Avertir le modérateur

20/12/2017

Ing.Stefan V.Raducanu, électron libre, passeur entre des idées et des hommes, des principes et des réalités avec FranceWebAsso>>Et si le Web sauvait la presse écrite>Quel est le rôle de l’Etat dans les Etats généraux de la presse>La deconnexion des elites

Les Etats généraux de la presse? 17,6% des Français n’en ont jamais entendu parler, selon un sondage réalisé par 20 Minutes et SSI (Survey Sampling International). Pourtant, lancés le 2 octobre par Nicolas Sarkozy, les Etats généraux de la presse, sorte de Grenelle pour trouver des solutions à la crise des journaux, arrivent à mi-parcours avant le rendu des recommandations fin décembre. Petit point d’étape.

Qui participe aux Etats généraux de la presse?
Editeurs, journalistes, patrons, experts, publicitaires: «Plus de 150 personnes travaillent (...) toutes les familles sont représentées à l'exception de celles qui n'ont pas voulu participer», explique Bernard Spitz, le coordinateur des travaux interrogé par 20minutes.fr. Exemple: le site Médiapart a annulé sa participation aux Etats officiels pour lancer des Etats officieux, les Etats généraux «off». «Personne n’a le monopole de la réflexion sur l’état de la presse», commente Spitz, qui regrette néanmoins que Médiapart «se pose en victime alors qu’ils étaient invités... C’est de l’agit prop». A ceux qui se demandent pourquoi les lecteurs ne sont pas davantage associés aux réflexions, Spitz annonce le lancement prochain de deux études (qualitative et quantitative).
 
Quel est le rôle de l’Etat dans les Etats généraux de la presse?
«L'objectif est de présenter une synthèse des propositions fin décembre sous la forme d'un livre vert qui sera rendu public et dont certains éléments relèveront de l’Etat (le législatif) et d’autres qui relèveront du secteur des professionnels de la presse (la déontologie et la formation des journalistes)», reprend Bernard Spitz. Le gouvernement, lui, devrait faire ses recommandations sur le sujet fin janvier.
 
Que se dit-il aux Etats généraux?
La question est tournée et retournée dans tous les sens: quel avenir pour la presse, prise dans un triple bouleversement, imposé par la «révolution numérique, la culture de l'instantané et la culture de la gratuité»? Aucune conclusion n’est pour l’instant avancée, tandis que quatre groupes de réflexion bossent sur la fabrication et la distribution des journaux, le métier de journaliste, le numérique, et la place de l'écrit dans la société. Bernard Spitz explique que si le journal «Bild» n’a pas été lancé en France, c’est parce que «le système français ne permet pas de réaliser ce que font les marchés des autres pays. En France, les coûts de production des journaux sont 40% plus élevés que la moyenne européenne, et les kiosquiers sont les moins bien payés d’Europe. Cela veut dire que l’argent part dans la chaîne logistique de production et de distribution plutôt qu’aux personnes.»
 
Et si le Web sauvait la presse écrite?
En théorie, l’idée de «sortir des temps immémoriaux de la presse écrite», comme le dit Bernard Spitz, est plaisante. En pratique, l’économie numérique n’est pas - encore - là. «Un lecteur en ligne rapporte dix fois moins qu'un lecteur sur le papier», souligne Frédéric Filloux, du groupe de médias norvégien Schibsted - dont fait partie 20minutes.fr. Bruno Patino, qui préside le groupe sur le numérique, remet les pendules à l’heure: «Le nouveau modèle économique de la presse face à la révolution numérique reste encore à trouver, personne ne connaît la ou les solutions.» Il a aussi expliqué que la vente de contenus sur Internet «ne décollait pas». D’autant que la majorité des ressources provenant la pub en ligne est captée par des moteurs de recherche comme Google. Situation d'urgence? Le président de la Fédération nationale de la presse française Alain Metternich a plaidé auprès du ministère de la Culture que le taux de TVA à 2,1% dont bénéficient les journaux papiers s'applique à leurs déclinaisons sur internet, actuellement assujetties à un taux de 19,6% et que l'Etat accompagne l'ouverture du champ de la presse au numérique en «facilitant et stimulant l'investissement».

20minutes.fr

La deconnexion des elites

 

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et c’est un enjeu citoyen que de les décrypter. C’est la raison pour laquelle nous avons créé la chaîne « Des médias presque parfaits ». Pour aller plus loin, c’est ci-dessous… Facebook : https://www.facebook.com/dmpplachaine/ Twitter : https://twitter.com/DMPPlachaine

16/12/2017

Merci de nous avoir contacté, Mrci de votre soutien,Parlez-nous de vous! Créer et partager... La méthode FranceWebAsso, La nouvelle société du Savoir

 FRANCE WEB : POUR VOUS ET AVEC VOUS ! Parlez-nous de vous! Créer et partager... La méthode FranceWebAsso, La nouvelle société du Savoir comme le support des connaissances humaines et des communications dans les domaines techniques, économiques et sociaux ».

Sujet du message

Parlez-nous de vous! Créer et partager... La méthode FranceWebAsso, La nouvelle société du Savoir

Commentaires/questions

FRANCE WEB : POUR VOUS ET AVEC VOUS ! Créer et partager

La méthode FranceWeb consiste à faire découvrir et acquérir à une personne la compréhension des enjeux, des opportunités et des solutions à travers une attentive observation des faits au lieu de l’abreuver de concepts savants ou de théories préconçues.

Avec son projet stratégique, PoissySmartCity vision 2021, FranceWeb se donne pour mission d’être toujours présent pour connecter chacun à son essentiel et lui faire vivre une expérience unique au quotidien en concevant les services numériques qui lui permettent de profiter, en toute confiance de ce qui lui importe le plus.

Au lieu de partir de nous, des technologies, de nos offres, de nos blogs nous allons désormais partir du citoyen, de ses attentes et des aspirations. Il s’agit d’écouter puis d’agir pour fabriquer ensemble des solutions « sur mesure » qui répondent véritablement aux besoins de nos lecteurs.

Nous réaliserons notre ambition grâce à cinq leviers d’actions et une dynamique, celle d’une entreprise digitale efficace et responsable.

Offrir une connectivité enrichie
Réinventer la relation citoyen
Construire un modèle d’employeur digital et humain
Accompagner la transformation du client entreprise
La dynamique d’une entreprise digitale efficace et responsable

La mission spécifique de FRANCEWEB est à la fois plus restreinte et plus ambitieuse : penser la place des associations au sein du modèle politique français et formuler des propositions adaptées à un objectif central, l’institutionnalisation d’un objet encore mal identifié, le dialogue civil.
Quel objectif ?

- Il s’agit, en première analyse, d’assurer au dialogue civil une place équivalente et analogue à celle qui est depuis longtemps reconnue au dialogue social :
En surmontant une difficulté : il n’y a pas en matière de dialogue civil, l’équivalent du code du travail. La loi de 1901 n’envisage l’association que comme une liberté, pas comme une institution. Même si la loi reconnaît des régimes juridiques distincts (associations déclarées ou non, reconnues ou non d’utilité publique), elle a d’abord pour caractéristique initiale de sembler exclure globalement les associations du champ de la production de l’intérêt général.(Il va sans dire que cette perspective a très vite été corrigée par la pratique et que ce n’est plus la conception que s’en font les pouvoirs publics contemporains ; mais il en reste quelque chose dans les représentations).
FranceWebAsso-> réseau d’intelligence collective -> Nouvelle société du savoir, un instrument d’intelligence collective ! projet architectural majeur du 21ème siècle,...http:// idfregionconnectee.20minutes- blogs.fr/accueil/
Un univers de possibilités

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances. Ceci est notre engagement.
Stefan V. Raducanu, Président FranceWebAsso

Tél: +33(0)139 655 034 Mobile: +33(0)621 974 799

Destinataire du message

Florence Granjus

15/12/2017

Le projet de loi « relatif à la protection des données personnelles » se dévoile :RGPD

Suite à sa présentation en Conseil des ministres, hier, le texte porté par la ministre de la Justice a été déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale. Le gouvernement a décidé d’enclencher la procédure accélérée, ce qui signifie qu’il n’y aura en principe qu’une seule lecture par chambre.

L’exécutif prévoit de modifier de nombreux pans de la loi « Informatique et Libertés » de 1978, afin de préparer la mise en œuvre du Règlement européen sur la protection des données personnelles (qui sera applicable sur le vieux continent à partir du 25 mai 2018).

Contrairement à ce que nous avait indiqué la Place Vendôme il y a quelques semaines, une habilitation à légiférer par voie d’ordonnance est belle et bien intégrée au projet de loi. Le gouvernement souhaite prendre, dans un délai de six mois suivant la promulgation de la loi, « une ordonnance pour procéder à une réécriture de l’ensemble de la loi du 6 janvier 1978 afin notamment d’améliorer son intelligibilité, de mettre en cohérence avec ces changements l’ensemble de la législation applicable à la protection des données à caractère personnel et d’en prévoir l’application à l’outre-mer ».

Si la CNIL se félicite que « le projet de loi joue pleinement le jeu du Règlement et de l’harmonisation recherchée par celui-ci », la gardienne des données personnelles s’inquiète vivement du « calendrier trop tardif retenu pour l’examen de ce texte ». L’institution insiste sur le fait que « ce projet de loi, ainsi que ses décrets d’application, devront impérativement entrer en vigueur avant le 25 mai 2018 ».

Avant que nous vous proposions une analyse plus détaillée, vous pouvez retrouver :

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu