Avertir le modérateur

02/02/2018

Le pisciaçais,StefanV.Raducanu>PoissySmartCity,S.T.E.F.A.N.V.R.A.D.U.C.A.N.U»FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !«La terre est notre Communauté virtuelle» Nejib Ouerghi Pour un partenariat rénové

Le pisciaçais,PoissySmartCity,S.T.E.F.A.N.V.R.A.D.U.C.A.N.U»FranceWebAsso: C'est Moi, C'est VousC'est Nous «La terre est notre Communauté virtuelle»

FRANCE WEB MEDIA DIGITAL: Choisir entre qualité et visibilité

La Vie, La Vie ! , La Vie? La planète est mon village ! 

 C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

La méthode FranceWebAsso consiste à faire découvrir et acquérir à une personne la compréhension des enjeux, des opportunités et des solutions à travers une attentive observation des faits au lieu de l’abreuver de concepts savants ou de théories préconçues.

Lac Bleu Tania,Courchevel.jpg FRANCE WEB : POUR VOUS ET AVEC VOUS ! Parlez-nous de vous! Créer et partager... La méthode FranceWebAsso, La nouvelle société du Savoir comme le support des connaissances humaines et des communications dans les domaines techniques, économiques et sociaux ».

StefanV.Raducanu.jpgStefan V.Raducanu et son temps -> " Pure " est le mot-clé de cette journée

son nouveau monde du travail qui consistera à digérer une information devenue nourriture émotionnelle et cognitive, à traiter en permanence une somme de données toujours plus pléthorique, à gérer le simultanéité et tisser des liens en permanence, à mobiliser dans le cadre de son travail ses amis et les amis de ses amis... Bref, un nouvel état des lieux où l’environnement physique, social et juridique du travail aura totalement transmuté sous l’effet des nouvelles technologies.

L’information et les données ne connaissent pas de barrage, les smartphones traversent les murs, et les réseaux infiltrent les organisations. La transparence devient un dogme et une forme de maelström qui emporte tout sur son passage.

C'est grâce à vos abonnements que vous construirez votre fil d'actualité. Construire un bon fil est au cœur du fonctionnement de FranceWeb. En construisant un fil qui vous reflète ainsi que vos intérêts, vous verrez avec quelle rapidité FranceWeb devient une partie inestimable de votre vie.

La planète est mon village !

Ing.Stefan V.Raducanu, l'inconnu le plus puissant du monde, « aider la société à faire des choix aussi éclairés que possible grâce à la réflexion collective »

« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

Les jours du monde tel que nous le connaissons sont comptés.

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

Avec son projet stratégique, PoissySmartCity vision 2021, FranceWeb se donne pour mission d’être toujours présent pour connecter chacun à son essentiel et lui faire vivre une expérience unique au quotidien en concevant les services numériques qui lui permettent de profiter, en toute confiance de ce qui lui importe le plus.

Au lieu de partir de nous, des technologies, de nos offres, de nos blogs nous allons désormais partir du citoyen, de ses attentes et des aspirations. Il s’agit d’écouter puis d’agir pour fabriquer ensemble des solutions « sur mesure » qui répondent véritablement aux besoins de nos lecteurs.

Nous réaliserons notre ambition grâce à cinq leviers d’actions et une dynamique, celle d’une entreprise digitale efficace et responsable.

Offrir une connectivité enrichie
Réinventer la relation citoyen
Construire un modèle d’employeur digital et humain
Accompagner la transformation du client entreprise
La dynamique d’une entreprise digitale efficace et responsable

La mission spécifique de FRANCEWEB est à la fois plus restreinte et plus ambitieuse : penser la place des associations au sein du modèle politique français et formuler des propositions adaptées à un objectif central, l’institutionnalisation d’un objet encore mal identifié, le dialogue civil.

Les Sites FranceWeb, Portails et outils d'échanges, de collaboration et de travail.

Plates-formes collaboratives pour nourrir la connaissance, la productivité et l'innovation

Regardez nos meilleures offres ci-dessous dans votre poche
 Le futur dans votre poche avec un portable Android , tablette tactile ou smartphone..     

RECHERCHER – OBSERVER – METTRE EN LIEN – PRODUIRE – DIFFUSER

Dispatch.jpg
Produire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative et impulser les changements nécessaires par l’évolution de notre société.
Pour vous aider à réaliser vos projets et vos ambitions, nous mettons FranceWeb , à votre service

Le but de ces communautés, c’est d’avoir un espace pour créer des relations, partager, s’enrichir réciproquement avec informations, nouveautés, actualités, conseils, et tout ce qu’il est utile de partager et d’échanger.

PoissyWeb

Bonheur

FranceWeb

Web Gallery

Stefan de France

 VOIR ET ETRE VU !

Notre philosophie: Être les meilleurs dans ce que nous maîtrisons le mieux et ce que nous aimons faire.

Communication, Exposants, Partenaires,

"Héros anonymes"

stefan v.raducanu,webpiculteur,président francewebasso,place de réseaux,stefan et madeleine raducanu vous conseillent,comment devenir de plus en plus heureux,le lien (hypertexte) est l'essence du web,stefan raducanu,coach de votre destin numérique,fondateur d’e-globalnetwork est consultant et expert internation,spécialiste de ntic,travail collaboratif,créateur des portails b2b,b2c,b2x,km,stefan news press reader  personalized news agregator,your way to better search results,know why,know who,know where,know what. the know how to succeed,a propos de réseau francewebstefan v.raducanu,webpiculteur,président francewebasso,place de réseaux,stefan et madeleine raducanu vous conseillent,comment devenir de plus en plus heureux,le lien (hypertexte) est l'essence du web,stefan raducanu,coach de votre destin numérique,fondateur d’e-globalnetwork est consultant et expert internation,spécialiste de ntic,travail collaboratif,créateur des portails b2b,b2c,b2x,km,stefan news press reader  personalized news agregator,your way to better search results,know why,know who,know where,know what. the know how to succeed,a propos de réseau francewebL'acompagnement du changement"

stefan v.raducanu,webpiculteur,président francewebasso,place de réseaux,stefan et madeleine raducanu vous conseillent,comment devenir de plus en plus heureux,le lien (hypertexte) est l'essence du web,stefan raducanu,coach de votre destin numérique,fondateur d’e-globalnetwork est consultant et expert internation,spécialiste de ntic,travail collaboratif,créateur des portails b2b,b2c,b2x,km,stefan news press reader  personalized news agregator,your way to better search results,know why,know who,know where,know what. the know how to succeed,a propos de réseau francewebFranceWeb, Diaporama

Avec le n°1 mondial de la collaboration en ligne

TOUT CE DONT VOUS AVEZ BESOIN POUR DONNER VIE A VOS IDEES

"Je tire souvent ma force de mes rencontres avec des personnes ordinaires qui réalisent des choses extraordinaires",

"Par nous-mêmes, nous ne pouvons pas mettre fin aux guerres ou éliminer l'injustice. Mais l'impact cumulé de milliers de petites actions de bonté peut être plus grand que nous l'imaginons."

maximes,bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,rstefandefranceméditationsA propos de moi maximes,bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,rstefandefranceméditations   Stefan Raducanu - Offre

Nous vous aidons à faire votre sélection:

franceweb,international,local,national,régional,réseau internet interactif,e-globalnetwork,francewebasso,innovation,internet,internet citoyen,jeunesse,lmathieuwebcollection,management,métiers,mobile,numérique,onegloballocal,opportunités,partenaires,poissy social network,poissy ville durable,poissywebcitoyen,seniors,sru-electronics,web,work,yvelines,srweb,rsweb,rstefandefranceRejoignez la communauté maintenant

Bonjour, si vous visitez notre site pour la première fois, inscrivez-vous gratuitement à la newsletter mensuelle pour recevoir conseils. 

« La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer »

Présentation du projet architectural majeur du 21ème siècle

FRANCEWEB un instrument d’intelligence collective ! Un état d'esprit

FRANCEWEB c’est d’abord et avant tout une attitude.

FWmultilingue.jpg

Une attitude face à Internet, aux bases de données, à l'accès à l'information.

Une attitude  face à nos membres et à nos partenaires. Une attitude face au progrès et à l'avenir.

FRANCEWEB, c'est aussi l'ambition de transformer une masse de données brutes en information facilement accessible et exploitable par tous , en tout point du globe, quelle que soit la langue utilisée.

FRANCEWEB, c'est enfin la certitude de contribuer à intégrer chacun dans un  monde d'information  réellement partagée.

FRANCEWEB n'est pas seulement un portail, un annuaire, un moteur de recherche, une communauté virtuelle, un forum, un site de marques, simple interface, ou un magnifique outil de marketing personnalisé...C’est tout en un. C’est un état d’esprit…Réussir l’impossible.

FRANCEWEB est le n°1 mondial de la collaboration en ligne pour les entreprises, professions libérales, artisans, solos, commerçants, associations, collectivités et organismes publics et parapublics, personnalités, experts financiers et juridiques, des industriels, du monde du Multimédia, des institutionnels et industriels de la Société de l'information, des responsables de réseaux, des fournisseurs de contenus, des sociétés de télé services, des représentants d'usagers, de villes, de régions de différentes parties du globe.

FRANCEWEB s'inscrit dans le droit fil du développement de la Société de l'Information à travers le territoire favorisé par les collectivités locales et de l'appropriation des usages de l'Internet par les PME, particuliers et professionnels. 

Le but d’aider au développement durable par les T.I.C. au travers de la société francophone en réseau et de l’économie de la connaissance.

Son objectif est de faciliter échanges et réflexion prospective, aux niveaux français, européen et international, dans les domaines de la science, de l’industrie et de la culture. Egalement de mettre en place une nouvelle culture entrepreneuriale et à faire de la France  un laboratoire du futur.

PUBLIC CONCERNÉ

Responsable RH, Responsable fonctionnel, Responsable de formation, Directeur Organisation, Directeur d'unité, Responsable Veille & Intelligence Economique, Responsable d’Equipe R&D, Chef de projet SI et KM, Responsable de la Fonction Publique et des Collectivités Territoriales, Responsable intranet et Webmestre senior, les entreprises, les organismes financiers, les consultants, les représentants des collectivités locales aux institutions diverses, les porteurs de projets, les instances régionales, nationales et européennes  , entrepreneurs, représentants d’usagers, citoyens  de villes, de régions de différents parties du globe.

Mission

Développer des réseaux de savoirs

Accroître les compétences 
Valoriser l'économie

Réinventer un monde plus collaboratif en devenant un e citoyen.

Le développement de la société en réseau, de l'économie du savoir et de la connaissance, au niveau local, régional, national et international, par une dynamique individuelle, nous a propulsés dans la mobilisation de l'intelligence collective. Tant à l'échelle des entreprises ou des administrations qu'à celle des régions ou même des nations, la tension vers l'intelligence collective supposant une attention nouvelle portée à l'humain en tant que tel. Lorsque l'on fait appel à toutes les ressources affectives et intellectuelles des personnes, quand on doit susciter des capacités d'écoute et d'attention à l'autre, si l'interconnexion planétaire et les rétroactions sociales suscitent des jeux où l'on gagne d'autant plus que le partenaire gagne, alors la concurrence se déplace sur le terrain éthique. Il faut organiser des programmes d'apprentissage interne pour stimuler la prise de conscience, la culture et l'enthousiasme stratégique ; infuser des valeurs organisationnelles et des principes éthiques à l'appui .

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Le travail collaboratif n’est pas obligatoire, il est incontournable. Les méthodes et outils pour collaborer, intégrer, formaliser, organiser, représenter et disséminer ce savoir, cette expertise et ces connaissances existent.

FRANCEWEB est organisé pour vous permettre de maîtriser ces méthodes et outils et de placer ainsi la e-collaboration au coeur de la compétitivité, de la création de valeur et de l'innovation de l’entreprise. Illustré par de nombreux cas concrets et s'appuyant sur l'expérience des membres, FRANCEWEB s'attache à développer une pédagogie de partage et de formalisation pratique exemplaire qui fait le succès reconnu de ces espaces de travail collaboratif. FRANCEWEB favorise les échanges économiques, sociaux et culturels d'entreprises et territoriaux, le travail en réseau et met à la disposition de ses membres tout le savoir, afin de les aider concrètement dans leur développement.
Repérer ces savoirs, les enrichir, les développer; organiser le partage, leur cross fertilisation, leur inter multiplication pour accroître la création de valeur au service de l'individu, entreprise ou territoire, voilà l'ambition du FRANCEWEB.
Cette grande ambition se concrétisera si chacun d'entre nous, élu, décideur, chef d'entreprise, enseignant, citoyen est capable de la prendre à bras le corps, faisant preuve d'audace sur le plan créatif et que nous engagions des actions encourageantes pour les générations futures.

L'Association agit en vue de rassembler :
- Des personnes privées porteuses de projets
- Des Start up ou jeunes pousses
- Des entreprises, grandes ou moyennes
- Des organismes financiers
- Des consultants
- Des représentants de collectivités locales ou d'institutions diverses

Vocation

FRANCEWEB est un réseau à vocation locale, régionale, nationale, internationale.

Les missions sont les suivantes :

- Développer les courants d’affaires entre les adhérents

- Favoriser les rencontres et les échanges entre des membres ayant les mêmes préoccupations

- Regrouper les compétences pour répondre à des appels d’offres (création de "clusters")

- Privilégier et développer les conditions d’une économie locale, régionale, durable, ouverte vers les marchés nationaux et internationaux

- Contribuer au maintien des jeunes diplômés dans notre pays et nos entreprises

- Réfléchir au lien social et à l’importance de ce lien dans nos entreprises en utilisant la dynamique de l’identité culturelle de notre pays et en conciliant vie privée et vie professionnelle

 Son Programme

Son programme, pragmatique et ambitieux, vaste chantier concernant les ressources humaines, s’inscrit dans le droit fil de la société de l’information, à travers les territoires, favorisé par l’approbation des usagers de l’Internet et les forces vives de la collectivité (habitants, associations, entreprises, structures, réseau de l’éducation etc.) : cette pluralité des acteurs économiques permettant la complémentarité des approches des savoir-faire et des modes d’intervention indispensables à une mise en œuvre opérationnelle du développement durable dans la nouvelle société du savoir et de la connaissance. FRANCEWEB est à la recherche de partenaires ayant une forte expérience, ainsi que des compétences gravitant autour de trois pôles : social, économique, technologique.

 FRANCEWEB et la FRANCOPHONIE,

 Utilisation collective d'Internet

IMPLIQUER TOUS LES CITOYENS DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION

L'émergence rapide d'une « société de l'information et de la connaissance » mondiale modifie notre façon de vivre, d'apprendre, de travailler et de communiquer. L'explosion dans la libre circulation de l'information et des idées a apporté la connaissance et ses applications infinies à des millions de personnes, créant de nouvelles possibilités de choix et de nouvelles chances dans certains des domaines les plus fondamentaux de l'activité humaine.
Cependant, trop d'habitants de notre planète restent à l'écart de cette révolution. Un " fossé numérique " menace de creuser encore l'écart entre les riches et les pauvres, au sein de nos pays et entre eux. Les enjeux sont considérables. L'accès rapide aux données et informations peut aider à promouvoir le commerce, l'emploi, la santé et l'éducation. L'ouverture est un autre pilier de la société de l'information et un ingrédient essentiel de la démocratie, de la bonne gouvernance et de la responsabilité publique. Enfin, l'information et la connaissance sont au cœur des efforts qui visent à renforcer la tolérance, la compréhension mutuelle et le respect de la diversité.
FRANCEWEB offre une occasion unique de définir l'avenir de la société de l'information pour que tous puissent en profiter.
FRANCEWEB aide à mieux comprendre comment la révolution de l'information transforme nos sociétés.
Mais surtout,
FRANCEWEB constitue une plate-forme pour développer une vision partagée des moyens de mettre en place une véritable société de l'information sans exclusion et au service de tous les habitants de notre planète. Le défi est de taille : alors qu'il n'existe qu'un point d'accès à Internet pour cinq mille sept cents personnes au Cameroun, ou pour vingt-cinq mille au Niger, la moyenne mondiale est de un pour quarante, et celle de l'Europe et de l'Amérique du Nord de un pour trois…
Pénalisés par cette carence en infrastructures, par le coût d'accès trop élevé, et un niveau de formation insuffisant, les pays francophones du Sud se retrouvent aussi marginalisés, faute de pouvoir faire vivre leur propre culture sur la Toile. C'est pourquoi, favoriser la production endogène dans et par les pays du Sud de contenu sur la Toile, représente un axe important de la coopération francophone en matière de nouvelles technologies. Celle-ci s'appuie principalement sur la formation, le développement de l'utilisation de logiciels libres et le soutien financier à travers le Fond francophone des inforoutes. Autre enjeu essentiel que
FRANCEWEB envisage de défendre : la préservation de la diversité culturelle, et le rayonnement de la langue française, à travers le monde.
FRANCEWEB apportera une contribution importante au développement et à la paix dans le monde. Nous devons tout faire pour qu'elle soit couronnée de succès.

FRANCEWEB est spécialement pensé pour répondre aux attentes de tous les acteurs des différents secteurs de la société de l'information et de la connaissance. Ce réseau constitué de multiples branches construites, par les partenaires, de façon indépendante les unes des autres, interconnectées. Cette architecture permet des connexions de bout en bout plus rapides et plus stables, un Internet de deuxième génération.

FRANCEWEB réunit des leaders politiques et des dirigeants du secteur privé, de la société civile et des médias.

L'association se donne donc pour objectifs d'informer, encourager conseiller accompagner et de :
-promouvoir un espace d'échanges, de pensée, d'exploration des nouveaux usages et de nouvelles formes d'organisation, pour créer des valeurs suscitées par les T.T.C. ( technologies de travail collaboratif )

-partager et promouvoir les meilleurs usages internationaux des systèmes ouverts, d'Internet et du e-business,
-partager et améliorer la compréhension des technologies les plus avancées,
-agir pour permettre leur accès au plus grand nombre,
-Créer et animer des communautés virtuelles et des forums sur Internet
-informer les membres sur l'évolution des outils, des tendances, des nouveaux modèles,
-anticiper les évolutions de l'environnement économique, susciter le goût d'entreprendre,
-sensibiliser aux enjeux stratégique et économique d'Internet,
-permettre un accès simplifié à l'information
-enrichir les compétences de chacun, favoriser l'épanouissement personnel

Définir le périmètre stratégique de la performance globale de la France 

Services uniques à la pointe pour que vous soyez plus compétitif.

26/01/2018

FRANCE WEB MEDIA DIGITAL: Choisir entre qualité et visibilité,C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !Un rapport de la Columbia Journalism Review fait un état des lieux des enjeux soulevés par l’intrusion des grandes entreprises de l’économie numérique

Stefan V.Raducanu et son temps -> " Pure " est le mot-clé de cette journée->Pas besoin d’être un mastodonte pour réussir sa transition numérique>Des métiers contradictoires>La planète est mon village !“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source !

FRANCE WEB MEDIA DIGITAL: Choisir entre qualité et visibilité

La Vie, La Vie ! , La Vie? La planète est mon village ! 

 C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

La méthode FranceWebAsso consiste à faire découvrir et acquérir à une personne la compréhension des enjeux, des opportunités et des solutions à travers une attentive observation des faits au lieu de l’abreuver de concepts savants ou de théories préconçues.

Lac Bleu Tania,Courchevel.jpg FRANCE WEB : POUR VOUS ET AVEC VOUS ! Parlez-nous de vous! Créer et partager... La méthode FranceWebAsso, La nouvelle société du Savoir comme le support des connaissances humaines et des communications dans les domaines techniques, économiques et sociaux ».

StefanV.Raducanu.jpgStefan V.Raducanu et son temps -> " Pure " est le mot-clé de cette journée

son nouveau monde du travail qui consistera à digérer une information devenue nourriture émotionnelle et cognitive, à traiter en permanence une somme de données toujours plus pléthorique, à gérer le simultanéité et tisser des liens en permanence, à mobiliser dans le cadre de son travail ses amis et les amis de ses amis... Bref, un nouvel état des lieux où l’environnement physique, social et juridique du travail aura totalement transmuté sous l’effet des nouvelles technologies.

L’information et les données ne connaissent pas de barrage, les smartphones traversent les murs, et les réseaux infiltrent les organisations. La transparence devient un dogme et une forme de maelström qui emporte tout sur son passage.

C'est grâce à vos abonnements que vous construirez votre fil d'actualité. Construire un bon fil est au cœur du fonctionnement de FranceWeb. En construisant un fil qui vous reflète ainsi que vos intérêts, vous verrez avec quelle rapidité FranceWeb devient une partie inestimable de votre vie.

La planète est mon village !

Ing.Stefan V.Raducanu, l'inconnu le plus puissant du monde, « aider la société à faire des choix aussi éclairés que possible grâce à la réflexion collective »

« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

Les jours du monde tel que nous le connaissons sont comptés.

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

Aux miens,Unique,Bonheur en un clic de souris, Ing.StefanV.Raducanu,Ce que j’entreprends doit me survivre. Culture, Style, et Moi, Tout a sa beauté, mais tout le monde ne le voit pas,«Regardez le cadeau que ce pays m'a offert!»

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

Ne me regardez pas ! Regardez avec moi ! bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,sruelectronics,francewebasso,rstefandefrance,articles,agregator,stefanraducanublogueur

Ma vie se digitalise !

La « digitalisation du monde » va révolutionner nos vies et obliger les entreprises à revoir complètement leur façon de travailler et de s'organiser. Dans ce blog sont analysés de nombreux secteurs d'activité (la santé, l'éducation, l'industrie, la banque, l'automobile, le sport, l'assurance ...) et les impacts pour le monde économique et les gouvernements, mais aussi pour les clients, les salariés et les citoyens que nous sommes.

Ma vision est qu'il s'agit d'un rôle temporaire : avoir une stratégie digitale n'est pas le but, il faut avoir une stratégie de leader dans un monde qui se digitalise.

Ce blog permet, avec des exemples concrets, d'aborder les thèmes clés liés à cette révolution : les nouveaux marchés qu'elle va créer et les dangers qu'elle laisse planer. Mon blog vous offre des clés pour comprendre ce nouveau monde, tirer profit de ces nouvelles opportunités et anticiper cette révolution à laquelle nous ne pourrons pas échapper.

Un blog pour changer d'époque !!!!!

“C'est la personne humaine, libre et créatrice qui façonne le beau et le sublime, alors que les masses restent entraînées dans une ronde infernale d'imbécillité et d'abrutissement.”

Pas besoin d’être un mastodonte pour réussir sa transition numérique. En Suède, le journal de la ville de Skellefteå (35 000 habitants) s’est repensé en pilier de la communauté et organise désormais des évènements en plus de son activité purement média. Médiapart ou Valeurs Actuelles sont différents en tout, sauf dans leur modèle d’affaire: les deux montrent que l’on peut vendre du contenu et en dégager un bénéfice si l’acte d’abonnement devient un acte d’adhésion à une vision politique.

Comment une industrie a raté le virage des données et du numérique

Des métiers contradictoires.pdf

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu»Webpiculteur»

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu - MyNewsCenterNavigator

Un noble bénevole->Dipl.Ing.StefanV.Raducanu ->Collaborer...

Parlez-vous digital?>>eCitoyen>Dipl.Ing.StefanV.Raducanu ...

Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu : FranceWebAsso > Société du Savoir .

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu, Le Pisciacais, avec le blog de lDF

PoissySmartCity.Stefan Raducanu, coach de votre destin numérique ...

MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance"

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu >Suivez la voie du cœur! Soyez aimable .

Ing.StefanV.Raducanu - RSSing.com

Poissy Web - Google+

« Eduquer autrement et créer une école idéale »C’est une première en France ! PoissySmartCity&FranceWebAsso,Yvelines Numériques,MyNewsCenterNavigator;Ces actualités peuvent vous intéresser

Presse

Snapchat, Facebook, Google… que font-ils au journalisme ?

Article  par  Benjamin LAGUES  •  Publié le 18.01.2018  •  Mis à jour le 18.01.2018
 
 
Snapchat, Facebook, Google… que font-ils au journalisme ? Yann Bastard
Un rapport de la Columbia Journalism Review fait un état des lieux des enjeux soulevés par l’intrusion des grandes entreprises de l’économie numérique (Facebook, Google…) dans le journalisme. Nous avons confronté les rédactions des médias français aux conclusions de ce rapport.

Sommaire

Égoutiers de l’Internet ?

Thriller d’espionnage

La focalisation sur Moscou ne joue pas seulement en faveur du camp Clinton. Elle coïncide également avec les intérêts de la fraction de l’appareil d’État qui rejette la perspective, longtemps défendue par M. Trump, d’une amélioration des relations entre Moscou et Washington, et qui agite les épouvantails de la guerre froide pour y faire obstacle (4). Les enquêtes à répétition et les fuites anonymes constituent aussi un moyen de réfréner les dispositions prêtées à un président fantasque dont la rhétorique anti-interventionniste — de toute évidence une ruse électorale — a effrayé les pontes de la diplomatie américaine tout au long de la campagne présidentielle. Avide de clics et d’audience, l’industrie des médias a quant à elle flairé l’aubaine : un thriller d’espionnage digne de Hollywood, d’autant plus séduisant aux yeux d’une partie du public qu’il entretient son espoir de voir le président honni frappé de destitution.

La combinaison de ces facteurs explique que, dans l’affaire du « Russiagate », les règles élémentaires du travail journalistique soient traitées avec une franche désinvolture. On reprend telles quelles des informations non vérifiées, on isole et dramatise les éléments qui vont dans le bon sens tandis que l’on minore ou ignore les autres. Bien souvent, les rebondissements croustillants annoncés en « une » se révèlent beaucoup moins spectaculaires, voire inexistants, sitôt qu’on lit l’article qui s’y rapporte. À défaut de sources fiables et de faits établis, on colmate alors les brèches à coups de tournures hypothétiques — « il semble que », « on ne serait pas surpris si », « sans doute », « probablement » — et de conditionnels.

Accueillis initialement comme parole d’évangile, nombre de récits qui ont accrédité la thèse d’une collusion entre le Kremlin et l’équipe de campagne du candidat républicain mettent à présent en danger ce fragile édifice narratif. On a amplement glosé par exemple sur la lettre d’intention dans laquelle le candidat républicain, au beau milieu de sa campagne, proposait aux dirigeants russes de construire une tour Trump à Moscou. L’intermédiaire choisi pour cette négociation, le promoteur — d’origine russe — Felix Sater, eut l’imprudence de certifier à l’avocat de M. Trump, M. Michael Cohen, qu’une telle opération aiderait le milliardaire à remporter l’élection. « Je vais mobiliser Poutine sur ce projet et on va faire élire Donald Trump », plastronnait ainsi M. Sater dans un courriel, avant de préciser ce qu’il entendait par là : selon lui, les électeurs ne pourraient qu’admirer la capacité de M. Trump à conclure une affaire immobilière avec l’« adversaire le plus coriace » des États-Unis.

Toutefois, le New York Times (28 août 2017) devra l’admettre, « rien ne prouve que les promesses de M. Sater aient été suivies d’effet. Un courriel suggère d’ailleurs qu’il a exagéré ses liens avec la Russie. En janvier 2016, M. Cohen écrit au porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri S. Peskov, pour le prier de réactiver le projet de tour Trump, resté en suspens. Mais M. Cohen ne semblait pas avoir l’adresse électronique de M. Peskov, puisqu’il a envoyé son courriel à une adresse collective destinée aux demandes de presse. Le projet n’a jamais reçu d’autorisation gouvernementale ni de financement, et fut abandonné quelques semaines plus tard ».

De son côté, M. Peskov assure avoir fini par prendre connaissance du courriel de M. Cohen, mais ajoute qu’il n’y a pas répondu. L’histoire aurait justifié le soupçon d’un conflit d’intérêts, M. Trump étant accusé d’avoir cherché à négocier l’extension de son empire immobilier en Russie au moment précis où il chantait les louanges de M. Poutine dans ses meetings. On voit mal cependant en quoi un contrat qui n’a jamais vu le jour serait plus digne de considération que ceux, bien réels, qu’a décrochés M. Trump en Turquie, aux Philippines ou dans le golfe Arabo-Persique.

Le poids de l'impôt dans la décision de travailler ne doit pas être sous-estimé.

Les Français paraissent définitivement fâchés avec le travail. Samedi dernier, ils étaient des centaines de milliers à défiler dans les rues pour réclamer « du temps pour vivre ". Ils triment à peine 1.500 heures par an. Sorti voilà quarante ans, le tube d'Henri Salvador semble avoir modelé les mentalités collectives : « Le travail, c'est la santé / Rien faire, c'est la conserver / Les prisonniers du boulot / Font pas de vieux os. » L'auteur de ces paroles immortelles, Boris Vian, a d'ailleurs montré le mauvais exemple en passant l'arme à gauche à moins de quarante ans après une existence incroyablement prolifique de romancier, trompettiste, chansonnier et ingénieur.

Pour les économistes, cette oisiveté tricolore, qui déteint sur le reste de l'Europe, est plus qu'un mystère. C'est un objet de débat très sérieux, y compris de l'autre côté de l'Atlantique. Il peut se résumer simplement : sommes-nous des lézards nonchalants ou des citrons pressés ? Autrement dit, travaillons-nous peu parce que nous l'avons choisi ou parce que nos revenus sont trop taxés ? Ou, en langage raffarinien, parce que nous ne gagnons pas vraiment plus quand nous travaillons plus ?


En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/11/02/2005/LesEchos/19349-065-ECH_pourquoi-les-francais-sont-devenus-des-lezards.htm#wIESctc2OUH7FSe4.99

Un exemple pour Bruxelles.
                      On en parle peu, mais le fait mérite d'être souligné.
   D'une situation économique très critique après la crise de 2008, on assiste à une remontée discrète mais notée comme remarquable par maints observateurs.
  Un virage dû à des choix politiques qui redonnent vie à un pays jugé naguère exsangue.
    Un improbable redressement s'esquisse là-bas avec des signes encourageants, qu'on peut considérer comme un camouflet au culte de l'austérité de Merkel et Bruxelles, grâce à des mesures misant sur le pouvoir d'achat :

    " ...le salaire minimum a été augmenté en 2016 puis en 2017. En parallèle à cela nous avons assisté à une baisse des cotisations employeurs de 23 à 22%. Enfin, le gouvernement n'a pas lésiné sur le plan de relance du pouvoir d'achat : hausse des retraites et allocations familiales, renforcement du droit du travail, baisse des impôts pour les salaires les plus modestes, arrêt net des privatisations... Pour clore le tout, le Portugal a compris qu'il ne servait plus à rien d'essayer de concurrencer les pays de l'est à bas coûts, donc, on est monté en gamme, dans l'industrie et dans le tourisme. Un point dont la France devrait s'inspirer : la montée en gamme du pays et des politiques de stimulation de la demande, conjointement à un simple abaissement des charges des entreprises...
   Le Portugal, qui revient de loin, montre l'exemple.
             Une politique anti-austérité qui fonctionne, malgré une situation encore en demi-teinte.
    Le Portugal a démontré depuis 2 ans, qu'une politique — inverse aux politiques austéritaires, et donc basée sur une relance par la demande et l'amélioration des protections sociales — pouvait fonctionner. Ce que le FMI avait déjà confirmé en 2016 en annonçant à propos de la Grèce que "l'austérité ne fonctionnait pas"....
   On fait le ménage.
 Les années de cauchemar sont passées pour un pays qui côtoyait une quasi économie de guerre.
   Les dérapages en chaîne sont neutralisés.
     Certaines affaires semblent oubliées.
 __ Certes, le malade n'est pas encore guéri définitivement, mais le rétablissement est en bonne voie, avec un taux de croissance qui fait rêver les pays voisins.
  Un exemple pour la France à bien des égards :
      La fin de la politique d'austérité, qui a mené à un miracle économique sans que le tourisme, florissant, soit devenu l'élément déterminant.

   "...Selon le ministre de l’économie Manuel Caldeira Cabral, le Portugal est enfin libéré du carcan de la politique d’austérité. En rassurant les citoyens en leur garantissant qu’ils ne subiraient plus de coupes dans leurs pensions ou leurs allocations, et en permettant aux salaires d’augmenter, le gouvernement a reconquis la confiance des entreprises comme des investisseurs. Au cours du dernier trimestre, les investissements ont augmenté de 10 %, les exportations de 9 %, des pourcentages supérieurs à ceux des Pays-Bas et de l’Allemagne. La relance d’une industrie laissée pour morte..."

29/12/2017

Dans un monde qui bouge et continuera à bouger, ne rien faire, rester sur le statu quo est encore plus risqué.Vous aussi, partagez vos idées avec les lecteurs des Echos, C’est l’Etat qui «impose à la société ses volontés»

Ce qui empêche la France de se réformer

LE CERCLE/POINT DE VUE - Il existe dix poisons qui entravent l'engagement et la réussite des réformes en France. Tour d'horizon.

En ces temps de début de quinquennat, les réformes sont à l’ordre du jour. Après la moralisation de la vie publique et le Code du travail, l'exécutif planche déjà sur celle de l'assurance-chômage.

Seulement, il y a quelques jours, en marge de son déplacement en Europe de l'Est, Emmanuel Macron a déclaré que «La France n'est pas un pays réformable, les Françaises et les Français détestent les réformes. Dès qu'on peut éviter les réformes, on ne les fait pas. C'est un peuple qui déteste cela. Il faut lui expliquer où on va, et il faut lui proposer de se transformer en profondeur...»

Il est vrai que dans notre histoire, notamment depuis la Révolution de 1789, il a fallu attendre et atteindre des extrêmes (difficultés économiques, défaites militaires…) pour avoir le sursaut de la transformation. Pour tous ceux qui ont à initier et piloter des processus de réforme, de transformation, il est important de connaître les dix poisons qui entravent l’engagement et la réussite des réformes. Cela pourra les aider à s’en prémunir et à mettre en oeuvre les antidotes efficaces.

1. La défiance

Toute réforme ou changement se trouve fortement compromis si l’on ne fait pas confiance à ceux qui les initient et les portent (politiques, dirigeants, managers.. ). La confiance concerne aussi bien l’honnêteté que la compétence, on peut résumer cela par la crédibilité.

2. La carence de sens

Le deuxième poison, c’est la carence de sens, c’est-à-dire la non-connaissance et/ou la non-compréhension des raisons pour lesquelles la réforme est initiée. Ajoutons-y les enjeux, les contraintes à intégrer, les opportunités à saisir.

Lire aussi : Macron : six réformes sociales en 18 mois

Cela intègre aussi la pertinence du changement : son utilité, sa nécessité voire son caractère incontournable. Faute de sens, le changement ne sera ni accepté ni intégré par ceux qui sont impactés par sa mise en oeuvre.

3. L’iniquité de la réforme

Si ceux ou certains de ceux qui sont impactés par la réforme, le changement y perçoivent de l’iniquité, il y aura rejet et parfois rejet violent. Cette dimension est extrêmement sensible aujourd’hui. Lorsque l’on demande des efforts, encore faut-il qu’ils soient équitablement répartis.

4. La dictature du court terme et des solutions simplistes

Dans les entreprises comme au niveau des nations, c’est souvent la vision à court terme qui l’emporte. Cela peut être lié à la pression des actionnaires, au comportement cynique de certains investisseurs et fonds de pensions, aux jeux politiciens, voire à la démagogie.

Très souvent, cette myopie s’accompagne d’une absence de vue d’ensemble et d’une impasse sur les conséquences à plus long terme. Les solutions simplistes (et souvent démagogiques) se traduisent par des formules du type : «Il suffit de», «y’a qu’à», «faut qu’on»...

5. Le déni de réalité

Beaucoup de réformes nécessaires ne sont pas engagées, car les responsables concernés, avec parfois la complicité de ceux qui seront impactés, refusent de voir une réalité perçue comme dérangeante, inconfortable. Cela notamment lorsque le changement bouscule les habitudes, remet des avantages acquis en cause. Lorsque la réalité ne correspond ni à nos désirs, ni à nos croyances, ni à nos opinions, ni à nos valeurs, nous avons une tendance naturelle à l’occulter.

C’est ce que le psychosociologue Leon Festinger appelle la «dissonance cognitive». Il a montré que le besoin de cohérence personnelle l’emporte presque toujours sur la réalité, si cette dernière la remet en cause.

Pour engager les réformes nécessaires, il faut accepter de voir la réalité telle qu’elle est. Tôt ou tard, elle se rappelle à notre bon souvenir et les problèmes qui existaient n’ont souvent fait qu’empirer. La politique de l’autruche mène nécessairement dans des impasses. Nier la réalité, ne l’efface pas.

6. L’illusion que les choses finir par s'arranger

L’illusion est une sorte de cousin germain du déni de réalité. Ici, le problème, la difficulté voire les risques sont identifiés, mais on décide de ne pas agir. On vit dans «l’illusion» que les choses finiront bien par s’arranger. Ça peut arriver, mais le plus souvent les choses empirent.

C’est typiquement la posture de certains économistes et dirigeants qui pensent que de toute façon le marché finit par s’auto-réguler. Les crises de 1929 et 2008 ont montré les limites d’une telle approche. Laisser pourrir les problèmes est rarement la bonne solution.

7. L’absence de courage des réformateurs

Engager certaines réformes n’est pas sans risques pour ceux qui les initient. Il peut y avoir des oppositions (conflits sociaux, grèves…). Dans les réformes d’ampleur, il y aura nécessairement des contestataires, des opposants. Il faut l’accepter et ne pas renoncer.

Comme l’avait dit Antoine Veil dans une émission de télévision : «Après les Trente Glorieuses, il y a eu les trente somnolentes.» Le courage a manqué à de nombreux dirigeants. Quand on dirige (politiquement, économiquement notamment) ce qui sera au final le plus reproché, c’est l’inaction, le renoncement.

8. L’enfermement idéologique

C’est l’enfermement dans un système de représentation du monde ou de ce que devrait être le monde. L’idéologie entraîne une rigidité : tout ce qui ne rentre pas dans le moule idéologique est rejeté.

En politique, cette rigidité est souvent maintenue au nom d’un avenir meilleur, voire idéal et parfait. Cette posture entraîne inéluctablement une déconnexion d’avec le réel. L’idéologie produit donc des solutions inadaptées, donc des résultats désastreux.

Pour se maintenir au pouvoir, les tenants de l’idéologie n’ont d’autre solution que de mettre en place des systèmes de pouvoir autoritaires, voire totalitaires dans l’univers politique.

L’enfermement idéologique est notamment dangereux par le fait qu’il donne l’illusion qu’on détient la solution et qu’en dehors de cette solution, il n’y a pas d’autres alternatives. Et, si ça ne marche pas, ce qui sera généralement le cas, on invoquera des causes extérieures : trahison, sabotage, bouc émissaire, complot, conjoncture…, bref on recherchera des coupables.

9. Le recyclage des solutions du passé

Puisque ça n’a pas marché, recommençons-le ! C’est un comportement extrêmement fréquent tant dans l’univers politique que dans celui de l’entreprise. On ne reproduit pas forcément exactement la même chose, on fait de petits aménagements, de petites restructurations, mais le fondamental de la démarche, de la solution reste le même. Assez souvent, ces solutions ont marché dans le passé, mais le monde, le contexte ayant changé, il faut inventer autre chose.

10. La solution unique et définitive

Penser qu’il n’y a qu’une solution revient à un enfermement et à une limitation des possibles. Les problématiques que nous avons à résoudre dans l’univers politique et entrepreneurial sont généralement complexes. Il faut donc s’obliger à rechercher des solutions possibles (qu’on discriminera ensuite à l’aide de critères : coût, faisabilité…), ce qui suppose des démarches participatives où l’on promeut l’intelligence collective.

Attention aussi au fait de croire qu’on a réglé une problématique une fois pour toutes. Dans un monde en dynamique permanente de changement, c’est une profonde illusion. En réalité, toute solution ou mix de solutions est à considérer comme nécessairement imparfait et provisoire. Peut-on sérieusement croire qu’on va résoudre une fois pour toutes et de façon parfaite les questions de croissance, de chômage, de délinquance…

Il faut donc évaluer dans la durée l’efficacité des solutions retenues et savoir remettre sur le métier quand leurs résultats s’altèrent. Il faut également rester conscient du fait que la résolution (temporaire) d’un problème n’empêche pas le surgissement de nouveaux problèmes. Il convient également de s’interroger non seulement sur les effets supposés bénéfiques d’une solution, mais aussi sur ses possibles effets pervers.

Conclusion

Conduire la réforme, le changement, ce sont des démarches extrêmement difficiles et à haut risque. Dans un monde qui bouge et continuera à bouger, ne rien faire, rester sur le statu quo est encore plus risqué.

Nous n’avons d’autre choix que d’accepter, sous réserve de leur pertinence, la nécessité de la réforme, du changement. Ne pas se faire piéger par l’un ou plusieurs des poisons évoqués aidera à se donner plus de chances de réussite. C’est aussi accepter le principe de la prise de risque, car comme le notait Wladimir Wolf Gozin : «Vivre prudemment, sans prendre de risques, c’est risquer de ne pas vivre !»

Marc-Alphonse Forget est consultant, coach et formateur auprès de grandes entreprises et de structures publiques

Vous aussi, partagez vos idées avec les lecteurs des Echos

Je contribue

La France souffre d’une oligarchie qui l’empêche de se réformer

Les cinq raisons qui empêchent la France de se réformer !
B
ien que le pays soit en ébullition, l'élite française reste figée dans une immobilité notoire. Quelques exemples historiques justifient l'incapacité de l’élite française à faire face à la crise actuelle.

L'autocritique (1), qui n'est pas la force du président François Hollande, montre cependant l'incapacité des élites françaises à dire au revoir aux chimères historiques.

Cela fait déjà quatre fois que la France a réussi, dans des situations dramatiques, à trouver une échappatoire à une crise existentielle. C’est plus surprenant encore si l’on considère la rigidité notoire avec laquelle l'élite parisienne s’est opposée à toute réforme ou, si elle s’est réveillée, a capitulé dès le premier signe de résistance. On peut mettre cela sur le compte d’un calcul tactique, d’une arrogance collective ou d’une vision erronée. Cependant, il est instructif d’analyser l'expérience historique unique de la mentalité française.

1 Le centralisme

Jusqu'à la fin du Moyen-Age, la France était un ensemble de pièces rapportées sous la coupe de différents seigneurs. Le plus grand propriétaire foncier dans le pays était le roi d'Angleterre. Le droit à sa succession déclencha la guerre de Cent Ans qui ruina presque la France.

Bien que les archers anglais décimassent la chevalerie française dans plusieurs batailles, les rois de France réussirent à reprendre peu à peu le contrôle de plusieurs provinces. Avec l'augmentation des impôts, ils recrutèrent des soldats et les rendirent indépendants des droits seigneuriaux. Avec l’émergence de ce pouvoir centralisé non seulement les armées anglaises furent vaincues, mais aussi les revendications de l'aristocratie. A la fin de la guerre, en 1450, de ce conglomérat de pouvoirs divergents émergea un régime politique dont les frontières préfiguraient celles de l'État-nation. La monarchie était devenue le centre du pouvoir et Paris sa capitale.

Mais ce centralisme, qui devint le modèle des dirigeants de l'Occident, était loin d'être parfait. Dans la lutte contre la Bourgogne et l'Empire espagnol de nombreuses conquêtes furent perdues à nouveau.

2 L’absolutisme

Une fois de plus la couronne française connut une crise existentielle. Dans les guerres confessionnelles du seizième siècle, la France échappa, de justesse, à un éclatement, mais le pragmatisme toucha le chef huguenot Henri IV qui se convertit au catholicisme : «Paris vaut bien une messe.» L'unité religieuse fut encadrée dans une doctrine laïque : la souveraineté de l'État l’habilite à arbitrer au-dessus des parties. Ce sont des intellectuels comme Jean Bodin qui reconnurent à la couronne la détention de cette souveraineté.

Une génération plus tard, ce fut un prince de l'Église, le cardinal de Richelieu, qui en s’appuyant sur l’alliance avec la couronne protestante suédoise, jeta les fondements de l'Etat séculier dont Louis XIV put proclamer un jour : « L'Etat c’est moi ! » Contre toutes les traditions, la France fut divisée en intendances qui portèrent la volonté du roi dans de nombreux recoins de son empire qui était devenu le plus puissant en Europe.

Mais cet absolutisme était tout sauf absolu. Certes, la vieille noblesse était sous le contrôle royal à la cour de Versailles. Mais dans le royaume se mit de facto en place une nouvelle aristocratie de hauts fonctionnaires (2) au-dessus des parlements, qui fut effectivement créée par le roi, mais que ce dernier n’avait pas les moyens de contrôler. Les folies du monarque firent exploser la dette. En 1714, à la fin de la guerre de Succession d'Espagne, la dette nationale était trente fois plus élevée que les recettes fiscales. (3)

3 La révolution

Le résultat de la faillite fut la convocation des États généraux en 1789, la révolution et le renversement de la monarchie. Dans un sursaut inimaginable, la République sut préserver son existence contre les armées coalisées de l'Ancien Régime et le soulèvement de la Vendée. L'héritier de la Révolution, Napoléon Bonaparte, soumit non seulement la moitié de l'Europe, mais établit un Etat moderne et efficace, qui, même après la fin de l'Empire, fut préservé.

Mais la victoire de la bourgeoisie et de son alliée, la métropole parisienne, avaient le revers de la médaille. La résistance du pays, de ses fermiers et de ses nobles ne put être écrasée qu’avec une extrême brutalité. Mais il a toujours existé - géographiquement et mentalement - des zones d'ombre que le centralisme et l'absolutisme ne purent éradiquer. La division de la France a perduré entre une élite étatique et beaucoup de particularismes provinciaux.

A cela s’ajoute la grande imposture de la Révolution dont la devise est la liberté, l’égalité et la solidarité. La réalité est plutôt dans le slogan «Enrichissez-vous ! » qui déclencha les révolutions du dix-neuvième siècle.

4 Le capitalisme

En 1871, les armées allemandes écrasèrent celles de l'empereur Napoléon III, et la République naissante ne put venir à bout de l'insurrection de la Commune de Paris qu’après un long siège. C’est l'un des plus grands succès de la France que d’avoir créé, sur les décombres de cette insurrection, un État industriel moderne qui, quarante-trois ans plus tard, sut contrer avec succès la machine de guerre de Guillaume II. De plus, la France fut capable de fournir à l'Empire tsariste les moyens financiers de sa modernisation et d’entretenir un empire colonial très déficitaire.

Mais après avoir gagné la Première Guerre mondiale, la Troisième République perdit les effets de cette victoire à vouloir mener de concert une politique de solidarité sociale et de prospérité économique. (4) Après tout, le capitalisme s'est avéré fragile dans ce pays : «Parce qu'il est étranger au corps français», a expliqué le grand historien Fernand Braudel. La France et ses élites n’aiment pas la maximisation du profit poursuivi par le capitalisme anglo-saxon avec «ses dents de requin.»

5 L’amour-propre

Le pouvoir séculier n'a pas encore compris où son modèle social conduit la France. La raison est la même que celle qui a abouti à quatre catastrophes historiques dans ce pays : c’est l'ivresse de l'engouement et de l’aveuglement. Parce que l’influence pérenne du centralisme, de l'absolutisme, de la révolution et du capitalisme à la française a pu paraître suffisante pour surmonter toutes les crises dramatiques et maintenir au pays son rang de puissance et de modèle pour le reste du monde, une culture de l’autocritique est inconcevable pour permettre un changement de direction. La tradition du Roi Soleil et de ses fonctionnaires omnipotents hante encore la cour. L'étroitesse d'esprit et l'uniformité des diplômés des grandes écoles parisiennes en est la conséquence aujourd’hui. (5)

Berthold Seewald
Die Welt

Notes du traducteur

(1) Le président a fait le pari, contre l’avis de tous les experts économiques qui ne sont ni marxistes ni keynésiens, d’inverser la courbe du chômage à la fin de l’année par une politique fiscale inquisitoire.

(2) Le colbertisme donna naissance au capitalisme rigide à la française, un avatar étatique du vrai capitalisme qui est libre et privé. Le colbertisme est l’alma-mater de l’ENA où est formatée l’élite française.

(3) C’est un rappel historique bienvenu qui prouve que le pouvoir absolu est une calamité naturelle comme la peste et le choléra. La Cinquième République, avec son président omnipotent, constitue un malheureux retour en arrière pour la France.

(4) Le Front Populaire, une coalition de partis de gauche qui prit le pouvoir en 1936, conduisit tout droit à la catastrophe du 10 mai 1940 avec la percée des blindés de Guderian dans le saillant des Ardennes. On relève le même aveuglement du gouvernement actuel face à l’imminence d’une autre catastrophe. L’histoire de France n’est qu’un enchaînement de catastrophes en raison de l’aveuglement des élites qui ne se remettent jamais en question.

(5) Il faut supprimer les grandes écoles et créer des universités autonomes avec un financement à moitié par les étudiants et à moitié par les entreprises.

Eric Alauzet sur TV Agri : « Qui empêche la France de se ...

La France refuse de se réformer pour reprendre le souffle ...

Le président, les "fainéants" et la réforme de la France

Le paritarisme a-t-il les capacités de se réformer ? - le Lab ...

Europe : ce que la France peut attendre de positif pour se ...

Comment réformer la France en dix ans ? - La Croix

LA REFORME INTELLECTUELLEDE LA FRANCE.pdf

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu