Avertir le modérateur

13/02/2019

SRU-Electronics>>Why not now?"Let' put smart to work !"‘The Grid’>FRANCEWEB partnership network@PoissyWorldWide to help grow urban tech ecosystem. "Media Intelligence"-> "PoissySmartCity"> Branding European Cities> Driving change for better cities>

2 maini.jpgKnowledge Sharing for a more agile, innovative and engaged organisation.

‘The Grid’>"Media Intelligence"-> "PoissySmartCity">

Local Solutions

Experience for all citizenssch_web_07_full.png

Citizen-Centered Service Delivery

1341760513778.jpgDigital Reinvention

We live in a moment of unprecedented innovation, entrepreneurial energy, and possibility. Cities are the laboratories of the 21st century. Citizens are the new scientists.

2 maini.jpgThe Grid,a member-based partnership network for urban tech community. The goal of the network is to link organizations, academia and local tech leaders in order to promote collaboration and the sharing of knowledge and resources. Our aim is to learn ideas and methods from lead partner, expert and partners on how to increase local communty participation in town development (in ideal so that everybody can really feel as a part of a decisions made) and for that to create a community center for local people (despite the age, race, religion etc..) for socializing and lifelong learning. All that, in our opinion would dedicate to better democracy, make community stronger and bolder to participate in every level of the towns development in and for the future. 

In addition to connecting member companies and talent, The Grid will host various events, educational programs and co-innovation projects, while hopefully improving access to investors as well as pilot program opportunities. The Grid is launching with more than 30 member organizations — approved through an application and screening process — across various stages and sectors. FRANCEWEB (nonprofit dedicated to connecting urban tech leaders) wants to prove its initiatives are more than just “show-and-tell” projects and city officials believe that building a truly sustainable innovation economy is dependent on all its local resources working in conjunction, allowing entrepreneurship to permeate every arm of commerce. With an institutionalized network like The Grid,  hopes it can further fuse its pockets of innovation into one well-oiled machine, consistently producing transformative ideas. “The Grid represents a promising new way for FRANCEWEB to work across sectors to strengthen collaboration and innovation, first in Poissy City and hopefully soon in many more cities across the country and around the world,” said FRANCEWEB president and CEO Stefan Raducanu in a statement. “It signals that PoissyWorldWide is leading with a new approach to technology and startup culture, with a real focus on diversity, inclusion, equity, and community.”As one of the largest and most industrially diverse cities in the department, GPS&O has naturally placed a heightened focus on the growing sector of “urban tech” — which has been broadly categorized as innovation focused on improving city functionality, equality or ease of living. FRANCEWEB is also launching The Grid Academy, an adjacent academic group with the mission of creating applied R&D partnerships between local academic institutions and corporate sponsors.The Grid is the natural home for authors, editors, and societies. We are committed to providing the best possible service to all our publishing partners. Grid has forged strong partnerships with influential scholarly and professional societies and associations for nearly half a century. Current society members who are entitled to online access to a society or association journal as a benefit of membership can manage their access from this page.

 The Crucial Question : Is It for You ?

As partner, you have to be market-driven, or information -driven.

Where can you find the knowledge to expand your Internet experience ?

SRU-Electronics


"SRU-Electronics" is an impressive research portal that also provides an interactive component that draws from both social media and knowledge management processes."

Learn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect, Anywhere, Anytime, Any device, the people..by the people, everything

StefanV.Raducanu,Webpiculteur...Le triangle de FranceWeb, integrateur de portail passe par une triple compétence: éditoriale, technologique, humaine. 3poles.png

Une stratégie de partenariats. LA COOPERATION EN 3 CLICS

 

Media Intelligence uses data mining and data science to analyze public social and editorial media content. It refers to marketing systems that synthesize billions of online conversations into relevant information that allow organizations to measure and manage content performance, understand trends, and drive communications and business strategy.

Media intelligence can include software as a service using big data terminology.[1] This includes questions about messaging efficiency, share of voice, audience geographical distribution, message amplification, influencer strategy, journalist outreach, creative resonance, and competitor performance in all these areas.

Media intelligence differs from business intelligence in that it uses and analyzes data outside company firewalls. Examples of that data are user-generated content on social media sites, blogs, comment fields, and wikis etc. It may also include other public data sources like press releases, news, blogs, legal filings, reviews and job postings.

Media Intelligence may also include competitive intelligence, wherein information that is gathered from publicly available sources such as social media, press releases, and news announcements are used to better understand the strategies and tactics being deployed by competing businesses.

Media Intelligence is enhanced by means of emerging technologies like semantic tagging, Natural Language Processing, sentiment analysis and machine translation.

Technologies used

Different media intelligence platforms use different technologies for monitoring, curating content, engaging with content, data analysis and measurement of communications and marketing campaign success. These technology providers, such as BuzzCovery Meltwater, Synoptos, Radian 6, or Sysomos may obtain content by scraping content directly from websites or by connecting to the API provided by social media or other content platforms that are created for 3rd party developers to develop their own applications and services that access data. Facebook's Graph API is one such API that social media monitoring solution products would connect to pull data from.[2] Technology companies may also get data from a data reseller, such as DataSift (acquired by Meltwater), Gnip (acquired by Twitter), LexisNexis, or Dow Jones/Factiva.

Some social media monitoring and analytics companies use calls to data providers each time an end-user develops a query. Others archive and index social media posts to provide end users with on-demand access to historical data and enable methodologies and technologies leveraging network and relational data. Additional monitoring companies use crawlers and spidering technology to find keyword references, known as semantic analysis or natural language processing. Basic implementation involves curating data from social media on a large scale and analyzing the results to make sense out of it.[3]

References

  1. De, Shaunak; Maity, Abhishek; Goel, Vritti; Shitole, Sanjay; Bhattacharya, Avik (2017). "Predicting the popularity of instagram posts for a lifestyle magazine using deep learning". 2nd IEEE International Conference on Communication Systems, Computing and IT Applications (CSCITA): 174-177. doi:10.1109/CSCITA.2017.8066548.

Lire la suite

26/01/2019

Au webmagazine Les7duQuebec.com nous aimons les textes condensés de l’économiste Marc Rousset sur l’économie capitaliste mondialisée que nul politique ni aucun capitaliste ne pourra sauver de la faillite et de l’effondrement.

La patate chaude de Mario Draghi, président de la BCE

Par Marc Rousset. Le 21.01.2019. Sur Boulevard Voltaire.

Au webmagazine Les7duQuebec.com nous aimons les textes condensés – explicites – véridiques de l’économiste Marc Rousset car ils décrivent crument – sans faux-fuyant – l’état déplorable et désespéré de l’économie capitaliste mondialisée que nul politique ni aucun capitaliste ne pourra sauver de la faillite et de l’effondrement. Lisez ci-dessous son jugement sans appel contre l’économie mondiale en déclin. Attention toutefois, ce piètre état de l’économie capitaliste n’offre pas l’assurance du renversement de ce mode de production que le grand capital international fera tout pour faire renaître de ses cendres… Que Faire alors ?  Robert Bibeau. Éditeur.

Jan Hatzius, chef économiste de Goldman Sachs, dans une interview au Figaro le 19 janvier, vient de reconnaître les difficultés pour sortir de la politique monétaire de l’assouplissement quantitatif aux États-Unis car personne n’a de recul dans le monde. Pour la simple et bonne raison que la politique non conventionnelle de création monétaire mise en place par les Japonais, imitée ensuite par la Fed aux USA et la Banque centrale européenne (BCE) en Europe, est une grande première, car contraire au bon sens de nos pères, à savoir jamais d’obligations et d’actions dont la valeur est hautement spéculative à l’actif d’une banque centrale. Seules les conséquences de la politique de variation des taux d’intérêt ont pu être longuement répertoriées et analysées historiquement au fil des siècles.

La patate chaude de Mario Draghi, président de la BCE.pdf

Le monde doit aussi faire face à la fragilité des pays émergents endettés en dollars, à la guerre commerciale USA/Chine, aux prédictions du gouverneur Mark Carney de la Banque d’Angleterre sur le yuan comme future monnaie de réserve, à la dédollarisation qui a déjà commencé en Chine, en Iran et en Russie, à une Union européenne libre-échangiste mondialiste sans stratégie industrielle qui connaît le déclin et le chômage accéléré. En Chine, les faillites ont bondi de 60 % en 2018 ; les exportations et les importations ont baissé en même temps que la demande intérieure ; seul a progressé de 17 % l’excédent commercial avec les États-Unis, à 323 milliards de dollars.

Quant à la France, depuis Mitterrand jusqu’à Macron, elle ne diminue pas structurellement ses dépenses publiques, se désindustrialise, ne met pas fin à la ruineuse et suicidaire invasion migratoire et se dirige tout droit, avec 17 % des jeunes Français sans emploi ni formation, vers la situation présente de l’Italie. Sa dette publique pourrait atteindre 120 % du PIB en 2025.

La BCE vient de mettre à nouveau en garde la banque italienne Monte dei Paschi, soi-disant déjà sauvée des eaux par le gouvernement italien, pour insuffisance de fonds propres et de provisions des créances douteuses. L’Italie décroche. À prix constants, le PIB italien a diminué de 5,4 % entre 2007 et 2017. Le taux d’activité des Italiens en âge de travailler est de 58,7 %, contre 72,2 % pour l’Union européenne. La démographie catastrophique a pour conséquence que le nombre de jeunes pour 100 seniors est passé de 236, en 2007, à 99, en 2016. Le taux de chômage de 11,4 % est encore plus élevé qu’en France (9,4 %). L’Irlande du Nord vient de connaître une ruée vers l’or dans les officines de Dublin par peur du Brexit et de la chute de la livre, une pâle idée de ce qui attend les Français en cas de krach ou d’explosion de la zone euro.

Quant à la France, depuis Mitterrand jusqu’à Macron, elle ne diminue pas structurellement ses dépenses publiques, se désindustrialise, ne met pas fin à la ruineuse et suicidaire invasion migratoire et se dirige tout droit, avec 17 % des jeunes Français sans emploi ni formation, vers la situation présente de l’Italie. Sa dette publique pourrait atteindre 120 % du PIB en 2025.

 

 

OneGlobalLocal,MyNewsCenterNavigator&FranceWebSharing,WorldMediaDirectory,EIN NewsDesk,News Plugins,Reach 5 Million People With One Click

Azerbaijan
Ecuador
Greenland
Libya
Massachusetts (US) Mauritania
Mozambique
Niger
Turkey
Zimbabwe  
Martinique  
 

Reach 5 Million People With One Click

Agriculture, Farming & Forestry Amusement, Gaming & Casino Automotive Aviation & Aerospace Banking, Finance & Investment
Beauty & Hair Care Books Building, Construction Business & Economy Chemicals
Companies Conferences & Trade Fairs Consumer Goods Culture, Society & Lifestyle Education
Electronics Energy Environment Food & Beverages Furniture & Woodworking
Gifts, Games & Hobbies Healthcare & Pharmaceuticals Human Rights Insurance International Organizations
IT Law Manufacturing Media, Advertising & PR Military
Mining Movies Music Natural Disasters Politics
Real Estate & Property Management Religion Retail Science
Shipping, Storage & Logistics Social Media Sports, Fitness & Recreation Technology Telecommunications
Textiles & Fabric Travel & Tourism U.S. Politics Waste Management World & Regional
 

Lire la suite

Le cycle de rotation du capital fonctionne ainsi..La vraie monnaie et la fausse « richesse ».Cette richesse – cette monnaie – existe-t-elle vraiment ou n’est-elle qu’une illusion ?OXFAM s’indigne.

À l’occasion du sommet de Davos, un fleuron de l’industrie de l’ONG subventionnée a publié les résultats de son étude annuelle sur la concentration de la richesse dans le monde. OXFAM est outrée d’annoncer que les 8 personnes les plus riches du monde cumulent à elles seules une fortune de presque 500 milliards de dollars US, autant que le patrimoine des 50 % les plus pauvres de la planète. Huit personnes possèdent autant de « valeurs » que 3,5 milliards d’individus (1). Une seconde version du rapport indique que « La richesse de ces 62 individus, dont 53 hommes, a augmenté de 44% depuis 2010, alors que celle des 3,5 milliards de personnes les plus pauvres chutait de 41%, précise Oxfam dans cette étude publiée à deux jours de l’ouverture du Forum économique mondial de Davos. Le rapport sur les inégalités d’Oxfam révèle que le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépasse désormais celui des 99% restants » (2) .

La petite bourgeoisie, crevant d’envie, pousse des cris d’orfraie, relayées par la presse « people », la presse de formatage, et par les organisations de la gauche opportuniste et réformiste. Comprenez, l’émoi est grand chez les petits bourgeois en cours de paupérisation, de voir ces huit (ou 62 ?) ploutocrates parmi un clan de 1810 milliardaires (cumulant un patrimoine de 6 480 milliards de dollars US), s’en mettre plein les poches tandis que les bobos s’appauvrissent… quelle «injustice » (3). OXFAM s’émeut, et aboie, comme chaque fois, pour que « l’on » construise une « économie capitaliste plus humaine » et plus « équitable » (sic).

1) Quel fut le succès de cette complainte compassée dans les années passées ?

Il faut convenir que d’année en année la complainte d’OXFAM connait un grand succès médiatique, mais absolument aucune suite pratique, si ce n’est que l’année suivante les chiffres de la concentration de la richesse au sommet de la pyramide sociale augmentent. Ce qui nous amène à nous demander quel est le motif du pèlerinage annuel d’OXFAM à Davos ? Obtenir une augmentation de ses subventions pour service rendu ???

2) Qui est, ce « on » qui devrait construire une économie plus humaine… et que serait une économie « plus humaine » ?  3) Quel pouvoir avons-nous de transformer le mode de production capitaliste pour le rendre « plus humain » et plus « équitable » ?

4) Pourquoi ce « on » n’a-t-il rien fait contre cette « injustice » qui ne fait qu’empirer chaque année ?

5) En quoi le modèle économique actuel, dont les potentats se réunissent à Davos chaque année, n’est-il pas « humain » ? 

6) Ces milliers de milliards de dollars de richesse comptabilisés par OXFAM sont-ils réellement « la richesse de l’humanité » ?

7) Cette richesse – cette monnaie – existe-t-elle vraiment ou n’est-elle qu’une illusion ?

La vraie monnaie et la fausse « richesse ».

Le cycle de rotation du capital fonctionne ainsi :  A) l’argent – stocké à la banque ou en circulation sur les marchés – doit obligatoirement représenter le capital circulant et uniquement ce capital (moyens de production, d’échanges et de communication). Dans le cas contraire, l’argent en surplus provoquera l’inflation ou l’argent manquant provoquera la déflation (augmentation de la valeur de la monnaie). B) Lorsqu’il est à la banque, le capital-argent perd son temps et sa valeur ! Il doit être remis en circulation rapidement.  C) En aucun temps le capital argent ne peut se reproduire par lui-même – fructifier – et se valoriser – pendant son transit à la banque ou à la bourse ou lorsqu’il est exporté (IDF) dans un pays étranger, où il devra obligatoirement se transformer en moyens de production, et plus particulièrement en force de travail (salarié ou non salarié) ou en marchandise, si le capitaliste souhaite le valoriser (l’enrichir et le faire fructifier). L’argent appelle l’argent, mais l’argent ne produit pas d’argent. D) C’est la plus-value, prélevée à chaque étape de fabrication-transformation des marchandises qui augmente la valeur marchande et entraine la concentration du capital entre les mains d’un bien petit essaim de capitalistes de plus en plus riches. E) Ceci implique que l’intérêt sur le prêt constitue une création de monnaie, mais pas une création de « richesse – de valeur ». De fait, l’intérêt sur le prêt constitue une ponction sur la plus-value produite en usine *. F) D’où il faut conclure que l’augmentation de « valeur » des actions cotées en bourse provient soit :  I) d’une ponction réalisée sur la plus-value produite par le capital variable – salarié ou non – engagé dans le secteur productif de l’économie, ce qui en laisse d’autant moins pour les autres acteurs capitalistes ; II) de la monnaie de prêt, un mirage comptable inflationniste qui tôt ou tard devra s’ajuster à la réalité de la productivité stagnante et de la profitabilité déclinante par un krach financier d’autant plus marqué que la bulle spéculative aura gonflé (9).

Il s’ensuit que nous avons de mauvaises nouvelles pour Bill Gates et ses acolytes, ainsi que pour les bobos envieux, les petits-bourgeois aigris, et pour l’industrie de l’ONG subventionnée. Cette soi-disant « richesse » qui s’accumulerait au sommet de la pyramide sociale est en large partie illusoire – éphémère – de la poussière qui retournera à la poussière, de la monnaie numérique (scripturale que l’on disait avant l’invention de l’informatique), non adossée à des marchandises (moyens de production, de commercialisation ou de communication, immobilisation, ou biens de consommation) ayant une réelle valeur d’échange qui pourrait devenir argent à accumuler pour valoriser.

Ces ballons boursiers gonflés à l’hélium spéculatif éclateront à la première dépression économique. Et comme lors du krach de 1929 les milliardaires se retrouveront le cul par terre, leur fortune envolée en fumée – « évaporés » disait un banquier en 2008. Mais ce sont les millions de prolétaires qui se retrouveront à la rue, sans travail et sans moyens de subsistance qui nous désespère. C’est véritablement le modèle économique capitaliste, responsable de ces catastrophes financières à répétition, qu’il faut, non pas réformer comme le propose OXFAM, la gauche et la droite bourgeoise (CQFD), mais éradiquer.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu