous sommes guéris.

La vallée des larmes se dirige aussi dans l’océan…

Sur les chemins de la gloire on prend des risques
Parce que la vie est trop courte pour être petite
Combien de désirs voguent dans l'oubli
Combien de kids qui regardent vers l'infini
Combien de coeurs à la recherche du one love

Images correspondant à La vie est trop courte pour être petite

l'important est d'essayer...

« Paris est une forteresse assiégée, ceux qui sont dehors veulent y entrer, ceux qui sont dedans veulent en manifester leur colère. »

La France c'est une démocratie où dictature démocratique

Autres questions posées

 

C'est quoi un régime démocratique ?

La dictature démocratique et la démocratie populaire. Oxymore et ...

Synthèse des idées sur la démocratie et dictature

Carte. Où en est la démocratie dans le monde ? | Courrier international

Et lorsqu’un parti démocratique comme le LREM s’empare du pouvoir, il ne le quitte que par la violence. Aucun politicien professionnel ne peut l’ignorer.

Qu'est-ce qu'une démocratie ?
 
C’est Lincoln qui avait dit aussi « De même que je ne voudrais pas être un esclave je ne voudrais pas être un maitre. Telle est ma conception de la démocratie. » Cette conception  rejoint celle fondatrice d’Athènes: démos le peuple, kratos le pouvoir, le pouvoir du peuple.
Jean Jaurès, dans « Histoire socialiste de la Révolution française »en 1923,écrit : « La démocratie est la grande loi de l’avenir, non seulement parce que seule elle réalise le droit de l’homme, de tous les hommes, mais parce qu’elle tend à procurer le bien des hommes, de tous les hommes. C’est toute la masse humaine, si pesante jusqu’ici et si obscure, qu’elle veut hausser à la lumière et au bien-être. »
 

Democratie et politique, 10 citations courtes et proverbes

La France n'est plus une démocratie, c'est une dictature UMPS ...

Notre République est-elle démocratique? | Slate.fr

DEMOCRATIE : les conceptions de la démocratie ( II ) | Le Club de ...

Pourquoi la France n'est pas (et n'a jamais été) une démocratie ?

Ce n’est pas parce que vous avez la liberté d’expression que vous êtes forcément en démocratie. Un dictateur peut être bienveillant.

Le concept d’élection est par définition l’inverse de la démocratie. En effet, l’hypothèse fondamentale de la démocratie c’est que tous les citoyens sont légitimes pour créer la loi. L’hypothèse fondamentale de l’élection c’est que certaines personnes sont meilleures que d’autres pour créer la loi. On va donc tenter de désigner les meilleurs (les plus aptes) pour siéger à l’assemblée nationale.

Les conceptions de quelques philosophes des Lumières

John Locke, dans « Traité du gouvernement civil » en 1690, pensait que c’est par la volonté du peuple que l’Etat existe, le rôle de l’Etat est de protéger les libertés, la démocratie est la forme de gouvernement qui protège le mieux les libertés.

Jean-Jacques Rousseau, dans « Du contrat Social, ou Principes du droit politique» en 1762, pensait que le peuple devient souverain grâce à la démocratie, les individus passent un contrat dans lequel ils se définissent comme un corps politique souverain qui exprime les aspirations de tous.

  Charles Louis  Montesquieu, dans « l’Esprit des lois » en 1748, affirmait « Il faut que par la disposition des choses le pouvoir arrête le pouvoir »(…) « Lorsque le peuple a la puissance souveraine c’est la démocratie. » Voici donc mises en avant la séparation des pouvoirs (législatif, exécutif, judiciaire) et la légitimité du pouvoir qui doit  être fondée sur le peuple.

Nicolas  de Condorcet, dans « Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain »en 1795, ouvrage posthume, défend le respect de la souveraineté populaire. Le système politique présenté dans son projet de constitution reposait sur des Assemblées primaires qui détenaient cette souveraineté.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu