Avertir le modérateur

06/05/2019

Penser la dissidence aujourd'hui avec don Quichotte et Sancho Panza.Si c'est en réalité l'heure à la quelle je lève ma lampe,ce n'est pas ma flamme qui y brûlera! Et les anciens de la cité s'avancerent et dirent:Ne vous éloignez pas de nous déja!L'Olivier

 

FranceWebAsso,RESEAU de l'apprendre>2 maini.jpgModèle

 "The secret of the success"

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

FranceWebAsso,RESEAU de l'apprendre>>Tous Président avec FranceWebAsso21> C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous ! Paradox>SocSav21"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi">Un groupe,des 4> Modèle d'un monde auquel chacun souhaite appartenir

C'est notre capital !

FranceWeb en un clic de souris,

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

Bienvenue sur FranceWeb

Tout le monde peut participer, et chaque amélioration est utile.
Merci d'aider le monde à découvrir de nouvelles choses !

Si c'est en réalité l'heure à laquelle je lève ma lampe, ce n'est pas ma flamme qui y brûlera.

Vous n'êtes , parmi nous, ni un étranger ni un hôte, mais notre fils et notre très aimé. Que nos yeux ne soient pas déjà privés de votre visage. Ne laissez pas les vagues de la mer nous séparer désormais  et les années que vous avez passées avec nous devenir un souvenir. Vous avez marché parmi nous comme un esprit et votre ombre a été lumière sur nos visages. Profonde est votre attente du pays de vos souvenirset de la demeurede vos plus grands désirs; et notre amour ne voudrait pas vous attacher, ni vos besoin vous retenir. Pourtant avant que vous ne nous quittiez, nous souhaitons que vous nous parliez et nous donniez de votre vérité.

Et nous la donnerons à nos enfants, et eux mêmes à leurs enfants et elle ne périra point. Dans votre solitude vous avez veillé avec nos jours et dans votre veille vous avez écouté les pleurs et les rires dans notre sommeil. Maintenant, révélez-nous donc à nous-mêmes et dites-nous tout ce qui vous a été découvert de cela qui est entre la naissance et la mort.

0GR3TXHD_400x400SR.jpgGroupe d'intérêts.jpgSociété du savoir.png

 

En dix ans, radios et télévisions ont élargi le champ de ce spectacle aussi insolite qu’insensé: remplir le vide avec du néant.

En 2005, et pendant trois ans, je me suis retrouvé parmi les Grandes Gueules de RMC. Entouré d’hommes et de femmes que je n’aurais jamais côtoyé dans ma vie quotidienne, et que les animateurs de la chaîne avaient rassemblé pour commenter l’actualité, ou l’idée qu’une radio populiste se fait de l’actualité. Lobbyistes vinicoles, spécialistes autoproclamés de la Sécurité biberonnés au sarkozysme, syndicalistes à trois bandes, se relayaient au micro, trois par trois, avec pour seule mission d’avoir un avis sur tout, et surtout un avis....

Chaque matin, les sujets du jour étaient arrêtés, après une rapide lecture de la presse, essentiellement Le Parisien. Lors d’un briefing de départ, les règles du jeu nous avaient été expliquées: on n’était pas dans un salon, mais au comptoir du bar des amis. Il n’était pas nécessaire de laisser un chroniqueur terminer une prise de parole, une démonstration. Il était recommandé de lui couper la parole, à l’unique condition de faire un bon mot ou de le ridiculiser. Une vacherie bien sentie aurait toujours plus de poids qu’un appel à la raison. Chacun se pliait à ce jeu du cirque pour des raisons différentes: certains y voyaient le moyen de maintenir une visibilité en berne, d’autres se rêvaient des carrières politiques, d’autres enfin jouissaient de cette présence médiatique.

Après avoir refusé une première sollicitation, j’avais accepté la seconde lors de la mise en place de la réforme du médecin traitant, ce coup de passe-passe piloté par deux anciens assureurs d’AXA, Frédéric Von Roekeghem ( placé à la direction de la Caisse Nationale d’Assurance-Maladie par Jacques Chirac), et Xavier Bertrand ( qui tirait les ficelles derrière un Philippe Douste-Blazy flanqué en tête de gondole pour donner l’impression que cette déconstruction méthodique de la Sécu, débutant par la mise à mort de la médecine générale, résultait d’une réflexion en Santé). Face au rouleau-compresseur que constituaient les équipes de communication du Ministère et de la Sécu new-look, le tout relayé par les économistes du think-tank « indépendant » de l’Institut Montaigne ( financé par le patron d’AXA, Claude Bébéar), j’avais accepté afin de pouvoir, de temps en temps, porter le fer sur des sujets touchant à la médecine et à la protection sociale.

Christian LEHMANN Médecin généraliste depuis 35 ans, romancier, Christian Lehmann est notamment l’auteur du best-seller No Pasaran Le jeu ( Ecole des Loisirs) , de la Folie Kennaway (Rivages Noir), Une éducation anglaise (L'Olivier) et Patients si vous saviez (Robert Laffont) ainsi que Les Fossoyeurs...notre santé les intéresse ( Privé-Michel Lafon). Il fut en 2007 l'un des initiateurs de l'appel contre les franchises sur les soins, et avait dénoncé dès 2004 la destruction d'un système de santé solidaire au profit des assurances et des "mutuelles" solidaires ( mot valise de la gauche PS). En 2019, il publie en format de poche à l'Ecole des Loisirs "No Pasaran, Endgame", la conclusion de la trilogie, et travaille sur un projet de série plein de bruit, de fureur, mais pas que. Il raconte pas mal de conneries sur Twitter @LehmannDrC Beaucoup moins sur Facebook parce que bon, Facebook

Serge ULESKI

Le vrai visage de notre République, cette gueule cassée, borgne, énuclée de ses classes populaires et du souci d'une justice sociale pour tous

L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche ou L'Ingénieux Noble Don Quichotte de la Manche (titre original en espagnol El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha) est un roman écrit par Miguel de Cervantes et publié à Madrid en deux parties, en 1605 et 1615.

           Don Quichotte et Sancho Panza... mais... qui est l’un, et où est l’autre ?

  Certes, pour être brutal, le don Quichotte de Cervantès est bel et bien un mythomane paranoïaque, et son compagnon d'infortune, Sancho Panza, son          «médecin», sa tentative de cure ; Sancho est celui qui, compassionnel et patient, tentera, sans relâche, à chacune des hallucinations de son Maître, de le ramener à la raison : celle de la réalité de ce qui est, de ce qui existe contre tout ce qui n’est pas et qui n'est que le fruit d’un cerveau malade, celui de don Quichotte en l’occurrence.

                   Disons-le sans tarder : ce qui fait que ces deux figures de la littérature mondiale sont attachantes et parfois même émouvantes, c’est leur bonne foi totale, leur honnêteté à tous les deux. Ce qui fait que nous lecteurs, nous ne pouvons pas nous empêcher de les aimer c’est l’absence de vice et d’arrière-pensée chez ces deux personnages car aucun d’eux n’est manipulateur ou menteur ; aucun d’eux ne manipule l’autre ni ne lui ment : respect, commisération, efforts redoublés, l’un tentant de sauver l’autre… et l’autre d’instruire l’un sur un idéal existentiel : l’esprit de chevalerie.

Mais alors…

Dans cette perspective-là, - un don Quichotte paranoïaque et un Sancho Panza « médecin », et si les don Quichotte d’aujourd’hui, loin d’être attachants, ne faisaient plus sourire personne ? Car enfin, ne serions-nous pas tentés de les juger plutôt détestables tous ces négateurs d’une réalité délibérément travestie dans le but de servir non pas un esprit chevaleresque  - noblesse, courage et générosité -, mais une idéologie, une seule, celle de la domination : la protection des intérêts de la classe dominante, ou plus exactement l’hyper-classe, oligarchie mondiale aux intérêts mondiaux ?

Car ne nous y trompons pas : nous ne sommes plus en présente d’un don Quichotte paranoïaque mais bien plutôt d’un don Quichotte machiavélique : un stratège politique hors pair.

Aussi, force est de réaliser que seuls les Sancho Panza d’aujourd’hui sont encore dignes de considération. Certes, ils ne sont plus « médecins curateurs » mais activistes lanceurs d’alertes ; et s’ils ont perdu leur jovialité, leur truculence… c’est qu’aujourd’hui, les enjeux sont d’un tout autre ordre : il n’est plus question de ramener à la raison un Don Quichotte égaré et agité, tendre et pacifique, fou à lier mais dont la folie n’est un danger pour personne excepté pour lui-même ; il s’agit bien plutôt de dénoncer et de tenter de contenir l’expansionnisme d’un Don Quichotte pour lequel le pouvoir c’est la domination et la fin…tous les moyens : manipulations , corruption, intimidations, assassinats, guerres ; un imprécateur de premier ordre.

             Dans une autre perspective maintenant, la plus courante, même si erronée, à savoir… un don Quichotte homme des causes perdues qui se bat contre des moulins à vent alors que l’ennemi, le vrai, est ailleurs mais inaccessible - comme hors de portée -, un don Quichotte non paranoïaque donc... curieusement, il se pourrait bien que la réalité soit aujourd’hui incarnée par ce don Quichotte-là et la fiction, ou plus exactement dans le contexte qui est le nôtre, la falsification des faits aux fins de domination, le soit par un Sancho Panza qui n’aurait alors qu’un souci : faire passer notre don Quichotte pour un mythomane paranoïaque aujourd’hui calomnié en tant que "complotiste" et décrié par toute une classe politico-économico-médiatique au service de la domination.

Et la dissymétrie entre ces deux personnages est telle que le combat est loin d’être gagné. Toujours dans cette perspective d’un don Quichotte non paranoïaque, force est de constater que dans les faits, pour ce don Quichotte-là, chaque jour est une défaite : don Quichotte homme des causes perdues s’effondra vaincu et mourra sans doute épuisé dans un combat pour la vérité d’une réalité de plus en plus évanescente… et Sancho Panza, l’homme de la mystification délibérée triomphera.

          Pour revenir à Cervantès et à son don Quichotte négateur du réel, il semblerait que la situation se soit aujourd'hui inversée : dans le contexte d’une mondialisation liberticide, sans honneur et sans justice, c'est bel et bien le défenseur de la fausse-réalité, celle de la société du spectacle à une échelle maintenant mondiale, qui a triomphé : Don Quichotte donc, celui qui dit ce qui n’est pas ; et Sancho Panza, le soi-disant complotiste non pas négateur mais pourfendeur de cette fausse réalité, a sans doute déjà perdu même si en ces temps de confusion et de faux-semblants, les puissants avançant masqués, il se pourrait bien que tout le monde soit le don Quichotte de l’un et le Sancho Panza de l’autre car tout est fait pour entretenir une telle confusion qui ne sert qu’un seul intérêt…

Devinez lequel !

Serge ULESKI chez AMAZON : romans, essais, aphorismes, théâtre

30/03/2019

Historiciser la pensée du libre marché...La dictature en entreprise

Historiciser la pensée du libre marché

Figé depuis le XVIIIe siècle, le discours économique dominant est incapable de reconnaître que le marché, jadis considéré comme un vecteur d’égalité, menace aujourd’hui à la fois l’égalité et la liberté des individus.

Comme beaucoup d’idéaux, l’idéal du libre marché s’est construit contre le modèle de société au sein duquel il a vu le jour. Les égalitaristes, définis comme ceux qui «  promeuvent une société dont les membres interagissent en tant qu’égaux  », prônaient jadis l’expansion des relations marchandes, car elles permettaient aux individus considérés comme inférieurs d’échanger des biens indépendamment de leur statut social. De fait, la montée du commerce permet aux agriculteurs de quitter une vie de «  dépendance servile  » auprès de leurs seigneurs pour devenir artisans ou commerçants indépendants (p. 20).

Pour le mouvement des niveleurs (levellers) par exemple, qui émerge pendant la guerre civile anglaise au milieu du XVIIe siècle, la défense de la société de marché est considérée comme un prolongement logique du combat pour l’égalité des droits, l’abolition des privilèges et la tolérance religieuse (p. 16). En fait, l’opposition aux monopoles économiques s’intègre à une lutte plus vaste contre toutes les monopolisations : celle de l’économie par les guildes, de la morale par l’église, du droit de vote par les riches, du pouvoir familial par les hommes, etc. (p. 17). De même, la fascination d’Adam Smith pour le mode d’organisation sociale marchand découlait avant tout des promesses «  d’ordre et de bon gouvernement, et avec ceci, la liberté et la sécurité des individus  » (p. 18). L’horizon rêvé de tous ces penseurs s’apparentait à une société de «  masterless men  » qui, étant leur propre employeur, sont enfin libérés du joug de la féodalité et de son modèle d’ordre social hiérarchique - tout cela grâce au marché. Le marché était bel et bien une cause égalitariste (p. 17), il était «  de gauche  » (p. 1).

Cependant, ces promesses dépendent du développement du travail indépendant et volent en éclats avec la révolution industrielle, suscitant une vaste désaffection des égalitaristes vis-à-vis de l’idéal du libre marché. D’abord, l’indépendance des hommes repose sur le travail domestique de leurs femmes (p. 32). De surcroît, la création de grandes usines et les économies d’échelle qui en découlent submergent totalement l’économie des petits producteurs (p. 32), réduisant drastiquement les opportunités d’emploi indépendant. La division du travail et l’avènement du salariat à grande échelle accentuent le fossé entre employés et employeurs. Les égalitaristes assistent avec écœurement à la destruction du modèle de l’artisan indépendant au profit de «  l’esclavage salarié  ».

E. Anderson insiste sur la nécessité d’évaluer les concepts dans leur contexte social d’apparition. Les nombreux exemples qu’elle offre de situations vécues par les employés dans le monde du travail actuel montrent que l’idéal du libre marché, qui incarnait auparavant un projet politique émancipateur, sert aujourd’hui de prétexte à bafouer la dignité des travailleurs : le libre marché menace ce qui jadis légitimait son instauration. E. Anderson s’attaque donc aux discours qui le présentent encore aujourd’hui comme un vecteur de justice. Cette vision s’ancre dans un contexte radicalement différent du nôtre et s’est trouvée invalidée par l’histoire : le marché n’a rempli que partiellement ses promesses. Pour l’auteure, lutter contre les abus de pouvoir dans le monde du travail implique de mettre fin à la rhétorique de liberté issue du XVIIIe siècle, qui travestit des rapports de subordination contemporains en rapports égalitaires.

Le salariat, relation intrinsèquement hiérarchique

Le discours public aux États-Unis, relève E. Anderson, reste profondément imprégné de «  l’illusion de la liberté des travailleurs  » (p. 50). Cette illusion est notamment entretenue par les théoriciens de la firme H. Demsetz, A. Alchian, qu’elle cite, ou par des libertariens comme T. Cowen, dont la réponse aux conférences se trouve dans l’ouvrage. En effet, d’un point de vue libertarien, la tentative de réglementer le monde du travail est une atteinte au droit de contracter, une atteinte paternaliste au droit des travailleurs sur leur corps et, enfin, une atteinte à la propriété des employeurs et au droit de gérer leur entreprise comme bon leur semble. Pour E. Anderson, cela signifie que les modèles économiques sont incapables de rendre compte des contraintes dans le privé, puisque tout ce qui relève de la sphère privée est associé à la liberté, tandis que la contrainte est toujours liée au public (p. 44).

Cette tendance n’est pas étrangère au vieux continent. En France, par exemple, les récents débats à propos du Code du travail illustrent bien l’aveuglement croissant face aux relations de pouvoir au sein de l’entreprise et témoignent de la volonté de réglementer par des négociations «  horizontales  » ce qui, auparavant, faisait l’objet de lois [1].

Or, explique E. Anderson (et tous ceux qui, avec elle, demandent une régulation des rapports de travail), réduire la création de normes à des négociations, c’est abandonner beaucoup d’employés à un face-à-face inégal avec leur employeur. L’auteure mobilise ici les théories sur la naissance de la firme. D’après des économistes comme R. Coase, les grandes entreprises dominent l’économie car elles sont plus efficaces que des agrégats de contrats ponctuels entre autoentrepreneurs. Ce qui se cache toutefois derrière la réactivité et la flexibilité supérieures de l’entreprise, explique E. Anderson, c’est la capacité de ses dirigeants à modifier leurs attentes envers les salariés de manière plus ou moins arbitraire et changeante (p. 56). Le salariat, en assurant une collaboration de long terme et relativement floue en termes de prestation à effectuer, est infiniment plus efficace qu’une relation égalitaire devant être renégociée régulièrement. Les hiérarchies et la subordination, conclut-elle, sont au principe de la création d’entreprises et inhérentes à leur fonctionnement actuel. Les modéliser par un échange marchand entre égaux serait absurde.

Par ailleurs, E. Anderson fustige l’argument selon lequel, si les individus sont libres de quitter une relation, il ne peut exister d’autorité en son sein :

Cela revient à dire que Mussolini n’était pas un dictateur car les Italiens pouvaient émigrer. (p. 55)

La pression économique, la rareté des emplois et l’absence d’entreprises organisées de manière différente compromettent la possibilité de résilier un contrat de travail quand bon nous semble.

Pour E. Anderson, protéger l’égalité et la liberté des employés implique donc de tourner le dos à une vision contractualiste et marchande du travail salarié. Pour mieux penser et interroger l’asymétrie des relations de pouvoir au travail, elle développe la notion de gouvernement privé.

Du gouvernement privé à la gestion démocratique des entreprises ?

Le but de ces conférences est certes de mettre en évidence un phénomène effrayant, mais aussi d’expliquer pourquoi il n’est pas perçu comme tel et de donner des outils conceptuels pour lutter contre lui. C’est en ce sens que l’élaboration du concept théorique de gouvernement privé est presque plus cruciale que l’énumération effarante des situations concrètes vécues par les employés.

D’après elle, le gouvernement «  existe partout où certains ont l’autorité d’émettre des ordres et d’infliger des sanctions dans un ou plusieurs domaines de la vie  » (p. 42). La nature du pouvoir exercé par les entreprises sur leurs employés est donc bien de nature gouvernementale. Elles ont effectivement l’autorité d’émettre des ordres et contrôlent plusieurs pans de la vie des employés (E. Anderson s’appuie sur des cas où les employeurs états-uniens s’immiscent dans les relations amoureuses, la santé ou l’activité en ligne des employés). L’entreprise est source de normes contraignantes, et tant que le discours public ne l’aura pas intégré, ces normes seront arbitraires et antidémocratiques, car incontestées. En effet, ce gouvernement reste «  privé  », dans le sens où les personnes affectées par les décisions, donc les employés, ne peuvent en questionner la légitimité et sont contraintes de subir ce pouvoir arbitraire (ou d’émigrer). Anderson montre qu’en tant qu’État, déréglementer ou ne pas réglementer revient en fait à élargir le champ de réglementation du gouvernement privé.

La notion de gouvernement a toujours été étroitement liée à des interrogations concernant sa légitimité. L’idée de faire le parallèle entre les structures décisionnelles de l’État et celles de l’entreprise pour pointer du doigt la tension entre nos principes démocratiques et la condition de subordination subie par les salariés n’est d’ailleurs pas une idée nouvelle. Dans les années 1830, un slogan socialiste visant à détruire «  la nouvelle féodalité  » qui s’installait dans les usines revendiquait déjà de «  faire descendre la République dans l’atelier  » [2]. Cette idée sera également reprise par les catholiques sociaux du mouvement Le Sillon, à la fin du XIXe siècle, qui affirmaient qu’on ne pouvait «  pas avoir la république dans la société tant qu’on avait la monarchie dans l’entreprise  » [3].

Dans sa critique du livre d’E. Anderson, Abraham Singer se demande si l’ubérisation du monde du travail et l’émergence d’une gig economy en réseau ne rendent pas désuets le vocabulaire du salariat et l’idée de monarchie dans l’entreprise. Cependant, les contrats entre plateformes et «  collaborateurs indépendants  » donnent probablement plus de pouvoir aux entreprises sur les travailleurs qu’une relation salariale traditionnelle, notamment via la mise en compétition de différents partenaires [4]. C’est d’autant plus vrai que ces nouveaux emplois ne sont pas accompagnés des garanties sociales et juridiques qui caractérisent les emplois salariés traditionnels [5]. Par ailleurs, l’économie des plateformes et le travail indépendant restent pour l’instant des phénomènes statistiquement marginaux : en France par exemple, seul 1 actif sur 10 n’est pas salarié. La multitude des exemples mobilisés par E. Anderson montre bien que le salariat et les abus de pouvoir sont encore une réalité au XXIe siècle : dans les entreprises de la première puissance mondiale, les employés sont exposés à des conditions de travail indignes, menaçant leur intégrité physique même.

Au fil du livre, E. Anderson prouve qu’en l’absence de régulation, les droits de propriété privée, notamment dans le monde du travail, deviennent un terreau fertile pour des hiérarchies de tout genre. Un lecteur d’Europe occidentale acquiescera sans doute. Il se félicitera que son État ait plus ou moins suivi la voie qu’elle appelle de ses vœux pour les États-Unis, et se demandera comment le droit des employés d’un poulailler à aller aux toilettes une fois dans une journée de 8 heures peut être remis en question, au nom de quelque principe que ce soit.

Pourtant, le même lecteur s’étonnera sans doute que cet argumentaire cinglant contre le pouvoir «  dictatorial  » des entreprises se termine par… un éloge du «  modèle allemand de codétermination  » (p. 70). Quand on sait qu’un nombre croissant de chercheurs allemands tire la sonnette d’alarme devant l’augmentation de la précarité des travailleurs dans leur pays et annonce l’émergence d’une conflictualité de nouvel ordre entre partenaires sociaux [6], la fin des conférences d’E. Anderson nous laisse sur notre faim. La condition alarmante des employés qu’elle s’attache à décrire ne mérite-t-elle pas des contre-mesures plus radicales ? Ses propositions - faciliter la défection, régler les rapports par un véritable rule of law, donner des droits subjectifs aux employés, augmenter leur voix au sein de l’entreprise via des mécanismes participatifs - déçoivent tant par leur manque de concrétude que par leur timidité.

En ce qui concerne sa première solution, par exemple, la défection, elle cite des barrières contractuelles, comme les clauses interdisant aux salariés de travailler pour des entreprises du même secteur (p. 66). La suppression de ces clauses apparaît cruciale, mais, comme elle l’indique d’ailleurs, elle est totalement insuffisante : dans un contexte de raréfaction des emplois, l’option de défection est d’emblée compromise par l’absence de vraies alternatives.

Sa proposition de mieux faire entendre la voix des employés manque également de radicalité. Consulter ponctuellement les salariés sur leurs conditions de travail ne remplacera jamais une co-élaboration des règles [7]. Après avoir démontré que l’entreprise était un gouvernement, E. Anderson écarte toute possibilité de la démocratiser pour de bon. Régler la question de la nature antidémocratique des entreprises contemporaines en donnant plus de voix aux employés, c’est par ailleurs nier que les agissements d’une entreprise, même s’ils sont soutenus par tous ses membres, affectent souvent une pléthore d’autres personnes à qui on ne demande rien. Démocratiser l’entreprise impliquerait sans doute d’instaurer des mécanismes de contrôle citoyen qui permettent aux salariés et aux représentants du capital, mais aussi à d’autres acteurs de la société intéressés par l’activité de l’entreprise et affectés par ses décisions (associations d’usagers, ONG, etc.) d’avoir leur mot à dire dans son gouvernement.

Recensé : Elizabeth Anderson, Private Government : How Employers Rule Our Lives (and Why We Don’t Talk About It), Princeton, Princeton University Press, 2017, 224 p.

Pour citer cet article :

Léna Silberzahn, « La dictature en entreprise », La Vie des idées , 21 mars 2018. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/La-dictature-en-entreprise.html

Nota bene :

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction (redaction@laviedesidees.fr). Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

 
 

par Léna Silberzahn , le 21 mars 2018

 
 

Notes

[1Alain Supiot, Le Droit du Travail, PUF, Que Sais-je, 2016 ; «  La contractualisation de la société  », in Y. Michaux (dir.) Qu’est-ce que l’humain ? Travaux de l’Université de tous les savoirs, vol. 2, Paris, O. Jacob, 2000, p. 157-167.

[2Cité par Pierre Rosanvallon dans La Démocratie inachevée : Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2003, p. 340.

[3Ibid., p. 342.

[4Fabien Mariotti, Qui gouverne l’entreprise en réseau ? Paris, Presses de Sciences Po, Paris, 2005.

[5Olivia Montel, L’économie des plateformes, enjeux pour la croissance, le travail, l’emploi et les politiques publiques, Document d’études de la DARES, n° 213, août 2017.

[6Sur l’érosion du modèle rhénan et l’émergence de nouveaux conflits entre partenaires sociaux, voir Wolfgang Streeck, «  Von Konflikt ohne Partnerschaft zu Partnerschaft ohne Konflikt : Industrielle Beziehungen in Deutschland  », Industrielle Beziehungen, n° 1 (2016). Pour un aperçu en français, voir Ingrid Artus, Allemagne. La vague gréviste de 2015 - causes, résultats, perspectives, Chronique internationale de l’IRES, n° 157 (mars 2017). Sur l’augmentation des travailleurs pauvres, voir par exemple Arm trotz Arbeit : in Deutschland hat sich Erwerbsarmut seit 2004 verdoppelt - stärkster Anstieg unter 18 EU-ländern, Hans-Böckler-Stiftung, 7 juin 2017.

[7Alex Gourevitch, From Slavery to the Cooperative Commonwealth : Labor and Republican Liberty in the Nineteenth Century, New York, Cambridge University Press, 2015.

17/03/2019

Libérons la parole»« Pendant que Paris brûle, Macron fait du ski »A propos d’un prétendu droit d’ingérence dans les affaires d’un Etat tiers»Pourquoi Kadafi et pas la monarchie saoudienne ? bombardements démocratiques?

Collaborer ! Anticiper ! Innover !

«Gilets jaunes»: Le week-end au ski de Macron écourté mais critiqué, l'exécutif dénonce une «fausse polémique»

Mitraillé par l’opposition qui dénonce « l’incompétence » de l’exécutif, Emmanuel Macron a dû écourter son week-end de ski samedi et promis des « décisions fortes » en réponse aux dégâts commis sur les Champs-Elysées lors de l’acte 18 des « gilets jaunes ».

A propos d’un prétendu droit d’ingérence dans les affaires d’un Etat tiers

Depuis que l’on a commencé à théoriser la possibilité d’un droit international – on peut dire depuis Grotius, au XVIIe siècle et depuis le traité de Westphalie qui mit fin à la « Guerre de Trente Ans » (1648) on s’accorde généralement pour considérer que le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un État tiers est au fondement de tout droit international dès lors qu’un tel droit vise à la paix. Que ce principe ait été allégrement violé par tous les fauteurs de guerre, on ne le sait que trop. Mais la violation répétée d’un principe ne suffit pas pour le rejeter ! Kant, un des partisans les plus rigoureux d’un droit international garantissant une « paix perpétuelle » soutient même que le « droit des gens », c'est-à-dire le droit des nations se résume à cette non-ingérence. Même si on désapprouve le régime politique d’un pays, on n’est pas plus fondé à lui faire guerre qu’on est fondé à intervenir contre un quidam dont on juge la conduite scandaleuse dès lors qu’elle ne met pas en cause le droit en tant règle universelle de la coexistence des libertés individuelles.

On le sait si bien que lorsqu’on a décidé de faire la guerre à un État, on invente toutes sortes de « fake news » pour l’accuser de menées agressives contre les autres États. Ainsi en fut-il des fameuses « armes de destruction massive » de Saddam Hussein, dont les photographies furent présentées sans vergogne dans des réunions internationales par le secrétaire d’État à la défense américain, le général Colin Powell.

On connaît cependant des cas d’ingérence légitime : par exemple, quand, en 1936, la République espagnole a appelé ses alliés, membres de la SDN, à l’aider à se défendre contre une guerre civile engagée par un général rebelle, la France et la Grande-Bretagne étaient fondées à porter secours à leur allié, et ce non seulement pour des raisons de principes mais aussi parce que les rebelles espagnols étaient soutenus par deux gouvernements qui avaient claqué la porte de la SDN et ne faisaient pas mystère de leurs ambitions guerrières notamment contre les pays démocratique. Dans ce cas où l’ingérence semblait presque naturelle, notons que la Grande-Bretagne et la France ont courageusement pris le parti de ne rien faire, de laisser la république espagnole se faire étrangler par ses bourreaux, ce qui a ouvert la voie à la seconde guerre mondiale ! Insistons : dans ce cas, l’intervention eût été légitime puisque la demande venait du gouvernement espagnol lui-même. On restait donc dans un cadre juridique strictement westphalien !

En revanche, ce à quoi nous avons assisté au cours des dernières décennies est quelque chose de très différent. Dans l’ex-Yougoslavie, en Irak (à deux reprises), en Libye et en Syrie, des grandes puissances sont intervenues, invoquant des motivations humanitaires ou la défense de la démocratie pour abattre les gouvernements en place et, éventuellement, installer des gouvernements plus à leur goût. Que faut-il en penser ?

Dans cette affaire les bons sentiments, la pitié par exemple, brouillent notre jugement. Le régime intérieur d’un État peut-être parfaitement déplorable, juridiquement les autres États n’ont aucune raison d’intervenir directement pour le renverser. En tant qu’État démocratique ou à peu près démocratique nous ne sommes évidemment pas obligés de commercer avec un gouvernement tyrannique ni même d’avoir des relations diplomatiques (tout cela n’est qu’une question d’opportunité). Rien ne nous oblige à inviter le tyran dans la tribune officielle du 14 juillet (Bachar) ou le laisser planter sa tente dans le jardin de l’Élysée… Mais nous ne pouvons nous autoriser à renverser ces tyrans, renversement qui ne peut être que le fait de révolutions de palais ou populaires menées de l’intérieur. Encore une fois, c’est une question de droit. Si on s’autorise ce genre d’intervention au motif que le gouvernement n’est pas démocratique et martyrise son peuple, il est à craindre que la liste des endroits où il faut procéder à des « bombardements démocratiques » ne soit fort longue. Pourquoi Kadafi et pas la monarchie saoudienne ?

Kadhafi contre le roi d’Arabie Saoudite et les États-unis

La scène se déroule au cours d’une réunion des chefs d’État de la Ligue arabe en février 2003, un mois avant la guerre de George W. Bush contre l’Irak. Mouammar Kadhafi, alors président de Libye, dénonce la présence américaine dans le Golfe en vue de contrôler les ressources énergétiques. Il met en cause l’Arabie Saoudite.

Face à cette estocade, le roi Abdallah prend aussitôt la parole, désigne du doigt Kadhafi en concluant ainsi : « La tombe est devant toi. » On sait depuis ce qu’il est advenu du défunt guide suprême de la révolution de la Jamahiriya libyenne, sauvagement assassiné le 20 octobre 2011 à Syrte avec la complicité des monarchies du Golfe, dont celle du Qatar.

L’identité nationale contre la nation

Dans « identité nationale », il y a identité. Commençons par quelques remarques concernant la notion d’identité elle-même. L’identité n’est pas une chose ni une propriété, mais une relation. Je suis un homme ou une femme, je suis noir ou blanc, mais je ne suis pas identique. On ne peut être identique qu’à quelque chose. Deux choses sont identiques si elles sont indiscernables ou du moins indiscernables sous certains rapports que l’on estime pertinents. Par exemple quand on décline son identité, on établit une relation entre l’individu physique présent et une personne reconnue par les autorités légales.

On peut également définir l’identité comme la permanence d’une entité. Préserver son identité, c’est L’homme âgé et le jeune homme ne sont pas la même chose et pourtant il y a quelque chose qui est préservé qui est précisément leur identité. En quoi consiste cette chose préservée, c’est une question philosophique sérieuse et compliquée. En tout cas, préserver son identité, c’est donc rester identique à soi-même, c’est rester soi !

Voyons ce que cela donne quand on applique ces esquisses de définition à l’identité nationale. Il y a dans cette expression une première ambiguïté. Quand on parle de l’identité personnelle il n’y a aucun doute, on parle du rapport de la personne à elle-même : « - Qui êtes-vous ? - je suis X, né le ... » Ou encore « - je suis qui je suis, je suis qui j’étais, je suis qui je serai. » Mais pour l’identité nationale, on ne sait pas trop à quoi se rapporte l’adjectif national. Il peut s’agir :

(1) De l’identité des individus qui composent une nation et qui la composent précisément parce qu’ils sont identiques en quelque chose.

(2) De l’identité de la communauté humaine qu’on appelle nation : ce qui fait que les Français considèrent comme faisant partie de leur histoire la bataille Bouvines, le règne de Louis XIV ou la guerre contre les Prussiens.

Le mot « nation » lui-même est porteur de cette ambiguïté. La nation renvoie au latin nascor, natus, au fait de naître. La nation regroupe tous ceux qui ont quelque chose de commun par naissance. Mais cette définition est de la mythologie pure et simple – toutes les origines sont mythiques. On apprenait jadis aux enfants « nos ancêtres, les Gaulois », mais cette histoire à peu près aussi sérieuse que l’histoire du Proche-Orient racontée par la Bible. Toutes les nations, sans exceptions, sont faites de l’amalgame de peuples qui se sont rencontrés, entretués et embrassés. Tout le monde sait que les Italiens ne sont pas des descendants de Romains, ni même des descendants de Romains croisés d’Étrusques, mais aussi des Celtes, des Lombards (c’est-à-dire de sortes de Goths), des Normands, des Arabes, des Espagnols, des Grecs ... et tutti quanti. Les Allemands ne sont pas plus des Germains que les Français des Francs. Les nations ne sont pas non plus des unités linguistiques : ni l’Italie, ni l’Espagne, ni la Suisse, ni la Grande-Bretagne, ni même la France et l’Allemagne ne sont des unités linguistiques : l’Allemand souabe et l’Allemand berlinois sont plutôt différents sans parler ceux qui parlent encore les dialectes du « Niederdeutsch ». La nation, c’est comme Dieu dans la théologie négative, on ne peut la désigner que par des négations ! En tout cas, on peut réfuter en son fonds la définition qu’en donnait Staline : « La nation est une communauté humaine stable, historiquement constituée, née sur la base d’une communauté de langue, de territoire, de vie économique et de formation psychique qui se traduit par une communauté de culture. » (in Le Marxisme et la question nationale)

À l’arrière-plan des discours de MM. Sarkozy, Besson et autres de la même farine, il y a quelque chose de cette définition stalinienne. Mais si elle est « historiquement constituée », une nation n’est pas une communauté stable, ni une communauté de langue, ni une communauté de territoire et encore moins cette chose bizarre que Staline appelle « communauté psychique ». Il faut donc, et c’est le plus raisonnable, renoncer à essayer de définir la nation par ce qu’il pourrait y avoir d’identique chez tous les membres de cette nation !

De cette première conclusion, on peut tout d’abord que l’intégration d’un individu « né ailleurs » dans une nation ne peut pas être la transformation de cet individu au point qu’il puisse s’identifier au modèle national, c’est-à-dire à l’individu-type. Pour faire un bon Français, il n’est pas nécessaire de porter un béret et de se promener avec une baguette de pain sous le bras... Les tests de bonne francité que M. Besson a commencé de mettre en place pour le regroupement familial n’ont aucun sens ... d’autant que bon nombre de Français « de souche » (de laquelle, c’est une autre affaire) ne manifestent qu’une maîtrise très approximative de la langue française et ignorent superbement la culture et les « valeurs » de la France – à commencer par bon nombre d’hommes politiques éminents dont l’usage de la langue française laisse beaucoup à désirer....

Si la définition de l’identité nationale par l’identité des propriétés partagées par les individus la composant est une définition intenable, il reste pourtant possible de donner un sens à la notion d’identité nationale. L’identité nationale est tout simplement la revendication d’appartenance à une nation, non pas une nation définie en termes « naturalistes », mais une nation définie comme une « communauté de vie et de destin », pour parler comme Otto Bauer, dirigeant socialiste autrichien jusqu’aux années 30 et auteur d’un ouvrage remarquable, La question des nationalités et la social-démocratie, (EDI, 1987).

Les hommes sont des animaux « politiques » disait Aristote. Ils ne sont pas individus que se sont faits eux-mêmes ; ils n’existent et ne peuvent exister que dans des communautés politiques, que les Grecs appelaient « cités », les Romains « république » et nous « nations ». Ces nations sont constituées par un ensemble de relations entre les individus et entre les groupes humains relativement stables dans le temps, bien que susceptibles de nombreuses transformations, relations qui unissent ces individus et ces groupes et les séparent des individus et groupes qui ne font pas partie de ces relations. Quand Otto Bauer parle de « communauté de destin », il vise juste : nous sommes unis parce que nous pensons que nous avons une destinée commune. Et l’appartenance à la nation n’est rien que le fait d’assumer une commune destinée, c’est-à-dire que les affaires politiques nationales et internationales deviennent mes affaires !

Cette conception de la nation, Ernest Renan lui a donné une expression célèbre que je vais rappeler dans une conférence du 11 mars 1882, faite en Sorbonne et qui reste un grand classique. « Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu’on a faits et de ceux qu’on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. L’existence d’une nation est (pardonnez-moi cette métaphore) un plébiscite de tous les jours, comme l’existence de l’individu est une affirmation perpétuelle de vie. » Quand on abandonne la définition naturaliste de la nation, il faut dire que la nation est bien le nom moderne de ce que les Grecs appelaient « polis » et les habitants, les membres de la nation sont des « citoyens ». Les citoyens ne sont pas seulement des individus privés (cette réunion d’hommes mis les uns à côté des autres que les Grecs appelaient un « laos » et que nous traduisons par peuple) mais aussi et surtout des individus réunis politiquement par des droits et des devoirs en rapport avec les affaires communes, ce que les Grecs appelaient un « demos » et que nous traduisons aussi par peuple...

De cela on peut déduire de nombreuses conséquences politiques et notamment celle-ci que les frontières nationales ne sont pas des vieilleries dont on peut se débarrasser à bon compte. J’ai eu l’occasion de développer cela ailleurs. Pour l’heure il suffit de souligner que les champions de « l’identité nationale » sont en même temps des adversaires acharnés de la nation en général et spécialement de la nation française.

Ils en sont ses adversaires dans ses rapports avec l’extérieur puisqu’ils œuvrent avec acharnement à l’intégration de la république dans des espaces transnationaux ou supranationaux comme l’Union Européenne et l’OTAN. L’actuel président de la république n’a rien eu de plus pressé à faire qu’à piétiner le vote des citoyens français de 2005 pour faire passer (en dehors de tout consentement populaire) son « traité de Lisbonne », qui n’est que la reprise, en pire, du TCE de 2005. C’est le même qui parachevé quelque chose que les gouvernements précédents avaient engagé, la réintégration de la France dans le commandement intégré de l’OTAN.

Il paraît que l’on va faire chanter la Marseillaise à l’école, alors que l’enseignement de l’histoire, singulièrement de l’histoire nationale a été drastiquement restreint au profit de l’enseignement de la construction européenne et de la mondialisation. Pour l’apprentissage de la Marseillaise, peut-être pourrait le faire le samedi matin en primaire, ce samedi matin de classe que M. Darcos a supprimé pour favoriser les départs en weekend de la classe moyenne aisée...

Enfin, le débat sur l’identité nationale ressort au moment précis où l’on s’apprête à adopter une réforme de l’organisation territoriale du pays qui va mettre en pièces le tissu administratif qui sous-tend la république depuis plus de deux siècles et où va prévaloir le principe de concurrence entre les régions, entre les métropoles. La question nationale est vraiment une affaire trop sérieuse pour qu’on la laisse aux mains des destructeurs de la nation, à ceux qui veulent détruire toutes les solidarités et faire de chacun le rival et même l’ennemi de son compatriote.

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

MyBookmarks.p20Mars2019

PPF "Encore une Get connected "Consulting Firms,Sites and Links"You know who they are. Those key companies that you do business with every day, every hour, maybe every second. The best way for you to really take advantage of business partners like these : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect 20 Minutes MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You Les blogs 20 Minutes "TRULY A GOLDMINE!"Incredible!"How to Get Free Publicity in Newspapers and Magazines.To Make Your Decision Easier, Here's My No-Way-You-Can-Lose, 100% Risk-Free Money-Back Guarantee : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You SocSav21 & PoissySmartCity>Tagué>énergie propre , intelligence artificielle , changement climatique.Les nouveaux réacteurs nucléaires plus sûrs qui pourraient aider à arrêter le changement climatique : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You 20minutes-blogs.fr Online Marketing Services That's Affordable and Effective Free Publicity-Publicity-Press Release publicity Le tir de masse en Nouvelle-Zélande montre à quel point les médias sociaux sont perturbés - MIT Technology Review Un météore a explosé sur la Terre avec 10 fois l'énergie de la bombe atomique d'Hiroshima - MIT Technology Review Un algorithme peut transformer vos doodles en images photoréalistes - MIT Technology Review L'ADN a-t-il pris Jack l'éventreur? Probablement pas, mais les vieux objets sont prêts à révéler leurs secrets - MIT Technology Review Dix grands défis mondiaux que la technologie pourrait résoudre - MIT Technology Review Pourquoi l'énergie propre ne résoudra pas tous les problèmes de pollution de Bitcoin - MIT Technology Review Des histoires marquées sur l'énergie propre - MIT Technology Review Leigh Phillips - Examen de la technologie MIT 20minutes-blogs.fr Babelfish traduction - Recherche Google How we’ll invent the future, by Bill Gates Des solutions  e-business efficaces et concrètes e-Global : Portail Collaboratif PoissyVilleConnectée,VilleNumérique, La communication tous-tous Le penseur Stefan Raducanu, Ma reussite sur le Web, Mon entreprise FranceWeb,e-GlobalNetWork® Coopérations entre entreprises, 4 temps essentiels Airbus cultive le travail collaboratif Agora-Project agora-project.zip agora-project espace de travail collaboratif 1860-2010 : 150 ans d'Histoire...MyNewsCenter,FranceWebAsso,StefanV.Raducanu,Savoie : @YvelinesFranceWeb*>Pour Vous et avec Vous* >VOIR ET ETRE VU ! > L’intelligence collective à grande échelle ! >Communauté virtuelle*, site mobile, contenus contributifs > Vivre l'exceptionnel au quotidien avec FranceWebAsso*,La HauteCoutureWeb rsweb : "PoissySmartCity">La Ville Ouverte, l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>PoissyWebCitoyen>"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi">> Les Pisciacais ont la parole>Citoyenneté>Ecouter la Ville> Nos Idées pour la France Dipl.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous: économie,technologie, societal",SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or, 1n∞, 2045,CES 2018 : ce qui nous attend du côté des TV, Mais il se passe aussi beaucoup de choses en coulisses, : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You Un vent nouveau sur l’écriture de l’histoire.T3,T2,T1,RACONTEZ VOTRE HISTOIRE,“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”Archive PVC,Raconter la Vie ! Le monde au XXIe siècle : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You apprentissage : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You Utopies pour après-demain,Stefan et Madeleine Raducanu Ville de Saint-Germain-en-Laye, Evolution du quartier de l'hôpital : découvrez les projets samedi 23 mars au TAD. Rencontre avec Jean-Pierre Siméon. L'Europe à la barre : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You Cérémonie de citoyenneté pour les jeunes électeurs,Ma semaine in Deauville - Du 19 au 25 mars 2019 : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You 20minutes-blogs.fr McLuhan ne répond plus - Dominique WOLTON Ma semaine in Deauville - Du 19 au 25 mars 2019, Cérémonie de citoyenneté pour les jeunes électeurs : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect Informer n’est pas communiquer - Dominique WOLTON Images,Institut for International Research>SRU-Electronics . - Recherche Google Images, FranceWeb,Unique, FranceWeb en un clic de souris, RECHERCHER,OBSERVER,METTRE EN LIEN,DIFFUSER, - Recherche Google Images, "Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi" - Recherche Google DEMOCRATECH (PARIS 3) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 820609915 Alors En avant !!!!->Aucune force au monde ne pourra arrêter celui qui rêve, celui qui construit, celui qui aime, qui espère de la vie le moment magique du bonheur, qui n'oublie pas : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You  1ère Position: Agence Search Marketing (SEO & SEA) en France Bottin Carto : Cartes, Plans et Itinéraires en France et en Europe !  Economie - Actualité économique, conjoncture, entreprises, expansion - L'Express L'Expansion  10sites.com 1000 liens pour electroniciens Tree Style Tab 2.8.6 Organisez vos onglets et marque-pages – Modules pour Firefox (fr) Restez en sécurité en ligne – Modules pour Firefox (fr) Modules pour Firefox (fr) FRANCE WEB, collaboration en ligne - 3390502115.pdf FranceWebTop>MyNewsCenter>La communication globale>Ne vous privez pas du bénéfice total que procure alors une réussite voulue et construite par soi-même !>Informer n’est pas communiquer, Restez à l’affût de l’actualité : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You FRANCEWEBMAX>"The secret of the success">MyNewsCenter>UN PARTENAIRE ENGAGÉ>Promotion de l’innovation, notamment en lien avec les milieux scientifiques et l’activité R&D sectorielle et multisectorielle.> Diffusion de l’information technologique> : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You SRU-Electronics>Discover Your Power>>eeNews>Protecting rally spectators room temperature carbon capture tech>Renesas suspends production>AI for supercapacitors : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect The Medieval Masterpiece, the Book of Kells, Is Now Digitized & Put Online | beSpacific Fiche métier : Architecte système d’information Métier logiciels informatique telecom Fiches métiers aéronautiques Nous trouver AIRBUS GROUP - coordonnées et contact AIRBUS GROUP - Aérocontact.com  Hollywood's New Diet Secret, FranceWebeGlobalNetWork*,MyNewsCenter*,MyWorldNewsCenter*,BusinessCenter*,Famille d'Entreprises*,StefanV.Raducanu*,MyBonheur*, FranceWebNewsCenter*,+++ : @WorldNewsFranceWeb®, Human Network, Serving the Planet with Global News, News search engine, "Know where to find the information and how to use it - That's the secret of success"Networking the World Recherchez et trouvez les informations pertinentes avec Europresse Accès facilité à l'information pour lycées et collèges avec Europresse Demande de démo - Europresse Demande de prix - Europresse Diffusion de panoramas de presse et de veille à 360° avec Europresse 0139158035 Il n'y a pas de résultats pour votre recherche. - Infobel France Infobel France - Annuaire téléphonique  Barron's - Financial Investment News - Stock Investing News - Investment News NewsNow: Loading story... NewsNow: Loading story... NewsNow: France news | Breaking News & Search 24/7 Topix Forums Sunset InsideFrance - country portal and web site directories for France France - Country Profile - 2018 Dafsaliens - La généalogie financière A2Presse | Abonnement revues, journaux & magazines pas cher Financial Market News, Foreign Exchange Markets (Real-Time) | MNI FranceWebAsso*,Offre de service numérique, Un nouvel arsenal d'aides, Des règles assouplies, Outre les aides, le gouvernement a pris des mesures de simplification, réclamées par les secteurs de la construction et de l'industrie notamment. : @FranceWeb,e-GlobalNetWork®>GlobalPartnersNetWork>VOIR ET ETRE VU ! > Le meilleur du Web au service de tous ses Lecteurs>Mettre l'information au service de l'homme>Réseau de communication et d'échange>Portails et outils de collaboration>@MyNewsCenter* FranceWebAsso*,Offre de service numérique, Un nouvel arsenal d'aides, Des règles assouplies, Outre les aides, le gouvernement a pris des mesures de simplification, réclamées par les secteurs de la construction et de l'industrie notamment. : @FranceWeb,e-GlobalNetWork®>GlobalPartnersNetWork>VOIR ET ETRE VU ! > Le meilleur du Web au service de tous ses Lecteurs>Mettre l'information au service de l'homme>Réseau de communication et d'échange>Portails et outils de collaboration>@MyNewsCenter* FranceWebTop - Recherche Google SRU-Electronics>I wrote an App for You> NewsCenter for everyone :Moving from MVP / MVVM to MVI.''MyNewsCenterNavigator'', Your instant Connection to Local, Regional, National and World News 1 clic>Capture, collect, and share with your friends. : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect  SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect - events-conferences  Ing.StefanV.Raducanu »MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprises»Mon domaine se porte aussi loin que mon regard ! Sourire à la vie!»A Bright Future>Sagesse - franceweb  SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect - industry-links  StefanV.Raducanu,I wrote an App for You> NewsCenter for everyone - Recherche Google  Media Intelligence Poissy Smart City>La Ville Ouverte, l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>PoissyWebCitoyen>"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi">> Les Pisciacais ont la parole>Citoyenneté> "TheGrid" pour la France, - tic  SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect - mobile  SocSav21,Enrichissez vos relations humaines,Planifiez votre vie avec rigueur,Appréciez la vie que vous vivez,Concentrez-vous sur votre but et votre raison d’être : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. MADE IN HUMANITY> OnlyOneWorld> Keep Positive Attitude,How happy life would be if>FranceWebEverywhere>RaducanuWebCollection,The Happy Man>The Web of our life good and ill together>Madeleine et Stefan Raducanu>FranceWebAsso & FranceWebSharing, : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You  Industrie : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You..  Ing.StefanV.Raducanu,Président FranceWebAsso,INVITATION,La planète est mon village,E-GlobalNetWork > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in... The World is our Workplace. THE GLOBAL VILLAGE.Collaborate,Communicate,Connect.24/7/365,«La terre est notre Communauté» : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect  StefanV.Raducanu,I wrote an App for You> NewsCenter for everyone - Recherche Google Carrières-sous-Poissy : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You  SRU-Electronics : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect  Innovation : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You..  Blog : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect  FranceWebBack>>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu et ses créations:FranceWebBack,FranceWeb,e-GlobalNetWork®,FranceWebAsso,PoissySmartCityWebCitoyen,IDF,3B,SocSav21,MySelTab,SRU-Electronics, FranceWebSharing,MyNewsCenterNavigator,>MADE IN HUMANITY>OnlyOneWorld> : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect  eBusiness : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You  Un être culturel>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu>Dans le monde avec moi>SRU-Electronics>Special Research Unit> : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect  StefanV.Raducanu,I wrote an App for You> NewsCenter for everyone - Recherche Google L'homme qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres.Dipl.Ing.StefanV.Raducanu avec FranceWebAsso.Mes images Group.Know why, Know who, Know where, Know what.Communication, Exposants, Partenaires.Sensibiliser, informer, promouvoir.SocSav21Net : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect  PoissyWorldWide : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You  Amitié : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect  StefanV.Raducanu,I wrote an App for You> NewsCenter for everyone - Recherche Google The secret of the success" >AllianceNetWork>WorldNewsCenter>FranceWeb,eGlobalNetWork> We are the human Network, Serving the Planet with Breaking News : SRU-Electronics >Institut for International Research>21CenturyWebArchive>People, Region, Country, Firm, Department,..You !>MyNewsCenterNavigator>Know why, Know who, Know where, Know what>"The secret of the success">Learn,Meet,Discover,>Collaborate,Connect  Stefan V.Raducanu, I wrote an App for that - Recherche Google Services d'accessibilité | Assistance de Firefox The State of Cloud Adoption in Small and Medium-Sized Businesses A propos du Réseau : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. Unique, FranceWeb en un clic de souris, RECHERCHER,OBSERVER,METTRE EN LIEN,DIFFUSER, Produire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative et impulser les changements nécessaires par l’évolution de notre société. : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. FranceWeb Planète - Recherche Google Images FRANCEWEB group - Recherche Google Images Stefan Raducanu, Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble. - Recherche Google FranceWebAsso,RESEAU de l'apprendre>>Tous Président avec FranceWebAsso21> C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous ! Paradox>SocSav21"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi">Un groupe,des 4> Modèle d'un monde auquel chacun souhaite appartenir : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. Accueil : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. Internet et après ? - Dominique WOLTON Introduction à l’open data Research Cloud - Data for Search & Content Marketing Recherche - Institut des sciences de la communication MyNewsCenter>FranceWebAsso>PoissySmartCity>Parcoursup: Quelles sont les filières les plus demandées par les jeunes cette année? : MySmartPeopleGlobalVillage>La Ville Ouverte> l’humain au centre du dispositif>Ville intelligente et durable>FranceWebCitoyen>MediaIntel>Communauté virtuelle, site mobile, contenus contributifs> "TheGrid">ConnectedHomeSolutions for Wonderful Life>I,We,You Is There a DX Knowledge Paradox in Canada?  Présidentielle 2017: Democratech mise sur le Web pour organiser une primaire «indépendante et ouverte» - Decode Media  Democratech - Recherche Google 100, 1 000 ou 10 000 euros : comment (bien) investir dans des startups ? Ces startups françaises qui cartonnent au SXSW Le lexique de l’entrepreneuriat à impact - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises Le lexique de l'entrepreneuriat à impact Horoscope du jour Balance L'horoscope quotidien du jour pour : Gémeaux Personnes qui suivent Stefan V.Raducanu (@eglobalnet8) | Twitter (8) Actualités en rapport avec #Yvelines sur Twitter Yvelines : les agresseurs s’emparent d’une bague en diamant à 50 000 euros - Le Parisien https://l.leparisien.fr/HOs-X Saint-Germain-en-Laye : le Raid intervient chez un policier retranché à son domicile - Le Parisien https://l.leparisien.fr/5ID-h Hashtag #leadership sur Twitter Défi Revenus Passifs | Étape1 Mattress Sales | Home https://goo.gl/wefffz Statistiques d'activité sur Twitter pour eglobalnet8 Libérons la parole»« Pendant que Paris brûle, Macron fait du ski »A propos d’un prétendu droit d’ingérence dans les affaires d’un Etat tiers»Pourquoi Kadafi et pas la monarchie saoudienne ? bombardements démocratiques? : SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir>ln°1 de la collaboration en ligne>Humanité(s) Digitale(s)>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>A vos réseaux,eCitoyens !:Tous Président avec FranceWeb21 @ eCitoyen,Un pour Tous.Tous pour Un.Chacun pour Soi>I,We,You.. Twitter / Paramètres Twitter Twitter The European Capital of Smart Tourism 2020 - YouTube EU Growth - YouTube FranceWebSharing>SRU-Electronics>Enterprise and Industry>A Day in the World>MyNewsCenter>Advancing Manufacturing paves way for future of industry in Europe : @FranceWeb,e-GlobalNetWork®>GlobalPartnersNetWork>VOIR ET ETRE VU ! > Le meilleur du Web au service de tous ses Lecteurs>Mettre l'information au service de l'homme>Réseau de communication et d'échange>Portails et outils de collaboration>@MyNewsCenter* About SRU

L’information demain de la presse écrite aux nouveaux médias

Avec J.-L. Lepigeon, La Documentation française, 1979, 331 pages, Prix AFIN 1979 (Associations des Informaticiens français)

L'information demainLa radio et la télévision n’ont pas remis en cause la place de la presse écrite. Le sera-t-elle avec l’introduction massive de l’informatique dans la fabrication et la rédaction des journaux ? Et avec, demain, l’avènement des nouveaux médias ?

Telles sont les questions à l’origine de ce livre, qui analyse les transformations de la presse écrite quotidienne et leurs répercussions sur la fonction de journaliste et le statut de l’information.

En vingt ans, la presse écrite va en effet davantage changer qu’en un siècle. Quelles sont les conséquences de ce formidable bouleversement technique sur l’entreprise de presse quotidienne ? Quel sera l’élargissement du champ de l’information que permettront les vidéotex, les banques de données, les vidéodisques ?... Le papier, qui a longtemps été le support de l’information, sera-t-il supplanté par les nouveaux moyens électroniques ? Quel sera le rôle des journalistes dans le nouvel espace de l’information ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu