Avertir le modérateur

04/04/2019

Agence de l’innovation industrielle: une mauvaise solution à un vrai problème?Images correspondant à "Pourquoi les experts se trompent-ils plus .Restituer les "biens mal acquis" aux populations concernées : une occasion manquée au Sénat

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

L’innovation en France: un système en échec? Une autre logique est possible

L’institut Terra Nova vient de produire une note très intéressante sur le système d’innovation français. Ecrite par Nicolas von Bülow, associé fondateur du fond d’investissement Clipperton  Finance, la note dresse un triste constat de l’état de l’innovation en France en égrenant les statistiques déprimantes. Notre pays est en retard, et continue de perdre du terrain. Entre autres choses, la note souligne que les résultats de la politique industrielle française menée depuis de nombreuses années sont particulièrement pauvres. Elle observe que l’écosystème d’innovation est au cœur du déficit français mais conclut que toute intervention directe et brutale de l’Etat en la matière serait peine perdue, voire destructrice. Il faudrait sans doute passer le message à Arnaud Montebourg.

Sur la base de ce constat que tout le monde partagera hélas sans difficulté, la note fait plusieurs propositions intéressantes: renforcement de la recherche, développement du financement, stabilité juridique, suppression de droit, sinon de fait, des pôles de compétitivité, et enfin création d’un véritable « small business act » à la française, forçant l’ouverture de marché publics aux petites entreprises, peut-être plus controversée.

Ce qu’il y a de déprimant, c’est que cette note vient à la suite de nombreuses autres. Au fil des années, notes et rapports se succèdent, dressent grosso-modo le même constat alarmant, font des recommandations parfois intéressantes et rien ne change. La vraie question est donc la suivante: Pourquoi le système d’innovation français reste un échec malgré l’attention continue dont il est l’objet de la part de l’administration française? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la question-même: Plutôt que de se demander ce que peut faire l’Etat, ou comment il peut agir mieux, peut-être la note aurait-elle pu poser la question-même du rôle de ce dernier en se demandant en quoi l’Etat français est-il un obstacle à l’innovation. La note se révèle en effet frustrante au sens où son auteur ne semble pas tirer la conclusion logique de son diagnostic: Et si, au final, le problème de l’innovation française, c’était précisément l’Etat colbertiste et ses ambitions industrielles?

La note reste en effet complètement dans le paradigme économique français au sens où, malgré un constat sans appel d’échec de quarante années de politique industrielle française, elle continue à raisonner en termes de politique publique. Ainsi, l’un des principes retenus dans la note, celui de « concentrer autant de ressources que possible sur quelques régions, réseaux, institutions et plus généralement ‘systèmes’ de pointe. » est une scorie pompidolienne dont l’auteur a pourtant souligné l’échec au début de sa note. Certes, il reconnait avec raison que les interventions directes de l’Etat sont à éviter – il n’y a pas d’appel à une économie dirigée, c’est déjà ça-, mais comme ses prédécesseurs, il persiste à voir en l’Etat la solution au problème de l’innovation française – l’économie doit être guidée par un acteur supposé sage, l’Etat. Ainsi, la logique de base de la note consiste en une réflexion sur le rôle de l’Etat et de ses modes d’action. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il y a fort à parier, dès lors, que nous nous retrouvions au même point dans cinq ans.

On aurait au contraire souhaité, si la question de l’innovation française doit être posée, que soit plus évoqué le rôle de l’entrepreneuriat. Car s’il est une chose que montrent les exemples américain et allemand, cités à loisir par la note, c’est que le dynamisme économique d’un pays repose en grande partie sur une forte capacité entrepreneuriale, celle qui fait cruellement défaut à notre pays. Il y a 7 ans, j’écrivais: « La solution au manque d’innovation ne réside probablement pas dans une nouvelle approche technocratique, mais bien plutôt dans le développement d’une culture entrepreneuriale. » (ici) Je pense que c’est toujours vrai.

Un écosystème d’innovation ne se décrète pas, et il ne se construit pas par l’Etat, c’est même la leçon des échecs français dans le domaine, depuis le plan calcul aux pôles de compétitivité en passant par la pathétique agence française de l’innovation industrielle créée par Jacques Chirac et Jean-Louis Beffa, dont l’expérience a peut-être un peu vite été oubliée. En conséquence, la création d’un centre national de l’innovation recommandée par la note, même si l’auteur se défend de vouloir ajouter une nouvelle entité bureaucratique, est étonnante. Elle serait une erreur fondamentale. Elle ne servirait une nouvelle fois qu’à payer des chargés de mission qui multiplieraient les études inutiles, ajoutant au parasitisme étatique qui caractérise le système français d’innovation. Il existe suffisamment d’observatoires et de laboratoires de recherche pour tout savoir sur l’état de l’innovation en France. Ce n’est ni observer ni étudier ni guider ni diriger ni concentrer ni choisir qu’il faut faire. C’est laisser faire; c’est créer les conditions de marché pour inciter et permettre; c’est enlever les obstacles à l’éclosion et à la croissance.

La question n’est donc pas colbertiste – « Que peut faire l’Etat? » – mais schumpeterienne: Comment recréer une dynamique entrepreneuriale? Et dans cette logique schumpeterienne, c’est à encourager le neuf, quitte à faire mourir l’ancien, qu’il faut s’attacher. Ainsi, si l’Etat doit faire quelque chose, c’est libérer la voie aux petites entreprises. Par exemple, cesser de soutenir les grands groupes. Les grands groupes français par leur approche malthusienne et leur hostilité aux petites entreprises sont un des principaux obstacles à l’innovation française. Les ressources considérables consacrées à leur aide sont improductives et défavorisent les petites entreprises. Ils vont mal? Qu’ils meurent et laissent la place aux autres! L’Etat doit aussi supprimer les oligopoles et favoriser l’entrée de nouveaux concurrents sur les différents marchés. L’ouverture à une concurrence plus grande forcera les acteurs en place à innover plus et ouvrira la voie à de nouveaux « champions » prêt à affronter la concurrence internationale. L’exemple de Free, dans le domaine des télécoms, est significatif à cet égard. En somme, l’Etat doit lutter contre le capitalisme de copinage et encourager un vrai capitalisme entrepreneurial.

Mais ne nous y trompons pas: une grande partie du problème français est culturel. Peur de l’avenir, peur de l’étranger, obsession de la protection, recherche de la rente, nos compatriotes semblent pétrifiés par le monde qui vient, incapable d’essayer de la construire. Nous sommes un pays qui respecte plus un sous-préfet qu’un chef d’entreprise, qui trouve normal qu’un footballeur analphabète gagne 800.000 euros par mois pour taper droit dans un ballon mais crache sur un entrepreneur de province qui a réussi, et qui se gausse lorsqu’un ministre fraîchement nommé livre un industriel en difficulté à la vindicte publique. Nous sommes un pays qui a inscrit le principe de précaution dans sa constitution, décourageant explicitement la prise de risque. Et nous avons un problème d’innovation?

La note de Nicolas von Bülow le montre bien: Il n’y a pas de solution simple à l’échec du système français d’innovation. Mais un premier pas utile serait de cesser de poursuivre des chimères. Le colbertisme, y compris sous une forme modernisée, est l’une des principales.

Voir la note sur le site de Terra Nova ici. Voir également l’article de Nicolas von Bülow sur le Huffington Post.

Pour mémoire, voir mon billet sur la défunte Agence Française de l’Innovation Industrielle (AFII): Agence de l’innovation industrielle: une mauvaise solution à un vrai problème?

01/04/2019

Les outils pour entreprendre.Une mutation 4 opportunités : SOCIALE, SOCIETALE, TERRITORIALE, INTERNATIONALE. Service gagnant..FranceWebAsso, Prendre le virage serviciel...

FranceWebAsso,RESEAU de l'apprendre>2 maini.jpgModèle

Exploiter les atouts de chaque portail FranceWebAsso

 "The secret of the success"

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

Quels sont les opportunités et les défis de l'économie des services 

On observe depuis plusieurs années la croissance du poids des services. Il s'agit aujourd’hui d'un véritable basculement, une métamorphose de l’économie sous l’impulsion de la révolution digitale. Opportunités ou menaces ? Défis à relever ? Décryptage avec notre infographie...

[Infographie] Quels sont les défis et les opportunités de l'économie des services ?

Nous avons réuni un groupe de 13 responsables d’entreprises pour étudier la transformation des business models des entreprises à l’ère de l’économie servicielle.

  • Quels sont les défis internes et externes que les entreprises vont devoir relever ?
  • En quoi cette nouvelle donne offre des opportunités de développement pour l’économie française ?
  • Quelles propositions peut-on formuler à destination des pouvoirs publics en termes juridiques, fiscaux, de gestion des datas ou de développement des compétences ?
  • 3 facteurs clés de réussite identifiés.

En savoir plus sur l'étude "avènement de l’économie servicielle"
 

Le 26/02/2019
Sélection du moment

10/03/2019

MyNewsCenter>FranceWebAsso>Data innovation—the innovative use of data to create social and economic benefits—is making a significant mark in Europe.

0GR3TXHD_400x400SR.jpg"The secret of the success"

Learn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect, Anywhere, Anytime, Any device, the people..by the people, everything...

Human Network, Serving the Planet with Global News, News search engine, "Know where to find the information and how to use it - That's the secret of success"Networking the World"

Institut for International Research>SRU-Electronics ...

Your industry partner in emerging technology research

"Networking the World" 

2020 via time machine: networks and systems

When IoTs Become BOTs, The Dark Side of Connectedness

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble

Stefan Raducanu, collectionneur du Web, l'homme  qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres.

L'objectif est d'informer, conseiller, former, accompagner et préparer les usagers  en ce 21e siècle.

Le contexte, Le global, Le multidimensionnel, Le complexe.

Stimuler le plein emploi de l'intelligence générale des individus faisant appel à la connaissance du monde.

Des espaces numériques ouverts à tous. 

Un cyberspace international.

Un nouveau défi pour notre pays européen. 

Un instrument d'intelligence collective.

Vers une économie des qualités humaines.

Dans l'économie du futur, le capital sera l'Homme total.

Mes projets, l'avenir du Web

Coller aux besoins des utilisateurs, et développer des plateformes ouvertes, voilà les deux principaux facteurs de succès dans l'Internet de demain.

Les usagers du 21e siècle trouveront des solutions pratiques au service de la vie quotidienne dans les ouvertures internationale, environnementale, intellectuelle et sociale.

Partagez vos informations dans un monde connecté et continuez à travailler avec vos partenaires, où que vous soyez, dans les espaces E-GLOBALNETWORK

FranceWeb e-Global News Center, FranceWeb,eGlobal, Yahoo 360°-Le Blog de FranceWeb,e-GlobalNetwork, FORUM E-GLOBAL, e-GlobalNews, Bonheur, Famille d'Entreprises, FranceWeb Association Poissy,Stefan Raducanu Web Collection, Stefan Raducanu Web Gallery,e-GlobalNewsCenter, FranceWeb Association, Réseau Mondial d'Entreprises

Pour plus d'information contact:

Stefan Raducanu  :33 (0) 1 39 65 50 34

FRANCEWEB group

FranceWeb Planète

RECHERCHER, OBSERVER, METTRE EN LIEN, DIFFUSER

Ensemble créons de la valeur 

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

FranceWeb : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 C'est notre capital !

FranceWeb en un clic de souris,

Bienvenue sur FranceWeb

Tout le monde peut participer, et chaque amélioration est utile.
Merci d'aider le monde à découvrir de nouvelles choses !

 

 communique_02518_macron-et-son-crepuscule-3.pdf

The State of Data Innovation in the EU

by and October 9, 2017
 

Data innovation—the innovative use of data to create social and economic benefits—is making a significant mark in Europe. In economic terms, data innovation contributed about €300 billion to Europe’s economy in 2016 (or approximately 2 percent of GDP), and its value will likely more than double by 2020. Across society, data innovation is creating more responsive governments, better health care, and safer cities. But EU nations differ in the degree to which they are harnessing the benefits of data. This report uses a variety of indicators to rank EU member states and discusses why some countries are ahead and what others can do to catch up.

Download the full report (PDF).

Data innovation is happening today because the rapid growth in the ability to collect, store, analyze, and share large quantities of information at low cost drives new forms of economic activity, scientific discovery, and social innovation. For example, in health care, greater use of medical data can help doctors to diagnose problems much earlier, and manage long-term conditions better. In schools, teachers and administrators can use data to personalize educational software to meet the needs of individual pupils. And in business, an array of data-driven tools can help companies streamline their business processes and become more responsive to their customers. In the financial sector, for example, companies use sophisticated analytics and large datasets to prevent fraud as well as to improve and expand their lending services.

Member states that more effectively embraced data innovation will find it easier to respond to social and economic challenges in the years ahead. This means member states that may lag behind other European countries today could lead the EU’s competitive edge in the future if they support and invest in the underpinnings of the data economy.

To identify the areas where member states are doing well or need to improve, this report examines a range of indicators across three categories:

  • Data: The availability of useable data and the effectiveness of government policies in promoting the supply and reuse of data. This includes the size of the national data economy, data sharing in health care, the extent and impact of open-data policies, and the robustness of freedom-of-information laws.
  • Technology: The availability and use of key digital infrastructure and systems, such as the Internet of Things, e-government, and high-speed broadband.
  • People and Firms: The use of data-driven technologies in the workplace, the prevalence of digital skills, and the role of education and civil society in developing such skills.

The report concludes with recommendations for policymakers on how to improve their country’s performance in data innovation. To summarize, governments need to prioritize three goals:

  1. Maximize the supply of reusable data. Governments should both avoid laws and regulations that stifle the supply and flow of data, such as overly burdensome data-protection rules and data-localization policies in different member states, and increase the supply of data, such as via open data and freedom-of-information policies.
  2. Improve infrastructure that supports data innovation. Governments should encourage the development of key technological platforms that enable data innovation, such as broadband, digital public services, smart meters, and smart cities.
  3. Develop data-science and data-literacy skills in workers. Governments should encourage the development of data-related skills through the education system and through professional training programs.

Overall Scores: Map and Rankings

 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu