Avertir le modérateur

04/04/2018

FranceWebAsso,cherche des David,Intelligence artificielle, blockchain, infonuagique, Internet des objets… Oui, il s’agit là d’avancées extraordinaires. Mais il faut éviter de tomber en amour avec la technologie

3smartphones.jpegVENEZ VIVRE AU RYTHME DU NUMÉRIQUE

Stratégie numérique : penser aux clients d’abord, Goliath cherche des David,Intelligence artificielle, blockchain, infonuagique, Internet des objets… Oui, il s’agit là d’avancées extraordinaires. Mais il faut éviter de tomber en amour avec la technologie

Stratégie numérique : penser aux clients d’abord

Intelligence artificielle, blockchain, infonuagique, Internet des objets… Oui, il s’agit là d’avancées extraordinaires. Mais il faut éviter de tomber en amour avec la technologie sans commencer par se pencher sur les besoins des clients.

Comment peut-on déployer la technologie pour mieux servir nos membres et nos clients ? Cette question est la trame de fond de l’utilisation du numérique par le Mouvement Desjardins. « Il y a beaucoup de frénésie autour des technologies numériques et on nous demande parfois de décrire notre stratégie à cet égard, dit Chadi Habib, premier vice-président Technologies de l’information. La réponse, c’est que nous n’en avons pas. Notre stratégie, c’est d’être premier dans le cœur des gens en leur offrant des solutions qui leur apportent une réelle valeur. »

Et pour cela, la technologie est bien sûr à l’avant-plan. Chadi Habib donne l’exemple d’Ajusto, un programme qui permet aux assurés de Desjardins Assurances d’obtenir un score pour chaque trajet effectué au volant de leur automobile. S’ils ont des habitudes de conduites prudentes, ils peuvent obtenir un rabais sur leur prime. « Grâce à des algorithmes avancés, nous pouvons analyser 1800 kilomètres de conduite à la minute », indique celui qui prononcera une conférence lors du salon Connexion, le 18 avril à Montréal.

Autre exemple, cette fois avec la technologie des objets connectés. Desjardins Assurances a lancé l’an dernier Alerte, un programme de prévention des dommages liés à l’eau. Un détecteur d’eau, de gel et d’humidité déclenche une alerte sur le téléphone intelligent de l’assuré en cas de problème, ce qui peut permettre à ce dernier de réagir rapidement et de limiter les dégâts.

Goliath cherche des David

Les solutions Ajusto et Alerte ont été toutes deux développées en collaboration avec des startups, tout comme d’autres produits de Desjardins. « Travailler avec des startups fait partie de notre stratégie, souligne Chadi Habib. Elles ont l’agilité et la rapidité de développement et nous, la masse critique de clientèle. »

D’ailleurs, la coopérative financière a lancé en 2015 à Montréal et en 2017 à Lévis ses laboratoires d’innovation Desjardins Lab qui visent à réinventer la manière d’offrir ses services en misant notamment sur des partenariats avec de jeunes pousses.

Connexion, le salon de la transformation numérique

« Auparavant, c’était presque impossible de voir une grande institution financière travailler avec de petites entreprises, dit le conférencier. Maintenant, c’est nécessaire pour bien servir les clients. Nous travaillons aussi avec les géants du Web, Microsoft, Google et les autres. Il faut cependant s’assurer de gérer de façon responsable les données des gens. C’est un aspect qui nous préoccupe beaucoup et pour lequel nous aimerions voir le Canada démontrer plus de leadership. »

Qui rêve d’avoir une hypothèque ?

Traditionnellement, les institutions financières poussaient leurs produits vers les consommateurs. Desjardins veut s’éloigner de ce modèle.

« Faisons abstraction des produits financiers et commençons par les besoins des membres, dit Chadi Habib. Personne ne rêve d’avoir une hypothèque ni de lire une police d’assurance de 14 pages. Par contre, les gens rêvent d’avoir une maison ou de voyager. Avec le numérique, on peut aller plus loin que de leur offrir seulement un produit financier. On peut les accompagner dans leurs projets de vie et dans leurs activités quotidiennes en déployant des solutions qui combinent plusieurs éléments. » Desjardins travaille notamment sur un programme qui réunit plusieurs services reliés à l’habitation.

Toujours dans l’optique de se centrer sur les besoins du client, la coopérative financière a lancé en février dernier l’alerte « Insuffisance de fonds lors d’un retrait préautorisé ». L’utilisateur de son application mobile peut ainsi recevoir une notification si un retrait préautorisé est prélevé alors qu’il n’y a pas assez d’argent dans son compte. Il dispose alors d’un délai pour renflouer son compte avant que des frais pour découvert ne lui soient facturés. Après un mois à peine, plus de 355 000 personnes s’étaient inscrites au service et 18 000 notifications avaient été envoyées.

« Sur le plan financier, il n’y a pas d’avantages pour nous de faire ça, indique M. Habib. Mais nous nous sommes mis à la place du membre qui n’est certainement pas heureux de payer des frais pour manque de fonds. »

megaphone-clip-art-9cp4KXRcE.jpegVENEZ VIVRE AU RYTHME DU NUMÉRIQUE

Merci pour cet article: très informatif. Effectivement, l’IA va entraîner un bouleversement à tous les niveaux.
UTILISATEURS, FOURNISSEURS, BUSINESS, TECHNOLOGIES, UNIVERSITAIRES, RÉSEAUX, SOCIÉTAL,.. Rencontrer, découvrir, entreprendre, communiquer, réunir, conseiller, agir, préparer l'avenir...

« La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer »
Pour une république de l’innovation Comme toutes les grandes nations, la France est engagée dans une course à l’intelligence et à l’innovation. Le 21e siècle s’annonce comme un siècle de haute précision. Au cours des 150 dernières années, l’humanité a réalisé des progrès considérables dans les domaines de la santé et de l’environnement. Partout dans le monde, des forces sont à l’oeuvre pour faire avancer la connaissance. Il faut être plus efficace avec moins de ressources. Dans ce contexte, le principe de précaution, d’abord conçu comme une arme défensive est régulièrement brandi comme une arme de dissuasion. En son nom, ce n’est plus le résultat de la recherche qui est jugé mais le principe même de recherche qui est interdit. Son utilisation irrationnelle rappelle l’épisode des sorcières de Salem. Des procès en sorcellerie sont conduits sous l’égide de pseudos experts qui jugent en lieu et place de la communauté scientifique!Notre vision de la science est dynamique. Dans notre esprit, la recherche poursuit l’objectif du bien commun. C’est pourquoi notre démarche s’adosse à un principe de précaution rendu à sa vocation de départ : écarter du domaine public tout ce qui est scientifiquement avéré comme dangereux pour la vie. A cette démarche défensive, il convient selon nous d’en ajouter une autre, positive et plus enthousiaste. Pour stimuler la recherche pour sortir de la société des peurs, nous souhaitons que le principe d’innovation soit placé à égalité avec le principe de précaution dans la constitution française. L’innovation produit du progrès. Elle stimule la concurrence, elle est à l’origine des grands progrès enregistrés dans nos sociétés.
Encourager le partage de savoir, d'être au monde et de le voir.
FranceWeb, des espaces numériques ouverts à tous. Un cyberspace international. Un nouveau défi pour notre pays européen. Un instrument d'intelligence collective. Vers une économie des qualités humaines. C’est l’inspiration qui nous fait grandir, Venez nous rejoindre. C’est encore plus facile ensemble, la société en réseau ne se fera pas sans vous,
Nous désirons nous faire connaître en nous adressant, prioritairement aux personnalités économiques, sociales, politiques, médiatiques, responsables et compétentes, intéressées par cette initiative. Pour Vous et avec Vous ! 
Au plaisir de vous rencontrer pour vous présenter notre projet Vision 21 FranceWebAsso>Société du Savoir..
Contact: Ing.Stefan Raducanu, Data Scientist
Tél: 0139655034
Mail: franceweb@gmail.com

These Tech Giants Are Talking The Most About AI

« Le principal point de blocage de la transformation de notre organisation est que notre direction générale n’a pas articulé de vision claire » me disait récemment un participant dans un séminaire de formation, avec un air d’évidence des sentences qui paraissent logiques mais ne marchent pas. Eh bien non, votre organisation n’a pas besoin de vision claire pour se transformer. Au contraire, on peut même défendre l’idée qu’avoir une vision est contre-productif et entravera la transformation.»

« Nous répétons la révolution, mais les plébéiens sont en retard. »  —Günter Grass

IA et éthique: le contresens navrant de Cédric Villani

Ainsi donc avec le rapport Villani sur l’intelligence artificielle, la France a renoué avec une vieille tradition: demander à quelqu’un d’intelligent d’écrire un rapport idiot. Enfin idiot, on se comprendra: le rapport que notre Médaille Fields vient de rédiger n’est pas tant idiot que convenu. Nous sommes en retard sur l’IA, vite un plan national. Des subventions, des initiatives, une agence, tout plein de petits fours et de pique-assiettes, la routine française quoi. La montagne a accouché d’une souris, les chinois se marrent bien. Mais les faiblesses de ce rapport ont été soulignées avec talent par d’autres, inutile d’y revenir. Ce qui me semble important cependant, c’est le lien que le rapport fait avec l’éthique.

Le titre-même du rapport « Donner un sens à l’IA » est problématique. Quand on regarde l’histoire de l’innovation, le sens a toujours été donné a posteriori. Et ce pour une raison très simple: les ruptures technologiques présentent toujours des situations inédites sur le plan légal, social et éthique. Il est très difficile, voire impossible, de penser ces ruptures avant qu’elles ne se produisent, et avant que les effets ne soient visibles. On risque de penser dans le vide. Lorsque McKinsey conduit une étude de marché pour AT&T en 1989 pour évaluer le potentiel de la téléphonie mobile, les résultats sont désastreux: personne ne voit l’intérêt d’avoir un téléphone mobile. Personne ne peut simplement imaginer ce qu’on ferait avec. Seule l’utilisation effective a révélé les possibilités de la technologie, de même qu’aujourd’hui seule l’utilisation de Facebook en révèle les dangers pour la vie privée.

Sans compter que comme souvent dans ces cas-là, le sens que l’on donne à éthique est bien restreint. Il peut être éthique de ne pas vouloir développer une IA aux conséquences négatives, mais il peut être également éthique d’essayer pour voir, car ce n’est qu’en agissant que nous saurons. Les entrepreneurs savent cela depuis longtemps, nos savants intelligents et ceux qui nous gouvernement l’ignorent, et se condamnent peu à peu à la paralysie par excès de prudence et, au fond, par peur du futur. Nous devenons un vieux pays, et laissons progressivement les autres développer l’avenir. Au fond, le rapport Villani est un rapport de vieux, la hype de notre ami Cédric en plus.

A chaque fois que la puissance publique produit un rapport sur un secteur donné du numérique avec l’ambition de faire de la France un leader mondial, avec ou sans l’Europe, les acteurs de l’écosystème correspondant sont tout feu tout flammes parce que leur sujet intéresse les plus hautes autorités. Les élites et corps constitués du pays sont mis à contribution et caressés dans le sens du poil. Des rapports et des plans avec des dizaines de mesures sont publiés. Le plan est présenté devant le Premier Ministre ou le Président de la République. Des conférences sont organisées. Au bout du compte et avec le recul, la France n’atteint jamais l’objectif assigné et entre temps, les gouvernements ont changé.

Le Rapport Villani qui vient tout juste d’être publié peut-il échapper à cette fatalité ? En l’état, j’ai bien peur que non. Sa lecture laisse encore une impression désagréable que l’on loupe quelque chose, que l’on n’a pas posé les bonnes questions ni creusé toutes les pistes. Bref, une certaine déception est au rendez-vous malgré un volontarisme affiché de bon aloi et bon nombre de propositions intéressantes.

Pour une bonne analyse critique du rapport Villani, voir l’article d’Olivier Ezratty ici: Ce que révèle le Rapport Villani.

02/03/2018

FranceWebSharing> C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> connectons-nous !,Abonnez-vous à Columbia Journalism Review,Un nouveau magazine numérique vous oblige à vous déconnecter d'Internet,À première vue, cela semble être le paradoxe ultime,Bolin dit à CJR...

Un nouveau magazine numérique vous oblige à vous déconnecter d'Internet

À première vue, cela semble être le paradoxe ultime: un magazine qui n'existe que sur Internet, rempli de contenu qui ne peut être consommé qu'une fois qu'un lecteur potentiel s'est déconnecté d'Internet

Lorsque vous visitez le site pour la première fois, vous êtes accueilli par ce qui ressemble à la couverture d'un magazine en ligne ordinaire, mais au-dessus se trouve une bannière rose qui dit: «Veuillez vous déconnecter d'Internet. Ceci est un magazine hors ligne de commentaire, de fiction et de poésie. "

Après s'être déconnecté, le site se révèle instantanément, ressemblant beaucoup à un magazine en ligne standard. Il y a des histoires courtes, des essais - dont un qui prétend que s'éloigner d'Internet est une option disponible uniquement pour les privilégiés - et des poèmes, ainsi qu'une lettre de l'éditeur expliquant la raison d'être du magazine.

ICYMI: Les fausses nouvelles font partie d'un problème plus important: la propagande automatisée

"Le thème de ce numéro est simple: les humains et notre technologie", écrit Bolin. "Chaque élément de ce numéro décrit une rencontre avec la technologie, qu'elle soit intentionnelle ou sans conséquence, constructive ou dévastatrice. Vous trouverez un poème sur une faim de silence conflictuelle, un récit de la monétisation des morts et une exposition sur l'avenir de la fracture numérique. "

Bolin dit à CJR qu'il n'est pas une sorte de Luddite détestant Internet, déterminé à montrer à quel point la technologie est mauvaise. En fait, il est un programmeur informatique de jour, sans expérience dans les médias ou dans l'édition de magazines littéraires. Alors, pourquoi a-t-il décidé d'en créer un qui soit si dramatique sur la nécessité de se déconnecter?

«Je l'ai créé en partie parce que je pense que c'est drôle d'utiliser l'ironie de la sorte, d'avoir un morceau d'Internet qui vous oblige à quitter Internet», dit-il. "Créer quelque chose de nouveau qui fonctionne comme un commentaire mais qui est aussi participatif, en ce sens qu'il vous oblige à participer en vous déconnectant. J'ai aimé cette idée. "

Le site tire parti d'une fonction intégrée à la plupart des navigateurs Web, qui détecte si un utilisateur est connecté à Internet ou non. Il y a des façons de contourner cela, dit Bolin - par exemple, un utilisateur pourrait mettre le navigateur en mode développeur et lui dire de prétendre qu'il est hors ligne - mais il estime que la plupart des gens ne vont probablement pas à ces longueurs. De plus, la demande de déconnexion est principalement conçue pour faire valoir un point.

"Je suppose que c'est un peu comme un paywall", dit-il. "Mais c'est plutôt un mur d'attention."

Alors, comment un utilisateur peut-il accéder au magazine s'il n'est plus en ligne? Tout le contenu est téléchargé lorsqu'un utilisateur visite le site pour la première fois, mais il est bloqué jusqu'à ce que le navigateur indique qu'il n'est plus connecté. Le magazine entier ne fait que 250 kilo-octets (environ la taille d'une seule petite photo), car il y a peu d'images et pas de publicités.

Bolin dit qu'il aimerait élargir la gamme de contenu dans le magazine en commandant des non-fiction pour les questions futures, mais d'abord, il doit trouver un moyen de payer les écrivains. Tout le contenu du premier numéro a été fourni gratuitement, soit par des personnes qu'il connaissait déjà, soit en réponse à un appel d'offres ouvert qu'il avait fait sur Twitter.

Bolin dit que les options de financement qu'il envisage sont des commandites ou une forme quelconque de financement participatif, et s'il peut le gérer, il dit qu'il aimerait que cela devienne trimestriel.

"Je suppose que c'est un peu comme un paywall", dit-il. "Mais c'est plutôt un mur d'attention."

Bolin dit qu'il a été conduit à créer The Disconnect en partie parce qu'il a remarqué sa propre tendance à une dépendance à Internet, où vous vous retrouvez à suivre un lien après un lien sans but réel, jusqu'à ce que vous regardez et voyez que les heures ont passé.

Il y a un certain nombre d'applications et de services conçus pour aider les utilisateurs à se concentrer sur une tâche, mais Bolin dit qu'il trouve personnellement que parfois, la seule façon de vraiment s'éloigner de ce genre de distraction était de tirer la fiche. il l'a fait de temps en temps en écrivant sa thèse de diplôme. "C'est déconnecter comme un moyen de vous sauver de vous-même."

Il a d'abord expérimenté l'année dernière avec un site autonome appelé Offline , qui contenait un seul essai du même nom qui parlait de la nécessité de se déconnecter. Comme le magazine, il ne peut être consulté qu'une fois qu'un utilisateur s'est déconnecté.

Dans l'essai, Bolin écrit: «J'ai passé des heures dans les toiles de ma propre curiosité. Le plus dangereux est le caprice d'une fraction de seconde: «Je me demande quelle est la deuxième langue la plus couramment parlée? Ces 500 millisecondes pourraient changer votre journée, car ce n'est jamais une seule recherche sur Google, jamais un seul article sur Wikipédia. Se déconnecter de l'Internet court-circuite ces caprices, vous permettant de continuer sans encombre. "

Internet est un excellent outil d'information, dit-il. "Mais ce n'est pas vraiment conçu pour les gens - ou plutôt, il est conçu pour les gens parfaits. Si vous étiez une machine, vous pouvez décider quels liens vous voyez sont pertinents pour votre tâche et les suivre. Mais pour les êtres humains, l'inconnu est toujours plus intéressant que le connu, alors peut-être que vous ouvrez un lien dans un autre onglet, et plus encore. C'est un peu le frisson de la chasse. "

ICYMI: Brendan Fraser a fait des allégations à tâtons après que l'histoire a été faite, écrit un rédacteur du GQ

Une réponse qu'il a reçue à The Disconnect est une sorte de suggestion sarcastique que s'il voulait vraiment créer quelque chose où les gens ne pourraient pas le lire en ligne, il aurait pu juste publier un magazine imprimé régulier.

"Oui, la prise sardonique que j'ai reçue de certaines personnes est" Hey, félicitations, vous avez inventé un magazine ", dit-il. "Mais dans ce cas, pour l'obtenir, vous n'avez pas à le commander, vous n'avez pas à aller à un kiosque à journaux, vous n'avez même pas besoin d'avoir une adresse physique, vous n'avez pas à perdre arbres, et vous pouvez partager le lien avec les autres. Il y a donc beaucoup d'avantages supplémentaires à être en ligne. "

Bolin dit que lorsqu'il construisait un site pour The Disconnect, il n'a délibérément pas pris en charge les services de mesure du trafic comme Google Analytics, parce que le thème du magazine était la déconnexion, mais il a récemment regardé les données du serveur qu'il utilise pour héberger le problème et constaté que plus de 50 000 visiteurs uniques avaient visité le site au cours des deux premières semaines.

L'essentiel, dit-il, c'est que «je ne pense pas que l'internet soit mauvais - en fait, je pense que c'est très bien. Il fait un excellent travail de connexion entre les personnes qui ne seraient jamais connectées et de créer des opportunités d'affaires, et ainsi de suite. Dans l'ensemble, c'est une bonne chose, tout comme l'imprimerie était une bonne chose. Je pense juste que nous devrions y réfléchir un peu. "

CONNEXES: Qu'est-ce que cela signifie pour un journaliste d'être aujourd'hui un lecteur sérieux?

 

L'Amérique a-t-elle jamais eu besoin d'un chien de garde des médias plus que maintenant? Aidez-nous en rejoignant CJR aujourd'hui .

 

Mathew Ingram est l'auteur numérique en chef de CJR. Auparavant, il était un écrivain senior avec le magazine Fortune . Il a écrit sur l'intersection entre les médias et la technologie depuis les premiers jours de l'Internet commercial. Ses écrits ont été publiés dans le Washington Post et le Financial Times ainsi que dans Reuters et Bloomberg.
 

 

20/12/2017

Ing.Stefan V.Raducanu, électron libre, passeur entre des idées et des hommes, des principes et des réalités avec FranceWebAsso>>Et si le Web sauvait la presse écrite>Quel est le rôle de l’Etat dans les Etats généraux de la presse>La deconnexion des elites

Les Etats généraux de la presse? 17,6% des Français n’en ont jamais entendu parler, selon un sondage réalisé par 20 Minutes et SSI (Survey Sampling International). Pourtant, lancés le 2 octobre par Nicolas Sarkozy, les Etats généraux de la presse, sorte de Grenelle pour trouver des solutions à la crise des journaux, arrivent à mi-parcours avant le rendu des recommandations fin décembre. Petit point d’étape.

Qui participe aux Etats généraux de la presse?
Editeurs, journalistes, patrons, experts, publicitaires: «Plus de 150 personnes travaillent (...) toutes les familles sont représentées à l'exception de celles qui n'ont pas voulu participer», explique Bernard Spitz, le coordinateur des travaux interrogé par 20minutes.fr. Exemple: le site Médiapart a annulé sa participation aux Etats officiels pour lancer des Etats officieux, les Etats généraux «off». «Personne n’a le monopole de la réflexion sur l’état de la presse», commente Spitz, qui regrette néanmoins que Médiapart «se pose en victime alors qu’ils étaient invités... C’est de l’agit prop». A ceux qui se demandent pourquoi les lecteurs ne sont pas davantage associés aux réflexions, Spitz annonce le lancement prochain de deux études (qualitative et quantitative).
 
Quel est le rôle de l’Etat dans les Etats généraux de la presse?
«L'objectif est de présenter une synthèse des propositions fin décembre sous la forme d'un livre vert qui sera rendu public et dont certains éléments relèveront de l’Etat (le législatif) et d’autres qui relèveront du secteur des professionnels de la presse (la déontologie et la formation des journalistes)», reprend Bernard Spitz. Le gouvernement, lui, devrait faire ses recommandations sur le sujet fin janvier.
 
Que se dit-il aux Etats généraux?
La question est tournée et retournée dans tous les sens: quel avenir pour la presse, prise dans un triple bouleversement, imposé par la «révolution numérique, la culture de l'instantané et la culture de la gratuité»? Aucune conclusion n’est pour l’instant avancée, tandis que quatre groupes de réflexion bossent sur la fabrication et la distribution des journaux, le métier de journaliste, le numérique, et la place de l'écrit dans la société. Bernard Spitz explique que si le journal «Bild» n’a pas été lancé en France, c’est parce que «le système français ne permet pas de réaliser ce que font les marchés des autres pays. En France, les coûts de production des journaux sont 40% plus élevés que la moyenne européenne, et les kiosquiers sont les moins bien payés d’Europe. Cela veut dire que l’argent part dans la chaîne logistique de production et de distribution plutôt qu’aux personnes.»
 
Et si le Web sauvait la presse écrite?
En théorie, l’idée de «sortir des temps immémoriaux de la presse écrite», comme le dit Bernard Spitz, est plaisante. En pratique, l’économie numérique n’est pas - encore - là. «Un lecteur en ligne rapporte dix fois moins qu'un lecteur sur le papier», souligne Frédéric Filloux, du groupe de médias norvégien Schibsted - dont fait partie 20minutes.fr. Bruno Patino, qui préside le groupe sur le numérique, remet les pendules à l’heure: «Le nouveau modèle économique de la presse face à la révolution numérique reste encore à trouver, personne ne connaît la ou les solutions.» Il a aussi expliqué que la vente de contenus sur Internet «ne décollait pas». D’autant que la majorité des ressources provenant la pub en ligne est captée par des moteurs de recherche comme Google. Situation d'urgence? Le président de la Fédération nationale de la presse française Alain Metternich a plaidé auprès du ministère de la Culture que le taux de TVA à 2,1% dont bénéficient les journaux papiers s'applique à leurs déclinaisons sur internet, actuellement assujetties à un taux de 19,6% et que l'Etat accompagne l'ouverture du champ de la presse au numérique en «facilitant et stimulant l'investissement».

20minutes.fr

La deconnexion des elites

 

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et c’est un enjeu citoyen que de les décrypter. C’est la raison pour laquelle nous avons créé la chaîne « Des médias presque parfaits ». Pour aller plus loin, c’est ci-dessous… Facebook : https://www.facebook.com/dmpplachaine/ Twitter : https://twitter.com/DMPPlachaine
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu